Navigation – Plan du site
Dossier

Les services cinématographiques militaires français pendant la Seconde Guerre mondiale

Stéphane Launey
p. 27-40

Résumés

En septembre 1939, le cinéma est présent au sein de l’armée française sous la forme d’entités propres à chaque arme produisant en partie des films d’instruction. La mobilisation voit leurs cameramen et photographes couvrir le conflit. L’armistice de juin 1940 ne met pas en sourdine, loin de là, l’emploi de l’image filmée. Dans l’armée de Vichy un service cinématographique dirigé par André Brouillard, connu sous son nom de plume Pierre Nord, s’attelle à produire des films à la fois de propagande mais aussi d’instruction dans le but avoué de former la troupe à une reprise des hostilités. Que ce soit au sein des FFL de Londres à Beyrouth ou encore en Afrique du Nord avec la France combattante les services cinématographiques militaires gravent sur la pellicule les combats auxquelles participent les armées françaises. Leur mission se poursuit avec la libération du territoire national et ce jusqu’en Allemagne. La hiérarchie militaire reconnaît l’utilité de l’image en créant en 1946 le Service cinématographique des armées.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jeancolas (Jean-Pierre), Le cinéma des Français. Quinze ans d’années trente (1929-1944), Paris, No (...)
  • 2  SHD/DIMI, 3 R 145, dossier 1, films de cinéma : appui et participation de l’armée, notamment aux f (...)
  • 3  Véray (Laurent), Les films d’actualités français de la Grande Guerre, Paris, AFRCH/SIRPA, 1996, 24 (...)
  • 4  SHD/DAT, 8 Ye 56 248, dossier de carrière du chef de bataillon Raymond Hoffmann, chef de la Sectio (...)
  • 5  SHD/DAT, 8 Ye 39 559, dossier de carrière du colonel Joseph Calvet. Son activité au sein de la SCA (...)
  • 6  Dutailly (lieutenant-colonel Henry), Les problèmes de l’armée de terre française, 1935-1939, Paris (...)

1À la fin des années 1930, dans un contexte de plus en plus marqué par une possible guerre contre l’Allemagne, le potentiel de l’outil cinématographique en matière de propagande et de contre-propagande commence a être pris au sérieux par le gouvernement français. Une circulaire du 25 octobre 1937, signée par le directeur du service de contrôle des films Edmond Sée, modifie le fonctionnement de la censure en refusant notamment le visa de production aux  films tendant à ridiculiser l’armée ou susceptibles d’amoindrir son prestige, à ceux pouvant porter atteinte aux sentiments nationaux des peuples étrangers et ainsi provoquer des incidents diplomatiques. Ensuite, la circulaire indique que la commission n’accorderait son visa qu’aux films de guerre et d’espionnage ainsi qu’aux films à scénario militaire ou policiers de toute nature 1. En effet, les sujets concernant l’armée sont très présents à cette époque dans la production française : on retrouve à l’écran la figure du militaire dans le film colonial, le film d’espionnage, la représentation de la Première Guerre mondiale (La Grande illusion de Jean Renoir sort en 1937), mais aussi d’une manière moins reluisante dans le comique troupier qui connaît alors un grand succès. La Défense nationale a son mot à dire dans ce domaine, à la fois en matière de censure, en siégeant à la commission de contrôle, et, en matière de production, en mettant à disposition de divers productions du matériel et des troupes ; toutes ces questions sont du ressort de la Section cinématographique de l’armée (SCA) 2. Cette dernière est l’héritière de la Section photographique et cinématographique de l’armée (SPCA) créée pendant le premier conflit mondial et chargée de prendre des images de guerre 3, puis dissoute en septembre 1919. L’année suivante, le ministère de la Guerre se dote d’une Section d’enseignement par l’image bientôt appelée Section cinématographique, rattachée au Service géographique de l’armée (SGA), qui s’attelle à produire des films d’instruction ; à sa tête, on retrouve des hommes de qualité 4, aidés par des techniciens venant des firmes civiles lors de leur service militaire. En 1926, le capitaine Joseph Calvet 5 prend la direction de la section pour y effectuer un remarquable travail, réalisant notamment un film sur la Première Guerre mondiale ainsi qu’une série de films à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931, sur la vie militaire dans les colonies grâce à des images tournées en Afrique d’octobre à décembre 1930. Mais l’une des réussites de la section est la banalisation de l’emploi du cinématographe au sein de l’armée ; en effet, la plupart des corps de troupes sont dotés d’appareils de projection à la fin de la décennie et des officiers instructeurs sont formés dans chaque région militaire, permettant ainsi d’effectuer des travaux d’instruction en particulier grâce au cinétir. Ce procédé novateur « permet de faire du tir réduit à différentes armes dans des conditions très réalistes : une séquence de combat est projetée, le soldat qui est muni d’une arme équipée pour le tir réduit, tire sur l’objectif apparaissant sur l’écran ; le film s’arrête après le départ du coup pour apprécier la qualité du tir »6. Parallèlement, la marine et l’armée de l’Air se dotent d’un service cinématographique rattaché au service de presse de leur ministère, respectivement en 1936 et 1937. Ainsi, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les différents organes militaires disposent de leur propre cellule cinématographique.

Le cinéma mobilisé

  • 7  Megret (Maurice), « Les origines de la propagande de guerre française (1927-1940) », Revue histori (...)
  • 8  SHD/DAT, 8 Ye 9 912, dossier du lieutenant de cavalerie Jean Renoir, notation, 1er septembre 1940. (...)
  • 9  La photographie représente une part importante du travail, notamment en matière de propagande, au (...)
  • 10  SHD/DAT, 27 N 84, dossier 6, « Note au sujet du service cinématographique aux armées », Grand Quar (...)
  • 11  Borot (François), L’Armée et son cinéma 1915-1940, thèse de doctorat de 3e cycle sous la direction (...)
  • 12  Ce dernier démissionnera de son poste à la suite de la décision du CGI de diffuser le Journal de g (...)
  • 13  SHD/DIMI, 9 R 727, dossier 16, rapport no 1501 du capitaine Lasquellec au sujet du fonctionnement (...)
  • 14  Weil-Lorac (Roger), Cinquante ans de cinéma actif, Paris, Dujarric, 1977, p. 71. L’auteur précise (...)
  • 15  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport particulier no 3 au sujet du SCA, 17 février 1941, p. 5 et 6.

2Le 29 juillet 1939 est créé le Commissariat général à l’information (CGI) dirigé par Jean Giraudoux, chargé d’organiser, d’animer et de coordonner les services d’information et de propagande français 7. Un service cinéma en fait partie, d’abord dirigé par Yves Chataigneau puis par l’avocat Henry Torrès. Si l’un des objectifs de départ de ce service est de produire des films de propagande comme Sommes-nous défendus ?, son travail est peu à peu absorbé par la censure. Dans cette organisation, quel est le rôle joué par la Section cinématographique de l’armée dès le début de la guerre ? Tout d’abord, la SCA voit ses effectifs renforcés en septembre 1939 avec la mobilisation d’opérateurs de prises de vues des firmes d’actualités mais aussi de l’industrie privée avec l’arrivée, entre autres, de Jean Renoir dont Calvet note qu’il a été « volontaire pour des prises de vues aux armées, il en a réalisé en Alsace de tout premier ordre. Technicien de valeur, très épris de son art, excellent camarade et militaire au port correct » 8.Des équipes d’opérateurs sont constituées au sein des groupes de canevas de tir des neuf corps d’armée et dépendent du 6e groupe autonome d’artillerie ; leur rôle est de filmer et de photographier 9 le front mais aussi de divertir la troupe en organisant des projections 10. Mais l’heure n’est plus aux films d’instruction et les images prises sont envoyées à la section, qui délaisse ses quartiers sis boulevard Mortier pour s’installer au début des hostilités dans les locaux de la Gaumont au 35 rue du Plateau dans le 20e arrondissement de Paris. Les prises de vues servent à la confection du Journal de guerre dont le montage est notamment effectué par le réalisateur Jean Delannoy. Pendant la « Drôle de guerre » et jusqu’en mai 1940, son contenu est composé pour l’essentiel d’images de scènes de vie dans les armées 11; ce journal hebdomadaire filmé a la particularité d’être projeté à la troupe par les équipes de la section cinématographique, ainsi qu’en Europe et en Amérique du Nord, mais non dans les salles de métropole, résultat de l’accord réservant la projection d’images du front aux firmes d’actualités et à leurs journaux. Les intérêts de la presse filmée sont représentés par Roger Weil-Lorac 12 qui travaille en liaison constante avec la SCA, seule habilitée à filmer dans la zone des armées et dont les images sont soumises à la censure exercée par des officiers du Grand Quartier général. De son côté, le Service cinématographique de la marine (SCM), dirigé par le commandant Coquelin, est chargé de la distraction des équipages, de la production de films de propagande en liaison avec l’industrie privée comme Marine 39 et Front de mer, mais ces films intègrent aussi les images tournées par ses propres opérateurs embarqués. Enfin, le Service cinématographique de l’Air 13 (SC Air), installé rue Saint Didier à Paris sous les ordres du capitaine Lasquellec, fait un travail comparable dans son emploi à celui de la SCA tout en mettant l’accent sur des techniques spécifiques comme les prises de vues au ralenti et les photographies panoramiques continues réalisées à bord d’avion. Au mois de juin, les images de Narvik et de la bataille de Dunkerque sont diffusées dans le dernier numéro du Journal de guerre et devant l’avancée allemande, la Section cinématographique de l’armée se replie sur Ballan-Miré 14, à partir du 19 juin 1940, avant de repartir pour Sauveterre Saint-Denis où son personnel est démobilisé le 15 août (le SC Air se replie quant à lui sur Amboise puis Toulouse). Les films négatifs de la section, demeurés en Touraine, sont ultérieurement découverts et pris par les Allemands 15.

L’armée de Vichy

  • 16  Bertin-Maghit (Jean-Pierre), Le cinéma français sous l’Occupation, Paris, Perrin, 2002. Voir le ch (...)
  • 17  SHD/DAT, 2 P 62, dossier 1, note no 5199/SP du général Huntziger au vice-président du Conseil, 30  (...)
  • 18  Borot, op.cit., p. 284 et 298.
  • 19  Epstein (Simon), Un paradoxe français. Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Rés (...)
  • 20  SHD/DIMI, fonds BCRA, DP 3 242-75, dossier André Brouillard. Note no D 2 399/BCRA-C, France combat (...)

3Quel est le devenir du cinéma au sein de l’armée d’armistice ? Avec l’État français, on assiste à une remise en cause de l’industrie cinématographique avec comme leitmotiv de préserver l’indépendance de cet outil vis-à-vis des Allemands. C’est ainsi qu’est créé le Comité d’organisation de l’industrie cinématographique (COIC) chargé de défendre les intérêts du cinéma français 16, et un journal d’actualités unique Journal France-Actualités-Pathé commence à être diffusé le 15 octobre 1940. Dans l’armée, il est clair qu’un service cinématographique subsiste et tente de s’organiser après divers aléas. En effet, le SGA, tutelle de la section cinéma, est dissous dès le mois de juin pour donner naissance à l’Institut géographique national rattaché au ministère des Communications ; le matériel de la section est convoité par le nouveau service cinématographique de l’information, héritier de celui du CGI. Mais grâce à l’intervention du secrétaire d’État à la Guerre, le général Huntziger, évoquant l’importance du service « pour l’instruction et la récréation de la troupe [qui] s’est encore accrue dans l’armée d’armistice à laquelle nous devons consacrer tous nos soins »17, une entité cinématographique reste ainsi au sein de l’institution militaire. Comment expliquer cette volonté des chefs de l’armée de garder un service cinéma ? Tout d’abord, le général Huntziger 18 est un des seuls à croire au potentiel de l’image animée et ce dès la campagne de 1940 ; ensuite dans le grand dessein qui est de donner un rôle moteur à l’armée dans la refondation du pays, le cinéma trouve sa place car son potentiel en matière d’instruction doit permettre de mettre en pratique les directives du 3e bureau de l’armée, dont certains officiers, à l’instar de son responsable le colonel Touzet du Vigier, sont favorables à une reprise des combats. La direction du nouveau service cinématographique de l’armée est confiée, à partir du 15 décembre 1940, au commandant André Brouillard. Cet officier, saint-cyrien, s’est distingué pendant la guerre du Rif et écrit des romans d’espionnage sous le pseudonyme de Pierre Nord, dont il signe certaines adaptations pour le grand écran. À la déclaration de la guerre, Brouillard est chef des services spéciaux de la 9e armée, capturé, il s’évade et travaille un temps à l’office central de traduction. Les raisons de sa nomination en tant que chef de service ne sont pas exactement connues, mais l’on sait qu’il signe un mémento développé sur l’utilité et les risques du cinéma en matière de propagande et qu’en tant que patriote et militaire, ancien des réseaux Corvignolles 19 et du Centre d’informations et d’études du colonel Groussard, il fait partie de ces hommes de droite qui ont comme projet de continuer le combat contre l’occupant 20.

  • 21  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, annexe 4 au rapport d’enquête no 1 du 31 mars 1943, note no 6439/PRS/ (...)
  • 22  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport d’enquête no 1 du 31 mars 1943, p. 10. Véritable mine d’infor (...)
  • 23  SHD/DAT, 2 P 62, dossier 1, rapport no 442 SCA/V du commandant Brouillard sur le fonctionnement du (...)
  • 24  Archives de Paris, 901/64/1 no 258, dossier de Noël Ramettre, opérateur de La France en marche,dev (...)
  • 25  SHD/DAT, 2 P 62 dossier 22, films sur l’Empire colonial français par la mission dirigée par Mauric (...)
  • 26  ECPAD, FT 729, film La Belle vie. Cette production est réalisée en 1941 au studio Nicéa de Saint-L (...)
  • 27  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport d’enquête sur le SCA, Vichy, 31 mars 1943, p. 20 et 21.
  • 28  SHD/DITEEX, 3 K 98, témoignage oral d’Henri Fabiani, CD II plage 1. De même, lors d’une rencontre (...)

4Dès le début de l’année 1941, le SCA devient un service civilisé au sein de l’armée d’armistice et dépend du service du matériel, mais il n’aura une autonomie complète qu’à partir de janvier 1942. Le service se trouve en ordre de marche avec comme mission principale la production « des films d’instruction et d’action morale au profit de l’Armée, des films de propagande en faveur des engagements et des rengagements, des films mettant en valeur le rôle de l’Armée dans l’éducation morale du Pays, et dans la sauvegarde de l’Empire »21. Afin de mener à bien ce programme, le commandant Brouillard se trouve à Vichy où il est en liaison avec les autorités auxquelles il propose les scénarii à tourner : le 3e bureau pour les questions d’instruction et le cabinet du secrétariat d’État à la Guerre pour les questions de propagande 22. L’équipe technique est regroupée au 360 rue Paradis à Marseille, dirigée par Jean Blech et secondé notamment par Jean Velter chargé du cinéma d’instruction et André Vuatrin pour la diffusion ; ces officiers étaient déjà présents à la section cinématographique dans les années 1930, élément important pour une bonne relance de l’activité du service. Le personnel s’élève à 113 personnes dont près de la moitié sont des techniciens, parfois venus du cinéma privé et engagés sous contrat. Dans ce dispositif, la réalisation de films d’instruction s’avère être la priorité du chef du SCA et il est indéniable que les sujets abordés le sont dans l’optique de préparer la troupe à une possible reprise des combats ; ainsi à l’été 1941, se trouve terminé un film ayant pour thème l’emploi des explosifs et la mise en chantier d’un film« d’une certaine ampleur au sujet de l’emploi offensif des unités de l’armée d’armistice » 23; une partie des tournages s’effectue au camps de Caylus. Un autre volet, et non des moindres, consiste en la livraison de scènes militaires aux actualités filmées (voir tableau), mais le rapprochement franco-allemand dans le domaine de la presse filmée aboutit à la création du journal unique France-Actualités et pousse Brouillard à développer sa coopération avec le magazine La France en marche produit par Verdet-Kleber. Ainsi le SCA participe à la production de divers documentaires sur la vie militaire, interdits de diffusion en zone nord 24 , pour cette société ; d’autre part, le service réalise des films de propagande avec la mise en avant des troupes d’élite de l’armée d’armistice, tel le titre Cavalerie française sur le 2e régiment de dragons du colonel Schlesser basé à Auch. L’Empire est loin d’être oublié et des équipes 25 sillonnent l’Afrique française pour montrer l’œuvre de l’armée d’Afrique, notamment auprès des populations du désert ; de même, l’opérateur Potentier est envoyé en Syrie pour couvrir les événements de l’été 1941. Parallèlement, André Brouillard, en tant qu’homme de cinéma, s’attelle à produire des films romancés sous son nom de plume. Un projet intitulé Et d’abord de la tenue est abandonné par manque de costumes historiques, mais le film La Belle vie 26 est bel et bien réalisé par Robert Bibal et évoque les raisons de l’engagement de quatre hommes aux origines différentes. Or le film est mal reçu, car le SCA, étant un service d’État, ne peut concurrencer les productions privées. Finalement, le général Huntziger demande à ce que le long métrage soit découpé en quatre parties. Si l’on veut dresser un bilan de l’activité du SCA pour les années 1941 et 1942, il semble avoir rempli sa mission au vu des 124 films produits (instruction, actualités, documentaires et deux films romancés) et des 173 reportages photos effectués 27. En novembre 1942, le coup de tonnerre que constitue l’occupation par les Allemands de la zone libre change la physionomie du service. En premier lieu, André Brouillard rejoint la clandestinité où il joue un rôle important comme agent de renseignement au sein du réseau Eleuthère et l’on peut affirmer qu’à la tête du SCA, il mena certaines actions au vu des reproches qui furent faits sur ses nombreux déplacements en voiture, notamment sur la côte sud-est. Henri Fabiani 28, jeune opérateur de prises de vues sous contrat en 1941, évoquait quant à lui la présence de caisses de munitions au sein du matériel technique lors de déplacements en zone libre.

  • 29  SHD/DIMI, Résistance, dossier de demande d’homologation FFI de Jean Velter.
  • 30  Sur le sujet du SCA basé en métropole de 1940 à 1944, se reporter à : Launey (Stéphane), Le Servic (...)

5Après le départ de Brouillard, le SCA se replie à la Bourboule (Puy-de-Dôme) avec à sa tête le commandant Jean Blech ; l’équipe en place profite du déménagement pour camoufler du matériel « de prises de vues et ses archives dans la montagne, en particulier sur la commune de Murols. Une autre partie de ce matériel était stockée chez des paysans aux alentours même de la Bourboule : c’était le cas pour les lampes de projection et les tubes radio (…). C’est ce matériel qui a permis au SCA de reprendre rapidement l’activité qu’il a eu dès septembre 1944 »29. Sur place, le service ne bénéficie que d’une pension de famille pour installer son matériel et son effectif tombe à 71personnes ; quant à son activité, elle se heurte au manque de pellicule qui frappe l’ensemble du territoire. Le SCA30 réalise des reportages photographiques et quelques films au profit de la garde et des chantiers de jeunesse avant de se lancer dans un grand projet de long métrage, qui ne verra jamais le jour, sur la vie du général révolutionnaire Marceau avec comme réalisateur Henri Decoin. L’entité cinématographique de la marine, notamment avec des annexes à Casablanca et à Dakar, subsiste et travaille principalement à des productions documentaires pour La France en marche.

La France libre

  • 31  SHD/DITEEX, 1 KT 1 565, papiers Jacques Curtis. Note FFL, état-major 2e bureau, Londres, 8 août 19 (...)
  • 32  SHD/DM, TTC 36, dossier propagande, « Frais de transport de films et matériel cinématographique », (...)

6Même s’il est embryonnaire à sa création, un service cinématographique existe dès juillet 1940 à Londres. Son noyau dur est constitué de Français ralliés d’origine anglaise : le sous-lieutenant Francis Mac Connel, ancien chef de la mission de la SCA en Norvège en 1939-1940, et Jacques Curtis appelé au SCM qui rejoint Londres après un périple par le Portugal. Avec un budget minimum, du matériel est acheté, une caméra et de la pellicule sont prêtées par la Paramount ; l’équipe constituée accompagne le général de Gaulle dans son périple africain qui commence au mois de septembre avec l’opération Menace et le projet de débarquement sur Dakar. Dépendants du 2e bureau, les opérateurs sont dotés d’une autorisation leur permettant de filmer et photographier dans tous les territoires britanniques sous contrôle des Forces françaises libres 31. Parallèlement, le quartier-maître Guy Mas s’occupe des questions cinématographiques et photographiques au sein du service de propagande des Forces navales françaises libres (FNFL), il met d’abord en place des séances de cinéma récréatif à bord des navires français, puis petit à petit filme et photographie les activités FNFL dans tout le Royaume-Uni, ce qui s’avère être un programme chargé 32. Conjointement, le service de l’information se dote, dès la fin de l’année 1940, d’un bureau photographique et cinéma dirigé par Claude Divonne de Boisgelin ; dans un premier temps, le manque de personnel français fait que les photographies sont faites par des reporters anglais et la Paramount assure l’exclusivité des prises de vues pour la France libre, avant que Maxime de Cadenet n’intègre le service en tant que cinéaste et le renfort de Guy Mas.

  • 33  Les personnes suivantes ont travaillé au service cinématographique ou en ont accompagné les équipe (...)
  • 34  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, compte rendu du sous-lieutenant Mac Connel, Beyrouth, 17 novembre 19 (...)
  • 35  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, note no 447/2 du général Koenig sur la propagande par la photographi (...)
  • 36  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, note no 459/2 du général Kœnig à l’état-major, 2e bureau FFL Levant, (...)
  • 37 SHD/DIMI, 4 H 325, dossier 1, note no 539/P de Jean Lassaigne, chef du Service d’information et de (...)
  • 38  SHD/DIMI, 4 H 325, dossier 1, note no 272/P du Service d’information de la France libre au Levant (...)
  • 39  SHD/DIMI, Résistance, dossier FFL de Francis Mac Connel. Affecté dans les transmissions en juillet (...)
  • 40  SHD/DITEEX, 3 K 106, témoignage oral de Jacques Curtis, cameraman du SCA FFL Moyen-Orient.

7Après le débarquement manqué de Dakar, le SCA des FFL suit la 1re division française libre jusqu’à Damas. À Beyrouth, il se trouve rattaché au Service d’information et de radiodiffusion du gouvernement provisoire du Levant à partir de septembre 1941. L’équipe initiale est renforcée par la venue de Jean Bramy, ancien chauffeur du général de Gaulle, et Jean Costa 33 ; malgré des problèmes d’infrastructure liés notamment au manque de moyens de locomotion (suite à une panne, la voiture cinéma Humber du service mise en réparation dans un parc anglais se retrouve en circulation sous une autre immatriculation, une autre voiture accidentée est ensuite affectée après réparation au général Kœnig), le SCA devient le producteur d’images pour tous les territoires de la France libre, hors Royaume-Uni. Les reporters travaillent dans l’urgence et souvent « dans des conditions qui ne cadrent pas toujours avec un règlement militaire » 34. Les équipes effectuent divers reportages au départ de Beyrouth dans tout le Moyen-Orient, mais aussi en Afrique équatoriale française afin de mettre en valeur la ligne aérienne Damas-Brazzaville. Mais en 1942, l’objectif principal des missions porte sur les combats dans lesquels les FFL sont engagées en Libye, notamment à Bir Hakeim. Dès le mois de mars, Kœnig voit d’un mauvais œil l’activité des membres du SCA et des reporters en général, et entend encadrer leur action par différentes notes : « La propagande doit donc poursuivre ce seul but : le combat et exalter ce qui le compose : armes, danger, vie pénible. Notre propagande doit exclure les absurdités de la propagande 39-40 "cette drôle de guerre". On ne se bat pas avec du théâtre aux armées, des leçons de culture physique, des marraines, des colis, de la "boustifaille", des barbus. Les photos qui pourraient être vues par des Français prisonniers, par des Français enfermés en France, captifs chez eux, doivent nous montrer les armes à la main. »35 Dorénavant, les reporters doivent recevoir des directives claires du 2e bureau avant leur départ en mission et passer devant le service de censure avant toute publication36 une fois leur travail fini. Ainsi, à titre d’exemple, une note du service d’avril1942 mentionne qu’une équipe de propagande est mise à disposition, elle « sera autonome sous la direction de son chef et sera détachée auprès de la Force L aussi longtemps que cela sera nécessaire. Elle travaillera sous la direction du général de Larminat, du général Kœnig et de la délégation du Caire qui s’occupera de la réalisation immédiate des documents pris dans le désert et de leur transmission à tous les postes extérieurs (…). Je crois seulement qu’il faudrait attirer l’attention des autorités britanniques sur la nécessité de soumettre à la censure des FFL tous les documents qui les concernent car je puis constater que sur trois des erreurs qui ont été relevées à l’encontre de nos photographes, les deux plus importantes qui concernaient la publication de documents ridicules parues dans la revue Images sur les FFL, émanaient non pas de nos agents mais de photographes britanniques sur lesquels nous n’avons malheureusement, jusqu’ici, aucun moyen d’action »37. Dans ce schéma, la place du Caire est centrale puisque les studios Misr, dirigés par un Français, M. Vigneau, permettent le développement et le montage des prises de vues ; un agent de liaison est chargé de s’occuper des intérêts des FFL en matière de propagande 38 au Caire. Jusqu’à la fin du conflit et après le départ de Mac Connel 39, le SCA du Moyen-Orient n’en continue pas moins son activité en filmant notamment : la tournée du général Legentilhomme à Madagascar et à la Réunion en 1943, l’aide médicale au désert ou encore des reportages auprès de l’armée soviétique 40.

De l’Afrique du Nord à la fin de la guerre

  • 41  SHD/DAT, 8 Ye 5 145, dossier du lieutenant de cavalerie Henri Chomette. Né en 1896, frère aîné du (...)
  • 42  Pour cette partie, consulter la cote SHD/DAT, 7 P 38, dossier 2, organisation et fonctionnement, n (...)
  • 43  De manière non exhaustive, l’on peut citer comme membres du SCA basé en AFN : le capitaine André L (...)
  • 44  SHD/DITEEX, 3 K 107, témoignage oral d’Albert Moulin, CD I, plage 4.
  • 45  Billard (Maurice), Le mystère René Clair, Paris, Plon, 1998, p. 255.
  • 46  AN, 3 AG 271, dossier 3 : « Ordonnance relative à l’OFIC », commissariat à l’Information, 10 mars  (...)
  • 47  Dans les forces américaines, chaque arme possédait son service cinéma et photo. Celui de l’armée d (...)
  • 48  SHD/DAT, 7 P 38, dossier 2. « Équipe du SCA détachée auprès du CEF », projet annexe à la note no 1 (...)

8En janvier 1940, une antenne du SCA fonctionne au Maroc chargée de couvrir le théâtre d’opérations en AFN sous la direction du lieutenant Henri Chomette 41. Un an plus tard, le commandant Brouillard le rappelle pour s’occuper de la nouvelle section du Maroc, mais son décès en août 1941, à la suite d’une maladie, semble ralentir l’activité de la section. En avril 1942, le service d’Alger est remis sur pied au sein de l’armée d’Afrique avec à sa tête le capitaine Perrin. Le débarquement anglo-américain de novembre 1942 change alors la physionomie du conflit. Dès le mois de décembre, une section de SCA 42 est créée avec comme buts la constitution d’archives de guerre pour les besoins historiques, l’instruction avec l’adaptation et la projection de films de l’armée américaine et éventuellement la production de films d’instruction, la propagande avec l’édition d’un Journal de guerre, enfin la distraction de la troupe sous le contrôle du 2e bureau ; en parallèle, des sections air et marine font partie du service. Le SCA recrute 43 alors des cameramen comme Raymond Méjat et Roger Monteran, anciens reporters en AFN pour France-Actualités, mais ces derniers doivent venir avec leur propre caméra ; en outre, une partie du personnel et du matériel, notamment un camion Optiphone équipé pour les prises de son, provenant de l’équipe du film romancé Destin venu en tournage à Colomb Bechar juste avant le débarquement, se trouvent intégrés 44. Le siège du service se trouve 8 rue Wembrenner à Alger et il est dirigé par le commandant Raphel depuis le mois de juillet 1943. Pendant l’année 1944, des tractations seront menées pour confier les rênes d’un SCA aux compétences étendues en prévision de la libération du territoire national au cinéaste René Clair exilé à Hollywood ; celles-ci n’aboutiront pas pour un faisceau de raisons à la fois politiques et personnelles 45. D’autre part, un fait majeur en matière de propagande filmée intervient avec la création à Alger en avril 1943 de l’Office français d’information cinématographique (OFIC) dépendant du commissariat à l’Information, chargé de « la production, la distribution et la présentation à titre onéreux ou gratuit de films d’intérêt national concernant les actualités, la propagande ou l’éducation, que l’initiative privée n’est pas en situation de produire, distribuer ou représenter dans les mêmes conditions pendant la guerre » 46. L’OFIC, créé pour faire contrepoids à la mainmise anglaise en matière d’information filmée et par souci d’indépendance, possède divers bureaux (Alger, Casablanca, Tunis, Le Caire, Londres avec Boisgelin et New York) chargés de distribuer ses films dans les territoires de la France libre et se dote d’un magazine d’actualités nommé Ici, la France ; en outre, des images de l’office sont incorporés à hauteur d’un tiers au magazine d’actualités allié Le Monde libre. Dans cette organisation, le SCA continue son travail au sein des armées mais se doit de fournir l’OFIC. Sur le terrain, l’année 1943 voit la couverture de la campagne de Tunisie et la libération de la Corse ; un renfort important de matériel venant d’une compagnie photographique américaine 47 entraîne le recrutement de nouveaux personnels au début de l’année 1944. Pour la campagne d’Italie, une équipe du SCA, dirigée par le sous-lieutenant Albert Plécy, est détachée auprès du Corps expéditionnaire français (CEF) avec reporters photographes et cinéastes en nombre variable, et chargée de recueillir les prises de vues pour les besoins historiques et la confection du Journal de guerre ainsi que la projection de films récréatifs ou de propagande pour les troupes dans les cantonnements de repos. L’état-major du CEF est « à même d’orienter son activité vers les secteurs intéressants »48. Les images prises sont envoyées au siège du service à Alger pour tous les travaux annexes.

  • 49  SHD/DAT, 61/9496, dossier de carrière du colonel André Brouillard. Après avoir appartenu à l’état- (...)
  • 50  Archives de Paris, 901/64/1 no 241, dossier d’Henri Persin devant le comité d’épuration de la pres (...)
  • 51  Lindeperg (Sylvie), Clio de 5 à 7. Les actualités filmées de la Libération : archives du futur, Pa (...)
  • 52  SHD/DAT, 10 P 222, note no 277/5-A « Directives pour le fonctionnement des 5e bureaux des corps d’ (...)
  • 53  SHD/DAT, 7 P 33, dossier 6, note no 894 SCA/D du chef d’escadron Raphel au commandant Meyer, direc (...)
  • 54  Le Film Français, no 39, 31 août 1945, p. 3. La reconstitution d’archives cinématographiques, la p (...)
  • 55  Le Film Français, n° 41, 14 septembre 1945, p. 4.
  • 56  Le Film Français, no 33, 13 juillet 1945. Des images du SCA sont communiquées aux Actualités franç (...)

9Dès juin 1944, le SCA basé à la Bourboule joue un rôle au sein des FFI et les reporters de l’armée française prennent pied en métropole avec le débarquement de Provence. La convergence se fait à Paris. Passée l’euphorie, l’armée se remet en ordre de marche pour la libération du territoire ; le service cinématographique reprend son activité, notamment grâce au matériel camouflé dans le Puy-de-Dôme, au sein du service de presse (5e bureau) de la 1re armée. On y retrouve à sa tête le lieutenant-colonel André Brouillard 49 installé dans des locaux sis au 72 avenue des Champs-Élysées. Bien que certains membres du SCA basé à Alger reviennent en France, l’heure est à trouver des cameramen pour couvrir les combats qui s’intensifient à l’hiver 1944, notamment en Alsace. Pour ce faire, des opérateurs sont engagés sous contrat, ce qui n’est pas du goût des techniciens de l’industrie privée. Ainsi, lors du passage du cameraman Henri Persin, engagé sous contrat comme second opérateur par le SCA, devant le comité d’épuration de la presse filmée, Henri Alekan (membre du jury et futur chef opérateur de La Bataille du rail), évoque le fait que « du point de vue professionnel, cette question a besoin d’être éclaircie car l’on constate que l’armée ne passe pas par les syndicats et ne s’entoure d’aucune garantie (…) d’une façon générale, il est anormal que quelqu’un qui a été quelques mois en travail puisse être second opérateur, alors qu’au studio, il faut vraiment des années » 50. En filigrane se dessine la rivalité qui oppose le SCA au Comité de libération du cinéma français et aux syndicats de techniciens, souvent d’obédience communiste, notamment au sujet des actualités filmées 51. Pour l’heure, chaque division et corps d’armée doit disposer d’une équipe, appartenant au service cinématographique, constitué de trois reporters 52. À titre d’exemple, un tableau d’effectifs du SCA en date du 22 février 1945 mentionne trente-quatre premiers et seconds opérateurs de prises de vues dans la zone des armées 53, alors que huit étaient présents au siège parisien du service. Sur le front, cameramen et photographes font preuve d’un grand courage souvent salué par la hiérarchie militaire dans la couverture du conflit jusqu’en Allemagne et certains y laisseront leur vie tels Robert Boissière, Roland Faure, Sivan ou Gaston Madru tué à Berlin. Parallèlement, le Service cinématographique de la marine 54 reprend ses activités en liaison avec la production française notamment pour le film La Marine au combat de Jean Arroy. Quant au SC Air, il se réinstalle rue Saint Didier en septembre 1944 et s’attelle à produire documentaires et films d’instruction. Mais surtout, le service recrute dès le début de l’année 1945 de nombreux jeunes techniciens engagés pour quatre ans, une formation leur étant dispensée à l’école de cinéma du Signal Corps basée à Astoria près de New York, et devant participer au programme de propagande aéronautique mis en place avec la création de nouvelles sections dans les colonies, notamment en Indochine 55. Le SCA envoie lui aussi des reporters en formation à l’école d’Astoria dès l’été 1945. Sa production est partagée entre la conception d’un journal d’actualités consacré surtout aux événements militaires avec des reportages sur la présence française en Allemagne (organisation des gouvernements militaires, installation des troupes) et un programme de près de trois cents films d’instruction, certains étant le doublage de films américains. Enfin, le service se lance dans un rôle de « coproducteur, fournissant la partie technique, c’est-à-dire la figuration militaire, le matériel de guerre, la documentation, la possibilité d’entrer dans les zones d’opération ou d’occupation réservées » 56, pour les longs métrages suivants: Fils de France de Pierre Blondy sur les régiments de chars ou encore Les Démons de la nuit (d’abord intitulé Âmes qui vivent)d’Yves Allégret évoquant l’action des commandos.

  • 57  Lindeperg (Sylvie), Les écrans de l’ombre. La Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français (194 (...)

10Ainsi les services cinématographiques dès la fin de la guerre s’efforcent, comme le note judicieusement l’historienne Sylvie Lindeperg, de clarifier l’image de l’institution militaire, brouillée par le legs des années 1940-1944, de soigner les blessures nationales en procédant à une réécriture cohérente et subtilement lacunaire du dernier conflit et enfin à justifier les choix politiques du général de Gaulle en redéfinissant le rôle des différents artisans de la Libération 57, en omettant souvent le rôle des Forces françaises de l’intérieur. S’il est un bilan à tirer de l’emploi du cinéma pendant le conflit, il est indéniable que son rôle a été reconnu au sein des armées françaises au regard de l’existence des différentes entités qui filmaient et photographiaient les faits et gestes dans une optique de propagande et dans une moindre mesure d’instruction.On peut voir dans la création en juillet1946 du Service cinématographique des armées, qui s’installera au Fort d’Ivry à la fin de la décennie, un symbole de la prise de conscience des autorités militaires du potentiel de l’outil cinématographique au vu de son emploi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1  Jeancolas (Jean-Pierre), Le cinéma des Français. Quinze ans d’années trente (1929-1944), Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 204.

2  SHD/DIMI, 3 R 145, dossier 1, films de cinéma : appui et participation de l’armée, notamment aux films Napoléon d’Abel Gance, Quatre de la légion (1924-1939) ; dossier 2, films, actualités cinématographiques, surveillance des prises de vues durant les manœuvres (1932-1939) ; dossier 3, films, projet de réorganisation du service géographique de l’armée (section cinématographique), prises de vues de la ligne Maginot, commission de contrôle cinématographique, contrôle des prises de vues dans les enceintes militaires et les manœuvres (1928-1939).

3  Véray (Laurent), Les films d’actualités français de la Grande Guerre, Paris, AFRCH/SIRPA, 1996, 245 pages.

4  SHD/DAT, 8 Ye 56 248, dossier de carrière du chef de bataillon Raymond Hoffmann, chef de la Section d’enseignement par l’image, avec le grade de capitaine, du 7 octobre 1920 au 1er avril 1926. Sur la proposition du chef du SGA, il a été désigné par l’état-major de l’armée pour remplir du 18 mai au 31 juillet 1928, une mission de propagande, au titre de l’enseignement, auprès du ministère de la Défense nationale turque (académie militaire) ayant pour objet l’installation d’un institut cinématographique et la confection de films d’instruction.

5  SHD/DAT, 8 Ye 39 559, dossier de carrière du colonel Joseph Calvet. Son activité au sein de la SCA est reconnu comme en témoignent des lettres de félicitations du ministre de la Guerre : « S’est tout particulièrement signalé par l’intelligente activité et le dévouement dont il a fait preuve au cours d’une mission accomplie auprès (…) de l’Armée du Rhin »(8 mars 1928) ; « a créé en outre un grand film sur l’histoire coloniale française qui constitue un document sans précédent »(9 mai 1932).

6  Dutailly (lieutenant-colonel Henry), Les problèmes de l’armée de terre française, 1935-1939, Paris, SHAT, 1980,p. 236. L’auteur rappelle que « la coopération interarmes provoquée par l’apparition des chars et de l’aviation contraint [les corps de troupes] à demander le concours d’unités extérieures qui ne stationnent pas nécessairement dans la même garnison et qui ne sont pas toujours disponibles. Le  cinéma et son dérivé le ciné tir, pallient partiellement cette carence ». Dans cette optique, la circulaire du 25 février 1937 mentionne que l’instruction par le cinéma fait partie des prérogatives du commandement.

7  Megret (Maurice), « Les origines de la propagande de guerre française (1927-1940) », Revue historique de la Deuxième Guerre mondiale, no 41, janvier 1961, p. 19.

8  SHD/DAT, 8 Ye 9 912, dossier du lieutenant de cavalerie Jean Renoir, notation, 1er septembre 1940. Deux fois blessé pendant la Première Guerre mondiale, le cinéaste est affecté en qualité de spécialiste au SGA en octobre 1938 puis mobilisé avec le grade de lieutenant. En décembre 1939, à la demande du CGI, il part tourner Tosca à Rome et s’exile à Hollywood à la fin de l’année 1940.

9  La photographie représente une part importante du travail, notamment en matière de propagande, au sein de la SCA et l’appellation « cinématographique » des différentes sections et services étudiés tout au long de cet article englobe l’image fixe. Pour 1939-1940, la Section photographique de l’armée a vu travailler en son sein l’historien du cinéma Georges Sadoul et Henri Cartier-Bresson. Voir : Sadoul (Georges), Journal de guerre (2 septembre 1939- 20 juillet 1940), Paris, L’Harmattan, 1994 (2e édition), 250 pages.

10  SHD/DAT, 27 N 84, dossier 6, « Note au sujet du service cinématographique aux armées », Grand Quartier général, État-Major général, 3e bureau, 29 septembre 1939.

11  Borot (François), L’Armée et son cinéma 1915-1940, thèse de doctorat de 3e cycle sous la direction de Marc Ferro, Paris X-Nanterre, 1987, p. 285-308. Plus largement sur la SCA de la « drôle de guerre » consulter la troisième partie « L’effort de guerre de la propagande française 1939-1940 » (p. 219-334), avec notamment un intéressant dictionnaire des opérateurs aux armées (p. 274-278).

12  Ce dernier démissionnera de son poste à la suite de la décision du CGI de diffuser le Journal de guerre sur les écrans français à partir de mai 1940.

13  SHD/DIMI, 9 R 727, dossier 16, rapport no 1501 du capitaine Lasquellec au sujet du fonctionnement du Service cinématographique de l’Air depuis le début des hostilités, 9 pages, 5 mars 1940. Une autre note fait état de 18 films d’instruction et 8 films de propagande réalisés avant la guerre ; depuis septembre 1939, outre des documents réalisés dans la zone aux armées destinés aux actualités hebdomadaires, deux films de propagande sont réalisés : Les Mécaniciens de l’air sur l’école de Rochefort et Femmes françaises sur l’utilisation de la main-d’œuvre féminine dans une usine de construction aéronautique. En juin 1940, 12 films de propagande étaient en cours de sonorisation. En outre, le rapport préliminaire no 1/40 du 3 novembre 1940 sur le SC Air précise que depuis le conflit, environ 100 000 photographies ont étés prises et 2 films de propagande réalisés, enfin 2 films d’instruction étaient en préparation.

14  Weil-Lorac (Roger), Cinquante ans de cinéma actif, Paris, Dujarric, 1977, p. 71. L’auteur précise qu’une commission avait établi les plans d’un laboratoire de développement et de tirage destiné à travailler en cas de guerre dans cette commune d’Indre et Loire.

15  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport particulier no 3 au sujet du SCA, 17 février 1941, p. 5 et 6.

16  Bertin-Maghit (Jean-Pierre), Le cinéma français sous l’Occupation, Paris, Perrin, 2002. Voir le chapitre III « Les premières négociations », p. 34-48. À l’armistice, Jean-Louis Tixier-Vignancour, partisan de Pierre Laval, est nommé secrétaire général adjoint à l’information responsable du cinéma et de la radio ; il est relevé de ses fonctions à la fin du mois de janvier 1941. Le COIC servit de base à la création du Centre national de la cinématographie en 1946.

17  SHD/DAT, 2 P 62, dossier 1, note no 5199/SP du général Huntziger au vice-président du Conseil, 30 septembre 1940.

18  Borot, op.cit., p. 284 et 298.

19  Epstein (Simon), Un paradoxe français. Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Paris, Albin Michel, 2008, p. 410. Pour l’auteur, Brouillard s’est rapproché des réseaux militaires d’extrême droite « redoutant le pacifisme et le défaitisme qu’il croit voir triompher avec le Front populaire ».

20  SHD/DIMI, fonds BCRA, DP 3 242-75, dossier André Brouillard. Note no D 2 399/BCRA-C, France combattante, état-major particulier du général de Gaulle, Londres, 5 septembre 1942. La note précise que : « Brouillard a été séduit par la possibilité d’avoir un emploi semi-militaire en dehors de l’armée (…). Il était intéressé et s’est dit : "je vais entrer au SCA". Il en a pris la charge, a commencé par faire des films de propagande militaire. Il a fait des choses extrêmement bien (…). C’était à Vichy que devait être le centre de la résistance. »

21  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, annexe 4 au rapport d’enquête no 1 du 31 mars 1943, note no 6439/PRS/CAB pour l’EMA, secrétariat d’État à la Guerre, cabinet du ministre, Vichy, 5 avril 1941.

22  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport d’enquête no 1 du 31 mars 1943, p. 10. Véritable mine d’informations sur le fonctionnement du SCA de 1941 à 1942, ce rapport précise qu’en matière d’emploi, le service relevait de deux organes différents : « De l’EMA, pour les questions d’organisation, de réalisation des films d’instruction, de dotation des corps de troupe en salle de cinéma, matériels de projection, de photographie, de cinétirs et de formation des opérateurs des corps de troupe ; du Cabinet du Secrétariat d’État pour les réalisations de films de propagande et l’organisation des tournées de propagande. »

23  SHD/DAT, 2 P 62, dossier 1, rapport no 442 SCA/V du commandant Brouillard sur le fonctionnement du SCA dans le 1er semestre 1941, secrétariat d’État à la Guerre, SCA, Vichy, 7 juillet 1941, p. 3. Il est évoqué aussi en matière d’instruction la production de quatre films de cinétir distribués à douze corps de troupe sur seize, la préparation d’un film sur la DCA et la présentation au 3e bureau d’un film documentaire sur l’alcoolisme.

24  Archives de Paris, 901/64/1 no 258, dossier de Noël Ramettre, opérateur de La France en marche,devant le comité d’épuration, 9 novembre 1944.

25  SHD/DAT, 2 P 62 dossier 22, films sur l’Empire colonial français par la mission dirigée par Maurice Noël avec André Persin et Raymond Picon-Borel comme opérateurs.

26  ECPAD, FT 729, film La Belle vie. Cette production est réalisée en 1941 au studio Nicéa de Saint-Laurent du Var et bénéficie du travail sur l’image de Willy qui travailla sur les films de Pagnol, la distribution comporte des acteurs connus comme Claude Dauphin. Un second film intitulé Un gars de la terre scénarisé par Pierre Nord et réalisé par Robert Bibal se trouve au montage en mars 1943, malheureusement nous n’avons pu retrouver sa trace après cette date.

27  SHD/DIMI, 9 R 48, dossier 5, rapport d’enquête sur le SCA, Vichy, 31 mars 1943, p. 20 et 21.

28  SHD/DITEEX, 3 K 98, témoignage oral d’Henri Fabiani, CD II plage 1. De même, lors d’une rencontre avec Jean Blech à Paris vers la fin de l’Occupation, ce dernier laissa entendre à Fabiani qu’il était dans la Résistance.

29  SHD/DIMI, Résistance, dossier de demande d’homologation FFI de Jean Velter.

30  Sur le sujet du SCA basé en métropole de 1940 à 1944, se reporter à : Launey (Stéphane), Le Service cinématographique de l’armée de Vichy 1940-1944, maîtrise d’histoire sous la direction de G.-H. Soutou, Paris IV-Sorbonne, 2005, 112 pages. Consulter aussi la cote SHD/DAT, 2 P 62, qui renferme la majeure partie des archives du service et SHD/DIMI 9 R 48, dossier 5 qui contient deux intéressants rapports (en date du 17 février 1941 et du 31 mars 1943) sur le fonctionnement du SCA.

31  SHD/DITEEX, 1 KT 1 565, papiers Jacques Curtis. Note FFL, état-major 2e bureau, Londres, 8 août 1940.

32  SHD/DM, TTC 36, dossier propagande, « Frais de transport de films et matériel cinématographique », FNFL, état-major, Londres, 16 septembre 1942. Cette note nous permet de suivre une partie de l’activité de Guy Mas : il effectue des prises de vues cinéma à Harwich (côte est de l’Angleterre) le 12 août, une projection à Beaconsfield (nord-ouest de Londres) le 15 août ; de nouvelles prises de vues cinéma à Dundee (Ecosse) du 18 au 22 août et à Penzance (Cornouailles) du 4 au 6 septembre. Enfin, pendant cette courte période, Guy Mas effectue une projection cinéma à Dundee, le 9 septembre, avant de finir par des prises de vues à Criccieth (côte du Pays de Galles) du 7 au 13 septembre 1942.

33  Les personnes suivantes ont travaillé au service cinématographique ou en ont accompagné les équipes : les opérateurs de prises de vues B. Poirée et Jouckadar ; l’adjudant Quigley, journaliste américain engagé aux FFL ; le sergent Lenhardt, spécialiste du radio reportage ; le sergent féminin de Segrais ; le sergent pilote Skeddvanoff ; le sergent Février, ingénieur du son ; le commissaire de la marine Ladune, attaché de propagande FNFL dans le Moyen-Orient.

34  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, compte rendu du sous-lieutenant Mac Connel, Beyrouth, 17 novembre 1941. Dans une note no 360/P du 12 décembre 1941, Lassaigne, chef du service d’information et de radiodiffusion, prend la défense de Mac Connel parti sans ordre de mission signé de Catroux pour couvrir dans l’urgence l’inspection par Astier de Villatte de l’escadrille des Forces aériennes françaises libres en Libye. Lassaigne pointe le fait que Londres et New York réclament des documents sur l’aviation de la France libre. Pour faire face aux demandes, une seconde équipe est mise sur pied au sein du service cinéma.

35  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, note no 447/2 du général Koenig sur la propagande par la photographie, FFL Force L, état-major, 2e bureau, QG, 25 mars 1942.

36  SHD/DIMI, 4 H 327, dossier 1, note no 459/2 du général Kœnig à l’état-major, 2e bureau FFL Levant, FFL Force L, état-major, 2e bureau, 27 mars 1942. Kœnig précise qu’« il ne faudrait pas, en effet, que, trompant notre bonne foi et arguant du fait que la censure anglaise a déjà  opéré au Caire, ces agents profitent de leur passage dans cette ville pour publier des documents non censurés par vous ».

37 SHD/DIMI, 4 H 325, dossier 1, note no 539/P de Jean Lassaigne, chef du Service d’information et de radiodiffusion du Levant au général d’armée commandant en chef des FFL au Levant, état-major, 2e bureau, Beyrouth, 16 avril 1942.

38  SHD/DIMI, 4 H 325, dossier 1, note no 272/P du Service d’information de la France libre au Levant au directeur du cabinet militaire, Beyrouth, 27 février 1942. Les attributions du sous-lieutenant Dalmas sont de trois ordres : liaison avec la délégation de la France libre au Caire pour tout ce qui concerne la propagande et le service photographique et cinématographique ; liaison avec les autorités britanniques du bureau de presseet enfin liaison avec les FFL.

39  SHD/DIMI, Résistance, dossier FFL de Francis Mac Connel. Affecté dans les transmissions en juillet 1943, il finira la guerre au sein de la 2e DB. À noter que les sous-lieutenants Bongard et Aubin commanderont successivement le SCA du Moyen-Orient.

40  SHD/DITEEX, 3 K 106, témoignage oral de Jacques Curtis, cameraman du SCA FFL Moyen-Orient.

41  SHD/DAT, 8 Ye 5 145, dossier du lieutenant de cavalerie Henri Chomette. Né en 1896, frère aîné du cinéaste René Clair, il vécut dans l’ombre de son cadet héritant du sobriquet « clair obscur ». Réalisateur du premier film parlant tourné en France (Le Requin, 1930), il est connu pour avoir eu des positions antisémites.

42  Pour cette partie, consulter la cote SHD/DAT, 7 P 38, dossier 2, organisation et fonctionnement, notes sur le matériel et l’équipement du SCA, État-Major général de la guerre, novembre 1943-mars 1946.

43  De manière non exhaustive, l’on peut citer comme membres du SCA basé en AFN : le capitaine André Lenoël (adjoint au chef du service), Bertrand Flornoy, les cameramen Jean Hudelot, Goreau, Tahar Hanache, Gilbert Grosjean (Air), Gérard Py (Marine), Éric Hurel, Raymond Dubois, les photographes Jacques Belin et Marcel Viard, ainsi que Albert Moulin (services techniques), Kronegger ou encore Jean Jabely.

44  SHD/DITEEX, 3 K 107, témoignage oral d’Albert Moulin, CD I, plage 4.

45  Billard (Maurice), Le mystère René Clair, Paris, Plon, 1998, p. 255.

46  AN, 3 AG 271, dossier 3 : « Ordonnance relative à l’OFIC », commissariat à l’Information, 10 mars 1944. L’OFIC est créé par décret du 16 avril 1943, en théorie ses activités prendront fin à la signature du traité de paix. L’office possédait ses propres reporters notamment militaires dont les équipes étaient dirigées en opérations par Roger Leroi : les cameramen François Villiers (SHD/DITEEX, 3 K 133, témoignage oral), Jacques Manier, Marcel Lucien et Paul Adreani (de l’équipe du film Destin), Christian Gaveau et Maxime Dely, Saffar ; on peut y ajouter les photographes Pierre Cludy, Fernand Mourier et Germaine Krull. Après la dissolution de l’OFIC, certains intégrèrent le SCA. Lire aussi l’article « Comment sont produites à Alger les actualités cinématographiques », Filmafric (Bibliothèque du film), février 1944.

47  Dans les forces américaines, chaque arme possédait son service cinéma et photo. Celui de l’armée de terre relevait du Signal Corps (Transmissions) et de nombreux techniciens de Hollywood y travaillèrent, notamment Franck Capra qui commanda le 834e détachement photo et produisit la série de documentaires Why we fight. Fait peu connu, le cinéaste John Ford, officier de marine, dirigea la Field Photographic Branch de l’Office of Strategic Services, chargée notamment de recueillir des preuves audiovisuelles des crimes nazis en vue du procès de Nuremberg, voir : Mac Bride (Joseph), À  la recherche de John Ford, Arles, Institut Lumière/Actes Sud, 2007, p. 455 à 562.

48  SHD/DAT, 7 P 38, dossier 2. « Équipe du SCA détachée auprès du CEF », projet annexe à la note no 1267/SCA pour le cabinet du ministre signé Raphel, Alger, 30 mai 1944. Il est fait mention de quatre équipes de reportages avec chacune un photographe, un cinéaste et un assistant.

49  SHD/DAT, 61/9496, dossier de carrière du colonel André Brouillard. Après avoir appartenu à l’état-major des FFI, il réintègre l’armée au sein du SCA le 1er novembre 1944 puis est affecté à la Direction générale des études et recherches au mois de février 1945. Parallèlement, sous le pseudonyme de Pierre Nord, il signe le scénario de Peloton d’exécution d’André Berthomieu, adaptation d’un de ses romans qui sort sur les écrans en octobre 1945.

50  Archives de Paris, 901/64/1 no 241, dossier d’Henri Persin devant le comité d’épuration de la presse filmée, 8 novembre 1944.

51  Lindeperg (Sylvie), Clio de 5 à 7. Les actualités filmées de la Libération : archives du futur, Paris, CNRS éditions, p. 50-55.

52  SHD/DAT, 10 P 222, note no 277/5-A « Directives pour le fonctionnement des 5e bureaux des corps d’armée et des divisions », 1re armée française, état-major, PC, 17 décembre 1944. D’autre part, une note intitulé « Compte rendu sur l’activité du service propagande » (SHD/DAT 10 P 223) du 5 novembre 1944 mentionne que : « 2 850 mètres de films ont été pris et envoyés au SCA. Les actualités ont commencé à les utiliser depuis un mois. Deux films documentaires sont en préparation à Paris. Un sur le débarquement de Provence, un sur l’ensemble des opérations de l’armée française avant le débarquement. Ces deux films seront terminés avant un mois. »

53  SHD/DAT, 7 P 33, dossier 6, note no 894 SCA/D du chef d’escadron Raphel au commandant Meyer, directeur des services de presse, ministère de la Guerre, cabinet du ministre, SCA, Paris, 22 février 1945. Il est fait état d’un effectif total de 268 personnes. À noter qu’à partir du 1er mai 1945 est créée une compagnie autonome de SCA sis au 27 rue de Berri à Paris.

54  Le Film Français, no 39, 31 août 1945, p. 3. La reconstitution d’archives cinématographiques, la production d’un long métrage sur l’épopée du Jean Bart et de films d’instruction ainsi que le divertissement du personnel figurent dans les tâches du SCM basé rue Saint Florentin et commandé par le lieutenant de vaisseau Tremelat.

55  Le Film Français, n° 41, 14 septembre 1945, p. 4.

56  Le Film Français, no 33, 13 juillet 1945. Des images du SCA sont communiquées aux Actualités françaises ainsi qu’au pool allié à Londres. Le journal d’actualités militaires produit par le service, qui se doit d’équiper les corps de troupe notamment en Allemagne, est tiré quant à lui à 35 copies en 35 mm et 43 copies en 16 mm. Mensuellement, les trois services cinématographiques de la Défense nationale reçoivent 50 000 mètres de pellicule, dont 30 000 mètres pour le SCA.

57  Lindeperg (Sylvie), Les écrans de l’ombre. La Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français (1944-1969), Paris, CNRS éditions, p. 108. Plus largement, consulter le chapitre IV sur le SCAmiroir de la « Franceéternelle »(p. 105-130) et le chapitre V « Terre de France » : dans les marges du cinéma officiel (p. 131-144).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Launey, « Les services cinématographiques militaires français pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue historique des armées, 252 | 2008, 27-40.

Référence électronique

Stéphane Launey, « Les services cinématographiques militaires français pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue historique des armées [En ligne], 252 | 2008, mis en ligne le 05 août 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/3133

Haut de page

Auteur

Stéphane Launey

Titulaire d’un master 2 en histoire contemporaine. Auteur d’un mémoire de maîtrise intitulé, Le Service cinématographique de l’armée de Vichy 1940-1944, sous la direction du professeur Georges-Henri Soutou et soutenu en 2005 à la Sorbonne (Paris IV). Il est actuellement en poste au sein du bureau des témoignages oraux du Service historique de la Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org