Navigation – Plan du site
Variations

Histoire de la ligne Maginot de 1945 à nos jours

Michaël Seramour
p. 86-97

Résumés

Présentée en 1939 comme un barrage inexpugnable par les médias, la « Muraille de France » a failli aux yeux du Français moyen. Le système de fortification le plus moderne de son temps a pourtant rempli sa mission, en contraignant la Wehrmacht a réemprunter les plaines belges, comme en 1914, et en immobilisant une partie de ses forces. Loin du raccourci historique populaire, l’autorité militaire reconsidère la valeur de la ligne Maginot au début de la guerre froide. Dans un premier temps, restaurée par pur réflexe défensif, elle fait l’objet d’un véritable programme de modernisation, en vue de fixer l’armée Rouge en cas d’attaque conventionnelle. Mais l’initiative franco-française ne trouve pas grâce aux yeux de l’OTAN, et les vastes chantiers s’étiolent dès 1955. En 1960, l’explosion de la première bombe atomique française, stoppe définitivement le programme engagé dix ans plus tôt. En 1973, un journaliste lorrain, Roger Bruge, publie le premier tome de son histoire de la ligne Maginot, alors que la même année, plusieurs municipalités projettent d’ouvrir leurs ouvrages aux touristes. La ligne Maginot, tenue au secret depuis les années 1930, s’ouvre aux Français et au monde. Aujourd’hui visitée par près de 300 000 visiteurs, le béton porte encore l’injuste responsabilité de la défaite, mais le mystère qui l’entourait se résorbe lentement, ce qui constitue un premier pas dans la voie de la réhabilitation collective.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Maginot
Haut de page

Texte intégral

1La tragédie de juin 1940 a donné naissance à une mythologie de la défaite. Des supposés mitraillages perpétrés par la chasse italienne sur les réfugiés pendant l’exode à la responsabilité de la cinquième colonne, l’histoire de la campagne de France s’est très tôt déclinée en une succession d’imageries d’Épinal. La ligne Maginot n’échappe pas à cette constante.

2Alors qu’elle inspirait une confiance religieuse à l’opinion française avant-guerre, cette dernière devient un bouc émissaire de la défaite celle-ci consommée, une muraille qui coûta des milliards et ne servit à rien, certains allant même jusqu’à affirmer qu’elle avait été réduite par l’adversaire. Pourtant, le « bouclier de France » remplit son rôle dissuasif et défensif. Bloquant les voies d’invasions lorraines et alsaciennes, il contraint la Wehrmacht à emprunter les plaines belges. Sur le Rhin et en Sarre, il retarde avec un minimum d’effectifs, les armées de Von Witzleben et Dollmann, et se sacrifie pour permettre au groupe d’armées Prételat de se retirer vers le sud. Localement enfin, les ouvrages attaqués livrent d’intenses combats pour défendre les quelques kilomètres carrés de territoires français qui leur sont confiés, si bien qu’à l’heure du cessez-le-feu, alors que résonne le bruit des engins de la Wehrmacht dans une large moitié nord de la France, 25 000 hommes invaincus campent sur leurs positions, aux portes de l’Allemagne. 25 000 « prisonniers d’honneur » oubliés d’une armée française qui en ignore le sort, et occultés par une propagande allemande qui triomphe là où les canons de 88 ont échoué. Image de Maginot-la-défaite dont s’accommode fort bien une mémoire collective en quête de réponses immédiates à sa tragédie.

3Ce n’est que trente ans plus tard que les travaux du journaliste Roger Bruge dotent les troupes de forteresse d’une vraie place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, clef de voûte – avec les études techniques de Philippe Truttmann et de Jean-Yves Mary – d’une « historiographie de la réhabilitation » qui ne s’est plus démentie…

4Sur la base de cette historiographie, nombre de travaux sont aujourd’hui possibles et de larges perspectives s’offrent aux jeunes chercheurs souhaitant sortir des sentiers battus. Dans cet esprit, nous avons choisi de travailler une année – dans le cadre d’un mémoire de maîtrise soutenu à l’université de Metz – sur l’évolution du statut stratégique et mémoriel de la ligne Maginot de 1945 à nos jours,
recherches condensées faisant l’objet du présent article.

5Notre approche se fragmente en trois parties. Ainsi nous intéresserons-nous tout d’abord à la place du système fortifié dans les réflexions militaro-stratégiques des premiers temps de la guerre froide ; puis à la gestion de l’abandon du dispositif ; enfin à la naissance et au développement du tourisme militaire contemporain.

La ligne Maginot dans les préoccupations militaro-stratégiques des premiers temps de la guerre froide 

61945. Dans l’euphorie de la Libération, alors que les prisonniers de guerre français retrouvent les leurs, la fortification que certains servirent cinq ans plus tôt est rétrocédée à la France. Quelques mois plus tard, le front du Pacifique s’éteint à son tour. Une page de l’histoire de l’humanité se tourne alors que sa conclusion annonce une nouvelle épître, placée sous le signe de la menace nucléaire.

L’heure des comptes

  • 1 Composant la ligne principale de résistance et conçus par la Commission d’organisation des régions (...)
  • 2 Blockhaus implantés en complément de la ligne principale de résistance, conçus par la main-d’œuvre (...)

7Il importe tout d’abord de s’interroger sur l’état d’un système défensif remis « intact » à l’autorité militaire allemande en 1940 ; soit pour le nord-est, quelque 53 ouvrages, 323 organes CORF 1 et une multitude de petits blockhaus MOM 2 polymorphes éparpillés de loin en loin en parallèle de la frontière.

8Indéniablement, l’occupant a su exploiter ce formidable butin de guerre, dans un cadre tant idéologique, logistique, que technique. Dès l’été 1940, les services de propagande ont investi les ouvrages les premiers, en vue de reconstituer une version de « la reddition du système fortifié par le feu », tandis que se sont succédé de plus inoffensives sections en visite d’étude. Rapidement aussi s’est organisé le démantèlement de la position, auquel ont travaillé plusieurs milliers de prisonniers de guerre russes, d’internés ou de requis ukrainiens, yougoslaves ou hongrois, chargés de récupérer l’acier nécessaire à l’édification de l’Atlantikwall, et côtoyant les ingénieurs allemands supervisant les essais de charges creuses, explosifs gazeux et autres « typhons » expérimentés sur les cuirassements et le béton de nombreux sites.

9Les années 1942-1943 marquent enfin l’occupation d’une dizaine d’ouvrages importants aménagés en PC, usines souterraines ou centres de stockage, sabotés à l’approche des premiers éléments américains.

10Après quatre ans de ce régime – cloches percées, blocs de combat écrasés, casernes souterraines rasées – auquel s’ajoutent les essais américains, il ne reste de la ligne Maginot qu’une épave en 1945, une coquille vide dans le meilleur des cas. De tous les cuirassements mobiles installés de la Meuse au Rhin, seule une modeste tourelle de 81 d’une portée de trois kilomètres est apte à rendre encore quelques services, tandis que de rares dépôts de munitions stagnent encore ici et là.

L’heure des questions : un avenir possible ?

11Dans l’immédiat après-guerre, la question ne se pose même pas. Tout d’abord parce que la France est un pays à reconstruire, et qu’en cela, le rétablissement de la puissance militaire française est mis entre parenthèses. D’un point de vue stratégique ensuite, quelle utilité à réhabiliter un système fortifié, alors que la France ne conçoit sa défense à venir qu’à travers un écrasement économique et politique de l’Allemagne, tandis qu’au-delà se trouve l’allié soviétique auquel elle se trouve liée par le pacte de Moscou signé en 1944. Enfin, quel intérêt accorder à un système fortifié métropolitain, alors que l’état-major général de la Défense nationale (EMDN) est convaincu que le sort de la nation doit se jouer à l’échelle de l’Empire, favorisant un redéploiement stratégique prioritaire.

  • 3 Le général Fortin dispose d’un budget annuel d’environ 100 000 € valeur 2001.

12Il est pourtant un homme qui ne partage pas ce jugement, en la personne du général Fortin, inspecteur du génie, et à ce titre chargé de l’entretien des ouvrages. Dès 1945, il fait dresser un état des lieux complet du dispositif défensif et déploie sur le terrain un petit contingent de quelque 200 hommes chargés de restaurer ce qui peut encore l’être, nanti d’un budget dérisoire 3 compte tenu de la tâche à accomplir. Fin 1947 pourtant, le bilan de ce renflouement est loin d’être négatif : deux tiers des tourelles fonctionnent manuellement, plus de la moitié des monte-charges et des locomotrices sont en état de marche, tandis qu’un groupe électrogène par ouvrage est apte à fournir de l’énergie.

13Entre-temps, l’évolution de la situation internationale, se traduisant par l’élargissement de la fissure idéologique Est-Ouest, conduit le ministère des Forces armées à reconsidérer timidement le dossier des fortifications, dont il se contente – dans l’urgence – de doubler le budget. La carte géopolitique et géostratégique de l’Europe se redessine rapidement : le bloc occidental né du pacte de Bruxelles (1948) et du traité de l’Alliance atlantique (1949) ainsi que le plaidoyer du général de Lattre de Tassigny devant les membres du Comité de la Défense nationale aboutissent à un recentrage stratégique des forces françaises sur la métropole.

14Tenir le Rhin en cas d’invasion soviétique est une initiative courageuse, mais combien irréaliste en 1950, alors que l’Europe occidentale aligne péniblement une douzaine de divisions, là où l’Armée rouge peut en engager 200, et que les États-Unis estiment qu’un délai de trois semaines leur est nécessaire pour débarquer leurs forces sur le « vieux continent ». De ce contexte favorable à une réouverture du dossier « fortification » naît une série d’avis sollicités par le ministère de la Défense.

15Fraîchement promu inspecteur du génie, le général Dromard, s’il a bien conscience des faiblesses du système – casemates d’infanterie incapables de se mesurer aux chars modernes moyens, cloches cuirassées trop apparentes – mesure les capacités de l’armement mobile – tourelles à éclipse – et la valeur passive des ouvrages qu’il estime considérable. Un sentiment partagé par le général Pinson – directeur général du génie – convaincu lui aussi que la fortification n’a pas failli en 1940 et qu’un rôle peut lui être assigné dans l’avenir, à condition de rejeter toute illusion d’invulnérabilité.

16Mais de tous, le général de division Laffargue paraît le plus enthousiaste à l’idée de réactiver la ligne Maginot, qu’il mesure comme « un capital inerte et improductif », une série de « points forts capables de soulager rapidement l’armée de campagne », et qu’il serait bien dommage de ne pas exploiter. Et Laffargue voit plus loin encore, rêvant d’une « forteresse Europe » s’étendant des Pays-Bas à la Méditerranée.

17Conséquence de cette unanimité, le secrétaire d’État aux forces armées « guerre » donne son accord de principe en août pour la création d’une Commission de défense du territoire métropolitain (CDTM) fixant les doctrines d’emploi et posant les problèmes, et d’un Comité technique des fortifications (CTF) chargé de les étudier. Les premiers rapports circulent ainsi jusqu’au mois de décembre, où le ministre de la Défense arrête enfin sa décision : s’il perçoit la fortification comme un atout stratégique, il n’est pas à l’ordre du jour de soutenir un vaste programme défensif permanent comme par le passé. Aussi recentre-t-il les réflexions aux frontières métropolitaines de l’Est et à la ligne Maginot, conduisant à la disparition de l’embryonnaire CDTM que remplace l’état-major de la VIe région militaire, tandis que subsiste le CTF chargé de mettre sur pied un plan de modernisation de la fortification existante, et d’informer l’Alliance atlantique des avancées pratiques. Sans surprise, le Conseil supérieur de la guerre se prononce favorablement sur le dossier et la loi de finances votée le 8 janvier 1951 allouant un budget de 2 milliards au projet de restauration et de modernisation de la ligne Maginot.

L’heure de l’action : fortification permanente contre Rideau de fer ?

18Rapidement, les premiers travaux s’engagent sur le terrain, priorité étant donnée aux gros ouvrages de Basse-Alsace, au tronçon Bréhain-Molvange en Lorraine du Nord et au système d’inondation du secteur sarrois, en commençant par le barrage de Moderbach. Les premiers marchés d’adjudication s’ouvrent, naturellement réservés aux entreprises françaises, et des centaines d’ouvriers confinés au secret occupent les premiers chantiers.

  • 4 Avec ouverture de part et d’autre de la muraille.
  • 5 Affût de casemate à pivot fictif, avec refouloir semi-automatique et équilibrage par contrepoids. L (...)
  • 6 Étude entreprise dès 1949 par le lieutenant-colonel Roubinet.

19Parallèlement, le CTF – présidé par le général Dromard – dresse l’inventaire des modifications à apporter aux ouvrages fortifiés. Ainsi imagine-t-on entre autres d’équiper les tourelles de mitrailleuses de bazooka ou de canons sans recul 4 ; de remplacer les 75 de casemate par des obusiers de 105 mm 5 ; de reporter électroniquement dans les PC souterrains des ouvrages, les observations faites à partir des observatoires, via des caméras ; ou encore de remplacer les grilles d’aération des façades par un dispositif de prises d’air sous rocaille 6. De fait, les membres du CTF ne manquent ni d’ingéniosité, ni d’imagination, dans la difficile entreprise qui est la leur : faire du neuf avec du vieux et à moindre coût.

20Certes, les travaux engagés n’ont rien de comparable avec les chantiers ouverts dans l’entre-deux-guerres, mais les entreprises dispersées sur le terrain ne chôment pas. Au Hochwald, au Billig ou encore au Four à Chaux, les tourelles sont démontées pièce par pièce, réparées en usine avant d’être réinstallées dans leurs puits d’origine. De leur côté, les services du génie constituent de solides équipes locales, composées d’officiers ayant l’expérience des fortifications ; un bataillon mixte d’équipage d’ouvrage, le 37e BEO est même formé en 1952 ! À la VIe région militaire, les tacticiens ne sont pas en reste : la constitution d’un « secteur de défense nord-est » (position de Lorraine, champ de bataille d’Alsace, position du Jura) entraîne l’annulation de la notion de secteur fortifié héritée de 1940 et la création d’une Commission d’artillerie de forteresse, chargée d’établir de nouveaux documents de tir.

21Les années 1951-1953 apparaissent donc comme les compagnes de tous les défis, de toutes les ambitions…

221954 marque l’acmé de cette période faste et l’engagement militaire français en Algérie porte un coup sérieux au projet : entre 1954 et 1956, les budgets sont brutalement divisés par quatre. L’on décide finalement de conserver les vieux 75 de casemate avant d’envisager la condamnation pure et simple des casemates d’artillerie. Les ingénieurs renoncent également à l’installation d’équipements de vidéosurveillance, de canons sans recul sous cuirasse. Lentement, dans les bureaux parisiens comme sur le terrain, le projet se meurt discrètement, alors que la ligne Maginot est loin d’avoir retrouvé son état de 1940, ne serait-ce que sur les chantiers prioritaires. Certes, les sites du tronçon fortifié thionvillois font bonne figure, mais les ouvrages alsaciens portent encore de lourdes cicatrices dans leurs entrailles. En quelques années, l’idée d’une réactivation de la ligne Maginot a vécu.

23La guerre d’Algérie n’est pas seule responsable de ce désintérêt, que celui de l’OTAN pour le réemploi de ce type d’infrastructure a finalement motivé. En effet, il faut se rappeler que le CTF devait se tenir à disposition des cadres de l’Alliance, or, si les aides de plan Marshall ont contribué à réactiver la ligne Maginot, jamais le commandant en chef des Forces terrestres alliées Centre-Europe – état-major interallié installé à Rocquencourt depuis 1951 – n’a motivé le moindre intérêt aux travaux engagés par les Français. Loin des perspectives hexagonales, les Américains se contentent simplement d’occuper les souterrains de l’ouvrage de Rochonvillers (PC CENTAG) en 1954, les Canadiens du 601e escadron de télécommunication s’installant au petit ouvrage du Kerfent.

24Ce n’est pourtant que le 20 juin 1960 que le 3e bureau de l’état-major de l’armée française déclare que les fortifications du nord-est n’ont plus aucun rôle à jouer dans les plans de l’OTAN, et il faut attendre le 17 octobre 1960 pour que le chef d’état-major de l’armée décide de « ne plus utiliser les fortifications françaises du nord-est en tant que position défensive destinée à interdire par le feu l’accès d’une portion de territoire ou à canaliser la progression de l’adversaire ». Sept mois plus tôt, la première bombe atomique française explosait à Reggane, dans le Sahara. Une arme de dissuasion en chasse une autre. Officiellement cette fois, la ligne Maginot emprunte les voies d’un destin qui se veut décidément des plus incertains.

Une forteresse abandonnée ?

25De projets mort-nés en embryons de réflexions, la réactivation de la ligne Maginot a entraîné beaucoup de rapports pour peu de réalisations effectives. Jusqu’à la fin de la guerre froide, la position de l’autorité militaire évolue entre plans de démantèlement et réoccupations, oscillation cyclique au gré des pics de crise de la guerre froide. Des crédits importants ont été engagés dans une réhabilitation inutile, il importe donc de gérer le dossier avec prudence.

Du secret-défense aux adjudications publiques

26Dans l’immédiat, les gros ouvrages ne sont pas abandonnés, et certains forment des « zones de maintien de résistance prolongée » jusqu’au milieu des années 60, tel le Simserhof.

27À Paris, le CTF – en sursis – réfléchi à « la possibilité d’utilisation des ouvrages de la ligne Maginot comme dépôts souterrains », à l’heure où les États-Unis lancent un vaste programme de construction de bases de lancement protégées, et que l’OTAN conduit des études similaires pour engins non pilotés. Plans à l’appui, un projet de transformation d’un tronçon de fortification – ouvrages de Rochonvillers, Molvange et Soetrich – en PC type OTAN est défendu dès 1961, projet présentant l’avantage de la dispersion et de l’économie des coûts de construction. On parle même de stocker des pièces d’avions dans certains ouvrages dont la garde serait confiée à la Bundeswehr ! Le retrait de la France des organismes intégrés de l’OTAN en 1966 avorte une fois encore ces beaux projets et l’idée de l’abandon fait son chemin, même si elle n’est pas complètement neuve !

28Dès 1946, en effet, l’autorité militaire s’est séparée d’une bonne partie des camps de sûreté et de l’infrastructure logistique du dispositif, loués ou vendus aux entreprises sidérurgiques et minières locales. Jusqu’ici cependant, jamais il n’avait été question de céder le moindre blockhaus.

29Dans un ultime baroud d’honneur, le CTF – dissous en 1962 – plaide pour une conservation des gros ouvrages. Ses considérations sont prises en compte par le ministre des Armées, qui opte pour la conservation des ensembles importants et la constitution de sous-commissions chargées d’établir des listes de proposition de déclassement, touchant tant la fortification de campagne (MOM) que les monolithes plus importants (CORF) s’étendant dans les intervalles des gros ouvrages. Les premières circulent en 1965, suivies des premiers décrets nominatifs de déclassement, et des procès-verbaux de remise à l’administration des Domaines.

30Parallèlement, les zones de servitude des ouvrages importants voient leur échelle se compresser de la 1re à la 3e zone, tandis que les ouvriers civils du génie affectés à l’entretien des sites sont reclassés, leurs aînés bénéficiant de mesures de préretraites. À l’aurore des années 1970, l’armée cesse l’entretien des derniers ouvrages.

31Entre-temps, faisant suite aux discrètes ventes de blockhaus MOM, les premières casemates CORF sont vendues au cours d’une adjudication publique, avant-garde d’une longue série.

Le démantèlement de la ligne Maginot

32À la fin des années 1960, la procédure est simple : les sites remis à l’administration des Domaines sont dans un premier temps proposés aux communes sur le ban desquelles ils se trouvent. Faute d’accord, les immeubles en question sont alors proposés au plus offrant, à la faveur de ventes aux enchères publiques, représentant la majorité des actes de vente. Le 7 novembre 1968, la casemate de Laix (Meurthe-et-Moselle) est la première unité CORF à être aliénée au cours d’une adjudication publique où les paysans acquièrent sans peine les parcelles expropriées 40 ans plus tôt. L’Alsace et la Moselle connaissent leurs premières aliénations en 1970, et les ventes explosent l’année suivante !

33Les gazettes locales et quelques grands quotidiens nationaux se font l’écho de ces ventes particulières, et il n’en faut pas davantage
aux notables japonais, américains et autres
philanthropes farfelus pour débarquer en Lorraine : les mises à prix sont multipliées par 5, voire par 10, au grand dam des exploitants locaux.

34En trente ans, plus de la moitié des petits ouvrages d’infanterie, 85 % des monolithes CORF et 95 % de la fortification MOM ont été vendus, parfois directement aux communes, mais dans 70 % des cas à l’occasion de ventes à l’encan. Quelques sites ont connu l’explosif et le chalumeau des ferrailleurs, une poignée d’autres une réinsertion civile, mais la majorité n’ont été que le prétexte d’une acquisition foncière et ont rapidement revêtu l’épaisse gangue végétale de l’oubli. Aujourd’hui, seuls quelques centaines d’hectares de dépendances diverses constituent encore une nuée d’archipels militaires, dispersés au voisinage des frontières de l’Est : l’emprise des gros ouvrages.

  • 7 Avec le concours financier de l’Institut franco-allemand de recherche de Saint-Louis.

35Abandonnés à la charnière des années 1960-70, seul l’ouvrage du Hochwald, concédé à l’armée de l’Air en 1957, est maintenu en activité sous l’égide du 1er corps aérien tactique. Dès lors, quelques sites sont utilisés comme terrains de manœuvre occasionnels tel Fermont ou le Grand Hohékirkel, l’ouvrage de Bréhain étant confié à la Direction de la section technique des bâtiments, fortifications et travaux, qui y réalise de 1972 à 1980 « des expérimentations sur la propagation du souffle dans les galeries » 7. Un an plus tard, les ouvrages de Rochonvillers et de Molvange sont à leur tour réoccupés par la 1re armée qui y installe un PC d’exercice. Au-delà de ces maigres reconversions stratégiques, excepté l’ouvrage du Kobenbusch vendu à EDF en 1981, suite à l’érection de la centrale nucléaire de Cattenom, les dix-neuf autres sites ne sortent pas immédiatement des préoccupations nationales. En 1985 – à l’heure de la bombe à neutrons, et alors que de part et d’autre du Rideau de fer, les fusées Pershing font face aux SS 20 soviétiques – l’idée d’utiliser les profondeurs de la ligne Maginot pour protéger les populations d’une menace chimique ou nucléaire fait son chemin. Des spécialistes se déplacent sur le terrain, une étude fouillée est constituée, mais une fois encore, les projets ne dépassent pas les traits de plume.

36En 1989, la fin de la guerre froide porte un coup sérieux aux raisons mêmes qui poussaient la Défense à conserver ces ouvrages. Le processus de professionnalisation des armées a achevé de rogner les liens abstraits qui maintenaient ces ensembles dans le giron militaire. Rochonvillers et Molvange sont évacués en 1999, le Schoenenbourg est vendu en 2001, le sort des ouvrages de Fermont, de Soetrich, du Galgenberg et d’Anzeling faisant l’objet de pourparlers avec les collectivités locales.

37Tributaire du contexte politico-stratégique, la ligne Maginot est ballottée depuis trois décades entre les sphères civiles et militaires. Promise à l’abandon, il s’est pourtant trouvé des hommes pour la faire parvenir jusqu’à nous.

La ligne Maginot et le tourisme militaire contemporain

38La constitution de dossiers d’aliénation des systèmes fortifiés contemporains a levé lentement le voile opaque qui recouvrait une architecture militaire aux noms célèbres mais aux contours souvent perçus de manière abstraite ou caricaturale.

39Ainsi le village fortifié de Villey-le-Sec (Toul) est-il pris en main par une association en 1960 tandis que la fortification verdunoise nourrit quelques projets touristiques, autour des forts de Vaux et Douaumont. Plus inattendu est l’engouement suscité par la ligne Maginot ne reposant que sur de frêles bases commémoratives, et pourtant…

40Il est coutume, dans les nombreux ouvrages effleurant cette question, de présenter pêle-mêle l’impact de l’œuvre de Roger Bruge et les premières initiatives pour « décrire » l’amorce de ce mouvement de sauvegarde. Nous discernons pour notre part quatre groupes d’acteurs ayant contribué à l’émergence de cette entreprise.

Une genèse bigarrée

Un cas particulier : l’armée 

  • 8 Rappelons que les exposés développés dans les années 1950 devant le CTF ne manquent pas de s’appuye (...)

41Soulignons tout d’abord les contacts établis entre le ministère de la Défense et son homologue de la Culture, au début des années 1960, pour la cession – dans le cadre d’un projet de conservation et de mise en valeur – d’un panel d’ouvrages Séré de Rivières… et de quelques casemates de la ligne Maginot, dont celle d’Oberroedern-nord, qui résista vigoureusement en juin 1940. L’initiative ne se concrétise certes pas, mais reflète cependant la prise de conscience, tout au moins de certains cadres militaires, du destin tragique de la fortification de 1940 8.

  • 9 Adjoint « fortification » de l’inspection du génie. Le général Forceville a supervisé, en 1934, la (...)

42Concrètement, la politique patrimoniale de l’autorité militaire se « limite » finalement à l’action de quelques officiers locaux. L’initiative du capitaine Philippe Truttmann est déterminante. Ultime professeur des fortifications à l’École supérieure technique du génie, cet officier obtient la conservation d’un tronçon complet de fortification in situ et d’un panel représentatif des matériels issus des systèmes fortifiés contemporains, qu’il fait entreposer – avec la bienveillance du général Forceville 9 – au cœur des ouvrages du Simserhof – converti en musée – et du Schiesseck, succursale du premier. Malheureusement, la suppression de son cours en 1969 et la politique d’aliénation engagée par le ministère de la Défense stoppent net son engagement. Le segment de ligne défensive qui n’a connu que quelques visites d’instruction est finalement démantelé au gré des adjudications publiques et seul le musée du Simserhof est entretenu par la Direction des travaux du génie (DTG) de Metz, sensiblement augmenté, un temps ouvert au public sur rendez-vous, puis régulièrement à la fin des années 1980. Le « Conservatoire de la fortification » a connu ces dernières mutations muséographiques suite à la convention signée en 2001 entre l’autorité militaire, la communauté de communes de Bitche et le Conseil général de la Moselle, convention concrétisée par un essai de professionnalisation de la gestion du site, source de nombreux débats.

Le pari des collectivités locales

43La ligne Maginot ne se résume cependant pas au site du Simserhof, aussi complet soit-il. Car si l’aliénation du système fortifié décidée par le ministère de la Défense conduit au démantèlement du « projet Truttmann », la vente des premiers ouvrages au début des années 1970 aboutit à une conséquence imprévue : la volonté des collectivités locales d’ouvrir « leurs forts » aux touristes.

44En 1950 déjà, le petit ouvrage de la Ferté (Ardennes) ouvrait ses portes au public, suite à l’érection d’un mémorial en l’honneur des 107 membres de l’équipage morts par asphyxie dans la nuit du 18 au 19 mai 1940.

45L’ouverture au public de la casemate de Marckolsheim (Bas-Rhin) en 1972, par un groupe d’anciens combattants et du site du Bambesh (Moselle) en 1974, à l’instigation du maire de la commune de Bambiderstroff, Ancillon, marque cependant le début de l’exploitation touristique de sites Maginot, sous-entendant des visites régulières et des efforts de communication.

  • 10 Décédé récemment, un monument commémoratif en l’honneur de monsieur Jost a été inauguré le 1er avri (...)

46Le Bambesch accueille une première vague de quelque 10 000 visiteurs en 1974, ce qui est considérable pour un site somme toute étriqué, et géré par une poignée de sapeurs-pompiers bénévoles. L’année suivante, le petit ouvrage de l’Immerhof (commune d’Hettange-Grande) ouvre à son tour sa grille aux touristes, suivi de l’abri de surface du Zeiterholz (commune d’Edling) courant 1975. L’initiative de la commune de Véckring – portée par son instituteur, Bellot, et le maire de la localité, Jost 10 – parachève cette série vertueuse, avec l’aboutissement favorable des pourparlers engagés avec l’autorité militaire en vue de l’ouverture au public du monstrueux Hackenberg, comptant dix-neuf blocs et quelque huit kilomètres de galerie.

47En quelque mois, la ligne Maginot – tenue au secret depuis sa construction – s’ouvre aux Français et au monde.

Pour une réhabilitation de la ligne Maginot in situ

  • 11 Par le biais de l’agence de voyages Vacances 2000.

48Naturellement, la publication des travaux de Roger Bruge ne compte pas pour rien dans cette effervescence liminaire, lui qui arpente dès 1973 les points chauds du dispositif à la tête d’une délégation de VIP, dans le cadre de la promotion du 1er tome de son Histoire de la ligne Maginot 11. De fait, parallèlement aux collectivités locales, certaines associations constituées se réclament du plaidoyer engagé par Roger Bruge en faveur d’une réhabilitation des troupes de forteresse.

49Le cas de la sauvegarde de l’ouvrage de Fermont est à ce propos particulièrement symptomatique. Initié au début des années 1970 par le directeur des mines de Bazailles, Georges Maistret – fasciné par le destin de la fortification – avec le partenariat attentif de Roger Bruge, le projet de préservation d’un gros ouvrage se concentre très vite sur le site de Fermont, qui déjoua une violente attaque la veille de la signature de l’armistice, et de fait présenté comme un symbole de résistance.

  • 12 Déclaration formulée aux Invalides, au cours de l’inauguration d’une première plaque, en 1979.

50Un musée de la ligne Maginot y est inauguré en 1979, et un mémorial l’année suivante, à l’occasion du 40e anniversaire des combats de 1940, dont la plaque de marbre immortalise la déclaration du secrétaire d’État aux Anciens combattants, Maurice Plantier, s’adressant aux vétérans de la ligne Maginot l’année précédente : « Vous êtes les premiers résistants. » 12 L’Association des amis de la ligne Maginot d’Alsace suit cette voie en 1978.

Les anciens combattants

51Le site de la Ferté exaltait jusqu’ici les martyrs de la ligne Maginot, le mémorial de Fermont fraîchement inauguré arrache le corps des troupes de forteresse au désastre de1940, pour le poser en précurseur de la victoire finale. Martyrs et résistants : les bases historiographiques et mémorielles de la réhabilitation sont jetées, sur le papier comme sur le terrain. Revenons rapidement sur le parcours des anciens et leur rôle dans l’émancipation du tourisme militaire contemporain.

52En 1945, les vétérans de la ligne ne sont qu’une poignée dans l’immense flot désorganisé des soldats de 40 de retour de captivité, eux-mêmes incapables de constituer un groupe mémoriel revendicatif, devant l’atrocité de l’holocauste ou le sacrifice récent des héros de la Libération.

53Pourtant, les anciens du béton s’organisent rapidement, certains effectuant simplement un pèlerinage sur les superstructures de leurs ouvrages, d’autres se regroupant dès 1946 autour du souvenir de l’offensive du Warndt. En 1952, l’Association s’étend au secteur fortifié de Faulquemont, pour devenir enfin l’Association nationale des anciens combattants de la ligne Maginot (ANACLM) en 1975 : l’œuvre de Roger Bruge et l’ouverture des premiers ouvrages redynamisent l’organisation, qui d’une part, se pose en sentinelle de la mémoire, et d’autre part, s’engage directement dans la préservation du béton en créant le Comité de coordination des anciens et amis de la ligne Maginot en 1979. Les anciens deviennent indissociables de toutes les commémorations, intégrant les conseils d’administration, conduisant les visiteurs 30 mètres sous terre, se recueillant devant les stèles qui fleurissent tout au long des années 1980.

La sauvegarde de la ligne Maginot : bilan

54Avec près de 250 000 visiteurs en 2003, la ligne Maginot est devenue en trente ans un pôle patrimonial en Lorraine comme en Alsace. Entre 1980 et 2003, l’activité touristique et commémorative liée au système fortifié a été multipliée par trois. Les succès initiaux, le développement historiographique touchant la fortification contemporaine depuis Bruge et l’évolution significative de la pratique commémorative et patrimoniale qui touche nos sociétés occidentales ont marqué l’ascendance de cette évolution. Tant est si bien que l’on ne se demande plus aujourd’hui s’il est viable d’exploiter un site fortifié dans une perspective touristique et économique, mais au contraire si trop d’ouvrages n’ont pas été ouverts au public ! Il y a débat.

55Au-delà du bilan numérique, quelle synthèse structurelle et conjoncturelle peut-on dresser de ses trois décennies ?

56Celle de la diversité tout d’abord : l’hétérogénéité originelle décrite précédemment, la diversité des objectifs culturels et les concurrences locales qui en ont découlé, ont handicapé d’emblée le mouvement de sauvegarde. Les organismes fédérateurs constitués a posteriori n’ont guère résisté : entre autres exemples, le Comité de coordination créé par l’ANACLM perd toute consistance dès le milieu des années 1980, et les tentatives de cohésions locales ne connaissent pas meilleure fortune. Dernière née, la Fédération des associations de sauvegarde de la fortification (FASF) tient fermement son cap depuis 1997, et une série de mutations récentes laisse de ce fait augurer l’avenir avec un certain optimisme.

57La création d’une Commission défense-association en 2002 restaurant un dialogue officiel entre l’autorité militaire et le monde associatif – par le biais de la FASF ; la prise de conscience du potentiel culturel et touristique de la fortification contemporaine par les instances départementales, régionales et nationales – au travers de la DMPA (Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives) ; enfin, l’expérience acquise par les associations de sauvegarde sur le terrain, conduiront peut-être à la refondation d’une politique muséographique cohérente, où chaque site pourrait constituer de par ses spécificités, la pièce du gigantesque puzzle d’une route des fortifications.

Conclusion

58Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la ligne Maginot n’est plus perçue que comme un symbole de désillusion, alors qu’in situ, il n’en reste qu’une épave. Déchue, la France pense y voir un temps un pis-aller dissuasif apte, mutatis mutandis certaines modifications et un plan de remise en état, à jouer un rôle dans l’organisation défensive de l’Alliance atlantique. L’explosion de la première bombe atomique française coupe définitivement court à cette illusion. Lentement, la ligne Maginot sort des préoccupations militaires et disparaît des cartes domaniales de l’armée pour enrichir les bans communaux et les propriétés privées. Elle semble condamnée à l’oubli.

59La détermination d’une poignée d’acteurs locaux contre une destinée décidément alambiquée.

60Aujourd’hui, du Grand-Est aux Alpes, quelque 300 000 visiteurs arpentent blockhaus et galeries de la fameuse « Muraille de France ». Le mythe de son inutilité reste certes bien ancré dans la mémoire collective, mais une part du mystère qui la desservait est désormais dissipé, ce qui est déjà beaucoup.

Haut de page

Notes

1 Composant la ligne principale de résistance et conçus par la Commission d’organisation des régions fortifiées, créée en 1927 et dissoute en 1935.

2 Blockhaus implantés en complément de la ligne principale de résistance, conçus par la main-d’œuvre militaire sous diverses formes de 1935 à 1940.

3 Le général Fortin dispose d’un budget annuel d’environ 100 000 € valeur 2001.

4 Avec ouverture de part et d’autre de la muraille.

5 Affût de casemate à pivot fictif, avec refouloir semi-automatique et équilibrage par contrepoids. L’inspecteur-général Carougeau est responsable de ce projet.

6 Étude entreprise dès 1949 par le lieutenant-colonel Roubinet.

7 Avec le concours financier de l’Institut franco-allemand de recherche de Saint-Louis.

8 Rappelons que les exposés développés dans les années 1950 devant le CTF ne manquent pas de s’appuyer sur l’ouvrage du lieutenant-colonel Rodolphe, Combats dans la ligne Maginot (Poisot, 1949) – relatant le bombardement des ouvrages du Hochwald et du Schoenenbourg par les Stukas et un mortier de 420 mm en juin 1940 – comme gage de solidité du système fortifié en vue de sa réutilisation.

9 Adjoint « fortification » de l’inspection du génie. Le général Forceville a supervisé, en 1934, la construction des ouvrages du secteur fortifié de Maubeuge et a appartenu en 1936 à l’équipe Drecq envoyée en Tchécoslovaquie, en soutien à l’édification de son système de fortification tourné contre l’Allemagne.

10 Décédé récemment, un monument commémoratif en l’honneur de monsieur Jost a été inauguré le 1er avril 2004, devant l’entrée des munitions de l’ouvrage du Hackenberg.

11 Par le biais de l’agence de voyages Vacances 2000.

12 Déclaration formulée aux Invalides, au cours de l’inauguration d’une première plaque, en 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Seramour, « Histoire de la ligne Maginot de 1945 à nos jours », Revue historique des armées, 247 | 2007, 86-97.

Référence électronique

Michaël Seramour, « Histoire de la ligne Maginot de 1945 à nos jours », Revue historique des armées [En ligne], 247 | 2007, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 24 mai 2016. URL : http://rha.revues.org/1933

Haut de page

Auteur

Michaël Seramour

Titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un DEA, il est doctorant à l’université Paul Verlaine de Metz. Son étude intitulée La ligne Maginot de 1945 à nos jours a été publiée aux éditions Gyss en 2006.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org