Navigation – Plan du site
Lectures

Mikhail Narinski, Élisabeth du Réau, Georges-Henri Soutou et Alexandre Tchoubarian (dir.), La France et l’URSS dans l’Europe des années 1930

Éditions PUPS, Paris, 2005, 192 pages
Anne-Aurore Inquimbert
p. 138

Texte intégral

1La collection « Mondes contemporains » des Presses de l’université Paris-Sorbonne aborde avec cet ouvrage un sujet peu traité par l’historiographie française : les relations entre la France et l’Union soviétique dans les années 1930. Les dix contributions réunies ici nous invitent à appréhender ces relations sous des angles différents (politique, diplomatique, économique et bien évidemment militaire) mais surtout selon des perceptions et des sources différentes : en l’occurrence celles de cinq historiens français et celles de cinq historiens russes. Légitimées tout d’abord par le traité de non-agression de novembre 1932 puis par le traité bilatéral de mars 1935, les relations avec l’Union soviétique sont marquées en France, comme l’écrivait Sophie Cœuré dans une précédente étude (La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939), par la difficulté de « concilier la méfiance persistante avec des relations officielles devenues amicales ». Même si les ambitions françaises motivant ces deux traités ont évolué, passant « d’une stratégie d’action éventuelle, appuyée sur des considérations militaires à une stratégie de dissuasion purement politique » (Georges-Henri Soutou), les militaires français restent, en majorité, hostiles à toute forme d’alliance avec l’URSS (Frédéric Guelton). En outre, la question de la traversée de la Lituanie et surtout de la Pologne par les troupes soviétiques ne sera jamais tranchée, remettant ainsi en cause toute intervention russe au profit de la Tchécoslovaquie et de la France en cas d’agression allemande. Mikhail Karinski insiste sur la différence d’appréciation des deux gouvernements quant à la forme que devait prendre la coopération militaire. L’année 1936 voit les deux pays adopter des politiques divergentes face à la guerre d’Espagne. Et lorsque la France opte ouvertement pour la politique britannique de rapprochement avec les nationalistes espagnols, la rupture est consommée. On notera, enfin, l’originalité des deux chapitres consacrés au mouvement pacifiste « Amsterdam-Pleyel » (Jacques Bariéty et Alexandre Réviakine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Aurore Inquimbert, « Mikhail Narinski, Élisabeth du Réau, Georges-Henri Soutou et Alexandre Tchoubarian (dir.), La France et l’URSS dans l’Europe des années 1930 », Revue historique des armées, 247 | 2007, 138.

Référence électronique

Anne-Aurore Inquimbert, « Mikhail Narinski, Élisabeth du Réau, Georges-Henri Soutou et Alexandre Tchoubarian (dir.), La France et l’URSS dans l’Europe des années 1930 », Revue historique des armées [En ligne], 247 | 2007, mis en ligne le 23 juillet 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/2203

Haut de page

Auteur

Anne-Aurore Inquimbert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org