Navigation – Plan du site
Dossier

1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ?

Georges-Henri Soutou
p. 4-17

Résumés

En modifiant un peu la citation la plus connue de Clausewitz, on pourrait dire que : « la paix, c’est la poursuite de la guerre par d’autres moyens ». Cette formule s’applique en tout cas très bien à la période qui commence le 11 novembre 1918. En fait, l’Armistice de 1918 préjugeait d’entrée de jeu un certain nombre de questions essentielles pour la paix future. On pourrait d’ailleurs en dire autant des autres armistices de l’automne 1918, conclus avec la Bulgarie, la Turquie, l’Autriche-Hongrie, sans doute moins connus mais fort importants aussi. Il s’agissait non pas d’armistices militaires, mais politico-militaires. D’où l’importance de cette période au cours de laquelle s’arrête la Grande Guerre, mais alors que les traités de paix se font attendre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En modifiant un peu la citation la plus connue de Clausewitz, on pourrait dire que : « la paix, c’est la poursuite de la guerre par d’autres moyens ». Cette formule s’applique en tout cas très bien à la période qui commence le 11 novembre 1918. Théoriquement, un armistice est une suspension d’armes, qui ne met pas fin à l’état de guerre mais permet d’ouvrir des négociations, et qui reste politiquement neutre. En fait, l’Armistice de 1918 préjugeait d’entrée de jeu un certain nombre de questions essentielles pour la paix future. On pourrait d’ailleurs en dire autant des autres armistices de l’automne 1918, conclus avec la Bulgarie, la Turquie, l’Autriche-Hongrie, sans doute moins connus mais fort importants aussi. Il s’agissait non pas d’armistices militaires, mais politico-militaires. D’où l’importance de cette période au cours de laquelle s’arrête la Grande Guerre, mais alors que les traités de paix se font attendre.

2Cette politisation des armistices, et en particulier de celui de Rethondes, tient à deux facteurs essentiels. Tout d’abord, tous les belligérants, des deux côtés, ont voulu qu’il en fût ainsi : Allemands, Américains, Britanniques, Français, tous, on va le voir, ont voulu inscrire dès le texte de l’Armistice des clauses leur apportant des garanties fondamentalement politiques en vue des négociations de paix à venir. D’autre part, celles-ci ne se sont pas passées du tout comme on l’imaginait au départ : une conférence interalliée à Londres début décembre 1918 fixa le lieu de la conférence de la Paix (Paris, ce qui signifiait que la France présiderait les débats) et les grandes lignes du programme de travail, en suivant largement d’ailleurs les propositions de la diplomatie française : on commencerait à fixer entre alliés les préliminaires de paix, c’est-à-dire les grandes lignes des différents traités à conclure, puis on inviterait les puissances vaincues pour négocier les détails. C’était tout à fait conforme à la pratique usuelle (on n’avait pas procédé autrement en 1814-1815 et les notes françaises d’après l’Armistice rappellent constamment ce précédent) ; mais comme les discussions entre alliés furent beaucoup plus difficiles et longues que prévu, elles n’aboutirent que fin avril 1919 seulement. Et elles donnèrent naissance à un texte qui ne constituait nullement de simples préliminaires, mais un instrument complet de 439 articles touchant pratiquement tous les aspects de la vie du Reich, et que l’on remit aux Allemands dès le 7 mai, et qu’ils durent signer le 28 juin. Du coup, il n’y eut pas de préliminaires, et on resta sous le régime de l’Armistice, point essentiel, jusqu’au 28 juin 1919 et même en fait jusqu’à l’entrée en vigueur du traité de Versailles le 10 janvier 1920. Autant dire que l’Armistice ne fut pas une simple parenthèse : il constitua le régime de l’Europe pendant 14 mois et fixa certaines orientations pour la suite de façon irréversible.

La demande d’armistice du 4 octobre 1918 : une manœuvre allemande bien conduite

3On sait que libérée à l’est par la paix de Brest-Litovsk (9 mars 1918), l’Allemagne lança alors à l’ouest une série d’offensives en mai puis en juillet, offensives qu’elle espérait décisives, avant l’arrivée en nombre des troupes américaines. Ludendorff, le quartier-maître général de l’armée allemande et son véritable chef sous le commandement nominal de Hindenburg, jouait ainsi son va-tout. Mais, après des moments très difficiles, les alliés se ressaisirent, Français et Britanniques établirent enfin l’unité de commandement ; ils avaient désormais une considérable supériorité numérique et matérielle, ils pouvaient mener à nouveau, grâce à une aviation puissante et à une arme nouvelle, les chars, une guerre très mobile. À partir d’août, les armées allemandes, très affaiblies, reculèrent constamment, tandis que l’armée d’Orient à Salonique se mettait en branle et forçait la Bulgarie à conclure un armistice le 29 septembre. Plus rien ne s’opposait à l’avance des armées alliées le long du Danube jusqu’en Allemagne. Celle-ci était donc vaincue, et vaincue sur le terrain : les effectifs en ligne fondaient, sous les coups de boutoir des offensives Foch mais aussi parce que les soldats allemands s’agglutinaient à l’arrière, dans les lignes de communication (« die Etappe ») et ne remontaient plus au front après leurs permissions 1. Pétain préparait une grande offensive en Lorraine, qui était destinée à couper toutes les rocades allemandes dans le Nord-Est et en Belgique et donc à briser le front allemand 2.

4L’Allemagne était vaincue sur le terrain. Devant la menace de l’écroulement du front, Ludendorff, tête mieux faite qu’on ne le croit souvent et fort bien conseillé par le très politique colonel Bauer, qui à l’état-major maintenait un contact permanent avec les milieux dirigeants du Reich, imagina une manœuvre habile et très conduite : tant que les troupes allemandes se trouveraient encore sur le territoire ennemi, et sans attendre la catastrophe désormais prévisible, on réaliserait une sortie de la guerre maîtrisée accompagnée d’une transformation tout aussi maîtrisée du gouvernement du Reich. Le 29 septembre, à l’annonce de l’armistice bulgare, Ludendorff déclara au gouvernement qu’il fallait adresser aux alliés une demande d’armistice, mais, c’était là toute l’habileté, sur la base des Quatorze Points proclamés par le président Wilson le 8 janvier 1918 (c’est-à-dire sur la base du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et aussi de la non-discrimination en matière économique et commerciale, deux intérêts allemands essentiels, on va y revenir). En outre, ajoutait Ludendorff, il fallait nommer un nouveau chancelier à la tête du Reich et mettre en place une « parlementarisation » du régime (jusque-là le chancelier relevait uniquement de l’empereur, désormais il dépendrait de la confiance du Reichstag). Cette seconde proposition avait pour but de gagner la sympathie de Wilson, qui insistait de plus en plus depuis le printemps sur la nécessité de mettre un terme à la nature autoritaire du Reich ; elle avait aussi pour but d’essayer d’amortir la montée du mécontentement populaire, sensible depuis l’année précédente et qui devait d’ailleurs déboucher sur la révolution, à Berlin et dans les capitales des différents États du Reich, du 7 au 9 novembre. Elle avait enfin pour objectif, et disons tout de suite que cet objectif fut atteint, avec les plus grandes conséquences pour la suite, de dégager les militaires de leurs responsabilités aux yeux de l’opinion : c’étaient les militaires qui avaient conduit la guerre pour l’essentiel, au moins depuis 1916, ce serait aux civils de négocier l’Armistice puis la paix.

5Bien entendu la démarche soudaine de Ludendorff intervint comme un coup de tonnerre auprès du gouvernement, du Parlement et de l’opinion, soigneusement désinformés par l’état-major, qui en étaient restés aux victoires du printemps et du début de l’été et qui pensaient, après les immenses succès que représentaient les traités de Brest-Litovsk avec la Russie bolchevique en mars puis le traité de paix avec la Roumanie en mai que la victoire était à la portée de la main. Mais Ludendorff fut suivi : le 3 octobre, le prince Max de Bade, connu pour son libéralisme, devenait chancelier et formait un gouvernement représentant la majorité qui s’était constituée au Reichstag depuis l’été 1917 (sociaux-démocrates, libéraux, catholiques du Zentrum). Très logiquement, les réformes intérieures suivirent à marche forcée : réforme électorale en Prusse le 24 octobre (élément primordial pour toute démocratisation du Reich) et le 28, réforme de la constitution du Reich, le transformant en monarchie parlementaire. Ces réformes étaient en fait dans l’air depuis que la crise dite « du Daily Telegraph » en 1908 avait mis en pleine lumière les carences du régime personnel de Guillaume II, mais elles furent bien sûr accélérées par la défaite et aussi par la forte pression de Wilson.

6En effet, le deuxième volet de la manœuvre de Ludendorff, le volet international, avait été lancé par le nouveau gouvernement Max de Bade dès le 4 octobre, par la demande d’ouvrir des négociations d’armistice. (On notera que Max de Bade aurait voulu se donner quelques jours de délai, pour mieux préparer la chose sur le plan diplomatique ; mais Ludendorff, perdant quelque peu ses nerfs, exerça une très forte pression pour une demande immédiate, affirmant que le front ne pouvait pas tenir 48 heures de plus). Mais la manœuvre continuait : c’est ainsi que les Allemands ne s’adressèrent pas à l’ensemble des alliés et « associés » (rappelons que les États-Unis n’étaient pas juridiquement liés à la France et à la Grande-Bretagne) mais au seul Wilson. Leur espoir était de conclure l’armistice sur la base des Quatorze Points pour se prémunir contre les objectifs les plus durs de Paris et Londres. Ainsi les territoires incontestablement allemands ne pourraient pas être enlevés au Reich, et son unité ne pourrait pas être remise en cause. En effet, la France souhaitait que le Reich perdît des territoires importants, à l’est comme à l’ouest, voire même que son unité fût détruite. Et Paris et Londres étaient d’accord pour imposer après la guerre à l’Allemagne un régime économique international discriminatorie (droits de douane spécifiques, contrôle de l’approvisionnement en matières premières, limitations de toute nature aux activités des firmes allemandes à l’étranger). Il est clair que le wilsonisme, s’il était opposé aux buts de guerre étendus poursuivis par Berlin jusque-là, pouvait constituer une garantie désormais pour l’Allemagne vaincue : il limiterait ses pertes de territoire, empêcherait sa dislocation et sa sujétion économique.

7La stratégie allemande réussit dans une large mesure : en effet, Wilson ne se comporta pas vraiment en partenaire de Paris et Londres mais se transforma en arbitre tout au long du mois d’octobre, ce qui avait d’ailleurs été son attitude avant l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917 : il estimait que les motifs des alliés n’étaient pas purs, et que les États-Unis seuls étaient prêts à promouvoir une paix véritable. Il obligea certes le Reich à un armistice beaucoup plus dur qu’on ne l’avait pensé à Berlin, comprenant en particulier l’évacuation non seulement de la Belgique et du nord de la France mais aussi de l’Alsace-Lorraine et de la rive gauche du Rhin et aussi l’obligation de démocratiser la constitution allemande, plus qu’on ne le souhaitait au départ. Mais il en profita aussi pour forcer les alliés à reconnaître les Quatorze Points, expression de sa philosophie politique internationale, comme la base de la paix future, ce qu’ils firent, après un mois de résistance, le 4 novembre. (Rappelons qu’en janvier 1918 Paris et Londres s’étaient bien gardés de s’engager formellement sur les Quatorze Points : c’était le moment ou jamais pour Wilson de les y contraindre). Cela posait à la diplomatie française d’emblée bien des problèmes : il ne serait pas possible de remettre en cause directement dans le traité de paix la structure du Reich (et les experts craignaient qu’une Allemagne démocratisée ne se retrouvât encore plus centralisée que l’ancien Reich aux structures encore largement confédérales).

8D’autre part, les Quatorze Points limitaient les réparations à la « restauration » des régions envahies, ce qui ne couvrait pas par exemple les pensions, qu’après une guerre pareille, il faudrait consentir aux blessés et aux familles des tués, et encore moins le total des frais engagés pour la guerre, ou même une « indemnité de guerre » (comme la France avait dû la payer après 1871), ce qui était contraire à la pratique européenne traditionnelle et beaucoup moins étendu que ce que Paris et Londres avaient prévu au départ. Certes, Britanniques et Français obtinrent le 4 novembre du colonel House que l’on élargît le périmètre des réparations à « tous les dommages subis par les populations civiles du fait de l’agression de l’Allemagne sur terre, sur mer et par la voie des airs »,ce qui pouvait couvrir les bateaux marchands coulés et leur cargaison, et à la rigueur les pensions, mais qui ne couvrait en aucun cas les frais de guerre 3. Et surtout, surtout, il était dit dans les notes échangées entre Berlin et Washington jusqu’au 5 novembre que « la paix serait basée » sur les Quatorze Points. C’était pour Berlin, dans la défaite, une certaine garantie, et même une victoire diplomatique dont nous reverrons les conséquences.

L’ensemble des armistices

9Le 7 novembre, Erzberger, ministre d’État dans le gouvernement Max de Bade, partit conclure l’Armistice. Il était accompagné d’officiers, mais c’est lui, civil, qui portera la responsabilité de la convention d’armistice ; il sera d’ailleurs assassiné par des nationalistes en 1921 ; le calcul de Ludendorff commençait à fonctionner. Finalement, le Reich signa un armistice très dur le 11 novembre 1918, en forêt de Compiègne : l’Allemagne devait remettre des quantités considérables d’armements, de matériel roulant, elle devait livrer sa flotte de guerre (qui se saborda par la suite à Scapa Flow, en Grande-Bretagne). L’Allemagne était ainsi hors d’état de reprendre les opérations, sa défaite militaire était ainsi confirmée. En outre, elle devait évacuer la Belgique et le Nord de la France qu’elle occupait depuis 1914, ainsi que l’Alsace-Lorraine et la rive gauche du Rhin, qui était immédiatement occupée par les troupes alliées. Enfin, le blocus rigoureux auquel était soumis le Reich resterait en vigueur, étranglant l’économie allemande ; il subsista d’ailleurs pour l’essentiel (en dehors de livraisons de nourriture à des fins humanitaires) jusqu’en juillet 1919. Notons que l’Armistice était conclu pour un mois seulement, renouvelable chaque mois, de façon à maintenir une pression sur l’Allemagne.

10Au Moyen-Orient, cependant, le 31 octobre, l’armistice de Moudros avait mis fin à la guerre avec la Turquie, et les alliés occupaient les Détroits. Mais, en fait, c’était la Grande-Bretagne qui sur ce théâtre d’opérations dominait la situation, ce qui allait par la suite conduire à de graves frictions avec la France. Il est vrai que Londres avait engagé un million d’hommes au Moyen-Orient, la France, un seul régiment. Mais du coup, les grandes ambitions que Paris avait développées pour cette région depuis le début de la guerre se trouvaient fort compromises.

11Le 3 novembre, ça avait été l’armistice de Villa-Giusti, signé entre l’état-major italien et l’état-major d’une Autriche-Hongrie qui n’existait plus depuis quelques jours, s’étant décomposée. Ainsi, l’Italie contrôlait, aux confins de l’Autriche et dans les Balkans, de larges pans du théâtre : la France allait devoir tenir compte d’elle, en 1919 et tout au long de l’entre-deux-guerres pour l’Adriatique, les Balkans et les régions danubiennes, beaucoup plus que l’on ne l’imaginait au départ à Paris, et beaucoup plus certainement qu’on ne l’aurait souhaité.

12En fait, la situation était loin d’être totalement satisfaisante pour la France : les Britanniques et les Américains jouaient en effet depuis l’automne 1917 un rôle croissant (militaire mais aussi économique) dans le conflit. La France, malgré son incontestable victoire, avait relativement moins de poids qu’au début de la guerre. L’armistice de Rethondes lui apportait évidemment de grandes satisfactions (reprise immédiate de l’Alsace-Lorraine, occupation de la Rhénanie) mais, on l’a vu, Paris avait dû accepter la base des Quatorze Points, qui limitaient sévèrement l’accomplissement possible des objectifs français à plus long terme (occupation militaire permanente, voire annexion, de la Rhénanie ; contrôle économique permanent de l’Allemagne ; éventuellement éclatement du Reich ou tout au moins transformation de celui-ci en lâche confédération). Et ni dans les Balkans, ni surtout au Moyen-Orient, la situation à la fin de la guerre n’était exactement ce que les dirigeants français avaient espéré. Si on considère l’ensemble des armistices, et pas seulement celui de Rethondes comme on le fait trop souvent, la position de la France comme vainqueur était plus fragile qu’il n’y paraît, plus certainement que celle de la Grande-Bretagne.

Un armistice avec l’Allemagne trop précoce ?

13Les Français s’en rendaient compte. Ils hésitèrent d’ailleurs à accorder un armistice avant que les troupes alliées n’aient pénétré sur le territoire du Reich (on se battait en fait toujours en France, rappelons-le). Poincaré, président de la République, et Pétain, commandant en chef français, auraient souhaité que l’on administrât aux Allemands la preuve de leur défaite décisive. Mais Clemenceau, président du Conseil, et Foch, commandant en chef interallié, réagissant dans le cadre d’une guerre démocratique, firent valoir qu’il n’était pas possible de continuer à faire tuer des hommes alors que l’adversaire demandait la paix. Cependant, Foch aurait voulu que fût décidée, ou tout au moins amorcée, dès l’Armistice, l’annexion de la Rhénanie à la France ou au moins sa constitution en État tampon. Clemenceau refusa de le suivre, estimant qu’il ne fallait pas mélanger une question d’ordre militaire (en tout cas sur le plan juridique) avec des problèmes de nature politique, qui ne relevaient que du gouvernement, mais il obtint néanmoins, on l’a vu, que la rive gauche du Rhin fût évacuée par les forces allemandes en retraite : même si ce n’était que discrètement, il avait en effet une politique rhénane. Comme il l’écrivit à Foch, « les garanties de la Paix doivent avoir des points d’appui dans l’armistice ».

14De fait, les troupes allemandes purent regagner le Reich en bon ordre. Les divisions de la Garde défilèrent à Berlin sous la Porte de Brandebourg, et les soldats furent accueillis par Ebert, président socialiste du « Conseil des commissaires du peuple » et futur président du Reich, par des paroles ambiguës : « Aucun ennemi ne vous a surpassés. » C’était moins direct que la formule que l’état-major avait conseillée à Ebert (« Aucun ennemi ne vous a vaincus. ») mais cela ne pouvait pas contredire, dans l’atmosphère de l’époque, la propagande qui avait commencé dès la demande allemande d’armistice (qui lui était même consubstantiel, car elle faisait partie de la manœuvre destinée à mettre à l’abri de toute accusation le pouvoir militaire) selon laquelle le Reich n’avait pas été vaincu sur le champ de bataille, mais que c’était l’arrière, les civils, les politiciens, qui avaient flanché. Visiblement Ebert sentait le piège, mais il n’a pas su s’en dépêtrer efficacement 4. Caractéristique fut l’inscription portée par la suite sur le monument aux morts de la ville de Berlin et rédigée par les professeurs de l’Université : « Invictis victi victuri. » (« À ceux qui n’ont pas été vaincus, les vaincus, mais qui vaincront. »)

15Bien entendu, le mythe de la non-défaite fut immédiatement complété par celui du « coup de poignard dans le dos », propagé par les officines de l’état-major dès octobre 1918 : l’armée n’avait pas été vaincue sur le champ de bataille, elle avait été trahie par les « criminels de novembre », par les hommes politiques défaillants et bien sûr par les révolutionnaires et les socialistes, ces « apprentis sans patrie », selon la formule fameuse. Sur ce double mythe extrêmement fort, forgé dans l’humiliation d’une défaite inattendue et niée, se développèrent deux courants fondamentaux et consubstantiellement liés dès les années suivantes : la volonté de revanche et le rejet de la République de Weimar 5. On est là, comme l’a fort bien écrit Pierre Jardin, « aux racines du mal ». Il suffit de relire Les réprouvés, le roman autobiographique fameux d’Ernst von Salomon, publié pour la première fois en français en 1931 (chez Plon) pour s’en convaincre.

Les divergences entre alliés dans la préparation de l’Armistice du 11 novembre annonçaient les ambiguïtés de la paix future

16Wilson voulait créer un nouveau système international, se substituant à un concert européen qui à ses yeux n’avait été que l’instrument de l’égoïsme des grandes puissances européennes et un facteur essentiel dans le processus conduisant à 1914. C’était pour cela qu’il était entré en guerre, pas pour soutenir les objectifs alliés, qu’il ne voulait pas reconnaître et encore moins soutenir. Les Britanniques et les Français voulaient autre chose : ils voulaient échafauder un nouvel équilibre européen, en fait très traditionnel, mais au détriment de l’Allemagne, dont on ne voulait plus accepter l’hégémonie, hégémonie qu’elle avait dans une large mesure exercée en Europe depuis 1871. C’est tout l’enjeu de cette étonnante négociation menée en parallèle par Wilson en octobre 1918, avec les Allemands d’un côté et les alliés de l’autre, pour faire reconnaître par tout le monde ses Quatorze Points comme base de la paix future. La seule chose était que les Français voulaient un équilibre géopolitique actif, dans lequel les alliés s’engageraient en permanence dans l’ensemble du continent pour contrôler l’Allemagne, alors que les Anglais voulaient un équilibre quasi automatique en Europe, qui les dispenserait de s’engager directement et qui leur permettrait de revenir à ce qui était à ses yeux l’essentiel, c’est-à-dire l’Empire et le monde. Pour réaliser un tel équilibre, il fallait évidemment que la France ne fût pas trop puissante, même s’il est faux de penser, comme les Français le firent souvent dès les années 1920, 1930 et même 1940, que dès le 11 novembre, Londres n’aurait plus eu qu’une idée en tête : affaiblir Paris.

17Les Quatorze Points étaient en fait assez vagues. Wilson les avait proclamés en effet en janvier 1918, à un moment où il était encore impossible de savoir comment la guerre se terminerait, et il s’était montré plus prudent qu’on ne le dit parfois. C’est ce qui permit en octobre 1918 aux alliés d’accepter que l’Armistice fut conclu sur la base de ces Quatorze Points (les conversations franco-britanniques d’octobre 1918 montrent bien qu’ils ne les acceptaient que dans cette optique, c’est-à-dire en les considérant comme en fait peu contraignants) à la condition de deux précisions concernant la liberté des mers et, on l’a vu plus haut, les réparations.

18Mais cependant, les désaccords de fond étaient clairs et éclatèrent dès après l’Armistice (pendant l’ultime conférence à Londres fin octobre-début novembre, débouchant par l’acceptation par les Franco-Britanniques des Quatorze Points, le représentant de Wilson, le colonel House, avait opportunément « gazé » sur les points délicats). Ce fut ainsi que les Franco-Britanniques réussirent à faire inclure dans l’Armistice la clause selon laquelle, on l’a vu, le blocus de l’Allemagne serait maintenu. Tout le monde comprenait que cela orientait la suite, puisque Paris et Londres voulaient soumettre le Reich après la guerre à une discrimination économique permanente, dont les organes du blocus, maintenus, auraient été l’instrument idéal. Mais dès l’Armistice, les Américains préparèrent la reprise du ravitaillement de l’Allemagne, dans un premier temps sous couvert « humanitaire », mais il s’agissait bien dans leur esprit de réinsérer l’Allemagne dans le cadre économique mondial libéral le plus vite possible. Étant donné qu’ils étaient alors les seuls à disposer des ressources matérielles et d’une monnaie qui n’avait pas dévissé par rapport à l’or, leur point de vue était évidemment crucial, et dès le début de 1919, les Anglais s’y ralliaient, laissant les Français isolés avec leurs projets de « libéralisme organisé » et d’entente économique interalliée permanente, destinée aussi bien à faciliter la reconstruction de la France qu’à affaiblir durablement l’Allemagne 6.

19C’était encore plus net dans le domaine géopolitique. L’analyse des négociations entre militaires et responsables politiques alliés à propos des clauses militaires du futur armistice, en octobre et début novembre, montrent bien les arrière-pensées en présence : les Français souhaitaient occuper jusqu’au Rhin, et même des « têtes de pont » à Cologne, Coblence et Mayence, les Britanniques ne voulaient même pas aller au-delà des limites de l’Alsace-Lorraine. La raison invoquée était la crainte de voir les Allemands repousser un armistice trop dur, mais, en fait, les documents internes anglais montrent bien que la véritable crainte était de voir les Français s’incruster définitivement en Rhénanie, crainte avivée par cette notion de « frontière militaire sur le Rhin » que les chefs français n’hésitèrent pas à défendre, avec le soutien de Clemenceau (son opposition à Foch sur ce point ne concernait pas tant le fond, contrairement à ce que l’on a dit parfois, que le fait qu’il estimait que cette question relevait du pouvoir politique, pas des autorités militaires) 7.

20On remarquera d’autre part que la Grande-Bretagne, dès le 11 novembre 1918, avait réalisé l’essentiel de ses buts de guerre : la Belgique était évacuée et serait restaurée, l’Allemagne était affaiblie de façon décisive et privée de sa flotte, la principale menace pour l’Angleterre. Un équilibre européen radicalement nouveau allait s’établir, que les Anglais pensaient bien gérer selon leurs conceptions, la France étant certes victorieuse, mais amoindrie. En effet, celle-ci récupérait l’Alsace-Lorraine et entrait en Rhénanie mais tout le reste de ses objectifs (statut définitif de la rive gauche du Rhin, statut de l’Allemagne, question de la Sarre, du Luxembourg, réparations, réorganisation économique de l’Europe occidentale), tout cela restait suspendu au futur traité de paix. La France pensait disposer d’un capital moral auprès de ses alliés (« Hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’Humanité, la France sera toujours le soldat de l’Idéal. », avait proclamé Clemenceau dans son magnifique discours à la Chambre le 11 novembre 1918) et contrairement à une opinion fréquente, ce n’était pas faux : Lloyd George et Wilson étaient conscients des pertes subies par la France et ils souhaitaient que sa sécurité fût assurée et l’hégémonie allemande sur l’Europe éliminée une fois pour toutes. Mais ils n’étaient pas prêts à accepter toutes les exigences françaises, qui risqueraient à leurs yeux de compromettre le nouveau système international qu’ils voulaient mettre en place, et en particulier qui auraient nourri à l’avenir la volonté de revanche des Allemands. Affaiblie par la perte de 1 300 000 tués et d’innombrables mutilés, des régions entières ruinées, la France, malgré sa force militaire considérable en 1918, était hors d’état d’imposer sa volonté : elle allait après l’Armistice devoir négocier et souvent ruser pour maintenir ouvertes le plus grand nombre d’options possibles 8.

Les problèmes non résolus et les tensions futures

21Les armistices ne résolvaient pas tout. En particulier à l’est de l’Europe. Tout d’abord, si le texte de Rethondes, une fois de plus très politique, stipulait que le Reich renonçait aux traités de Brest-Litovsk et de Bucarest (article XV), l’article XII faisait obligation aux Allemands de rester dans les territoires qui avaient appartenu avant la guerre à la Russie (donc les pays baltes et l’Ukraine) jusqu’à ce que les alliés en jugent autrement, « compte tenu de la situation intérieure de ces territoires ». Bien entendu, il s’agissait pour les alliés d’éviter que les bolcheviks ne s’installent sur les talons des Allemands en retraite, mais cela eut comme conséquence que, jusqu’au printemps 1919, ce furent les troupes allemandes qui continuèrent à tenir les confins orientaux de l’Europe et le Baltikum, fait que l’on a tendance à perdre de vue. Bien entendu, Lénine accusa les puissances « capitalistes », le Reich comme les alliés, de complicité anti-soviétique, et l’historiographie a parfois – de façon excessive – mis l’accent sur cette collusion de fait 9. Mais il reste que jusqu’à la réception du texte du traité, le 7 mai, qui fut pour les Allemands une douche froide, Berlin était persuadé qu’au nom de la défense de l’Europe contre le bolchevisme, le Reich pourrait continuer à jouer un rôle prépondérant en Europe orientale et donc rester une grande puissance. J’insiste en effet sur ce point : le Reich après l’Armistice se considérait toujours comme une grande puissance, traversant certes une phase difficile. La pleine mesure de la défaite ne fut prise qu’avec le traité de Versailles. Ce décalage psychologique eut évidemment les plus grandes conséquences pour le rejet immédiat d’un Diktat inattendu et auquel on n’était pas préparé, aussi étrange que cela puisse paraître avec le recul, et donne évidemment plutôt raison (de ce point de vue) à ceux qui estimaient qu’il aurait fallu achever la guerre en Allemagne même. Les Allemands avaient vraiment cru qu’ils allaient être traités de façon wilsonienne, conformément aux notes échangées avec Washington avant le 11 novembre, ce qui ne fut que très partiellement le cas 10.

22Mais au-delà de ça, les alliés divergeaient fondamentalement à propos de la Russie bolchevique dès 1918, même s’ils y avaient envoyé des troupes à partir du mois de mars. Dans un premier temps, cette intervention avait pour but d’essayer de reconstituer un front oriental contre le Reich, malgré Brest-Litovsk. Après le 11 novembre, les motivations furent évidemment strictement antibolcheviques. Mais les alliés n’étaient pas fondamentalement d’accord : Wilson souhaitait que les Russes pussent se déterminer eux-mêmes, sans intervention extérieure, et s’il avait envoyé des troupes à Vladivostok, c’était essentiellement pour y surveiller les Japonais, de l’impérialisme desquels il se méfiait. Lloyd George était surtout préoccupé de la reprise la plus rapide possible du commerce britannique avec la Russie. Clemenceau avait une vision plus complexe, qui était à la base d’une politique française d’intervention et, sous une forme ou sous une autre, devait se poursuivre jusqu’à l’été 1920, en ayant pour objectif de reconstruire une Fédération russe, puissante et démocratique. Cette nouvelle Russie romprait avec le tsarisme aussi bien qu’avec le bolchevisme mais grâce à ses réformes démocratiques et à son organisation fédérale, elle pourrait conserver les territoires allogènes en son sein et maintenir l’ancien espace géopolitique de la Russie des tsars et donc constituer un contrepoids face à l’Allemagne, obsession française primordiale. Clemenceau ne croyait pas à l’indépendance de l’Ukraine et ne la soutint pas, et il ne reconnut les aspirations des Baltes à l’indépendance que fin 1918, contraint et forcé par une forte pression du Parlement, où le thème du droit des peuples et des nationalités était beaucoup plus puissant parmi les élites dirigeantes et administratives, contrairement à ce que l’on croit souvent 11. Mais retenons pour le moment qu’il n’y avait pas deux grands pays d’accord sur l’avenir de la Russie. Un nouvel équilibre, d’ailleurs fragile, ne devait être réalisé qu’en 1921-1924, avec les reconnaissances officielles britannique puis française ; et même à ce moment-là, rien n’était vraiment réglé, des énormes enjeux politiques, géopolitiques et économiques concernant les relations entre la Russie et le reste de l’Europe. On voit les conséquences de l’impossibilité pour les alliés en 1918 de se mettre d’accord sur une politique russe à long terme.

23Pour le traitement de l’Allemagne non plus, on n’était pas d’accord. Wilson et Lloyd George comptaient surtout sur les vertus apaisantes de la démocratie, qui ne pourrait pas manquer de pénétrer rapidement un Reich débarrassé de ses maisons princières et de ses aristocraties nobiliaires, jusque-là encore très puissantes, et qui permettrait d’insérer l’Allemagne dans le nouvel ordre mondial libéral. Sur ce point, Clemenceau lui-même était beaucoup plus sceptique. Certains services ou agents français misaient, eux, sur les socialistes indépendants (USPD), qui s’étaient séparés des socialistes en 1916, et que l’on jugeait non impérialistes (pour les Français, la SPD s’était purement alignée sur la direction de l’Empire depuis 1914 au moins, ce qui, tout en étant excessif, n’était pas tout à fait faux). On estimait dans ces milieux que l’USPD était ce qu’il y avait de moins éloigné en Allemagne de ce que nous appelons aujourd’hui le « modèle républicain français » 12.

24On l’a vu, les Anglo-Saxons étaient très opposés à toute annexion, ou même à toute présence prolongée de la France en Rhénanie, pour ne pas créer une Alsace-Lorraine à l’envers et pour ne pas empêcher dès le départ une réconciliation avec l’Allemagne. Sur ce point, Clemenceau, comme on le sait, était très prudent et avait grondé Foch, trop pressé. Mais en réalité, Clemenceau fut plus actif qu’on ne l’a dit en Rhénanie. Il déclara d’ailleurs à la commission des Affaires étrangères du Sénat, le 16 février 1919, que la Rhénanie serait constituée en État autonome, occupée, et rattachée à la France par une union douanière : « En fait, on occupera jusqu’à ce que le pays soit disposé à se réunir à la France » 13. Sans entrer ici dans les détails, retenons qu’il était parfaitement informé de ce qui se passait dans cette région, et qu’il laissa les militaires et les services secrets soutenir les autonomistes rhénans (à bien distinguer ici des séparatistes, auxquels les services français ne croyaient pas). Le but était de promouvoir une Rhénanie autonome, séparée de la Prusse, dans une Allemagne décentralisée ; et on poursuivit cette politique malgré l’échec de la tentative de Dorten en mai 1919. Je résumerais ainsi : pour Clemenceau, il ne fallait pas forcer les choses, mais être vigilant, présent, et ne pas empêcher non plus une évolution si les Rhénans effectivement la souhaitaient. En même temps, le haut-commissaire français dans les territoires rhénans, Tirard, était chargé de promouvoir en Rhénanie le modèle démocratique français. La politique rhénane de Clemenceau se situait donc à deux niveaux : d’abord une influence culturelle et « républicaine » sur l’ensemble de l’Allemagne à partir de la Rhénanie ; mais si les Rhénans aspiraient à une plus large autonomie par rapport à Berlin, la France ne les en empêcherait pas 14. Ainsi, toutes les possibilités restaient ouvertes, et Clemenceau pouvait réconcilier son incontestable libéralisme, son refus des annexions, mais aussi sa volonté d’améliorer la sécurité de la France 15. Cette politique sera poursuivie par Paris jusqu’en 1924, et cette divergence avec les Anglo-Saxons devait par la suite lourdement obérer la politique extérieure française.

25Sur la question de l’unité allemande, là aussi, les alliés n’étaient pas d’accord. Pour les Anglo-Saxons, il ne pouvait pas être question de la remettre en cause. Les Français étaient là beaucoup plus ambigus. Des idées souvent évoquées en secret dans les milieux dirigeants et plus ouvertement chez les experts et les publicistes pendant la guerre (transformer le Reich en vague confédération ou tout au moins remettre en cause l’unité bismarckienne à tendance centralisatrice) reprenaient l’ascendant à Paris au moment de l’Armistice. La volonté de remettre en cause les structures du Reich était claire 16. Le 27 novembre, Pichon télégraphia, aux gouvernements anglais, américain, italien, ses propositions en vue de la préparation des préliminaires de paix (on en était encore là à l’époque) et du congrès de la Paix. On notera cette phrase, à propos des préliminaires de paix à imposer à Allemagne, « aider à la dissociation des États qui la composent » 17. Une note du 23 décembre (émanant très probablement de Philippe Berthelot) devait préciser ces idées : l’affaiblissement et les divisions politiques et sociales internes de la Prusse à la suite de la guerre et de la défaite pouvaient conduire, en Prusse même, à une séparation (par rapport aux tendances révolutionnaires de Berlin) d’Oldenbourg, de Brême, de Hambourg, de la Rhénanie, de la Westphalie, toutes régions conservatrices. Sans compter les tendances fédéralistes des autres pays du Reich. La suite de la note éclaire peut-être d’un jour nouveau le retard souvent remarqué pris par rapport au programme initial des alliés, qui prévoyait au départ la conclusion de préliminaires de paix assez rapidement, avant la négociation, dans un deuxième temps, du traité définitif :

« Il y a là une évolution politique intérieure que nous avons intérêt à laisser faire en ne hâtant pas la négociation des préliminaires de paix. Les centralistes prussiens poussent au contraire à constituer un semblant de gouvernement pour pouvoir traiter avec nous le plus tôt possible et arrêter le mouvement de dissociation qui se produit. On peut prévoir que la certitude d’échapper à la révolution sociale intéressera bientôt plus les divers groupements allemands que l’idée d’une Allemagne une et centralisée, et les amènera à appeler à l’aide les alliés. » 18

26Cependant, par la suite, ces idées ne furent pas vraiment reprises par le gouvernement français, du moins en première analyse, et selon la version habituelle, j’y reviendrai. En particulier, Clemenceau était convaincu que l’unité allemande était solide et que la France devait abandonner sur ce point ses illusions (le Reich n’allait pas se dissocier du jour au lendemain) et le vieux rêve des « frontières naturelles », c’est-à-dire l’annexion de la Rhénanie 19. Néanmoins, la position de Clemenceau en 1919 a été plus complexe et nuancée qu’on ne l’a dit et il faut réviser quelque peu la version habituelle. D’autant plus qu’entre Reich centralisé et complète dissociation, on concevait toute une gamme de solutions possibles (confédération évoquant le passé allemand, ou « fédéralisme », c’est-à-dire plus grande autonomie par rapport à Berlin).

27Mais il semble bien que la position de Clemenceau ait été plus complexe que la simple conviction selon laquelle l’unité allemande était irréversible, conviction qu’on lui attribue en général et qu’il a paru confirmer dans Grandeurs et misères d’une victoire 20. On constate en particulier un intérêt considérable pour la Bavière, dont on pensait qu’elle pourrait se détacher de Berlin 21.

28Ajoutons enfin qu’à l’automne 1918, le gouvernement français eut une vision géopolitique claire du rôle de l’Europe centrale et orientale, vision beaucoup plus engagée que celle des Britanniques, et beaucoup moins obsédée par l’idéologie du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que celle des Américains. Contrairement à la thèse fréquente selon laquelle Clemenceau aurait voulu détruire l’Autriche-Hongrie pour des raisons idéologiques, ce fut la Chambre qui le força à reconnaître les aspirations tchèques en juin 1918, lui-même était beaucoup plus prudent 22. Et en octobre 1918, le gouvernement français, pendant un court moment avant la dissolution finale de l’Autriche-Hongrie, tenta une négociation secrète, peu connue, avec Vienne, qui avait pour but de permettre une survie, sous telle ou telle forme, de la Double monarchie, au moins le maintien de l’union entre Vienne et Budapest, entre Allemands et Hongrois, même si les Slaves reprenaient leur liberté : l’objectif était bien d’éviter que l’Allemagne ne bénéficiât paradoxalement du droit des peuples à l’autodétermination en absorbant l’Autriche au moment où les autres parties de l’Empire accéderaient à l’indépendance 23. (Le vote du Parlement autrichien dès novembre 1918 en faveur du rattachement à l’Allemagne montre que le problème était réel.) Et, comprenant que la révolution russe et la fin de l’Autriche-Hongrie avaient fait disparaître tout contrepoids au Reich à l’est de l’Europe, Foch et les missions militaires françaises en Europe centrale et orientale jouèrent un rôle fondamental dans la détermination des frontières des nouveaux États, qui furent conçues beaucoup plus pour leur permettre de constituer la « barrière de l’Est » contre l’Allemagne que selon des considérations ethnographiques ou liées au droit des peuples 24. En outre, on préparait activement une pénétration économique de ces régions pour y éradiquer l’influence allemande 25. Ajoutons que dans les régions de l’Europe balkanique ou danubienne en 1918-1919 (et par la suite), le vrai problème pour la France, ce n’était pas tant l’Allemagne, ou les Anglo-Saxons, mais l’Italie 26 !

Un armistice de 21 ans ?

29Une question préoccupe les historiens depuis les années 1980 : la Deuxième Guerre mondiale, guerre totale, qui a fait 50 millions de morts, qui a vu les génocides les plus graves de l’histoire, qui a vu l’utilisation de l’arme nucléaire, était-elle un phénomène spécifique ? Ou bien faut-il considérer qu’elle prolongeait la Première Guerre mondiale, après une sorte d’armistice de 21 ans, dans ce que certains appelaient une « guerre de Trente Ans » (l’expression fut employée à l’époque par de nombreux grands responsables, comme Churchill et de Gaulle, qui avaient très nettement l’impression d’assister à la suite de l’épisode précédent) ? D’autres, et en particulier beaucoup d’historiens avec le recul, ont insisté au contraire sur la spécificité du deuxième conflit mondial, conflit idéologique (alors que la Première Guerre mondiale était essentiellement un affrontement de type national), conflit total, s’évadant très largement des lois de la guerre et du droit des gens traditionnel, encore à peu près respectés en 1914-1918 27.

30On ne tranchera pas ce débat complexe ici 28. Mais on notera qu’un facteur essentiel de l’instabilité de l’entre-deux-guerres fut le révisionnisme allemand, le refus d’accepter Versailles (révisionnisme partagé d’ailleurs par la Hongrie, par la Bulgarie, et aussi par l’Italie d’une certaine façon, c’est-à-dire trois pays alliés du Reich dans la Deuxième Guerre mondiale). Or le révisionnisme, comme la mauvaise conscience des alliés par rapport à Versailles, qui joua un tel rôle dans les années 1930, trouvaient leur origine dans la façon dont l’armistice de Rethondes avait été conclu sur la base des Quatorze Points ! En effet, les Allemands disposaient là d’une référence au nom de laquelle ils pouvaient en appeler de Versailles devant les opinions publiques, en déclarant que l’interdiction de l’Anschluss avec l’Autriche, ou le sort des Sudètes en Tchécoslovaquie, étaient contraires au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Et chez les alliés, à côté des critiques qui reprochaient au traité d’être trop « mou », d’autres estimaient que l’on avait trahi la promesse faite aux Allemands début novembre et pas pleinement respecté les principes du wilsonisme 29. Comme, en outre, les désaccords entre alliés en 1918-1919 conduisirent, dans la rédaction du traité, à des clauses évolutives, avec des délais qui pouvaient varier (occupation de la Rhénanie pendant 15 ans, ou moins, ou davantage...) ou qui pouvaient être révisées (comme les réparations...) et comme le pacte de la SDN prévoyait lui-même la possibilité de réviser les frontières, pourquoi les Allemands se seraient-ils privés de se réclamer de tout ce qui pouvait justifier, le moment venu, une révision du traité 30 ? Les ambiguïtés de 1918 furent largement responsables de cette situation.

Haut de page

Notes

1  Jardin (Pierre), Aux racines du mal. 1918 : le déni de défaite, Paris, Tallandier, 2005.

2  Pedroncini (Guy), Pétain général en chef, 1917-1918, PUF, 1997.

3  Il s’agit en fait d’une question très complexe; Allemands et Américains furent d’accord pour interpréter cette formule comme excluant les frais de guerre; mais lors de la conférence de la Paix Britanniques (et un moment les Français) revinrent, étant donné les obscurités du droit international sur ce point, sur la revendication du remboursement des frais de guerre, au-delà de la réparation des dommages aux civils. La chose était compliquée par le fait que l’attaque allemande en 1914 n’était pas contraire au droit international de l’époque, seule l’invasion de la Belgique, dont la neutralité était garantie par un traité international, l’était. En fait, seules les revendications belges en matière de réparations étaient sans aucun doute recevables, et pour cette raison la Belgique bénéficia d’une « priorité » dans le paiement de celles-ci. Somme toute, et malgré bien des polémiques par la suite sur ce sujet, la reconnaissance des Quatorze Points par les alliés en novembre 1918 limita quand même le montant de ce que l’on pouvait (au moins théoriquement) demander au Reich. Cf. : Weill-Raynal (Étienne), Les réparations allemandes et la France, Nouvelles éditions latines, 1945, p. 17 et ss.

4  Jardin (Pierre), p. 452.

5  Ibid.

6  Soutou (Georges-Henri), L’or et le sang. Les buts économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989, p. 828 et ss.

7  Renouvin (Pierre), L’armistice de Rethondes, Paris, Gallimard, 1968, p. 195 et ss.

8  Ibid.

9  Mayer (Arno J.), Politics and Diplomacy of Peacemaking: Containment and Counterrevolution at Versailles, 1918-1919, New York, 1967.

10  Soutou (Georges-Henri), « La France et l’Allemagne en 1919 », in Valentin (J-M.), Bariéty (J.), Guth (A.), (dir.), La France et l’Allemagne entre les deux guerres mondiales, Nancy, 1987.

11  Soutou (Georges-Henri), Castelbajac (Ghislain de), Gasquet (Sébastien de), Recherches sur la France et le problème des nationalités pendant la Première Guerre mondiale (Pologne, Lithuanie, Ukraine) sous la direction de Georges-Henri Soutou, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1995.

12  Köhler (Henning), Novemberrevolution und Frankreich, (Düsseldorf, 1980).

13  Soutou (Georges-Henri), « La France et les Marches de l’Est 1914-1919 », Revue Historique, 1978/4.

14  Jardin (Pierre), « La politique rhénane de Paul Tirard (1920-1923) », Revue d’Allemagne, (avril-juin 1989).

15 Cf.: Soutou (Georges-Henri), « The French Peacemakers and Their Home Front », in Boemecke (Manfred B.), Feldman (Gerald D.), Glaser (Elisabeth), The Treaty of Versailles. A Reassessment after 75 Years, Cambridge UP, 1998.

16  Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Papiers Pichon, vol.6, lettre de Pichon à Washington, le 21octobre1918.

17  Laroche (Jules), Au Quai d’Orsay avec Briand et Poincaré 1913-1926, Paris, Hachette, 1957, p. 62-63.

18  MAE, Papiers Pichon, vol. 6.

19  Cf. : Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 727.

20  Paris, Plon, 1930, p. 171 et ss.

21  Sur l’ensemble de ces questions, cf. : Soutou (Georges-Henri), « La France et la Bavière, 1866-1949 », in France Bayern, Paris, Biro éditeur, 2006, et « La France et le problème de l’unité et du statut international du Reich, 1914-1924 », in Le statut international de l’Allemagne. Des traités de Westphalie aux accords « 2+4 », études réunies par Soutou (Georges-Henri) et Valentin (Jean-Marie), Études Germaniques, 2004/4.

22  Soutou (Georges-Henri), « Jean Pélissier et l’Office Central des Nationalités, 1911-1918 : renseignement et influence », in Relations internationales, 1994, no 78.

23  Laroche (Louis-Pierre), « L’affaire Dutasta : les dernières conversations diplomatiques pour sauver l’Empire des Habsbourg », Revue d’histoire diplomatique, 1994/1.

24  Stevenson (D.), French War Aims Against Germany 1914-1919, Oxford, Clarendon Press, 1982; Grumel-Jacquignon (François), La Yougoslavie dans la stratégie française de l’entre-deux-guerres (1918-1935), Peter Lang, 1999; Sandu (Traian), Le système de sécurité français en Europe centre-orientale. L’exemple roumain, 1919-1933, Paris, L’Harmattan, 1999.

25  Soutou (Georges-Henri), « L’impérialisme du pauvre : la politique économique du gouvernement français en Europe centrale et orientale de 1918 à 1929 », Relations internationales, no 7, 1976.

26  Le Moal (Frédéric), La France et l’Italie dans les Balkans, 1914-1919. Le contentieux adriatique, L’Harmattan, 2006.

27  Sur cette problématique essentielle, on lira l’ouvrage très clair et commode de Pierre Grosser, Pourquoi la Deuxième Guerre mondiale ?, Bruxelles, Complexe. On lira également un classique, le premier à faire le tour de la question d’un point de vue scientifique : Bell (P.M.H.), The Origins of the Second World War in Europe, Londres, 1986. Les deux auteurs penchent d’ailleurs pour la thèse de la « guerre de Trente ans », ou tout au moins d’un continuum de l’une à l’autre.

28  Je me permets de renvoyer à mon Europe de 1815 à nos jours, PUF, 2007, p.405 et ss.

29  Très représentatif de ce point de vue, le journal d’un membre de la délégation de l’Empire britannique à la conférence de la Paix : Nicolson (Harold), Peace Making 1919, New York, 1974.

30  Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, avril-juin 2006, « Révisionnisme allemand et puissances occidentales entre 1919 et 1939 ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges-Henri Soutou, « 1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ? », Revue historique des armées, 251 | 2008, 4-17.

Référence électronique

Georges-Henri Soutou, « 1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ? », Revue historique des armées [En ligne], 251 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/288

Haut de page

Auteur

Georges-Henri Soutou

Professeur d’histoire contemporaine à l'université de Paris-Sorbonne, il travaille sur les relations internationales au XXe siècle, en particulier pendant la Première Guerre mondiale et au cours de la guerre froide. Il a notamment publié : L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale (Fayard, 1989) ; L’Alliance incertaine (Fayard, 1996) ; La Guerre de 50 ans. L’affrontement Est-Ouest, 1943-1991 (Fayard, 2001) ; L’Europe de 1815 à nos jours (PUF, 2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org