Navigation – Plan du site
Lectures

Bruno Colson, Le général Rogniat, ingénieur et critique de Napoléon

Économica, Paris, 2006, 862 pages
Gilbert Bodinier

Texte intégral

1La pensée militaire du début du XIXe siècle semble être assez pauvre, en dehors de Jomini et de Clausewitz, seul le nom de Marmont vient à l’esprit. Pourtant les maréchaux et les généraux de l’Empire ne furent pas seulement des entraîneurs d’hommes, parmi ceux qui réfléchirent et écrivirent sur la guerre. Bruno Colson a entrepris de réhabiliter et de faire connaître le général Joseph Rogniat qui publia en 1816 des Considérations sur l’art de la guerre. Napoléon irrité par certaines critiques de l’auteur lui répondit d’une façon méprisante et injuste. La carrière de Rogniat fut brillante : officier du génie depuis 1795, il s’illustra au siège de Dantzig et à ceux de la guerre d’Espagne. Il commanda le génie pendant la campagne de 1813, à l’armée du Nord en 1815 et devint ensuite le chef de cette arme jusqu’à sa mort en 1840. Rogniat reprochait à Napoléon de s’être accroché à la position de Dresde en 1813 pour des raisons politiques au mépris des nécessités militaires, d’avoir déclenché trop tard la bataille de Ligny ainsi que son dispositif frontal qui fut source de lourdes pertes. À Waterloo, l’attaque fut aussi trop tardive alors que ses forces n’étaient pas concentrées. Il critiquait aussi l’excessive centralisation du commandement napoléonien, la mauvaise organisation du ravitaillement, l’abus des attaques en colonnes, le gaspillage des vies humaines. Rogniat ne se contentait pas d’analyser les opérations napoléoniennes, il proposait aussi des conceptions tactiques originales comme la création de camps retranchés. Bien qu’officier du génie, il attribuait davantage d’importance à la manœuvre qu’à la fortification. Au comité des fortifications, il professait des idées beaucoup plus audacieuses que ses collèges, il pensait que les forts détachés étaient préférables à l’enceinte bastionnée continue. Il fut à l’origine de la fortification éclatée dont allait s’inspirer Séré de Rivières. Bien que les ouvrages de Rogniat fussent appréciés dans les milieux militaires, leur auteur tomba dans l’oubli. Il faut remercier Bruno Colson d’avoir fait revivre le général Rogniat dans ce gros ouvrage, très documenté, issu d’une thèse de doctorat d’État soutenue à l’École pratique des hautes études, le 4 février 2006. Fruit de recherches considérables, il est plus qu’une biographie car il constitue aussi une étude d’ensemble sur la stratégie napoléonienne. Nul mieux que Bruno Colson, l’un des meilleurs connaisseurs des études stratégiques, n’était plus qualifié pour nous faire connaître le général Rogniat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Bodinier, « Bruno Colson, Le général Rogniat, ingénieur et critique de Napoléon », Revue historique des armées [En ligne], 250 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/142

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org