Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

La Direction générale des communications et des ravitaillements aux armées, 1918-1926

Emmanuel Pénicaut
p. 132-135

Texte intégral

1Dans l’intense mouvement de matériels et de populations, tant militaires que civiles, qui suivit la fin des hostilités, la Direction générale des communications et ravitaillements aux armées (DGCRA), depuis sa création en 1918 jusqu’à sa dissolution en 1926, ainsi que les organes qui lui ont été rattachés, ont joué un rôle essentiel. La création de la DGCRA est liée à la volonté du général Foch, à l’été 1918, de réunir sous la responsabilité de l’état-major du général commandant en chef les armées alliées les questions logistiques susceptibles d’intéresser les armées alliées. Un premier effort de regroupement, du côté français, avait été sensible dès le 26 juillet 1918, avec la création d’une « Direction des transports militaires aux armées » (DTMA), placée auprès du commandant en chef des armées alliées, et qui recevait délégation permanente de la part du directeur général des transports militaires – lui-même rattaché au ministère des Travaux publics et des Transports –, pour faire exécuter en son nom tous les transports intéressant les armées. De nombreuses questions de logistique, cependant, relevaient encore de l’état-major du général commandant en chef les armées du Nord et de l’Est.

2Le décret de création de la DGCRA, daté du 19 septembre 1918 mais qui ne fut pas publié au Journal officiel, donnait au nouvel organisme les attributions suivantes :

  • l’organisation générale des lignes de communication, tant en ce qui concerne les mouvements de troupes que les ravitaillements ;

  • la coordination des services de même nature entre les armées alliées de manière à éviter les transports inutiles ;

  • la création d’installations nouvelles contenant des approvisionnements à la disposition des armées (gares régulatrices, stations-magasins, entrepôts, etc.), et leur répartition entre les armées alliées ;

  • la répartition des installations entre les armées alliées en cas de modification des zones d’occupation, et la fixation des zones attribuées aux armées alliées dans la zone de l’arrière ;

  • la répartition de tous les approvisionnements que les alliés consentaient à mettre en commun ;

  • la coordination des transports de troupes, de ravitaillement et d’évacuation.

3Le colonel Charles Payot, déjà président du Comité interallié des ravitaillements mis en place à l’été 1918 et aide-major général chargé de la direction de l’arrière, fut nommé le 9  octobre à la tête de cette nouvelle direction, « véritable direction de l’arrière interalliée (…) en rapports directs avec les Alliés, d’une part, avec les grands services civils économiques, de l’autre ». La DGCRA, cependant, resta un organe militaire français, auprès duquel furent envoyés des missions ou des officiers de liaison alliés.

4À l’automne 1918, la direction, installée à Wiesbaden, s’organisait autour de trois sections, en plus d’une section du courrier : une section de l’organisation et des ravitaillements, chargée de l’organisation des territoires, des mouvements et de la main-d’œuvre, à laquelle étaient rattachés les services automobile et télégraphique interalliés ; une section du ravitaillement en vivres, matériels de subsistances, essence et habillement ; une section de ravitaillement en munitions et matériels de l’artillerie et du génie. Lui étaient en outre rattachés la DTMA – dont les attributions se répartissaient entre voies ferrées, voies de terre et voies navigables –, les gares régulatrices, les stations-magasins et entrepôts de toute nature.

5La préparation de l’Armistice et la mise en œuvre de ses clauses fut le premier des chantiers de la DGCRA. En plus de ses attributions initiales, elle fut en effet chargée de l’exécution de toutes les mesures concernant le rapatriement des prisonniers, les livraisons de matériel et les restitutions. Pour ce faire, elle échangea une correspondance intense et régulière avec la Commission interalliée permanente d’Armistice, chargée d’assurer la liaison entre le gouvernement allemand et le haut commandement allié ou ses représentants, et de surveiller l’exécution régulière des clauses imposées aux Allemands.

6L’Armistice avait entraîné la création d’organes logistiques nouveaux : Commission des chemins de fer de campagne d’Alsace-Lorraine, Commission interalliée des chemins de fer de campagne des pays rhénans (CICFC) et ses sous-commissions, Commission de navigation d’Alsace-Lorraine et Commission interalliée de navigation de campagne, Commission interalliée des routes, Commission interalliée des communications télégraphiques et téléphoniques. Ceux-ci furent placés sous la tutelle de la DGCRA, d’abord directement, puis, pour les commissions relatives au chemin de fer, par l’intermédiaire de la Direction des chemins de fer de campagne (DCFC). Créée le 8 février 1919 au sein de la DGCRA, cette direction prenait la suite de la DTMA, supprimée à la suite du décret du 2 février 1919, qui rendait à toutes les compagnies de chemin de fer français la direction de l’exploitation de leurs réseaux, et s’était vue assigner une triple mission :

  • exercer la direction générale du Service des chemins de fer, sous l’autorité de la DGCRA, sur le réseau ferré d’Alsace-Lorraine et des pays rhénans occupés ;

  • étudier et régler directement, par l’entremise des commissaires militaires des réseaux du nord et de l’est, l’exécution des transports ayant leur origine et leur terminus sur les réseaux d’Alsace-Lorraine ou des pays rhénans et aboutissant ou commençant sur les réseaux du nord et de l’est, en accord avec la DGTM lorsque ces derniers réseaux étaient concernés ;

  • étudier et régler avec la direction des chemins de fer belges l’exécution des transports ayant leur origine, leur terminus, ou exécutés de bout en bout sur le réseau belge.

7C’est entre l’hiver 1918 et le printemps 1919 que la DGCRA connut sa plus grande extension. Outre la DCFC, elle était en effet dotée d’un service de la navigation et des ports, ayant à sa disposition les commissions de navigation d’Alsace-Lorraine et des pays rhénans, d’un service des routes, exerçant son action sur tout le réseau routier rhénan et d’un service de télégraphie interallié. Enfin, et surtout, c’est à la DGCRA que fut rattaché, avant la création de la Commission, puis Haute Commission interalliée des territoires rhénans (HCITR), le premier Service de l’administration des territoires rhénans. Paul Tirard, dans ses Mémoires, écrit que le maréchal Foch lui demanda de constituer ce service dès le 12 novembre 1918. De fait, une « note sur l’administration des territoires occupés par les armées alliées », rédigée avant le 15 novembre et attribuée au « capitaine Tirard », montre que celui-ci se trouvait auprès de Foch dès les premiers jours de l’armistice, sinon avant. Dès le 15, Foch était en mesure de faire parvenir aux commandants en chef des armées alliées des « directives à suivre pour l’administration des territoires rhénans », suivies le même jour d’une « Instruction sur l’administration civile des territoires occupés en vertu des clauses de l’armistice » signée de Weygand, dans lesquelles on retrouvait le contenu des travaux préparatoires de Tirard. Pourtant, celui-ci était encore employé à titre officieux : ce n’est que le 1er décembre que Foch demanda officiellement que lui soit affecté Tirard, maître des requêtes au Conseil d’État, alors mobilisé comme capitaine et chef de la section économique du 2e bureau de l’EMA. La même lettre annonçait la volonté du maréchal de donner à Tirard le titre de « contrôleur général des territoires occupés ». La réponse, positive, vint le 4 décembre, et, le 10, Foch soumit à Paris un « projet de décision relatif au fonctionnement du Service institué (…) à l’effet d’assurer la coordination et le contrôle interallié de l’administration des territoires occupés par les diverses armées alliées sur la rive gauche du Rhin ».

8Trois semaines plus tôt, le 22 novembre, avait eu lieu une première conférence interalliée relative à l’administration des territoires occupés. Dès le mois de décembre, une série de notes et d’instructions provisoires sur les différents aspects de l’occupation illustrèrent les grandes ambitions que nourrissaient Foch et Tirard en matière de politique rhénane. De fait, Tirard prit rapidement son autonomie, au moins en fait, par rapport à Payot. Au cours des mois suivants, il incarna seul, à l’état-major de Foch, l’administration civile des territoires occupés, que les alliés, par ailleurs, souhaitaient plus indépendante. Sa nomination, le 8 mai 1919, comme « Commissaire de la République française », donc président de la Commission interalliée des pays rhénans créée en avril, le 8 mai 1919, en fut l’illustration. Payot en prit acte, semble-t-il sans acrimonie : le 15 mai, il soumettait à Foch une « Instruction sur l’administration des territoires rhénans occupés ». Prenant en compte les nouvelles fonctions de Tirard, il proposait que celui-ci, dans ses domaines de compétence, relevât directement de Foch, et que « toutes les questions intéressant les communications (voies ferrées, routes, voies navigables, ports fluviaux, télégraphes et téléphones), la police et la circulation continuent à dépendre de la DGCRA ». Au sein de celle-ci, le « contrôle général de l’administration des territoires rhénans » ne fut pas dissous ; mais il disparut progressivement : avant même la création de la HCITR, l’administration civile l’emportait sur les projets d’administration militaire.

9De fait, la mise en vigueur du traité de paix et de l’arrangement rhénan, à partir de juin 1919, supprima une partie des attributions de la DGCRA. L’organisation civile des transports en Alsace-Lorraine eut pour conséquence la suppression des commissions de navigation et de chemin de fer de campagne de cette région, et la fin de l’état de guerre entraîna le retour aux ministères civils de leurs attributions sur le territoire métropolitain. Parallèlement, l’arrangement rhénan, en créant la HCITR, organisait une administration civile des territoires occupés, à laquelle les forces d’occupation devaient se soumettre. De fait, la DGCRA fut bientôt mise à la disposition du commandement des forces d’occupation en territoire rhénan, dirigé par le général Degouttes. Désormais chargée seulement de chemins de fer, de voies navigables, de communications électriques et de routes dans les pays rhénans et dans la Sarre, la DGCRA aurait pu se transformer en 4e bureau de l’état-major du commandement interallié. Son existence fut cependant maintenue et elle conserva, de par son ancien rattachement au commandant des armées alliées, des attributions en Sarre (Commission des chemins de fer de campagne de la Sarre, Commission régulatrice de Sarrebrück) et à Anvers (base de transit), ainsi que quelques missions extraordinaires, telles que le transport à travers l’Allemagne en provenance ou à destination des pays à plébiscite, ou les transports de restitution. L’évacuation de Memel, en 1923, fut la dernière de ces missions, et la création d’une délégation rhénane au 4e bureau de l’EMA, la même année, signifia la fin du lien direct entre le haut commandement français et la DGCRA. Celle-ci s’efforça de justifier son existence jusqu’au 15 mai 1926, date de sa suppression par une instruction, parue sous le timbre du 4e bureau de l’EMA.

10La faible notoriété de la DGCRA, à peine mentionnée par les historiens de la présence française en Allemagne après la guerre, s’explique sans doute par la disparition, jusqu’à une date récente, de ses archives : confisquées à Paris par les Allemands, trop heureux d’effacer ainsi une page douloureuse de leur histoire, elle ne sont rentrées en France qu’à la fin des années 1990, au milieu des archives rapatriées de Russie. Le fonds, particulièrement foisonnant, représente environ 10 mètres linéaires d’archives. Il reflète en détail l’activité de cette direction protéiforme (administration des territoires occupés, chemins de fer, transports des troupes et des prisonniers, ravitaillement, livraison et restitution du matériel) et des organismes qui lui ont été associés (Direction des transports militaires aux armées, puis Direction des chemins de fer de campagne, Commissions interalliées de réception du matériel, Délégation française près l’administration des chemins de fer belges, Commission interalliée de chemins de fer de campagne, Sous-commission de réseau de Sarrebrück, Commissions de gare de Sarrebrück et Sarrelouis, Commission régulatrice et gare régulatrice de Sarrebrück, Commission interalliée de navigation de campagne, Services des routes, de la navigation, de la télégraphie et des eaux, bases portuaires de transit). Dans l’attente de la fin du classement des archives rapatriées de Russie, le fonds est consultable sur rendez-vous à la division des archives du département de l’armée de Terre du Service historique de la Défense.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pénicaut, « La Direction générale des communications et des ravitaillements aux armées, 1918-1926 », Revue historique des armées, 251 | 2008, 132-135.

Référence électronique

Emmanuel Pénicaut, « La Direction générale des communications et des ravitaillements aux armées, 1918-1926 », Revue historique des armées [En ligne], 251 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/321

Haut de page

Auteur

Emmanuel Pénicaut

Conservateur du patrimoine, chef de la division archives du département de l’armée de Terre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org