Navigation – Plan du site
Lectures

Samuel Gibiat, Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du Roi au XVIIIesiècle, 1691-1790

École des Chartes, Paris, 2006.
Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Samuel Gibiat publie sa thèse soutenue en 2001, sur un sujet subtil, Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du Roi au XVIIIsiècle, 1691-1790, et nous offre deux livres en un : l’étude elle-même, suivie d’un Dictionnaire des commissaires des guerres de la Maison militaire du Roi, ouvrage inscrit dans la ligne actuelle des dictionnaires prosopographiques, bel outil de travail. Il faut l’en remercier. C’est vraiment une thèse. Une « intuition initiale » écrit Jean Chagniot, concernant la mobilité sociale des élites de la société française, est corroborée par les recherches en archives, et soutenue par une bibliographie dont tous les titres sont utiles et utilisés. L’ouvrage a un autre mérite : il se lit très bien. La recherche synthétise les approches institutionnelles, sociales, économiques, culturelles qui permettent de cerner les contours d’un groupe, dont l’unité est dans l’aspiration à monter ; par-delà l’anoblissement juridique, celle-ci relève d’un autre modèle d’ascension sociale vers la noblesse, celui de l’ennoblissement ; conçu comme l’assimilation d’un mode de vie et de valeurs aristocratiques, dans la recherche d’une fusion avec la société militaire. Ainsi est retracé le parcours d’un peu plus d’une centaine d’« hommes nouveaux », archétype d’une élite de second rang, où la réussite est subordonnée à la stratégie du mariage et de l’héritage. Officiers de plume, au confluent de la noblesse et du Tiers État, ils se placent à la charnière des sociétés civile et militaire. Souvent mal considérés par les militaires, parce que sans formation ni vocation professionnelle, ils sont propriétaires d’un office, dont les attributions, peu nombreuses – « une sinécure dorée ? » – permettent à leur titulaire de servir auprès de la garde du roi. L’investissement dans la charge, sanctionné par des réussites ou des revers de fortune, est en même temps un investissement social procurant une reconnaissance nobiliaire, donc une image intéressante. Les commissaires se situent dans un processus d’ascension lente, autour de trois générations. La conversion de l’office des commissaires des guerres de la Maison du Roi en charge militaire en 1772, transforme enfin ces hommes de plume en hommes de guerre, ce qui peut ajouter à la considération qu’ils recherchent. Mais ces charges sont supprimées en 1783. Derrière l’histoire générale de l’institution et du corps, se profile la question de savoir en quoi l’évolution du statut des commissaires des guerres est symptomatique de l’impossible modernisation de la structure gouvernementale de l’Ancien Régime. Sur ce point, la thèse de Samuel Gibiat peut alimenter des débats entre historiens. C’est le propre des grandes thèses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bois, « Samuel Gibiat, Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du Roi au XVIIIesiècle, 1691-1790 », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 21 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/1683

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org