Navigation – Plan du site
Dossier

La fin de la guerre en Allemagne

Pierre Jardin
p. 35-46

Résumés

Perçu par les contemporains comme eu événement soudain et incompréhensible, le phénomène qui conduit à l’effondrement du Reich doit en fait être compris dans la durée. L’équilibre ne s’est pas rompu d’un coup, mais lentement. L’armée allemande reformatée par Ludendorff pour livrer à l’ouest la bataille d’anéantissement dont il rêve ne peut s’imposer, pire, elle s’use avec une rapidité qui n’avait pas été envisagée. Aux pertes au combat, considérables, s’ajoutent un flot d’insoumis qui finissent par former à l’arrière une véritable seconde armée. Cette perte continue de substance ne peut être enrayée et malgré tous les efforts consentis, le définit en hommes ne peut être comblé. Cette situation n’échappe pas à l’arrière. Les échecs de l’armée entraînent un déclin progressif du moral qui s’accélère à partir de juin-juillet 1918. Renseignée par les récits des permissionnaires et les lettres qu’elle reçoit du front, la population finit par comprendre qu’il n’y a plus d’issue – bien avant que le haut commandement se décide à le reconnaître. Lorsqu’il le fait, il est déjà trop tard, et il précipite la catastrophe en se livrant à un véritable sabotage de la politique engagée par le gouvernement Max de Bade.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le 5 octobre 1918, dans un discours devant le Reichstag qui fait sensation, le prince Max de Bade, promu chancelier la veille, annonce qu’il a adressé, « avec l’accord des instances concernées », une note au président des États-Unis  « pour le prier de prendre en main le rétablissement de la paix ». Dans les milieux informés, on sait fort bien que les « instances concernées » – entendons l’Oberste Heeresleitung (OHL) – n’ont pas seulement donné leur accord à la démarche, mais qu’elles l’ont exigée, reconnaissant ainsi qu’il n’y a plus d’issue militaire à la guerre.

2Les diplomates se lancent alors dans l’opération délicate consistant à rechercher une sortie honorable du conflit. Mais dans le pays, la tension monte jusqu’à conduire aux révolutions du début novembre. L’événement est si brutal et si soudain qu’il en paraît incompréhensible. Les contemporains en ont parlé comme d’un effondrement (Zusammenbruch). Le terme évoque l’idée d’un bâtiment privé d’une assise et dont l’équilibre général se trouve par là rompu. Mais il décrit un phénomène, sans en donner les causes.

3La question est de savoir si cette rupture d’équilibre a été soudaine ou progressive, si elle est due d’abord aux changements intervenus dans les rapports de force matériels ou moraux, et comment les uns interfèrent sur les autres. Compte tenu de la globalisation croissante de la guerre et de l’intrication étroite de facteurs multiples, la réponse à la question est complexe. On simplifiera en tentant simplement de montrer que la rupture d’équilibre a été progressive et que le changement intervenu dans les rapports de force matériels a été décisif.

4La paix de Brest-Litovsk place l’Allemagne devant un dilemme stratégique. D’un côté, elle peut chercher à organiser l’espace qui s’ouvre à elle et se donner de l’air face au blocus, tout en passant à la défensive à l’ouest et revenir à la stratégie d’épuisement prônée par le premier des Moltke, en attendant que l’Entente tire les conclusions de la nouvelle donne pour rechercher un compromis. De l’autre, elle peut concentrer ses forces à l’ouest et tenter de forcer le destin en donnant l’assaut au front franco-britannique.

5Ludendorff tranche dès le printemps 1917 : il livrera à l’ouest la bataille d’anéantissement restée le principal objectif depuis l’échec de la Marne. Spécialement entraînées, des troupes de choc ouvriront la voie aux divisions d’assaut chargées de l’exploitation, sans but déterminé à l’avance. Ne s’attendant pas à une décision rapide, Ludendorff s’apprête à une série d’attaques répétées sur différents points. Mais, aussi bien dans l’armée qu’à l’arrière, la propagande martèle l’idée qu’il suffira d’un seul coup bien asséné pour briser la résistance ennemie. C’est faire un double pari sur les réserves de stoïcisme de l’une et de l’autre, alors que la grève de janvier 1918 montrera combien le peuple allemand aspire à la paix.

6Malgré le soin apporté à la préparation des troupes de choc et les nouvelles formes tactiques qu’elles mettent en œuvre, les offensives de mars et d’avril montrent les limites de l’exercice. Il ne faut que deux mois pour que le fer de lance patiemment forgé pendant un an soit déjà sérieusement émoussé. Le Kronprinz de Bavière dont les divisions d’assaut sont engagées en Flandre note à la mi-avril leur manque de mordant, alors que Hindenburg les « éperonne » pour les faire avancer 1. L’échec de mars se fait sentir. « Officiers et soldats manifestent leur déception. (...) Ils avaient trop espéré que ce grand coup finirait la guerre. (…) Maintenant la déception est là, et elle est grande » 2. Une premier sentiment de déception se répand à l’arrière, pour finalement se diffuser progressivement. Il faut parfois contraindre certaines jeunes recrues à embarquer pour le front. Essentiellement formées d’hommes âgés, peu disposés à troquer les douceurs de l’occupation pour les rigueurs du front, les unités que l’on ramène de l’Est subissent en route une forte recrudescence de déserteurs 3. L’autorité ne les pourchasse que mollement, par crainte des réactions de la population qui prend fait et cause pour eux 4 – preuve que dans la population aussi, on commence à accuser le coup.

7En juin, le trouble devient perceptible, tout d’abord au travers de propos tenus par les soldats dans les trains. Outre les plaintes contre les officiers et leurs ordonnances, supposés se livrer à tous les trafics, fond banal de ce genre de conversations, les indicateurs chargés de la surveillance des trains relèvent des propos plus politiques, le désir de paix qu’expriment les accusations portées contre les pangermanistes qui s’opposeraient à la bonne politique, celle du secrétaire d’État Kühlmann ou d’Erzberger, l’homme de la résolution de paix du Reichstag ; mais surtout ils parlent de « désertions de masse, de dépassements volontaires de durée des permissions : les régiments ne peuvent plus punir tous les hommes parce que pratiquement tout le monde a quelque chose sur la conscience » 5.

8Quant à la population civile, elle manifeste une nervosité latente dont le Pressereferat du ministère de la Guerre bavarois rend compte en écrivant le 13 juin 1918 : « Il y a dans une partie de la population une fermentation dont la cause et le but ne se laissent pas clairement saisir, un effondrement de la morale et des comportements qui méritent la plus grande attention. Il y manque toute logique, et il ne paraît pas possible de lutter systématiquement contre ses manifestations aiguës. » 6 En fait, il y a bien une logique : c’est la prise de conscience diffuse de l’impasse dans laquelle la politique de victoire à tout prix de Ludendorff a finalement mené l’Allemagne. Mais si le doute commence à naître, il ne prend pas des proportions telles qu’elles puissent paraître inquiétantes.

9Début juin, un proche collaborateur de Ludendorff, le colonel von Haeften lui propose de faire précéder le prochain coup de force par une annonce de paix. Kühlmann s’empare de l’idée, déclarant le 24 juin devant le Reichstag que les moyens militaires ne suffiront pas à mettre un terme au conflit sans avoir recours à des échanges diplomatiques 7. Entre les deux hommes, un contentieux déjà ancien, s’était aggravé au début du mois, lorsque Kühlmann s’était opposé à l’Amirauté qui, à la demande de l’OHL, voulait mettre les côtes américaines en état de blocus, afin de couler les transports à leur sortie des ports, diminuant ainsi la pression de l’armée sur le front. Rendu furieux par le discours du 24, Ludendorff l’est plus encore lorsque Kühlmann lui révèle que l’Auswärtiges Amt (les Affaires étrangères) tente d’établir un contact direct avec Wilson par l’intermédiaire d’un Américain résidant en Suisse, ancien ami d’études du président, Harold McCormick, qui vient précisément de s’embarquer pour les États-Unis. L’opposition de Kühlmann au blocus et le sens de son discours, véritable lettre d’introduction, apparaissent alors clairement aux yeux de Ludendorff qui exige la tête du secrétaire d’État.

10À l’Auswärtiges Amt, on ne se fait guère d’illusions sur ce qu’il faut attendre de ce genre de missions. Mais on cherche à multiplier les approches pour tenter de dégager les voies d’un compromis. À cette fin, un réseau d’intermédiaires est mis en place en Suisse et aux Pays-Bas, avec d’autant plus de prudence que les diplomates souhaitent échapper aux regards des services secrets de l’armée. Ils espèrent que ces sondages permettront de sortir de l’impasse dans laquelle le jusqu’au-boutisme des partisans de la victoire totale risque d’enfermer la politique allemande. La chute de Kühlmann vient rappeler que ce parti n’est pas enclin à céder.

11Ludendorff a-t-il encore les moyens de sa volonté ? Il manque d’hommes et presse le gouvernement, sans grand résultat, d’adopter des mesures draconiennes pour libérer une partie des ouvriers de l’industrie. Mais rien ne peut plus couvrir un déficit qui continue à s’accroître, à la fois du fait des pertes au combat et des désertions. Le 20 juillet, il diffuse une directive visant à « interdire le vagabondage des déserteurs derrière le front et à l’arrière » 8 : il cherche à résorber la masse croissante des soldats en rupture de ban qui s’accumule en arrière du front et dans les villes d’étapes. De son côté, le ministre de la Guerre von Stein diffuse, le 22 juillet, deux instructions visant à rétablir l’ordre pendant les transports, trop souvent émaillés d’incidents et de désertions, et à enrayer une véritable épidémie de refus d’obéissance 9 : ces mesures, rendues nécessaires par la répétition de faits déjà constatés depuis longtemps s’avèrent largement inopérantes. En fait, l’équilibre moral de l’armée a commencé à se rompre.

12Le percée britannique du 8 août en est un nouveau signe. Les divisions qui se laissent déborder en quelques heures viennent de jouir d’un long repos et semblaient particulièrement sûres, aux dires de Ludendorff lui-même 10. Pourtant, il n’en tire aucune conclusion particulière 11, pas plus d’ailleurs qu’il n’en a tiré du 18 juillet, considéré comme un simple échec tactique qui aurait pu être évité. Cette attitude révèle une fuite devant les réalités qui, conjuguée avec les alternances d’indécision et d’hyperactivité qu’il manifeste par ailleurs, constitue une des prémisses de la dépression dans laquelle il tombera en septembre. Son entourage pourtant commence à s’inquiéter. Le colonel Wetzell, chef du bureau des opérations, « ne voit plus aucune issue » 12. Le major Niemann estime qu’il faudrait « entreprendre des démarches diplomatiques avant d’être sur la pente descendante », mais note que Ludendorff « n’abandonne pas l’espoir de finir la guerre par l’épée » 13. C’est bien cet espoir qui transparaît dans les propos qu’il tient au Conseil de la Couronne qui se réunit le 14 août, sans que personne lui demande plus de précision, à l’exception du nouveau secrétaire d’État von Hintze qui tente en vain de lancer le débat sur la situation militaire.

13Cependant, le Conseil, contrairement à ce qui était prévu, ne se réunit pas, pour « tirer le bilan » de l’incursion britannique du 8 août et, élaborer, à ce sujet, les points à aborder avec l’empereur d’Autriche lors sa venue prochaine à Spa le 15. Il préfère se pencher sur la très préoccupante situation intérieure en Allemagne, à laquelle le chancelier consacre un long exposé : partout, on constate la fatigue de la guerre et le désir de paix, mais aussi une grande indifférence, au point qu’on ne lit plus les communiqués ou qu’on ne les croit plus 14. Par ailleurs, les observateurs relèvent de multiples manifestations de perte du sens moral, de relâchement des mœurs, le « retour à une sorte de sauvagerie » 15 qui se traduit par des actes de violence, des atteintes à la propriété et en particulier le pillage des récoltes dans les champs par des bandes organisées contre lesquelles les propriétaires sont sans défense. Dans les villes, où l’on ne trouve plus rien à acheter, les salaires, malgré tout élevés, alimentent une frénésie de dépense et une soif de plaisir qui font que les lieux de distraction ne désemplissent pas. Le Conseil ne peut qu’enregistrer ces mauvaises nouvelles, sans autre solution à proposer qu’un renforcement de l’état de siège qui permettrait de faire face aux manifestations les plus criantes de désordre social.

14Au plan diplomatique, le Conseil ne prend pas de décisions. Trop lucide pour ne pas comprendre que la balance penche désormais du côté de l’Entente, Hintze préfère cacher cette réalité aux dirigeants des partis politiques lorsqu’il les réunit le 21 août et leur délivre un message optimiste : « De l’avis du haut commandement » leur dit-il, «  la situation militaire ne justifie en rien un moral abattu », il pense possible de « conserver l’espoir justifié d’atteindre une position militaire qui nous permette d’arracher une paix qui nous convienne » 16. Cela ne l’empêche pas de continuer dans la même optique que son prédécesseur en activant des contacts extérieurs. En outre, il organise une campagne de discours devant permettre à des représentants du gouvernement et de la majorité du Reichstag de tracer les linéaments d’une paix acceptable. Il s’agit tout à la fois de rassurer l’opinion allemande et d’agir sur celle des belligérants en montrant que l’Allemagne reste modérée. Mais la mise en place du dispositif demande du temps et une double question se pose : le front tiendra-t-il, comme l’assure Ludendorff ? Qu’en est-il du moral de l’arrière, déjà durement affecté ?

15Le gouvernement continue à créditer Ludendorff de la capacité d’enrayer l’offensive ennemie. Ce qu’il ne voit pas, c’est que l’OHL a largement perdu le contrôle de la situation, quoi qu’une presse orientée parle de succès de la défensive élastique. Le général von Lossberg, note par exemple que l’OHL continue à intégrer dans ses calculs des divisions qui n’existent plus et qu’elle mène « une guerre de papier » 17 étrangère aux réalités du front. Le général von Einem l’accuse d’avoir « totalement fait faillite » 18 : elle n’aurait jamais eu conscience des forces ennemies, et surestimé les siennes ; elle n’aurait rien prévu, allant « de surprise désagréable en surprise désagréable », et s’accrochant à ses partis pris « avec l’entêtement d’une mule (…) sans vouloir croire aucun homme raisonnable, aucun renseignement fondé sur les faits ».

16On pourrait multiplier ce genre de citations qui illustrent, sous la plume de hauts responsables militaires, l’idée de la faillite de l’OHL. Ludendorff, qui semble en être conscient, sombre au début du mois de septembre dans une dépression telle que ses collaborateurs le font discrètement examiner par un neurologue. Le ministre de la Guerre, découvrant son état de santé au cours de sa visite à Spa le 9 septembre, n’en demeure pas moins inquiet. Ayant une explication particulièrement franche avec celui-ci, il parvient à lui faire accepter d’être déchargé en partie de ses tâches par un adjoint. Promu au poste, le colonel Heye met quelques jours à évaluer la situation et à en tirer deux conclusions : compte tenu de sa supériorité numérique, Foch peut percer le front allemand 19 ; au rythme de ses pertes, l’armée allemande est menacée de mort par consomption. Dès lors, il met tout en œuvre pour tenter d’obtenir de Ludendorff qu’il demande un armistice. Ne pouvant le décider, il prend l’initiative : le 26 septembre, Hintze est invité à venir de toute urgence à Spa.

17Pour conduire un officier à une démarche aussi peu conforme aux traditions, il faut des raisons fortes. Elles tiennent au déroulement de la bataille et au laminage auquel l’armée allemande est soumise depuis la mi-août. En acceptant la bataille partout, dans l’espoir d’enrayer l’avance adverse, et en refusant la solution préconisée par Lossberg d’un repli immédiat sur la ligne Anvers-Meuse, Ludendorff expose ses hommes à un péril destructeur, attesté par les pertes : entre le 25 août et le 25 septembre, la 6e armée voit l’effectif moyen de ses bataillons d’infanterie diminuer de 25 % et celui de ses compagnies de mitrailleuses de 16 % tandis que quatre de ses seize divisions doivent être dissoutes 20. Les réserves fondent et il devient pratiquement impossible de relever des unités que leurs chefs jugent au bord de l’épuisement. Cette fatigue peut expliquer le nombre croissant des disparitions, c’est-à-dire souvent de redditions 21. Cette hémorragie continue réduit l’armée à une sorte de théâtre d’ombres. Einem note dans ses carnets : « L’OHL opère encore avec une masse de divisions, mais pour ce que j’en vois ici, ce sont des restes pitoyables qui atteignent à peine la force d’un bataillon. » 22

18Aux pertes enregistrées sur le front, il faut ajouter l’augmentation de ceux qui rejoignent la masse des réfractaires accumulée en arrière du front, nourrie par le flot des déserteurs qui parviennent à franchir les barrages volants de gendarmerie et de cavalerie et de ceux qui, au retour d’une permission, se trompent volontairement de destination. Ils errent alors de bureau d’orientation en bureau d’orientation, confiants que les lourdeurs administratives les mettront à l’abri d’une décision, se réfugiant ainsi dans le statut de grévistes forcés. À Cologne, dont les gares sont une sorte de point de fixation, une tentative faite pour reprendre les choses en main provoque une véritable mutinerie le 18 octobre, les mutins usant, sans hésitation, de grenades pour se défendre contre la troupe 23.

19Trouver des hommes devient l’impératif absolu. À la mi-septembre, on vide les derniers dépôts, on commence à envoyer au front tout ce que l’on peut récupérer dans l’intendance et les services, on mobilise des catégories entières d’exemptés 24. Mal préparés au combat rapproché qui devient la règle, ces éléments fragilisent plus qu’ils ne renforcent les unités dans lesquelles on les intègre. Très souvent, celles-ci éclatent au premier choc. De plus, les officiers ne sont pas toujours à la hauteur de leur mission. Issus des états-majors de l’arrière, des services, de l’Est, ils ne peuvent pas toujours maîtriser des situations auxquelles rien ne les a préparés. La discipline s’en ressent. Dans les conditions très dures du combat, elle dépend surtout du degré de confiance que la troupe a envers son chef : il faut que celui-ci s’impose de lui-même.

20Nombreux sont toutefois ceux qui savent le faire, ce qui explique l’apparition, en septembre, et plus encore en octobre, de groupes de combat d’un type nouveau, véritables ancêtres des corps francs de Weimar. Constitués autour d’un officier qui a su rallier, dans la bataille, des troupes débandées, ils ne connaissent que lui : ainsi, au principe d’autorité hiérarchique, anonyme par définition, se substitue le principe de l’allégeance personnelle à un homme qui rappelle les époques anciennes des armées de lansquenets où la troupe était celle de son chef. Cela dit, si ces groupes, parfaitement adaptés au combat de retardement auquel se réduit désormais du côté allemand toute conduite opérationnelle, peuvent encore gêner l’avance alliée, ce ne sont que les « scories » d’une armée qui depuis juillet s’est « consumée »25, d’une armée qui est menacée d’ « anéantissement complet » 26.

21Cette évolution n’a pas échappé à l’arrière. Au début de septembre, à partir des renseignements fournis par les régions militaires, le Kriegsamt écrit que « jamais, depuis le début de la guerre, le moral n’a été aussi mauvais que durant les dernières semaines » 27. Il n’est partout question que de « dépression », d’ « apathie », d’ « angoisse ». Toutes les régions, toutes les catégories sociales sont touchées, les milieux les plus nationalistes eux-mêmes n’y résistent pas : il règne un parfum de défaite.

22Sur les causes de cette rupture morale, il y a accord. La dégradation de la situation militaire en est de loin la cause principale. Le choc du 18 juillet a été d’autant plus durement ressenti qu’avec lui a disparu l’espérance d’une paix avant la fin de l’année, un thème que la propagande a largement diffusé à l’occasion du lancement du dernier emprunt de guerre. Comme le dit le général commandant la région militaire de Berlin, il est dangereux d’ « éveiller au sein de la population des espoirs exagérés de victoire et de paix qui ne se réalisent pas par la suite » 28. C’est d’autant plus dangereux, pourrait-on dire car, du coup, tout le discours officiel se voit taxé de mensonger, alors que la population est confrontée à une double réalité.

23Tout d’abord, l’évolution de la situation a placé le territoire du Reich dans la zone des combats. Depuis juillet, l’aviation attaque l’Allemagne ainsi que les villes du Grand-Duché de Bade. En août, Karlsruhe connaît dans un premier temps des alertes aériennes presque journellement, puis plusieurs fois par jour, « les lâchers de bombes de plus en plus fréquents et de plus en plus importants provoquent au sein de la population un tension considérable » 29. Dans les campagnes, l’apparition des avions ennemis provoque une véritable psychose : on affirme qu’ils cherchent à « détruire les récoltes » en usant de « fusées incendiaires » 30 . Cette menace imprévisible crée dès lors un climat d’angoisse croissante propre à rendre la population réceptive aux pires rumeurs. Début octobre, il est question d’un « état de doute et de trouble dont on ne trouve aucun exemple au cours de l’histoire de cette guerre » 31, doute et trouble compréhensibles si l’on considère que le recul du front, dont on a maintes fois annoncé qu’il allait se stabiliser sur une nouvelle position, continue. Il se rapproche des frontières de l’Empire dont les franges occidentales redoutent l’invasion que laissent présager les incursions aériennes et les tirs de l’artillerie à longue portée.

24Or, et c’est le deuxième point, la population est désormais confrontée à la réalité des combats dans lesquels elle craint d’être entraînée. Les lettres du front et les récits des permissionnaires en donnent une description saisissante et sinistre. Ils disent ce que taisent les communiqués, la supériorité énorme de l’ennemi en avions, en artillerie et en chars, les Américains qui se révèlent des combattants tenaces et agressifs, les combats désespérés sur des positions intenables, les désertions, les ordres qui montrent un commandement qui a perdu toute vue d’ensemble de la bataille et cherche à parer au plus pressé, la faillite des « demi-dieux ». Ils disent aussi que l’armée est à l’agonie et que la catastrophe est proche, et on les croit, tout simplement parce que leurs récits, fondés sur des expériences vécues, sont crédibles. Le défaitisme des combattants se répand ainsi par capillarité, du front vers l’arrière, sans que les autorités puissent enrayer le phénomène 32.

25On voit l’ampleur du choc. Ainsi, l’idée d’une paix à n’importe quel prix commence à apparaître ici ou là. Dans les grandes villes, « l’aspiration à la paix est si grande, (…) que les masses laborieuses ne manifestent ni effroi, ni indignation devant la situation au front telle qu’on la leur présente, mais éprouvent plutôt une satisfactiontriste dans le meilleur des cas, mais aussi souvent sardoniqueà penser que la guerre doit enfin s’arrêter, même si c’est au prix de la sujétion de l’Allemagne » 33. Déclin du moral, déclin aussi de la morale. Comme déjà en août, on note la multiplication des comportements délictueux, une « déchéance du respect du droit » 34. Le vol, parfois accompagné de l’usage des armes, le pillage, les comportements violents, se répandent, on voit se manifester les traits « les plus haïssables et les plus communs de la nature humaine, (...) il n’y a plus ni bonne foi ni loyauté » 35. Dans certaines régions, pour faire face aux pillages des cultures en pleins champs menés par de véritables bandes organisées, on doit, faute de troupes, mettre en place une autodéfense paysanne.

26Lorsque Hintze, arrivé à Spa le 29 septembre, est confronté à l’exigence d’un armistice, il suggère un modus procedendi susceptible d’ouvrir la voie à une sortie du conflit en évitant de révéler trop brutalement la réalité. Les contacts déjà établis l’amenant à penser que l’acceptation de son programme comme base de discussions pourrait persuader Wilson d’accepter le rôle d’un « honnête courtier », c’est à lui qu’on s’adressera. Mais comme le président américain n’acceptera de discuter qu’avec une équipe en qui il puisse avoir confiance, un changement de gouvernement est nécessaire. Le choix se porte sur le prince Max de Bade, qui, passant pour libéral, ouvrira le dialogue.

27Pour inspirer la confiance, Max de Bade est flanqué d’un gouvernement dans lequel entrent des représentants des partis de la majorité du Reichstag, ce qui suffit à le baptiser gouvernement parlementaire. Mais ce n’est qu’un habillage et Wilson n’est pas dupe. Alors que le gouvernement allemand affirme dans sa note du 20 octobre que « la responsabilité du chancelier devant le Parlement est légalement déterminé et assuré », ce qui est inexact à cette date, il ne manque pas de répondre assez brutalement le 23 que « l’influence dominante du roi de Prusse sur la politique » n’a pas été supprimée, et que si les États-Unis devaient traiter avec « les gouvernants militaires et les autocrates monarchiques », ils seraient obligés d’exiger une capitulation.

28C’est poser ouvertement le problème d’un changement constitutionnel, qu’on a tenté d’éviter à Berlin. Les députés qui ont soutenu Max de Bade ont parfaitement compris qu’on cherchait à leur faire endosser la responsabilité d’une guerre perdue, ils l’ont acceptée tout en espérant obtenir une réforme des institutions depuis longtemps demandée. Au fil du dialogue avec Wilson, cette réforme apparaît comme impérative. Le 22 octobre, le Reichstag accorde sa confiance, non réclamée le 5, à Max de Bade. Le 26 octobre, il adopte plusieurs amendements constitutionnels dont le principal place l’armée sous l’autorité du chancelier. C’est une véritable révolution : la fin de la dualité qui caractérisait l’Empire et assurait l’autonomie du pouvoir militaire face au pouvoir civil.

29Ces bouleversements réveillent d’un seulcoup l’opposition de la droite conservatrice qui s’insurge contre le gouvernement, qu’elle décrit comme étant à la solde de l’ennemi, des députés profiteraient même des malheurs de l’Allemagne à leurs fins personnelles. Ainsi, l’idée d’une dictature Hindenburg qui ouvrirait la voie à un sursaut national est lancée. Ce réveil de l’opposition et le style jusqu’au-boutisme qu’elle adopte font monter d’un cran les tensions déjà fortes que connaît un pays qui, n’espérant plus que la paix, s’inquiète des lenteurs du dialogue engagé avec Wilson. Dans ce contexte, il faut peu de choses pour provoquer une explosion. Ludendorff et l’amiral Scheer s’en chargent.

30À partir du moment où la décision d’ouvrir des négociations a été prise, Ludendorff nie toute responsabité dans le processus, le gouvernement lui-même le couvrant pour ne pas révéler l’état de faiblesse militaire de l’Allemagne, ce qui ferait le jeu adverse. Il en vient ensuite au sabotage. Le 22 octobre, alors que le chancelier lui a explicitement demandé d’éviter les destructions inutiles pendant le repli, pour ne pas apporter de l’eau au moulin de Wilson qui a accusé l’armée allemande de « traitements illégaux et inhumains », il autorise le groupe d’armées Kronprinz à remettre en état la ligne Anvers-Meuse, ce qui implique, pour dégager des zones de tir aux abords de Charleroi, Charleville, Mézières et Sedan, des dégâts considérables et l’évacuation de la population concernée 36. Le 23 octobre, il dénonce les concessions faites par le gouvernement qui vont « au-delà des limites des concessions acceptables d’un point de vue militaire » et joue clairement avec l’idée d’une rupture de la négociation et du combat à outrance 37. Max de Bade exige alors le limogeage du général qui part néanmoins la tête haute : il s’en va parce que les civils ne veulent plus se battre.

31Ayant sacrifié la guerre sous-marine sur l’autel de la négociation, les marins jouent de leur côté avec l’idée d’une relance de la guerre, qui permettrait un coup de force contre le gouvernement parlementaire honni. Scheer, chef de la Seekriegsleitung (Marine allemande), pense faire sortir la flotte et livrer bataille à la marine britannique. Mais il omet d’en parler au chancelier qui, le recevant le 20 octobre, lui demande clairement d’éviter tout incident pouvant perturber le processus de paix 38. Il est fait de même avec Guillaume II qui, le 26 octobre, l’entretient des récentes décisions constitutionnelles, citant explicitement la soumission du pouvoir militaire au pouvoir civil 39. C’est sur ce point que l’ordre de sortie donné à la flotte va achopper : les équipages en effet s’inquiètent immédiatement de savoir si le gouvernement a donné son accord et, en refusant d’obéir, se posent en défenseurs de la nouvelle constitution que leurs chefs violent allègrement.

32L’attitude des marins est la première manifestation de ce qui va devenir une révolution, la manifestation d’un nouvel état d’esprit. Or, Scheer a commis une forfaiture en ne tenant aucun compte du nouveau statut des forces armées face au pouvoir civil. Il est vrai qu’il s’en soucie d’autant moins que son objectif est vraisemblablement de provoquer une sorte de révolution nationale : liquidation du gouvernement parlementaire et lutte à outrance. Dans les conditions d’octobre 1918, une telle entreprise, même si elle est souhaitée par une partie de l’opinion, est vouée à l’échec. Mais elle montre bien la mentalité d’une certaine « soldatesque fanfaronne » 40 , prête à la fuite en avant par refus de voir les réalités, persuadée que la mécanique de l’obéissance aveugle fonctionne encore. Son seul résultat est de provoquer une explosion dans un pays qui ne souhaite majoritairement qu’une chose, une fin rapide des hostilités.

33C’est la conséquence d’une évolution entamée depuis plusieurs mois. La rupture d’équilibre qui mène à l’effondrement final a été progressive. Avec l’accumulation des nouvelles provenant du front, de plus en plus précises et de plus en plus mauvaises, les esprits ont pris conscience du fait que la balance penchait inexorablement du côté de l’Entente, pour des raisons matérielles. Dans son for intérieur, l’Allemagne savait fort bien que la guerre était perdue, et ceci depuis longtemps : ce que l’échec de mars a laissé pressentir s’est progressivement mué en certitude. En septembre, les jeux étaient faits.

Haut de page

Notes

1  « À quoi bon tous les ordres d’attaquer, si la troupe ne veut pas attaquer ? » Wittelsbach (Rupprecht von), Bayern (Kronprinz von), In Treue fest. Mein Kriegstagebuch, t. II, p. 382, 14 avril 1918.

2  Thaer (Albrecht von), Generalstabsdienst an der Front und in der OHL. Göttingen, Vandenhoeck & Rupprecht, 1959, p. 182 (entrée du 18 avril 1917). Rupprecht note la même chose un peu plus tard : « Les instances supérieures, à tous les niveaux, ont commis une erreur (...) avec leurs fanfaronnades, en faisant croire aux troupes que nous étions à la veille de la décision. »

3  Début mai, Rupprecht de Bavière constate que le taux des désertions pendant les transports peut atteindre 20 %.

4  À plusieurs reprises, des arrestations provoquent des émeutes. Ainsi à Ingolstadt, le 22 mai, où l’hôtel de ville est mis à sac, il faut faire appel à la troupe pour rétablir l’ordre.

5  Bundesarchiv (BA)-Berlin/Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Die Stimmung im Lande und an der Front, Bd. 2, « Unterhaltungen Feldgrauen in D-Zug Berlin-München », 29 juin 1918.

6  Bayerisches Hauptstaatsarchiv (BHStA)/Abt. II, MK. 19289, Kriegsministerium. Pressereferat, [13 juin 1918].

7  Verhandlungen des Reichstags. 13. Legislaturperiode. II. Session, Band 313, Stenographische Berichte, 197. Sitzung, 24juin1918, p.5607 et suiv.

8  BHStA /Abt. IV, A. O. K. 6, Bund 22.

9  Ibid.

Von Stein rappelle aux officiers qu’ils ont le droit d’user de leurs armes individuelles si un soldat « refuse obstinément de gagner son poste de combat ou, en dépit des ordres reçus, quitte la position ».

10  BA/Koblenz, Nachlaß Schwertfeger, nr. 540 (mémorandum de von Haeften, 15 février 1919).

11  À Guillaume II, Hindenburg présente la percée britannique comme un « échec tout à fait regrettable, mais local ». Ce n’est qu’après la guerre que le 8août sera déclaré « jour de deuil » de l’armée allemande.

12  BA/Koblenz, Nachlaß Groener, nr. 63.

13  Ibid.

14  Cf. l’exposé du directeur du Büro für Sozialpolitik devant le comité directeur de la Zentralstelle für Heimataufklärung, un organe de propagande qui dépend directement de la chancellerie (BA/Berlin-Lichterfelde, Alte Reichskanzlei, Aufklärungsdienst, « Sitzung der Zentralstelle für Heimataufklärung », 5 août 1918).

15  BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria Nr. 18 adh. 16a, vol. 2, « Zusammenstellung der Monatsberichte der stellv. Generalkommandos vom 3. 8. 18» , 15 août 1918, p. 12.

16  Politisches Archiv des Auswärtigen Amts (PA/AA), R 20 509, AS 4 071, « Besprechung mit Fraktionsführern beim Stellvertreter des Reichskanzlers am 21 August 1918 », 30 août 1918.

17  Lossberg (Fritz von), Meine Tätigkeit im Weltkrieg 1914-1918.- Berlin, Mittler, 1939, p. 345.

18  Cité dans : Quellen zur Geschichte des Parlamentarismus..., II/1/II, p. 1269, note 7.

19  Heye expose ses vues dans un mémorandum du 24 septembre adressé à Ludendorff. Il attend, dit-il, le « coup principal de Foch en Lorraine » (Bundesarchiv/Militärarchiv, Nachlaß Heye, nr. 4, « Beurteilung der militärischen Lage. Spa, 24. 9. 18 »). Heye est d’autant plus inquiet que ce front est très mal tenu par quelques divisions de Landwehr, sans aucune réserve en arrière.

20  BHStA/Abt. IV, A. O. K. 6, Bund 105. La 6e armée est une des rares pour lesquelles on dispose de tableaux d’effectifs constituant des séries continues.

21  Le nombre des disparitions enregistrées par les statistiques augmente de plus de 25 % pendant les seuls 3 derniers mois de la guerre. Elles peuvent être involontaires (hommes coupés de leur unité par une attaque ennemie) ou volontaires, individuelles ou collectives. L’exemple le plus frappant de ce dernier cas est donné lors de l’affaire de Saint-Mihiel où les Américains doivent une partie de leur succès au fait qu’une division entière, la 77e, « disparaît » du champ de bataille.  

22  Einem (Karl von), Ein Armeeführer erlebt den Weltkrieg. Persönliche Aufzeichnungen herausgegeben von Junius Alter.- Leipzig, Verlag Max & Koehler, 1938, p. 442.

23  BA/Berlin-Lichterfelde, R 43, I Gr. 14, Justizsachen nr. 64, vol. 4, Minister der Öffentlichen Arbeiten/Kriegsminister, KM 1547/18 g 1 E, 26 octobre 1918.

24  Ainsi les hommes âgés de plus de 42ans, les derniers fils survivants de familles décimées, les soutiens de familles, qui ne sont théoriquement pas mobilisables, sont appelés sous les drapeaux et envoyés au front au plus vite.

25  Einem (Karl von), op.cit., p. 460.

26  C’est ce que dit Heye aux représentants plénipotentiaires militaires des États fédérés le 12 octobre 1918.

27  BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria nr. 18adh. 16a, vol.2, « Zusammenstellung der Monatsberichte der stellv. Generalkommandos vom 3. 9. 18», 15septembre1918, p.3.

28  BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria nr. 18adh. 16a, vol.2, « Zusammenstellung der Monatsberichte der stellv. Generalkommandos vom 3. 9. 18 », 15 septembre 1918, p. 4.

29  Ibid., rapport de la XIVe région militaire (Karlsruhe), cité p. 4-5.

30  Ibid.

31  BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria nr. 18 adh. 16a, vol. 2, « Zusammenstellung aus des Monats-Berichte der stellv. Generalkommandos vom 3. 10. 18 », 15octobre1918, p.3.

32  Von Stein demande une répression sans ménagement de ces « atteintes au moral du pays », surtout lorsqu’elles sont le fait d’officiers (BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria Nr. 18adh. 16, vol.3, 30août1918).

33  HStA Stuttgart/Abt. Militärarchiv, M 77/1, Bund 60, « 105. Bericht des Büros für Sozialpolitik », 25 octobre1918.

Ici encore, ce sont les permissionnaires qui, par leurs récits, se chargent de présenter une situation que les communiqués et la presse persistent à taire.

34  BA/Berlin-Lichterfelde, Reichsministerium des Innern, Militaria Nr. 18 adh. 16a, vol. 2, « Zusammenstellung aus des Monats-Berichte der stellv. Generalkommandos vom 3. 10. 18 », 15 octobre 1918, p. 30.

35  Ibid.

36  Cette instruction de Ludendorff n’est connue que par sa retransmission à Berlin assurée par le Conseiller politique du Gouvernement général de Belgique, Lancken, qui s’en inquiète car il pense que « l’exécution de ces mesures aurait inéluctablement comme conséquence la rupture immédiate de toutes les négociations » (PA/AA, R 21 878, Der K. Gesandte an Auswärtiges Amt. Nr. 253/A 45248, 25 octobre 1918).

37  Ce document est publié dans : Wittelsbach (Rupprecht von), Bayern (Kronprinz von), op.cit., t. III, p. 362.

38  Der Krieg zur See 1914-1918. Hrsg. von Marine-Archiv, Kriegswissenschaftlichen Abteilung der Marine. 1 : Der Krieg in der Nordsee. Bd. 7, Gladisch (Walter), Vom Sommer 1917 bis zum Kriegsende – Berlin, 1965, p. 337.

39  BA/MA, Nachlaß Levetzow, Nr. 23, « Kriegstagebuch der Seekriegsleitung », Anlage XI (« Thronvortrag »).

40  C’est l’expression utilisée par le plénipotentiaire militaire bavarois dans un rapport pour Munich du 8 octobre 1918, dans lequel il décrit l’agitation de ceux qu’il nomme les « hommes forts de l’OHL » qui joueraient « de la façon la plus irresponsable qui soit avec l’idée d’un combat désespéré à outrance, bien que personne ne puisse douter de son issue ». (BHStA/Abt. IV, MKr. 1832/1, nr. 10 geh., Der Kgl. Bayer. Militärbevollmächtigter im Grossen Hauptquartier S. M. An den Herrn Kriegsminister).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Jardin, « La fin de la guerre en Allemagne », Revue historique des armées, 251 | 2008, 35-46.

Référence électronique

Pierre Jardin, « La fin de la guerre en Allemagne », Revue historique des armées [En ligne], 251 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/293

Haut de page

Auteur

Pierre Jardin

Chargé de recherche au CNRS (IRICE), il est l’auteur de nombreux articles et contributions à des ouvrages portant sur l’histoire allemande et les relations franco-allemandes. Il a soutenu en 2002 une thèse de doctorat d’État (Die Dolchstosslegende. La légende du coup de poignard) et obtenu, en 2003, le prix d’histoire militaire du CEHD. Sa dernière publication (Aux racines du mal, 1918. Le déni de défaite, Tallandier, 2005) a obtenu le prix du maréchal Foch de l’Académie française.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org