Navigation – Plan du site
Lectures

Raphaële Ulrich-Pier, René Massigli (1888-1988). Une vie de diplomate

Éditions Peter Lang, Bruxelles, 2006, 2 volumes, 798 et 756 pages
Anne-Aurore Inquimbert

Texte intégral

1Cet ouvrage, tiré d’une thèse ayant reçu le prix Jean-Baptiste Duroselle en 2004, mérite – à juste titre – le qualificatif de « somme ». La « vie de diplomate » de René Massigli fait, en effet, l’objet de deux volumes de près de 800 pages chacun. Normalien, agrégé d’histoire passé par l’École française de Rome, René Massigli intègre le ministère des Affaires étrangères en 1919. Sa carrière ne débute cependant réellement qu’une dizaine d’années plus tard, lorsqu’il devient le chef du service français de la Société des Nations (ce qui l’amène notamment à prendre part à la conférence du désarmement). En 1933, il est nommé directeur adjoint des affaires politiques et commerciales du ministère des Affaires étrangères puis, en 1937, directeur. Massigli entre alors dans le cercle « politiquement » influent du Quai d’Orsay composé par le secrétaire général, Alexis Léger. Mais lorsqu’il s’oppose ouvertement aux accords de Munich, rien ne va plus. René Massigli est écarté de l’administration centrale par un Georges Bonnet, qui pratique alors la chasse aux opposants dans les couloirs de son ministère. Selon Raphaëlle Ulrich-Pier, ce limogeage marque une véritable rupture dans la vie et la carrière du diplomate. C’est donc d’Ankara, où il est ambassadeur de France, qu’il vit les premiers mois de la guerre. Une seconde rupture de taille intervient en 1942. Rappelé d’Ankara et mis à pied par le gouvernement de Vichy en juin 1940, Massigli se rapproche peu à peu de la Résistance. Au début 1943, le général de Gaulle, qui l’a sollicité pour remplir les fonctions de commissaire aux Affaires étrangères de la France libre, lui fait quitter la métropole. Il occupe ce poste jusqu’en septembre 1944, date à laquelle il choisit de reprendre des fonctions d’ambassadeur. Ainsi, pendant plus de dix années, c’est de Londres que René Massigli scrute la politique étrangère de la France. L’aboutissement de sa carrière intervient en 1955, lorsque le président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Pierre Mendès France, le nomme secrétaire général du ministère. Toutefois, l’année suivante, en raison de nombreux désaccords avec le nouveau ministre Christian Pineau, René Massigli est amené à prendre sa retraite. Force est de constater que Raphaëlle Ulrich-Pier a opté pour une approche très contextuelle, ce qui explique ces quelque 1 600 pages. Même s’il était difficile de relater la carrière de l’un des principaux hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères au XXe siècle sans traiter de la politique étrangère de la France, cette biographie reste étonnante. S’effaçant derrière le rôle de conseiller propre à tout fonctionnaire, René Massigli n’a occupé un poste de décideur politique qu’au cours de quelques mois dans l’ensemble de sa carrière ; dès lors méritait-il une telle somme ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Aurore Inquimbert, « Raphaële Ulrich-Pier, René Massigli (1888-1988). Une vie de diplomate », Revue historique des armées [En ligne], 250 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/154

Haut de page

Auteur

Anne-Aurore Inquimbert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org