Navigation – Plan du site
Document

Les journaux de marches et opérations (JMO) des unités de la mission française près des forces américaines : une mémoire partagée (1917-1919)

Michel Roucaud
p. 88-91

Texte intégral

  • 1 Becker (Jean-Jacques), Berstein (Serge), Victoire et frustrations, 1914-1924, Nouvelle histoire de (...)
  • 2 Pour l’histoire des unités prévôtales françaises pendant la Grande Guerre, voir : Buchbinder (Olivi (...)

1Après la rupture des relations diplomatiques entre l’Allemagne et les États-Unis, le 3 février 1917, les Américains entrent en guerre aux côtés des alliés le 2 avril 1. Près de deux millions de sammies débarqueront en France de 1917 à 1919. La 1re division d’infanterie américaine (DIA ou DIUS) est la première à arriver à Saint-Nazaire le 26 juin 1917. Une mission militaire française près l’armée américaine, sous les ordres du général Ragueneau, est alors mise en place. Composée d’officiers de liaison, d’ordonnances, d’interprètes et d’officiers d’artillerie, cette mission détache des éléments à chaque échelon (armée, corps d’armée et divisions). Le 13 septembre 1917, sous l’impulsion du général Ragueneau, est créée au sein de la mission une prévôté avec à sa tête le capitaine Soum. Ce dernier, dans le but d’encadrer les troupes américaines, développe des unités prévôtales qui forment la Military Police. Celle-ci est composée de soldats sans expérience ni formation en matière prévôtale 2.

  • 3 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la mission militaire française près l’armée américaine.
  • 4 Ces JMO sont conservés dans la sous-série 26 N des fonds du SHD/DAT. À ces documents, il faut ajout (...)
  • 5 SHD/DAT, 26 N 8, JMO.

2Comme toutes les unités françaises, les éléments de la mission française sont soumis à la réglementation en vigueur en ce qui concerne la rédaction des journaux de marches et opérations. Conformément à l’instruction du 8 décembre 1874 portant sur la rédaction des historiques des corps de troupe 3, cesdocuments portent le nom de « journal de marches et opérations » et doivent comporter des informations dans les domaines suivants : effectif au jour du départ ; mise en route ; bivouac ou cantonnements ; reconnaissance ; combats ; pertes ; récompenses ; actions d’éclats ; situations. Les unités de la mission tiennent à jour ces documents. Le département de l’armée de Terre du Service historique de la Défense (SHD) conserve 18 453 journaux de marches couvrant la Première Guerre mondiale 4 dont 53 sont issus de la mission 5.

  • 6 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la 92e DIUS pendant la campagne contre l’Allemagne du 25 juin 1918 au 2 fév (...)

3Si les JMO des unités prévôtales ne portent que sur la situation de celles-ci, les JMO des missions auprès des grandes unités s’intéressent aux marches et opérations américaines. Les officiers de liaison, chefs de mission, reçoivent d’ailleurs en 1917 une instruction particulière pour la tenue de ces documents : « Les agents de liaison tiennent à jour un très bref journal de marche dans lequel ils notent au jour le jour les opérations, déplacements, exercices importants, mutations des officiers généraux et des colonels, événements divers très notables. Ce journal est également apporté à chaque voyage à la mission. » 6

4Dans les fonds du SHD, 26 divisions d’infanterie américaines ont fait l’objet de JMO. Les officiers de liaison français ont donc écrit des pages de l’action des troupes américaines en France. Intéressons-nous, à titre illustratif, à deux de ces divisions : la 89e et la 92e. La composition des unités est tout d’abord détaillée.

  • 7 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la 89e DIUS depuis son débarquement en France.
  • 8 SHD/DAT, 26 N 8,op.cit.

« La 89e division américaine a été constituée en Amérique vers le mois de décembre 1917. Appelée à fournir au début de 1918, un renfort de 15 000 hommes, elle n’a été définitivement reconstituée que vers la fin d’avril 1918. Deux brigades d’infanterie la composent : les 177e et 178e comprenant les 353e, 354e, 355e et 356e régiments d’infanterie. Trois bataillons de mitrailleurs : 340e (bataillon divisionnaire), 341e et 342e (bataillons de brigades). Plus le 314e régiment du génie et le 314e signal corps (unité des transmissions) 7. La 92e est composée de la 183e et 184e brigade » 8.

  • 9 Idem.

5Les créations des missions de liaison sont ensuite abordées.
Pour la 89e :
« 27 juin 1918 :
Date de l’arrivée de l’officier de liaison adjoint lieutenant Vaugelzer
3 juillet 1918 :
Date de l’arrivée du chef de groupe des informateurs, commandant de Larade.
4 juillet 1918 :
Arrivée de 12 officiers français informateurs
9 juillet 1918 :
Arrivée du capitaine Thierry Meg, officier de liaison.
 » 9

  • 10 Idem.

6Pour la 92e :
« 27 juin 1918 :
Constitution de la mission française par l’arrivée du sous-lieutenant Locande
. » 10

  • 11 Idem.
  • 12 Idem.

7Puis, les auteurs donnent la composition des commandements jusqu’au grade de colonel. Par exemple, la 89e DIUS est commandée le 26 juin 1918 par le brigadier général Winn et la 92e par le général de division Ballon, le 25 juin 1918. Il apparaît ensuite que les divisions américaines reçoivent une instruction avant de monter en première ligne.
« 23 juin 1918 :
Une fois installée dans la zone d’instruction, la 89
e division a continué son entraînement suivant un programme du GQG américain (durée 4 semaines). » 11
« 12 juillet 1918 :
Manœuvre de la DI [92
e], exercice de liaison avec infanterie représentée.
16 juillet 1918 :
Manœuvre, 183
e brigade, même idée.
17 juillet 1918 :
Manœuvre, 184
e brigade, même idée.
19 juillet 1918 :
Manœuvre de la DI, même idée.
23 juillet 1918 :
Manœuvre, 183
e brigade, même idée.
24 juillet 1918 :
Manœuvre, 184
e brigade, même idée.
26 juillet 1918 :
Manœuvre de la DI, passage de l’offensive à la défensive par l’occupation du terrain conquis.
30 juillet 1918 :
Manœuvre, 183
e brigade, retraite-couverture.
31 juillet 1918 :
Manœuvre, 184
e Brigade, retraite-couverture.
2 août 1918 :
Manœuvre de division, marche d’approche et déploiement
. » 12

  • 13 Idem.
  • 14 Idem.

8Le transport des troupes vers les zones de combats est mentionné :
« 3 août 1918 :
La 89
e division d’infanterie US est transportée par camions entre les 3 et 5 août dans la zone Lay St Rémy à 10 km à l’ouest du la zone du QG de la division d’infanterie Lagney. Les éléments montés ont fait mouvements la veille par voie de terre (2 étapes). » 13
« 12 août 1918 :
La DIUS [92
e] fait mouvement : les troupes sont transportées en camions automobiles de la zone de la Bourbonne à la zone de Bruyère (Vosges) ; les équipages font route par voie de terre.
19 août au 25 août 1918 :
Formation de bataillons mixtes par enrôlement d’unités américaines à des unités de la 87
e DI française.
24 août au 30 août 1918 :
La DIUS occupe progressivement le secteur de Saint-Dié qu’elle tient en son entier à partir du 30 août.
 » 14

  • 15 Idem.
  • 16 Idem.

9Les combats sont rapportés :
« 89e : 9 août 1918 :
Les unités de 1
re ligne des 354e et 355e régiments d’infanterie ont subi à deux reprises dans la nuit du 8 au 9 août, un violent bombardement par obus à gaz. 700 évacuations (40 morts). » 15
« 10 novembre 1918 :
La II
e AUS (armée américaine), sous les ordres de laquelle la 92e DIUS se trouve depuis quelques jours, donne à 4 h l’ordre d’attaquer sur tout le front de la division à 7 heures. Le bois de Cheminot puis celui de la Voivrotte sont occupés dans la matinée. Au cours de l’après-midi, le bois Fréhaut tombe entre les mains du 365e RIUS (régiment d’infanterie US). Une dizaine de prisonniers tombe entre les mains des Américains. » 16

  • 17 Idem.

10Le 11 novembre 1918, les combats sont suspendus :
« 92e : 11 novembre 1918 :
L’attaque doit être poursuivie à partir de 7 heures. Elle reprend mollement, bientôt complètement arrêtée par la nouvelle de la signature de l’armistice, apprise peu avant 8 heures. Les troupes demeurent sur la ligne occupée la vieille au soir, lisière nord des bois précités.
 » 17

  • 18 Idem.

11Tout au long de la lecture de ces JMO, les mutations et nouvelles affectations des cadres supérieurs français et américains sont rapportées, ainsi que les nouveaux rattachements organiques des divisions. Il est à constater que le retour des sammies au pays est rapidement organisé. Avant même le début de la conférence de paix, qui se tient le 18 janvier 1919, la 92e est regroupée pour le départ :
« Du 1er au 20 janvier 1919 :
La division se trouve stationnée dans la région du Mans prête à être embarquée pour le Forwarding camp du Mans. De là, elle sera dirigée sur Brest. À la date du 15, seule la 184e brigade est installée au camp ci-dessus.
29 janvier 1919 :
Le général Pershing passe au Mans une revue de troupes de la 92e division présentée par le brigadier général Erwin commandant la division et le brigadier général Blandin commandant la 184e brigade d’infanterie. À partir de ce moment, les régiments sont embarqués pour Brest d’où ils gagneront les États-Unis d’Amérique. Les différents membres de la mission se séparent de leurs unités  suivant les ordres reçus et sont dirigés sur Chaumont (ordonnances, interprètes, officiers d’artillerie) et sur Faverny (officiers de liaison). » 18

12De l’étude de ces documents, il ressort bien que des officiers français ont partagé l’histoire des troupes américaines.

Haut de page

Notes

1 Becker (Jean-Jacques), Berstein (Serge), Victoire et frustrations, 1914-1924, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome 12, Le Seuil, Paris, 1990.

2 Pour l’histoire des unités prévôtales françaises pendant la Grande Guerre, voir : Buchbinder (Olivier), Gendarmerie prévôtale et maintien de l’ordre sur le front occidental, 1914-1918, Service historique de la Gendarmerie nationale, Maisons-Alfort, 2003. Voir aussi : Rakoto (André), « Les prévôtés françaises près des unités américaines (1917-1919) », Revue historique des armées, numéro spécial gendarmerie, 1998.

3 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la mission militaire française près l’armée américaine.

4 Ces JMO sont conservés dans la sous-série 26 N des fonds du SHD/DAT. À ces documents, il faut ajouter les JMO 14-18 conservés au SHD/DAA dans la sous-série 1 A et les journaux de bord et de navigation du SHD/DM conservés dans la sous-série SSY.

5 SHD/DAT, 26 N 8, JMO.

6 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la 92e DIUS pendant la campagne contre l’Allemagne du 25 juin 1918 au 2 février 1919.

7 SHD/DAT, 26 N 8, JMO de la 89e DIUS depuis son débarquement en France.

8 SHD/DAT, 26 N 8,op.cit.

9 Idem.

10 Idem.

11 Idem.

12 Idem.

13 Idem.

14 Idem.

15 Idem.

16 Idem.

17 Idem.

18 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Roucaud, « Les journaux de marches et opérations (JMO) des unités de la mission française près des forces américaines : une mémoire partagée (1917-1919) », Revue historique des armées, 246 | 2007, 88-91.

Référence électronique

Michel Roucaud, « Les journaux de marches et opérations (JMO) des unités de la mission française près des forces américaines : une mémoire partagée (1917-1919) », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 23 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/2263

Haut de page

Auteur

Michel Roucaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org