Navigation – Plan du site
Dossier

Travailler au Grand Quartier général des forces terrestres en 1939-1940

Ségolène Garçon
p. 71-81

Résumés

Les débats de l’entre-deux-guerres sur l’organisation des différents sièges de l’autorité militaire en temps de guerre ont débouché sur la mise en place d’un Grand Quartier général des forces terrestres commun au commandant en chef de ces forces (général Gamelin) et au commandant du théâtre d’opérations principal (général Georges). Les conditions de travail, déjà rendues difficiles par la dispersion géographique des différents éléments du GQG, ont souffert des tensions entre les deux chefs militaires. Ce climat de méfiance est heureusement tempéré par la bonne atmosphère qui règne, durant la drôle de guerre, à la Ferté-sous-Jouarre où se trouve le gros du GQG et qui contraste avec l’austérité du château de Vincennes où s’est installé le général Gamelin. L’ambiance de travail varie aussi dans le temps. Plusieurs phases peuvent être distinguées, les périodes de tension alternant avec celles de calme, celles d’espoir et de confiance avec celles de doute, d’abattement ou de frustration.

Haut de page

Texte intégral

1Durant tout l’entre-deux-guerres, d’âpres discussions ont eu lieu au sein du haut commandement des forces terrestres sur la répartition des attributions entre le commandant en chef de ces forces et les commandants des différents théâtres d’opérations, notamment celui du Nord-Est, ainsi que sur la forme, le rôle et la localisation du principal siège de l’autorité militaire en temps de guerre, le Grand Quartier général (GQG). Les choix qui ont été faits alors, en grande partie dictés par les relations du moment entre le général Gamelin, appelé à exercer les fonctions de commandant en chef des forces terrestres, d’une part, et les responsables gouvernementaux et les autres chefs militaires de l’autre, ont lourdement pesé sur les conditions de travail durant la guerre.

Les choix de l’entre-deux-guerres

Vers un GQG commun au commandant en chef des forces terrestres et au chef du théâtre d’opérations principal

  • 1 SHD/DAT, 7 N 2414, dossier 1 : note no 3358 1/11 du général Debeney.
  • 2 SHD/DAT, 7 N 2414, dossier 1 : note sur l’organisation du Grand Quartier général.

2Les études menées durant tout l’entre-deux-guerres sur l’organisation du GQG ont suivi les évolutions des attributions conférées au chef des forces terrestres en temps de guerre. Jusqu’à la fin des années 1920, il est envisagé de mettre sur pied un GQG fonctionnant pour un théâtre d’opérations métropolitain unique et placé sous l’autorité du commandant en chef. Il était alors prévu de structurer le GQG autour d’un groupe de commandement, comprenant un commandant en chef, un major général, trois aides-majors généraux, les 1er (organisation des unités), 2e (renseignements), 3e (opérations) et 4e (logistique) bureaux ainsi que le bureau du personnel et une section du courrier, d’un groupe d’inspections générales et d’un dernier groupe constitué de troupes et des services particuliers du GQG 1. En 1928, un projet de réorganisation est soumis à l’approbation du maréchal Pétain 2. La raison invoquée pour justifier ce changement est la lourdeur de l’organe de commandement et son manque d’efficacité. Le projet préconise donc des mesures d’allègement.

3En 1933, les études portant sur l’allègement du GQG reprennent, à la faveur d’une modification envisagée de l’étendue des attributions du commandant en chef. Son autorité ne s’exercerait plus uniquement sur le théâtre d’opérations métropolitain mais sur l’ensemble des théâtres d’opérations terrestres susceptibles de s’ouvrir et il jouerait un rôle de conseiller technique et de coordinateur des forces françaises avec les forces alliées. Les auteurs des études sur la forme à donner au GQG proposent alors de l’alléger et de renforcer le quartier général du théâtre d’opérations principal, qui serait sensiblement analogue au GQG tel qu’il était prévu jusqu’à cette date. Ne seraient prises à l’échelon du GQG que les décisions de principe. Les mesures d’exécution relèveraient du quartier général du théâtre d’opérations principal. Les inconvénients d’une telle organisation ne sont pas minces : la solution n’est finalement qu’assez peu économique en moyens humains et elle introduit une confusion des rôles entre le GQG et le quartier général du théâtre d’opérations principal en attribuant à ce dernier des missions qui relèvent de l’ensemble des théâtres d’opérations terrestres.

  • 3 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2 : note no 03661 3/EMA P.

4Dès 1934, cette idée de renforcer le quartier général du Nord-Est s’atténue. Les débats sont ravivés en 1938 à l’occasion de la nomination du général Gamelin au poste de chef d’État-Major général de la défense nationale afin d’assurer la coordination de l’ensemble des forces armées. La composition et la répartition des responsabilités au sein du GQG sont alors précisées dans une note datée du 28 septembre 3. C’est cette note qui servira de base à la mise en place du GQG en 1939. Elle tient compte de l’extension des attributions du général Gamelin et de la désignation du général Georges à la tête du théâtre d’opérations du Nord-Est. On en revient pratiquement à la structure prévue dans les années 1920 avec un major général, des aides-majors généraux (cette fois-ci au nombre de quatre), un groupe d’inspections (différentes toutefois de celles de 1928) et un groupe de troupes et services particuliers. Les attributions de ce nouveau GQG sont en revanche très différentes. Il est désormais appelé à fonctionner à la fois pour le commandant en chef des forces terrestres et pour le commandant du théâtre d’opérations principal. Cette mise en commun est la grande spécificité du choix fait en 1938. Le GQG est donc amené à remplir des fonctions de nature différente. Organe d’impulsion, de conception, de centralisation des renseignements et d’exécution, il assure en fait un triple rôle : état-major de l’ensemble des forces terrestres, état-major du théâtre d’opérations du Nord-Est et état-major de la défense nationale pour les questions relevant des opérations. Ce dernier rôle est atténué avec la décision du général Gamelin de constituer un cabinet autour de lui et d’installer son poste de commandement à distance du GQG.

Vers un rapprochement du GQG de Paris

5Différents sites ont été successivement mis à l’étude. De multiples facteurs sont entrés en ligne de compte : des contraintes techniques comme l’accessibilité du site ou la qualité du réseau téléphonique, des questions de sécurité et de protection contre d’éventuelles attaques aériennes, des données stratégiques qui amènent à localiser le GQG dans telle ou telle zone géographique en fonction des plans d’opérations. Enfin, l’organisation du haut commandement et les relations entre les chefs militaires et les responsables politiques peuvent également influencer ce choix. Chacun de ces facteurs a revêtu plus ou moins d’importance selon les périodes. On constate toutefois une tendance à l’éloignement progressif du GQG de la frontière franco-allemande et, en corollaire, son rapprochement de Paris. Cette tendance correspond aux évolutions des préoccupations et des plans d’opérations français ainsi qu’à celles des attributions du futur commandant en chef des forces terrestres dont la présence auprès du gouvernement est de plus en plus demandée.

  • 4 SHD, fonds de l’armée de Terre, 7 N 3435, dossier 2 GQG 1921-1938, installation et effectifs : jour (...)
  • 5 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2 : note du 15 juillet 1932. Il n’a pas été possible de retrouver des do (...)
  • 6 SHD/DAT, 27 N 2, dossier du commandant du GQG sur l’installation du Grand Quartier général : avis d (...)

6Dans la première moitié des années 1920, l’installation du GQG est prévue à Metz 4. Cette installation à proximité immédiate de la frontière allemande est tout à fait logique au vu des plans d’opérations offensifs français et de l’occupation de la Rhénanie par les alliés. Au contraire, l’éloignement de la frontière, qui commence, semble-t-il, au début des années trente avec le choix du site de Châlons-sur-Marne 5, illustre le changement d’attitude de la France, son abandon de la stratégie offensive et son repli sur ses frontières. Le nouveau site offre par ailleurs d’importantes facilités de travail. En revanche, il a le défaut de constituer un objectif potentiel pour l’aviation ennemie en raison de sa position géographique. Or, à cette période, la hantise des bombardements aériens commence à se développer dans l’esprit du haut commandement français. Aussi est-il décidé, dès 1934, d’abandonner ce site pour celui de Vertus, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Châlons. Les nombreuses petites localités vinicoles qui la composent doivent permettre de disperser les différents organes du GQG et leurs caves peuvent, à l’occasion, être transformées en abris. Mais ces avantages sont encore jugés insuffisants pour lutter contre des attaques aériennes et le projet est rapidement abandonné. Paradoxalement, les nouvelles études réalisées en mars 1935, qui donnent un avis très positif pour le choix du site de La Ferté-sous-Jouarre, n’accordent pas une attention particulière à la satisfaction de ce point. La situation de cette localité sur un axe de communication routier et fluvial en fait pourtant une cible potentielle. En outre, les études ne prévoient qu’une dissémination assez faible des éléments du GQG, ce qui alarme le général Georges 6. Les études pour l’installation du GQG dans cette commune se poursuivent jusqu’en 1938. Pour atténuer les craintes du général Georges, la dispersion des différents éléments est renforcée : le cantonnement du groupe de commandement reste fixé à La Ferté-sous-Jouarre mais l’échelon arrière (directions de services et inspections) doit s’installer à Meaux, à une vingtaine de kilomètres de là.

  • 7 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2.

7L’installation du chef des forces terrestres est prévue à La Ferté-sous-Jouarre. C’est la nomination du général Gamelin au poste de chef d’État-Major général de la défense nationale qui le conduit à modifier ce dispositif en installant son poste de commandement à distance de cette localité. C’est le principe même du GQG unique et commun au commandant en chef des forces terrestres et au commandant du théâtre d’opérations principal qui se trouve remis en cause dans la pratique. Les deux fonctions de chef d’État-Major général de la défense nationale et de commandant en chef des forces terrestres, sont en théorie, difficilement conciliables : l’une exige la présence du général Gamelin aux côtés du ministre de la Défense nationale, l’autre, au contraire, rend nécessaire, sinon, souhaitable, sa présence auprès du GQG et des armées. Gamelin ne choisit finalement ni Paris, ni La Ferté-sous-Jouarre, ce qui lui permet d’échapper aussi bien à l’emprise du gouvernement qu’à celle du GQG. Il évite ainsi d’être soumis à des pressions directes de la part des hommes politiques et d’avoir à administrer lui-même la lourde machine qu’est le GQG. En outre, en ne s’installant pas aux côtés du général commandant le théâtre d’opérations du Nord-Est, le général Gamelin affirme symboliquement son indépendance vis-à-vis des différents théâtres d’opérations. Son choix s’est donc porté sur le château de Vincennes, initialement prévu pour accueillir le poste de commandement de la marine 7.

La vie au GQG pendant la Drôle de guerre

Vincennes, La Ferté-sous-Jouarre, Meaux

8L’une des principales caractéristiques du GQG en 1939 réside dans la dispersion de ses différents organes constitutifs. Au début de la guerre, les bureaux et services de cette institution s’installent dans les trois sites finalement retenus : Vincennes où élisent domicile le général Gamelin, son cabinet et quelques officiers de liaison, La Ferté-sous-Jouarre, qui rassemble les principaux éléments (cabinets du général Georges et du major général, le général Bineau, aides-majors généraux, 1er, 2e, 3e et 4e bureaux, bureaux du courrier et du personnel, commandant du GQG, troupes de garde, du train et des transmissions) et Meaux où sont localisées les différentes directions de services et les inspections. La situation est donc quelque peu paradoxale puisque le GQG, qui est normalement l’organe privilégié de commandement du commandant en chef, se retrouve placé auprès du général Georges commandant le théâtre d’opérations du Nord-Est.

  • 8 Verzat (Jean), « À propos du PC Gamelin », Revue historique des armées, 2/1982, p. 99-109.

9À Vincennes, Gamelin s’installe au vieux fort, dans une casemate, appelée casemate « T », construite en 1832. Cette casemate s’élève sur trois niveaux, de part et d’autre de la tour du Bois, le long des arcades sud de la cour royale 8. Gamelin et la majeure partie de son cabinet occupent la partie non souterraine de cette casemate. L’aménagement du vieux fort est extrêmement sobre. Le contraste est assez saisissant avec le château des Bondons, mis à la disposition du général Georges et du major général du GQG et qui se trouve être une magnifique propriété du XVIIIe siècle située au milieu d’un parc de 5 hectares longeant la rive gauche de la Marne, à 1 500 mètres de la ville de La Ferté-sous-Jouarre. Le choix de privilégier la protection du GQG face à un éventuel danger aérien et donc d’éparpiller le plus possible ses différents éléments, au détriment de l’efficacité et de la cohésion de l’ensemble, se traduit concrètement par la dispersion du groupe de commandement dans pas moins de 70 bâtiments différents, situés soit dans la ville de La Ferté-sous-Jouarre, soit dans ses environs. À Meaux, on recense 24 adresses différentes pour les directions de services, les inspections et les organes de commandement des réserves générales dans la localité ou dans ses alentours (notamment à Lizy-sur-Ourcq, Esbly et Condé). Cet éclatement ne favorise guère la coordination et la cohésion entre les différents services. En outre, il contribue au développement de la paperasserie, faute de contact direct entre les différents acteurs.

La réforme du commandement de janvier 1940 et le déménagement du GQG à Montry

  • 9 Lire l’échange de correspondance entre les généraux Gamelin et Georges sur la réorganisation du GQG (...)

10Les critiques à l’encontre du GQG ne tardent pas à se développer en raison de cette dispersion géographique mais aussi de la complexité de son organisation et de la dilution des responsabilités entre le général Gamelin et le général Georges. À ces critiques, qui émanent aussi bien des hommes politiques que des militaires eux-mêmes, viennent s’ajouter les tensions entre les deux généraux. Dès le mois de novembre, Gamelin réfléchit donc à une réforme. Le fonctionnement du nouveau GQG est définitivement approuvé le 6 janvier 1940, en dépit des vigoureuses protestations du général Georges 9.

11À compter de cette date, le général Georges perd sa fonction d’adjoint au général commandant en chef des forces terrestres et ne dispose donc plus du GQG. Son nouvel état-major est constitué par prélèvements sur les bureaux de l’ancien GQG pour les 1er, 2e et 3e bureaux ainsi que le bureau du personnel. L’effectif du nouveau GQG est complété par quelques officiers en provenance des armées ou de l’intérieur. Compte tenu de l’importance des besoins du théâtre d’opérations du Nord-Est et des questions de transport et de ravitaillement, le 4e bureau ainsi que les directions de services restent communs aux deux états-majors. Ils sont placés sous les ordres du major général du GQG mais reçoivent directement les instructions du général Georges. De la même manière, les inspecteurs généraux, tout en relevant du général Gamelin, sont mis à la disposition du général Georges.

12Le nouveau GQG s’installe à Montry à partir du 18 janvier, date à laquelle le général Bineau, major général du GQG, atteint par la limite d’âge, est remplacé par le général Doumenc. Montry est situé au sud de Meaux, à mi-distance environ entre Vincennes et La Ferté-sous-Jouarre. Son château de la fin du XIXe siècle, ancienne résidence des Rothschild agrémentée d’un beau parc, abrite le cabinet du nouveau major général, les aides-majors généraux, les 1er et 4e bureaux ainsi que le service du chiffre et les quelques officiers formant le 3e bureau. Le 2e bureau et les bureaux du courrier et du personnel s’installent dans des villages voisins (Esbly, Villiers et Saint-Germain-sur-Morin). Seules les directions de services et les inspections ne déménagent pas et restent à Meaux.

  • 10 Témoignage rapporté par le général Georges dans ses carnets : SHD/DITEEX, 1 K 95, carton intitulé p (...)

13La création de deux organismes distincts à partir de l’ancienne structure du GQG a posé de nombreux problèmes : difficulté à fractionner les anciens bureaux en deux entités différentes alors qu’ils travaillaient indistinctement pour l’ensemble des théâtres d’opérations terrestres et pour le théâtre du Nord-Est, complexité à définir les attributions des deux nouveaux quartiers généraux, accroissement des tensions entre les généraux Georges et Gamelin, introduction d’un échelon supplémentaire entre le GQG et les états-majors des groupes d’armées. La nouvelle répartition des responsabilités manque singulièrement de simplicité. Les états-majors des grandes unités ne savent plus très bien à qui ils doivent désormais adresser leurs demandes. Les Britanniques ont également du mal à comprendre la situation 10.

L’ambiance de travail

14Durant la drôle de guerre, les officiers du GQG mènent une vie toute bureaucratique, avec ses horaires fixes et ses tâches qui se répètent invariablement d’un jour sur l’autre. Globalement, la vie y est assez terne et routinière. Seules les périodes d’alertes viennent briser cette monotonie et accélérer le rythme de travail. Les moments de loisirs et de sociabilité n’en sont que plus appréciés. Mais contrairement à la légende, ils n’occupent qu’une place relativement limitée et le GQG n’est pas le théâtre de fêtes et de festins continuels. Les officiers de Vincennes et de La Ferté-sous-Jouarre disposent d’une salle de cinéma. Les tables de billard de La Ferté sont remplacées à Vincennes par une table de ping-pong. Les activités des sous-officiers et hommes de troupe mobilisés au GQG sont pour leur part nettement plus réglementées. Les entrées et sorties des cantonnements sont strictement contrôlées. Les journées de travail sont rythmées par les trois sonneries réglementaires : réveil-soupe-appel. L’appel a lieu à 21 heures et il est interdit de circuler après cette heure. Ils occupent la plupart de leur temps libre en écrivant à leur famille, en discutant entre eux. Quelques projections de cinéma leur sont également destinées.

15Il existe une très nette différence d’atmosphère entre le vieux fort de Vincennes et le château des Bondons, en particulier au cours des trois premiers mois de la guerre. Tous les visiteurs du poste de commandement du général Gamelin sont unanimes pour déplorer l’absence de convivialité et de chaleur du château. À l’inverse, les Bondons apparaissent comme un lieu de séjour agréable et très accueillant. L’ambiance y est plus joyeuse et l’atmosphère moins pesante. L’installation du GQG à Montry et le départ du général Bineau ont porté un rude coup à l’ambiance de La Ferté-sous-Jouarre. Le général Georges perd en effet un ami et un collaborateur et, avec le fractionnement des bureaux, c’est tout le travail en équipe qui est à revoir et à reconstruire.

16L’état d’esprit, différent selon les sites, varie également au fil du temps, en fonction des événements militaires et des rapports entre les généraux Gamelin et Georges. Un climat de méfiance s’instaure ainsi à chaque phase de tensions entre les deux généraux. Les périodes de calme opérationnel ne correspondent pas nécessairement à celles au cours desquelles le moral est à son plus haut niveau. Bien au contraire, une trop grande inactivité provoque de la morosité chez les officiers du GQG. Les périodes de tensions et d’alertes, quand elles ne sont pas trop menaçantes, redonnent au contraire de l’entrain. L’absence d’opérations actives sur le théâtre métropolitain qui caractérise la drôle de guerre installe le personnel dans une certaine routine. En s’éternisant, elle rend le travail d’état-major fastidieux et ennuyeux pour des officiers qui aspirent à une vie beaucoup plus active en ces temps de guerre. Plusieurs officiers du GQG demandent ainsi leur affectation dans des unités combattantes. Dans ce contexte, le début des hostilités le 10 mai 1940 est presque perçu comme un soulagement.

Le GQG face aux opérations de mai-juin 1940

La montée des tensions

17La dispersion des organes de commandement entre Vincennes, siège de l’autorité militaire du général Gamelin, Montry, siège du GQG placé sous l’autorité du général Doumenc, et La Ferté-sous-Jouarre, siège du quartier général du théâtre d’opérations principal, s’avère rapidement très lourde à gérer lors du déclenchement des opérations. Quelques adaptations sont donc opérées. Dès les premiers jours de l’offensive allemande, le major général et les responsables des services des transports quittent Montry pour s’installer auprès du général Georges à La Ferté-sous-Jouarre, afin d’être en mesure de répondre immédiatement aux besoins du théâtre d’opérations du Nord-Est. L’autre changement de ce mois de mai est lié au remplacement, le 19, du général Gamelin par le général Weygand et à la volonté de ce dernier de prendre lui-même la direction de la conduite des opérations. Le nouveau commandant en chef souhaiterait réformer l’organisation du haut commandement pour clarifier les attributions de chacun mais il doit y renoncer en raison du contexte des opérations et de la conséquence d’une telle réorganisation d’un point de vue logistique et technique. Il se contente donc de délaisser son poste de commandement à Vincennes pour passer plus de temps à Montry et près des postes de commandement des généraux chefs de groupes d’armées et d’armées. C’est donc à Montry, dans un petit manoir situé à proximité du château, qu’il passe une bonne partie de ses nuits.

18En ce qui concerne l’ambiance de travail, on assiste à un renversement de la situation par rapport à la période de la drôle de guerre. C’est désormais l’atmosphère de La Ferté-sous-Jouarre que l’on cherche à fuir autant que possible. Même s’il est difficile de décrire l’état d’esprit des responsables militaires, plusieurs phases peuvent être distinguées. Une chose semble certaine, c’est l’attitude du général Gamelin à l’annonce du début de l’offensive allemande. Toutes les personnes qui l’ont approché ce jour-là soulignent son calme et son optimisme. Plusieurs raisons à cela : d’une part, le déclenchement des opérations lui permet de se maintenir à son poste (la veille, le président du Conseil, Paul Reynaud avait réclamé son départ), d’autre part, les Allemands ont attaqué là où il les attendait. Le général Gamelin pense donc qu’il va pouvoir mener « sa » guerre, une guerre sur un front continu. Enfin, l’offensive allemande fait taire les critiques de ceux qui affirmaient que la guerre se terminerait sans bataille, à coup de diplomatie ou de blocus économique ainsi que celles des partisans d’une plus forte implication de la France en Norvège. L’optimisme et l’espoir dominent également à Montry. Le moral des officiers, qui avait baissé après les déboires des alliés en Norvège, remonte. En revanche, l’atmosphère est tout autre à La Ferté-sous-Jouarre. On sait là-bas que tout le poids des responsabilités va peser sur le général Georges et son état-major. L’heure est à la gravité.

19Du point de vue du moral, comme du point de vue opérationnel, la journée du 14 mai semble marquer un tournant. L’incident de la Houx, l’annonce de l’enfoncement du front à Sedan, trois jours seulement après le début des hostilités, ont ébranlé l’état-major de La Ferté-sous-Jouarre. Jusqu’au 20 mai, Georges et ses officiers ne cessent de compter et recompter les divisions disponibles et de suivre l’évolution de la situation sur des cartes. L’atmosphère devient de plus en plus pesante et est entretenue par le manque de sommeil et le surmenage. La tension monte également à Vincennes, au fur et à mesure de l’arrivée des mauvaises nouvelles en provenance du front. L’optimisme cède le pas à la nervosité. Le général Gamelin s’enferme de plus en plus souvent, seul avec son chef de cabinet et ses officiers d’ordonnance.

20L’arrivée du général Weygand qui prend la bataille en main et partage désormais les responsabilités avec le général Georges, redonne énergie et confiance à l’ensemble du haut commandement, Georges y compris. Les effets de ce choc psychologique ne durent qu’un temps. Les officiers de Montry, de La Ferté-sous-Jouarre, et, dans une moindre mesure, ceux de Vincennes, sont vite rattrapés par la réalité du terrain et l’aggravation, de jour en jour, de la situation des armées françaises.

Sur les routes de l’exode : de Briare à Montauban

21La rapidité de l’avancée allemande sur le territoire français contraint le GQG, le cabinet particulier du général Weygand à Vincennes ainsi que le quartier général de Georges à effectuer quatre déplacements consécutifs pour échapper à la pression ennemie : de Montry à Briare, de Briare à Vichy, de Vichy vers Ussel et la Bourboule et du Mont-Dore à Montauban. Si le premier déplacement a fait l’objet d’études préalables, les trois autres se font au gré des circonstances.

  • 11 SHD/DAT, 27 N 13, dossier 2 : note no 2047 Cab/MG.

22La ville de Briare est retenue comme échelon de repli le 17 mai, en raison notamment de sa proximité – toute relative – avec Tours, lieu de repli choisi pour le gouvernement. Les études sont menées rapidement puisque, dès le 19 mai, une note fixe les modalités d’exécution de ce déplacement 11. La manœuvre doit s’effectuer en trois temps : un premier échelon, dit « échelon léger », enlevé par voie de terre et comprenant les éléments de zone de Montry, de La Ferté et de Meaux directement intéressés par l’exercice du commandement, doit partir en premier ; un deuxième échelon, dit « lourd », dont le départ doit s’effectuer 6 heures après le précédent, par voie ferrée, regroupe les organes de Montry, de La Ferté et de Meaux maintenus sur place après le départ du premier échelon ; un troisième échelon, mis en route en même temps que l’échelon lourd mais par voie de terre, est constitué des quelques éléments du GQG stationnés hors de Montry et de Meaux et du commandement d’étapes. On peut ajouter un quatrième échelon, échelon « poste de commandement », composé des hommes chargés de veiller au bon déroulement de ces opérations de déménagement et d’assurer la continuité de l’exercice du commandement (fractions des cabinets des généraux Weygand, Georges et Doumenc et des organes de commandement des directions des services de l’artillerie, du génie et de l’intendance, ainsi que les troupes assurant la sécurité du GQG), qui doivent faire mouvement lorsque le nouveau poste de commandement est en mesure de prendre la relève.

  • 12 Weygand (général), Mémoires, tome III, Rappelé au service, Paris, Flammarion, 1950, p. 185.
  • 13 SHD/DAT, 27 N 13, dossier 2 : note no 2098 Cab/MG.

23Weygand décide de retarder le plus possible le départ du GQG pour Briare, pour soutenir le moral des armées mais également, semble-t-il, pour des questions d’amour propre 12. Ce n’est donc que le 8 juin, vers 14h30, qu’est donné l’ordre de préparation pour le repli du GQG 13. L’heure de départ du premier échelon est fixée à minuit. Les mouvements se poursuivent durant toute la journée du 9 juin. L’installation à Briare est progressive et ne semble pas avoir rencontré de difficultés particulières. La continuité du commandement est assurée par le 3e échelon, puis après son départ en fin d’après-midi, par le général Doumenc et l’aide-major général chargé des opérations, le général Kœltz. De son côté, le général Georges s’est provisoirement installé au poste de commandement du général Besson à Ferrières en attendant l’achèvement de la préparation de son PC à Briare. Les derniers éléments quittent Montry le 10 alors que les avant-gardes ennemies ne sont plus qu’à quelques kilomètres de là. Georges quitte Ferrières à 17 heures, Weygand, Doumenc et Kœltz, Vincennes dans la soirée. Ces derniers gagnent Briare à bord d’un train spécial évitant ainsi les encombrements sur les routes et le spectacle de la débâcle française.

24Les conditions de fonctionnement à Briare sont satisfaisantes quoique précaires. Le grand avantage, c’est que s’y trouvent – enfin – réunis les organes de commandement de Weygand et de Georges : le GQG est installé dans la propriété de Vaugereau à proximité immédiate de Briare, le poste de commandement de Georges se trouve à l’autre extrémité de la ville, dans le château de Beauvoir, tandis que Weygand, Doumenc et leurs cabinets respectifs ont leur cantonnement au château du Muguet, à quelques kilomètres de là. Ils peuvent donc travailler en contact direct, ce qui facilite l’échange des renseignements et permet de gagner du temps. La poursuite de l’avancée allemande ne leur laisse malheureusement pas le loisir d’en profiter.

  • 14 Sarraz-Bournet (Marius), Témoignage d’un silencieux, Paris, Self, 1948, p. 22.

25Dès le 14 juin, il faut envisager un nouveau déplacement, plus au sud. À partir de cette date, le GQG est presque constamment sur les routes : le 15 pour gagner la région de Vichy, le 17 pour s’établir à Ussel et à la Bourboule et les 19 et 20 juin pour s’installer à Montauban. Contrairement à Briare, rien n’avait été prévu dans ces villes pour accueillir les éléments du GQG et du QG du général Georges. Ceux-ci s’installent donc là où il y a de la place : hôtels dans les villes thermales comme Vichy et la Bourboule, écoles dans les autres cas. Le travail se fait avec les moyens du bord. Les mouvements sont de plus en plus difficiles en raison du flot de réfugiés qui se déverse sur les routes et se font avec moins d’ordre et de préparation, même si Doumenc essaie à chaque fois de reprendre le cadre fixé pour le déplacement à Briare (envoi de détachements de reconnaissance et départs échelonnés). Lors du mouvement du 15 juin, une partie du 2e bureau, par la suite d’un ordre de départ imprécis, s’est ainsi retrouvée à Châtelguyon où le GQG air était en cours d’installation mais où il n’y avait aucun signe de vie d’éléments du GQG des forces terrestres 14.

26Durant tous ces déplacements, les officiers du GQG ont le sentiment d’assister, impuissants, à la déroute française. Ils se sentent mal à l’aise vis-à-vis des troupes qui continuent à se battre alors qu’eux-mêmes se contentent de centraliser les renseignements, loin du front. Ils vivent désormais dans l’attente d’une décision politique qui mettrait fin à cette guerre. L’annonce de la signature de l’armistice est donc, globalement, accueillie avec résignation et soulagement. Montauban marque la fin de l’exode du GQG qui effectue son ultime mouvement vers Clermont-Ferrand, dans les derniers jours de juin, pour y être dissous le 1er juillet 1940.

Haut de page

Notes

1 SHD/DAT, 7 N 2414, dossier 1 : note no 3358 1/11 du général Debeney.

2 SHD/DAT, 7 N 2414, dossier 1 : note sur l’organisation du Grand Quartier général.

3 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2 : note no 03661 3/EMA P.

4 SHD, fonds de l’armée de Terre, 7 N 3435, dossier 2 GQG 1921-1938, installation et effectifs : journal de mobilisation, 2e partie, chapitre V, plan A, 1921-1925.

5 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2 : note du 15 juillet 1932. Il n’a pas été possible de retrouver des documents relatifs aux études de cantonnement du GQG entre 1925 et 1932. Un autre site, situé entre Metz et Châlons-sur-Marne, a donc pu être envisagé dans cet intervalle.

6 SHD/DAT, 27 N 2, dossier du commandant du GQG sur l’installation du Grand Quartier général : avis du général Georges, 9 avril 1935.

7 SHD/DAT, 7 N 3435, dossier 2.

8 Verzat (Jean), « À propos du PC Gamelin », Revue historique des armées, 2/1982, p. 99-109.

9 Lire l’échange de correspondance entre les généraux Gamelin et Georges sur la réorganisation du GQG conservé dans le fonds privé du général Georges : SHD/DITEEX, 1 K 95, carton 3.

10 Témoignage rapporté par le général Georges dans ses carnets : SHD/DITEEX, 1 K 95, carton intitulé procès de Riom : carnets du général Georges 1939-1940, 2e bobine, journée du 6 février 1940.

11 SHD/DAT, 27 N 13, dossier 2 : note no 2047 Cab/MG.

12 Weygand (général), Mémoires, tome III, Rappelé au service, Paris, Flammarion, 1950, p. 185.

13 SHD/DAT, 27 N 13, dossier 2 : note no 2098 Cab/MG.

14 Sarraz-Bournet (Marius), Témoignage d’un silencieux, Paris, Self, 1948, p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségolène Garçon, « Travailler au Grand Quartier général des forces terrestres en 1939-1940 », Revue historique des armées, 248 | 2007, 71-81.

Référence électronique

Ségolène Garçon, « Travailler au Grand Quartier général des forces terrestres en 1939-1940 », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2008, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://rha.revues.org/1493

Haut de page

Auteur

Ségolène Garçon

Archiviste-paléographe et conservateur du Patrimoine, elle est directeur-adjoint des Archives départementales de la Côte d’Or. Elle est l’auteur d’une thèse d’École des chartes portant sur le Grand Quartier général des forces terrestres françaises en 1939-1940.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org