Navigation – Plan du site
Lectures

Sylvain Boulouque et Pascal Girard (dir.), Traîtres et trahisons. Guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Préface de Philippe Buton

Séli Arslan, Paris, 2007, 224 pages
Louis Panel

Texte intégral

1Les actes de ce colloque tenu à Troyes les 14 et 15 octobre 2005 rassemblent des contributions originales sur les diverses formes et perceptions de la trahison, essentiellement en France. La première cession intitulée « territoires et couleurs de la trahison » traite d’abord des figures du traître dans le mouvement républicain irlandaisavant d’étudier la naissance du mot et du concept de « jaunes » dans le mouvement ouvrier français. Une deuxième partie, consacrée à la trahison en temps de guerre et à sa répression, envisage les thèmes de la « cinquième colonne » et de la collaboration en France sous l’occupation. Enfin, une troisième partie analyse la trahison politique à partir du cas des listes noires du Parti communiste, du Parti populaire français, de l’OAS et enfin de l’ouvrage Le socialisme trahi d’André Philip. On y suit donc des questions de fond, telles que la définition de la déloyauté, l’idée de trahisons nécessaires, ou la prise en compte, par les traîtres eux-mêmes, de leur qualification. Le volume montre également comment au XXe siècle, le thème de la trahison sollicite un imaginaire social en fait très ancien : ainsi apprend-t-on que, bien avant la création du « syndicat n° 2 » de Pierre Biétry (1872-1918), et en réalité depuis le Moyen Âge, la couleur jaune connotait la trahison et devait en stigmatiser les acteurs. Mais en s’ouvrant sur toutes les formes du reniement des causes ou des groupes, l’ouvrage s’adresse également aux politistes. Ainsi la communication d’Olivier Dard, traquant jusque dans la rhétorique des partisans et adversaires de l’OAS les indices d’une lutte à fronts renversés, ou celle de François Lafon sur les reniements du « national molletisme » produisent des mises en abîme où la trahison apparaît finalement comme un miroir tendu entre adversaires. Aux formes politiques de la trahison répond également l’exploitation des trahisons militaires – ou de leur mythe – à des fins politiques. Ainsi cette analyse plurielle, aux prismes politiques et sociaux, d’une valeur négative, éclaire-t-elle de nombreux aspects d’un XXe siècle retenu comme le moment essentiel des combats collectifs, entre partis et patries.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Panel, « Sylvain Boulouque et Pascal Girard (dir.), Traîtres et trahisons. Guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Préface de Philippe Buton », Revue historique des armées [En ligne], 250 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/134

Haut de page

Auteur

Louis Panel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org