Navigation – Plan du site
Lectures

François Cojonnex, Un Vaudois à la tête d’un régiment bernois. Charles de Chandieu (1658-1728)

Centre d’histoire et de prospective militaires, Pully Suisse), 2006
Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Dans ce petit livre présentant Charles de Chandieu-Villars, François Cojonnex étudie « l’affaire Chandieu » : la nomination en janvier 1701 de ce noble vaudois, sujet mais non bourgeois de Berne, à la tête du régiment de Manuel, premier corps d’armée permanent des Suisses en France, en contradiction avec les capitulations de 1671, et contre le candidat de Berne, Jean-Rodolphe May. Derrière cet épisode des relations franco-suisses, François Cojonnex décrit le double décor des relations internationales d’une époque tendue, et des subtilités du clientélisme militaire à la française… L’hégémonie française inquiète l’Europe, dans un siècle qui s’achève sur une série de crises : la succession anglaise et la succession d’Espagne, mais aussi, de moindre importance, la succession de Neuchâtel. Louis XIV soutient la candidature de Conti, contre la duchesse de Nemours. Berne se divise entre pro et anti-français, qui dominent le Grand Conseil et manifestent leur hostilité à Conti. En réponse, la nomination de Chandieu, qui a accompagné Conti à Neuchâtel, tient peu à ses mérites, pourtant réels. Chandieu, sujet de Berne et « contiste », peut entretenir un parti français à Lausanne. Mais en même temps, déjà propriétaire de la demi-compagnie Villars-Chandieu des gardes suisses que lui a laissée son frère, il entretient des relations privilégiées avec le duc du Maine, colonel général des Suisses et Grisons, et avec Nicolas Louis de Neufville, fils du maréchal de Villeroy… La faction anti-française de Berne, menée par le banneret Willading proteste avec vigueur, pour accepter finalement un apaisement avec la nomination de Jean-Rodophe May à la tête du régiment de Salis en 1702. De son côté, Chandieu sert fidèlement le duc du Maine, fait entrer son neveu dans son régiment comme capitaine en 1713, et lui apporte son soutien lors du procès intenté en 1717 aux princes légitimés par les princes du sang qui leur contestent la qualité et les droits des princes du sang. Le nom de Chandieu n’est pas prononcé lors de la conspiration de Cellamare, mais c’est bien le duc du Maine qui lui obtient sa nomination par le régent, en 1721, au rang de lieutenant-général. Cette étude bien conduite illustre la nouvelle histoire militaire, désormais à maturité en Suisse, en héritage de l’impulsion donnée en son temps par Daniel Reichel, créateur du Centre d’histoire et de prospective militaires, qui la publie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bois, « François Cojonnex, Un Vaudois à la tête d’un régiment bernois. Charles de Chandieu (1658-1728) », Revue historique des armées [En ligne], 250 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/140

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org