Navigation – Plan du site
Lectures

Ministerio de Defensa, Los ingenieros militares de la monarquia hispanica en los siglos XVII y XVIII

Editio Fernando Villaverse ediciones (Madrid), Ministerio de Defensa, Asociacion espanola de amigos de los castillos, centro de estudios Europa Hispanica,  2005,  381 pages
Martin Barros

Texte intégral

1Le ministère de la Défense espagnol, en collaboration avec l’association espagnole des amis des châteaux et le centre d’études Europe-Espagne, publie cet ouvrage intitulé Les ingénieurs militaires de la monarchie espagnole aux XVIIe et XVIIIe siècles, auquel ont contribué dix-huit auteurs espagnols mais aussi belge, italien et français. Ce volume, illustré de nombreux plans et dessins en couleur ou noir et blanc, est composé de trois parties et d’un index. La première partie traite des ingénieurs à travers leur organisation, leur œuvre et leur place dans la société espagnole. Fernando R. de la Flor décrit une société espagnole qui se militarise et où l’armée protège une monarchie qui se considère comme le dernier rempart du catholicisme. Javier Portus montre que, dans la peinture espagnole des XVIIe et XVIIIe siècles, l’architecture passe progressivement du statut de décor à celui de sujet principal. Fernando Cobbos Guerra et Javier de Castro Fernandez décodent les influences respectives des traités d’architecture militaire, des écoles de Milan et de Bruxelles, ainsi que des fortifications de Malte sur les ingénieurs espagnols au XVIIe siècle. Émilie d’Orgeix présente, à travers trois atlas de plans et de places fortes espagnoles, l’activité d’espionnage des ingénieurs français en Espagne entre 1624 et 1642, en Franche-Comté en 1668 et en Catalogne en 1680. Leoncio Verdera Franco retrace l’évolution de l’organisation, des matériels et de l’emploi de l’artillerie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Alicia Camara décrypte les rapports entre architecture civile, architecture militaire et mathématiques dans la culture professionnelle des ingénieurs espagnols. Antonio Sanchez-Gijon étudie la portée juridique, symbolique et sociale de l’acte de capitulation marquant la fin d’un siège. Manuel Novoa retrace la participation des ingénieurs espagnols aux grands travaux civils (canaux, ports, routes), ainsi que l’évolution de leur organisation. Martine Galland Seguela décrit l’évolution du corps du génie espagnol au XVIIIe siècle à travers son recrutement, sa formation technique et l’évolution des carrières. Horacio Capel dépeint la politique défensive de l’État espagnol au XVIIIe siècle. Dans la deuxième partie, Fernando Cobos Guerra discerne la perception actuelle de la valeur historique, artistique et technique du patrimoine fortifié. Ramon de la Mata Gorostizaga donne un essai de classification théorique des vestiges espagnols. Marino Vigano fait un état des sites fortifiés existants et restaurés en Italie. Les anciens Pays-Bas espagnols conservent aussi de nombreux sites présentés par Philippe Bragard. Le nord de l’Afrique possède un patrimoine mis en lumière par Antonio Bravo Nieto. Nuria Sanz fait l’état des sites d’Amérique latine et des Caraïbes inscrits au patrimoine mondial par l’Unesco depuis 1980 et de ceux qui pourraient l’être dans l’avenir. Dans la troisième partie, Juan Carrillo de Albornoz y Galbeno présente les collections de cartes, de plans et de dessins des ingénieurs militaires présents dans les fonds du centre géographique de l’armée, de l’Institut d’histoire et de culture militaire et de la cartothèque du musée naval. José Luis Rodriguez de Diego fait de même pour les archives de Simancas et Magdalena Canellas Anoz pour les archives générales des Indes. Bien qu’entièrement en langue espagnole, ce volume permet de découvrir la richesse du patrimoine fortifié de la monarchie espagnole des XVIIe et XVIIIe siècles, mais aussi l’importance des écoles espagnoles, milanaises et bruxelloises de fortification, injustement éclipsées dans l’historiographie par l’hégémonie de l’école française à la fin de l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Barros, « Ministerio de Defensa, Los ingenieros militares de la monarquia hispanica en los siglos XVII y XVIII », Revue historique des armées [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 21 juillet 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/1693

Haut de page

Auteur

Martin Barros

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org