Navigation – Plan du site
Dossier

L’îlot Saint-Germain au tournant des XIXe et XXe siècles

Michaël Bourlet
p. 3-11

Résumés

Depuis près de deux siècles, le ministre en charge des affaires militaires est installé à l’hôtel de Brienne. Il a attiré à lui, au cours du  XIXe siècle, une grande partie de l’administration centrale. Au lendemain de la guerre franco-prussienne, l’état-major de l’armée, nouvellement créé, s’installe dans les nouveaux bâtiments haussmanniens jouxtant l’hôtel du ministre de la Guerre. En quelques décennies, l’armée a façonné le quartier. L’îlot Saint-Germain s’intègre au cœur du « noble faubourg ». Cet espace devient alors un siège unique de l’autorité militaire. Ses attributions ne sont pas celles dévolues habituellement aux sièges de l’autorité militaire d’une ville, d’une région, d’un protectorat ou d’une colonie ; ce sont celles de l’armée française. La mission de l’EMA est de mener les armes de la France à la victoire. Cette installation de l’EMA au 231 boulevard Saint-Germain à la fin du XIXe siècle marque le début d’une histoire qui lie intimement un lieu et un organisme. Pendant des décennies, et encore de nos jours, les termes d’îlot Saint-Germain et d’EMAT, ont été indissociables. Quelle est la nature et quelle est l’histoire des liens qui, de l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale, expliquent une telle symbiose ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Résidence du ministre de la Guerre depuis maintenant près de deux cents ans, l’îlot Saint-Germain a attiré progressivement à lui, au cours du  XIXe siècle, une grande partie de l’administration centrale de la Guerre et en particulier l’état-major de l’armée dès sa création à la fin du siècle. Cette implantation a façonné le quartier. Dessiné par les rues de Bourgogne, de l’Université, de Bellechasse et Saint-Dominique et par le boulevard Saint-Germain, l’îlot s’intègre pleinement au cœur du « noble faubourg ». La double présence du ministre de la Guerre et du chef d’état-major de l’armée fait du site un siège unique de l’autorité militaire. Avant la guerre franco-prussienne, il n’existait pas dans l’armée française d’organisme chargé de préparer la guerre. En 1890, après une longue réflexion menée par les politiques et les militaires, l’état-major de l’armée est créé : sa mission est de préparer la « Revanche ». Cette installation marque le début d’une histoire qui associe étroitement – encore de nos jours – un lieu et un organisme. Pour un grand nombre de militaires français, pendant des décennies, les termes d’ « îlot Saint-Germain » et d’ « état-major de l’armée » puis de l’ « armée de Terre » ont été indissociables. Quelles sont la nature et l’histoire des liens qui, de l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale, expliquent une telle symbiose ?

Au cœur du noble faubourg 1

  • 1 Bertaut (Jules), Le faubourg Saint-Germain sous la Restauration, Paris, Tallandier, 1949, 319pages.

2Il ne reste pratiquement rien des prairies, du couvent Saint-Joseph et des beaux hôtels particuliers qui couvraient l’actuel VIIe arrondissement de Paris durant l’Ancien Régime. L’hôtel de Brienne est aujourd’hui l’un des derniers témoins de cette histoire multiséculaire et prestigieuse.

Le couvent

  • 2 Lebeuf (abbé), Histoire du diocèse de Paris, nouvelle édition annotée et continuée jusqu’à nos jour (...)

3Jusqu’à la fin du XVIe siècle, cet espace est couvert de pâturages, de cultures et de marais. Cherchant le calme, quelques communautés religieuses s’installent dans le faubourg durant la première moitié du XVIIe siècle. Dans une zone encore très largement rurale, en bordure de la ville, mademoiselle Letan – Marie Delpech de l’Étang – loue à partir de 1632 une maisonnée. En 1640, elle acquiert d’abord une maison puis un jardin. Forte de ses acquisitions, le 16 juin 1641, elle fonde le couvent des Filles de la Providence connu aussi sous le nom des Filles de Saint-Joseph. Cette communauté reçoit les jeunes filles pauvres dès l’âge de 10 ans, les élève dans la foi chrétienne et leur apprend un métier. La communauté survit sans église et avec peu de bâtiments conventuels 2.

4Le couvent connaît son âge d’or grâce à la marquise de Montespan qui le sort de l’anonymat, le protège et l’embellit. Elle contribue aussi à faire connaître les broderies que produisent les pensionnaires auprès de la Cour et à Paris. Supplantée par Mme de Maintenon, la marquise de Montespan partage sa retraite entre l’abbaye de Fontevraud et le couvent des Filles de Saint-Joseph. Elle y occupe un appartement somptueux dans de nouvelles constructions qu’elle a initiées. Car au début du XVIIIe siècle, les constructions du couvent s’organisent autour de deux cours contiguës et presque carrées. Elles sont séparées par un bâtiment à deux étages, perpendiculaire à la rue Saint-Dominique. La première cour, dite « cour extérieure », est traversée par les fidèles qui assistent aux offices. La seconde, dite « cour des écuries », est réservée aux religieuses et aux orphelines. Un potager s’étend entre les rues Saint-Dominique et de l’Université. Le cloître ne comprend que trois galeries. La vente des terrains n’a pas permis la construction du dernier corps de logis qui aurait achevé le double quadrilatère formé par les bâtiments. Quant aux appartements de la marquise de Montespan, ils sont loués à partir de 1716. Mme du Deffand, de 1747 à 1780, occupe une partie de l’appartement où elle reçoit de nombreuses personnalités dans son salon.

Les hôtels particuliers

5L’installation des congrégations religieuses contribue à l’apparition, au milieu du XVIIe siècle, des premières grandes demeures aristocratiques car, après le départ de Louis XIV et de la Cour pour Versailles, beaucoup de nobles choisissent de s’installer dans le faubourg Saint-Germain plutôt que dans le Marais. Ils sont ainsi à proximité du Louvre et sont placés sur la route de Versailles. Au XVIIIe siècle, il existe près de 300 hôtels particuliers dans le faubourg.

  • 3 Hepp (Marie-Annick), L’État-major de l’armée de Terre, Paris, Éditions de la Revue française, 1980.

6Le couvent des Filles de Saint-Joseph est bientôt encerclé par plusieurs de ces hôtels : l’hôtel d’Estrées et ses jardins à la française délimitent la partie est du couvent tandis que l’hôtel d’Agenois sépare le potager du couvent de la rue de l’Université. Au milieu du XVIIIe siècle, les religieuses ne disposent plus que de quelques allées de légumes séparées par du gazon et des allées pour les promenades. Le voisinage du couvent est composé maintenant par des hôtels particuliers aux noms illustres : d’Aiguillon ou de Noailles-Mouchy. Jouissant d’une grande propriété et d’une notoriété considérable au début du XVIIIe siècle, les religieuses de Saint-Joseph ont été obligées de vendre plusieurs de leurs parcelles au cours du siècle. À partir de 1784, l’établissement subit d’importants travaux. En 1790, le bâtiment d’origine est abattu puis reconstruit. Les revenus du couvent proviennent en grande partie de la location des appartements qui subviennent aux besoins d’environ 60 religieuses, novices et orphelines. En 1707, le couvent comptait environ 686 orphelines 3.

  • 4 Sarmant (Thierry), L’hôtel de Brienne, ministère de la Défense/Direction de la mémoire, du patrimoi (...)

7L’essor pris par le faubourg Saint-Germain au début du XVIIIe siècle attire de nombreux entrepreneurs et architectes. Sur des terrains ayant appartenu autrefois aux Filles de Saint-Joseph, François Duret, président au Grand Conseil, confie en 1726 à l’architecte François Aubry le soin d’édifier un hôtel particulier. Plusieurs occupants se succèdent jusqu’en février 1776, date à laquelle l’hôtel est vendu à Louis-Marie-Athanase de Loménie, comte de Brienne (1730-1794), lieutenant-général des armées du roi, ministre de la Guerre du 24 septembre 1787 au 30 novembre 1788 4.

Le séisme révolutionnaire

8La Révolution française marque le début d’une période trouble pour tous les occupants de l’îlot Saint-Germain. Les religieuses sont expulsées le 15 novembre 1792. Leur maison est mise sous séquestre avant d’être vendue en 1797. Quant au comte de Brienne, il est arrêté et guillotiné le 10 mai 1794. D’abord confisqué, l’hôtel est restitué à la veuve du comte en 1795. Celle-ci le revend et le nouveau propriétaire y engage de nombreux travaux de réfection et d’embellissement. À nouveau vendu, l’hôtel est d’abord loué à Lucien Bonaparte, frère du Premier consul et ministre de l’Intérieur, qui enfin l’achète en 1802. Les relations qu’il entretient avec son frère se détériorent à partir de 1803 et Lucien est obligé de se retirer en Italie. En 1805, l’hôtel est vendu à la mère de l’empereur, Letizia Bonaparte (1750-1836). Cette dernière acquiert deux parcelles mitoyennes sur lesquelles elle fait ériger une chapelle et une orangerie.

L’installation du ministère de la Guerre et de son administration

Le début du  XIXe siècle : une timide implantation

9La Révolution française provoque le retour des services ministériels à Paris. En ce qui concerne le département de la Guerre, il n’existe pas de bâtiments suffisamment grands pour l’accueillir. Par conséquent, il est dispersé dans plusieurs grands hôtels parisiens comme celui de Tessé dans la rue de Varenne ou celui de Castries dans la rue de Grenelle. En 1804, les bureaux de la Guerre sont regroupés dans les locaux de l’ancien couvent. Mais ce n’est qu’après la période impériale que naît le projet d’installer un ministère à l’hôtel de Brienne. Le général comte Pierre Dupont de l’Étang (1765-1840), ministre de la Guerre sous la première Restauration, qui doit quitter son hôtel de la rue de Lille, décide de s’y installer. Pourtant, il faut attendre la deuxième Restauration pour que l’hôtel devienne officiellement la demeure du ministre de la Guerre lorsqu’il est vendu à l’État en 1817.

Les transformations du  XIXe siècle

  • 5 Fierro (Alfred), Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Paris, Parigramme, 1999, 430p.

10Au lendemain de son installation, le ministère de la Guerre est à l’étroit. Ce handicap est surmonté progressivement au cours du  XIXe siècle par une extension du ministère et de ses services dans le voisinage, de sorte qu’à la fin du siècle, l’espace compris entre les rues de Bourgogne, de l’Université, de Bellechasse et Saint-Dominique est entièrement dévolu au département de la Guerre. À partir de 1839, plusieurs travaux d’agrandissement sont entrepris. L’orangerie construite par la mère de Napoléon est reconvertie en bureaux. Quelques hôtels particuliers et autres bâtiments sont rattachés au ministère de la Guerre, alors que dans la rue Saint-Dominique, les constructions fleurissent. Au milieu du siècle, le ministère et son administration forment un rectangle dans lequel demeurent enclavés quelques hôtels particuliers. Les aménagements du préfet Haussmann sous le Second Empire changent profondément la physionomie du quartier : le boulevard Saint-Germain, ouvert en 1855 entre le quai de la Tournelle et le boulevard Saint-Michel, est prolongé en 1866 jusqu’au quai appelé aujourd’hui Anatole France. Le percement de la rue de Solferino coupe en deux cet ensemble. Ces grands travaux d’urbanisme consacrent la fin des hôtels particuliers qui subsistaient jusqu’alors 5.

L’édification du 231, boulevard Saint-Germain

11Jules Louis Bouchot (1817-1907), architecte du gouvernement, est chargé de l’édification des nouveaux bâtiments du ministère de la Guerre. Ancien élève de l’École des Beaux-Arts, il a été autrefois l’architecte en chef de la compagnie Paris-Lyon-Marseille (PLM). On lui doit notamment les gares de Nice et de Milan. Son objectif est de donner à la façade un caractère monumental. Les travaux débutent en 1868. Ils sont interrompus par la guerre de 1870, mais ils sont repris après l’épisode de la Commune. En 1875, l’aile occidentale est terminée et la partie en façade sur le tronçon ancien de la rue de l’Université est achevée en 1877. Les travaux prennent fin en 1883. La façade du bâtiment est longue de 142 mètres, elle est en pierre de taille ornée de corniches et de moulures. Elle s’impose entre deux pavillons. Au centre, elle est coupée par un pavillon dans lequel s’intègre la porte principale. Celle-ci est surmontée d’un fronton représentant la France avec à ses côtés deux lions, symboles de la force. Les façades du boulevard Saint-Germain et du prolongement de la rue de Solferino forment un angle obtus où l’architecte a fait élever une tour qui porte une double horloge. L’ensemble des bâtiments comprend de nombreux bureaux, des salles de commission, des salons de réception sur une superficie de 3 841 m². L’îlot Saint-Germain est né.

  • 6 Mazé (Jules), Histoire de deux vieilles maisons, l’hôtel de Brienne et le couvent Saint-Joseph (min (...)

12Que subsiste-t-il aujourd’hui des constructions antérieures à Jules Louis Bouchot ? Il ne reste plus aucune trace visible du couvent et des hôtels particuliers. Pourtant, au début du XXe siècle et en dépit des transformations successives, il en demeurait encore des vestiges. Ainsi, en 1927, la cour dite de l’horloge représentait exactement l’ancienne cour d’honneur du couvent. Dans un bâtiment situé au fond de cette cour subsistaient encore des traces du salon jaune à rubans feu de la marquise de Montespan. Enfin, des arcades de l’ancien cloître étaient toujours visibles en 1936 6. Cette transformation du quartier et la naissance de l’îlot Saint-Germain vont de pair avec la création puis l’essor de l’état-major de l’armée. Pendant plus d’un siècle, la plus haute autorité de l’armée de Terre française a étroitement mêlé son destin avec ces murs et avec le quartier.

La création d’un état-major de l’armée 7

Avant l’état-major de l’armée…

13Depuis le XIe siècle, le commandement en chef de l’armée royale en campagne était exercé par le connétable. Bien qu’ayant perdu de sa puissance avec les siècles, la fonction subsiste jusqu’au règne de Louis XIII. Elle est supprimée en 1627, puisqu’elle est devenue incompatible avec la place prise par le département de la Guerre. À l’époque, le roi conduit personnellement les armées à la guerre. Il donne ses ordres au chef désigné pour mener la campagne. Il n’existe pas en temps de paix d’état-major chargé de préparer la guerre et en temps de guerre d’état-major chargé de la conduire. La Révolution française puis l’Empire introduisent des nouveautés dans ce domaine. Napoléon Ier restaure le titre de major général, qui devient le chef du Grand Quartier impérial, et esquisse une organisation d’état-major en bureaux. Le major général reçoit ses ordres de l’empereur puis les transmet aux corps d’armée. Le maréchal Berthier occupe cette fonction de 1805 à 1814. La Restauration supprime l’appellation de major général. Elle est seulement maintenue pour les quatre maréchaux de France qui commandent la garde royale. Il n’existe pas au  XIXe siècle dans l’armée française d’état-major chargé de préparer les opérations. Le ministre de la Guerre est d’abord un administrateur placé à la tête d’un organe de gestion du personnel et des matériels de l’armée.

  • 8 Derrecagaix (V.), Étude sur les états-majors des armées étrangères suivie d’un projet de réorganisa (...)

14Lorsque l’armée française part en campagne en août 1870 contre la Prusse, elle ne dispose pas d’un état-major capable de conduire les opérations. Elle doit improviser et ses défaillances sont mises cruellement en évidence. Au lendemain de la défaite, politiques et militaires réfléchissent à la création d’un état-major au ministère de la Guerre. Le but recherché est de mettre sur pied un organisme capable de réfléchir, de planifier et de préparer le commandement à mener une guerre moderne. La création de l’état-major de l’armée est donc une idée née de la défaite. Elle s’intègre dans ce qui est le plus grand chantier de la IIIe République : la reconstruction de l’armée. Le 8 juin 1871, l’administration centrale du ministère est constituée en trois directions (personnel, matériel, contrôle/comptabilité) et d’un État-Major général du ministre dont le chef a autorité sur le cabinet du ministre et sur deux bureaux : le premier est chargé de la correspondance générale, des mouvements de troupes, des décorations et des décrets collectifs ; le second traite des travaux historiques et des statistiques militaires, mais aussi de la bibliothèque, de la collection générale des cartes et plans, de la géodésie, de la topographie, du dessin, de la gravure et de la photographie. La mission du chef d’état-major du ministre est la préparation de la guerre. Il est prévu qu’en cas de campagne l’état-major demeure auprès du ministre afin de préparer et d’ordonner les mouvements à exécuter. Cette timide organisation de l’État-Major général du ministre inaugure près de quatre décennies de réformes et de mutations profondes qui permettent à la France de se doter d’un commandement chargé d’élaborer les plans de guerre et de conduire l’armée au combat. L’état-major est alors construit sur le modèle du Grand État-Major allemand 8. Mais ses structures se différencient de l’organisation allemande, car le pouvoir politique en France laisse peu d’initiatives aux militaires pendant cette période.

15Ainsi l’organisation de 1871 souffre de deux insuffisances : les fonctions de chef d’État-Major général et de chef du cabinet du ministre se confondent puisqu’elles sont exercées par le même officier général. Lorsque le ministre tombe, celui-ci entraîne généralement avec lui le chef d’État-Major général. En outre, en cas de guerre, la question du commandement n’est pas tranchée.

L’organisation en bureaux

16Le 12 mars 1874, le haut commandement est organisé officiellement en bureaux et le chef d’état-major n’est plus le chef du cabinet du ministre de la Guerre. Le 1er bureau concentre dans ses attributions toutes les questions se rapportant à l’organisation générale, à la mobilisation de l’armée et au stationnement des troupes. Le 2e bureau est celui de la statistique militaire et comprend les études historiques. Le 3e bureau traite des opérations militaires, de l’instruction de l’armée et de la topographie en campagne. Le 4e bureau est chargé du service des étapes et des chemins de fer, de l’exécution des mouvements de troupes et de leur transport par voies ferrées et fluviales. Quant aux 5e bureau (correspondance générale) et 6e bureau (Dépôt de la guerre), leur existence est éphémère. Cette organisation, plus souple, ne définit pourtant pas les responsabilités dans l’éventualité d’une guerre européenne. La question de l’exercice du commandement n’est pas réglée et le chef d’État-Major général n’est encore que le collaborateur immédiat du ministre. L’instabilité est toujours la règle : de 1871 à 1886, la France compte ainsi douze chefs d’état-major alors qu’en Allemagne, les maréchaux von Moltke et von Schlieffen paraissent inamovibles.

17Alors que l’idée d’une séparation de l’État-Major général en cas de guerre (un état-major de l’intérieur, ossature d’un nouvel état-major du ministre et un état-major aux armées) est introduite à partir de 1880, l’administration centrale du ministère de la Guerre est profondément réorganisée en novembre 1884. L’État-Major général du ministre est composé du chef d’État-Major général du ministre, secondé par deux sous-chefs d’État-Major général, d’un bureau du personnel et de quatre bureaux (organisation et mobilisation de l’armée, statistiques militaires et études des armées étrangères, opérations militaires et instruction de l’armée et enfin transports) et du dépôt de la guerre (les archives).

6 mai 1890 : naissance de l’état-major de l’armée

18Le 6 mai 1890, la création de l’état-major de l’armée représente une véritable avancée. Les liens qui unissaient le sort du chef d’État-Major général à celui du ministre sont supprimés. Tout en précisant sa vocation opérationnelle, l’État-Major général n’est dès lors plus l’état-major du ministre. Il devient l’état-major de l’armée. En temps de guerre, il doit se scinder en deux parties : l’une reste à Paris, l’autre forme le noyau des états-majors des armées en opérations. Le chef d’état-major devient major général du commandant en chef du principal groupe d’armées.

19L’état-major de l’armée est spécialement chargé de l’étude des questions relatives à la défense du territoire et à la préparation des opérations de guerre. Il a dans ses attributions la mobilisation de l’armée et sa concentration en cas de guerre, l’emploi des chemins de fer, des canaux, de la télégraphie militaire et de l’aérostation. L’organisation et l’instruction des services de l’arrière de l’armée, la préparation des grandes manœuvres et la coordination des travaux du Conseil supérieur de la guerre lui reviennent. L’étude des armées étrangères et des différents théâtres d’opérations, la réunion des documents statistiques et historiques sont aussi du ressort de l’EMA. Enfin, les missions militaires à l’étranger et le service géographique lui sont subordonnés.

20Cependant, et en dépit des améliorations, cette nouvelle organisation ne résout qu’en partie la question du commandement en chef. La réforme de 1890 marque le commencement du paradoxe de « l’état-major à deux têtes », puisque le vice-président du Conseil supérieur de la guerre est chef virtuel du principal groupe d’armées en cas de guerre. Pourtant, le chef d’État-Major général est amené à mieux connaître les armées et les plans d’opérations que le commandant en chef désigné. Cette organisation subsiste plus de deux décennies sans modification majeure. Pourtant la question du commandement n’est toujours pas totalement réglée. En 1911, le chef d’État-Major général reçoit, avec la mission de préparer la guerre, celle de conduire l’armée au combat. Un an plus tard, le chef d’état-major devient le chef direct de l’EMA. Celui-ci dispose de deux sous-chefs d’état-major, le premier étant major général. L’état-major de l’armée est divisé en deux groupes. En cas de guerre, le chef d’État-Major général est placé à la tête de l’échelon mobile de l’EMA (qui devient Grand Quartier général). Sa responsabilité est totale. L’échelon sédentaire demeure aux côtés du ministre. Cette organisation encore incomplète est affinée en 1913. Il est prévu d’une part que le gouvernement veille aux intérêts vitaux du pays, qu’il fixe les buts politiques de la guerre, répartit les moyens d’action et les ressources afin de les mettre à la disposition des militaires. D’autre part, il est prévu de diviser le territoire en deux zones : une zone des armées, sous l’autorité du général commandant en chef, et une zone de l’intérieur sous l’autorité du ministre de la Guerre, chacun ayant un état-major pour l’aider : le Grand Quartier général pour le commandant en chef, l’EMA pour le ministre de la Guerre.

21Plus de deux siècles se sont écoulés entre l’édification du couvent des Filles de Saint-Joseph et la construction du 231, boulevard Saint-Germain. Au lendemain de la défaite de 1871, la IIIe République installe dans cet ensemble, qu’elle a achevé de rendre monumental, le cœur de l’armée française. En près de quatre décennies, l’armée devenue républicaine se dote alors en plusieurs étapes d’un état-major chargé de préparer la « Revanche ». Siège de l’autorité, siège de la réflexion et siège de la planification, c’est de l’îlot Saint-Germain que l’armée française part en campagne en 1914. Elle est alors dotée d’un commandement organisé, de grandes unités constituées, d’une doctrine, d’un plan de mobilisation et d’un plan de concentration. Malgré certaines déficiences, le « miracle de la Marne » prouve les capacités de l’armée française à faire face à la redoutable armée allemande.

Haut de page

Notes

1 Bertaut (Jules), Le faubourg Saint-Germain sous la Restauration, Paris, Tallandier, 1949, 319pages.

2 Lebeuf (abbé), Histoire du diocèse de Paris, nouvelle édition annotée et continuée jusqu’à nos jours, Paris, Durand, 1863-1870, 4vol.

3 Hepp (Marie-Annick), L’État-major de l’armée de Terre, Paris, Éditions de la Revue française, 1980.

4 Sarmant (Thierry), L’hôtel de Brienne, ministère de la Défense/Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, Imprimerie du Quercy, 2001, 61pages.

5 Fierro (Alfred), Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Paris, Parigramme, 1999, 430p.

6 Mazé (Jules), Histoire de deux vieilles maisons, l’hôtel de Brienne et le couvent Saint-Joseph (ministère de la Guerre), Paris, Librairies anciennes Honoré Champion, 1927, 111pages.

7 Guinard (Pierre, colonel), Devos (Jean-Claude), Nicot (Jean), Inventaire sommaire des archives de la guerre, série N 1872-1919, Introduction, Troyes, Imprimerie La Renaissance, 1975, 513 pages.

8 Derrecagaix (V.), Étude sur les états-majors des armées étrangères suivie d’un projet de réorganisation de l’état-major français, Paris, librairie J. Dumaine, 1871.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Bourlet, « L’îlot Saint-Germain au tournant des XIXe et XXe siècles », Revue historique des armées, 248 | 2007, 3-11.

Référence électronique

Michaël Bourlet, « L’îlot Saint-Germain au tournant des XIXe et XXe siècles », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://rha.revues.org/1373

Haut de page

Auteur

Michaël Bourlet

Professeur d’histoire militaire aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, il prépare une thèse intitulée Prosopographie des officiers français des 2e et 5e bureaux de l’EMA de 1914 à 1919 à l’université de Paris IV-Sorbonne sous la direction de Jacques Frémeaux. Il a notamment publié en 2006 l’ouvrage intitulé : L’état-major de l’armée de Terre boulevard Saint-Germain (Paris, ministère de la Défense/EMAT).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org