Navigation – Plan du site
Variations

La pelle et le fusil

La contribution militaire aux travaux publics en Bretagne à la fin de l’Ancien Régime
Stéphane Perreon
p. 114-123

Résumés

Au XVIIIe siècle, les soldats séjournant en Bretagne furent parfois employés à de grands travaux. Le débat sur l’utilité sociale de l’armée et la hantise d’une oisiveté menant à la débauche voire à la désertion militèrent en faveur de cette utilisation. Alors que la participation des militaires à la construction et à l’entretien des fortifications était ancienne et traditionnelle, le recours à cette main-d’œuvre pour des ouvrages civils intervint surtout après la guerre de Sept Ans, dans une période de paix. Le contexte des Lumières joua également, les responsables municipaux se lançant parfois dans des opérations d’urbanisme nécessitant une main-d’œuvre nombreuse et, si possible, peu onéreuse. La plus importante mobilisation de soldats eut toutefois lieu à l’occasion de la régularisation du cours de la Vilaine, entre Rennes et Redon, de 1784 à 1786. Les États de Bretagne étant maîtres d’œuvre, les troupes, logées dans des camps provisoires, leur furent subordonnées et travaillèrent de manière satisfaisante. Les soldats travailleurs bénéficiaient d’une solde plus élevée qu’à l’ordinaire mais étaient en contrepartie soumis à une rude discipline – dont témoigne le règlement de 1786 – alors que les accidents n’étaient pas rares. Les tensions politiques de 1788 mirent cependant fin à cette expérience qui posait la question de l’utilité publique de l’armée en temps de paix.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Bretagne, travaux publics
Haut de page

Texte intégral

1Au XVIIIe siècle, les périodes de paix conduisaient les autorités à réduire le format des armées en réformant certains régiments. Se posait toutefois la question de l’utilité des troupes et de leurs missions. En Bretagne, les soldats participèrent ponctuellement au maintien de l’ordre, notamment lors des crises frumentaires, mais jouèrent également un rôle dans les travaux publics, particulièrement dans la dernière décennie de l’Ancien Régime.

  • 1 Spar (J. I. M. comte de), Instructions militaires, Paris, Briasson, 1753, p.125.
  • 2 Thomé (R. de), De l’ensemble ou Essai sur les grands principes de l’administration, Paris, Gattey, (...)
  • 3 Servan (général), Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pour (...)

2C’est, pour l’essentiel, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que fleurirent essais et opuscules promouvant l’idée de la contribution des soldats aux grands travaux. Plusieurs motivations se rejoignirent et concoururent à la diffusion de différents projets. La première consistait à vaincre l’oisiveté des militaires en temps de paix : les travaux pénibles endurcissaient le corps et, en réduisant le temps libre, éloignaient de certains vices. Le comte de Spar préconisait, dès 1753, l’emploi de soldats pour divers travaux, en suivant un raisonnement implacable : « Les délices inspirent la langueur et la paresse et de l’inaction le soldat passe à l’ennui, de l’ennui au libertinage, et du libertinage à la désertion (…) » 1 Dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime, les penseurs militaires manquèrent rarement d’évoquer, dans un quasi unanimisme, les bienfaits, pour les soldats comme pour la société, de la participation des troupes aux travaux publics. Capitaine aux Gardes françaises, le comte de Thomé n’y voyait que des avantages : « Par combien de travaux, d’entreprises de la plus grande importance, ne pouvez-vous pas animer tant d’êtres qui languissent aujourd’hui au sein de la paresse, vivifier leur intelligence, améliorer leur sort, et faire en même temps, pour l’avantage des finances, les plus grandes économies. » 2 Servan en fit même un élément fondamental du nouveau système qu’il proposait 3.

  • 4 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 677, « Projet de nettoiement de la rivière d (...)

3Toutefois, l’emploi de soldats à des ouvrages publics relevait aussi de l’utilitarisme des Lumières. En temps de guerre, le soldat se rendait utile par le maniement des armes mais, avec la paix, son entretien devenait coûteux. Dès lors, qu’il rendît aussi des services en temps de paix paraissait logique, le maniement de la pelle et de la pioche étant aussi utile que celui du fusil. Certes, il s’agissait là d’une littérature parisienne et, bien souvent, théorique, mais ses échos se rencontraient en Bretagne. Dès 1749, les négociants nantais, inquiets de l’ensablement de la Loire en aval de Nantes, proposèrent ainsi dans un mémoire d’utiliser soldats et miliciens au creusement d’un chenal facilitant la navigation 4. Ils mettaient en avant le faible coût de la main-d’œuvre militaire, qui pourrait même bénéficier de la haute paie, et la paix récente qui rendait oisifs sinon dangereux de nombreux soldats. Demander la mise à disposition de militaires pour un ouvrage d’utilité publique ne semblait par conséquent pas utopique.

  • 5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 4942, p. 189-190, séance du 29 janvier 1784.
  • 6 Ibid., p. 226, séance du 9 mars.
  • 7 ADIV, C 4992, « Projet pour avoir 900 pionniers détachés des milices de la province constamment des (...)
  • 8 Chagniot (J.), Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 198 (...)

4Lorsque la commission intermédiaire pour la navigation intérieure en Bretagne élabora précisément les plans des travaux, elle en appela également à l’armée. Encore cette requête fut-elle assez tardive, datant de mars 1784 alors que la commission fonctionnait depuis octobre 1783. C’est d’ailleurs un officier breton qui, le premier, prépara un mémoire sur le sujet. Monsieur du Tertre, capitaine de grenadiers royaux, proposa de constituer « un bataillon de travailleurs pris dans les Régimens Provinciaux de Bretagne composé de six cent soixante hommes » 5. Reste à savoir s’il s’agissait d’une initiative personnelle ou d’une commande de la commission. Toujours est-il que le chevalier du Dézerseul, capitaine du génie, lui aussi Breton, soumit peu de temps après un autre mémoire relatif « aux troupes qui pourroient être emploïées aux travaux de la navigation » 6. Néanmoins, à l’instar des négociants nantais, ces officiers ne détaillaient guère les motivations de leur projet : « Il seroit trop long de décrire ici les moyens à employer pour former un aussi bon établissement qui ne peut qu’estre très avantageux à la province et aux travaux. » 7 Précisons, enfin, qu’il n’existait pas forcément de synchronie entre les projets et les réalisations effectives, la théorie ne faisant que systématiser une pratique déjà ancienne. Comme le souligne Jean Chagniot : « Pour appeler les troupes à rendre des services à la collectivité, on n’a pas attendu que la dernière génération des Lumières définisse l’utilité sociale du soldat-citoyen. » 8 Cependant, cette théorisation permit d’envisager un recours plus systématique à la main-d’œuvre militaire, d’autant plus que, de 1763 à la fin de l’Ancien Régime, l’armée ne connut aucune mobilisation massive.

  • 9 Gury (J.), « La Guerre d’Indépendance américaine et les défenses de Brest », Cahiers de l’Iroise, 1 (...)
  • 10 SHD/DAT, A4 50, « Règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783.
  • 11 ADIV, C 4972, lettres de Montmorin, 1er et 26 mai 1784.
  • 12 ADIV, 1F 1156, ordonnance de Caze de la Bove, 15 mars 1777. L’intendant motivait sa décision par la (...)

5En Bretagne, l’utilisation de soldats comme travailleurs atteignit son point d’orgue dans les années 1780 lorsque la Province œuvra à l’amélioration du réseau navigable. Cependant, comme ailleurs, on fit auparavant appel à l’armée. Rien de surprenant, d’abord, à ce que les soldats participassent à la construction ou à l’entretien des ouvrages militaires. Des fortifications établies et rénovées sous l’égide de Vauban aux grands aménagements du port de Brest sous Louis XVI, les soldats s’activèrent. À Brest, les différents régiments en quartier se relayèrent pour la construction des fortifications du Bouguen : Condé œuvra en 1777-1778, Bourbonnais en 1779, Bassigny et Dietrich en 1780, Béarn en 1781 9. En 1782, quatre des six bataillons de la garnison participèrent aux travaux, les deux autres se chargeant du service de la place. Le brigadier Behague estimait cette répartition mal équilibrée, « les travaux ayant toujours eu la moitié trop de monde, et le service de la place, la moitié trop peu » 10. Les travaux militaires étaient fort logiquement prioritaires : en 1784, le régiment de Beauce, sollicité pour régulariser le cours de la Vilaine, travailla au fort de Châteauneuf alors que le commandant en chef laissait espérer l’envoi de deux bataillons supplémentaires « après que les travaux de Brest seront terminés » 11. L’utilisation d’une partie des troupes en quartier à Brest et dans les environs pour élargir les chemins menant aux différentes forteresses s’inscrivait encore dans le contexte de travaux utiles à l’armée, même si, habituellement, des paysans réquisitionnés travaillaient à ces tâches 12.

  • 13 ADIV, C 1180, extrait des délibérations de la communauté de ville, 8 novembre 1759. On n’a pas trac (...)
  • 14 Dupuy (A.), Études sur l’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, 1891, p. 23 (...)
  • 15 ADIV, C 518, Boullaire Duplessix à l’intendant, 28 octobre 1780.

6Pour les ouvrages civils, le recours aux militaires ne semble pas antérieur à la guerre de Sept Ans et, jusqu’aux grands aménagements hydrauliques des dernières années de l’Ancien Régime, demeura modeste, eu égard au nombre d’hommes utilisés. Il s’agissait, pour les soldats, de travaux ponctuels et de courte durée, comme le redressement du quai donnant vers Tréguier à Morlaix, supervisé par l’entrepreneur Fortin 13. L’initiative provenait autant des communautés que des ingénieurs qui voyaient là une bonne occasion d’employer une main-d’œuvre disponible et bien disciplinée. À Guingamp, les troupes participèrent à l’aménagement urbain en aplanissant la Motte du Vally 14. À Lamballe, la communauté souhaitait régulariser et élargir le cours de la rivière du Gouessant avant l’hiver 1780. L’arrivée, en provenance de Saint-Brieuc, d’un détachement de cent cinq hommes du régiment d’Aquitaine permit de respecter les délais : « Les soldats travaillent à la satisfaction de l’ingénieur et du public », écrivit le maire 15.

  • 16 ADIV, C 4942 et C 4943, p. 12, séance du 25 juin 1784. Voici un extrait du compte rendu de cette sé (...)
  • 17 ADIV, C 4992, rapport du 21 septembre 1784.
  • 18 Obelin de Kergal (M. J. F.), Précis de recherches et observations sur divers objets relatifs à la n (...)
  • 19 ADIV, C 4942, p. 366, séance du 31 mai 1784.
  • 20 Ibid., p. 237-238, lettre aux deux députés, monsieur de Piré et l’abbé de Goyon, 22 mars 1784.

7L’appel à l’armée en 1784, pour régulariser le cours de la Vilaine, résulta de la conjonction de plusieurs facteurs. Le premier fut sans conteste une pénurie de main-d’œuvre. En témoignent les nombreuses missives envoyées par la commission aux recteurs et subdélégués pour qu’ils recrutent des travailleurs ainsi que certaines conditions favorables accordées aux ouvriers civils 16. La première campagne de travaux vit d’ailleurs des défections de travailleurs civils, mécontents d’un paiement à la tâche et non à la journée. Selon monsieur de la Tremblaye, commissaire : « Ces hommes n’ont pas voulu entendre à d’autre marché que la journée, bien ou mal faite, et l’ingénieur s’étant tenu ferme à la toise, ils s’en sont tous allés. » 17 Or, la signature du traité de Versailles, le 3 septembre 1783, faisait entrer simultanément la France dans une ère de paix et les soldats dans l’oisiveté. La menace anglaise ne pesant plus sur les côtes bretonnes, pourquoi ne pas redéployer les troupes vers l’intérieur afin qu’elles œuvrent à une action perçue comme inévitablement bénéfique au commerce et à la prospérité de la province? 18 La promotion du projet par certains officiers montre chez eux des convictions communes à celles de nombreux penseurs militaires. Le nouveau commandant en chef, Montmorin, mena même des démarches à Versailles pour l’obtention du régiment de Beauce 19. En comparaison, la nouvelle commission apparaissait timorée. Elle enjoignit aux deux députés envoyés à Paris de contacter le contrôleur général et le maréchal de Ségur « pour pressentir leur intention relativement au bataillon de pionniers tirés des milices et à leur solde ; au cas qu’ils ne les trouvent pas disposés à l’accorder, de les pressentir également sur le temps auquel la commission pourroit demander deux à quatre bataillons, si on doit les demander dès à présent ou seulement un mois avant le commencement des travaux » 20.

  • 21 ADIV, C 4943, p. 3, séance du 14 juin 1784.
  • 22 Tiberghien (F.), Versailles. Le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 128-131.
  • 23 SHD/DAT, A4 50, règlement pour les troupes employées aux travaux de Brest, 1783.

8À chaque fois, les soldats convenaient car ils n’exerçaient jamais qu’une activité de manœuvres consistant à creuser, déblayer, terrasser. Seuls quelques-uns, plus qualifiés, fabriquèrent occasionnellement des outils (des brouettes en 1784) 21. La contribution des militaires était donc proche de celle de leurs lointains prédécesseurs de Versailles, employés principalement aux travaux de force (terrassement et transport des matériaux) 22. Pour les travaux militaires de Brest, on privilégia davantage les soldats possédant une qualification professionnelle. L’article 2 du règlement de 1783 stipulait que les officiers majors devaient dresser un état des « gens de métier comme tailleur de pierre, maçons, charrons, charpentiers, menuisiers, serruriers et autres » et que ces ouvriers ne pouvaient « être relevés que du consentement de l’officier du Génie chargé de la conduite de l’ouvrage » 23.

  • 24 Corvisier (A.), Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 391.
  • 25 Chagniot (J.), op. cit., p. 55.
  • 26 ADIV, C 4942, p. 250, séance du 3 avril 1784.
  • 27 Sibille (J.), « Le canal du Charolais : une longue élaboration », in Combattre, gouverner, écrire. (...)

9Plus qu’à toute autre activité, on employa souvent les militaires à creuser des canaux. Les travaux hydrauliques de l’Eure, entre Maintenon et Versailles, nécessitèrent dix mille hommes à partir de 1685 et davantage par la suite 24. En 1720, plusieurs détachements d’infanterie travaillèrent au canal de Montargis 25. Les commissaires bretons s’inspirèrent toutefois d’un exemple plus récent, leurs deux députés leur envoyant un règlement du 8 juillet 1783 pour les troupes destinées à travailler au canal de jonction de la Saône à la Loire 26. Ce règlement, élaboré par le maréchal de camp Virieu, en étroite liaison avec les États de Bourgogne et les bureaux de la Guerre, était d’ailleurs destiné à servir de modèle à toutes les troupes employées aux travaux publics 27. Les soldats travailleurs de la Vilaine s’inscrivaient donc dans une longue tradition.

  • 28 SHD/DAT, 1 M 1770, « état des hommes de chaque généralité qui servent dans chaque régiment de l’arm (...)
  • 29 Il ajoute : « Vous pouvés être sûrs, Messieurs, de l’activité avec laquelle mon régiment entrera da (...)
  • 30 La commission écrit au ministre : « L’usage actuel de cette force militaire contre la ville est le (...)
  • 31 Les ordonnances de mars 1788 décidèrent la sédentarisation des troupes. Navereau (A.), Le logement (...)

10La réquisition de la main-d’œuvre militaire se fit, non seulement avec l’aval des officiers des troupes concernées, mais ces derniers se portèrent en outre volontaires. Il est significatif que les régiments employés avaient tous une identité bretonne marquée : les régiments de Penthièvre et de Rohan étaient ceux qui comptaient alors le plus de Bretons, talonnés notamment par Condé et Beauce, pressentis mais non utilisés 28. En ce qui concernait le régiment de Condé, son colonel, le comte de Sesmaisons, se porta volontaire. Dans une lettre à la commission, il expliqua son geste par des motivations patriotiques, la patrie du cœur étant alors la Bretagne : « Jai suivi le plus doux penchant de mon cœur en saisissant avec empressement le moyen que Messieurs de Piré et de Goyon m’ont offert d’être utile à ma province. » 29 Quant au régiment de Penthièvre, il lui fallut nécessairement l’autorisation de son duc éponyme. Reste à expliquer le pourquoi de cet accord tacite pour utiliser les corps de troupes les plus bretons du royaume. Les commissaires pensaient probablement que les officiers et même les soldats bretons mettraient plus d’entrain à œuvrer dans leur province natale alors que ces derniers pouvaient y trouver des avantages, par exemple l’obtention de congés, d’autant moins préjudiciables que la distance à parcourir était courte. D’ailleurs, la première campagne de travaux donna satisfaction, si bien qu’on reconduisit les deux mêmes régiments l’année suivante. En 1786, un détachement de Penthièvre fut encore utilisé. Deux ans plus tard, le régiment de Rohan, comprenant une proportion non négligeable de Bretons, était prévu pour la campagne de travaux mais la commission, solidaire du parlement, refusa son emploi, ce corps de troupe ayant participé à la répression des manifestations de Rennes 30. On assista donc à une sédentarisation, à une sorte de provincialisation – de bretonnisation oserait-on dire – de ce régiment, d’autant plus qu’il demeura pendant cette période à disposition de la commission intermédiaire ad hoc. Il ne faut pas s’en étonner outre mesure puisqu’on se situait alors en plein débat sur la nécessité de changer les troupes de quartier régulièrement ou au contraire de procéder à leur sédentarisation 31.

  • 32 SHD/DAT, 1 M 1094, « Carte du cours de la Vilaine depuis l’écluse de Chancor jusqu’à le gailieu où (...)
  • 33 ADIV, C 5036, Fi 70, « Plan d’un camp baraqué pour 320 travailleurs du régiment de Condé ».
  • 34 Ibid., Fi 73.
  • 35 ADIV, C 4942, p. 358.

11Si certains soldats furent logés dans des villages, la plupart occupèrent des camps provisoires. Ces derniers présentaient moins de contraintes que ceux destinés aux manœuvres et exercices. D’abord, ils abritèrent des effectifs relativement limités : le plus grand, celui de La Rousselais, jouxtant le lac de Murin, compta trois cent vingt occupants pour une superficie totale inférieure à 8 000 m². La localisation répondait au critère de la proximité des travaux et des sources d’eau potable : le camp de Pont-Réan, à peine à 200 mètres de la rivière ; les autres s’en approchant encore davantage 32. Quant à celui de La Rousselais, il « est placé entre deux fontaines qui fournissent suffisamment de l’eau pour les besoins des travailleurs » 33. En revanche, il n’était pas toujours possible d’établir les soldats sur des terres incultes. Le plan du projet de camp de La Molière, en 1788, précisait les pièces de terre ensemencées ou en passe de l’être 34. Ces camps présentaient enfin la particularité d’être bâtis en dur : il s’agissait de baraques en bois. La longueur du séjour (quatre ou cinq mois), jusqu’à l’automne (fin octobre en général), ne permettait guère un autre choix. On envisagea toutefois la possibilité de démonter les baraques pour les déplacer au gré de l’avancement des travaux mais il ne semble pas que l’on mit ce projet à exécution 35.

  • 36 SHD/DAT, 1 M 1094, « Règlement pour les troupes employées aux travaux de la navigation intérieure d (...)
  • 37 ADIV, C 4944, p. 91, séance du 2 mai.

12Les régiments employés fournirent au maximum quatre cent cinquante hommes (pour Penthièvre), y compris les gardes encadrant les travailleurs et veillant à la discipline. Les autres soldats se reposaient en attendant leur tour. En effet, le règlement prévoyait de relever les hommes tous les quinze jours (article 40). Il conseillait logiquement d’employer les « soldats les plus en état de soutenir le travail » (article 2) et d’exclure les recrues. Notons toutefois que les volontaires bénéficiaient de la faculté de continuer au-delà de la quinzaine prévue, sans cependant qu’ils se fatiguent excessivement (article 42) 36. En fait, la plupart des soldats durent à un moment ou à un autre manier la pelle ou la pioche : le régiment de Condé commença les travaux le 15 juin 1784 et ne s’arrêta que le 31 octobre, largement de quoi, pour chaque homme, d’effectuer plusieurs campagnes de quinze jours. La commission essaya pourtant de s’attacher le concours des hommes ou des détachements jugés les plus efficaces. En 1785, elle demanda ainsi que les cinquante hommes qui seraient employés à Bourg-des-Comptes fussent pris dans le détachement utilisé l’année précédente à l’escarpement du rocher de La Corbinière 37. Un nécessaire pragmatisme l’emportait donc et ignorait les débats de l’époque sur la nécessité d’employer à de tels travaux, soit les meilleurs soldats, soit les plus dangereux ou les déserteurs repris.

  • 38 ADIV, C 4992, rapport de M. de la Tremblaye, 6 juillet 1784.
  • 39 ADIV, C 4945, p. 148, lettre du maréchal de Ségur, 10 août 1786.

13L’activité des soldats donna globalement satisfaction à la commission. Si on ne fit pas appel à leurs services en 1787, ce fut seulement parce que l’on consacra la campagne de cette année-là aux ouvrages d’art (écluses) nécessitant une main-d’œuvre moins nombreuse mais qualifiée. Quoique soumis à une rude discipline, les soldats étaient moins malléables que les travailleurs ruraux. S’il n’était pas envisageable de faire travailler les ouvriers sous la pluie, les militaires, quant à eux, répugnaient à avoir les pieds dans l’eau. Lorsque l’eau envahit la coupure destinée à évacuer les eaux de la Vilaine vers Redon, il fallut appeler des campagnards, « la troupe n’y voulant plus tenir » 38. Deux ans plus tard, le ministre se fendit d’ailleurs d’une lettre « pour défendre que les soldats soient exposés à travailler dans l’eau » 39. Les autorités militaires restaient attentives à la santé des hommes et la commission ne leur en fit jamais grief.

  • 40 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.
  • 41 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement de 1786, article 44.
  • 42 Ordonnance du 10 décembre 1762, solde en temps de paix. Corvisier (A.), L’armée française de la fin (...)
  • 43 ADIV, C 4992, rapport de messieurs de Goyon et Robinet, 9 septembre 1784.
  • 44 Selon lui, la construction « coûtera beaucoup plus cher que de raison, le soldat aimant à prolonger (...)
  • 45 ADIV, C 4969, 24 mars 1785.

14En fait, les principaux désaccords portèrent sur la rémunération des soldats, la Province cherchant naturellement à la réduire. La question essentielle est de savoir si les soldats y trouvaient leur compte. Ils percevaient une somme quotidienne fixe de seize sous avec, en sus, trente-six sols par toise cube de terre extraite. Selon le commissaire de la Tremblaye, le salaire moyen se montait à 23 sous 7 deniers par jour, les jours chômés (dimanches, jours de pluie) le faisant descendre à un peu moins de 20 sous 40. Même si, comme le précisait le règlement, la rémunération pouvait varier suivant la nature du terrain 41, les chiffres précédents fournissent néanmoins une bonne évaluation. Comparé aux 5 sols 8 deniers quotidiens alloués habituellement au soldat 42, le gain était appréciable, quand bien même il fallait retrancher les frais de subsistance. Les quelques ouvriers qualifiés, comme les quatre menuisiers et les trois charpentiers du régiment de Condé travaillant au magasin de Redon, gagnaient 25 sols 43. Monsieur de la Tremblaye soupçonnait d’ailleurs les menuisiers de Penthièvre, fabriquant les baraques du camp, de faire volontairement traîner l’ouvrage 44. Le maréchal de Ségur s’appuyait sur les calculs effectués dans les bureaux de la Guerre pour affirmer qu’ « on ne peut convenir (…) que le prix moyen des journées employées réellement sur les atteliers ait beaucoup excédé la somme de 20 sols ». Il insistait, non sans malice, sur la nécessité d’un paiement suffisant pour suffire « aux travailleurs pour leurs besoins indispensables et pour une nourriture abondante qui est un objet principal tant pour leur conservation et pour leur donner plus de force et contribuer par ce moyen à l’activité et à l’avancement du travail » 45.

  • 46 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., « État nominatif des soldats dudit régiment [Condé] blessés aux travaux de la navigation int (...)
  • 49 ADIV, C 4944, p. 295, séance du 6 janvier 1786.
  • 50 ADIV, C 4969, Ségur à la commission, 30 septembre 1786.
  • 51 ADIV, C 4972, le comte de Sesmaisons à la commission, sans date.
  • 52 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement, article 38.

15Cependant, pour les soldats, la contrepartie d’un salaire élevé tenait dans de dures conditions de travail et une discipline accrue. Les mains des militaires différant de celles, calleuses, des paysans, le maniement de la pelle se traduisait par des ampoules handicapantes et douloureuses 46. La nature glaiseuse du terrain accentuait la pénibilité de la tâche : « [le terrain est] si gras, si attachant que l’instrument quel qu’il soit ne peut s’en séparer qu’en le frottant souvent de terre sèche (…) mais cette terre est inutile en cas de pluie, il faut alors du sable » 47. En outre, les accidents du travail menaçaient l’intégrité physique des ouvriers. Le danger essentiel était dû au dénivelé, entraînant la chute de personnes ou d’objets. Sylvain Jacquet, de Condé, glissa sur un terrain humide et tomba sur une brouette ; il resta paraplégique. Un de ses camarades reçut une brouette chargée d’outils sur la jambe gauche48. Encore ces blessés militaires bénéficiaient-ils de plus d’égards que les ouvriers civils. La sollicitude de leurs officiers et de la commission intermédiaire leur permettait d’obtenir des compensations. En 1785, le roi accorda le brevet militaire à trois soldats de Penthièvre, blessés49. Jean Auvray, chasseur du même régiment, était, quant à lui, nommé garde-chasse dans une forêt royale près de Rennes, « métier qu’il est en état de faire ». Son camarade Chupin, plus sévèrement touché, obtint les Invalides50. En ce qui concernait le malheureux Jacquet, son colonel sollicita simplement son entretien à vie dans un hôpital51. Les blessures contractées sur les chantiers étaient donc tout autant considérées que celles survenues sur les champs de bataille, valant les mêmes récompenses ou compensations. Quant aux maladies éventuelles, les archives de la commission n’en soufflent mot. C’est seulement le signe de l’absence d’épidémie mais le milieu palustre qui générait des fièvres parfois malignes. L’eau vinaigrée, seule boisson autorisée sur le lieu de travail, était censée prévenir ces affections 52.

  • 53 Ibid., article 66.
  • 54 Un prêtre pouvait être envoyé au camp si aucune église ne se situait à moins d’une lieue, ce qui ne (...)
  • 55 Chagniot (J.), op. cit., p. 583.
  • 56 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement, article 29. Pour les travaux militaires de Brest, la journée pouvait (...)
  • 57 Tiberghien (F.), op.cit., p. 147-148.

16D’autre part, la préférence accordée à des baraquements pour loger les soldats travailleurs tenait certes à des raisons pratiques (proximité des travaux, rassemblement plus aisé des hommes) mais aussi à une volonté de surveillance. Pas question, en effet, pour les soldats de vagabonder le soir ou le dimanche : des patrouilles y veillaient 53. Le dimanche, tous marchaient en ordre vers l’église la plus proche afin d’assister à l’office 54. Si les Gardes françaises des dernières années de l’Ancien Régime étaient « tenus sévèrement comme des séminaristes » 55, les soldats travaillant à la navigation intérieure de la Bretagne s’en rapprochaient. La discipline d’un travail de groupe quotidien et astreignant participait pleinement aux efforts de moralisation de l’armée. L’article 39 ne faisait-il pas défense aux éventuels vendeurs d’eau-de-vie d’approcher les travailleurs ? On comptait par ailleurs sur la longueur des journées de travail pour éteindre toute velléité de libertinage grâce à l’épuisement des corps. Au cœur de l’été, l’embauche avait lieu à 4h30 et la débauche à 19h30, quatre heures étant consacrées aux déjeuner, dîner et goûter, la pause du midi – en fait de 11 heures à 14 heures – étant aussi destinée à éviter les rayons ardents du soleil au zénith 56. La longueur de la journée de travail s’accordait en fait avec les ordonnances réglementant l’activité des ouvriers civils 57. Il n’est pas certain que leur expérience de travailleurs de peine ravit les soldats mais, après tout, on ne leur demanda pas leur avis.

  • 58 Article 17 : « Tous les travailleurs seront pourvus d’un gilet d’étoffe de laine, d’un sarreau et p (...)

17Les soldats présents en Bretagne virent par conséquent se développer et même apparaître de nouvelles missions, surtout après la guerre de Sept Ans. Alors que le maintien de l’ordre n’était jamais qu’une extension du métier des armes à une époque où les forces de police demeuraient peu nombreuses, la contribution aux travaux publics allait plus loin, puisqu’elle plaçait entre parenthèses la condition militaire des travailleurs : le règlement élaboré d’un commun accord avec la commission intermédiaire pour la navigation intérieure stipulait clairement le port d’un habit ouvrier, tout signe militaire étant exclu58. Vers la fin de l’Ancien Régime, le soldat se fit donc policier ou ouvrier, comme si, dans une période de paix qui durait, la simple mission de défense du territoire ne suffisait plus à pleinement justifier l’existence d’une armée nombreuse. Nul doute que les élites considérèrent alors le soldat avec intérêt, conscientes de son apport à l’utilité publique. Pour le petit peuple, le point de vue était différent : le soldat était au mieux un compagnon de travail et, au pire, l’agent de la répression. Le voir en sarrau contribua simplement à l’humaniser davantage.

Haut de page

Bibliographie

Chagniot (J.) , Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985.

Corvisier (A.) , L’armée française de la fin du XVIIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, 2 vol.

Corvisier (A.) , Louvois, Paris, Fayard, 1983.

Tiberghien (F.) , Versailles. Le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002.

Haut de page

Notes

1 Spar (J. I. M. comte de), Instructions militaires, Paris, Briasson, 1753, p.125.

2 Thomé (R. de), De l’ensemble ou Essai sur les grands principes de l’administration, Paris, Gattey, 2 vol., 1788, t. 2, p. 45.

3 Servan (général), Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume, Neufchâtel, 1780, p. 240-253.

4 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 677, « Projet de nettoiement de la rivière de Loire » et « Réflexions sur le projet de nettoyement de la rivière de Loire faites par les juges et consuls de Nantes représentant le général du commerce de la même ville », 1749.

5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 4942, p. 189-190, séance du 29 janvier 1784.

6 Ibid., p. 226, séance du 9 mars.

7 ADIV, C 4992, « Projet pour avoir 900 pionniers détachés des milices de la province constamment destinés aux travaux pour la construction des canaux », 6 février 1784. Ce projet n’est pas signé mais il s’agit très probablement de celui de monsieur du Dézerseul.

8 Chagniot (J.), Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985, p.168.

9 Gury (J.), « La Guerre d’Indépendance américaine et les défenses de Brest », Cahiers de l’Iroise, 1978, n4, p. 174-179. SHD/DAT, 1 M 1094, mémoire récapitulatif des travaux du port de Brest de 1763 à 1788.

10 SHD/DAT, A4 50, « Règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783.

11 ADIV, C 4972, lettres de Montmorin, 1er et 26 mai 1784.

12 ADIV, 1F 1156, ordonnance de Caze de la Bove, 15 mars 1777. L’intendant motivait sa décision par la nécessité d’aller vite et de soulager la population de la corvée. Toutefois, les habitants restèrent redevables des charrois indispensables pour acheminer les matériaux.

13 ADIV, C 1180, extrait des délibérations de la communauté de ville, 8 novembre 1759. On n’a pas trace de contrat officiel. Il est donc probable que l’entrepreneur traita avec les officiers pour utiliser les soldats volontaires désireux d’arrondir leur solde.

14 Dupuy (A.), Études sur l’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, 1891, p. 234.

15 ADIV, C 518, Boullaire Duplessix à l’intendant, 28 octobre 1780.

16 ADIV, C 4942 et C 4943, p. 12, séance du 25 juin 1784. Voici un extrait du compte rendu de cette séance : « l’ouvrier de campagne doit être ménagé dans ce moment ci, (…) elle [la commission] doit même faire quelque sacrifice en raison de la paie ».

17 ADIV, C 4992, rapport du 21 septembre 1784.

18 Obelin de Kergal (M. J. F.), Précis de recherches et observations sur divers objets relatifs à la navigation intérieure de la province de Bretagne, Rennes, Vatar, 1785, p. 25.

19 ADIV, C 4942, p. 366, séance du 31 mai 1784.

20 Ibid., p. 237-238, lettre aux deux députés, monsieur de Piré et l’abbé de Goyon, 22 mars 1784.

21 ADIV, C 4943, p. 3, séance du 14 juin 1784.

22 Tiberghien (F.), Versailles. Le chantier de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002, p. 128-131.

23 SHD/DAT, A4 50, règlement pour les troupes employées aux travaux de Brest, 1783.

24 Corvisier (A.), Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 391.

25 Chagniot (J.), op. cit., p. 55.

26 ADIV, C 4942, p. 250, séance du 3 avril 1784.

27 Sibille (J.), « Le canal du Charolais : une longue élaboration », in Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Économica, 2003, p. 733-734.

28 SHD/DAT, 1 M 1770, « état des hommes de chaque généralité qui servent dans chaque régiment de l’armée », sans date, années 1780.

29 Il ajoute : « Vous pouvés être sûrs, Messieurs, de l’activité avec laquelle mon régiment entrera dans vos vues et après lui en avoir donné l’ordre comme chef, je lui en donnerai l’exemple comme Breton. » ADIV, C 4972, 18 avril 1784.

30 La commission écrit au ministre : « L’usage actuel de cette force militaire contre la ville est le motif qui nous a fait refuser les services de ce corps et qui ne nous permet pas de l’employer. » ADIV, C 4961, p. 53, 26 mai 1788.

31 Les ordonnances de mars 1788 décidèrent la sédentarisation des troupes. Navereau (A.), Le logement et les ustensiles des gens de guerre de 1439 à 1789, Poitiers, Société française d’imprimerie, 1924, p. 124-125.

32 SHD/DAT, 1 M 1094, « Carte du cours de la Vilaine depuis l’écluse de Chancor jusqu’à le gailieu où l’on voit l’emplacement des trois détachemens du régiment de penthyèvre employés aux travaux de navigation de cette rivière », 1785.

33 ADIV, C 5036, Fi 70, « Plan d’un camp baraqué pour 320 travailleurs du régiment de Condé ».

34 Ibid., Fi 73.

35 ADIV, C 4942, p. 358.

36 SHD/DAT, 1 M 1094, « Règlement pour les troupes employées aux travaux de la navigation intérieure de la Bretagne convenu entre M. le marquis de la Rozière, maréchal de camp commandant ces troupes, et la commission intermédiaire des États de Bretagne pour la navigation et approuvé par M. le maréchal de Ségur », 1786.

37 ADIV, C 4944, p. 91, séance du 2 mai.

38 ADIV, C 4992, rapport de M. de la Tremblaye, 6 juillet 1784.

39 ADIV, C 4945, p. 148, lettre du maréchal de Ségur, 10 août 1786.

40 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.

41 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement de 1786, article 44.

42 Ordonnance du 10 décembre 1762, solde en temps de paix. Corvisier (A.), L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, t.2, p.826.

43 ADIV, C 4992, rapport de messieurs de Goyon et Robinet, 9 septembre 1784.

44 Selon lui, la construction « coûtera beaucoup plus cher que de raison, le soldat aimant à prolonger la paie de 25 s. qu’on lui donne par jour à ce travail et tous aimant comme lui la paresse et l’argent ». ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.

45 ADIV, C 4969, 24 mars 1785.

46 ADIV, C 4992, rapport du 6 juillet 1784.

47 Ibid.

48 Ibid., « État nominatif des soldats dudit régiment [Condé] blessés aux travaux de la navigation intérieure de Bretagne et susceptibles d’obtenir quelques dédommagements », 1er novembre 1784.

49 ADIV, C 4944, p. 295, séance du 6 janvier 1786.

50 ADIV, C 4969, Ségur à la commission, 30 septembre 1786.

51 ADIV, C 4972, le comte de Sesmaisons à la commission, sans date.

52 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement, article 38.

53 Ibid., article 66.

54 Un prêtre pouvait être envoyé au camp si aucune église ne se situait à moins d’une lieue, ce qui ne fut sans doute jamais le cas. Ibid., article 68.

55 Chagniot (J.), op. cit., p. 583.

56 SHD/DAT, 1 M 1094, règlement, article 29. Pour les travaux militaires de Brest, la journée pouvait même atteindre douze heures. SHD/DAT, A4 50, « Règlement pour les troupes emploïées aux travaux du Roi à Brest », 1783, article 8.

57 Tiberghien (F.), op.cit., p. 147-148.

58 Article 17 : « Tous les travailleurs seront pourvus d’un gilet d’étoffe de laine, d’un sarreau et pantalon de toile. » L’article suivant interdit de porter l’uniforme et le chapeau : « Il ne pourra y avoir d’autre habillement que celui dont il est fait mention. » SHD/DAT, 1 M 1094, règlement, 1786.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Perreon, « La pelle et le fusil », Revue historique des armées, 249 | 2007, 114-123.

Référence électronique

Stéphane Perreon, « La pelle et le fusil », Revue historique des armées [En ligne], 249 | 2007, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/1023

Haut de page

Auteur

Stéphane Perreon

Professeur agrégé, il a soutenu en décembre 2003 à l’université de Nantes une thèse intitulée : L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, sous la direction du professeur Jean-Pierre Bois.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org