Navigation – Plan du site
Lectures

Jean Delmas, La Guerre d’Algérie

Le Mémorial de Caen (esplanade Eisenhower-BP 6261, 14066 Caen, cédex 4), 96 pages.
Jean-Charles Jauffret
p. 137

Texte intégral

1Présenter la guerre d’Algérie en moins de 100 pages, dont presque la moitié en documents photographiques particulièrement bien choisis, relève du défi. Seul un historien confirmé, maître de la question et dépassant les querelles idéologiques, pouvait le relever. C’est le cas du général (cr) Jean Delmas, ancien chef du Service historique de l’armée de Terre et directeur de recherche habilité, acteur et témoin de ce qui reste un drame pour ceux qui l’ont vécu, et trop souvent une stérile guerre de mémoires antagonistes. De façon classique, le plan obéit à une règle de périodisation : « Les origines », « Le déclenchement et l’extension de l’insurrection 1954-1956 », « Le rétablissement militaire 1956-1959 », « La recherche d’une solution politique et les crises conséquentes 1959-1961 », « Une conclusion sanglante ». Chaque mot compte dans cette approche qui échappe, sans l’ignorer, l’habituelle coupure « avant » et « après » de Gaulle. Implacable d’une tragédie dont la France refusera longtemps de voir qu’elle s’inscrivait dans le phénomène mondial de la décolonisation. Aucun fait majeur n’est occulté et personne n’est épargné dans ce raccourci, sans que l’anathème soit jeté sur quiconque. « La dialectique infernale » définie par Albert Camus est évoquée, notamment à propos de la bataille d’Alger et de la question de la torture. L’auteur n’ignore pas qu’en de telles circonstances chacun est et demeure convaincu de « son » droit comme de « sa » vérité et comptabilise « ses » morts. Il lui appartient donc de présenter les deux faces d’une réalité à la fois complémentaire et incompatible. Avec aisance, Jean Delmas s’y emploie sans abuser des chiffres (la démographie, les pertes, les disparus, les rapatriés, les harkis…). Comme il s’emploie à démontrer l’atroce mécanisme de la montée aux extrêmes. La hauteur de vue qui caractérise plus particulièrement sa tentative (et qu’il présente pour telle) d’explication du cheminement décisionnel du général de Gaulle mérite d’être soulignée. Le président de la Ve République n’obéit qu’à une seule considération : la grandeur de la France. Devenue puissance nucléaire, elle ne peut prétendre au rang de décideur mondial aussi longtemps qu’elle sera stigmatisée par l’épithète de nation « coloniale » et affaiblie par le poids croissant, social et politique, d’une population algérienne en plein essor démographique. Une décision d’abandon frappée du sceau de la cruelle raison d’État sans tenir compte des luttes internes du FLN, des harkis et des Français d’Algérie ? Un livre-résumé ? Non, un outil de réflexion et un modèle de méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Jauffret, « Jean Delmas, La Guerre d’Algérie », Revue historique des armées, 246 | 2007, 137.

Référence électronique

Jean-Charles Jauffret, « Jean Delmas, La Guerre d’Algérie », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 25 juillet 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/2663

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Jauffret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org