Navigation – Plan du site
Dossier

L’échec des colonies militaires françaises (1809-1813)

Jean-François Brun
p. 42-59

Résumés

Les colonies militaires constituent une modalité du contrôle territorial par des forces armées. L’histoire française ne présente à cet égard qu’un seul exemple. Après le traité de Schoenbrunn en 1809, Napoléon crée sur la côte orientale de l’Adriatique un ensemble territorial, les Provinces illyriennes, au sein desquelles est intégrée une partie des « confins militaires » autrichiens de Croatie, organisés initialement pour faire face à l’Empire ottoman. Peuplé de 256 000 habitants environ, divisé en six régiments qui sont à la fois des corps de troupe et des unités administratives, le territoire croate vit sous un régime d’essence militaire, dans lequel la cellule sociale de base, la zadrouga (famille élargie), a l’usufruit de terres en échange d’un service armé. L’Empire conserve le système en le « francisant » superficiellement. Mais Napoléon pratique une mobilisation intensive qui en épuise les ressources. Attaquées à la fois par les Anglais et les Autrichiens en 1813, affaiblies par l’insurrection croate, les Provinces illyriennes disparaissent alors, entraînant la fin de cette expérience très particulière.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

colonies
Haut de page

Texte intégral

1Le contrôle territorial par une quelconque institution militaire obéit à des modalités diverses, parmi lesquelles la colonie militaire, qui peut elle-même revêtir plusieurs formes. Ce peut être une zone abritant des troupes distinctes de la population, cette dernière assurant tout ou partie du recrutement et de l’entretien des premières. Catherine II utilisera la formule en Russie méridionale au XVIIIe siècle. Viennent ensuite les concessions de terres à des vétérans, qui doivent en échange participer à la défense de leur région d’installation. Et l’on pense tout de suite aux limitanei de l’Empire romain. Existe enfin une troisième modalité, la dévolution de terres et de droits particuliers à des groupes, familiaux ou non, tenus en échange de travailler et de défendre la contrée concernée, mais également de renforcer en cas de besoin l’armée de l’État concessionnaire. Les cosaques constituent l’exemple le plus connu. Toutefois, contrairement aux deux cas précédemment évoqués, cette formule revient à confondre population et forces mobilisées. Or, fait presque oublié, le Premier Empire a lui aussi possédé des colonies militaires de ce type.

Les confins militaires : de l’Autriche à la France

Le limes autrichien

  • 1 Lettre no 6 335 du Premier consul au général Berthier, 30 fructidor an X (Correspondance de Napoléo (...)
  • 2 Dainville (F. de) et Tulard (J.), Atlas administratif de l’Empire français. Le fascicule explicatif (...)

2Dès ses débuts, le Consulat décide la création de camps de vétérans au sens romain, puisqu’il s’agit de faciliter la réinsertion dans le monde civil de soldats retraités ou réformés pour blessures 1. Fort logiquement, l’implantation doit se faire en Italie du Nord et dans les régions rhénanes, c’est-à-dire les zones frontalières récemment intégrées à la République française. Le projet, néanmoins, n’obtient que peu de succès, deux camps seulement existant en 1812 2. En revanche, le traité de paix de 1809 permet de doter l’Empire de véritables colonies militaires par la cession d’une partie des confins couvrant la frontière sud-orientale de l’Autriche, de l’Adriatique aux Carpates.

  • 3 La profondeur des confins, d’autre part, ne dépasse pas en moyenne 8 lieues, soit une journée de ma (...)

3Vienne avait fondé cette institution originale pour résister efficacement à l’avance ottomane en Croatie et en Slavonie. Les Habsbourg, incapables financièrement d’entretenir une armée régulière suffisante pour remplir cette mission, avaient tourné la difficulté en établissant les populations fuyant le danger turc comme garnison, leur distribuant des terres en échange de ce service d’« auxilium » (au sens médiéval du terme). Le premier statut du soldat-paysan, rédigé en 1630, consacre le caractère militaire de ces régions et reconnaît comme cellule sociale de base, non la famille nucléaire (parents et enfants) mais la zadrouga, la famille élargie des Slaves du Sud. L’organisation définitive de cette zone intervient au XVIIIe siècle, avec notamment l’institution en 1770 d’un « cordon sanitaire » doublant le dispositif de défense. On relève dès lors l’existence d’une frontière gardée sur toute sa longueur (1 727 km) 3, grâce à un réseau de postes d’observation crénelés en forme de tour, en bois et en pierre, les tchardaks,construits à proximité les uns des autres (généralement trois par lieue courante, soit un tous les 1 400 m) et reliés par des patrouilles. Aux nœuds de communication sont édifiés des établissements de commerce et de quarantaine, les rastels. La réforme de l’archiduc Charles consacre définitivement ce système en 1807.

Un ensemble territorial essentiellement civil, les Provinces illyriennes

4Désireux d’intégrer ses nouvelles acquisitions aux territoires qu’il possède déjà en Adriatique depuis 1805, Napoléon Ier crée dès le 25 décembre 1809 une nouvelle entité territoriale, les Provinces illyriennes. Celles-ci apparaissent comme l’aboutissement d’une politique de consolidation des marges méditerranéennes de son empire et constituent une aire de souveraineté destinée à répondre à deux objectifs principaux dans la guerre économique contre l’Angleterre : d’abord contrôler l’itinéraire terrestre du coton depuis l’Empire ottoman. Être en mesure ensuite de surveiller le littoral oriental de l’Adriatique, de façon à lutter contre la contrebande britannique. Le facteur militaire, face à l’Autriche ou à l’Empire ottoman, ne vient qu’au second plan, même si les Provinces illyriennes permettent à la France d’affirmer géopolitiquement sa présence dans la région, notamment à l’égard d’Istanbul. Toutefois, alors que les autorités françaises s’efforcent d’implanter au sein de ce nouvel ensemble territorial les instruments de l’intégration à l’Empire, notamment le Code civil, la conscription ou la législation douanière, la Croatie militaire demeure un cas particulier quant au mode de gestion du territoire.

Le fonctionnement de la Croatie militaire

Une circonscription de base, le régiment

  • 4 Marmont (maréchal), « Mémoire sur les régiments-frontières » du 27 octobre 1810 (SHD/DAT, C6 5).

5En 1809, l’organisation précise des confins est peu connue en France, même si leur existence est un lieu commun de la culture militaire de l’époque. Néanmoins, un rapport de 1810 du maréchal Marmont 4, commandant ces territoires,permet de cerner précisément le système alors en vigueur, résumé d’une phrase-clé, « la Croatie militaire ne doit pas être considérée comme une province mais comme un vaste camp ». Cette notion de « caserne dispersée » (employée ici par analogie avec la manufacture dispersée typique des économies pré-industrielles), jointe à celle de zadrouga, permet de comprendre parfaitement l’ensemble des dispositions légales qui régissent la contrée.

6La seule richesse des confins, essentiellement ruraux et ne possédant qu’une industrie domestique, réside dans la présence des habitants. La cellule sociale de base, la zadrouga, est considérée comme une personne morale : 

« Une famille est composée de plusieurs ménages et s’élève quelquefois au-delà de 60 individus. Le chef de la famille par l’âge, ou par l’élection de ceux qui la composent si celui-là est incapable, est l’administrateur. C’est un patriarche muni de pleins pouvoirs, mais obligé chaque année de rendre des comptes ; traité toujours avec considération par l’autorité, et ne pouvant jamais être puni corporellement qu’après avoir été démis de ses fonctions, pour des fautes de la plus grande importance et par jugement. Le chef de la famille pourvoit aux besoins de tous, fait cultiver les terres, habille les soldats enrôlés qu’il fournit à sa compagnie : il est assisté dans ses fonctions par sa femme : si elle est jugée incapable, ou s’il est veuf, une autre femme élue est maîtresse de maison. Au bout de l’année, le partage des produits nets est fait, et chaque individu enrôlé ou non enrôlé, absent ou présent, homme ou femme, a une part égale, à l’exception du chef de famille et de la maîtresse de la maison qui en ont deux. »

  • 5 Ce qui n’est pas tout à fait exact, chaque village possédant en indivision des terres (opčina) anal (...)

7De son côté, l’État accorde des terres en jouissance perpétuelle à chaque zadrouga : « Les familles (…) possèdent collectivement ; les individus ne possèdent pas, tout est en commun. »5 Ces biens fonciers sont inaliénables pour les ⅔ ou les ¾, afin de garantir une permanence de ressources à chaque zadrouga. Fort logiquement, en cas d’extinction d’une famille, ses terres sont redistribuées par l’État à celles qui en ont besoin. On aboutit ainsi à un savant système d’équilibre, mais aussi à une situation relativement figée par rapport aux habitudes françaises, faute du moteur de la propriété foncière individuelle et des conséquences qu’elle engendre en termes de mutation constante des biens.

8En échange de cet usufruit, les habitants sont soumis au devoir militaire, les hommes étant mobilisables par le Saint Empire, tandis que les non enrôlés, les femmes, les enfants et les vieillards travaillent les terres. De cette conception contractuelle découle une organisation territoriale particulière, fondée sur le découpage de la Croatie en circonscriptions exclusivement militaires. À la base, un groupe de villages représentant approximativement 4 000 personnes forme l’aire de recrutement d’une compagnie (240 soldats mobilisables).

  • 6 Il existe une 13e compagnie, dite de Serexaners, qui obéit à des règles de recrutement particulière (...)

9Douze compagnies 6 forment la principale entité militaro-administrative, le régiment, qui peut être considéré comme l’équivalent notionnel d’une sous-préfecture dans le système français. Un colonel dirige l’ensemble des activités du corps, regroupant dans ses mains tous les pouvoirs civils, militaires et judiciaires. Un capitaine assume des fonctions identiques à la tête de chacune des compagnies. Officiers et sous-officiers, quel que soit leur grade, forment un encadrement permanent et perçoivent à ce titre une solde quotidienne, à laquelle s’ajoute, pour les premiers, la jouissance d’une maison et d’un jardin. Les soldats, en revanche, vivent au sein de leur zadrouga, reçoivent une solde annuelle fixe (la « constitutive ») de 12 florins (31,03 francs) pour la fourniture et l’entretien de leur uniforme, mais ne sont mobilisés qu’en cas de besoin. Ils bénéficient alors, en sus de la solde annuelle, d’une solde quotidienne correspondant aux jours de présence effective sous les drapeaux.

Autorité militaire et vie quotidienne

10Ces principes d’organisation génèrent un certain nombre de conséquences pratiques ou sociales. Les régiments-frontières croates dépendent d’un commandement unique basé à Agram (Zagreb), dont le général prend directement ses ordres à Vienne. Le recrutement des officiers s’effectue en partie parmi les Croates, l’autre au sein de l’armée autrichienne. Dans ce dernier cas, affectés aux régiments-frontières comme enseignes ou sous-lieutenants, les officiers concernés y font généralement carrière, parvenant aux grades supérieurs apparemment plus facilement que les autochtones. Est-ce seulement un problème d’instruction initiale  ? Le problème reste posé. De leur côté, les sous-officiers, tous issus des zadrougas, ont généralement acquis leur grade au fil des ans et des campagnes.

11Le recrutement des soldats obéit à des règles simples. Tous les hommes aptes physiquement à être incorporés sont régulièrement recensés. Une partie des mobilisables est inscrite sur les rôles de compagnie, ce qui suppose un savant équilibre entre zadrougas quant à la fourniture des recrues (avec des phénomènes de passe-droits inhérents à tout système fondé sur le choix). Ceux qui n’ont pas été retenus sont répartis en trois classes d’appel et constituent une réserve permettant de combler les pertes de la compagnie d’appartenance ou d’en mettre sur pied une seconde si la nécessité l’impose.

  • 7 « Rapport sur la Croatie militaire » du général Lauriston, Trieste, 28 décembre 1810 (SHD/DAT, C6 5 (...)

12En réalité, les unités ne sont mobilisées qu’en cas de besoin, si bien que les soldats vaquent à leurs occupations civiles la plupart du temps. Généralement, la compagnie est réunie une fois par semaine pour s’entraîner et fournit, à tour de rôle, des détachements destinés à surveiller le cordon (le général Lauriston 7 parle à ce propos de 150 hommes aux frontières et autant dans l’intérieur par jour et par régiment), voire à répondre immédiatement à une incursion turque (la pratique de la razzia s’avérant quand même relativement courante de part et d’autre de la frontière).

13En temps de guerre, un régiment est théoriquement en mesure de former immédiatement, avec ses 12 compagnies, deux bataillons d’infanterie et une compagnie d’artillerie aptes à participer aux opérations. On parle alors de bataillons « de campagne » ou « d’activité » (par opposition aux bataillons d’économie, qui représentent la structure administrative encadrant la population). Mais, si ces unités quittent la Croatie, les zadrougas fournissent de quoi constituer, dans chaque circonscription régimentaire, un troisième bataillon (voire comme en 1809 deux) destiné à assurer la défense territoriale et à compléter les bataillons de guerre.

14L’existence du confinaire (du soldat-paysan des confins) dépasse bien évidemment cette phase de mobilisation. Au quotidien, une hiérarchie militaire administrative double la hiérarchie militaire combattante proprement dite. Au niveau de la compagnie, un « lieutenant [ou sous-lieutenant] d’économie » arrête les comptes des familles de sa circonscription, inscrit et répartit les corvées, jouant le rôle d’un entrepreneur de culture et dirigeant la vie économique, secondé par 11 sous-officiers et un « écrivain ». Forts d’une expérience de plusieurs campagnes militaires, les cadres d’économie sont également capables d’encadrer les 3e (voire 4e) bataillons. Au niveau du régiment, un « capitaine d’économie » dirige la vie matérielle du corps.

  • 8 Les Croates sont catholiques romains. Les orthodoxes en revanche sont des Serbes qui composent une (...)

15La notion de « caserne dispersée » met en lumière l’implication (et la responsabilité) de l’État dans la vie courante et explique la présence « d’employés civils de la défense » (pour user d’un terme contemporain), regroupés dans les documents d’époque sous l’appellation « extra-personal ». Il s’agit en fait de spécialistes destinés à répondre à un certain nombre de besoins de la population composant les régiments. On trouve ainsi des membres du clergé, prêtres catholiques (salariés par les régiments) ou popes orthodoxes 8 (rémunérés par un impôt acquitté par leurs ouailles), des enseignants, des artisans, maçons et charpentiers (pour construire et entretenir les maisons d’officiers, mais également encadrer les chantiers de travaux publics). S’y ajoutent des maîtres des postes, des employés forestiers, des agents des contributions et enfin des chirurgiens (quatre par régiment, dont deux seulement suivent les bataillons de guerre).

  • 9 Marmont (maréchal), « Mémoire sur les régiments-frontières » du 27 octobre 1810, SHD/DAT, C6 5.
  • 10 Le tribunal de compagnie est composé du lieutenant d’économie, du sergent-major d’économie, de 2 se (...)
  • 11 Rapport non daté, Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre, C6 5.
  • 12 Il existe en outre une procédure d’exception décrite par le général Clarke dans son rapport du 21 n (...)

16De leur côté, les domaines relevant habituellement de fonctions régaliennes civiles sont militarisés. Le cas de la justice est typique. Sous les drapeaux, les soldats dépendent tout à fait normalement des règlements de discipline générale et du code de justice militaire. Le reste de la population recourt à un système organisé selon la structure régimentaire, sachant que chaque corps dispose d’auditeurs, « gens de loi mais portant un titre et un costume militaire (car l’un et l’autre sont indispensables à la considération dans ce pays) » 9, qui jouent le rôle d’experts auprès du colonel et instruisent les affaires criminelles. À la base, le tribunal de compagnie 10 tient une « session » hebdomadaire. Ses attributions correspondent largement à celles des justices de paix françaises, tandis que ses décisions doivent être confirmées par le capitaine. Le jugement des affaires civiles ou criminelles dépend d’un tribunal régimentaire dont la composition diffère selon que la peine capitale est susceptible d’être appliquée ou non 11. Mais ses arrêts doivent être approuvés par le colonel et toute condamnation à mort confirmée par le tribunal d’Agram. Enfin, le Conseil aulique de guerre, à Vienne, joue le rôle de cour souveraine et de Cour de cassation 12.

17En termes de fiscalité, chaque famille paie des impôts sur les terres concédées, reçoit de l’État la constitutive des soldats qu’elle compte parmi elle, ainsi que les soldes des hommes effectivement mobilisés. Mais la zadrouga bénéficie également de prestations en nature (essentiellement du bois de chauffage distribué par les forêts communes des régiments). Afin de gérer avec équité revenus et débours, un livret comptable, tenu par le lieutenant d’économie, est affecté à chaque famille. On y porte notamment les dettes actives et passives de la zadrouga, le nombre de personnes qui la composent et de bestiaux qu’elle possède, ainsi que divers renseignements sur les terres qu’elle travaille. La masse d’argent circulant demeurant faible, une partie de l’imposition est réglée sous forme de corvées (d’hommes ou d’animaux), équivalant annuellement à 635 000 journées de travail, ce qui permet de mener une politique active de travaux publics, d’où l’existence de routes nombreuses et bien entretenues, facilitant communications et défense. Enfin, l’État pratique une véritable forme d’aide sociale. Chaque compagnie possède d’abord un magasin de réserve, alimenté par les zadrougas et utilisé en cas de disette. De son côté, Vienne n’hésite pas, si besoin, à accorder à un ou plusieurs régiments-frontières secours ou dons, en grains ou en argent.

18Au bout du compte, en 1809 et 1810, les observateurs français peuvent émettre un certain nombre de constatations évidentes. D’abord la présence étatique s’avère infiniment plus forte que dans toute autre contrée, y compris en ce qui concerne l’investissement financier du Saint Empire, le volume des soldes et secours divers dépassant de beaucoup celui des impositions. La seconde constatation a trait aux résultats bénéfiques du système : à l’évidence, la vie matérielle apparaît meilleure qu’en Dalmatie, en dépit de conditions initiales identiques.

Que faire des régiments-frontières ?

Conserver ou réformer le système « confinaire » ?

19En 1809, lors de la cession, un certain nombre de Croates, notamment des officiers supérieurs, gagnent la zone autrichienne tandis que l’Empereur, dubitatif quant au maintien ou à la suppression du système « confinaire » en vigueur, choisit de ne prendre sa décision qu’au vu de rapports ultérieurs, après avoir créé le cadre institutionnel des Provinces illyriennes.

  • 13 « État sommaire des effectifs des 6 régiments croates » au 1er janvier 1810, SHD/DAT, C6 5.

20Comme il convient d’édicter un certain nombre de mesures d’urgence, le maréchal Marmont, qui commande les nouveaux territoires, entreprend d’abord de recenser les régiments-frontières sous sa juridiction, aboutissant le 1er janvier 1810 à un total de 492 officiers et 18 197 sous-officiers ou soldats 13. Durant le premier semestre 1810, il organise provisoirement la présence française en Croatie militaire par le biais d’un certain nombre d’arrêtés, se gardant toutefois de toucher aux structures fondamentales d’un édifice qui permet à la fois de fournir des soldats et de garantir le développement de la région. Durant l’été, une députation illyrienne est reçue par Napoléon. Les rapports de Marmont, mais également des généraux Clarke, Andréossy, Mouton et Lauriston, transmis à l’Empereur d’octobre 1810 à janvier 1811, et contenant parfois des conclusions opposées, aboutissent le 9 mai 1811 à la signature du décret définitif d’organisation des Provinces illyriennes, antidaté au 15 avril, qui marque véritablement l’entrée en vigueur du système impérial. Ce texte confirme l’existence de sept subdivisions administratives territoriales, six civiles équivalant à des départements, auxquelles s’ajoute la Croatie militaire, qui conserve l’essentiel de son statut antérieur.

  • 14 Lettre du général Bertrand, gouverneur des Provinces illyriennes, à Napoléon Ier, 15 septembre 1811 (...)

21En fait, les quatre experts, comme vraisemblablement Napoléon lui-même, se réfèrent implicitement dans leurs analyses à la Confédération suisse, liée à la France par un traité d’alliance au terme duquel les cantons doivent fournir quatre régiments d’infanterie intégrés à l’armée française et utilisables en tous lieux. Aucun d’entre eux ne semble prendre la mesure du lien unissant le « confinaire » au territoire et à sa famille. Ce que le général Bertrand analyse pourtant parfaitement en 1811 14 : « Le grand inconvénient de ces régiments, c’est qu’il est difficile de les tenir longtemps hors de chez eux ; ils se sont tous mariés de très bonne heure et ont plus que d’autres soldats le désir de revoir leurs foyers. J’ai questionné un grand nombre de soldats qui ont 5, 20, 25 ans de service, beaucoup ne comptent cependant que deux ou trois ou quatre campagnes, quelques-uns six ; je n’en ai trouvé qu’un petit nombre qui eussent été absents de chez eux plus d’un an ; il en est cependant qui ont fait les campagnes d’Italie au commencement des guerres de la Révolution. » Bref, selon les normes en vigueur au XXe siècle, le profil des Croates s’apparente davantage à celui de réservistes rappelés qu’à ceux de soldats de métier ou d’appelés du contingent.

Une « francisation » limitée

  • 15 Lettre no 17 049 de Napoléon Ier au général Clarke, 16 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier(...)
  • 16 Rapport du 19 juillet 1811, Archives nationales, 390 AP 17.

22L’effort militaire dans les Provinces illyriennes consiste à assurer la défense terrestre face à l’Autriche et à l’Empire ottoman, en tenant compte des ambitions russes dans la zone de Cattaro. L’essentiel demeure toutefois la défense maritime face aux croisières britanniques, ce qui inclut le contrôle du littoral et la répression de la contrebande. Soucieux de ne pas immobiliser une portion exagérée de ses forces dans ce but, Napoléon laisse seulement quelques unités franco-italiennes et institue un système de conscription, afin de faire porter au plus tôt une partie de l’effort de défense sur des unités locales 15. Les régiments croates jouent à cet égard un rôle prépondérant, tenant garnison dans l’ensemble des Provinces illyriennes, ou fournissant une partie des cadres de contact lors de la constitution du régiment d’Illyrie 16.

  • 17 Rapport du maréchal Marmont au général Clarke, ministre de la Guerre, Carlstadt, 7 janvier 1810 (SH (...)
  • 18 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 271.
  • 19 Marmont (maréchal), dans ses Mémoires (t. III, p. 376), est très précis à ce sujet : « Je réformai (...)
  • 20 Lettre du général Bertrand, gouverneur des Provinces illyriennes, Trieste, 6 mars 1812 (SHD/DAT, C6(...)

23Ayant décidé de conserver le système régimentaire, l’Empire entend tout d’abord maintenir le niveau de peuplement. Napoléon libère ainsi 1 400 Croates faits prisonniers au cours de la campagne de 1809. Ils sont de retour début 1810, mais une moitié rejoint la zone autrichienne dont elle est originaire. L’article 10 du traité de 1809 permettait d’autre part l’émigration des Croates pendant les six premières années. Or, dès la fin de 1809 et le début de 1810, une partie des cadres rejoint le territoire des Habsbourg, tandis que la population est confrontée aux incitations autrichiennes à émigrer 17. Paris s’efforce d’enrayer le mouvement en maintenant le cadre légal traditionnel et, reprenant les attributions de Vienne, procède dès mai 1810 à la redistribution de terres devenues libres par suite d’émigration ou pour d’autres causes 18. Parallèlement, l’âge au mariage est réglementé 19. Enfin, le nouveau gouverneur des Provinces illyriennes, Bertrand, soucieux de l’équilibre foncier, confirme en 1812 20 une loi autrichienne qui excluait de la succession de leur zadrouga d’origine les Croates devenus officiers.

  • 21 Arrêté du maréchal Marmont réglant l’administration des régiments croates, 2 juin 1810 [cité par Bo (...)
  • 22 Marmont (maréchal), Mémoires, T. III, p. 504.
  • 23 Décret sur l’organisation de l’Illyrie du 15 avril 1811, section X, article 235.
  • 24 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 81 et 83.
  • 25 Boppe (P.), La Croatie militaire, p. 179-180.

24Il convient également de franciser au plus tôt les structures de commandement. Par décret du 2 juin 1810 21 sont implantées à Carlstadt, chef-lieu de la Croatie civile et militaire, une inspection générale et une direction centrale. Parallèlement est mis en place un conseil d’administration au sein de chaque régiment, selon le système en vigueur à la Grande Armée 22. Puis le décret impérial d’organisation de 1811 prescrit de placer la Croatie militaire sous l’autorité d’un intendant militaire dépendant directement du gouverneur. Le système judiciaire, de son côté, demeure en place, le tribunal de Carlstadt devenant cour d’appel 23. Les domaines plus techniques tels que forêts ou travaux publics restent néanmoins gérés au niveau de l’ensemble des Provinces illyriennes 24, mais avec un responsable particulier en Croatie militaire. Enfin, comme par le passé, tous les représentants de l’État en poste dans la zone « confinaire » conservent un aspect militaire, d’où l’arrêté définissant l’uniforme des officiers hors rang des régiments croates (ingénieurs, officiers d’état-major, commissaire-inspecteur, commissaire de brigade, auditeur en chef, inspecteur des écoles) 25.

  • 26 Boppe (P.), La Croatie militaire, p. 175-176.

25Le fondement de l’organisation demeure la structure régimentaire. Marmont ordonne dès le 28 décembre 1809 la disparition des attributs autrichiens, remplacés par la cocarde tricolore et les insignes de grades français 26. Puis, ses décrets des 22 mai et 2 juin 1810 adaptent les structures aux normes en vigueur au sein de la Grande Armée : l’armement individuel, emporté par les Autrichiens en 1809, est progressivement remplacé par des fusils et des sabres français. Les corps prennent l’appellation de « régiments de chasseurs illyriens » et se dotent de l’uniforme bleu de l’infanterie légère (même si, dans un premier temps, ils achèvent d’user leurs anciennes tenues). Un certain nombre d’officiers français, italiens ou dalmates, destinés notamment à tenir des fonctions administratives, sont également mutés dans les unités croates avec de l’avancement.

  • 27 SHD/DAT, XL 30.
  • 28 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 270.

26Pour les compagnies, la francisation se traduit par l’adoption des manœuvres françaises et l’apprentissage sommaire du français. La langue constitue en effet un problème-clef. La troupe parle serbo-croate (les textes d’époque employant le terme d’illyrique) et obéit aux commandements en allemand. Mais, dans le cadre de la Grande Armée, et pour d’évidentes raisons d’efficacité sur le champ de bataille, les ordres doivent désormais être donnés et exécutés en français. D’où l’envoi dans les régiments d’officiers parlant allemand, voire serbo-croate, et inversement l’admission temporaire de cadres croates dans les corps français où ils se familiarisent avec la langue et les mouvements d’ensemble. Puis, en septembre 1810, est mise sur pied à Carlstadt une école spéciale d’instruction de l’exercice et des manœuvres de l’armée française 27 ainsi qu’une école de langue. Ces efforts portent rapidement leurs fruits. Dès l’été 1810, les régiments sont capables de manœuvrer avec des troupes françaises. En 1811 paraît une traduction du règlement militaire français28 et, en 1813, un lexique illyro-français à l’usage de la jeunesse militaire. Au bout du compte, les régiments de chasseurs illyriens qui participent aux campagnes de 1812 et 1813 manœuvrent à la française et utilisent des commandements en français. Mais la langue parlée au sein de l’unité demeure bien évidemment le serbo-croate. Nous sommes confrontés là à un cas de figure courant dans les armées multinationales, dont l’OTAN n’est que l’avatar contemporain.

  • 29 Lettre no 17 081 de Napoléon Ier au général Clarke, 27 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier(...)
  • 30 Le bataillon d’instruction de Fontainebleau constitue une véritable école de sous-officiers, dont l (...)

27Les bureaux parisiens s’efforcent de préparer les conditions d’une intégration plus poussée des Provinces illyriennes, ce qui suppose le ralliement des cadres locaux. D’où une politique de promotion au sein de la hiérarchie, facilitée par le départ des officiers fidèles à l’Autriche. D’où également l’envoi en 1810 de 200 jeunes Croates, fils d’officiers ou de sous-officiers, moitié à Saint-Cyr ou au lycée militaire de La Flèche, moitié à l’École des arts et métiers de Châlons 29, puis l’incorporation en 1813, au sein du bataillon d’instruction de Fontainebleau, de 50 Croates 30.

Les limites de l’intégration

28La francisation demeure néanmoins limitée dans la mesure où l’on se contente de placer des fonctionnaires impériaux ou des Croates ralliés aux postes-clefs. En revanche, la volonté de sauvegarder l’organisation antérieure, et donc de respecter les équilibres qu’elle exige, interdit toute modification sociale profonde.

  • 31 Article premier de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Les hommes naissent et de (...)
  • 32 L’Empire commence par abolir la féodalité puis introduit le Code pénal le 1er janvier 1811, sachant (...)

29La Révolution française, en supprimant la société d’ordres au profit d’une société d’individus juridiquement égaux 31, a introduit une rupture fondamentale dans l’Europe d’Ancien Régime. Les guerres sont l’occasion de répandre la nouvelle idéologie. Or, l’Empire, en dépit de son aspect monarchique de plus en plus avéré, demeure fidèle à cette conception, qu’il exporte dans les pays satellites. Napoléon impose donc fort logiquement les lois françaises dans les Provinces illyriennes à partir du 1er janvier 1812 32. Seule la Croatie militaire, ayant conservé son régime particulier, apparaît en quelque sorte comme une exception ressortissant d’un droit d’essence féodale, puisque la possession usufruitière de terres est la contrepartie d’un service armé qui n’est autre qu’un devoir d’« auxilium ».

30La seconde voie d’intégration possible à l’Empire relève de l’économie. Par-delà les distinctions nationales, l’Europe napoléonienne se caractérise par son appartenance au système du Blocus continental, qui en fait une aire théoriquement fermée aux importations anglaises. Or, là encore, la Croatie militaire suit un régime particulier. Les responsables français, incapables de contrôler l’ensemble des Provinces illyriennes, avaient en quelque sorte fait la part du feu en en plaçant, le 19 novembre 1810, une partie hors de la zone régie par les règles du blocus continental. Les contrées bénéficiant de ce régime spécial jouissent ainsi d’une entière liberté de commerce avec l’étranger, à l’exception des denrées coloniales et des marchandises anglaises. Comprise dans ce cadre particulier, traversée de grandes routes qui l’amènent à participer au commerce des Provinces illyriennes, mais surtout assurée de voir son déficit en terme d’échanges et de frais statutairement comblé par le Trésor impérial (grâce aux crédits de fonctionnement attribués aux régiments-frontières), la Croatie militaire ne connaît aucun des ralentissements nés du blocus continental. Inversement, elle ne s’avère pas non plus véritablement assimilée à l’espace économique impérial.

  • 33 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 97 à 99 et p. 105.
  • 34 On peut citer à ce propos le rapport du général Bertrand, du 17 août 1811, sur la réduction de deux (...)
  • 35 Rapports de police de février 1813, SHD/DAT, C6 7.
  • 36 Lettre du général Bertrand à Napoléon Ier, 10 octobre 1811, SHD/DAT, C6 6.

31En pratique, néanmoins, Paris s’efforce d’obtenir l’adhésion des populations croates en améliorant leur vie quotidienne (chaussant là les bottes de la monarchie autrichienne). Le budget des Provinces illyriennes permet ainsi de construire dans la zone « confinaire » (qui normalement n’aurait pas dû bénéficier de crédits civils) un peu plus de 500 kilomètres de route en 1812 et d’édifier à Kostanica un pont (161 m de long, 8 m de haut) et un lazaret afin d’assurer la communication commerciale entre Bosnie et Illyrie 33. De même, la lutte contre le brigandage semble réelle 34. Enfin, dans un tout autre domaine, l’hygiène publique dépasse la fermeture traditionnelle des frontières en cas de peste, si l’on en croit ce rapport de février 1813 35 : « La vaccine commence à s’introduire avec succès dans la Croatie militaire, près de 20 000 enfants ont été vaccinés pendant 1811 et 1812. » Dans la droite ligne des pratiques d’assistance autrichiennes, Bertrand n’hésite pas non plus à solliciter des secours au profit des populations touchées par de mauvaises récoltes ou des incursions turques 36, sa démarche s’inscrivant directement dans la stratégie visant à maintenir les populations dans la zone française.

Du mauvais usage du système « confinaire » ?

Une vision erronée de la colonie militaire

  • 37 Rapport du général Clarke, 2 novembre 1810, Archives nationales, AF IV 1713.
  • 38 Bulletin des lois de l’Empire français, années 1810 et 1813. Le sénatus-consulte de 1810 lève 10 00 (...)
  • 39 Montalivet (comte de), Exposé de la situation de l’Empire, tableau (6).
  • 40 Ce pourcentage est obtenu à partir de la règle de trois suivante : (170 000 X 5)/(42 738 377).
  • 41 Lettre no 17 049 de Napoléon Ier au général Clarke, 16 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier(...)
  • 42 Crouz-Tornare (A.-J.), « Les soldats suisses de Napoléon », p. 35.
  • 43 « Mémoire sur la Croatie militaire », SHD/DAT, C6 5.

32Pour le gouvernement impérial, le principal intérêt de la Croatie militaire réside dans sa capacité de mobilisation, évaluée traditionnellement au seizième de la population 37. Une approche mathématique simple permet de prendre conscience du réservoir d’hommes qu’est censée représenter la contrée pour Napoléon. La première donnée réside dans le taux théorique de mobilisation en France, obtenu en calculant le pourcentage de conscrits levés par rapport à la population totale. Afin d’éviter toute sous-estimation (compte tenu des rappels sur les classes antérieures, des insoumissions et des désertions en route), la solution la plus fiable consiste à utiliser la levée de la classe 1815, décidée par les sénatus-consulte des 13 décembre 1810 (10 000 conscrits destinés à la marine) et 9 octobre 1813 (160 000 conscrits attribués à l’armée de Terre) 38. Ce choix permet de raisonner à partir de la ponction théoriquement la plus lourde de l’Empire sur une quelconque classe d’âge. Le total (170 000), rapporté à la population française (42 738 377 personnes) 39 et extrapolé sur 5 classes (puisque la loi Jourdan-Delbrel instituant le service militaire fonctionne selon une logique quinquennale) aboutit à un taux de mobilisation voisin de 2 %40. Cette proportion, volontairement surévaluée, doit alors être mise en regard avec deux autres exemples. Instituant la conscription en Illyrie 41, Napoléon Ier parle de 18 000 conscrits pour 1 500 000 personnes ou encore (excluant la Dalmatie et la Croatie militaire) de 12 000 hommes pour 1 000 000 habitants, ce qui équivaut à chaque fois à 1,2 %. Le cas de la Confédération suisse est tout aussi intéressant 42. Les cantons comptent alors 1 300 000 ressortissants fournissant en permanence à la France, d’après le traité de 1803, 16 000 soldats, soit 1,2 %de la population totale. De son côté, le « Mémoire sur la Croatie militaire » 43 révèle qu’en 1810, la population des confins attribués à la France s’élève à 280 182 personnes. Dans ce total, les officiers, sous-officiers et soldats des bataillons de guerre, auxquels il convient d’ajouter les serexaners, constituent une force de 16 334 combattants potentiels, c’est-à-dire 5,8 %des habitants. Sachant que cette proportion peut quasiment être augmentée de moitié par la mobilisation des 3e bataillons, voire exceptionnellement doublée en recourant aux 4e, on conçoit l’attrait pour un chef militaire de disposer de la ressource des régiments-frontières.

  • 44 Lettre no 17 061 de Napoléon Ier au général Mouton, 18 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier(...)
  • 45 Rapport du général Mouton du 26novembre1810, cité par Boppe (P.), La Croatie militaire, p.211.
  • 46 Rapport du général Clarke, 21 novembre 1813, Archives nationales, AF IV 1713.

33Toutefois, on l’a dit, les autorités françaises n’ont généralement pas pénétré la subtilité du système contractuel établissant un savant équilibre entre la concession et la jouissance foncières d’une part, la défense de l’ensemble de ce même territoire d’autre part. Considérant que la Croatie militaire constitue avant tout un réservoir d’hommes, Napoléon souhaite dans un premier temps en utiliser 5 000 à 6 000, soit au sein des Provinces illyriennes, soit même dans le royaume de Naples ou sur le territoire français, les assimilant de fait aux autres régiments étrangers de son armée 44. Le rapport du général Mouton 45, corroboré par l’opinion de Marmont 46, lève toute ambiguïté en réaffirmant que les Croates sont tenus de servir en temps de guerre mais rentrent chez eux en temps de paix, ce qui restreint leurs possibilités d’emploi par rapport au reste des unités de l’armée impériale.

  • 47 Registre d’appel du 15 septembre 1811, Archives nationales, AF*IV 842.
  • 48 Appel de 1812 : « Observations sur la défense des Provinces illyriennes », SHD/DAT, C6 7. Appels de (...)

34Les régiments-frontières, cependant, s’avèrent une composante essentielle dès que l’on envisage dans son ensemble la défense des Provinces illyriennes. À l’issue de plusieurs mois d’essais et d’efforts, celle-ci repose en 1811 47 sur une centaine d’officiers d’état-major, essentiellement français, et un peu plus de 23 000 combattants, français (27,5 %), italiens (9,5 %) et illyriens (63 %), ces derniers étant quasi exclusivement représentés par les six régiments croates qui comptent alors 192 officiers et 14 661 sous-officiers et soldats sous les armes. Bref, en dépit de l’attrition survenue depuis le 1er janvier 1810, le passage d’un employeur à l’autre semble une réussite. À terme, Napoléon entend consacrer à la défense des Provinces seulement quelques compagnies d’artillerie et 12 bataillons français ou italiens (soit 10 000 hommes environ). D’où une mobilisation constante de tout ou partie des régiments-frontières, en dépit des frais occasionnés, puisqu’il faut en solder les hommes dès qu’ils sortent des limites des confins. Si bien que le poids des unités croates se révèle rapidement très important : 8 bataillons sur 16 présents dans les Provinces en 1812, 12 sur 17 en avril 1813, 3 sur 6 en octobre de la même année 48.

35L’Empire ne s’en tient cependant pas à la défense opérationnelle du territoire, proche somme toute de la logique confinaire. Napoléon s’efforce d’utiliser la ressource croate au profit des forces de campagne en recourant à la création de corps provisoires. Les régiments-frontières ne peuvent en effet être directement employés dans le cadre d’un conflit européen. Au recrutement, hétérogène par l’âge, s’ajoute la faible instruction des cadres, davantage habitués à la guérilla et à la garde des tchardaks qu’aux évolutions de ligne sur un champ de bataille. De son côté, l’équipement, partiellement fourni par les familles, doit impérativement être complété par l’État en cas de guerre réglée.. La procédure suivie de 1811 à 1813 s’avère donc immuable. Un régiment-frontière est réuni et passé en revue. Les éléments les plus valides et les cadres les plus compétents constituent un bataillon de guerre. Deux bataillons forment un régiment provisoire qui gagne la Grande Armée. Cette pratique provoque parfois quelques mouvements de contestation (immédiatement et durement réprimés, comme le faisait l’Autriche en pareil cas), voire donne naissance à une vague d’émigration dans la circonscription touchée. Les militaires non retenus continuent de leur côté à assurer la défense territoriale, quitte si nécessaire à lever un 3e (ou un 4e) bataillon, d’autant que des colonnes de renfort doivent être envoyées aux armées pour combler les pertes au long des opérations. Bref, de 1811 à 1813, trois régiments provisoires sont organisés mais, en comptabilisant détachements de renforts et unités isolées, le total des départs équivaut finalement à 11 bataillons, auxquels s’ajoute encore un régiment de hussards (soit 600 cavaliers). La ponction finale représente ainsi pratiquement l’ensemble des forces croates que Vienne mettait traditionnellement sur pied (sans les mobiliser effectivement) !

Un échec patent

  • 49 Rapport du 15 avril 1811, Archives nationales, 390 AP 15.
  • 50 État des dépenses des régiments croates pour 1811, Archives nationales, 390 AP 17.
  • 51 Voir à ce propos la lettre no 18 383 adressée par Napoléon Ier au ministre du Trésor Mollien le 28  (...)
  • 52 Le budget des régiments croates diminue en effet. Alors qu’en 1811, les recettes s’élevaient à 813  (...)

36Initialement Napoléon dispose d’un certain capital de sympathie, tant grâce à sa réputation militaire qu’à cause du ressentiment croate envers la monarchie autrichienne, accusée d’avoir abandonné ses fidèles défenseurs. L’émigration initiale, constatée au début de 1810, semble d’ailleurs avoir fortement diminué au bout de quelques mois. Mais les efforts destinés à obtenir l’adhésion de la population ne sont pas totalement couronnés de succès. Le coût des régiments-frontières représente également un frein. Contrairement aux autres territoires de l’Empire, qui fournissent des ressources (en argent et en hommes) mutualisées au niveau de l’État dans le budget national et l’armée, la Croatie militaire demeure par essence une aire d’exception. En effet, le gouvernement de tutelle doit y assumer les frais d’une mobilisation permanente. Le budget de 1811 49 est à cet égard extrêmement révélateur. La Croatie militaire doit rapporter 813 000 francs (essentiellement sous forme de corvées). Cette même année, l’entretien des régiments-frontières coûte (sans compter les soldes versées pour service à l’extérieur des confins) 2 400 000 francs. Un rapport adressé par Bertrand à Napoléon Ier 50, le 17 février 1812, précise que, sur les sommes prévues, 796 000 francs de contribution ont effectivement été perçus, tandis que les dépenses s’élèvent à 2 343 000 francs. Globalement, le système fonctionne donc selon les prévisions, mais demeure onéreux compte tenu des limites d’utilisation des soldats. D’où les remarques de Napoléon, qui ergote sur les dépenses 51, ce qui se traduit dès 1812 par une diminution des crédits alloués aux unités croates 52. Dans ce contexte, les levées massives (et sans doute également le fait de servir sur des théâtres extrêmement éloignés, sans rapport avec les Balkans) provoquent un détachement rapide à l’égard de l’empire napoléonien.

37Outre l’émigration endémique des populations, l’on constate en effet des désertions de soldats sous les armes dès 1812. L’évolution géopolitique européenne (notamment la rupture de l’alliance franco-autrichienne) entraîne une radicalisation progressive des positions. Après l’échec de Russie, la première campagne de Saxe, d’avril à juin 1813, ne parvient pas à renverser la situation en faveur de l’Empire. Début juillet, les Français concentrent leurs forces de Dalmatie dans trois places majeures, Zara, Raguse et Cattaro. Puis, à l’issue de l’armistice de Pleiswitz, le 17 août, l’Autriche rejoint la coalition prusso-russe, plaçant par contrecoup les Croates de Napoléon dans un contexte radicalement différent. À partir de la fin de l’été 1813, les Provinces illyriennes sont sous le coup d’un triple danger. Les croisières anglaises tiennent l’Adriatique, interdisant tout mouvement maritime et permettant incursions et débarquements de plus en plus puissants sur les points stratégiques du littoral. Par ailleurs, dans la deuxième quinzaine d’août, 42 000 Autrichiens pénètrent en Illyrie. L’extrême-sud enfin est menacé par les Turcs et les Monténégrins, qui envahissent en septembre la zone de Cattaro.

  • 53 Rapport du 4 juillet 1813 de l’intendant de Croatie civile, SHD/DAT, C6 7.
  • 54 Rapport du major Sébé, directeur des fortifications de Raguse, au ministre de la Guerre , SHD/DAT, (...)

38La désaffection gagne dès lors rapidement les unités croates. En juillet 1813 (en dépit de quelques exceptions), leurs bataillons défendaient encore les Provinces illyriennes. Lors de l’attaque anglaise sur Fiume, « les Croates qui étaient dans la place n’ont cédé le terrain que pas à pas » 53. Mais, à partir de l’été, des bandes de déserteurs, menées par des officiers fidèles à l’Autriche, provoquent des troubles dans le plat pays. Profitant de la sympathie de la population, le phénomène ne cesse de s’amplifier. Le 1er novembre, un certain nombre d’entre eux, sous commandement anglais, s’emparent de la ville de Stagno. De leur côté, les unités chargées de défendre les places font rapidement preuve d’une extrême mauvaise volonté dans le service, allant parfois jusqu’à se mutiner, ce qui pousse les commandants des forteresses à la reddition. C’est ainsi que tombent Castelnuovo en octobre, ou Zara en décembre, tandis que le pays est en révolte ouverte 54. Fin 1813, les Provinces illyriennes sont définitivement perdues pour l’Empire, l’Autriche s’y réinstallant immédiatement.

  • 55 SHD/DAT, XP 24.
  • 56 L’histoire des détachements croates de Glogau, de février 1813 à janvier 1814, est tiré de l’ouvrag (...)

39Les détachements envoyés à la Grande Armée connaissent de leur côté un destin plus rude. Formés à l’automne 1811, les 1er et 3e régiments provisoires participent à la campagne de Russie. Pertes ou désertions laminent leurs effectifs, au point que les survivants représentent à peine, en février 1813, deux compagnies incorporées aux garnisons des forteresses de l’Oder 55, Cüstrin (3e provisoire) et Glogau (1er provisoire) 56. Tandis qu’un bataillon de renfort, levé à l’automne 1812, rejoint cette dernière place, le 2e régiment provisoire est mis sur pied à Trieste, à temps pour combattre durant la première campagne de Saxe, à l’issue de laquelle les soldats encore présents sous les drapeaux sont rassemblés en un seul bataillon muté à Glogau. Les Croates y soutiennent un nouveau blocus jusqu’en janvier 1814, avant d’abandonner, par un coup de force mené de concert avec les contingents de l’ex-Confédération du Rhin, le reste des défenseurs, d’origine française. Ils sont alors rapatriés en Autriche par les assiégeants prusso-russes, comme la compagnie de Cüstrin (qui capitule le 20 mars 1814). Un 9e bataillon, parti le 10 mai 1813 de Croatie pour Magdebourg, participe à la défense de la ville, de l’été 1813 à sa reddition le 23 mai 1814. La similitude de destin de ces unités demeure extrêmement frappante. Après quelques semaines ou quelques mois de guerre de mouvement, les Croates finissent par être intégrés à une garnison, tant vraisemblablement du fait des circonstances que de leur propension à déserter, qui perdure d’ailleurs au cours des sièges qu’ils soutiennent.

  • 57 SHD/DAT, XL 30.
  • 58 Idem.

40La ponction en faveur des armées de campagne ne s’arrête pas là. Un régiment de hussards croates est levé à partir de février 1813, chaque régiment sédentaire fournissant un escadron 57. Parfaitement organisé, mais n’ayant pas encore combattu, il stationne à Lyon en novembre. Deux nouveaux bataillons, d’autre part, sont dirigés dès l’été sur le camp de Montechiaro pour renforcer l’armée d’Italie, puis mutés en Corse le 18 novembre. Or, l’échec de la seconde campagne de Saxe, à l’automne 1813, conduit les États de la Confédération du Rhin à rejoindre la VIe coalition. Soucieux d’éradiquer tout danger potentiel de mutinerie, l’Empereur ordonne le 25 novembre de transformer en bataillons de pionniers (dépourvus d’armement, mais conservant leur organisation militaire et leur solde) l’ensemble des troupes étrangères encore à son service, à l’exception des Polonais. En vertu de quoi les hussards croates, après avoir remis armes et chevaux, forment cinq compagnies qui gagnent la Nièvre. De leur côté, les deux bataillons, désarmés, sont versés dans le 2e bataillon colonial d’Ajaccio, ce qui n’empêchera pas une partie d’entre eux de participer à une révolte, à Bastia, en avril 1814 58.

41Après l’abdication de Fontainebleau, les pionniers croates passent en mai 1814 sous commandement autrichien, de même qu’une compagnie du 1er régiment qui avait suivi le Grand Quartier général impérial (!) ainsi que le bataillon qui défendait Magdebourg. Ce transfert de compétences met fin à l’expérience française de colonies militaires, les Habsbourg ne dissolvant les confins qu’en 1881.

Haut de page

Bibliographie

Archives nationales : cartons ou registres AF IV 1713, AF*IV 842, 390 AP 15, 390 AP 17.

SHD/DAT : cartons ou registres C2 706, C6 5, C6 6, C6 7, C11 134, XL 30, XL 34, XL 35a, XP 24.

Bulletin des lois de l’Empire français, Paris, Imprimerie nationale, mai 1804-mars 1814.

Adler (J.), « Les Provinces illyriennes dans l’Empire », in Genève française 1798-1813 : Nouvelles approches, Mottu-Weber (L. dir.), Genève, Société d’histoire et d’archéologie, 2004, p. 139 à 167.

Blanc (A.), La Croatie occidentale, étude de géographie humaine, Paris, Institut d’études slaves de l’Université de Paris, 1957.

Boppe (P.), La Croatie militaire 1809-1813, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1900.

Brun (J.-F.), Les oubliés du fleuve, Glogau-sur-Oder, un siège sous le Premier Empire, Saint-Julien-Chapteuil, éd. du Roure, 1997.

Cassi (G.), « Les populations juliennes-illyriennes pendant la domination napoléonienne (1806-1814) », Revue des Études napoléoniennes, octobre 1930 p. 193-212 et novembre 1930, p. 257-369.

Crouz-Tornare (A. J.), « Les soldats suisses de Napoléon », Napoléon Ier, n° 10, septembre-octobre 2001, p. 30 à 35.

Dainville (F. de), Tulard (J.), Atlas administratif de l’Empire français, Genève-Paris, Droz-Minard, 1973.

Godechot (J.), Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, Presses universitaires de France, 1968.

Lachadenède (R. de), « La France en Illyrie et les opérations maritimes côtières », Revue historique des armées, 1982, no 1 p. 72 à 89 et no 2 p. 71 à 85.

Marmont (A. F. L.), Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse, T. III, Paris, Perrotin, 1857.

Montalivet (comte de), Exposé de la situation de l’Empire présenté au Corps législatif dans sa séance du 25 février 1813, Paris, Imprimerie impériale, 1813.

Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon Ier, Paris, Imprimerie impériale, 1869.

Nouzille (J.), Histoire de frontières : l’Autriche et l’Empire ottoman, Paris, Berg International, 1991.

Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes (1809-1813), Paris, Bossard, 1930.

Pisani (P.), La Dalmatie de 1797 à 1815, Paris, A. Picard et fils, 1893.

Ruegg (F.), À l’Est, rien de nouveau, Genève, Georg, 1991.

Tulard (J. dir.), Les empires occidentaux, de Rome à Berlin, Paris, Presses universitaires de France, 1997.

Woolf (S.), Napoleon’s Integration of Europe, London, Routledge, 1991.

Woolf (S.), « French civilization and Ethnicity in the Napoleonic Empire », Past and Present, no 124, p. 96 à 120.

Haut de page

Annexe

Un destin…

Marc Slivarich de Heldenbourg est le seul officier croate devenu général dans l’armée française. Né en Slavonie le 12 octobre 1762, entré au service de l’Autriche comme cadet d’artillerie en 1781, il devient enseigne dans les troupes croates en juillet 1782. Major en mars 1809, après plusieurs campagnes et plusieurs blessures, membre de la députation envoyée à Paris, il est nommé colonel du 1er régiment de chasseurs illyriens en 1810. Officier de la Légion d’honneur, son attachement à l’Empire contrebalance son incapacité et son ignorance du français aux yeux du ministère. Après avoir servi dans quatre régiments sédentaires au cours de sa carrière, il prend le commandement du 1er provisoire, combat en Russie puis reçoit les étoiles de général de brigade le 5 février 1813. Napoléon songe alors à lui confier la brigade croate qu’il souhaite constituer à la Grande Armée (lettre no 19749 au général Clarke, 23 mars 1813, Correspondance de Napoléon Ier). Capturé à Leipzig, libéré en juillet 1814, Slivarich ne parvient pas à réintégrer l’armée autrichienne malgré ses demandes, tandis que Louis XVIII le transforme en demi-solde. Commandant supérieur d’Antibes durant les Cent jours, il est finalement mis à la retraite par l’armée française le 18 octobre 1815 et se retire dans l’Hérault jusqu’à son décès, survenu le 27 août 1838.

Le service du cordon

« Chaque compagnie fournit habituellement au service du cordon, il y a dans chaque régiment un ou deux officiers de garde suivant l’étendue du cordon, en temps ordinaire, il y en a trois, chaque poste de 4, 10 ou 20 hommes suivant son importance est renfermé dans un shardak ou corps de garde crénelé en bois ou en pierres.

Il y a terme moyen 3 shardaks par lieue courante, suivant les localités. D’un shardak, on aperçoit presque toujours celui de droite ou celui de gauche. On fait habituellement des patrouilles d’un shardak à l’autre ; un rapport par écrit envoyé par le sous-officier de l’extrémité du cordon à l’officier qui est au centre annonce ce qui s’est passé ; ce service m’a paru se faire assez bien ; cependant on conçoit que dans un pays montueux et boisé il y a souvent des communications furtives soit pour la contrebande du sel, soit pour la vente des bestiaux soit surtout pour aller voler les bestiaux sur la frontière voisine (…).

Il y a dans chacun des quatre régiments que j’ai vus un rastel ou lazaret où le commerce d’échange se fait entre les deux nations habituellement mais plus particulièrement un jour de la semaine, une double palissade sépare les Turcs des Croates ; les employés du lazaret se promènent entre les deux palissades et empêchent la communication. »

Rapport du général Bertrand à l’Empereur, 15 septembre 1811, Archives nationales, 390 AP 17.

La population des six régiments-frontières
devenus français (1810)

La population des six régiments-frontières devenus français (1810)

Source : « Mémoire sur la Croatie militaire », Service historique de la Défense/département de l’armée de Terre, C6 5.

  

Haut de page

Notes

1 Lettre no 6 335 du Premier consul au général Berthier, 30 fructidor an X (Correspondance de Napoléon Ier).

2 Dainville (F. de) et Tulard (J.), Atlas administratif de l’Empire français. Le fascicule explicatif accompagnant les cartes confirme (p. 32) l’existence de deux camps en 1812, l’un à Asti, l’autre dans le Roër.

3 La profondeur des confins, d’autre part, ne dépasse pas en moyenne 8 lieues, soit une journée de marche.

4 Marmont (maréchal), « Mémoire sur les régiments-frontières » du 27 octobre 1810 (SHD/DAT, C6 5).

5 Ce qui n’est pas tout à fait exact, chaque village possédant en indivision des terres (opčina) analogues aux communaux français. Au sein de la zadrouga, au bien-souche collectif (baština) s’ajoute la propriété individuelle de chaque ménage, essentiellement jardins et vergers [Blanc (A.), La Croatie occidentale, étude de géographie humaine, p. 109 à 112].

6 Il existe une 13e compagnie, dite de Serexaners, qui obéit à des règles de recrutement particulières. Les hommes qui la composent (100 à 150 en moyenne) servent sans être soldés, ne sont pas mobilisables dans les bataillons de guerre, sont exemptés d’impôts et de corvées mais doivent en revanche patrouiller sur le cordon.

7 « Rapport sur la Croatie militaire » du général Lauriston, Trieste, 28 décembre 1810 (SHD/DAT, C6 5).

8 Les Croates sont catholiques romains. Les orthodoxes en revanche sont des Serbes qui composent une partie de la population des confins. Les régiments-frontières sont donc en réalité serbo-croates. Le « Mémoire sur la Croatie militaire » (SHD/DAT, C6 5) révèle qu’en 1810, dans la zone française, 118 506 confinaires sont catholiques et 161 160 orthodoxes.

9 Marmont (maréchal), « Mémoire sur les régiments-frontières » du 27 octobre 1810, SHD/DAT, C6 5.

10 Le tribunal de compagnie est composé du lieutenant d’économie, du sergent-major d’économie, de 2 sergents d’économie, de 2 caporaux d’économie et enfin de 2 chefs de famille (maréchal Marmont, « Mémoire sur les régiments-frontières » du 27 octobre 1810, SHD/DAT, C6 5).

11 Rapport non daté, Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre, C6 5.

12 Il existe en outre une procédure d’exception décrite par le général Clarke dans son rapport du 21 novembre 1810 (Archives nationales, AF IV 1713) : « Dans les dangers imminents, tels que ceux résultant d’une révolte ou d’un crime au premier chef contre la discipline et sous les armes, on emploie un mode de justice terrible et prompt pour condamner sans appel. Les membres du tribunal nommé Standrecht se forment en cercle au milieu de la place, le sabre à la main ; les pièces de procédure sont exposées sur un manteau dans l’intérieur du cercle ; le prévenu est interrogé, jugé et exécuté en présence des troupes assemblées sous les armes. »

13 « État sommaire des effectifs des 6 régiments croates » au 1er janvier 1810, SHD/DAT, C6 5.

14 Lettre du général Bertrand, gouverneur des Provinces illyriennes, à Napoléon Ier, 15 septembre 1811 (Archives nationales, 390 AP 17, « Correspondance active et rapports du général Bertrand du 6 juillet 1811 au 2 décembre 1812) ».

15 Lettre no 17 049 de Napoléon Ier au général Clarke, 16 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier).

16 Rapport du 19 juillet 1811, Archives nationales, 390 AP 17.

17 Rapport du maréchal Marmont au général Clarke, ministre de la Guerre, Carlstadt, 7 janvier 1810 (SHD/DAT C6 5).

18 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 271.

19 Marmont (maréchal), dans ses Mémoires (t. III, p. 376), est très précis à ce sujet : « Je réformai une disposition de l’état civil des Croates contraire aux intérêts de la population. Les mariages, trop précoces et autorisés dès l’âge de douze à quinze ans, furent défendus avant seize ans pour les filles, et dix-huit ans pour les hommes. »

20 Lettre du général Bertrand, gouverneur des Provinces illyriennes, Trieste, 6 mars 1812 (SHD/DAT, C6 6).

21 Arrêté du maréchal Marmont réglant l’administration des régiments croates, 2 juin 1810 [cité par Boppe (P.), La Croatie militaire, p. 182-183].

22 Marmont (maréchal), Mémoires, T. III, p. 504.

23 Décret sur l’organisation de l’Illyrie du 15 avril 1811, section X, article 235.

24 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 81 et 83.

25 Boppe (P.), La Croatie militaire, p. 179-180.

26 Boppe (P.), La Croatie militaire, p. 175-176.

27 SHD/DAT, XL 30.

28 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 270.

29 Lettre no 17 081 de Napoléon Ier au général Clarke, 27 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier).

30 Le bataillon d’instruction de Fontainebleau constitue une véritable école de sous-officiers, dont l’encadrement est assuré par la Garde impériale.

31 Article premier de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

32 L’Empire commence par abolir la féodalité puis introduit le Code pénal le 1er janvier 1811, sachant que les lois françaises doivent entrer en vigueur le 1er janvier 1812. Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 14 et 16.

33 Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 97 à 99 et p. 105.

34 On peut citer à ce propos le rapport du général Bertrand, du 17 août 1811, sur la réduction de deux familles de brigands qui faisaient régner depuis 20 ans la terreur dans la région de Marigrad, c’est-à-dire dans une zone montagneuse aux frontières de la Dalmatie et de la Croatie militaire (SHD/DAT, C6 6).

35 Rapports de police de février 1813, SHD/DAT, C6 7.

36 Lettre du général Bertrand à Napoléon Ier, 10 octobre 1811, SHD/DAT, C6 6.

37 Rapport du général Clarke, 2 novembre 1810, Archives nationales, AF IV 1713.

38 Bulletin des lois de l’Empire français, années 1810 et 1813. Le sénatus-consulte de 1810 lève 10 000 conscrits de la classe 1815 au profit de la marine, dans les cantons littoraux de 30 départements.

39 Montalivet (comte de), Exposé de la situation de l’Empire, tableau (6).

40 Ce pourcentage est obtenu à partir de la règle de trois suivante : (170 000 X 5)/(42 738 377).

41 Lettre no 17 049 de Napoléon Ier au général Clarke, 16 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier).

42 Crouz-Tornare (A.-J.), « Les soldats suisses de Napoléon », p. 35.

43 « Mémoire sur la Croatie militaire », SHD/DAT, C6 5.

44 Lettre no 17 061 de Napoléon Ier au général Mouton, 18 octobre 1810 (Correspondance de Napoléon Ier).

45 Rapport du général Mouton du 26novembre1810, cité par Boppe (P.), La Croatie militaire, p.211.

46 Rapport du général Clarke, 21 novembre 1813, Archives nationales, AF IV 1713.

47 Registre d’appel du 15 septembre 1811, Archives nationales, AF*IV 842.

48 Appel de 1812 : « Observations sur la défense des Provinces illyriennes », SHD/DAT, C6 7. Appels des 15 avril et 15 octobre 1813, SHD/DAT, C11 134.

49 Rapport du 15 avril 1811, Archives nationales, 390 AP 15.

50 État des dépenses des régiments croates pour 1811, Archives nationales, 390 AP 17.

51 Voir à ce propos la lettre no 18 383 adressée par Napoléon Ier au ministre du Trésor Mollien le 28 décembre 1811 (Correspondance de Napoléon Ier).

52 Le budget des régiments croates diminue en effet. Alors qu’en 1811, les recettes s’élevaient à 813 000 francs et les dépenses à 2 400 000, les montants pour1812 s’établissent respectivement à 750 000 et 2 000 000 francs. Pivec-Stelè (M.), La vie économique des Provinces illyriennes, p. 270 et 271.

53 Rapport du 4 juillet 1813 de l’intendant de Croatie civile, SHD/DAT, C6 7.

54 Rapport du major Sébé, directeur des fortifications de Raguse, au ministre de la Guerre , SHD/DAT, C6 7.

55 SHD/DAT, XP 24.

56 L’histoire des détachements croates de Glogau, de février 1813 à janvier 1814, est tiré de l’ouvrage de Jean-François Brun, Les oubliés du fleuve.

57 SHD/DAT, XL 30.

58 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La population des six régiments-frontières devenus français (1810)
Légende Source : « Mémoire sur la Croatie militaire », Service historique de la Défense/département de l’armée de Terre, C6 5.
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/1073/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Brun, « L’échec des colonies militaires françaises (1809-1813) », Revue historique des armées, 248 | 2007, 42-59.

Référence électronique

Jean-François Brun, « L’échec des colonies militaires françaises (1809-1813) », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/1073

Haut de page

Auteur

Jean-François Brun

Maître de conférences et directeur du département d’histoire de l’université de Saint-Etienne, lieutenant-colonel de réserve est ancien auditeur de l’IHEDN. Il a participé à deux reprises aux opérations extérieures au Kosovo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org