Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Louis Planche, Sétif 1945 : histoire d’un massacre annoncé

Éditions Perrin, Paris, 2006, 422 pages
Nicolas Texier

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean-Louis Planche répond à une urgence : que s’est-il exactement passé à Sétif en mai 1945 ? Comment expliquer l’ampleur d’une répression qui fera entre vingt et trente mille morts parmi les Algériens et qui, jusque-là, n’avait pas fait l’objet d’une étude suffisante ? En bon historien, l’auteur s’attache à recomposer scrupuleusement chacune des étapes qui aboutiront au plus grand massacre de l’histoire de la France contemporaine. Il reconstitue ainsi le portrait d’une Algérie coloniale ébranlée par le marché noir et dont la tendance naturellement oppressive est exacerbée par la révolution nationale du régime de Vichy. Il souligne également l’atmosphère de peurs et d’incertitudes qui règne dans l’immédiat après-guerre, alors que le Parti communiste dispute encore le pouvoir au gouvernement du général de Gaulle et se révèlera, dans le Constantinois, tout d’abord comme un facteur de troubles, puis comme le meneur de la répression.

2Mais les Algériens aussi ont changé. Soumis pendant la guerre aux exactions des éléments les plus réactionnaires de la société coloniale, ils osent croire à la liberté que semble promettre la chute des forces de l’Axe, bien qu’il y en ait eu pour souhaiter un écrasement plus complet de la France par le Reich. Le 8 mai, le principal parti algérien organise des manifestations en appelant timidement à l’indépendance. Affolés par la rumeur, portés par la peur d’une insurrection générale, les Européens de Sétif se lancent alors dans une répression aveugle qui durera deux mois et marquera l’imaginaire des Algériens comme le prélude douloureux d’une lutte nécessaire pour l’indépendance. Il manquerait presque à cette étude un chapitre pour expliquer le phénomène qui conduit des hommes à en massacrer d’autres, systématiquement, plusieurs semaines de suite, sans qu’il n’y ait eu d’autres provocations qu’un drapeau agité dans une foule. Mais il faut croire qu’une fois explicitées toutes les causes raisonnables qui conduisent aux désastres, il réside dans les folies collectives une part inaliénable et obscure qui résiste indéfiniment à l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Texier, « Jean-Louis Planche, Sétif 1945 : histoire d’un massacre annoncé », Revue historique des armées [En ligne], 246 | 2007, mis en ligne le 25 juillet 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/2733

Haut de page

Auteur

Nicolas Texier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org