Navigation – Plan du site
Dossier

La genèse du poste de chef d’état-major des armées

Entre nécessité et inquiétude, de la veille de la Première Guerre mondiale à la fin de la guerre d’Indochine
Philippe Vial
p. 29-41

Résumés

L’histoire de l’émergence du poste de chef d'état-major des armées reste à écrire, plus encore si l’on s’intéresse à l’avant-1962. Elle est pourtant au cœur de l’évolution du système politico-militaire français et, au-delà, du modèle républicain. Cet article en pose les premiers jalons en s’appuyant sur les rares études existant et sur les résultats de recherches inédites. L’ensemble illustre l’intérêt de l’approche politico-administrative pour ouvrir de nouvelles perspectives dans l’histoire de la défense française depuis 1870.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été publié pour la première fois sous le titre « À l’origine du CEMA » par Défense nationale et sécurité collective en mai 2007 (p. 79-92 pour l’édition française ; p. 74-86 pour l’édition anglaise) dans le cadre d’un dossier sur l’état-major des armées dirigé par Yves Boyer, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique. À l’exception du développement consacré aux années 1943-1944 – sans parler de quelques modifications de détail – le texte est ici reproduit à l’identique, mais accompagné cette fois de son appareil scientifique. Le contre-amiral (2s) Georges Girard, rédacteur en chef de la revue Défense nationale et sécurité collective, a bien voulu accepter cette opération : qu’il en soit ici remercié.

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation synthétique des enjeux de la réforme de mai 2005 par l’un de ses principaux a (...)
  • 2 De manière significative, les deux ouvrages de référence sur la question restent des thèses de droi (...)
  • 3 Cf. en particulier : Forcade (Olivier), Duhamel (Éric) et Vial (dir. Philippe), Militaires en Répub (...)

1La réforme de mai 2005 a souligné combien le chef d’état-major des armées (CEMA) est, depuis 1962, un personnage essentiel de l’organisation de défense 1. Pourtant, ses origines ne se confondent pas avec les débuts de la Ve République. Le cap franchi à ce moment-là est l’aboutissement d’un processus qui s’échelonne sur plusieurs dizaines d’années. Mais cette histoire reste mal connue, et d’abord des historiens 2. À la charnière de plusieurs genres, elle les a découragés par sa complexité. Étudier l’émergence du CEMA, c’est s’aventurer dans un maquis peu engageant de lois, ordonnances, décrets et arrêtés. Indispensable, cette première étape ne peut suffire. La chronique qui s’en dégage ne devient intelligible que si elle est nourrie d’une réflexion de fond sur les enjeux multiples dont elle est porteuse 3.

  • 4 Pour une vue d’ensemble, cf. l’ouvrage sans équivalent de Claude Carré, Histoire du ministère de la (...)
  • 5 Chantebout (B.), op.cit., p. 5-18.

2L’émergence du CEMA répond en effet aux exigences de rationalisation de l’organisation de défense induites par les chocs des deux conflits mondiaux. Elle est de ce fait indissociable de celle de l’état-major qu’il dirige, comme de celle d’un ministre et d’un ministère de la Défense unique 4. Elle accompagne également la création des conseils et comités qui, à partir de 1906, organisent l’action du gouvernement en matière de « défense nationale », notion qui apparaît aux environs de 1870 pour se cristalliser sous la IVe République 5. L’ensemble induit des questions aux conséquences redoutables. Au final, n’est-ce pas le « succès des armes de la France » qui est en cause  ? Une interrogation qui résonne particulièrement dans un pays traumatisé par la Grande Guerre, puis « l’étrange défaite »… L’émergence du CEMA est ainsi doublement marquée du sceau de la nécessité et de l’inquiétude. Se pencher sur l’avant-1962 permet d’entrer dans l’intelligence de ces logiques croisées et parfois contradictoires. S’il ne saurait être question dans le cadre de ce bref article d’en rendre compte de manière exhaustive, au moins pourra-t-on baliser le terrain, en particulier à l’intention de ceux qui continuent d’y évoluer.

Les leçons incomprises de la Première Guerre mondiale

  • 6 Journal officiel de la République française (désormais JORF), 4 avril 1906, p. 2 154. Chantebout (B (...)
  • 7 Ibid., p. 231-232.
  • 8 D’autant qu’il doit compter en premier lieu avec le commandant en chef des armées françaises du Nor (...)
  • 9 Fassy (lieutenant-colonel Gérard), Le commandement français en Orient (octobre 1915-novembre 1918),(...)

3Rappelons cette évidence, au risque de l’anachronisme : en août 1914, la France est entrée en guerre sans ministère de la Défense, ni état-major des armées. La création d’un Conseil supérieur de la défense nationale (CSDN, décret du 3 avril 1906), avait certes constitué une avancée historique 6. Placée sous l’autorité du président de la République, cette nouvelle instance réunissait pour la première fois le président du Conseil et les principaux ministres intéressés aux questions de défense, y compris ceux sans compétences militaires. Pour autant, cette création n’avait pas débouché sur l’instauration d’une autorité ministérielle ou administrative unique. La concentration de pouvoirs dont avait bénéficié le général Joffre, nommé entre 1911 et 1912 vice-président du Conseil supérieur de la guerre, chef d’état-major et généralissime désigné, était ainsi restée limitée à la seule armée de Terre 7. À la fin du conflit, il n’y a toujours pas de commandant en chef interarmées. Le maréchal Foch a bien été nommé, en mars 1918, « généralissime des armées alliées », mais ce titre prestigieux se limite au front occidental et ne lui accorde que des pouvoirs limités 8. Il en va de même pour le « commandant en chef des armées alliées d’Orient », Franchet d’Espèrey 9. Et si, en l’absence d’armée de l’Air, les opérations aériennes sont intégrées dans celles de l’armée de Terre ou de la marine, les actions de ces dernières demeurent structurellement distinctes.

  • 10 Vial (commandant Jean), « La Défense nationale. Son organisation entre les deux guerres », Revue d’ (...)
  • 11 JORF, 18 novembre 1921, p. 12735.
  • 12 Lacouture (Jean), De Gaulle, t. 1, « Le Rebelle (1890-1944) », Seuil, 1984, p. 206.

4Le conflit terminé, la nécessité d’en tirer les leçons s’impose à tous, en particulier en matière d’organisation politico-militaire 10. Par décret du 17 novembre 1921, le CSDN est doté d’un exécutif sous la forme d’un « secrétariat général », le SGCSDN, plus couramment appelé SGDN (Secrétariat générale de la défense nationale) 11. Commandé par un officier général, il va constituer pendant tout l’entre-deux-guerres la seule structure interarmées pérenne, et doit être considéré comme la préfiguration la plus ancienne de l’actuel EMA. Ainsi que le souligne le maréchal Pétain, quand il conseille au chef de bataillon de Gaulle d’y entrer, en mai 1931, il est en effet à prévoir que le SGDN « formera l’ossature de l’état-major de la défense nationale » 12. Si, comme on le verra, il faudra attendre avril 1944 pour voir se réaliser cette prédiction, dans l’immédiat, elle dit bien quel est le statut hybride du SGDN jusqu’en 1962 : le chassé-croisé ne fait que commencer…

  • 13 Lacouture (J.), op.cit., p. 206-223 ; Guelton (colonel Frédéric), « Charles de Gaulle au Secrétaria (...)
  • 14 Chantebout (B.), op.cit., p. 72-75, spécialement en ce qui concerne la question centrale de la dire (...)
  • 15 Carré (C.), op.cit., p. 293-294.
  • 16 Monnet (François), Refaire la République : André Tardieu, une dérive réactionnaire (1876-1945), Fay (...)

5Charles de Gaulle suit le conseil et est affecté au SGDN entre 1932 et 1937, lieu capital pour sa formation politico-militaire, où il mûrit Vers l’armée de métier 13. À ce poste, il participe à l’élaboration de la grande loi sur l’organisation de la nation en temps de guerre. Mise en chantier dès le début des années vingt, elle ne sera finalement votée que le 11 juillet 1938. Cette lenteur, comme le caractère très insatisfaisant du résultat obtenu, disent bien la difficulté de la tâche 14. Elle touche en effet à la question de la modernisation de l’État, qui hante les élites françaises durant tout l’entre-deux-guerres, sans jamais recevoir de réponse satisfaisante. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si un poste de ministre de la Défense, dévolu à François Piétri, existe pour la première fois entre le 20 février et le 2 juin 1932 15. André Tardieu, alors président du Conseil, est en effet un militant déclaré de cette volonté de réforme de la République que les historiens questionnent encore 16.

  • 17 Carré (C.), op.cit., p. 295.
  • 18 Lecoq (Tristan), Parlement, gouvernement, haut commandement : la question de l’organisation de la D (...)
  • 19 Lacouture (J.), op.cit., p. 248 ; Roussel (Éric), Charles de Gaulle, Gallimard, 2002, p. 67.

6C’est également l’époque où, pour la première fois, la création d’un poste de chef d’état-major des armées est envisagée à la faveur de l’institutionnalisation de l’armée de l’Air 17. Pendant les années trente, le débat fait rage entre partisans et adversaires d’un commandement unique 18. Portée par plusieurs des grands chefs de l’armée de Terre (Pétain, Weygand), cette perspective inquiète en particulier marins et aviateurs. Ils redoutent qu’elle tourne à leur désavantage compte tenu du déséquilibre des forces entre les armées. Les inquiétudes ne sont pas moindres dans le milieu politique vu la concentration des pouvoirs dont bénéficierait cette autorité militaire commune dès le temps de paix. C’est l’époque où les thèses du lieutenant-colonel de Gaulle en faveur d’une professionnalisation partielle de l’armée sont récusées par Léon Blum au nom d’une possible dérive prétorienne 19… 

  • 20 Décret portant sur les « attributions, en temps de paix, du chef d’État-Major général de la défense (...)
  • 21 Alexander (Martin), The Republic in Danger. General Maurice Gamelin and the Politics of French Defe (...)

7Illustration de ces tensions, ce n’est qu’à la veille de la guerre qu’est nommé pour la première fois un chef d’état-major interarmées, le chef d’état-major général de la défense nationale (CEMGDN). C’est un faux départ. Comme l’indiquent les termes du décret du 21 janvier 1938, celui-ci est cantonné à une mission de coordination, en particulier vis-à-vis de la marine 20. D’ailleurs, le CEMGDN ne possède pas d’état-major en propre, puisque ses attributions sont confiées au chef d’état-major de l’armée de Terre. À l’image de son ministre, Édouard Daladier, depuis juin 1936 en charge de la Guerre et de la Défense nationale, le général Gamelin cumule les deux postes, le second procédant du premier dans la réalité de l’organisation administrative 21. Les limites de ce dispositif sont évidentes, d’autant qu’il s’insère dans le cadre d’une organisation politico-militaire d’une rare complication. La nomination du général Gamelin comme « généralissime », à la déclaration de guerre, n’y changera rien. L’effondrement de 1940 sera, pour une part, la sanction impitoyable de ces insuffisances.

Les ruptures inachevées de la Seconde Guerre mondiale

  • 22 Destremau (Bernard), Weygand, Perrin, 1989, p. 559-637, malheureusement peu disert sur l’analyse de (...)
  • 23 Il s’agit bien d’une première car la tentative faite par Tardieu avait conduit à la suppression des (...)
  • 24 Huan (capitaine de vaisseau Claude) et Coutau-Bégarie (Hervé), Darlan, Fayard, 1989, p. 452-455 et (...)

8À Vichy comme à Londres, puis Alger, la même volonté va se manifester de tirer les leçons du désastre et de pousser plus avant l’indispensable rationalisation de l’organisation politico-militaire. Dès le 16 juin 1940, le général Weygand – qui avait succédé à Gamelin le 17 mai comme généralissime – devient ministre de la Défense 22. Jusqu’au 5 septembre, il réunit sous son autorité les trois départements ministériels d’armée. Apparaît, pour la première fois, l’organisation de principe qui va dominer jusqu’aux débuts de la Ve République 23. Mais celle-ci demeure largement théorique, compte tenu de l’opposition résolue du secrétaire d’État à la Marine, l’amiral Darlan 24. À son tour ministre de la Défense (10 août 1941), il se heurte au même type de difficulté, cette fois venant des autres armées que la sienne. Plus encore, à partir du 16 avril 1942, quand il devient « commandant en chef », perdant son titre de ministre tout en en conservant l’essentiel des attributions. Dans le contexte très particulier de l’État français, il y a ainsi confusion des niveaux de responsabilité, les ministres d’armée en assurant souvent la direction militaire de fait à la faveur de leur statut d’officier général.

  • 25 Ce développement concernant l’évolution de l’organisation politico-militaire à Alger de juin 1943 à (...)
  • 26 Roussel (E.), op.cit., p. 364-366.
  • 27 « Décret [sans numéro] du 4 août 1943 portant modification au décret du 3 juin 1943 fixant l’organi (...)
  • 28 « Décret [sans numéro] du 4 août 1943 sur l’organisation du haut commandement », ibid., p. 57-58 ; (...)
  • 29 « Décret [sans numéro] du 5 août 1943 relatif à la formation et au fonctionnement du Secrétariat du (...)

9C’est seulement à Alger, dans le cadre du Comité français de libération nationale (CFLN), qu’intervient la véritable rupture 25. Le 3 juin 1943, les généraux de Gaulle et Giraud ont difficilement accepté d’unir leurs efforts au sein de ce premier gouvernement provisoire, dont ils se partagent la présidence 26 : la direction de la défense y est donc assurée de manière collégiale. Début août, la répartition des rôles est précisée, au profit apparent de Giraud. Celui-ci reçoit en effet la « responsabilité des affaires concernant la défense nationale », tandis que de Gaulle prend en charge « les autres affaires et la politique générale du Comité » 27. Giraud devient « commandant en chef », et même plus puisqu’il est assisté d’un commissaire adjoint à la défense nationale, le général de corps d’armée Legentilhomme, en charge de la gestion des armées 28. Mais, avantage qui va se révéler décisif, de Gaulle obtient la présidence du Comité de défense nationale, recréé à cette occasion. Une petite structure dirigée par le colonel Billotte assure la préparation des réunions et le suivi des décisions. Elle prend le nom de Secrétariat du comité de défense nationale (SCDN) 29.

  • 30 « Décret [sans numéro] du 2 octobre 1943 fixant l’organisation et le fonctionnement du CFLN », JORF(...)
  • 31 « Décret [sans numéro] du 2 octobre 1943 instituant un commissariat à la Défense nationale et conce (...)
  • 32 Roussel (E.), op.cit., p. 393-394.
  • 33 Le décret du 16 décembre 1943 « portant organisation du haut commandement » (JORF [Alger], 13 janvi (...)
  • 34 « Ordonnance du 4 avril 1944 sur l’organisation de la défense nationale », JORF (Alger), 6 avril 19 (...)
  • 35 C’est l’ordonnance du 4 avril qui fonde réglementairement l’existence de ce nouvel état-major. Son (...)

10Cet équilibre ne dure guère car la question de la direction de la défense nationale est un enjeu essentiel dans la lutte sans merci que se livre les deux généraux. Les décrets pris le 2 octobre marquent le début de la fin pour Giraud. S’il reste chargé « du commandement en chef et de la direction des opérations militaires » 30, ses pouvoirs sont désormais limités aux forces « placées sous son commandement direct » ; pour les autres, « il exerce les attributions d’inspecteur général » 31. Par ailleurs, le commissaire à la Défense nationale cesse de lui être subordonné. Après avoir perdu la coprésidence du CFLN début novembre 32, l’ordonnance du 8 avril 1944 lui porte le coup de grâce 33. Cantonné à sa responsabilité d’inspecteur, Giraud se voit retirer son titre de commandant en chef : la direction de la défense est désormais tout entière dans les mains du général de Gaulle 34. Pour l’assister dans ses nouvelles charges, le SCDN est transformé en État-major de la défense nationale (EMDN) 35. Qualifié de « général » à partir du 24 octobre (EMGDN), il peut être considéré comme l’ancêtre direct de l’actuel EMA. Pour la première fois, en effet, est institué un état-major interarmées en tant que tel, dont le chef a autorité sur l’ensemble des responsables militaires.

  • 36 Delmas (général Jean), « Béthouart », in Andrieux (Claire), Braud (Philippe) et Piketty (dir. Guill (...)
  • 37 Juin (maréchal Alphonse), Mémoires, t. II, Fayard, 1960, p. 9-136. ; Pujo (colonel Bernard), Juin, (...)

11Il revient au général de corps d’armée Béthouart 36, de fonder le poste, avant que celui ne soit confié en août 1944 au général d’armée Juin 37. Comme son prédécesseur, ce dernier est un ancien de la promotion « Fez » à Saint-Cyr (1909), celle de Charles de Gaulle... Preuve de l’importance du poste, celui-ci n’hésite pas à priver de grand commandement opérationnel le vainqueur du Garigliano. Méconnu, le rôle de l’EMGDN et de son chef est en effet central dans le retour de la France au combat, même si l’intégration complète des forces françaises au sein du dispositif allié contraint fortement son action. D’autant que le Combined Chiefs of Staff, à Washington, reste composé exclusivement de représentants américains et britanniques… Dans ce contexte difficile, l’EMGDN et son chef constituent pour le général de Gaulle un outil essentiel pour la défense des intérêts nationaux. Et l’EMGDN reprend naturellement sa place dans la direction des opérations quand celles-ci cessent d’être interalliées. On en a très vite l’illustration avec le déploiement du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient en 1945-1946. Première grande projection de forces de l’après-guerre, celle-ci consacre l’arrivée à maturité de l’EMGDN.

  • 38 Chantebout (B.), op.cit., p. 256, mais qui oublie l’existence d’un commissaire à la défense nationa (...)

12À la même époque, l’organisation ministérielle semble, elle aussi, parvenir à un point d’équilibre 38. À partir de novembre 1943, des commissariats propres à chaque armée avaient été restaurés. Devenus des ministères en septembre 1944, ils sont supprimés fin novembre 1945. On en revient à la situation qui avait prévalu au premier semestre 1932 puis, entre août et novembre 1943. À deux différences près : comme à Alger, les responsabilités des départements ministériels d’armées sont réparties entre le ministère des Armées, cantonné aux tâches de gestion, et celui de l’Armement. Surtout la direction des forces armées est assumée par le président du gouvernement provisoire, également ministre de la Défense. Placé directement sous son autorité, le CEMGDN tient une place essentielle dans le dispositif.

La difficile atteinte d’un premier équilibre sous la IVe République

  • 39 Vial (Philippe), « La IVe et son maréchal : un essai d’interprétation du comportement politique d’A (...)
  • 40 « Décret no 46-34 du 4 janvier 1946 portant organisation de la défense nationale », JORF, 13 janvie (...)

13À peine établi, cet équilibre est remis en cause. Le Général parti, fin janvier 1946, ses successeurs à la tête du GPRF renoncent au lien spécifique qu’il avait établi avec le CEMGDN 39. Même si son état-major relève toujours du chef du gouvernement, le relâchement des liens est net. Un an plus tard, l’organisation politico-militaire retenue par la IVe République cristallise cette tendance. Les départements ministériels propres à chaque armée sont restaurés, sous l’autorité fragile d’un ministre de la Défense : une organisation qui, sauf exception, perdurera jusqu’en juin 1958. En mai 1947, le départ de Juin, remplacé seulement par un général de division, marque le début de la marginalisation pour l’EMDN. De manière quelque peu prémonitoire, celui-ci avait en effet perdu son qualificatif de « général » le 4 janvier 1946 40.

  • 41 C’est la crainte de la « fusionnite » : Vial (Philippe), « La Marine, un concentré des contradictio (...)
  • 42 C’est par exemple l’analyse que développe le 3 juin 1947 de Lattre, alors inspecteur général de l’a (...)

14Incontestablement, l’EMGDN a fait peur en une époque encore marquée par la crainte du césarisme, une crainte qu’ont avivée les expériences multiples de la guerre... De leur côté, les armées ne sont pas en reste. Constituées en départements ministériels distincts depuis le Grand Siècle, l’armée et la marine redoutent de perdre leur indépendance 41. Pour être de création plus récente, l’armée de l’Air n’y est pas moins attachée. Affectant de ne voir dans l’EMGDN qu’un échelon de commandement inutile, les armées poussent à sa suppression au nom des économies 42.

  • 43 « Décret no 48-743 du 28 avril 1948 portant regroupement des États-Majors généraux de la guerre, de (...)

15Pourtant, les raisons qui avaient provoqué son émergence n’ont pas disparu. Preuve s’il en fallait, la création, le 28 avril 1948, de l’État-Major général des forces armées (EMGFA). Dès la première phrase du rapport liminaire, les choses sont dites. « La mise en condition des armées, la préparation de leur mobilisation comme leur emploi, posent actuellement des problèmes qu’elles ne peuvent étudier et résoudre séparément. Leur action doit être combinée. » 43 L’EMGFA englobe dans son périmètre théorique les États-Majors généraux d’armée, qui doivent progressivement céder leurs compétences transverses et se fondre au sein du nouvel organisme. Une évolution en douceur qui restera largement théorique… D’autant que dans l’immédiat des problèmes plus urgents se posent. Les attributions de l’EMGFA chevauchent en effet celles de l’EMDN, avec lequel il coexiste au départ.

  • 44 « Décret no 49-220 du 16 février 1949 relatif à l’état-major permanent, militaire et civil, du prés (...)
  • 45 « Décret no 50-389 du 1er avril 1950 relatif à la réorganisation de la Défense nationale », JORF, 4 (...)
  • 46 « Décret no 47-2112 du 4 novembre 1947 portant constitution d’un conseil d’état-major permanent aup (...)

16Cette situation ne peut durer : le 16 février 1949, l’EMDN est transformé 44. Sous le nom d’état-major permanent militaire et civil du président du Conseil, il voit ses missions redéfinies, qui préfigurent celles du nouveau SGDN. Celui-ci va être en effet recréé le 1er avril 1950 à partir de ce nouvel et fugace état-major : il prend le nom de Secrétariat général permanent de la défense nationale (SGPDN) 45. Désormais, il n’y a plus qu’un seul état-major interarmées, l’EMGFA, devenu à cette occasion état-major combiné des forces armées (EMCFA), et qui dépend directement du ministre de la Défense. Pour autant, la situation n’est pas stabilisée car cet état-major n’a pas de chef à proprement parler. Organe de travail du comité des chefs d’état-major, qui a été institutionnalisé le 4 novembre 1947, et confirmé le 24 avril 1948, il est placé sous l’autorité de son président 46. Mais, celui-ci étant par ailleurs le chef d’état-major de l’une des trois armées, il en délègue la direction quotidienne au « major général des armées », dont le poste a été créé par le décret du 28 avril 1948.

  • 47 Vial (Philippe), « De l’impuissance à la renaissance : le général Léchères à la tête de l’armée de (...)

17Si le général d’armée aérienne Léchères, qui préside le comité jusqu’à l’automne 1951, mérite d’être cité parmi les prédécesseurs de l’actuel CEMA, il l’est nettement moins que le général Juin 47. D’autant que le comité des chefs d’état-major est initialement cantonné, en théorie du moins, à la gestion des forces. Ce n’est qu’avec la réforme du 1er avril 1950 qu’il accède à leur direction. Il n’empêche : son président n’est jamais qu’un primus inter pares. Or les nécessités multiples de la guerre froide font ressentir le besoin de donner un véritable « patron » aux forces armées, qui soit l’interlocuteur unique du gouvernement.

  • 48 Kersaudy (François), « Giraud », in Andrieux, Braud et Piketty (dir.), op.cit., p. 555.
  • 49 « Décret no 48-782 du 5 mai 1948 portant organisation de l’inspection générale des forces armées », (...)
  • 50 « Décret no 51-84 du 21 janvier 1951 portant création d’un poste d’inspecteur général des forces ar (...)
  • 51 Si l’on excepte celle figurant dans le décret mort-né du 4 avril 1944 qui, en son article 2 précisa (...)

18Le décret du 24 janvier 1951, qui restaure le poste d’inspecteur général des forces armées, est une première réponse. On l’a vu, celui-ci avait été formalisé une première fois en avril 1944, au bénéfice du général Giraud qui, depuis octobre 1943, en exerçait déjà les responsabilités dans le cadre de ses fonctions de commandant en chef. Mais Giraud avait immédiatement refusé ce poste, n’y voyant à juste titre qu’une ultime étape dans sa mise à l’écart 48. Restauré le 5 mai 1948 au profit du général de Lattre, le poste d’inspecteur général des forces armées n’avait pas survécu à la nomination de son titulaire, quelques mois plus tard, à la tête de la composante terrestre de l’Union occidentale 49. Début 1951, cette nouvelle résurrection du poste permet de refaire du général Juin la plus haute autorité militaire française. Il reçoit en effet des attributions qui vont bien au-delà de celles traditionnellement dévolues à un inspecteur 50. Il est en particulier président du comité des chefs d’état-major et vice-président du Conseil supérieur des forces armées qui, désormais, réunit les conseils supérieurs des trois armées. Mieux, « il donne des avis au gouvernement sur toutes les questions relevant de sa mission » : c’est la première mention de ce qui va devenir l’une des attributions fondamentales du CEMA 51.

  • 52 Vial (Philippe), « Le militaire et le politique : le maréchal Juin et le général Ély face à la CED (...)

19Pourtant, il n’en reçoit pas le titre, pour des raisons qui restent à préciser. Sa nomination simultanée au commandement des forces terrestres du secteur Centre Europe de l’OTAN a certainement constitué un frein puissant. On en a la confirmation indirecte avec la réorganisation qui intervient à l’été 1953, lorsque Juin – devenu maréchal de France le 14 juillet 1952 – est nommé au commandement interarmées du secteur Centre Europe. Cet élargissement de ses responsabilités atlantiques conduit le gouvernement à lui retirer la présidence du comité des chefs d’état-major, désormais confiée à un chef d’État-Major général des forces armées (CEMGFA) 52. C’est la seconde naissance du CEMA, et c’est la bonne. Désormais, il y aura de manière continue un chef d’état-major interarmées au sommet de l’organisation militaire française. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette étape est franchie alors que René Pleven est ministre de la Défense. Après Pierre-Henri Teitgen et Jules Moch, mais avec une durée dans le poste que ses deux prédécesseurs n’avaient pas eue, Pleven est l’un des grands artisans du renforcement des pouvoirs de l’administration centrale sous la IVe République. On l’a dit, l’émergence du CEMA est indissociable de celle du ministre de la Défense.

  • 53 Ély (général Paul), Mémoires, t. I, « L’Indochine dans la tourmente », Plon, 1964, 367 pages ; t. I (...)
  • 54 Vial (Philippe), « Les chefs militaires français et la crise de Suez : le groupe et le système », i (...)
  • 55 « Décret du 27 juillet 1956 relatif aux attributions du chef d’État-Major général des forces armées (...)
  • 56 Vial (P.), « La IVe et son maréchal… », op.cit., p. 167.

20Un deuxième décret pris le 18 août 1953 fait du général d’armée Ély le premier titulaire du nouveau poste : après Juin et, dans une moindre mesure Béthouart et Léchères, il est donc le quatrième fondateur de la fonction. D’autant qu’il va l’occuper jusqu’en février 1961, avec deux interruptions. Lors de la crise de mai 1958, il choisit de démissionner le 16, mais reprend son poste dès le 9 juin à la demande du général de Gaulle. Surtout, il est entre juin 1954 et juin 1955 commandant en chef et haut-commissaire en Indochine 53. Sa réussite dans l’accomplissement de cette mission, que Juin comme Kœnig avaient refusée, lui donne une assise nouvelle. Elle se traduit par un élargissement de ses pouvoirs quand il redevient CEMGFA, à la fin février 1956 54. Désigné comme « plus haute autorité nationale » – une première – il reçoit l’inspection générale des forces armées et le titre de « conseiller militaire du gouvernement » (décret du 27 juillet 1956) 55. Le maréchal Juin en avait été privé début avril 1954, à l’issue de ses prises de position publiques contre le traité de Communauté européenne de défense 56. Dans les titres comme dans les faits, Ély a remplacé Juin qui, parallèlement, quitte ses responsabilités atlantiques à l’automne 1956.

  • 57 Vial (P.), « Les chefs militaires français et la crise de Suez… », op.cit.

21Après les rebondissements incessants des années de guerre, puis de la première moitié de la IVe République, le système semble avoir trouvé une forme d’équilibre. Celui-ci reste pourtant précaire 57. En témoigne la suppression des départements ministériels d’armée par Pierre Mendès France, début 1955, sur laquelle revient le gouvernement Guy Mollet un an plus tard. De même, l’efficacité du système politico-militaire français demeure problématique : après la défaite en Indochine, l’échec de Suez est largement imputable à la faiblesse des structures de gestion de crise. Enfin, depuis la fin 1954, le système est soumis à la pression croissante du conflit algérien. Le renforcement des pouvoirs du CEMGFA, en juillet 1956, répond ainsi sans doute également à la nécessité de contrebalancer le poids du commandant en chef en Algérie, où se trouve désormais l’essentiel des forces.

La remise à plat des débuts de la Ve République (1958-1962)

  • 58 « Décret no 58-582 du 11 juillet 1958 relatif aux attributions du chef d’état-major de la défense n (...)
  • 59 Le décret no 58-525 du 10 juin 1958 « fixant les attributions du ministre des Armées », (JORF, 11 j (...)

22Dès son retour, le général de Gaulle apporte des aménagements en transformant le SGPDN en État-major de la défense nationale (EMDN, premier décret du 11 juillet 1958) 58. Confié au vice-amiral Cabanier, une figure de la France libre, il dépend directement du président du Conseil, et non plus du ministre de la Défense : à ce titre, il fait également office d’état-major particulier. De Gaulle a voulu disposer des moyens d’exercer ses responsabilités en matière militaire, que ses prédécesseurs avaient presque entièrement déléguées à leur ministre de la Défense à partir de juillet 1948. Preuve s’il en fallait, le Général cumule les deux postes comme à l’époque du GPRF 59.

  • 60 Ibid.

23Cette volonté de renouer avec l’organisation développée à la Libération se traduit également dans la suppression définitive des trois secrétaires d’État aux forces armées, remplacés par de simples délégués ministériels. À leur tête, un ministre des Armées : reprenant le titre porté par Edmond Michelet entre la fin 1945 et la fin 1946, Pierre Guillaumat se consacre désormais d’abord aux tâches de gestion 60.

  • 61 « Décret no 58-583 du 11 juillet 1958 fixant les attributions du chef d’État-Major général des armé (...)

24Compte tenu des circonstances qui ont permis son retour au pouvoir, le général de Gaulle entend réaffirmer toute la primauté du pouvoir politique. Le deuxième décret du 11 juillet 1958, qui fixe les attributions du CEMGFA, en témoigne 61 : il souligne en particulier le lien de subordination directe qui l’unit au président du Conseil en ce qui concerne l’emploi des forces. Pour le reste, ses attributions ne connaissent que des modifications de détail, à l’image de celle qui affecte son titre : le CEMGFA devient CEMGA (chef d’État-Major général des armées). Sur le fond, il y a chevauchement partiel des compétences avec le CEMDN, alors même que ce dernier n’est pas subordonné au CEMGA. Pareille situation ne peut être que transitoire même si, dans l’immédiat, la bonne volonté du général Ély et du vice-amiral Cabanier, conjuguée à leur différence d’ancienneté, permet de limiter les tensions.

  • 62 Chantebout (B.), op.cit., p. 191-202.
  • 63 « Décret no 59-262 du 7 février 1959 relatif aux attributions du chef d’État-Major général de la dé (...)
  • 64 Après avoir commandé l’escadre, il sera chef d’état-major de la marine de juillet 1960 à janvier 19 (...)

25Promulguée le 4 octobre 1958, la nouvelle constitution entre définitivement dans les faits début 1959. Le président de la République, René Coty, transmet ses pouvoirs au général de Gaulle le 8 janvier, qui nomme Michel Debré Premier ministre. La veille a été publiée l’ordonnance fondamentale qui pose les principes d’organisation de la défense nationale jusqu’à nos jours 62. Elle fait du Premier ministre la clé de voûte du système, privant le ministre du rôle central qui était devenu le sien à partir de juillet 1948. Un mois plus tard, les décrets du 7 février consacrent cette nouvelle hiérarchie à l’échelle du haut commandement 63. Le CEMDN devient chef d’État-Major général de la défense nationale (CEMGDN), « conseiller militaire du gouvernement » et « plus haute autorité militaire » française, titres qui étaient depuis juillet 1956 ceux du CEMGA. Cette nouvelle hiérarchie est d’autant plus nette que le général d’armée Ély succède au vice-amiral d’escadre Cabanier 64, tandis que le général d’armée Lavaud prend la tête de l’EMGA. C’est un poste diminué dont celui-ci hérite, auquel n’est plus attaché la présidence du comité des chefs d’état-major, désormais attribuée au plus ancien d’entre eux, Ély en l’occurrence... À la différence de son chef, l’EMGA perd d’ailleurs son qualificatif de « général » et devient état-major des armées, EMA. C’est la première apparition de cette appellation qui, à l’exception d’une brève interruption entre avril 1961 et juillet 1962, va perdurer jusqu’à nos jours. À l’inverse, l’EMDN reçoit ce qualificatif de « général » et devient EMGDN, comme à l’époque de son premier apogée, en 1944-1945.

  • 65 Chantebout (B.), op.cit., p. 208-216.
  • 66 « Décret no 59-267 du 7 février 1959 relatif aux attributions du chef d’État-Major général des armé (...)
  • 67 Chantebout (B.), op.cit., p. 194-197 et p. 203-207.

26Cette hiérarchie repose sur une nouvelle répartition des responsabilités 65. À l’instar du ministre des Armées, dont il dépend, le CEMGA assume « l’organisation des armées, la mise en condition des forces et la coordination interarmées » 66, tandis que le CEMGDN est chargé de l’emploi des forces sous la direction du Premier ministre. Pourtant, cette délimitation des rôles va se révéler fragile à l’usage. Le détail des textes prévoit une complémentarité telle entre les deux chefs d’état-major qu’elle débouche sur des chevauchements de compétence. D’autant que le ministre des Armées considère, non sans raison, que les textes lui laissent voix au chapitre en ce qui concerne la direction des forces. Or, celle-ci relève dans les faits d’abord du président de la République 67. Celui-ci dispose désormais d’un état-major particulier, quand ses prédécesseurs n’étaient dotés que d’une maison militaire, appelée Secrétariat général militaire de la présidence sous la IVe République. Surtout, la pratique du pouvoir développé par le général de Gaulle, en particulier via la présidence des Comités de défense, lui donne un rôle central. Si le Premier ministre demeure en théorie un intermédiaire obligé entre le président et le CEMGDN, dans les faits celui-ci est directement actionné par le chef de l’État.

  • 68 Ibid., p. 206-207.
  • 69 Ibid., p. 215 et p. 289-290. Lavaud sera d’ailleurs nommé à la tête de la Délégation ministérielle (...)
  • 70 Chantebout (B.), op.cit., p. 285-286. Si un équilibre est assez vite trouvé entre les délégués mini (...)
  • 71 Chantebout (B.), op.cit., p. 291-298.
  • 72 C’est en fait un retour aux sources puisqu’à la création du comité, le ministre en était le préside (...)

27Cette relativisation des pouvoirs du Premier ministre en matière de direction des forces a pour corollaire la marginalisation du ministère des Armées. Ainsi, la conduite de la guerre d’Algérie comme la gestion des relations avec l’OTAN lui échappent pour l’essentiel 68. Si le général Lavaud s’accommode de cette situation, orientant son action vers les problèmes d’armement, la situation devient difficile pour son ministre 69. D’autant que la réorganisation du ministère opérée à la mi-1958 trahit ses limites : en particulier, les délégués ministériels peinent à trouver leur place face aux chefs d’état-major d’armées 70. En mars 1960, Pierre Guillaumat est remplacé par Pierre Messmer. Un an après son arrivée, celui-ci obtient un renforcement considérable de ses pouvoirs. Le 5 avril 1961 est publiée une impressionnante série de vingt-trois décrets, qui donne au ministère la physionomie demeurée la sienne jusqu’à aujourd’hui 71. C’est la fin des départements d’armée : les délégués ministériels sont supprimés tandis que les directions industrielles sont rassemblées dans le cadre d’une délégation ministérielle unique, à l’origine de l’actuelle DGA. De même, les grandes directions administratives non militaires sont unifiées dans le cadre d’un Secrétariat général pour l’administration (SGA). Enfin, l’unification des corps de contrôle comme la subordination directe des inspections d’armée donnent au ministre des pouvoirs de contrôle accrus. Symbole de ces nouvelles prérogatives, pour la première fois depuis avril 1948, il reçoit la présidence du comité des chefs d’état-major 72.

  • 73 « Décret no 61-314 du 5 avril 1961 fixant les attributions du chef de l’état-major interarmées », J (...)
  • 74 Il recevra néanmoins sa cinquième étoile en janvier 1962 (Service historique de l’armée de l’Air (S (...)
  • 75 Faivre (général Maurice), « Le général d’armée Jean Olié de 1924 à 1962 », Guerres mondiales et con (...)
  • 76 Cette tradition n’émerge en fait qu’à partir de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. À compte (...)
  • 77 Chantebout (B.), op.cit., p. 217 et surtout p. 290, mais qui ne cite pas ses sources.
  • 78 Fermement opposé à la tentative de putsch, le CEMGDN désapprouve la manière dont est conduite la ré (...)
  • 79 Sa désignation officielle n’intervient en effet que le 14 novembre, compte tenu des efforts qui ont (...)
  • 80 « Décret no 61-1231 du 14 novembre 1961 relatif aux attributions du chef d’État-Major général de la (...)
  • 81 « Décret no 61-1286 du 2 décembre 1961 portant organisation de l’État-Major général de la défense n (...)
  • 82 Chantebout (B.), op.cit., p. 217 et p. 295-296.

28Dans ce contexte, le CEMGA est transformé en simple chef d’état-major interarmées (CEMIA), chargé en particulier d’assurer le secrétariat du comité des chefs d’état-major 73. Un poste désormais occupé seulement par un quatre étoiles, le général de corps d’armée aérien Martin 74 : l’EMIA n’est plus un organisme de commandement, mais seulement d’étude et de transmission. Plus que jamais, le CEMGDN apparaît comme la « plus haute autorité militaire ». Un mois avant la grande réforme du 5 avril, le général d’armée Olié a succédé au général Ély 75. Ancien chef d’état-major particulier du président de la République, sa promotion inaugure ce qui va devenir une forme de tradition et atteste de l’importance de ce poste aux yeux des plus hautes autorités de l’État 76. Pourtant, celui-ci est supprimé le 18 juillet 1962. À l’origine de cet ultime bouleversement, encore mal connu, les contrecoups multiples de la fin du conflit algérien. Le « putsch des généraux », les 22-25 avril 1961, a ébranlé l’EMGDN 77. En désaccord sur plusieurs sujets essentiels avec le chef de l’État, Olié choisit de démissionner fin juillet 78. Son adjoint, le général de corps d’armée aérien Puget, lui succède à la mi-novembre 79, un choix qui témoigne de la volonté du gouvernement de réduire l’importance du poste. Conséquence logique, le CEMGDN perd son titre de « plus haute autorité militaire » 80. Et, le 2 décembre, deux décrets réforment ses structures et réduisent ses effectifs 81. Parallèlement, l’EMIA, qui semble avoir été moins troublé par les événements d’avril, voit les siens étoffés, tout comme ses missions 82.

29Le remplacement de Michel Debré par Georges Pompidou, le 14 avril 1962, au lendemain du référendum sur les accords d’Évian, scelle la disparition de l’EMGDN. L’intérêt moins marqué du nouveau Premier ministre pour les questions militaires a sans doute joué, mais ne doit pas être surestimée. La fin de la guerre d’Algérie entraîne une nouvelle hiérarchie des priorités dans l’action gouvernementale, désormais d’abord tournée vers le développement social et économique. Dans ce nouveau contexte, l’implication du Premier ministre dans les affaires de défense ne peut que décroître, d’autant que la pratique a confirmé le rôle central du président de la République en la matière.

  • 83 « Décret no 62-808 du 18 juillet 1962 relatif à l’organisation de la défense nationale », JORF, 19  (...)
  • 84 Le général Martin devient inspecteur général de l’armée de l’Air, puis chef d’état-major de l’armée (...)
  • 85 Ailleret (général Charles), Général du contingent. En Algérie (1960-1962), Paris, Grasset, 1998, 39 (...)

30Le 18 juillet, quinze jours après que la France a reconnu l’indépendance algérienne, quatre décrets sanctionnent cette évolution 83. L’EMGDN redevient le SGDN, cédant ses responsabilités spécifiquement militaires à l’EMIA. Celui-ci retrouve son nom d’EMA, qu’il conservera jusqu’à nos jours. À sa tête est nommé le général d’armée Ailleret 84. Une nomination à la forte dimension symbolique : artisan essentiel de l’effort qui a permis à la France de se doter de l’arme nucléaire, il a fait le choix de la loyauté en avril 1961 alors qu’il commandait une région en Algérie, où il a ensuite été nommé commandant en chef 85.

  • 86 Pour une vue synthétique de ce processus, se reporter à Claude Carré, op.cit., p. 427-429 et p. 456 (...)

31Bien sûr, ce premier CEMA est très différent de celui que nous connaissons. Ses pouvoirs sont limités : il ne porte plus le titre de « conseiller militaire du gouvernement », qu’il ne retrouvera que vingt ans plus tard. De même, il n’a pas autorité sur les chefs d’état-major d’armée en temps de paix. De nombreuses étapes seront encore nécessaires pour en arriver à la situation d’aujourd’hui. Le décret de 1968, plus encore ceux de 1982 et 2005, constituent les dates clés de ce processus 86. Mais, désormais, il y aura de manière continue un CEMA dans le cadre d’une organisation politico-militaire pérenne. C’est la fin d’un quart de siècle de bouleversements incessants depuis qu’en janvier 1938 un poste de chef d’état-major interarmées avait été pour la première fois esquissé. De cette naissance à épisodes émergent deux dates charnières : avril 1944, qui voit la création véritable du poste ; août 1953, qui marque sa pérennisation. Juin et Ély, Béthouart et Léchères dans une moindre mesure, sont chacun à leur manière les ancêtres de l’actuel CEMA

  • 87 Entretien de l’auteur avec le capitaine de frégate (h.) Jean Ducros, alors affecté au Service press (...)

32Il faut y ajouter le nom d’Ailleret : dès 1964, celui-ci pose les principes d’une réforme de grande envergure, qui annonce de manière prémonitoire les décisions du printemps 2005 87. Trop ambitieuse pour être acceptée immédiatement, cette proposition témoigne néanmoins de la force de la dynamique enclenchée dans l’entre-deux-guerres. L’émergence du CEMA apparaît ainsi au cœur du processus de rationalisation des relations politico-militaires engendré par le choc des guerres mondiales et des conflits coloniaux, en attendant les opérations extérieures… À sa manière, cette émergence participe directement de la modernisation du modèle républicain, dont les relations politico-militaires ont trop souvent été le grand impensé.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation synthétique des enjeux de la réforme de mai 2005 par l’un de ses principaux architectes, Henri Bentégeat (général), « La réforme du ministère de la Défense », Défense nationale et sécurité collective, août-septembre 2005, p. 23-33. À noter que cet article est précédé du texte intégral des deux décrets qui fondent la réforme.

2 De manière significative, les deux ouvrages de référence sur la question restent des thèses de droit constitutionnel, en premier lieu celle, toujours fondatrice, de Bernard Chantebout, L’organisation générale de la Défense nationale en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1967, 500 pages). On y ajoutera celle de l’un de ses élèves, Jean-Marie Privat, Le chef d’état-major des Armées, 2 vol., université de Paris V, 1997, 473 pages.

3 Cf. en particulier : Forcade (Olivier), Duhamel (Éric) et Vial (dir. Philippe), Militaires en République, 1870-1962. Les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Publications de la Sorbonne, 1999, 734 pages.

4 Pour une vue d’ensemble, cf. l’ouvrage sans équivalent de Claude Carré, Histoire du ministère de la Défense, Lavauzelle/CEHD, 2001, 582 pages.

5 Chantebout (B.), op.cit., p. 5-18.

6 Journal officiel de la République française (désormais JORF), 4 avril 1906, p. 2 154. Chantebout (B.), op.cit., p. 7 et p. 9-10 ; Guelton (lieutenant-colonel Frédéric), « Les hautes instances de la Défense nationale sous la Troisième République », in Forcade, Duhamel et Vial (dir.), op.cit., p. 54-55.

7 Ibid., p. 231-232.

8 D’autant qu’il doit compter en premier lieu avec le commandant en chef des armées françaises du Nord-Est. Pedroncini (Guy), Pétain, général en chef, 1917-1918, PUF, 1974, 464 pages, Mordacq (général Henri), Le commandement unique. Comment il fut réalisé, Tallandier, 1929, 172 pages et La vérité sur le commandement unique, Éditions Albert, 1934, 182 pages.

9 Fassy (lieutenant-colonel Gérard), Le commandement français en Orient (octobre 1915-novembre 1918), Économica, 2003, 469 pages.

10 Vial (commandant Jean), « La Défense nationale. Son organisation entre les deux guerres », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, avril 1955, p. 11-32 ; Guelton (F.), op.cit., p. 55-63.

11 JORF, 18 novembre 1921, p. 12735.

12 Lacouture (Jean), De Gaulle, t. 1, « Le Rebelle (1890-1944) », Seuil, 1984, p. 206.

13 Lacouture (J.), op.cit., p. 206-223 ; Guelton (colonel Frédéric), « Charles de Gaulle au Secrétariat général du Conseil supérieur de la Défense nationale, 1931-1937 », in Institut et Fondation Charles-de-Gaulle éd., Charles de Gaulle, du militaire au politique (1920-1940), Plon, coll. « Espoir », 2004, p. 62-69.

14 Chantebout (B.), op.cit., p. 72-75, spécialement en ce qui concerne la question centrale de la direction de la guerre.

15 Carré (C.), op.cit., p. 293-294.

16 Monnet (François), Refaire la République : André Tardieu, une dérive réactionnaire (1876-1945), Fayard, 1993, 638 pages. ; Rousselier (Nicolas), « Gouvernement et Parlement dans l’entre-deux-guerres », in Baruch (Marc-Olivier) et Duclert (dir. Vincent), Serviteurs de l’État, Une histoire politique de l’administration française, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire », 2000, p. 111-126.

17 Carré (C.), op.cit., p. 295.

18 Lecoq (Tristan), Parlement, gouvernement, haut commandement : la question de l’organisation de la Défense nationale (1935-1940), mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Guy Pédroncini, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1980, 126 pages. Cornet (Jean-Pierre), « Le maréchal Pétain et le problème du commandement unique », Guerres mondiales et conflits contemporains, octobre 1992, p. 51-57.

19 Lacouture (J.), op.cit., p. 248 ; Roussel (Éric), Charles de Gaulle, Gallimard, 2002, p. 67.

20 Décret portant sur les « attributions, en temps de paix, du chef d’État-Major général de la défense nationale », JORF, 22 janvier 1938, p. 1020.

21 Alexander (Martin), The Republic in Danger. General Maurice Gamelin and the Politics of French Defence, 1933-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 92-97. Réau (Élisabeth du), Édouard Daladier, 1884-1970, Fayard, coll. « Pour une histoire du XXe siècle », Fayard, 1993, p. 173 et p. 177-180. On notera que cette organisation avait reçu une première et brève application lors du second ministère Daladier (30 janvier/8 février 1934), Jean Fabry, puis à partir du 4 février Augustin Paul-Boncour, se succédant à la tête d’un ministère associant la Défense nationale et la Guerre. Yvert (Benoît) (dir.), Dictionnaire des ministres de 1789 à 1989, Perrin, 1990, p. 348.

22 Destremau (Bernard), Weygand, Perrin, 1989, p. 559-637, malheureusement peu disert sur l’analyse des responsabilités proprement ministérielles de son héros, contrairement à Huan et Coutau-Bégarie (cf. note suivante).

23 Il s’agit bien d’une première car la tentative faite par Tardieu avait conduit à la suppression des départements ministériels d’armée, tandis qu’ils sont cette fois regroupés sous une tutelle unique.

24 Huan (capitaine de vaisseau Claude) et Coutau-Bégarie (Hervé), Darlan, Fayard, 1989, p. 452-455 et p. 545-551. Ministère de la Défense nationale, Extraits du décret du 20 octobre 1941, relatif aux attributions du ministre de la Défense, note imprimée, 2 pages, Service historique de la Défense, département de la marine, 2 DOC 49 ;  État français, Organisation du haut commandement des forces militaires, 30 avril 1942, fascicule imprimé, 12 pages, ibid.

25 Ce développement concernant l’évolution de l’organisation politico-militaire à Alger de juin 1943 à avril 1944 a été précisé par rapport à la première version de cet article.

26 Roussel (E.), op.cit., p. 364-366.

27 « Décret [sans numéro] du 4 août 1943 portant modification au décret du 3 juin 1943 fixant l’organisation et le fonctionnement du CFLN », JORF (Alger), 7 août 1943, p. 57 

28 « Décret [sans numéro] du 4 août 1943 sur l’organisation du haut commandement », ibid., p. 57-58 ; « Décret [sans numéro] du 5 août 1943 portant nomination du commissaire-adjoint à la défense nationale », ibid., p. 58.

29 « Décret [sans numéro] du 5 août 1943 relatif à la formation et au fonctionnement du Secrétariat du comité de défense nationale  », ibid., p. 58. Lassalle (général Pierre), « Note succincte et documentaire sur les organismes ayant assisté le général de Gaulle en matière de défense de 1943 à 1956 », in Institut d’histoire du temps présent/Institut Charles-de-Gaulle éd., De Gaulle et la nation face aux problèmes de défense (1945-1946), Plon, coll. « Espoir », 1983, p. 122.

30 « Décret [sans numéro] du 2 octobre 1943 fixant l’organisation et le fonctionnement du CFLN », JORF (Alger), 7 octobre 1943, p. 168.

31 « Décret [sans numéro] du 2 octobre 1943 instituant un commissariat à la Défense nationale et concernant l’organisation du commandement », ibid., p. 168-169.

32 Roussel (E.), op.cit., p. 393-394.

33 Le décret du 16 décembre 1943 « portant organisation du haut commandement » (JORF [Alger], 13 janvier 1944, p. 1945) n’est qu’un texte de transition en dépit de son caractère détaillé, spécialement pour ce qui est de la composition et des responsabilités du Comité de défense nationale. Toutes choses que ne remettra pas en cause l’ordonnance du 4 avril 1944, à un détail près, mais capital : le comité n’aura désormais plus qu’un rôle consultatif…

34 « Ordonnance du 4 avril 1944 sur l’organisation de la défense nationale », JORF (Alger), 6 avril 1944, p. 264 ; « Décret du 8 avril 1944 portant désignation d’un inspecteur général des armées françaises », JORF (Alger), 8 avril 1944, p. 275. On ne saurait trop insister sur la portée de cette réorganisation, qui concentre désormais entre les mains du président du CFLN non plus seulement les pouvoirs que la loi de 1938 réservait au président du Conseil, mais également ceux du généralissime. C’est un basculement dans les logiques qui prévaudront sous la Ve République, après le coup d’arrêt donné par la IVe.

35 C’est l’ordonnance du 4 avril qui fonde réglementairement l’existence de ce nouvel état-major. Son organisation est précisée un mois plus tard par une instruction : Lassale, op.cit., p. 122-123 ; Delmas (général Jean), « Naissance d’une politique de défense (1944-8 mai 1945) », in Institut d’histoire du temps présent/Institut Charles-de-Gaulle éd., op.cit., p. 85 ; EMDN, 1re section, Instruction sur l’organisation de l’EMDN, 3 mai 1944, Service historique de la Défense/département de l’armée de Terre, centre de documentation, carton EM I.

36 Delmas (général Jean), « Béthouart », in Andrieux (Claire), Braud (Philippe) et Piketty (dir. Guillaume), Dictionnaire de Gaulle, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, p. 110-111.

37 Juin (maréchal Alphonse), Mémoires, t. II, Fayard, 1960, p. 9-136. ; Pujo (colonel Bernard), Juin, Maréchal de France, Albin Michel, 1988, p. 209-230 ; Turpin (Frédéric), « Aux confluents du politique et du militaire, le général Juin, chef d’État-Major général de la Défense nationale (1944-1947) », Revue historique des armées, 2/2002, p. 21-32.

38 Chantebout (B.), op.cit., p. 256, mais qui oublie l’existence d’un commissaire à la défense nationale entre août et novembre 1943…

39 Vial (Philippe), « La IVe et son maréchal : un essai d’interprétation du comportement politique d’Alphonse Juin », in Forcade, Duhamel et Vial (dir.), op.cit., p. 156-157.

40 « Décret no 46-34 du 4 janvier 1946 portant organisation de la défense nationale », JORF, 13 janvier 1946, p. 322-323. De manière curieuse, le chef d’état-major de la défense nationale continue, lui, de porter le qualificatif de « général ».

41 C’est la crainte de la « fusionnite » : Vial (Philippe), « La Marine, un concentré des contradictions nationales », in Berstein (Serge) et Milza (Pierre) (dir.), L’année 1947 en France, Presses de Sciences Po, 2000, p. 279-282.

42 C’est par exemple l’analyse que développe le 3 juin 1947 de Lattre, alors inspecteur général de l’armée de Terre, devant le président de la République : Auriol (Vincent), Journal du Septennat, 1947-1954, t. I, « 1947 », édition scientifique établie et commentée par Pierre Nora, A. Colin 1970, p. 252.

43 « Décret no 48-743 du 28 avril 1948 portant regroupement des États-Majors généraux de la guerre, de la marine et de l’air et création de l’État-Major général des forces armées », JORF, 29 avril 1948, p. 4 154-4 155.

44 « Décret no 49-220 du 16 février 1949 relatif à l’état-major permanent, militaire et civil, du président du Conseil », JORF, 18 février 1949, p. 1835.

45 « Décret no 50-389 du 1er avril 1950 relatif à la réorganisation de la Défense nationale », JORF, 4 avril 1950, p. 3 548-3 549.

46 « Décret no 47-2112 du 4 novembre 1947 portant constitution d’un conseil d’état-major permanent auprès du ministre des Forces armées », JORF, 5 novembre 1947, p. 10928 ; « Décret no 48-743 du 28 avril 1948… », op.cit. Contrairement à ce qui est ordinairement avancé – cf. Chantebout (B.), op.cit., p. 171 – le comité des chefs d’état-major n’est donc pas créé fin avril 1948, mais dès le début novembre 1947…

47 Vial (Philippe), « De l’impuissance à la renaissance : le général Léchères à la tête de l’armée de l’Air (1948-1953) », Revue historique des armées, 3/1993,p. 43-51.

48 Kersaudy (François), « Giraud », in Andrieux, Braud et Piketty (dir.), op.cit., p. 555.

49 « Décret no 48-782 du 5 mai 1948 portant organisation de l’inspection générale des forces armées », JORF, 6 mai 1948, p. 4 388 ; « Décret no 49-407 du 22 mars 1949 portant abrogation des textes créant l’inspection générale des forces armées et l’inspection de l’armée de Terre », JORF, 24 mars 1949, p. 3095.

50 « Décret no 51-84 du 21 janvier 1951 portant création d’un poste d’inspecteur général des forces armées », JORF, 25 janvier 1951, p. 863. Analyse chez Vial, op.cit., p. 162-163.

51 Si l’on excepte celle figurant dans le décret mort-né du 4 avril 1944 qui, en son article 2 précisait : « Au titre d’inspecteur général des armées françaises : 1/ Le général Giraud est conseiller militaire du gouvernement. »

52 Vial (Philippe), « Le militaire et le politique : le maréchal Juin et le général Ély face à la CED (1948-1954) », in Dumoulin (dir. Michel), L’échec de la CED : leçons pour demain ?, Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. « Euroclio », 2000, p. 153. Pour le détail des attributions du CEMGFA, cf. « Décret n° 53-747 du 18 août 1953 relatif à la réorganisation de la défense nationale et des forces armées », JORF, 19 août 1953, p. 7 328-7 329.

53 Ély (général Paul), Mémoires, t. I, « L’Indochine dans la tourmente », Plon, 1964, 367 pages ; t. II, « Suez… le 13 mai », Plon, 1969, 507 pages.

54 Vial (Philippe), « Les chefs militaires français et la crise de Suez : le groupe et le système », in Alexander (Martin), Frank (Robert), Soutou (Georges-Henri) et Vial (Philippe) (dir.), Les Occidentaux et la crise de Suez : une relecture politico-militaire, actes du colloque organisé par le Service historique de la Défense, en collaboration avec le Department of International Politics, University of Wales, Aberystwyth et l’unité mixte de recherche 8138 IRICE (universités de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris IV Sorbonne et CNRS). À paraître en 2008 aux Publications de la Sorbonne.

55 « Décret du 27 juillet 1956 relatif aux attributions du chef d’État-Major général des forces armées », JORF, 28 juillet 1956, p. 7026-7027.

56 Vial (P.), « La IVe et son maréchal… », op.cit., p. 167.

57 Vial (P.), « Les chefs militaires français et la crise de Suez… », op.cit.

58 « Décret no 58-582 du 11 juillet 1958 relatif aux attributions du chef d’état-major de la défense nationale », JORF, 12 juillet 1958, p. 6526-6527. Pour l’analyse de cette période de transition jusqu’en janvier 1959, cf. Chantebout, op.cit., p. 185-189.

59 Le décret no 58-525 du 10 juin 1958 « fixant les attributions du ministre des Armées », (JORF, 11 juillet 1958, p. 5 472) est ainsi signé du « président du Conseil, ministre de la Défense nationale » et du ministre des Armées.

60 Ibid.

61 « Décret no 58-583 du 11 juillet 1958 fixant les attributions du chef d’État-Major général des armées », JORF, 12 juillet 1958, p. 6532-6533.

62 Chantebout (B.), op.cit., p. 191-202.

63 « Décret no 59-262 du 7 février 1959 relatif aux attributions du chef d’État-Major général de la défense nationale », JORF, 10 février 1959, p. 1797-1798 ; « Décret no 59-267 du 7 février 1959 relatif aux attributions du chef d’État-Major général des armées », JORF, 10 février 1959, p. 1 802.

64 Après avoir commandé l’escadre, il sera chef d’état-major de la marine de juillet 1960 à janvier 1968. Taillemite (Étienne), Dictionnaire des marins français, Tallandier, 2002, p. 81.

65 Chantebout (B.), op.cit., p. 208-216.

66 « Décret no 59-267 du 7 février 1959 relatif aux attributions du chef d’État-Major général des armées », ibid.

67 Chantebout (B.), op.cit., p. 194-197 et p. 203-207.

68 Ibid., p. 206-207.

69 Ibid., p. 215 et p. 289-290. Lavaud sera d’ailleurs nommé à la tête de la Délégation ministérielle pour l’armement en avril 1961 : ibid., p 294.

70 Chantebout (B.), op.cit., p. 285-286. Si un équilibre est assez vite trouvé entre les délégués ministériels « marine » et « air » et leurs chefs d’état-major, il n’en va pas de même pour l’armée de Terre : les relations entre le délégué ministériel, J. Rivalland, et le chef d’état-major successif, les généraux Zeller puis, à partir d’octobre 1959, le général Demetz sont chroniquement mauvaises.

71 Chantebout (B.), op.cit., p. 291-298.

72 C’est en fait un retour aux sources puisqu’à la création du comité, le ministre en était le président… : cf. « décret no°1947-2112 du 4 novembre 1947… », op.cit.

73 « Décret no 61-314 du 5 avril 1961 fixant les attributions du chef de l’état-major interarmées », JORF, 6 avril 1961, p. 3341-3342. Chantebout (B.), op.cit., p. 216.

74 Il recevra néanmoins sa cinquième étoile en janvier 1962 (Service historique de l’armée de l’Air (SHAA), Du ballon de Fleurus… au Mirage 2000 : les responsables de l’arme aérienne, Publications SIRPA Air, 1984, p. 140). Surtout, il s’agit d’un proche d’Ély dont il a été un des hommes de confiance pendant la crise de Suez : Vial (P.), « Les chefs militaires et la crise de Suez… », op.cit.

75 Faivre (général Maurice), « Le général d’armée Jean Olié de 1924 à 1962 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 215 (juillet 2004), p. 107-117.

76 Cette tradition n’émerge en fait qu’à partir de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. À compter de la nomination du général d’armée Méry, en juillet 1975, premier chef d’état-major particulier à devenir chef d’état-major des armées depuis Olié, six des dix CEMA qui se sont succédé jusqu’à nos jours ont initialement servi à l’Élysée.

77 Chantebout (B.), op.cit., p. 217 et surtout p. 290, mais qui ne cite pas ses sources.

78 Fermement opposé à la tentative de putsch, le CEMGDN désapprouve la manière dont est conduite la répression, en particulier les sanctions dont sont l’objet les officiers qui n’étaient que de simples exécutants. Il semble en outre n’avoir pas été convaincu de la nécessité d’accorder l’indépendance à l’Algérie, ni de quitter l’OTAN. Faivre (M.), op.cit., p. 111-115.

79 Sa désignation officielle n’intervient en effet que le 14 novembre, compte tenu des efforts qui ont été déployés pour faire revenir Olié sur sa démission : « Décret [sans numéro] du 14 novembre 1961 portant nomination du chef d’État-Major général de la défense nationale », JORF, 15 novembre 1961, p. 10507 ; Faivre (M.), op. cit., p. 115.

80 « Décret no 61-1231 du 14 novembre 1961 relatif aux attributions du chef d’État-Major général de la défense nationale », JORF, 15 novembre 1961, p. 10506-10507.

81 « Décret no 61-1286 du 2 décembre 1961 portant organisation de l’État-Major général de la défense nationale », JORF, 3 décembre 1961, p. 11107 ; « Décret no 61-1 287 du 2 décembre 1961 organisant les cadres de l’État-Major général de la défense nationale », ibid.

82 Chantebout (B.), op.cit., p. 217 et p. 295-296.

83 « Décret no 62-808 du 18 juillet 1962 relatif à l’organisation de la défense nationale », JORF, 19 juillet 1962, p. 7 115 ; « Décret n° 62-809 du 18 juillet 1962 fixant les attributions du secrétaire général de la défense nationale », ibid., p. 7115-7116 ; « Décret no 62-811 du 18 juillet 1962 fixant les attributions du ministre des Armées », ibid., p. 7118 ; « Décret no 62-812 du 18 juillet 1962 fixant les attributions du chef d’état-major des armées », ibid.

84 Le général Martin devient inspecteur général de l’armée de l’Air, puis chef d’état-major de l’armée de l’Air d’octobre 1963 à février 1967. SHD/DAA, ibid.

85 Ailleret (général Charles), Général du contingent. En Algérie (1960-1962), Paris, Grasset, 1998, 393 pages.

86 Pour une vue synthétique de ce processus, se reporter à Claude Carré, op.cit., p. 427-429 et p. 456-462, que l’on complètera avec Henri Bentégeat, op.cit., en ce qui concerne la réforme de 2005. Jean-Marie Privat, op.cit., offre une analyse beaucoup plus détaillée mais qui ne va pas au-delà de 1996.

87 Entretien de l’auteur avec le capitaine de frégate (h.) Jean Ducros, alors affecté au Service presse/information de l’état-major de la marine. L’amiral Cabanier fut l’un de ceux qui s’élevèrent le plus vigoureusement contre ce projet de réforme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vial, « La genèse du poste de chef d’état-major des armées », Revue historique des armées, 248 | 2007, 29-41.

Référence électronique

Philippe Vial, « La genèse du poste de chef d’état-major des armées », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/1573

Haut de page

Auteur

Philippe Vial

Agrégé d’histoire, il dirige la division études historiques du département marine du Service historique de la Défense. Maître de conférences à l’IEP de Paris, il enseigne également à l’École navale et au CID. Il achève une thèse portant sur Les chefs militaires et la politique extérieure de la France à l’époque de la première guerre froide (1947-1954) (université de Paris I Panthéon-Sorbonne) et a publié de nombreux articles sur l’Alliance atlantique, la CED, la crise de Suez ou la guerre d’Algérie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org