Navigation – Plan du site
Dossier

March to Victory

Glenn Williams
Traduction de Marie Vetter
p. 10-21

Résumés

En octobre 1781, la victoire de Yorktown allait assurer l’indépendance des États-Unis ; or cette victoire n’aurait pas été possible sans l’intervention de la France. Les deux pays ont pris conscience que la victoire de la flotte de l’amiral de Grasse à La Chesapeake a rendu possible le succès des armées alliées sur terre. Les relations entre le commandant chef américain, le général George Washington, et son homologue français, le comte de Rochambeau, étaient un modèle de coopération. La bravoure des soldats français et américains, organisant le siège, manœuvrant les armes, et prenant d’assaut les fortifications, ainsi que les efforts que firent les deux armées en Virginie à des moments critiques furent indiscutables. En août 1781, les alliés franco-américains étaient prêts à affronter les troupes britanniques à New York. En réalisant l’opportunité que constituerait un coup bien asséné en Virginie, les décisions des commandants alliés furent décisives. En quelques jours, les forces alliées se retirèrent du front et se repositionnèrent 400 miles plus loin, à un endroit où les ennemis étaient plus vulnérables. L’arrivée des forces coalisées provoqua alors la fin du conflit. À l’instar de la bataille, le plan logistique et l’exécution de la marche à la victoire à Yorktown constituent aussi un exemple de l’amitié franco-américaine et de l’alliance militaire qui a longtemps perduré.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En octobre 2006, les États-Unis et la France célébrèrent le 225e anniversaire de la victoire de Yorktown, la bataille qui donna l’indépendance aux Américains et symbolise la longue amitié entre les deux nations. Pour beaucoup, la victoire n’aurait pas été possible sans l’aide des Français. Tant aux États-Unis qu’en France, nous connaissons bien la victoire de la flotte commandée par l’amiral de Grasse dans la bataille de la baie de Chesapeake, et savons à quel point atteindre la suprématie navale à cet endroit a été déterminant pour l’issue de la bataille terrestre. La bravoure des soldats français et américains qui construisirent les travaux de siège, servirent les canons et prirent les fortifications d’assaut ne fait aucun doute. Cependant, nous oublions souvent l’effort qu’il fallut fournir pour conduire, vers la Virginie, les armées de deux partenaires de coalition très différents au moment crucial. La marche vers Yorktown rendit la victoire possible. Elle illustre également de façon indéniable la tradition durable de la coopération militaire entre les Français et les Américains.

  • 1 Lesser (Charles), Sinews of Independence (Chicago, III. : Universiry of Chicago Press, 1975), p. 20 (...)

2Lors de la guerre d’Indépendance américaine, l’armée des États-Unis était connue sous le nom d’» armée continentale ». Le général George Washington était son commandant en chef ainsi que le général commandant sa principale composante, la Main Army, laquelle comprenait vingt-trois régiments d’infanterie, ainsi qu’un appui d’artillerie, une cavalerie et des unités de soutien logistique, pour une force totale d’un peu plus 6 650 hommes en 1781. À l’arrivée du printemps, des unités de la Main Army se regroupèrent à Newburg, dans l’État de New York, pour attendre les ordres concernant la nouvelle saison de campagne 1.

  • 2 Fitzpatrick (John C.), (dir.), Writing of George Washington from the original manuscript sources 17 (...)

3L’année précédente, le roi de France Louis XVI avait envoyé une armée de 5 000 soldats sous le commandement du comte de Rochambeau, pour aider les Américains dans leur combat pour la liberté. Officiellement connue sous le nom d’» expédition particulière », cette force s’organisait autour des régiments d’infanterie Bourbonnais, Soissonnais, Saintonge et Royal Deux-Ponts. Elle comprenait également le bataillon d’Auxonne-Artillerie ainsi qu’une force indépendante combinant infanterie, cavalerie et artillerie connue sous le nom de « volontaires étrangers de Lauzun », ou plus généralement, de « Légion de Lauzun ». Peu après leur arrivée à Newport, dans le Rhode Island, en juillet 1780, Washington proposa une campagne militaire combinée dont l’objectif était la reconquête de la ville de New York 2. Lorsqu’il en prit connaissance, Rochambeau demanda l’organisation d’une entrevue à Hartford, dans le Connecticut, pour examiner la stratégie à adopter.

  • 3 Fitzpatrick (John C.), Washington’s writings, Vol. 19, p. 423, note 68.

4Lors de leur rencontre le 21 septembre 1780, les Américains présentèrent l’ébauche d’un plan concernant une opération dirigée contre New York, pour lequel Washington espérait emporter l’adhésion de ses homologues 3. Il était évident que même en rassemblant les forces dont ils disposaient, il y avait tout juste assez d’infanterie et d’artillerie pour lancer une attaque contre la ville lourdement fortifiée avec un espoir réaliste de succès. Rochambeau indiqua à Washington qu’il souhaitait éviter une autre débâcle en réunissant des forces à la hâte, comme celle qu’avait connue l’amiral comte d’Estaing, qui avait subi de lourdes pertes lors de la tentative de siège combiné à Savannah en 1779. Washington admit que même s’ils disposaient des forces terrestres suffisantes, toute attaque menée sans appui naval était vouée à l’échec. Les généraux n’avaient d’autre choix que de différer les opérations, jusqu’à ce qu’une flotte et des renforts arrivassent de France. Au printemps suivant, le gouvernement français fit savoir à Rochambeau qu’il ne devait pas compter sur une seconde division. On lui conseilla plutôt d’aider Washington avec les forces dont il disposait, et de coopérer avec l’amiral de Grasse, dont la flotte naviguait vers les Antilles en avril. Rochambeau et Washington convinrent d’une nouvelle rencontre à Wethersfield, dans le Connecticut, du 21 au 23 mai, pour mettre une stratégie au point.

5Il y avait plusieurs raisons pertinentes, tant politiques que militaires, de faire de cette ville l’objectif prioritaire de la campagne de 1781. La plus indéniable d’entre elles était que New York symbolisait la présence durable des Britanniques en Amérique. La ville était également la scène de la défaite la plus humiliante de Washington en 1776, qui avait presque voué à l’échec le combat des Américains pour la liberté quelques semaines après la déclaration de l’Indépendance par le Congrès continental. La reconquête de la ville pourrait racheter cette défaite et représentait le dénouement que Washington désirait le plus.

6Le commandant en chef britannique, le Lieutenant General Sir Henry Clinton, avait depuis peu déployé des forces vers la région de la baie de Chesapeake. La première force, composée de 2 500 hommes commandés par le Major General Alexander Leslie, débarqua en octobre 1780. Cependant, après quelques semaines de marche forcée, ils furent transportés vers les deux Carolines pour venir en renfort de l’armée du Lieutenant General Charles, le comte de Cornwallis. Dans les derniers jours de décembre, une autre troupe de 1 500 hommes, commandée par le Brigadier General Benedict Arnold, le traître américain, débarqua pour entreprendre une campagne de dévastation et ravager l’État. En mars, le Major General William Philips arriva à la tête d’un renfort supplémentaire de 2 000 hommes pour prendre en charge le commandement de l’opération dont l’objectif était d’empêcher les ravitaillements américains qui faisaient route vers le sud, et de soutenir ainsi la campagne de Cornwallis. Bien qu’inquiet pour sa Virginie natale, Washington avait bon espoir que Clinton eût suffisamment réduit sa force défensive à New York pour garantir le succès d’une attaque alliée. Si, pour Washington, les raisons d’une attaque sur la ville de New York étaient fondées, Rochambeau avait lui aussi des arguments en faveur d’opérations dans la région de Chesapeake. Les armées combinées continentale et française, même après avoir fait appel à une milice, ne surpassaient pas suffisamment en nombre les forces terrestres britanniques pour assurer la victoire à New York. Le siège efficace d’une cité portuaire demandait de fortes composantes navales, et tout appui naval devait être français. Toutefois, Rochambeau ne savait pas quand ni où de Grasse avait l’intention d’utiliser sa flotte. L’escadre commandée par l’amiral Barras à Newport ne suffisait pas pour parvenir à une suprématie navale et était nécessaire au transport des armes lourdes de l’artillerie de siège de Rochambeau vers le lieu choisi, quel qu’il fût.

7On peut voir à quel point Rochambeau tout comme Washington considéraient les événements dans la région de Chesapeake comme contribuant à la bonne marche de leur action. Washington croyait que les défenses britanniques à New York étaient suffisamment diminuées par les détachements qui avaient été envoyés vers le sud. Rochambeau, quant à lui, estimait que ces mêmes détachements étaient des cibles vulnérables pour une opération combinée. Selon lui, une campagne en Virginie représentait la meilleure occasion en prenant le moindre risque de mettre en action la puissance militaire française. Malgré ses craintes, Rochambeau réunit toutes les ressources à sa disposition pour soutenir le plan de Washington concernant New York. Le 28 mai 1781, il envoya un message à de Grasse à Saint-Domingue pressant l’amiral de naviguer vers le nord avec toutes les troupes stationnées aux Antilles qu’il pourrait transporter. Il lui demanda également de réunir 1,2 million de livres à la Havane, sur l’île espagnole de Cuba, pour réapprovisionner son trésor de guerre décroissant. Deux semaines plus tard, l’armée française commença à marcher sur New York.

8Tandis que Washington et Rochambeau étudiaient leurs cartes et envisageaient leurs possibilités, le Major General, le marquis de Lafayette était en Virginie avec un détachement de 1 200 hommes venant du principal corps de l’armée continentale. À l’origine, ils devaient être envoyés pour attaquer et mettre en défaite la force d’Arnold, d’une puissance équivalente, et si possible capturer le traître. Mais la mission changea peu après leur arrivée en avril. Voyant que la puissance des forces britanniques alors opérant en Virginie avait augmenté, Washington donna l’ordre à Lafayette de coopérer avec les troupes de l’État de Virginie contre l’invasion plus grande et plus menaçante de Phillips.

9Entre-temps, le Major General Nathanael Greene, commandant la section du sud de l’armée continentale, avait mené une brillante campagne d’hiver qui avait tellement usé l’armée de Cornwallis, que la bataille de Guilford Gourthouse du 15 mars 1781 s’avéra n’être qu’une piètre victoire coûteuse en soldats anglais. Le commandant britannique dans le sud raccourcit ses lignes pour garder le contrôle de Charleston et envoya la plupart de ses soldats vers le nord pour rejoindre Phillips. Cornwallis avait l’intention de réduire à néant la capacité de la Virginie à soutenir la révolte, et de sauver la stratégie britannique au sud, reprenant une campagne offensive au printemps suivant. Comme Lafayette attendait des renforts de la part de la brigade de Pennsylvanie du Brigadier General Anthony Wayne, il tenta de surveiller Cornwallis en permanence et de couper la route du nord sans prendre le risque que son armée ne fût détruite.

  • 4 Connecticut Historical Society (CHS), Jeremiah Wadsworth Correspondence, Box 131, John Carter to JW (...)

10Quels que fussent les objectifs de la campagne, Washington et Rochambeau se mirent d’accord pour combiner leurs deux armées. Les préparatifs logistiques pour le mouvement progressaient depuis plusieurs semaines et leur allure s’accéléra lorsque Rochambeau revint de la réunion stratégique de Wethersfield. L’équipement fut réparé et les fournisseurs ainsi que les intendants militaires rassemblèrent les grandes quantités de ravitaillement, de provisions et de fourrage pour nourrir des milliers d’hommes et de bêtes, et marquèrent la route. Ils firent le nécessaire pour que le ravitaillement, de provisions et le bétail fussent livrés aux divers sites de camp en attendant l’arrivée des unités 4.

11Rochambeau mit au point un ordre de marche où chacun des quatre régiments d’infanterie et tous ses détachements constituait une division administrative pour le mouvement. Ces divisions partirent, l’une après l’autre à un jour d’intervalle, entre le 18 et le 21 juin. Les pionniers, ou les détachements de corvée, ouvrirent la marche pour repérer les ponts, écarter les obstacles et préparer les gués. Les unités de marche se composaient des régiments respectifs, de leurs compagnies d’artillerie d’appui ainsi que de tous leurs canons, de leurs avant-trains, de leurs caissons de munitions et de leurs forges mobiles, suivis par les éléments logistiques. Il y avait des trains des équipages pour les artilleurs, les officiers d’état-major et les dix chariots de compagnie du régiment. Chaque chariot de compagnie transportait des tentes, les bagages des officiers et le mobilier du camp, ainsi que les effets personnels que les soldats ne portaient pas sur eux. Il y avait un chariot pour recueillir les retardataires, plusieurs pour l’hôpital, puis ceux qui appartenaient aux bouchers.

  • 5 Scott (Kenneth), « Rochambeau’s American Wagoners, 1780-1783 », New England Historical and Genealog (...)

12Un ensemble de chariots transportait le ravitaillement général de l’armée, tout ce qui était en cuir pour réparer les harnais, ce qui servait à ferrer les chevaux, le savon, le papier à lettres, l’encre et les plumes d’oie. Les artisans de la maintenance de la division des éléments d’appui, tels que des charrons, des artisans qualifiés pour la fabrication et la réparation des chariots et des roues de voiture endommagés, ainsi que des maréchaux-ferrants et des forgerons qui ferraient les chevaux et les bœufs, fermaient la marche avec leurs forges mobiles et d’autres chariots. Enfin, un troupeau de bœufs de boucherie et leurs conducteurs suivaient les chariots. Comme c’était souvent le cas dans les armées européennes, bon nombre de ces fonctions d’appui étaient tenues par des civils travaillant sous contrat. Pour subvenir aux besoins de leur convoi de ravitaillement d’armée, par exemple, les intendants militaires embauchèrent sous contrat des civils américains pour fournir quinze brigades de chariots, soit 210 véhicules, chacun tiré par six bœufs, et engagèrent 239 hommes comme conducteurs ou charretiers ainsi que quinze cuisiniers 5.

  • 6 Aubevoye (Bertrand d’) et Lauberdière (Louis François de), Journal de l’Armée aux ordres de Monsieu (...)

13Le 6 juillet, deux jours après leur arrivée au camp de White Plains, dans l’État de New York, les troupes françaises défilèrent devant Washington. Le professionnalisme des soldats français impressionna leurs alliés américains. Bien qu’ils n’eussent guère eu qu’un seul jour pour se préparer après cette longue marche, les régiments apparurent toutefois dans leurs magnifiques uniformes d’apparat. Rochambeau prit place à la tête de son régiment d’officiers de grade supérieur et salua Washington, qui exprima alors ses compliments aux troupes françaises et fit part de son optimisme quant à la perspective d’une réelle collaboration 6. Les subordonnés de Washington approuvèrent.

  • 7 Acomb (Evelyn M.) (dir.), Revolutionary Journal of Baron Ludwig von Closen, 1780-1783, (Chapel Hill (...)

14Depuis 1775, l’armée continentale avait fait un long chemin pour se développer en une force militaire professionnelle. Bien qu’elle ne comportât que quelques vétérans qui avaient autrefois servi comme officiers britanniques, la jeune armée américaine bénéficiait largement d’une centaine de soldats professionnels étrangers qui s’étaient engagés comme volontaires, dont la plupart étaient français. À partir de 1778, la Couronne française détacha des officiers pour servir dans l’armée américaine. Le savoir-faire d’experts en artillerie, cartographie, ingénierie et en d’autres compétences techniques s’avéra inestimable, à une époque où le corps des officiers américain était encore en train de se développer. En raison du manque d’argent dont disposait le Congrès continental pour suffisamment soutenir son armée, les continentaux présentèrent un contraste saisissant avec les alliés bien équipés et bien habillés dans leurs beaux uniformes lorsqu’ils défilèrent devant les officiers français. Le baron Ludwig von Closen était impressionné et remarqua que bien qu’il fût pénible de voir de braves hommes si mal habillés et équipés, leur aspect joyeux et robuste le stupéfiait 7. En dépit des épreuves, les continentaux établirent une tradition de service fidèle, et leurs camarades français trouvèrent en eux des alliés dignes d’estime.

  • 8 Fitzpatrick (John C.), Washington’s Writing, Volume 22, p. 397.

15Une fois les deux armées réunies, leurs chefs estimèrent que la conquête de New York devait être la prochaine étape pour garantir la liberté américaine. Bien qu’il eût recommandé de porter leur attention vers le sud, Rochambeau s’engagea à aider Washington. Une reconnaissance détaillée, cependant, ne fit que confirmer que sans renforts massifs ni matériels supplémentaires, et sans l’aide d’une flotte puissante, un assaut sur New York n’avait que peu de chances d’aboutir 8. Bien que déçu, Washington ne fut pas inconséquent. Il n’ignora pas le conseil de Rochambeau pour un plan de campagne alternatif. Orienter une stratégie vers le sud était toujours possible, à condition que la situation stratégique se présentât favorablement et qu’il fût possible d’atteindre la supériorité navale. L’espoir allié d’une prise décisive en 1781 reposait dès lors sur l’arrivée de l’amiral de Grasse et d’une flotte.

16Les événements en Virginie se déroulèrent ensuite en faveur des alliés. Le 2 avril, Lafayette envoya un rapport à Washington, selon lequel l’armée de Cornwallis érigeait des fortifications sur la rivière York, dans le petit port de Yorktown, en Virginie. L’action indiquait que l’armée ennemie était en train d’établir une base fixe où elle pourrait largement être soutenue et ravitaillée par la Royal Navy. Comme la première condition était remplie pour mener une stratégie vers le sud avec succès, Lafayette se chargea d’empêcher Cornwallis de quitter Yorktown par les terres. La seconde condition, isoler l’armée de Cornwallis par la mer, demandait maintenant que la flotte française s’interposât entre cette dernière et la Royal Navy. Agir ainsi rendrait la force britannique plus vulnérable et empêcherait ses renforts ou son évacuation. À moins que l’armée française ne gagnât et ne maintînt la supériorité navale, tout avantage augmenté par le regroupement des armées continentale et française serait de courte durée. Dès lors, le dénouement de la bataille dépendait de De Grasse.

  • 9 Doniol (Henri), Histoire de la participation de la France à la création des États-Unis d’Amérique, (...)

17Le 28 mai, Rochambeau envoya un message informant de Grasse que les secteurs où une offensive contre les Britanniques serait possible étaient la baie de Chesapeake et New York. Rochambeau reconnut que son homologue naval préférait la baie de Chesapeake, admit que c’était l’endroit où la flotte pourrait rendre le plus grand service, mais lui laissa le soin de prendre la décision. Le général demanda que, lorsque de Grasse aurait décidé où agir, il envoyât une frégate en avance afin d’informer Barras et Washington et que ces derniers pussent coopérer 9.

18Le 28 juillet, de Grasse répondit à Rochambeau qu’il choisirait la baie de Chesapeake plutôt que New York. Rochambeau reçut le message à son quartier général le 14 août et en avisa Washington aussitôt. Les deux commandants en chef rectifièrent immédiatement leurs plans pour mettre en œuvre une campagne en Virginie au lieu d’attaquer New York. De Grasse avait averti que sa flotte ne stationnerait dans la baie de Chesapeake que jusqu’au 15 octobre, il n’y avait donc pas de temps à perdre. Les ordres furent envoyés aux chefs subordonnés et aux principaux officiers d’état-major. Le 17 août, les premières forces américaines se mirent en mouvement, traversèrent l’Hudson à Dobbs Ferry pour commencer leur marche de 750 km vers Yorktown. Le lendemain, une infanterie américaine supplémentaire et l’artillerie française se mirent en route, suivies de l’infanterie française le 19 août.

19Il fallait accomplir de nombreuses tâches, et vite, pour garantir le succès de l’opération. Les armées alliées devaient maintenir l’illusion qu’une attaque sur New York était imminente. À cet effet, les commandants américains et français mirent en œuvre un certain nombre de subterfuges et de mesures de sécurité qui laissèrent les informateurs loyalistes, les commandants britanniques et même leurs propres subordonnés dans l’ignorance quant à leurs réelles intentions. Les subterfuges eurent l’effet souhaité. Au moment où il réalisa que Rochambeau et Washington gagnaient du terrain, le commandant en chef britannique, Sir Henry Clinton, ne put ni frapper l’arrière allié lorsqu’il se déplaçait, ni envoyer à Cornwallis les renforts suffisants à temps.

  • 10 Wright (Robert K. Jr.), Continental Army (Washington, DC : Government Printer Office, 1983), p. 169

20Les logisticiens alliés se chargèrent du succès de l’opération. Les officiers français et américains devaient planifier les opérations et travailler en étroite collaboration. Ils mirent en place un certain nombre de magasins communs offrant le ravitaillement à chacune des autres forces si nécessaire, et travaillèrent avec les gouvernements locaux et de chaque État. Quand le ravitaillement et les services n’étaient pas facilement disponibles aux armées, ils faisaient appel à des fournisseurs. Des escouades d’officiers des deux armées se rejoignirent pour reconnaître et marquer les itinéraires, empêcher les unités de s’égarer et de s’embrouiller, et s’assurer que ces dernières parvinssent à mettre les troupes en mouvement sans délai. Distribuer les approvisionnements n’était pas la moindre des tâches. Il est intimidant de voir que le nombre de soldats et de civils les accompagnant fit de l’armée franco-américaine la plus importante communauté en Amérique du nord pour un moment. Leur tâche peut être comparée à celle de fournir suffisamment de vivres pour nourrir les habitants de Philadelphie, la ville américaine la plus importante de l’époque, tant que l’armée était en mouvement et sans priver les communautés civiles de denrées alimentaires. Il fallait d’énormes quantités de farine, de légumes et de viande à la fois fraîche et en conserve. En outre, il fallait fournir les fourrages pour des milliers d’animaux de trait et de bœufs de boucherie sans laisser le bétail des civils mourir de faim dans leurs champs 10.

  • 11 Lettre non datée de JW à Silas Deane, Williamsburg, (novembre 1781 ?). CHS Jeremiah Wadsworth Paper (...)

21Les ravitaillements américains étaient rassemblés dans des dépôts continentaux. En recourant à l’austère trésorerie et aux prêts de titres sur les ressources personnelles du superintendant des Finances, Robert Morris, les officiers continentaux achetaient des réserves supplémentaires à l’armée et aux autorités civiles, tout comme aux alliés français, tout au long du chemin. De façon étonnante, le général intendant de l’armée continentale, Timothy Pickering, et son état-major relevèrent le défi de conduire l’armée continentale vers la Virginie et de la nourrir tout au long du siège 11.

  • 12 Historical Society of Delaware (HSD) Rodney Collection, Caesar Rodney, Box 6 Folder 20 ; Public Arc (...)

22Comme les armées se déplaçaient plus loin vers le sud, les États avaient davantage de temps pour préparer leur arrivée. L’exemple du Delaware illustra bien la façon dont les États répondirent aux besoins logistiques des troupes. Dès le 16 août, l’intendant adjoint du Delaware, John Yeates, informa le président de l’État, Caesar Rodney, que bien qu’il eût espéré que les armées traverseraient l’État, il concéda que les dépôts étaient stockés de manière insuffisante pour apporter l’aide nécessaire. Il demanda donc aux autorités civiles de coopérer. Le 1er septembre, Rodney ordonna au trésorier général du Delaware, Samuel Patterson, au colonel Henry Darby et au capitaine William McClay de se procurer les approvisionnements et de répartir les fonds pour couvrir les dépenses. Grâce à cette aide, les autorités continentales et de l’État réunirent et distribuèrent une grande quantité d’approvisionnements supplémentaires nécessaires et les conservèrent en attendant l’arrivée des premiers soldats continentaux 12.

23Les armées alliées empruntèrent différents itinéraires, traversèrent l’Hudson et marchèrent vers l’État du New Jersey à la fin du mois d’août. Une fois dans le New Jersey, le corps principal de l’armée continentale se divisa en deux colonnes. La division de droite, ou d’ouest, commandée par le colonel John Lamb, était composée du 1er régiment du Rhode Island, du Corps of Sappers et Miners, de trains des équipages, du second régiment continental d’artillerie, d’une colonne transportant trente barges sur des attelages, ainsi que du train de l’état-major de l’armée. La seconde colonne, ou division de gauche, constituée de la plupart des brigades d’infanterie et du reste de l’artillerie, était commandée par le Major General Benjamin Lincoln et marchait vers l’est. Les deux divisions se réunirent brièvement pour camper à 12 km de New York, avant de se séparer une nouvelle fois et de poursuivre la marche vers le sud en deux colonnes.

24L’armée française marchait en une seule colonne mais se dispersa largement dans les quatre divisions administratives qu’elle avait utilisées pour la marche entre Newport et White Plain plus tôt dans l’année. En dispersant les armées franco-américaines sur différents itinéraires, les alliés maintenaient l’illusion qu’ils se massaient pour un assaut sur New York. La dispersion répondait donc à une question pratique, dans la mesure où une armée en mouvement consommait d’importantes quantités de vivres et de fourrage. Si les forces combinées n’avaient suivi qu’un seul itinéraire, les ressources des secteurs concernés auraient rapidement été réduites. Dans le cas où les Britanniques sortiraient de New York, la division américaine de la colonne de gauche était préparée à enfoncer la ligne de bataille et à aller au devant de la menace, gagnant ainsi du temps pour que le reste de l’armée pût se déployer. Lorsque les armées atteignirent Princeton, dans le New Jersey, elles étaient engagées dans la campagne du sud de manière irréversible, et s’étaient retirées avec succès d’un théâtre d’opérations pour se déployer vers un autre.

25Quand les armées franco-américaines marchèrent dans Philadelphie au début du mois de septembre, on ne pouvait pas dissimuler le fait qu’elles se dirigeaient vers la Virginie pour engager le combat avec l’armée de Cornwallis à Yorktown. Tandis que les troupes traversaient la rivière Schuylkill et marchaient vers le sud, l’artillerie était embarquée à bord de navires et descendait la rivière Delaware vers Christiana. Ayant trompé Sir Henry Clinton, l’optimisme était au beau fixe dans le camp allié, bien que les généraux Washington et Rochambeau n’eussent reçu aucune nouvelle de De Grasse les informant que sa flotte, dont tout succès dépendait, était en route. Inconscient que les deux armées alliées marchaient vers lui, lord Cornwallis et ses soldats exténués se retranchèrent dans ce qu’ils espéraient être des quartiers d’hiver tranquilles pour profiter d’un repos bien mérité.

26Comme la flotte française naviguait vers le nord depuis les Antilles et que les armées combinées franco-américaines étaient en mouvement, la mission de Lafayette n’était plus d’ennuyer ni de suivre Cornwallis sans risquer un engagement décisif, mais de s’assurer que le commandant britannique gardât son armée à Yorktown jusqu’à l’arrivée de Washington et Rochambeau. Cependant, les forces britanniques présentes à New York ne pouvaient pas être totalement réduites. Pour maintenir l’illusion qu’ils avaient toujours l’intention d’attaquer la ville et d’empêcher toute sortie, Washington laissa un détachement assez important pour couvrir son mouvement. Une division d’environ 2 500 soldats continentaux resta dans les défenses des Hudson Highlands, et d’autres divisions couvrirent le New Jersey. Pour soutenir ce nombre, le commandant en chef américain fit appel aux gouverneurs des États environnants pour engager des troupes et des milices d’État et faire face à l’armée de Sir Henry Clinton, même si elle tentait de s’interposer.

  • 13 Lesser, Sinews of Independence, p. 204-205.

27Après que Washington avait créé ces détachements, environ 2 500 soldats continentaux se déplaçaient vers le sud. Cependant, ce nombre devait doubler une fois qu’ils furent rejoints par les forces continentales déjà présentes en Virginie commandées par les généraux Lafayette, Wayne et von Steuben. De plus, des régiments nouvellement créés et entraînés de soldats continentaux du Maryland étaient sur leur chemin, et les troupes et la milice de Virginie viendraient encore augmenter la taille de l’armée américaine. Rochambeau marchait à la tête d’environ 4 300 soldats, mais attendait également des renforts de Virginie. La flotte de De Grasse transportait les régiments d’infanterie Gâtinais, Agenais et Touraine, 100 hussards et un détachement de l’artillerie de Metz, plus 3 200 hommes sous le commandement du comte de Saint-Simon. Une fois réunies, ces forces franco-américaines devaient obtenir l’avantage numérique exigé pour garantir le succès d’un siège 13.

28Le 5 août, la flotte française présente dans les Antilles leva l’ancre et navigua vers le nord. En chemin vers la baie de Chesapeake, de Grasse envoya une frégate vers la Havane pour obtenir le 1,2 million de livres que Rochambeau avait demandé. Il fallut près de cinq heures pour collecter ces fonds de sources publiques et privées, avant que la frégate ne naviguât de nouveau vers le nord. À la fin du mois d’août, la flotte de De Grasse arriva et commença à débarquer les renforts. En intégrant la division américaine de Lafayette, la puissance des troupes alliées était suffisante pour empêcher l’armée de Cornwallis de tenter de sortir de l’encerclement et de s’échapper par les terres.

29Le 5 septembre, une frégate française patrouillant dans les caps de Virginie aperçut des voiles à l’horizon et de Grasse prit rapidement conscience que la flotte britannique de l’amiral Sir Thomas Graves venait en renfort de Conwallis. L’amiral ordonna à ses capitaines de couper les câbles d’ancre et de se préparer à l’action. Durant les trois jours suivants, les flottes régulièrement opposées se battirent, dérivèrent vers le sud et se regardèrent en chiens de faïence. Bien que la bataille fût un match nul tactique, elle fut une victoire stratégique considérable. Au moment où de Grasse et Graves firent marche arrière et revinrent dans la baie de Lynnhaven, l’escadre française de Barras était au mouillage et les transports déchargeaient l’artillerie de siège de Rochambeau. Dès lors, les Français bénéficiaient d’un avantage naval décisif et la flotte britannique se retira. Le décor était posé pour la destruction de l’armée de Cornwallis à Yorktown.

30Après trois semaines de marche, et tandis que la bataille navale faisait rage, des éléments de tête de l’armée continentale atteignirent Head of Elk, dans le Maryland, le 6 septembre. Les deux jours suivants, les divisions françaises arrivèrent, suivies de l’arrière-garde américaine. Le 9 septembre, après un bref repos, les armées furent prêtes à reprendre le mouvement. Rochambeau et Washington avaient conscience que la vitesse était toujours essentielle : Sir Henry Clinton pouvait toujours lancer une opération afin de venir en aide à Cornwallis, qui pourrait tenter de sortir de l’encerclement. Ignorant que l’engagement naval avait été livré, les commandants alliés gardaient à l’esprit que le message envoyé par de Grasse et reçu le 5 septembre, les informant que la flotte était dans la baie de Chesapeake, comprenait l’avertissement que les vaisseaux ne pourraient stationner que jusqu’au 15 octobre.

  • 14 Morris to Lincoln, 8 September 1781, Papers of Robert Morris 1781-1784 (Pittsburg, Pa. : University (...)
  • 15 Martin (Joseph Plumb), Private Yankee Doodle, (Boston : Little, Brown & Co, 1962), p. 222-23.

31Washington avait également conscience d’un autre facteur critique. Ses soldats et ses officiers avaient servi sans recevoir de solde depuis des mois. Les billets de dollars continentaux presque sans aucune valeur qu’ils recevaient n’aidaient en rien au moral des troupes. C’est pourquoi Washington s’adressa à Rochambeau pour qu’il prêtât à Morris assez d’espèces pour payer à ses soldats du rang un mois de salaire. Bien que cette somme représentât la moitié de ce qu’il restait dans son trésor de guerre, Rochambeau apporta l’argent 14. Lorsqu’ils s’alignèrent pour recevoir leur solde le 8 septembre, c’était la première fois que beaucoup de soldats continentaux recevaient leur paye en espèces. Le moral des troupes grimpa en flèche. De nombreux soldats réalisèrent que leurs alliés français y avaient contribué. Le Sergeant Joseph Plum Martin du Corps of Sappers and Miners se souvint plus tard que ses camarades et lui avaient entendu que l’argent avait été emprunté par leurs officiers à leurs homologues français. Martin se rappela également que c’était la première véritable paye qu’il recevait pour son service depuis 1776. Cependant, il n’en reçut aucune autre jusqu’à la fin de la guerre en 1783 15.

32Depuis le jour où les troupes alliées avaient commencé à marcher vers le sud, les agents continentaux sous contrat tentaient d’obtenir assez de vaisseaux, soit en les louant, soit par intimidation, pour transporter les deux armées et descendre la baie de Chesapeake vers Yorktown. Quatre-vingts navires de sorte et de taille différentes, dont 12 sloops, 18 shooners et une douzaine de petits vaisseaux privés, attendirent au mouillage près de Head of Elk. Le 8 septembre, tandis que les soldats recevaient leur paye, l’état-major ordonna à la garde du commandant en chef, aux troupes légères, à un régiment d’infanterie, à l’artillerie continentale, au Corps of Sappers and Miners et aux artificiers d’embarquer tout comme la première division des troupes américaines, qui totalisait 1 500 hommes environ. Une fois ce contingent à bord, des éléments de la seconde division commencèrent à embarquer. Il y avait à peine assez de place pour le régiment combiné du New Jersey et quatre compagnies, chacune composée de grenadiers et de chasseurs, et un détachement de l’infanterie et de l’artillerie de la Légion de Lauzun, soit environ 1 200 soldats français 16. Avant que ces derniers ne fussent entièrement embarqués, le reste, environ 4 000 soldats français et leur artillerie ainsi que 1 000 Américains des deux régiments des États de New York et du Rhode Island reprirent la marche.

  • 16 National Archives Record Administration, Record Group 93, War department Records, M 853 Reel 8, vol (...)

33Le 12 septembre, les troupes marchaient vers Baltimore, où des vaisseaux de transport supplémentaires les attendaient. Bien que la nouvelle que de Grasse avait navigué pour engager le combat avec la flotte britannique fût arrivée, il fallait encore attendre deux jours pour connaître l’issue de la bataille. Entre-temps, Rochambeau avait espéré que suffisamment de navires seraient disponibles à Baltimore pour embarquer au moins deux des régiments français. Malheureusement, il y avait seulement assez de navires pour prendre les unités américaines restantes à bord, lesquelles embarquèrent le 16 et le 17 septembre. Rochambeau partit en tête, accompagné de son état-major, afin de rencontrer Washington pour un conseil de guerre à Mont Vernon, laissant au baron de Vioménil, le commandant en second français, le soin de conduire l’armée vers la Virginie.

34Alors que le convoi de transports de fortune descendait la baie de Chesapeake, Vioménil apprit que des transports français suffisants pour ses hommes étaient en chemin vers Annapolis. Il envoya 300 hussards de Lauzun et le train de ravitaillement par voie de terre vers la Virginie, tandis que son artillerie et son infanterie marchaient à la rencontre des navires. L’armée française arriva à Annapolis le 19 septembre et embarqua les hommes, les canons et l’équipement à bord de quinze vaisseaux français. Les six navires de guerre et les neuf transports levèrent les voiles le 21 septembre.

35Le 19 septembre, en début de soirée, trente-six jours après la décision de Rochambeau et de Washington de porter leur attention vers la Virginie, les éléments de tête de l’armée continentale touchèrent terre à Archer’s Hope, sur la rivière James. Les grenadiers et les chasseurs français débarquèrent le 23 septembre à Burwell’s Ferry, près de Jamestown. Le 26 septembre, les transports français déchargèrent le dernier régiment d’infanterie et d’artillerie de Rochambeau, et les unités se concentrèrent à Williamsburg. Deux jours plus tard, 18 000 soldats des armées combinées franco-américaines de Washington, avec environ 9 000 hommes dont les forces et la milice de Lafayette, ainsi que Rochambeau, lui aussi accompagné d’environ 9 000 soldats après l’arrivée en renfort de l’infanterie et de l’artillerie commandée par Saint-Simon Montbler, partirent pour Yorktown où les 7 000 hommes de Cornwallis attendaient la relève en vain.

36La marche sur Yorktown fut le plus important mouvement stratégique de troupes alliées de la guerre et est considérée comme l’un des exploits les plus remarquables dans les annales de l’histoire militaire. En l’espace de quatre jours seulement, après avoir reçu la nouvelle que la flotte faisait route vers la baie de Chesapeake, les commandants alliés agirent de manière décisive et maintinrent l’initiative. L’armée combinée franco-américaine se retira du contact avec une formation ennemie importante vers l’avant et se repositionna à plus de 640 km pour faire face à une formation plus vulnérable. Les forces de coalition arrivèrent à l’endroit crucial à temps pour mettre en défaite un corps ennemi important dans le combat qui s’avéra décisif pour l’issue du conflit. Tout comme la bataille, la planification logistique, la préparation et l’exécution de la marche vers la victoire donnent aujourd’hui un autre exemple de la tradition d’amitié, d’alliance militaire et de coopération opérationnelle entre les Français et les Américains, une tradition qui a résisté à l’épreuve du temps.

Haut de page

Notes

1 Lesser (Charles), Sinews of Independence (Chicago, III. : Universiry of Chicago Press, 1975), p. 204-205.

2 Fitzpatrick (John C.), (dir.), Writing of George Washington from the original manuscript sources 1745-1799 (Washington’s writings)Volume 19 (Washington, DC : Government Printing Office, 1931-1944), Volume 19, p. 174-176.

3 Fitzpatrick (John C.), Washington’s writings, Vol. 19, p. 423, note 68.

4 Connecticut Historical Society (CHS), Jeremiah Wadsworth Correspondence, Box 131, John Carter to JW, 14 April 1781, and John Carter to JW, 25 April 1781.

5 Scott (Kenneth), « Rochambeau’s American Wagoners, 1780-1783 », New England Historical and Genealogical Register, Volume 143, (July 1989), p. 256-262.

6 Aubevoye (Bertrand d’) et Lauberdière (Louis François de), Journal de l’Armée aux ordres de Monsieur le comte de Rochambeau, Bibliothèque nationale de France, Paris, folio. 74 v.

7 Acomb (Evelyn M.) (dir.), Revolutionary Journal of Baron Ludwig von Closen, 1780-1783, (Chapel Hill, NC : University of North Carolina Press, 1958), p. 90/92.

8 Fitzpatrick (John C.), Washington’s Writing, Volume 22, p. 397.

9 Doniol (Henri), Histoire de la participation de la France à la création des États-Unis d’Amérique, (Paris : A. Picard, 1892), Volume 5, p. 481.

10 Wright (Robert K. Jr.), Continental Army (Washington, DC : Government Printer Office, 1983), p. 169.

11 Lettre non datée de JW à Silas Deane, Williamsburg, (novembre 1781 ?). CHS Jeremiah Wadsworth Papers, Box 132.

12 Historical Society of Delaware (HSD) Rodney Collection, Caesar Rodney, Box 6 Folder 20 ; Public Archives Division of Delaware, Delaware Archives. Revolutionary War. In Three Volumes (Washington, Del. : Delaware State Archives, 1919) vol.3, p. 1 357-58.

13 Lesser, Sinews of Independence, p. 204-205.

14 Morris to Lincoln, 8 September 1781, Papers of Robert Morris 1781-1784 (Pittsburg, Pa. : University of Pittsburg Press, 1985), Volume 2, p. 220.

15 Martin (Joseph Plumb), Private Yankee Doodle, (Boston : Little, Brown & Co, 1962), p. 222-23.

16 National Archives Record Administration, Record Group 93, War department Records, M 853 Reel 8, vol. 52, p. 124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Glenn Williams, « March to Victory », Revue historique des armées, 246 | 2007, 10-21.

Référence électronique

Glenn Williams, « March to Victory », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 01 août 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/2343

Haut de page

Auteur

Glenn Williams

Historien au Centre d’histoire militaire de l’armée américaine à Washington, il est l’auteur de Year of the Hangman : George Washington’s Campaign against the Iroquois, Westholme Publishing, (prix Thomas J. Fleming). Ancien officier, il est titulaire d’un BA, d’un MA en histoire et prépare un doctorat (University of Maryland, College Park).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org