Navigation – Plan du site
Variations

La France et les exportations d’armements au Proche-Orient de la fin de la guerre d’Algérie à la première guerre du Golfe

Jacques Frémeaux
p. 110-119

Résumés

Les exportations d’armements en direction du Moyen-Orient ont longtemps constitué un volet important de ce qu’il était convenu d’appeler « la politique arabe de la France ». La construction d’une industrie d’armements indépendante a été une constante des gouvernements de la IVe République et des débuts de la Ve. En outre, de par sa situation internationale, les industries de guerre françaises ne connaissent pas les limitations, ou, du moins, les réserves imposées aux industries allemande et japonaise. Il est logique que, dans ces conditions, le poids économique de la France, qui a dépassé celui du Royaume-Uni dans les années 1970, en fasse, à partir de cette époque, le troisième exportateur d’armes mondial. Pendant longtemps, Israël est, pour des raisons politiques, le principal (voire le seul) client de la France dans le monde arabe. Cependant, au début de 1970, la vente de 110 Mirage à la Libye symbolise les nouvelles orientations du commerce français. L’Irak s’équipe également en Mirage à partir de 1972. Enfin au cours des années 1980, le Moyen-Orient occupe une place fondamentale dans les exportations françaises. Avec la première guerre du Golfe, ces exportations connaissent un net ralentissement ; ce qui, au fond, va mettre un terme aux ambitions et aux illusions d’une certaine politique arabe de la France.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

armement
Haut de page

Texte intégral

  • 1 PUF, 1995, 328 pages.

1Les exportations d’armements en direction du Moyen-Orient ont longtemps constitué un volet important de ce qu’il était convenu d’appeler « la politique arabe de la France ». Nous livrons ici quelques éléments inédits d’une recherche menée dans le cadre de notre livre La sécurité de la France et le monde arabe 1. Cette recherche mériterait évidemment d’être prolongée. Il nous semble pourtant qu’elle permet d’éclairer les bouleversements auxquels il a été donné d’assister depuis une dizaine d’années d’une manière qui ne manque pas d’intérêt.

L’importance du commerce des armes

  • 2 Centre d’histoire de l’aéronautique et de l’espace, Commémoration du XLe anniversaire du premier vo (...)
  • 3 Fiche SIRPA, dossier d’information, s.d.

2La construction d’une industrie d’armements indépendante a été une constante des gouvernements de la IVe République et des débuts de la Ve : par exemple, le Mirage III de Dassault, équipé de réacteurEs SNECMA, de radars CSF et de missiles Matra, dont les premières études remontent à 1953, et le premier vol à 1956, entre en service dans l’armée de l’Air française en 1961 2. La part du secteur public est importante. La coordination est effectuée par la Direction ministérielle pour l’armement, créée par décret du 5 avril 1961 et devenue la Délégation générale pour l’armement (DGA) par décret du 5 février 1977, qu’il s’agisse d’études, de fabrication, de coopération et de contrôle de la coopération et des ventes et achats. Elle coiffe également les établissements publics et directions techniques chargées directement de la fabrication industrielle (GIAT pour les armements terrestres ; CEA et sa direction des applications militaires DAM) 3. Des restructurations aboutissent à la création de groupes plus puissants (SNECMA, Thomson CSF en 1968, Aérospatiale en janvier 1970, Dassault-Bréguet aviation en décembre 1971). Les crédits accordés à la recherche en matière nucléaire ont stimulé les activités annexes. Enfin, de par sa situation internationale, les industries de guerre françaises ne connaissent pas les limitations, ou, du moins, les réserves imposées aux industries allemande et japonaise.

  • 4 Chiffres officiels du ministère de la Défense reproduits dans P. Marion, Le pouvoir sans visage, le (...)
  • 5 Hébert (J.-P.), Les ventes d’armes, Syros/alternatives, 1988, p. 21.

3Il est logique que, dans ces conditions, le poids économique de la France, qui a dépassé celui du Royaume-Uni dans les années 1970, en fasse, à partir de cette époque, le troisième exportateur d’armes mondial. La progression est néanmoins impressionnante : entre 1971 et 1980, le chiffre d’affaires de la production d’armements aux exportations passe de 3 à 35,5 milliards de francs, pour culminer à 61 milliards en 1984, et demeurer encore à 34 milliards en 1987, ce qui, avec correction de la hausse des prix, signifie un quadruplement ; le pourcentage des exportations dans le chiffre d’affaire total de la production d’armements passe de 19 en 1970 à 30 % en 1973 et 40 % en 1978, pour culminer à 42 % en 1985-1986 4 ; en 1980, la moitié de la production de matériel aéronautique, le tiers des armements terrestres, 17 % des armements navals sont exportés 5. La fabrication des armements, elle-même très liée à des industries civiles de pointe (informatique, électronique, aviation civile, secteur aérospatial), représente un potentiel de près de 300 000 salariés.

  • 6 « Exportation de matériels d’armement », Revue de Défense nationale, janvier 1971, p. 141-143.
  • 7 Carlier (Claude), Marcel Dassault, la légende d’un siècle, Perrin, 1992, p. 312-313.

4Pendant longtemps, Israël est, pour des raisons politiques déjà évoquées, le principal (voire le seul) client de la France dans le monde arabe. La guerre des Six Jours constitue une large opération de promotion pour nombre de matériels français mis en œuvre avec compétence par les forces armées israéliennes. De 1,7 milliard de francs, les exportations s’élèvent à 2,7 milliards en 1967, 4 milliards en 1968 6. Au début de 1970, la vente de 110 Mirage à la Libye d’où le roi Idris vient d’être chassé par l’armée (septembre 1969), contrastant avec le blocus sur la livraison des 50 Mirage V commandés par Israël symbolise les nouvelles orientations du commerce français. L’Irak qui paraît avoir engagé des discussions depuis 1968 s’équipe également en Mirage à partir de 1972. Certes, comme toujours, la transition a été moins brutale qu’il n’y paraît : livraison discrète des pièces détachées de Mirage nécessaires au maintien opérationnel du parc existant, paiement d’une indemnisation pour les appareils non livrés (février 1972), vente par la société Dassault (« pas cher », selon Marcel Dassault lui-même), la licence du Mirage III à partir duquel les Israéliens peuvent construire leur chasseur Kfir 7. Il n’empêche : alors qu’Israël se tourne désormais exclusivement vers les États-Unis, le monde arabe s’ouvre toujours plus largement aux matériels français.

  • 8 La France et les citoyens, Études et rapports de la commission du bilan, La Documentation française (...)
  • 9 International Institute for Strategic Studies, London, Military balance, 1983-1984.
  • 10 Chabaud (capitaine de vaisseau), « Le programme Sawari », Cols bleus, 10 janvier 1981.
  • 11 « France-Monde arabe : pleins feux sur la coopération militaire », Arabies, no 41, mai 1990 ; Desco (...)
  • 12 Arabies, février 1993, p. 52.

5La crise pétrolière n’a pu qu’accentuer l’évolution, en développant les capacités de paiement des États arabes. Le 28 août 1974, l’embargo frappant les pays dits du « champ de bataille » est aboli. L’accroissement des ventes est spectaculaire. Au début des années 80, le Moyen-Orient occupe une place fondamentale, puisqu’il représente en valeur 45 % des exportations, contre 13 % à l’Afrique du Nord 8. En 1984, par exemple, on trouve des Mirage V ou F1 dans les forces aériennes d’Égypte, Irak, Jordanie, Koweit, Libye, Maroc, et des Émirats arabes unis 9. Des programmes d’équipements impressionnants sont signés avec l’Arabie saoudite. En octobre 1981, le contrat dit Sawari, portant sur 4 frégates de 2 000 tonnes, 2 pétroliers-ravitailleurs, 28 hélicoptères, mais prévoyant aussi la formation des personnels et l’assistance technique initiale, représente un budget de 14 milliards de dollars 10. Il s’ajoute à toute une série d’autres conclus depuis 1972, comme le contrat Shahin (équipements de trois brigades blindées). Ces ventes impliquent la mise en place d’une infrastructure de promotion, dont l’élément le plus remarquable est la SOFRESA (Société française d’exportation de systèmes d’armes à destination du Moyen-Orient), fondée en 1974 sur l’initiative du gouvernement Messmer, et dont l’essentiel des capitaux est détenu par l’État et le secteur public ; il faut y ajouter les sociétés de droit privé (COFRAS, NAVCO, AIRCO) chargées d’assurer la maintenance. En 1991, la COFRAS n’entretient pas moins de 600 personnes à Ryad, dont environ 200 Français, dont 2/3 d’anciens militaires 11. En 1993, le groupe SOFRESA déclare avoir réalisé un volume de commandes de 170 milliards de francs (francs courants 1991) vers le Moyen-Orient 12.

Dimension politique des ventes d’armes

  • 13 INSEE, Tableaux de l’économie française, 1985, p. 159.
  • 14 Hébert (J.-P.), « Les exportations d’armes : une rentabilité toute relative », GRIP, op.cit., p. 15 (...)

6De multiples déclarations insistent sur le fait que ces ventes viennent à propos pour stimuler une économie qui subit, depuis 1973, les effets de la crise mondiale, et qu’elles contribuent à combler, au moins en partie, le déficit de la balance commerciale creusé par la « facture pétrolière ». Il est facile de rapprocher les déficits énergétiques avec les succès des ventes à l’exportation. En 1984, par exemple, le solde des ventes de matériels militaires s’élève à plus de 31 milliards de francs, pour un déficit pétrolier de 181 milliards (17 %), et un déficit commercial global de 56 milliards. C’est, avec les produits animaux, le principal poste positif de la balance commerciale qui apparaît dans la présentation faite par l’INSEE dans son édition abrégée à destination du grand public 13. Cette présentation est sans doute exagérément optimiste. Depuis plusieurs années, des économistes font observer qu’il ne peut être question de » pactole » : les importations induites, les crédits à des clients souvent peu solvables, les garanties à l’exportation, réduisent considérablement le solde bénéficiaire en devises. De plus en plus, les acheteurs exigent, par ailleurs, des accords de compensation, ou bien le réinvestissement sur place d’une partie des sommes versées dans des opérations dites de joint-venture. Certaines analyses (sans doute excessivement sévères) font valoir que, sur un solde apparent de 31 milliards, on ne pourrait retenir qu’un solde réel dix fois inférieur (3 milliards) 14.

7Mais la France ne vend pas seulement des armes pour des raisons économiques. Le problème est avant tout politique. La politique est au départ, toute autorisation d’exportation nécessitant l’octroi d’une licence délivrée sur rapport d’une commission interministérielle spéciale (CIEEMG, Commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériels de guerre), et étant suivie par la délégation aux affaires internationales de la DGA. Le développement des ventes à l’étranger permet avant tout de maintenir en activité constante des branches indispensables pour disposer d’une défense indépendante, alors que la demande nationale, établie par des lois de programmation que les difficultés financières (notamment l’inflation) rendent de plus en plus difficiles à appliquer à partir de 1976, est forcément limitée et irrégulière. Cette activité des productions militaires paraît nécessaire aussi, au moins à cette époque, pour maintenir un potentiel de recherche et de développement civil dans des secteurs aussi importants pour l’avenir que l’aéronautique ou la recherche spatiale. Les exportations militaires donnent aussi les moyens d’une politique de présence sur le théâtre international, dans une zone jugée vitale pour les approvisionnements énergétiques. La constitution d’un milieu politico-militaro-industriel va presque de soi, l’État français étant aussi comme on l’a vu, concepteur, fabricant et exportateur d’armes.

  • 15 Vayrinen (R.), « La lente construction de l’industrie militaire égyptienne », Le Monde diplomatique(...)

8Cette volonté française rencontre la volonté des Arabes de s’approvisionner en France, pour des motifs divers : disposer de matériels identiques à ceux que possède Israël (notamment après 1967) ; diversifier les fournisseurs, pour échapper à une dépendance trop étroite (cas de l’Égypte au moment de sa sortie de coopération avec l’URSS, puis de l’Irak, qui a souffert d’une interruption soviétique des ventes au début de la guerre contre l’Iran) ; faciliter les achats en pétrole de leurs partenaires occidentaux en leur donnant une contrepartie, voire même se doter d’une industrie militaire. L’ambitieux projet d’« organisation industrielle arabe », lancé en Égypte avec des capitaux saoudiens et émiratis, et la participation de Dassault, la SNECMA, Thomson est éphémère (1974 et 1978), en raison de la désaffection des bailleurs de fonds après Camp David ; l’Égypte parvient du moins à se doter des moyens de fabriquer sur place des avions d’entraînement Alphajet, des hélicoptères Gazelle et des missiles antiaériens Crotale, sans parler de divers équipements 15.

  • 16 Osman (Fathi), « Retour des armes françaises au Moyen-Orient », Politique internationale, n°  39, j (...)
  • 17 Ockrent (C.), Marenches (A. de), Dans le secret des princes, Stock, 1986, coll. Le livre de poche, (...)
  • 18 Pompidou, Entretien au New York Times, 10 février 1970, Discours et entretiens, t. II, Plon, 1975, (...)

9La politique de livraison de matériels a été ainsi justifiée en mainte circonstance. Dès avril 1968, le gouvernement français avait accepté de conclure un contrat portant sur la livraison d’armes (avions notamment) à l’Irak, après avoir au préalable assoupli les conditions d’embargo en le restreignant aux seuls pays du champ de bataille 16. Il s’agissait alors comme l’écrit Alexandre de Marenches, « de faire en sorte que l’Irak ne soit pas seulement le ‘‘client …, au sens romain du terme’’, des Russes » 17. De même c’est, dit Georges Pompidou, pour éviter de voir l’URSS se substituer aux Anglo-saxons que Paris a choisi d’acquiescer, au début de 1970, à la vente des 110 Mirage à la Libye 18.

Débats et risques

  • 19 Military Powers, 1987, p. 67.

10Cette politique, quel que puisse en être l’intérêt, est facilement dénoncée comme une politique de « marchands de canons », qui contribuerait à entretenir les conflits, ou à les rendre plus atroces. C’est naturellement le cas de l’ensemble de la gauche française avant l’accession des socialistes au pouvoir. Cette évidence ne saurait évidemment effacer les responsabilités des États de la région, attachés à se doter des équipements les plus destructeurs. Certains pays (Israël, les États-Unis notamment) dénoncent aussi les dangers de la politique française en matière de transferts de technologies nucléaires, pacifiques en principe (réacteurs de recherche ou de production d’énergie), à destination de pays dont les intentions ne paraissent pas dénuées de préoccupations militaires. La participation française aux entreprises israéliennes a donné une forte crédibilité à ces allégations, que paraît encore appuyer le refus français d’adhérer au traité de non-prolifération de 1968 co-signé par les trois grandes puissances atomiques. Deux projets d’installations soulèvent tout particulièrement les critiques : la coopération française inaugurée par le gouvernement Chirac et poursuivie par son successeur Raymond Barre au projet irakien dit Osirak de l’installation de deux réacteurs fonctionnant à l’uranium enrichi (contrat de coopération signé sous les auspices du ministre de la Recherche Michel d’Ornano le 18 novembre 1975) ; le projet d’une usine de retraitement de combustibles irradiés au Pakistan (1976) d’où pourrait sortir une « bombe atomique islamique ». On a souligné aussi le danger de l’accueil de scientifiques libyens et irakiens, militaires ou civils, dans des laboratoires effectuant des recherches sensibles 19.

  • 20 « Des armes pour le Tiers-Monde », RAMSES 1992, p. 162.
  • 21 Schmitz (M.), « L’Europe des armes », GRIP, op.cit., p. 119-149.
  • 22 Timmermann (K.E.), Le lobby de la mort, comment l’Occident a armé l’Irak, Calmann-Lévy, 1991, annex (...)

11Il faut cependant relativiser « l’exception française » en la matière. Tous les fabricants de matériels des grands pays occidentaux industrialisés procèdent de la même façon sur ce marché en expansion. L’avance de la France en ce domaine n’est pas facile à estimer. D’après les tableaux les plus courants, la France aurait ainsi exporté trois fois plus que la Grande-Bretagne ou la RFA pour la période 1982-1986 20. Mais d’autres calculs (ceux du GRIP [Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité]) minorent fortement cet écart. Les mêmes estimations font observer que, en pourcentage de la production militaire exportée, des pays comme la Suisse, la Suède, la Belgique se situent à peu près au même niveau que la France, l’Italie, le Portugal, l’Autriche réalisant une partie plus importante (50-60 %) de leur chiffre d’affaire à l’exportation 21. Même en ce qui concerne les matériels de très haute technologie, l’avance de la France est très relative. Les ventes faites à l’Irak, par exemple, mettent la France au niveau de tous les autres grands pays industrialisés (Grande-Bretagne, RFA, Italie), et restent bien inférieures à celles de l’URSS 22.

  • 23 Le Monde, 7/8 octobre 1990.

12Il n’en va guère différemment des industries atomiques. Dès le début, le gouvernement français indique qu’il entend se conformer aux exigences du traité de non-prolifération en matière d’exportations et de contrôle ; à partir de 1976, il prend, au sein du club de Londres, des initiatives pour la limitation des transferts. En 1978, la coopération avec le Pakistan est interrompue volontairement. Le gouvernement français a d’ailleurs toujours démenti comme « fantaisistes » les accusations portées contre lui à l’époque et dénoncé la campagne menée par ce que l’ex-Premier ministre Raymond Barre croit pouvoir nommer un « lobby israélo-américain ». Il souligne que les réacteurs livrés par la France étaient placés sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ; le réacteur de recherche ne pouvait selon lui servir à fabriquer une bombe nucléaire 23. Ceci n’empêche pas Irak et Pakistan de chercher à se procurer auprès d’autres (Canada, États-Unis, Allemagne, Pays-Bas) de quoi se doter d’armements nucléaires, résultat approché de près par le premier et atteint par le second. La politique française en Afrique entrave, comme on le verra plus loin, les ambitions de Kadhafi en direction de l’uranium du Niger. Quelles que puissent être les imperfections ou les brèches des dispositions en matière de non-prolifération, on n’a guère l’impression que l’attitude de Paris ait différé substantiellement de celle de ses alliés de l’OTAN.

  • 24 Péan (P.), Pétrole, la troisième guerre mondiale, Calmann-Lévy, 1974 ; voir aussi l’article de Jacq (...)
  • 25 Isnard (J.), « M. Gérard Renon présidera la SNECMA », Le Monde, 9 juillet 1992.

13Le cas des industries de défense a naturellement beaucoup retenu l’attention. La vente des armes n’est jamais allée sans implications politiques. Hugues de l’Estoile, aux rôles multiples, d’abord attaché au ministère de la Défense, dont il fut directeur des affaires internationales (1970-1974), fut chargé à ce titre par Georges Pompidou et Pierre Messmer d’ouvrir les contacts avec l’Arabie saoudite de Fayçal, puis de les développer, avant de passer au ministère de l’Industrie et de la Recherche, et enfin d’entrer en 1982 chez Dassault comme directeur des affaires internationales, poste qu’il ne quitte qu’en 1991. Gérard Hibon est passé par les Affaires étrangères, la Défense et la Délégation générale pour l’armement, avant de devenir vice-président de l’Aérospatiale 24 Lors de la fondation du CERES (Centre européen de recherches et d’études sous-marines), Jean-Pierre Chevènement y accueille un de ses camarades de l’ENA, Alain Gomez, ancien militant à l’association « activiste » des étudiants d’Alger, devenu en 1982 PDG de Thomson-CSF et à ce titre un des grands fournisseurs d’électronique militaire aux armées arabes. Gérard Renon, spécialiste des questions énergétiques, administrateur général du CEA (1983-1986), président du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) (1986-1988), secrétaire d’État aux risques technologiques et naturels majeurs, puis à la Défense dans le gouvernement Rocard, signataire à ce titre des accords de joint-venture liés au programme d’armements Sawari II (juin 1990) devient en juillet 1992 président de la société SNECMA 25. Il serait absurde de croire que les intérêts, financiers et personnels en jeu ne pèsent pas en faveur de bonnes relations avec le monde arabe, et, particulièrement, avec les régimes en place, seuls capables d’engager la signature de leur pays dans des contrats.

  • 26 Sfeir (A.), L’argent des Arabes, Hermé, 1992, p. 139-140 ; Le Monde, 30 octobre 1991.
  • 27 Routier (A.), La république des loups, le pouvoir et les affaires, Calmann-Lévy, 1989, coll. livre (...)
  • 28 Guisnel (J.), Violet (B.), Services secrets, le pouvoir et les services de renseignements sous Fran (...)

14Ces milieux ont dû naturellement avoir recours à des intermédiaires dans le monde arabe. Le plus célèbre de ces courtiers fut sans doute Akkram Ojjeh, né en Syrie sous mandat (où il bénéficia d’une bourse d’étude du gouvernement français), naturalisé saoudien et mort français, largement utilisé comme négociateur des contrats entre l’Arabie saoudite et la France, gendre du ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass, décoré de la Légion d’honneur par Vincent Auriol et promu sous Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand 26. Ces hommes ne se sont pas bornés au rôle de simples négociateurs. Le Libanais Samir Traboulsi, un moment collaborateur d’Akkram Ojjeh, et dont l’affaire Triangle a révélé la fortune et les étroites relations avec le pouvoir, fut décoré de la Légion d’honneur par le Premier ministre Bérégovoy en octobre 1988, vraisemblablement pour services rendus dans les libérations d’otages 27. Dans le même genre de négociations, le préfet Jean-Charles Marchiani, directeur de la Triacorp international SA, lié au ministre Pasqua et ancien du SDECE (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage), a joué un rôle important dans la libération des otages, grâce à ses relations arabes 28.

Prémices d’un retournement

  • 29 Le Monde, 25 février 1992.
  • 30 Courades Allebeck (A.), « Les exportations françaises d’armements », Stratégiques, 1/92, p. 275-278
  • 31 FEDN, L’année stratégique, 1987.
  • 32 Pestre (général c.r.), « Un challenge pour l’industrie française de défense », Arabies, février 199 (...)

15Or ce modèle paraît très menacé dès la fin des années 1980. Les grands contrats sont en recul. Par exemple, le solde du secteur du bâtiment et des travaux publics à l’exportation est passé de plus de 20 milliards à 7 milliards en 1990 29. Il en va de même des ventes d’armes. D’après des chiffres officiels, les exportations sont tombées à 29 milliards de francs courants en 1989 contre 54 milliards en 1984 30. Il faut attribuer cette évolution à la baisse des revenus pétroliers qui diminue les ressources de nombre d’acheteurs potentiels, mais aussi remet en cause leur solvabilité, donc leur capacité à emprunter. Le retour de concurrents un peu trop négligés constitue un autre problème : en 1986, par exemple, le gouvernement saoudien a choisi le chasseur Tornado anglo-italo-allemand, de préférence au Mirage-2000, ce qui brise le monopole européen de Dassault 31. La situation est d’autant plus inquiétante que les commandes, en baisse depuis 1985, s’effondrent en 1989, tombant à 20 milliards de francs courants en 1989 contre 37 milliards un an plus tôt. Cette baisse pourrait être imputée largement à celle des exportations à destination du monde arabe, puisque, d’après le général Pestre, la part des commandes du Proche-Orient dans le montant total des commandes est tombée de 61 % en 1990 à 21 % en 1993 32.

  • 33 Maurus (V.), « L’ardoise de Bagdad », Le Monde, 20 février 1991.
  • 34 Le Monde, 25 janvier 1991.

16En même temps se trouve soulignée une des faiblesses du système sur lequel était fondée la prospérité des ventes, à savoir le financement des exportations par un trop large recours au crédit. Les impayés se multiplient. À partir de 1986, la COFACE (Compagnie française pour le financement du commerce extérieur) qui garantit les entreprises contre les sinistres et les risques d’impayés à l’exportation est régulièrement en déficit, un déficit qu’il appartient au budget de l’État de solder, pour un montant de plusieurs milliards de dollars chaque année. Le cas le plus éclatant est celui de l’Irak, dont le montant de la dette à l’égard des organismes français est évalué à 25 milliards de francs au total en 1991 en capital, et 29 milliards avec les intérêts, dont près de la moitié portent sur des achats de matériels militaires. La dette garantie est passée de 16 milliards en 1980 à 22 milliards en 1983, pour retomber à 15 milliards en 1991, à la veille de la guerre 33. C’est seulement en novembre 1988 que cesse la garantie de la COFACE aux nouveaux contrats irakiens. Les ventes d’armes sont ralenties, voire interrompues (arrêt de livraison de missiles AS 30 laser, dont moins de la moitié sont effectivement fournis, refus de financement d’un contrat portant sur des Mirage 2000) 34.

  • 35 Timmermann (K.-T.), Le lobby de la mort, op.cit., p. 350-351.
  • 36 Arabies, juin 1992, p. 33.

17La première guerre du Golfe ne fait que confirmer cette évolution. Le précieux client irakien est hors du jeu, et avec lui les espoirs de contrats qui avaient semblé non sans imprudence se refaire jour au début de 1990 35. L’État doit verser en 1991 près de 6 milliards de francs pour indemniser les exportateurs 36. L’énorme poids des États-Unis, fondé sur leur puissance politique, va dans le même sens. Partout les F-16 succèdent aux Mirage. L’aide américaine n’est pas seulement limitée à la région vitale que constitue le Golfe, mais s’étend à l’Égypte et au Maghreb. D’autres pays réussissent à tirer leur épingle du jeu : notamment la Grande-Bretagne, forte de ses accords de défense renouvelés avec le Koweit. Les Français réussissent à maintenir leurs liens avec l’Arabie et les émirats. C’en est fini toutefois, avec la fin de l’autonomie financière et politique des partenaires arabes, de la certitude de marchés porteurs. C’en est fini aussi des ambitions et des illusions d’une certaine politique arabe de la France.

Haut de page

Notes

1 PUF, 1995, 328 pages.

2 Centre d’histoire de l’aéronautique et de l’espace, Commémoration du XLe anniversaire du premier vol du premier avion à réaction français : SO-6000 Triton, du XXe anniversaire du premier vol du Mirage III..., 1986.

3 Fiche SIRPA, dossier d’information, s.d.

4 Chiffres officiels du ministère de la Défense reproduits dans P. Marion, Le pouvoir sans visage, le complexe militaro-industriel, Calmann-Levy, 1990, annexe V.

5 Hébert (J.-P.), Les ventes d’armes, Syros/alternatives, 1988, p. 21.

6 « Exportation de matériels d’armement », Revue de Défense nationale, janvier 1971, p. 141-143.

7 Carlier (Claude), Marcel Dassault, la légende d’un siècle, Perrin, 1992, p. 312-313.

8 La France et les citoyens, Études et rapports de la commission du bilan, La Documentation française, décembre 1981, p. 37-82.

9 International Institute for Strategic Studies, London, Military balance, 1983-1984.

10 Chabaud (capitaine de vaisseau), « Le programme Sawari », Cols bleus, 10 janvier 1981.

11 « France-Monde arabe : pleins feux sur la coopération militaire », Arabies, no 41, mai 1990 ; Descours (général c.r.), « La COFRAS », Les cahiers de Mars, bulletin des amis de l’École supérieure de guerre, 2e trimestre 1991, p. 86-94.

12 Arabies, février 1993, p. 52.

13 INSEE, Tableaux de l’économie française, 1985, p. 159.

14 Hébert (J.-P.), « Les exportations d’armes : une rentabilité toute relative », GRIP, op.cit., p. 151-158.

15 Vayrinen (R.), « La lente construction de l’industrie militaire égyptienne », Le Monde diplomatique, 6 octobre 1980 ; « France-Égypte, des partenaires de choc », Arabies, no 52, avril 1991, p. 49.

16 Osman (Fathi), « Retour des armes françaises au Moyen-Orient », Politique internationale, n°  39, janvier 1975, p. 160.

17 Ockrent (C.), Marenches (A. de), Dans le secret des princes, Stock, 1986, coll. Le livre de poche, p. 275.

18 Pompidou, Entretien au New York Times, 10 février 1970, Discours et entretiens, t. II, Plon, 1975, p. 189.

19 Military Powers, 1987, p. 67.

20 « Des armes pour le Tiers-Monde », RAMSES 1992, p. 162.

21 Schmitz (M.), « L’Europe des armes », GRIP, op.cit., p. 119-149.

22 Timmermann (K.E.), Le lobby de la mort, comment l’Occident a armé l’Irak, Calmann-Lévy, 1991, annexes.

23 Le Monde, 7/8 octobre 1990.

24 Péan (P.), Pétrole, la troisième guerre mondiale, Calmann-Lévy, 1974 ; voir aussi l’article de Jacques Isnard dans Le Monde, 16 octobre 1991.

25 Isnard (J.), « M. Gérard Renon présidera la SNECMA », Le Monde, 9 juillet 1992.

26 Sfeir (A.), L’argent des Arabes, Hermé, 1992, p. 139-140 ; Le Monde, 30 octobre 1991.

27 Routier (A.), La république des loups, le pouvoir et les affaires, Calmann-Lévy, 1989, coll. livre de poche.

28 Guisnel (J.), Violet (B.), Services secrets, le pouvoir et les services de renseignements sous François Mitterrand, La découverte/Enquêtes, 1988, p. 202.

29 Le Monde, 25 février 1992.

30 Courades Allebeck (A.), « Les exportations françaises d’armements », Stratégiques, 1/92, p. 275-278.

31 FEDN, L’année stratégique, 1987.

32 Pestre (général c.r.), « Un challenge pour l’industrie française de défense », Arabies, février 1993, p. 40-52.

33 Maurus (V.), « L’ardoise de Bagdad », Le Monde, 20 février 1991.

34 Le Monde, 25 janvier 1991.

35 Timmermann (K.-T.), Le lobby de la mort, op.cit., p. 350-351.

36 Arabies, juin 1992, p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Frémeaux, « La France et les exportations d’armements au Proche-Orient de la fin de la guerre d’Algérie à la première guerre du Golfe », Revue historique des armées, 246 | 2007, 110-119.

Référence électronique

Jacques Frémeaux, « La France et les exportations d’armements au Proche-Orient de la fin de la guerre d’Algérie à la première guerre du Golfe », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://rha.revues.org/2273

Haut de page

Auteur

Jacques Frémeaux

Professeur à l’université Paris IV-Sorbonne. Il a notamment publié : La France et l’Islam depuis 1789 (PUF, 1991) ; Les Bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête (Denoël, 1993), L’Afrique à l’ombre des épées (SHAT, 1993-1995, 2 vol.) et La France et l’Algérie en guerre 1830-1870, 1954-1962 (Economica, 2002).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org