Navigation – Plan du site
Lectures

Jean Veber, J’y étais

Éditions Italiques, Triel-sur-Seine, 2005, 302 pages
Louis Panel
p. 132

Texte intégral

1Les témoignages de poilus sont innombrables. Portés par le regain d’intérêt que suscite ce type de document, il s’en publie désormais en grand nombre chaque année. Pourtant, le journal de Jean Veber n’est pas qu’un récit de plus. Son auteur, en effet, présente un profil original. Dessinateur, graveur et illustrateur, Jean Veber (1864-1928) fut un artiste célèbre dès avant la guerre, notamment pour ses caricatures dans Gil Blas, Le Rire ou L’Assiette au beurre, volontiers irrévérencieuses à l’égard de l’autorité militaire, sinon réellement antimilitaristes.

2Les premières pages de son journal de guerre témoignent ainsi du Tout-Paris, celui des personnalités artistiques et littéraires, mais aussi politiques. La mobilisation, c’est ainsi dans le salon de Joseph Noulens qu’il l’apprend au soir du 1er août. Âgé de cinquante ans, il s’engage volontairement comme caporal et livre la bataille des frontières. Promu sergent, il instruit les classes 1915 et 1916, et fait montre de grandes qualités de pédagogie et de charisme auprès de ces jeunes soldats. Versé dans une unité combattante, le 31e régiment d’infanterie, à l’hiver 1915, il y fera désormais toute la guerre : d’abord comme adjudant à Vauquois, avant d’être cité sur la Somme, puis médaillé militaire, et enfin promu sous-lieutenant. En 1917, il conduit sa section au Chemin des Dames, acquiert une nouvelle citation, et se spécialise dans le commandement des mitrailleuses, dont il décrit avec attention les vertus tactiques. Fortement atteint par les gaz, il est démobilisé dans le courant de 1918, avec la rosette de la Légion d’honneur. L’honneur de porter le drapeau du 31e RI en Alsace lui revient après l’armistice. J’y étais illustre donc, au jour le jour, l’activité mais aussi les sentiments d’un dessinateur de presse, caustique mais néanmoins cocardier, et son parcours sous le casque Adrian. Il offre de saisissantes images de guerre, dans le Paris de la mobilisation d’abord, puis dans les tranchées. On regrette néanmoins – outre le titre quelque peu racoleur de l’ouvrage – que l’œuvre graphique de Veber, notamment aux armées, ne soit pas mieux représentée (guère plus d’une dizaine de pages d’estampes sur les 300 du volume).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Panel, « Jean Veber, J’y étais », Revue historique des armées, 246 | 2007, 132.

Référence électronique

Louis Panel, « Jean Veber, J’y étais », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 25 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/2693

Haut de page

Auteur

Louis Panel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org