Navigation – Plan du site
Dossier

Du rival méprisé à l’adversaire préféré

L’Italie dans la stratégie navale française de 1870 à 1899
Jean de Préneuf
p. 34-52

Résumés

De la défaite de 1871 à la crise de Fachoda, les élites de la marine française ont changé de perception vis-à-vis de l’Italie. Au début des années 1880, la marine italienne n’est pas considérée comme une rivale sérieuse pour la marine française. Mais après 1885, les choses changent : l’Italie devient avec la Royal Navy l’une des marines les plus dangereuses pour l’état-major français. Ce point de vue n’évolue pas même après les accords diplomatiques conclus entre Rome et Paris de 1896 à 1902.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Italie, marine
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de la seconde entente cordiale, la Méditerranée devient sous le Second Empire un « lac » franco-britannique, ce qui n’exclut pas une rivalité persistante entre les vainqueurs de la guerre de Crimée. Les conséquences de l’année terrible comme l’achèvement de l’unité italienne bouleversent la donne. Dès la seconde moitié des années 1870, la jeune flotte transalpine conçue en priorité dans l’hypothèse d’un conflit avec la marine française vient troubler le tête-à-tête franco-britannique. Alors que se développent les motifs de tension entre Paris et Londres, Rome affirme ses prétentions méditerranéennes. L’Italie poursuit vaille que vaille son effort naval jusqu’à l’extrême limite de ses maigres ressources industrielles et financières. À l’occasion de l’affaire tunisienne, elle rejoint la Triplice en 1882 puis conclut en 1887 des accords avec la Grande-Bretagne portant sur le statu quo en Méditerranée qui visent toute nouvelle initiative française. Désormais, et jusqu’à la Première Guerre mondiale, la Regia Marina fait figure d’ennemi potentiel, nonobstant le rapprochement esquissé dès 1896 et les accords sur la neutralité italienne conclus en 1902.

2Confrontée à ce nouveau rival, la rue Royale cherche la meilleure stratégie. L’équation n’est pas simple à résoudre et le compromis précaire entre des exigences parfois contradictoires. Le contexte international reste en effet particulièrement mouvant, interdisant longtemps aux amiraux français toute certitude quant à la position britannique ou l’attitude de l’Italie en cas de conflit avec la Triplice. Cette incertitude diplomatique pèse sur la définition des plans d’opérations navals qui doivent de plus tenir compte d’une stratégie générale française donnant la priorité au théâtre nord-est. La complexité et la volatilité de la situation internationale alimentent un débat stratégique aussi confus que polémique. Celui-ci n’échappe pas en effet aux outrances de la querelle des écoles opposant les partisans de la Jeune école emmenés par le vice-amiral Aube et les traditionalistes dont Mahan est la référence obligée. Ce débat est d’autant plus passionné qu’il déborde le cénacle des experts navals et se déroule devant le tribunal de l’opinion publique à l’heure de la démocratie parlementaire et de l’essor de la presse de masse. Enfin, la controverse fait rage sur fond d’une révolution technologique qui rebat les cartes de la hiérarchie des grandes puissances navales en favorisant les nouveaux venus dont l’Italie et l’Allemagne.

  • 1  L’ouvrage de référence reste la thèse de Pierre Milza qui a étudié la période cruciale du rapproch (...)
  • 2  Gabriele (Mariano), « La marine italienne de 1870 à 1900 », La marine italienne de l’unité à nos j (...)
  • 3  Il faut mentionner en particulier le travail de Darbousset (R.), Les attachés navals français à Ro (...)
  • 4  Motte (Martin), Une éducation géostratégique. La pensée navale française de la Jeune école à 1914, (...)
  • 5  Ropp (T.), French Naval policy 1871-1904, Annapolis, Naval Institute Press, 1987 (1re éd. 1937), 4 (...)

3Si l’histoire du rapprochement entre Paris et Rome du dernier tiers des années 1890 à la Première Guerre mondiale est bien connue 1, les relations bilatérales du lendemain de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 à la crise de Fachoda ont moins retenu l’attention. C’est particulièrement vrai de leur dimension navale alors même qu’elle est au cœur de la rivalité entre deux pays qui se pensent comme des puissances méditerranéennes et se dotent d’un outil en conséquence. Le point de vue de la marine italienne a certes été analysé par Mariano Gabriele et Ezio Ferrante 2. En revanche, la façon dont la rue Royale envisage sa posture contre la Regia Marina n’a guère été étudiée, exceptée à travers le regard de l’attaché naval à Rome 3 et le débat doctrinal 4. Seul Théodore Ropp dans son étude classique mais ancienne a accordé toute sa place à la forte composante italienne de la politique navale française mais, il ne s’est appuyé que sur des sources de seconde main 5.

4Étudier la place de l’Italie dans la stratégie navale française du début des années 1870 au milieu des années 1890 en puisant aux sources mêmes de sa fabrique vise donc à compléter le tableau des relations franco-italiennes avant le rapprochement. Pour ce faire, il a été fait appel en priorité aux archives de l’État-Major général de la marine (désormais EMGM) et, en tant que de besoin, à celles de l’état-major du corps de bataille (l’escadre d’évolutions devenue l’escadre de la Méditerranée), du Conseil d’amirauté devenu le Conseil supérieur de la marine (CSM) en 1889 et, enfin, de l’École supérieure de guerre navale créée en 1896, conservées au département Marine du Service historique de la Défense (désormais SHD/DM). En relisant au prisme italien ces trente années de politique navale, on voudrait contribuer à cerner son insertion dans l’évolution générale de la politique extérieure française. À la suite de Daniel Grange et Pierre Milza, on voudrait aussi mesurer au niveau des marins le poids des représentations, de l’image de l’autre dans un débat stratégique qui est loin d’être seulement régi par de froides considérations techniques et des rapports de force géopolitiques.

De la défaite de 1871 au milieu des années 1880 : le temps du rival méprisé

  • 6  Thiers fait stationner la frégate Orénoque devant Civita Vecchia en réaction à l’occupation de Rom (...)
  • 7  Le programme naval de 1872 qui tire les leçons de la guerre 1870-1871 prévoit le renouvellement pr (...)
  • 8  Ropp (T.), op.cit., p. 34.

5Au lendemain de la défaite de 1871, la priorité va à la reconstruction d’un outil de défense crédible sur les frontières de l’Est. Les dépenses navales sont amputées d’environ un quart, la marine devant, selon l’expression de son ministre le vice-amiral Pothuau, se « sacrifier sur l’autel de la Patrie ». Sur un mode mineur, c’est tout de même la continuité qui l’emporte que ce soit au plan de la posture stratégique, des missions imparties, du déploiement ou de la construction de nouveaux bâtiments. L’ennemi le plus probable reste, aux yeux des marins, l’Allemagne, voire la Grande-Bretagne. Dans cette configuration, l’Italie qui entretient des relations tendues avec la France 6 n’entre pas dans les calculs de la rue Royale à l’heure de définir le programme de 1872 7. Les amiraux français n’ont que mépris pour une marine jugée modeste, peu entraînée et sans tradition, qui plus est vaincue sans gloire à Lissa en 1866 et dont le littoral, la plupart des grands ports et les bases navales sont presque sans défense. Confiants dans l’écrasante supériorité numérique et qualitative de l’escadre d’évolutions, ils ne prennent au départ guère au sérieux le projet de développement sur cinq ans de la flotte italienne (1872-1876). Cette réorganisation est à peine mentionnée dans les débats du Conseil des travaux. Certes le programme de 1872 ne revient pas sur le principe de la concentration des forces de 1er rang à Toulon établi depuis la prise d’Alger en 1830 mais, il s’agit avant tout d’une mesure conservatoire face à l’impressionnant dispositif que Londres entretient dans le bassin occidental de la Méditerranée. Le maintien d’un stationnaire devant Civita Vecchia peut également être considéré comme la prolongation de la politique navale du Second Empire 8. Les prémisses du développement de la marine italienne ne sont donc pas encore vraiment pris au sérieux et ne justifient, en tous cas pas aux yeux du haut commandement français, un ajustement significatif de la répartition de ses forces ou de la programmation des constructions neuves.

  • 9  Nous n’avons ainsi pas retrouvé trace d’étude, de rapport de mission de renseignement ou de note s (...)
  • 10  Les cuirassés qui font sensation dans le monde entier sont plus rapides, possèdent un rayon d’acti (...)
  • 11  Rapporté par T. Ropp, op.cit., p. 96.

6Ce n’est qu’à partir du lancement du Diulio en 1876 que l’état-major de la marine commence à prendre acte de l’essor naval italien et de la nécessité d’adapter le programme de 1872 9. Placée dans la position du faible au fort qui est celle de la France par rapport à la Grande-Bretagne, la marine italienne s’en inspire en privilégiant la qualité sur le nombre et mise sur l’innovation technologique pour compenser une infériorité structurelle 10. Le Conseil des travaux chargé d’élaborer les futurs bâtiments doit alors réajuster en conséquence la conception des cuirassés français. Mais il le fait sans aller jusqu’à en changer l’économie générale car la marine française reste confiante dans la supériorité de ses conceptions héritées du Second Empire. L’Amiral Duperré mis sur cale en 1877 voit ainsi sa protection renforcée pour faire face aux énormes 449 mm des Diulio. Mais, les bâtiments de 1er rang, mis en chantier en 1879 (l’Amiral Baudin et le Formidable), ne se rapprochent des standards italiens en matière d’artillerie principale que sous la pression de l’opinion et il faut attendre la mise sur cale du Hoche en 1880, suivi des Magenta, Neptune et Marceau, pour que la marine française adopte, en partie seulement, les tourelles et, en 1885, pour qu’elle abandonne l’éperon sur ses unités de 1er rang. La rue Royale refuse donc de reprendre à son compte les choix techniques de Benedetto Brin et de sacrifier par exemple le cuirassement à la vitesse ou de placer l’artillerie principale en tourelles fermées comme sur les bâtiments italiens. La suivre sur cette voie reviendrait aux yeux des amiraux français à faire le jeu de ce rival potentiel, par exemple en accroissant l’hétérogénéité de la flotte qui devrait opérer en plusieurs escadres de vitesse différentes, au risque de perdre sa supériorité numérique. Par ailleurs, le haut commandement refuse de céder à la panique et pointe les limites de l’effort naval italien. La construction des nouvelles unités est très lente et si le budget a été multiplié par deux depuis 1870, en 1878, il ne représente encore qu’un quart de celui de la marine française 11.

7Cette analyse semble aussi répondre à des considérations moins objectives. Elle procède en fait tout autant d’une conception de la hiérarchie des puissances d’autant plus solidement ancrée qu’elle est exacerbée par le trauma de la défaite de 1871. Quels que soient ses efforts pour développer sa marine, Rome était et restera aux yeux des amiraux et ingénieurs français une puissance de second ordre quand la France, certes durement mais passagèrement affaiblie, a vocation à demeurer la maîtresse incontestée de la Méditerranée occidentale. C’est pourquoi les amiraux français répugnent autant à adopter les options techniques de la Regia Marina. À leurs yeux, ce serait déchoir en se plaçant dans la position du challenger qui doit miser sur la percée technologique, faire des compromis audacieux et risqués, parier sur des succès partiels remportés par surprise et fuir toute bataille rangée d’ampleur pour espérer renverser un rapport de force par trop défavorable. Au coeur même du débat technique et doctrinal se jouent donc tout à la fois une question de fierté nationale et une conception de l’identité du Grand corps qui s’adossent et renvoient l’une et l’autre à une obsession du rang, typique de la société de cour. Le complexe de supériorité est tel qu’il finit parfois par altérer la sûreté du jugement. Ainsi, les ingénieurs français sous-estiment-ils par exemple les avantages du cloisonnage et du compartimentage des nouvelles unités italiennes. Ces aménagements intérieurs permettent pourtant de compenser en partie leur relatif décuirassement et d’augmenter la survivabilité au combat. Ils ne tarderont pas à être adoptés par l’ensemble des marines… et notamment la française mais avec retard.

  • 12  Voir les travaux de la 1re section de l’État-Major général conservés sous les cotes SHD/DM, BB4 14 (...)
  • 13  Il est d’ailleurs significatif que le vice-amiral Conrad, commandant en chef des forces navales dé (...)
  • 14  Capitaine de frégate Massias, Temps de paix – guerre avec l’Allemagne,10 janvier 1882, travaux de (...)
  • 15  Ropp (T.), op.cit., p. 92-102.

8On retrouve le même phénomène dans les plans d’opérations. Les études de l’état-major de la marine continuent de n’envisager quasi exclusivement qu’une guerre contre l’Allemagne 12 et la Grande-Bretagne 13 et ce, au moins jusqu’au premier tiers des années 1880, c’est-à-dire même au lendemain de l’établissement du protectorat tunisien. Ainsi, quand le vice-amiral Jauréguiberry, ministre de la Marine, institue en novembre 1882 une « Commission d’études militaires » chargée de « rechercher le rôle qui pourrait incomber à la marine en se plaçant au point de vue de toutes les éventualités de guerre européenne », l’hypothèse retenue reste celle d’une attaque brusquée de l’Allemagne, sans qu’il soit fait mention de l’attitude italienne. Le plan prévoit la remontée de l’escadre de la Méditerranée vers la Manche pour livrer bataille au plus tôt contre la flotte impériale 14. Pourtant, contrairement à l’Italie, la marine allemande ne dispose pas alors de bâtiments hauturiers puissants capables de rivaliser avec les cuirassés français. En fait, confiant dans la supériorité traditionnelle de son artillerie, sous-estimant de fait la valeur des bâtiments transalpins, l’état-major se refuse à faire évoluer sa doctrine et n’envisage pas encore que la Regia Marina usant de sa vitesse puisse prendre l’initiative et menacer les côtes françaises. En cas de conflit, l’escadre d’évolutions contraindra, par le bombardement des côtes, les navires transalpins à livrer une bataille décisive. Face aux cuirassés italiens qui ont un rythme de tir très lent et sont peu protégés, le haut commandement, marqué par le souvenir de la bataille de Lissa, entend emporter la victoire en les éperonnant après avoir limité leur vitesse lors d’une première phase de duel d’artillerie. L’issue victorieuse d’un conflit ne fait alors aucun doute 15.

9Apparaît alors une distorsion entre cette posture stratégique centrée sur les menaces britanniques et allemandes et un corps de bataille formé de cuirassés plus lourds d’abord conçus de fait pour surclasser leurs rivaux italiens. Les nouvelles unités sont désormais incapables d’opérer contre les côtes allemandes bordées de hauts fonds. Il faut donc investir dans de coûteux bâtiments spécialisés. Ainsi, avant même la conclusion de la Triplice en mai 1882, se profile déjà le problème récurrent de la marine française jusqu’en 1914 : comment, avec des moyens financiers et industriels limités, conjurer la double menace allemande et italienne, sans même parler de la rivalité grandissante avec Londres ?

  • 16  Étienne Lamy, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi s (...)

10Le Parlement, dont l’intérêt pour les affaires navales est décuplé depuis la victoire électorale des Républicains en 1876, pèse de tout son poids dans la prise en compte de cette nouvelle donne. Dans son célèbre rapport sur le budget de la marine pour 1879, Étienne Lamy s’inquiète des progrès des flottes italiennes, russes et allemandes. La marge de supériorité de la France s’érode et l’avantage quantitatif, hérité du Second Empire qu’elle conserve, ne doit plus faire illusion : le vieillissement de ses bâtiments est encore accéléré par le progrès technologique dont les bateaux italiens sont de parfaits exemples car, en cette époque de révolution technologique, « ce n’est plus le temps qui use les vaisseaux, c’est la science ». Préfigurant la Triple alliance, le parlementaire s’alarme de l’éventualité d’une réunion des marines continentales contre la France : « La force supérieure des bâtiments étrangers est encore pour la France un avertissement plus qu’une menace. Elle demeure encore redoutable par le nombre. Mais le jour où… (…) Il suffira que deux de ces marines, il y a vingt ans sans existence, se réunissent pour que le nombre à son tour échappe à la France. » « Jusqu’ici, la France était sans conteste la deuxième puissance maritime mais l’Europe change d’elle-même. Il y a maintenant d’autres puissances qui ont des flottes : isolées, elles comptent, réunies, elles seraient redoutables ; pour elles, ce n’est qu’un commencement. Aujourd’hui, il n’y aura plus pour la France de sécurité si elle ne se rend pas capable de tenir tête aux efforts combinés de deux flottes autres que celle de l’Allemagne. » 16

11Le cri d’alarme de Lamy est entendu et témoigne d’une première prise en compte du nouveau potentiel de la marine italienne. De 1879 à 1885, les parlementaires votent le coûteux renouvellement du corps de bataille, nonobstant leur engouement pour les torpilleurs. Ce renouvellement est justifié d’abord par la nécessité de faire pièce à l’émergence d’une flotte italienne moderne. En fait, à partir du tournant des années 1880, la Regia Marina fait figure d’ennemie probable en Méditerranée au même titre que la Royal Navy. Ce qui ne veut pas dire pour autant que le sentiment sinon le complexe de supériorité des marins français ait disparu.

  • 17  Cf. les archives de l’expédition de Tunisie conservées sous les cotes SHD/DM, BB4 1426-1439.
  • 18  EMGM-1, État numérique des bâtiments de combat et des torpilleurs, 1er mai 1885, SHD/DM, 1451. En  (...)

12Si les plans d’opérations continuent de privilégier l’hypothèse d’un conflit avec l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, la défiance est désormais de mise envers Rome. On a bien relevé par exemple à Paris que le rayon d’action des nouveaux cuirassés italiens leur permet désormais d’opérer au Levant, chasse gardée traditionnelle de la marine française. Dès 1878, la division navale du Levant, qui avait été supprimée dans le cadre de la politique de recueillement, est reconstituée afin de faire pièce aux prétentions italiennes dans la région (même s’il s’agit aussi de contrer la poussée russe vers les mers chaudes et de répondre aux visées britanniques sur Chypre et l’Égypte). Et, lors de l’opération tunisienne en 1881, l’escadre d’évolutions commandée par le vice-amiral Garnault est mise en alerte au cas où la flotte italienne tenterait de s’opposer à l’expédition menée par la division navale du Levant. Le système de renseignement sur les mouvements de la marine italienne est alors défaillant puisque plusieurs semaines après cette décision, on ignore toujours où se trouve la flotte italienne. Mais, le sentiment de la supériorité est tel que le lancement est quand même ordonné 17. Au-delà des données culturelles mentionnées plus haut, il s’appuie aussi sur une froide appréciation de l’évolution du rapport de force. Rome ne peut suivre la première course au tonnage que la France impose à partir de la fin des années 1870. Au milieu des années 1880, la supériorité du corps de bataille français semble confortée 18 d’autant plus que la marine italienne doit à partir de 1878 et le congrès de Berlin se tourner en priorité vers le théâtre adriatique.

  • 19  Ropp (T.), op.cit., p. 127-128.
  • 20  Si le port calabrais semble constituer une base d’opérations idéale contre l’Autriche-Hongrie qui (...)
  • 21  Notes succinctes sur les cuirassés d’escadre Dandolo et Duilio sur l’arsenal de La Spezzia et sur (...)

13Pour autant, cette marge de supériorité confortée n’exclut pas une vigilance accrue, surtout après que Rome a rejoint la Triplice en mai 1882. Hier, simple rival modeste et en devenir, désormais motif de préoccupation, la marine italienne est en passe de constituer demain un ennemi redoutable, même si la priorité va encore pour l’heure aux flottes britannique et allemande. À l’instar des cuirassés de l’escadre d’évolutions construits depuis 1879, les nombreux torpilleurs dont le capitaine de vaisseau Gougeard, ministre de la Marine du grand ministère de Gambetta (novembre 1881-janvier 1882), commande la construction, ont ainsi tout autant vocation à opérer contre les navires britanniques qu’italiens 19. En fait, l’année 1882 marquée par la conquête tunisienne et la conclusion de la Triple alliance constitue après 1876 une deuxième étape dans la prise en compte de l’essor naval italien. Rue Royale, on s’inquiète des lacunes du renseignement français observées lors de l’expédition de Tunisie. Le vice-amiral Jean-Bernard Jauréguiberry, demande au capitaine d’artillerie Josse, son officier d’ordonnance, de participer à la mission militaire française dirigée par le général Coiffé qui doit suivre les grandes manœuvres italiennes. L’officier adresse un rapport détaillé sur Castellamare, Naples et Tarente. Pour ce dernier port, il s’agit de « combler une lacune importante dans les documents réunis par le 2e bureau de l’État-Major général »20. L’auteur insiste sur l’ampleur de l’effort naval italien, en particulier dans le domaine de la défense des côtes. Pour lui, nouveau signe que le regard sur le rival italien a changé, le doute n’est plus de mise : « La flotte italienne, dans un avenir prochain, comptera parmi les plus puissantes du monde entier : dès aujourd’hui, son étude attentive est d’un intérêt capital pour les nations qui peuvent avoir à la combattre un jour ». Le rapport est jugé suffisamment important pour être transmis sur le champ à l’escadre d’évolutions à la demande du ministre. En novembre1882, c’est au tour du lieutenant de vaisseau Baehme d’adresser un rapport détaillé sur les observations effectuées sur les chantiers des nouveaux cuirassés italiens21. En fait, à partir de ce moment, la flotte italienne est placée sous surveillance constante et les missions d’étude se succèdent sans relâche, souvent l’œuvre des officiers d’ordonnance du ministre qui jouent alors un rôle central dans le recueil du renseignement en lien avec le 1erbureau de l’EMGM.

Du milieu des années 1880 au milieu des années 1890 : au temps de l’ennemi privilégié

  • 22  En particulier en février 1888, quand les grandes manœuvres françaises font croire à tort en Itali (...)
  • 23  Doïse (J.) et Vaïsse (M.), Diplomatie et outil militaire 1871-1969,  Paris, Imprimerie nationale, (...)
  • 24  Aube (contre-amiral T.), « Italie et Levant », article de 1884, repris dans À terre et à bord, not (...)
  • 25  Cf. notre thèse, Mentalités et comportements religieux des officiers de marine sous la Troisième R (...)

14L’effort naval et l’expansion coloniale de la France jusqu’en 1885 ont provoqué le réveil de ses rivaux. À la Navy sacre britannique de 1884 répond la panique italienne 22, Rome se devant au surplus d’assumer ses responsabilités dans la Triple alliance. Cet effort conséquent (le budget naval est multiplié par deux entre 1885 et 1890 talonnant même le budget français – si l’on ne tient pas compte des sommes allouées à la rue Royale au titre des Colonies 23) est encore aiguillonné par la nomination du vice-amiral Aube au ministère de la Marine, au sein d’un cabinet qui compte dans ses rangs un autre boutefeu, le général Boulanger. Dès 1884, le leader emblématique de la Jeune école a écrit dans un article retentissant que l’« empire de la Méditerranée » par lequel passe le « salut de la France » est menacé par l’Italie. Rome représente à ses yeux « le plus irréconciliable et peut-être le plus dangereux des ennemis que la France peut avoir à combattre ». Les deux pays refoulés, l’un sur les Vosges par l’Allemagne, l’autre sur les terres irrédentes par l’Autriche soutenue par Berlin, sont fatalement condamnés à s’affronter en Méditerranée. Comme chez la plupart des marins de l’époque en service au Levant, cette hostilité grandissante à l’égard de l’Italie se nourrit d’une composante confessionnelle 24, les officiers de marine français, toutes opinions confondues, voyant d’un très mauvais œil la remise en cause par Rome des Capitulations qu’il considèrent être un des principaux vecteurs de l’influence française au Levant 25.

  • 26  Sur la conception de la guerre promue par Aube développée entre 1874 et 1886, l’ouvrage de référen (...)
  • 27  Charmes (G.), La réforme de la marine, Paris, Calmann-Lévy, 1886, introduction, p. IX. Cité par M. (...)
  • 28  Charmes (G.), Les torpilleurs autonomes, Paris, Berger Levrault, 1885, p. 150. Le journaliste est (...)
  • 29  Si on retrouve ici un des clichés relevés par Pierre Milza, il convient toutefois de préciser que (...)

15L’inquiétude provoquée par l’accent mis sur la rivalité avec Rome est encore accrue par la promotion exaltée de la guerre de course à outrance, c’est-à-dire d’une conduite des opérations qui ne s’encombre pas des conventions sur le droit des gens. Aube préconise, dans ses écrits à plusieurs reprises depuis le milieu des années 1870, une conception de la guerre basée sur la terreur par l’attaque de cibles civiles, que ce soit en mer ou sur le littoral 26. Gabriel Charmes qui popularise les idées de son mentor auprès du grand public envisage également dans ses ouvrages le bombardement de villes ouvertes plutôt que de s’attaquer à des bases militaires trop bien défendues 27. Faut-il dans ces conditions renoncer à saisir l’opportunité offerte par les villes côtières italiennes, nombreuses à ne pas être défendues, au lieu d’essayer d’attaquer des bases de la flotte italienne dont la défense est en passe d’être considérablement renforcée quand on songe à « Quels épouvantables désastres seront fatalement accumulés sur ce développement continu de côtes qui semblent s’offrir partout leurs admirables cités aux projectiles incendiaires ? » 28. Ces écrits renvoient à certains archétypes comme celui de la versatilité des Italiens dont l’opinion publique ne manquera pas de faire pression sur le gouvernement au premier bombardement de ce genre...29. On imagine leur impact en Italie.

  • 30  Ferrante (E.), art. cit, p. 109. Dans son rapport de janvier 1882, le capitaine Josse relève que « (...)

16Le danger représenté par la marine italienne s’est effectivement accru. Le littoral transalpin est progressivement doté d’un réseau de sémaphores, de batteries côtières et de bases de torpilleurs 30 qui rendent de plus en plus complexe des insultes françaises, un débarquement de vive force ou même un blocus des côtes. Une partie de ces flottilles constituent aussi une menace pour les lignes de communication françaises en Méditerranée d’autant que Rome met sur cale des bâtiments hauturiers (croiseurs cuirassés et cuirassés rapides) capables de mener une guerre de course ou d’insulter le littoral français. L’Italie constitue progressivement un véritable bastion thyrénéen dont les verrous sont Messine, La Spezzia et La Maddalena. Ces deux dernières bases doivent constituer autant de refuges inviolables et la base sarde menace directement la Corse, la Provence et les liaisons avec l’Afrique du Nord. Dans ce contexte, la question est posée, en particulier par Aube : l’escadre est-elle la mieux placée pour opérer au plus près de côtes de mieux en mieux défendues ? Ne peut-on pas plutôt conjurer la menace italienne en associant des croiseurs rapides et puissants avec des torpilleurs ? La stratégie navale à adopter contre l’Italie n’échappe pas à la querelle autour de la Jeune école. De Gougeard à Aube, ses thuriféraires vont s’opposer aux traditionalistes sur les moyens à adopter face à la Regia Marina. Maisles deux camps se retrouvent pour faire désormais de Rome un ennemi potentiel à part entière de la marine française.

  • 31  Voir pour la période 1886-1888, SHD/DM, BB4 1452.

17Alors que depuis 1870, la marine française avait privilégié l’hypothèse d’un conflit avec l’Allemagne sans exclure une guerre contre la Grande-Bretagne, avec l’arrivée au pouvoir d’Aube en janvier 1886, la menace italienne prime sur l’allemande et se trouve placée quasiment au même plan que la perspective d’un conflit avec la Royal Navy. C’est d’ailleurs en mai 1886 qu’est créé le poste d’attaché naval à Rome (le premier titulaire est le lieutenant de vaisseau Le Léon) tandis que l’EMGM multiplie comme jamais auparavant les missions de renseignement sur le littoral italien et les études de plans de guerre contre la Regia Marina 31. Jusqu’à la fin du siècle, le principe d’une stratégie à double facette ne sera plus remis en cause : offensive du fort au faible contre l’Italie, défensive du faible au fort contre la Grande-Bretagne, surtout en Atlantique. Dans cette optique, Aube, suivi par le Conseil d’amirauté, accroît la concentration du corps de bataille à Toulon dans la perspective d’acquérir la maîtrise de la mer dès le début d’une guerre franco-italienne. L’état-major de la Guerre envisage une offensive limitée et rapide dès la mobilisation vers la plaine du Pô afin de fixer l’armée italienne et d’empêcher l’envoi des corps d’armée prévus par les conventions militaires de 1888 vers le Rhin. Dans cette optique, une offensive navale contre le littoral italien concertée avec la manœuvre terrestre s’insère plutôt bien dans le cadre de la stratégie générale française. Les lignes de chemin de fer côtières, avec leurs nombreux ouvrages d’art peu défendus, constituent autant de cibles permettant de perturber le mouvement de mobilisation des forces italiennes vers le nord.

  • 32  Aube (contre-amiral Théophile), « Italie et Levant », p. 36.
  • 33  Capitaine de frégate Chasseriaux, aide de camp du ministre, Étude sur la guerre navale dans le bas (...)

18Appliquant les idées exposées avant son arrivée rue Royale, et que confirment les études de l’EMGM, Aube améliore également la défense du littoral métropolitain en systématisant un réseau de défense mobile associant sémaphores et torpilleurs côtiers. Il met en chantier, à l’insu du haut commandement naval, un prototype du bateau-canon réclamé par Charmes pour bombarder les villes ouvertes. Enfin, il crée des bases de torpilleurs à Bizerte et à Ajaccio dont il avait souligné dès 1884 l’intérêt en cas de guerre contre l’Italie 32. Le port tunisien a clairement vocation à devenir à terme une base d’opérations majeure autant contre la Grande-Bretagne que contre l’Italie même si Londres a opposé son veto en 1882 : « Bizerte est forcément destiné à devenir un centre naval d’une valeur française au moins égale à celle de Toulon, et, probablement, de plus de valeur pour l’avenir. Bizerte est le canon pointé sur Cagliari, Naples, Palerme et Malte, la clé de la Méditerranée dans ce lieu de passage forcé entre le détroit de Gibraltar et le canal de Suez. » 33 

  • 34  Lacroix (Arnaud), Genèse et développement de la base navale de Bizerte  (1881-1920), DEA sous la d (...)
  • 35  Gabriele (M.), op. cit., p. 29-30.
  • 36  Procès-verbal de la conférence formée pour dégager les conclusions à tirer des grandes manœuvres d (...)

19Mais la crédibilité de la nouvelle configuration face à la menace italienne laisse à désirer. La concentration des croiseurs les plus rapides à Brest pour mener la guerre de course contre la Grande-Bretagne prive du même coup l’Escadre de moyens d’éclairages performants face aux cuirassés italiens beaucoup plus rapides. Le gouvernement refuse par ailleurs de provoquer un casus belli en développant trop ouvertement Bizerte comme le ministre l’avait proposé 34. Les renseignements recueillis montrent que les défenses renforcées de La Spezzia et La Maddalena les rendent presque inattaquables par la seule voie maritime. D’autre part, pour financer son ambitieux plan de construction de croiseurs et de torpilleurs, Aube doit mettre entre parenthèses l’achèvement des quatre cuirassés des classes Hoche et Magentaau moment même où l’Italie relance son effort de construction 35. Enfin, les grandes manœuvres de 1886 et 1887 montrent que la valeur opérationnelle des torpilleurs contre une escadre opérant de jour et par mer un peu formée est très faible. La preuve est faite que l’on ne peut prétendre contrer la menace italienne en se passant des navires de haut bord. D’autant plus que le Conseil d’amirauté rejette le terrorisme de la Jeune école, au nom de l’éthique et du respect du droit des gens, certes, mais aussi par conservatisme et surtout par pragmatisme (crainte des représailles et d’une entrée en guerre des neutres) 36.

20Le ministère Aube a encore accru les effets financiers de la fin du plan Freycinet. Le budget d’entretien est désormais insuffisant pour maintenir en état opérationnel le corps de bataille et l’achèvement des nouvelles unités traîne en longueur. Afin de solder le déficit laissé par Aube, son successeur Barbey doit réduire à quatre cuirassés de premier rang l’escadre de Toulon, les autres étant envoyés en réserve à Brest. Il gèle aussi l’aménagement des stations de Bizerte et d’Ajaccio. Si le passage de la Jeune école au pouvoir a durablement renforcé la posture italienne de la marine française, à très court terme, il a pour effet paradoxal de grever ses capacités opérationnelles contre la flotte transalpine.

  • 37 Motte (M.), op. cit., p.232.
  • 38  Note pour le CSM, 2 avril 1895, SHD/DM, BB4 2680.
  • 39  Escadre de la Méditerranée, chemise « Croiseurs de mobilisation de 1891 à 1901 », SHD/DM, BB4 2437
  • 40  EMGM-3, Note pour le Conseil supérieur de la marine, 26 février 1909, SHD/DM, BB8 1814.
  • 41  En mars 1892, l’EMGM estime que la France est en position de force. L’Autriche-Hongrie ne possède (...)
  • 42  Sur ce réajustement du programme de 1890, M. Motte, op.cit., p. 454. Face au veto britannique que (...)

21Mais la marine française ne baisse pas longtemps la garde face à la Regia Marina qui en 1890 occupe désormais le troisième rang mondial. Le vice-amiral Krantz, ministre en janvier 1888 privilégie de nouveau le combat d’escadre et rétablit l’escadre de Toulon au niveau proposé par Aube. Comme ses successeurs, il privilégie lui aussi une offensive directe contre les côtes italiennes 37. La continuité l’emporte. À titre d’exemple, les plans de guerre français élaborés par la troisième section de l’EMGM continuent de prévoir en 1895 une attitude défensive en Atlantique et offensive en Méditerranée en cas de conflit contre la Triple alliance 38. Depuis 1892, en accord avec le ministère de la Guerre, des croiseurs dits « de mobilisation » embarquant des explosifs spéciaux et des personnels du génie associés à des « torpilleurs mineurs » doivent opérer des coups de main contre les lignes de chemin de fer littorales afin de perturber la concentration de l’armée italienne 39. Car désormais, les choses sont claires. Lors de sa séance du 23 décembre 1889, le Conseil d’amirauté a fixé l’horizon du prochain programme naval : « Les unités de la flotte française doivent être en nombre égal à celles des marines réunies de l’Allemagne, de L’Italie et de l’Autriche. » 40 Quand on sait la relative faiblesse à l’époque des flottes austro-hongroises et allemandes et le fait que les forces de la Triple alliance sont réparties sur deux théâtres éloignés quand le corps de bataille français est concentré en Méditerranée, il apparaît limpide que l’adversaire prioritaire est désormais l’Italie. Face à celui qui est devenu de fait l’ennemi privilégié en Méditerranée, le rapport de force reste favorable jusqu’à la fin des années 1890 41. Seule ombre au tableau qui empêche les amiraux français de savourer leur prééminence restaurée en Méditerranée occidentale, à compter de 1893, la montée des tensions coloniales avec la Grande-Bretagne oblige la rue Royale à adopter une intenable posture tous azimuts dont l’échec est sanctionné lors de la crise de Fachoda 42.

Du milieu des années 1890 à 1899 : l’adversaire préféré envers et contre tout

22Conjuguée à la guerre commerciale et douanière dont elle aggrave les effets, la deuxième course au tonnage imposée par Paris à l’Italie depuis 1890 a payé. En 1899, la marine italienne est redescendue à la septième place mondiale. Le déclin n’est certes pas immédiat car la Regia Marina poursuit un temps sur son erre. Il n’en reste pas moins rapide et spectaculaire. Pourtant, la rue Royale va continuer de faire de sa rivale transalpine son adversaire préféré aux côtés de la Grande-Bretagne et ce, au moins jusqu’en 1899. Le constat de l’affaiblissement de la flotte transalpine dans les années 1890 ne conduit pas l’EMGM a réviser sa stratégie afin de donner la priorité de façon marquée à la menace allemande devenue pourtant plus importante, pas plus d’ailleurs qu’à la fin des années 1870, la conscience du développement de la flotte italienne n’avait eu d’impact majeur sur des plans d’opérations demeurés tournés en priorité contre l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

  • 43  L’EMGM craint que, en cas de conflit avec l’Italie seulement, la Regia Marina ne scinde son corps (...)

23Les instructions de guerre de l’escadre de la Méditerranée de 1897 en cas de guerre avec la Triplice, qui restent en vigueur jusqu’en 1906, s’inscrivent dans la lignée de celles définies dans les années 1880. Elles prévoient une concentration devant Golfe-Juan tandis que les croiseurs auront pour mission de bombarder les chemins de fer côtiers entre Savone et Vintimille, autant pour perturber la concentration de l’armée de terre italienne que pour obliger la flotte italienne à sortir de ses ports et livrer bataille. Une fois celle-ci vaincue, si possible avant sa jonction avec la flotte autrichienne, il est prévu une périlleuse remontée vers le nord pour affronter la marine allemande 43.

24En janvier 1899, au lendemain de la crise de Fachoda et de l’accord commercial conclu par Camille Barrère, le Conseil supérieur de la marine est convoqué pour statuer sur la conduite à adopter. L’heure est critique : on craint une attaque préventive de la Grande-Bretagne, sans exclure un conflit généralisé avec la Triple alliance. La question de l’attitude de Rome en cas de guerre avec Londres est explicitement posée. Les réponses apportées par les amiraux et le ministre Édouard Lockroy, ancien garibaldiste réputé favorable au rapprochement franco-italien, sont éloquentes quant à la défiance persistante qu’elle inspire dans les élites navales. On craint ouvertement que l’Italie ne saisisse l’occasion pour entrer en guerre aux côtés de la Grande-Bretagne, en dépit de ses dénégations : « L’hypothèse d’une entente possible de l’Italie avec l’Angleterre a suggéré avec plus de force encore aux amiraux la nécessité de ne pas renoncer à jouer dans la Méditerranée le rôle important que notre situation nous impose. » Lockroy se montre lors des débats un des plus hostiles à l’Italie (avec les amiraux de La Jaille, Gervais et Brown de Colstoun). Après avoir rappelé les récentes escales de bâtiments britanniques à La Maddalena effectuées au plus fort de la crise de Fachoda, il conclut par cet avertissement : « Le gouvernement ne peut savoir quelle sera l’attitude de l’Italie vis-à-vis de nous. Elle nous fait bonne mine en ce moment et nous a manifesté ses intentions conciliantes en signant un traité de commerce, mais tout le monde connaît la perfidie italienne. Il est possible que les Italiens nous tournent le dos au moment où la lutte s’engagera. En fait d’alliés, il ne peut y en avoir d’autres que les Russes. »

  • 44  Voir les débats du CSM en décembre 1898 et janvier 1899 ainsi que la lettre du ministre de la Mari (...)
  • 45  Lacroix (A.), op. cit., p. 88
  • 46  Capitaine de vaisseau J. Merleaux-Ponty, Note sur Bizerte point d’appui de la flotte et arsenal ma (...)

25Dans ces conditions, le CSM s’en tient toujours à la stratégie définie depuis le milieu des années1880, à savoir l’offensive à outrance en Méditerranée contre l’Italie et la défensive en Atlantique contre la Royal Navy et ou la Hoch See Flotte 44. Dans la foulée, un effort sans précédent pour les bases est voté à l’instigation de Lockroy en mars 1900 qui témoigne bien lui aussi de l’obsession dont fait l’objet celle qui reste l’adversaire privilégié par les marins français en Méditerranée. Bizerte concentre 27 % du total du budget exceptionnel de 141 millions de francs 45. Il s’agit de transformer un port refuge sans réelle défense et outil industriel en une base d’opérations majeure, de réaliser le vieux projet du ministère Aube d’un Toulon africain en y investissant massivement et dans la durée. Si la priorité de l’heure est de parer une éventuelle attaque préventive de la Royal Navy, la valeur de Bizerte dans le cas d’opérations contre l’Italie fait partie du calcul. Le port-arsenal tunisien n’est pas à la fin du XIXe siècle capable de repousser une attaque britannique ou même italienne mais les investissements prévus doivent lui permettre de contrebalancer efficacement les nouvelles bases de La Magdalena et Tarente 46.

  • 47  D’après ses notes rapportées par Geneviève Salkin-Laparra, Marines et diplomates. Les attachés nav (...)
  • 48  EMGM-1, État comparatif des flottes française, anglaise et italienne dans la Méditerranée, 16 janv (...)
  • 49  Capitaine de frégate Degouy, Marines étrangères, 1re partie. Marines anglaises, allemande et itali (...)
  • 50  Alors que pour les années 1890-1891, le budget des constructions neuves italiennes représente 86 % (...)
  • 51  Dès le budget de 1895-1896, les dépenses navales allemandes sont plus élevées que les dépenses ita (...)

26Cette véritable obsession italienne qui voit la Regia Marina rester l’adversaire préféré va pourtant à l’encontre du contexte général. Elle ne tient tout d’abord pas compte des informations reçues sur l’évolution du potentiel naval italien. L’état-major est en effet parfaitement informé à ce sujet. En particulier par l’attaché naval nommé en mai 1894, le lieutenant de vaisseau Lucien Jousselin qui reste en poste dans la ville éternelle jusqu’en 1901. Contrairement à ses prédécesseurs, l’officier possède une solide expérience du renseignement, ayant été affecté à la 1re section de l’EMGM depuis 1890. Les chefs d’état-major successifs, du vice-amiral Gervais au vice-amiral Sallandrouze de Lamornais, le couvrent d’éloges 47. Ses rapports sont de plus doublés par les missions de renseignement et les correspondances de l’attaché militaire transmis par le ministère de la Guerre et des indications fournies par le Quai d’Orsay. On peut estimer qu’à compter de 1896-1897, la rue Royale sait parfaitement à quoi s’en tenir sur le décrochage italien : au lendemain d’Adoua, l’EMGM comptabilise ainsi 18 cuirassés de 1er rang contre 6 pour la Regia Marina dans les escadres d’active, 2 cuirassés en réserve de part et d’autre et 143 000 tonnes au total contre 161 757 pour la France 48. Et la tendance est favorable car la marge de supériorité sur la Regia Marina s’est accrue au cours des années 1890 49. Durant les années 1890 et jusqu’en 1900, la France relançant une course au tonnage inconnue depuis la première moitié des années 1880 a plus que triplé le budget de ses constructions neuves, dépensant davantage que l’ensemble de la Triple alliance. L’Italie est distancée 50 d’autant plus que Rome, confrontée à la guerre commerciale et douanière imposée par Paris, n’a pu suivre. Dès la seconde moitié des années 1890, l’EMGM a parfaitement intégré le fait que l’Allemagne est en train de devenir la première puissance navale au sein de la Triplice alors que l’Italie ne parvient pas à simplement maintenir son potentiel 51. Par ailleurs, l’expédition éthiopienne a confirmé la faiblesse des moyens de projection de l’Italie et son incapacité à organiser une opération amphibie de quelque ampleur sur les côtes tunisiennes ou métropolitaines.

  • 52  Milza (P.), op.cit., vol. II, p. 767-774.
  • 53  Escadre de la Méditerranée, chemise « Croiseurs de mobilisation de 1891 à 1901 », SHD/DM, BB4 2437

27La priorité accordée à une action offensive contre l’Italie au lieu de l’Allemagne va également désormais à l’encontre de l’évolution de la stratégie générale française et des données transmises par l’armée de Terre. Dès 1896, informé par un service de renseignement qui n’a rien à envier à celui de la Marine, le ministère de la Guerre adopte une stratégie purement défensive dans les Alpes en raison du renforcement du potentiel défensif italien (rapidité et sécurité accrue de la mobilisation grâce au doublement à l’intérieur des terres des voies de chemin de fer littorales, hausse des effectifs mobilisés, fortification des cols alpins). Cette reconfiguration du dispositif face à l’Italie est également moins coûteuse en hommes et permet de renforcer le dispositif sur la frontière Nord-Est alors que le différentiel démographique avec l’Allemagne tend à se creuser 52. Dès le milieu des année 1890, la 1re section de l’EMGM se montre elle aussi réticente à engager un bombardement par les croiseurs de mobilisation, d’une part parce que la marine manque de moyens d’éclairage modernes, qu’elle préfère réserver à la manœuvre de l’escadre de la Méditerranée, d’autre part car, bien informée elle aussi par l’attaché naval, elle estime l’opération trop risquée et désormais peu efficace. Plusieurs courriers sont adressés qui vont dans ce sens mais cette décision n’est actée seulement qu’en février 1901 53.

  • 54  Milza (P.), op.cit., p. 947-949.
  • 55  Ferragu (G.), op.cit., p. 236-240.

28Enfin, les amiraux français ne peuvent ignorer la normalisation des relations entre les deux pays. La marine y prend toute sa part via la diplomatie navale. Notamment quand les deux pays coopèrent afin de stabiliser la situation en Crète à travers leurs forces navales ou surtout dans le cadre d’échange de visites d’escadre médiatisées pour renforcer le rapprochement entamé depuis la chute du cabinet Crispi. Il semble même que Lockroy, partisan de toujours du rapprochement – mais, on l’a vu, ministre de la Marine plus que circonspect –, soit à l’initiative de la visite d’une partie de l’escadre de la Méditerranée commandée par le vice-amiral Fournier à Cagliari en avril 1899. « La première grande manifestation publique de l’entente cordiale franco-italienne » selon l’expression de Pierre Milza a été appuyée par le chef d’État-Major général de la marine, le vice-amiral Jules Cavelier de Cuverville qui a reçu en janvier le rédacteur en chef de la Rivista Maritima. Au moment même où le CSM envisage sérieusement un conflit avec l’Italie, il soliloque devant son rédacteur en chef sur le thème des deux sœurs latines et du « lac latin » envahi par les Anglo-Saxons 54. Deux ans plus tard, la marine sera de nouveau mise à contribution lors de la visite de la 1re escadre italienne à Toulon organisée par le Quai d’Orsay sur proposition de Camille Barrère 55.

29Comment alors expliquer ce hiatus entre l’analyse objective de la situation géostratégique et une posture qui continue de donner la priorité sans nuance à une menace italienne pourtant moins pressante ? Cet apparent immobilisme stratégique échappe comme dans les années 1870-1880 aux seules considérations techniques. Il renvoie ici aussi aux motivations professionnelles et politiques des élites navales. Enfin, celles-ci ne sont pas unanimes. Des voix isolées s’élèvent en faveur d’une réorientation ou, à tout le moins, d’un rééquilibrage adapté au nouveau contexte.

  • 56  Roksund (A.), op.cit., p. 161-162.

30Arne Roksund estime que la priorité accordée à l’Italie, au moins jusqu’à la crise de Fachoda, doit être relue à l’aune de la lutte d’influence qui oppose au sein du haut commandement les traditionalistes favorables à des opérations contre l’Italie car elles privilégient la guerre d’escadre dans une configuration mahanienne aux tenants de la Jeune école davantage focalisés sur le danger britannique et la guerre de course 56. Cette divergence a certainement pesé sur les choix de l’état-major. Mais cette explication demande à être nuancée. Tout d’abord parce que la concentration du gros du corps de bataille français à Toulon n’est pas seulement le fruit d’un choix stratégique. Elle répond aussi à des considérations beaucoup plus contingentes telles que la faiblesse récurrente des infrastructures portuaires. D’autre part, les partisans de la Jeune école ne récusent pas tous par principe la guerre d’escadre. Aube, adversaire résolu de la Regia Marina, entendait juste privilégier d’autres moyens mais sans l’exclure dans certaines circonstances. En fait, l’obsession italienne transcende l’appartenance aux différents courants doctrinaux.

  • 57  Voir la correspondance de l’escadre de la Méditerranée occidentale et du Levant entre 1890 et 1898 (...)
  • 58  Lettres au ministre des 24 et 28 novembre 1899 à Beyrouth, SHD/DM, BB4 2457.

31L’autre facteur explicatif tient sans doute à un état d’esprit dominé par un sentiment récurrent d’hostilité et la conscience d’une rivalité irréductible entre deux nations aux intérêts jugés inévitablement opposés en Méditerranée en dépit du troc de janvier 1900. Les rapports des officiers de marine qui commandent en Crète témoignent d’une susceptibilité ombrageuse à l’égard des forces italiennes accusées de remettre en cause un leadership français supposé aller de soi. Les marins ne se résolvent toujours pas à la présence croissante de Rome en Méditerranée orientale. Les années 1890 voient le maintien de l’attachement quasi unanime des officiers de marine en poste au Levant à la politique du protectorat et une irritation persistante envers les prétentions italiennes en la matière. L’heure reste à la rivalité sur fond d’un nationalisme catholique exacerbé et l’on cherche en vain trace d’un apaisement 57. Cette attitude se retrouve chez un officier comme le vice-amiral Fournier, l’homme du toast chaleureux de Cagliari. À l’heure de rendre compte de la très médiatisée visite qu’il effectue en novembre 1899 à Jérusalem en réaction à la visite du Kaiser à l’automne 1898, la volonté très ferme de s’opposer aux prétentions italiennes est bien présente également 58.

  • 59  Capitaine de frégate Degouy, Conférences sur les marines étrangères, 6e conférence, Marine italien (...)
  • 60  Id.

32Seule une minorité des élites navales défend le principe d’un rééquilibrage en donnant la priorité à une action offensive contre la flotte allemande en Manche et en mer du Nord. Ils trouvent en Lanessan une oreille attentive. En fixant des troupes allemandes significatives sur le littoral impérial, cette option est la seule apte selon eux à apporter un concours réellement efficace à la stratégie générale française car elle permet de compenser l’infériorité numérique de l’armée de Terre et donc de peser de façon déterminante sur l’issue des opérations sur le théâtre principal et décisif du conflit 59. La voix du capitaine de frégate Degouy, professeur à l’École supérieure de marine, est cependant bien isolée quand il explique aux stagiaires qu’ « autant qu’il est possible d’en juger au milieu des fluctuations de notre politique extérieure, il n’est plus certain que notre première guerre nous mette aux prises avec l’Italie ». Au sein des cadres de l’ESM, l’homme fait figure d’iconoclaste tant ses conférences sont louangeuses pour la politique navale italienne menée depuis l’unité. Il n’hésite pas à dénoncer le complexe de supériorité des marins français à l’égard de leurs rivaux transalpins 60.

  • 61  Jean-Louis de Lanessan, Note sur la situation et les besoins de notre marine, novembre 1899, SHD/D (...)
  • 62  Le secret est bien gardé autour de l’échange de lettres de novembre 1902 dont la portée stratégiqu (...)

33Il faut en fait attendre l’arrivée au pouvoir de Jean-Louis de Lanessan en juin 1899 pour que la marine française se détache pour partie de son obsession italienne dont l’ombre portée court jusqu’à la Première Guerre mondiale et même au-delà. La nécessité d’accorder la priorité à la reconstitution d’un outil dissuasif vis-à-vis de la Royal Navy dans l’optique à terme de parvenir à un arrangement avec Londres l’emporte désormais, sans que pour autant l’hypothèque de la Regia Marina ne soit jamais vraiment levée 61. Car le fond du problème est là : peut-on tabler sur la neutralité italienne ? Cela pose tout d’abord la question de savoir si la rue Royale est informée de l’échange de lettres de juin-novembre 1902 qui consacre la neutralité italienne en cas de guerre non provoquée entre la France et l’Allemagne 62. L’examen des archives de l’EMGM et du CSM tend à répondre par la négative. Autre question d’importance : quel crédit les amiraux accordent-ils aux informations qui circulent officieusement et dans la presse sur la neutralité italienne ? Compte tenu de l’état d’esprit qui se manifeste tout au long de la séquence 1871-1899, il n’est guère surprenant que la méfiance envers la Regia Marina et une stratégie agressive restent de mise (a fortiori à partir de la nouvelle relance de l’effort naval italien en 1909-1910). Le rythme rapide du rapprochement diplomatique comme les à-coups de la tectonique des rapports de force avaient décidément bien du mal à s’accorder avec le tempo beaucoup plus lent des préjugés professionnels, nationaux ou stratégiques. L’expérience de la Grande Guerre puis des années 1920 devait le confirmer, du barrage d’Otrante à la conférence de Washington.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage de référence reste la thèse de Pierre Milza qui a étudié la période cruciale du rapprochement entre 1896 et 1902 dans une perspective globale. La dimension militaire n’y est pas absente même si elle est peu développée et focalisée sur le versant terrestre. L’outil naval n’apparaît qu’incidemment à l’occasion des visites d’escadre, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, Rome, École française de Rome, 1981, 2vol., 1114pages. Quant à Gilles Ferragu, dans son étude très fouillée du rôle joué par Camille Barrère, il n’a abordé que brièvement l’utilisation des visites d’escadres, l’impact du rapprochement franco-britannique sur l’échiquier naval méditerranéen à partir de 1906 ou encore l’utilisation de la diplomatie navale au Levant. Camille Barrère, ambassadeur de France à Rome et le rapprochement franco-italien de 1898 à 1914, thèse de doctorat d’histoire, Philippe Levillain (dir.), université de Paris X-Nanterre, 1998, 2vol., 671pages. Étudiant la politique méditerranéenne de l’Italie, Daniel Grange a utilisé les papiers de l’attaché naval français à Rome conservés au département Marine du Service historique de la Défense (désormais SHD/DM) (sous-série BB7). Grange (D.), L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, École française de Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome », 1994, 2 vol., 1702 pages. Sur l’immédiat avant-guerre, l’ouvrage de référence demeure le travail de Paul Halpern, The Mediterranean Naval Situation 1908-1914, [Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1971, 415 pages] qui a utilisé les archives militaires de l’ensemble des puissances navales de la Belle Époque.

2  Gabriele (Mariano), « La marine italienne de 1870 à 1900 », La marine italienne de l’unité à nos jours, Michel Ostenc (dir.), Paris, Économica, coll. « Hautes études maritimes », 2005, p. 10-48 et pour les aspects doctrinaux, on se reportera à : Ferrante (Ezio), « La pensée navale italienne de Lissa à la Grande Guerre », L’évolution de la pensée navale, Hervé Coutau-Bégarie (dir.), vol III, Paris, FEDN, 1993. Nous nous limitons ici aux ouvrages en français et en anglais car, n’ayant pas le privilège de maîtriser la langue de Dante, nous n’avons hélas pu exploiter une historiographie navale italienne pourtant très riche dominée par l’œuvre de M. Gabriele.

3  Il faut mentionner en particulier le travail de Darbousset (R.), Les attachés navals français à Rome face à la Marine royale italienne entre 1886 et 1915, mémoire de maîtrise d’histoire, H. Heyriès (dir.), université Paul Valéry, Montpellier III, 2002. Nous n’avons malheureusement pu le consulter.

4  Motte (Martin), Une éducation géostratégique. La pensée navale française de la Jeune école à 1914, Paris, Économica, coll. « Bibliothèque stratégique », 2004, 817 pages, à compléter par Arne Roksund, The Jeune école : The Strategy of the Weak, Londres, Brill Academic Publishers, 2007, 242 pages qui a travaillé sur les archives du SHD alors que M. Motte a basé son travail sur les sources imprimées. Les deux études abordent largement la politique navale dans son ensemble (dont la composante italienne) afin de replacer le débat doctrinal dans son contexte.

5  Ropp (T.), French Naval policy 1871-1904, Annapolis, Naval Institute Press, 1987 (1re éd. 1937), 439 pages.

6  Thiers fait stationner la frégate Orénoque devant Civita Vecchia en réaction à l’occupation de Rome. La tension est sourde dans la Régence tunisienne dont les ressortissants italiens contestent l’emprise croissante de Paris.

7  Le programme naval de 1872 qui tire les leçons de la guerre 1870-1871 prévoit le renouvellement progressif du corps de bataille réduit de moitié avec des bâtiments à faible tirant d’eau (c’est le cas du Redoutable mis sur cale en 1873 et achevé en 1876) et la modernisation de toute une flotte côtière à base de garde-côtes et de canonnières capable d’opérer en Baltique et sur les côtes allemandes de la mer du Nord. Le nombre de transports, un élément clef de la politique de projection de puissance du Second Empire est réduit des deux tiers, ce qui grèvera d’autant la capacité de la France d’effectuer un débarquement massif sur les côtes italiennes dans la seconde moitié des années 1880 quand Rome sera devenu un ennemi probable. Masson (Philippe), « La marine française de 1871 à 1914 », Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 1994, tome 3, p. 120.

8  Ropp (T.), op.cit., p. 34.

9  Nous n’avons ainsi pas retrouvé trace d’étude, de rapport de mission de renseignement ou de note sur le développement de la flotte italienne initié par Riboty et relancé par Saint Bon dans les travaux de la 1re section de l’EMGM avant1876 alors que les études sur les marines, allemande, britannique et parfois russe, sont légion. SHD/DM, BB41446-1452. La première étude date de janvier1876 mais elle reste isolée et insiste sur la faiblesse des renseignements dont dispose la marine sur les défenses côtières italiennes. Il est suggéré de s’adresser au ministère de la Guerre jugé très bien informé. EMGM-1, Défense des côtes de l’Italie, janvier1876, SHD/DM, BB41450.

10  Les cuirassés qui font sensation dans le monde entier sont plus rapides, possèdent un rayon d’action plus grand et disposent d’une artillerie plus puissante que leurs rivaux français afin de pouvoir les surprendre et rompre le combat dès qu’ils sont placés en situation d’infériorité numérique.

11  Rapporté par T. Ropp, op.cit., p. 96.

12  Voir les travaux de la 1re section de l’État-Major général conservés sous les cotes SHD/DM, BB4 1446-1451.

13  Il est d’ailleurs significatif que le vice-amiral Conrad, commandant en chef des forces navales déployées devant la Tunisie en 1881 envisage alors surtout Bizerte comme une base d’opérations contre la Grande-Bretagne sans s’attarder davantage sur son potentiel face à la Regia Marina. SHD/DM, BB4 1926.

14  Capitaine de frégate Massias, Temps de paix – guerre avec l’Allemagne,10 janvier 1882, travaux de EMGM-1. Les autres projets n’en font pas mention non plus. SHD/DM, BB4 1451.

15  Ropp (T.), op.cit., p. 92-102.

16  Étienne Lamy, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi sur le budget des dépenses de l’exercice 1879 (Ministère de la Marine), Journal officiel de la République française, Chambre des députés, annexe au procès-verbal de la séance du 21 novembre 1878, no 926.

17  Cf. les archives de l’expédition de Tunisie conservées sous les cotes SHD/DM, BB4 1426-1439.

18  EMGM-1, État numérique des bâtiments de combat et des torpilleurs, 1er mai 1885, SHD/DM, 1451. En 1886, seuls trois cuirassés sont en état de combattre, l’achèvement des autres traînant en longueur. Le budget de 1883 est quasiment identique à celui de 1878.

19  Ropp (T.), op.cit., p. 127-128.

20  Si le port calabrais semble constituer une base d’opérations idéale contre l’Autriche-Hongrie qui paraît devenue la première préoccupation de Rome depuis le congrès de Berlin, elle n’en représente pas moins une menace pour l’axe Afrique du Nord-métropole, au plus près de la récente conquête tunisienne. Si dans l’immédiat, elle est loin d’être encore opérationnelle, des dispositions sont prises avec le colonel chef du bureau des renseignements du ministre de la Guerre pour en suivre l’avancement des travaux.

21  Notes succinctes sur les cuirassés d’escadre Dandolo et Duilio sur l’arsenal de La Spezzia et sur les chantiers de construction de Livourne, 15 novembre 1882, SHD/DM, BB4 1451.

22  En particulier en février 1888, quand les grandes manœuvres françaises font croire à tort en Italie à l’imminence d’une attaque contre La Spezzia. La Regia Marina est mise en état d’alerte et une escadre britannique fait escale à Gênes. Milza (P.), op.cit., vol. I, p. 66-68.

23  Doïse (J.) et Vaïsse (M.), Diplomatie et outil militaire 1871-1969,  Paris, Imprimerie nationale, coll. « Politique étrangère de la France. 1871-1969 », 1987, p. 125.

24  Aube (contre-amiral T.), « Italie et Levant », article de 1884, repris dans À terre et à bord, notes d’un marin, (Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1884) finement analysé par M. Motte, op.cit., p. 166-167.

25  Cf. notre thèse, Mentalités et comportements religieux des officiers de marine sous la Troisième République, sous la direction de Philippe Levillain, université de Paris X-Nanterre, 3 vol., 2006, p. 511-520 et 533-537.

26  Sur la conception de la guerre promue par Aube développée entre 1874 et 1886, l’ouvrage de référence est l’étude de M. Motte, op.cit., p. 167-175.

27  Charmes (G.), La réforme de la marine, Paris, Calmann-Lévy, 1886, introduction, p. IX. Cité par M. Motte, op.cit., p. 179-180.

28  Charmes (G.), Les torpilleurs autonomes, Paris, Berger Levrault, 1885, p. 150. Le journaliste est adepte comme son maître Aube d’une guerre terroriste car ils croient possible de défendre le littoral provençal contre d’éventuelles représailles italiennes par le développement de flottilles.

29  Si on retrouve ici un des clichés relevés par Pierre Milza, il convient toutefois de préciser que les tenants de la guerre par la terreur tiennent un raisonnement identique concernant les Britanniques. Les archétypes sur les Italiens n’expliquent donc pas tout et il entre dans le raisonnement de Charmes, Aube et consorts sans doute aussi une vision de la démocratie, jugée prisonnière, par delà les tempéraments nationaux, d’une opinion publique forcément irrésolue et pacifiste dès lors que confrontée à la guerre totale.

30  Ferrante (E.), art. cit, p. 109. Dans son rapport de janvier 1882, le capitaine Josse relève que « le ministre actuel de la Marine, l’amiral Acton, n’est point partisan de gros cuirassés préconisés par son prédécesseur, l’amiral St Bon, qui a lancé la marine de guerre italienne dans la voie qu’elle suit aujourd’hui », Rapport au ministre, 20 octobre 1882, SHD/DM, BB4 1451.

31  Voir pour la période 1886-1888, SHD/DM, BB4 1452.

32  Aube (contre-amiral Théophile), « Italie et Levant », p. 36.

33  Capitaine de frégate Chasseriaux, aide de camp du ministre, Étude sur la guerre navale dans le bassin occidental de la Méditerranée, 16 avril 1886, SHD/DM, BB4 1452.

34  Lacroix (Arnaud), Genèse et développement de la base navale de Bizerte  (1881-1920), DEA sous la direction de Jacques Frémeaux, Paris IV-Sorbonne, 2004, p. 29 et p. 33-36.

35  Gabriele (M.), op. cit., p. 29-30.

36  Procès-verbal de la conférence formée pour dégager les conclusions à tirer des grandes manœuvres de l’été 1886, 21-24juillet 1886, SHD/DM, BB41452.

37 Motte (M.), op. cit., p.232.

38  Note pour le CSM, 2 avril 1895, SHD/DM, BB4 2680.

39  Escadre de la Méditerranée, chemise « Croiseurs de mobilisation de 1891 à 1901 », SHD/DM, BB4 2437.

40  EMGM-3, Note pour le Conseil supérieur de la marine, 26 février 1909, SHD/DM, BB8 1814.

41  En mars 1892, l’EMGM estime que la France est en position de force. L’Autriche-Hongrie ne possède aucun cuirassé de plus de 10 000 tonnes quand l’Italie et l’Allemagne en disposent de 10 et 3 à opposer aux 10 unités françaises. La tendance est également à l’avantage de la France avec 4 bâtiments en construction contre un en Italie et un en Allemagne. EMGM-3, État comparatif des forces navales françaises et des forces navales de l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche en y comprenant les bâtiments dont la construction est prévue et l’achèvement annoncé pour l’année 1897, mars 1892, SHD/DM, BB8 2424-2.

42  Sur ce réajustement du programme de 1890, M. Motte, op.cit., p. 454. Face au veto britannique que le Quai d’Orsay persiste à ne pas vouloir forcer, Bizerte ne figure pas dans les points d’appui ou les stocks de charbon outre-mer dont la liste est fixée en mai 1891. A. Lacroix, op. cit., p. 126.

43  L’EMGM craint que, en cas de conflit avec l’Italie seulement, la Regia Marina ne scinde son corps de bataille en deux pour constituer une force de raid autour de ses cuirassés les plus récents et de ses croiseurs cuirassés rapides capables de s’en prendre aux lignes de communication entre la Provence et l’Afrique du Nord, ce qui plaide pour le rapatriement des croiseurs récents basés à Brest. On estime toutefois que l’Italie, afin de préserver son potentiel et par crainte des représailles, ne s’en prendra probablement pas aux villes défendues comme Marseille ou aux villes non défendues. En revanche, l’on craint le mouillage de mines devant les ports français par une escadre italienne jouant de sa vitesse. On compte sur la crainte des torpilleurs de la défense mobile des côtes pour la dissuader. Enfin, si l’Italie et l’Autriche pouvaient joindre leurs flottes, une expédition contre la Tunisie serait la plus probable mais sans doute de faible ampleur. Trop lent, le gros du corps de bataille italien devra se contenter d’une posture défensive. Toute la question est de savoir dans quel port. Trois possibilités sont envisagées. Tout d’abord, La Maddalena en raison de sa position. Sa défense est considérée comme achevée depuis 1894. La base est jugée inattaquable par la mer (batteries élevées et défenses contre les sous-marins très sérieuses), en plus, elle possède deux issues. Mais ce n’est pas un arsenal, plutôt un refuge et un point de ravitaillement et l’on compte sur les torpilleurs basés à Bonifacio pour empêcher que s’y regroupe une escadre importante. Messine étant trop éloigné comme Tarente (base d’action contre la Tunisie), le point de concentration le plus probable reste La Spezzia dans la perspective d’une action contre la Provence ou la Corse. Le port ligure est jugé inattaquable par la seule voie maritime. Le dispositif français semble réduit à un blocus à distance en multipliant les insultes du littoral pour contraindre les Italiens à la bataille décisive. Instructions pour le temps de guerre à l’Escadre de la Méditerranée, 27 février 1897, SHD/DM, BB4 2680.

44  Voir les débats du CSM en décembre 1898 et janvier 1899 ainsi que la lettre du ministre de la Marine, Édouard Lockroy, aux membres du CSM, Mémorandum sur la politique maritime de la France, Paris, 3 décembre 1898, SHD/DM, 2424-5. Voir également : Lockroy (É.), La défense navale, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1899, p. 67.

45  Lacroix (A.), op. cit., p. 88

46  Capitaine de vaisseau J. Merleaux-Ponty, Note sur Bizerte point d’appui de la flotte et arsenal maritime, confidentiel, 30 octobre 1898, SHD/DM, BB8 1900.

47  D’après ses notes rapportées par Geneviève Salkin-Laparra, Marines et diplomates. Les attachés navals français (1860-1914). Essai de typologie. Dictionnaire biographique, Vincennes, SHM, 1990, p. 263-264.

48  EMGM-1, État comparatif des flottes française, anglaise et italienne dans la Méditerranée, 16 janvier 1897, SHD/DM, 2424-5.

49  Capitaine de frégate Degouy, Marines étrangères, 1re partie. Marines anglaises, allemande et italienne, conférences de l’École supérieure de marine, 1897-1898, SHD/DM, 1 CC 211.

50  Alors que pour les années 1890-1891, le budget des constructions neuves italiennes représente 86 % du budget français, la proportion s’établit à 27 % pour 1898-1899. EMGM-1, Budget totaux, dépenses pour constructions neuves (crédits ordinaires et extraordinaires) et effectifs des marines européennes, 6 mai 1899,SHD/DM, fonds Jules Cavelier de Cuverville, 190 GG2 36-37.

51  Dès le budget de 1895-1896, les dépenses navales allemandes sont plus élevées que les dépenses italiennes. Et l’écart est encore plus grand si l’on s’en tient aux constructions neuves où l’Allemagne investit quasiment deux fois plus que l’Italie entre 1897 et 1899 pour les budgets. Id.

52  Milza (P.), op.cit., vol. II, p. 767-774.

53  Escadre de la Méditerranée, chemise « Croiseurs de mobilisation de 1891 à 1901 », SHD/DM, BB4 2437.

54  Milza (P.), op.cit., p. 947-949.

55  Ferragu (G.), op.cit., p. 236-240.

56  Roksund (A.), op.cit., p. 161-162.

57  Voir la correspondance de l’escadre de la Méditerranée occidentale et du Levant entre 1890 et 1898, SHD/DM, BB4 1234, 1246, 1256, 1294 et 1306-1307.

58  Lettres au ministre des 24 et 28 novembre 1899 à Beyrouth, SHD/DM, BB4 2457.

59  Capitaine de frégate Degouy, Conférences sur les marines étrangères, 6e conférence, Marine italienne I, École supérieure de marine, 1896-1897, p. 481-484, SHD/DM, 1 CC 211, p. 481-484.

60  Id.

61  Jean-Louis de Lanessan, Note sur la situation et les besoins de notre marine, novembre 1899, SHD/DM, BB4 2437.

62  Le secret est bien gardé autour de l’échange de lettres de novembre 1902 dont la portée stratégique est pourtant essentielle. Il semble que Clemenceau n’en apprenne que fortuitement l’existence quand il est nommé à la présidence du Conseil tandis que le chef d’État-Major général de l’armée ne reçoit copie des lettres qu’en 1909. Cf. Milza (P.), op.cit, p. 1021-1023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean de Préneuf, « Du rival méprisé à l’adversaire préféré », Revue historique des armées, 250 | 2008, 34-52.

Référence électronique

Jean de Préneuf, « Du rival méprisé à l’adversaire préféré », Revue historique des armées [En ligne], 250 | 2008, mis en ligne le 06 juin 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/179

Haut de page

Auteur

Jean de Préneuf

Adjoint au chef de la division études du département Marine du Service historique de la Défense, il est agrégé et docteur en histoire. Ses recherches portent sur l’histoire navale française à l’époque contemporaine, en particulier sur les rapports politico-militaires et le personnel officier sous la Troisième République.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org