Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction : « Il faudrait écrire l’histoire des relations militaires entre les États-Unis et la France. »

André Kaspi
p. 4-9

Résumés

L’histoire des relations militaires entre la France et les États-Unis commence au milieu du XVIIIe siècle, avec la guerre de Sept Ans, qui oppose Américains et Français au Canada. Vingt ans plus tard, tout a changé. Américains et Français s’allient contre un ennemi commun : l’Empire britannique. La France envoie un corps expéditionnaire pour soutenir les Américains dans leur guerre d’Indépendance. Par la suite, c’est l’ombre de Napoléon qui plane sur les états-majors américains, notamment pendant la guerre de Sécession. Mais lorsque la Première Guerre mondiale éclate, l’impréparation des Américains est telle qu’ils préfèrent d’abord la neutralité. Le corps expéditionnaire américain, commandé par le général John J. Pershing, débarque en France en 1917. Français et Américains s’opposent alors sur l’instruction des troupes américaines, sur leur emploi et leur commandement. Quand ils entrent dans la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis peuvent déployer l’armement et l’équipement qui ont tant manqué à la France en 1940. Cette évolution sera déterminante au lendemain de la guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1« Il faudrait écrire l’histoire des relations militaires entre les États-Unis et la France. » C’est qu’elle commence au milieu du XVIIIe siècle. Les Anglais d’Amérique, qu’on n’appelle pas encore les Américains, combattent les Français du Canada. Au cours de la guerre de Sept Ans – en Amérique, on l’appelle la guerre contre les Indiens et les Français –, le colonel George Washington commande la milice de Virginie et affronte les Français du Canada. Vingt ans plus tard, tout a changé. Les Américains ont franchi le pas. Ils proclament leur indépendance le 4 juillet 1776. Ils ne veulent plus être les sujets de l’Empire britannique. Ils prennent les armes contre les soldats de George III. Du coup, les ennemis de leurs ennemis sont devenus leurs amis. Les Français cessent d’être les ennemis héréditaires. Ils sont désormais des alliés. Ils le resteront. Car, à deux épisodes près, les deux nations n’ont jamais depuis 240 ans fait la guerre l’une contre l’autre. Presque un miracle dans l’histoire des relations transatlantiques.

2Il y a mieux encore. George Washington, devenu général, accueille à bras ouverts La Fayette et les volontaires qui viennent livrer bataille aux côtés des insurgents. Puis, il reçoit le renfort du corps expéditionnaire du comte de Rochambeau. La victoire de Yorktown sur les Anglais, qui met un terme à la guerre contre l’Angleterre et consacre l’indépendance des États-Unis, tient à la présence, maritime et terrestre, des Français. Une durable alliance est scellée sur le champ de bataille.

3Même si les Américains ne veulent pas et ne peuvent pas faute de moyens intervenir dans les guerres napoléoniennes, ils suivent avec attention les événements d’Europe et, notamment, les bouleversements de la stratégie militaire. Leur armée dispose d’effectifs particulièrement réduits : à peine 11 000 hommes en 1850. Leur expérience est tout autant limitée : des engagements brefs et archaïques contre les Indiens, de nouveaux combats contre les Anglais entre 1812 et 1814, puis contre l’Espagne et le Mexique. Voilà une nation qui se bat sur son sol et n’engage aucune expédition à l’étranger, une armée qui ne s’intègre pas dans le concert national des forces militaires, une puissance émergente qui ne participe pas aux expéditions coloniales.

4Mais l’ombre de Napoléon plane sur les états-majors. Ce n’est pas que les liens politiques avec la France soient toujours étroits et amicaux. Il y a des hauts et des bas. Il n’empêche que les officiers américains sont fascinés par les expériences françaises. La levée en masse, la nation en armes, le génie de l’Empereur, autant de thèmes qui envahissent la « littérature militaire ». Aux côtés de Clausewitz, l’inévitable référence, Antoine Henri Jomini ne compte plus ses disciples américains. Étrange carrière que celle de Jomini ! Il est né en 1779 dans le canton de Vaud, sert dans l’armée française sous Napoléon et, général de brigade, remplit les fonctions de chef d’état-major du maréchal Ney en Prusse, en Espagne et pendant la retraite de Russie. En 1813, il déserte et passe dans le camp russe. Il meurt à Paris à l’extrême fin du Second Empire. Il a publié trois ouvrages : une Vie politique et militaire de Napoléon, un Traité des grandes opérations militaires de 1804 à 1816, un Précis de l’art de la guerre.

5Jomini n’approuve pas la guerre à outrance. Qu’une armée vive sur le pays conquis lui semble contraire à l’honneur et à l’efficacité. Il soutient, en revanche, que l’effort maximum doit porter sur le théâtre principal. En un mot, il faut affronter l’ennemi le plus fort là où il est le plus fort, attaquer ses lignes de communication pour le couper de ses bases de ravitaillement et de ses réserves humaines, privilégier l’offensive. Tous ces principes stratégiques, on les retrouve dans l’enseignement que dispense l’École militaire de West Point. À telle enseigne qu’au cours de la guerre de Sécession, les généraux du Sud et ceux du Nord, formés par les mêmes professeurs, appliquent les idées de Jomini, déclenchent des offensives parfois mal préparées, toujours terriblement meurtrières. A-t-on remarqué, en outre, que l’armée de l’Union est baptisée « la Grande Armée » ? Que les réserves mobilisables au sein des États fédérés sont désignées par le terme de « Garde nationale » ? La France est un modèle.

6Dans le même temps, les états-majors américains adaptent leur démarche aux nouvelles technologies. Le chemin de fer, le télégraphe, les armements perfectionnés transforment les conditions du combat. À la fin du XIXe siècle, la flotte de guerre donne aux États-Unis un instrument de combat autrement plus efficace que l’armée de terre. L’amiral Alfred Thayer Mahan prend la place de Jomini. Les fantassins et les artilleurs sont relégués dans des rôles mineurs. Du coup, la force militaire américaine a changé de nature. Et l’influence française n’est plus ce qu’elle était.

7D’où l’impréparation des États-Unis, lorsqu’éclate la Grande Guerre. Les Américains préfèrent d’abord la neutralité. Ils ne pensent pas que leur intérêt national justifie qu’ils participent à un conflit typiquement européen. Leur armée ne peut jouer aucun rôle. Alors que la France mobilise 1 homme sur 53, les États-Unis n’appliquent pas la conscription, sauf de 1862 à 1865, et attendent mai 1917 pour la voter de nouveau. Leur armée de métier compte moins de 200 000 hommes, très peu expérimentés, mal entraînés, encore plus mal équipés. Une fois qu’ils sont entrés dans le conflit, que pourront-ils faire ?

8L’état-major français a raison d’exprimer son scepticisme. Sur le plan moral, politique et économique, les États-Unis apporteront sans doute un concours indispensable. Sur le plan militaire, on attendra d’eux un appoint technique, un renfort arithmétique dans le meilleur des cas. Le plus simple serait que les soldats américains soient amalgamés avec les troupes françaises qui les formeraient, leur apprendraient l’usage des armes modernes, les commanderaient pour en faire un appoint décisif. Ce n’est pas ce qu’imagine le général John J. Pershing, qui commande l’American Expeditionary Force. Il n’accepte pas que les Américains servent sous un autre drapeau que la Bannière étoilée. Il veut saisir l’occasion que crée la participation à « la guerre européenne » pour mettre sur pied une véritable armée américaine, un outil politique qui permettra à son pays d’occuper une place déterminante, d’imposer ses objectifs, de témoigner que désormais les États-Unis souhaitent façonner l’avenir de l’Europe.

9Le différend franco-américain est durable. Il ne cessera qu’au lendemain de l’Armistice. Qu’il s’agisse de l’instruction, de la localisation du front dont les Américains seront chargés, de la doctrine d’emploi, du commandement, les Français font semblant de céder aux exigences de Pershing, mais dans leur for intérieur, ils ne cessent de penser que l’Américain commet des erreurs majeures, que les doughboys (on dit aussi les sammies) combattraient infiniment mieux s’ils avaient pour chefs des officiers français. La coopération militaire entre Français et Américains traverse des tempêtes.

10D’ailleurs, si le conflit ne s’était pas achevé en novembre 1918, il est certain que l’année 1919 aurait été celle des Américains. Ils avaient déjà transporté d’un rivage à l’autre de l’Atlantique deux millions d’hommes. Ils étaient sur le point d’envoyer deux autres millions en Europe. Ils auraient constitué le cœur, l’essentiel de la force alliée. L’objectif de Pershing, poursuivre les combats jusqu’à la prise de Berlin, aurait été possible. Le président Woodrow Wilson n’aurait eu aucune difficulté à imposer ses vues sur l’Europe de la paix.

11Peut-être décèle-t-on alors les prémisses d’un bouleversement. L’armée américaine, renforcée par une flotte qui occupe le deuxième ou le troisième rang dans le monde, dispose des moyens de tenir un rôle primordial. Certes, de 1919 à 1940, les États-Unis abandonnent le service militaire obligatoire. Ils n’en consacrent pas moins beaucoup d’argent et de talent à la modernisation de leur marine de guerre. Quand ils entrent dans la Seconde Guerre mondiale, les conditions ont changé du tout au tout. L’armée française a bien combattu en mai et juin 1940, mais elle a été vaincue, à la grande surprise des Américains qui n’avaient pas cessé de croire qu’elle était la meilleure armée du monde. Lorsqu’elle reprend le combat, elle doit faire appel aux Américains pour son armement et son équipement. C’est l’inverse de 1917. Le général de Gaulle a beau protester, rappeler le temps de la Grande Guerre, tenir la dragée haute au général Eisenhower et au président Franklin Roosevelt : la France n’occupe plus la place qui fut la sienne jusqu’au traité de Versailles.

12Bien entendu, cette évolution ne nous conduit pas à sous-estimer les capacités opérationnelles de l’armée française ni pendant les dernières années du conflit mondial ni dans la période de la guerre froide. Il ne faut pas non plus négliger la force des liens qui unissent Français et Américains, leur coopération quand les circonstances l’exigent, ce que les uns apprennent des autres. Mais les querelles de 1917-1918 mettent en relief ce qui les a précédées et ce qui les a suivies. On comprend mieux, dans ces conditions, l’importance de ces dix-neuf mois, au cours desquels les États-Unis ont participé, avec quelle efficacité ! à la Grande Guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Kaspi, « Introduction : « Il faudrait écrire l’histoire des relations militaires entre les États-Unis et la France. » », Revue historique des armées, 246 | 2007, 4-9.

Référence électronique

André Kaspi, « Introduction : « Il faudrait écrire l’histoire des relations militaires entre les États-Unis et la France. » », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 24 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/2293

Haut de page

Auteur

André Kaspi

Professeur émérite à la Sorbonne, il est historien spécialiste des États-Unis. Parmi les ouvrages qu’il a publiés, sa thèse de doctorat ès-lettres : « Le temps des Américains. Le concours américain à la France, mars 1917-novembre 1918 ». Elle a paru aux Publications de la Sorbonne en 1976.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org