Navigation – Plan du site
Variations

Attaché naval en Espagne pendant la guerre civile : l’itinéraire du lieutenant de vaisseau Raymond Moullec

Jean-Paul Eyrard
p. 104-111

Résumés

La durée, l’intensité et les enjeux de la guerre d’Espagne ont forcé les Espagnols à choisir leur camp et nombre d’étrangers ont fait de même. Parmi ces derniers, des observateurs du conflit, journalistes ou diplomates par exemple, supposés « neutres » par nécessité professionnelle, mais que la terrible réalité de cette guerre contraindra parfois à prendre parti, avec, bien entendu, différents degrés d’engagement. Anne-Aurore Inquimbert a, dans cette même revue, présenté l’un d’entre eux, le lieutenant colonel Henri Morel, attaché militaire français en Espagne pendant la guerre civile. Il paraît utile d’évoquer aujourd’hui la personnalité et l’action de son « collègue », attaché naval à Madrid durant cette même période, le lieutenant de vaisseau Raymond Moullec. Comme Morel, il est crédité de sympathies pour le camp gouvernemental. Mais pour l’attaché naval, cette inclination se traduira par de l’activisme pro-républicain et un engagement politique en faveur du communisme qui guidera son action ultérieure dans la France libre, dans la marine de la Libération, puis, l’âge de la retraite venu, en tant que citoyen.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Commencée le 18 juillet 1936, la guerre civile espagnole se termine le 31 mars 1939, soit 2 ans et (...)
  • 2  410 000 victimes pour la guerre elle-même. Selon HughThomas, La guerre d’Espagne, R. Laffont, 19 (...)
  • 3  « Démocratie » contre « totalitarisme », « fascistes » contre « antifascistes » dans le contexte i (...)
  • 4  Inquimbert (Anne-Aurore), « Les premiers mois de la guerre civile espagnole vus par le lieutenant- (...)

1La durée 1, l’intensité 2 et les enjeux 3 de la guerre d’Espagne ont forcé les Espagnols à choisir leur camp, et nombre d’étrangers ont fait de même. Parmi ces derniers, des observateurs du conflit, journalistes ou diplomates par exemple, supposés « neutres » par nécessité professionnelle mais que la terrible réalité de cette guerre contraindra parfois à prendre parti, avec, bien entendu, différents degrés d’engagement. Anne-Aurore Inquimbert a, dans cette même revue, présenté l’un d’entre-eux, le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire français en Espagne pendant la guerre civile 4. Il paraît utile d’évoquer aujourd’hui la personnalité et l’action de son « collègue », attaché naval à Madrid durant cette même période, le lieutenant de vaisseau Raymond Moullec. Comme Morel, il est crédité de sympathies pour le camp gouvernemental. Mais pour l’attaché naval, cette inclination se traduira par de l’activisme pro-républicain et un engagement politique en faveur du communisme qui guidera son action ultérieure dans la France libre, dans la marine de la Libération, puis, l’âge de la retraite venu, en tant que citoyen.

Un spécialiste du renseignement

  • 5  En 1928, il revient d’un séjour touristique en Italie avec un rapport sur « Les tendances de l’avi (...)
  • 6  Aurait-il de surcroît été admis au 2e bureau s’il avait été dès cette époque marqué politiquement (...)
  • 7  Forces navales françaises libres.
  • 8  Galleret (Paul), « Le premier testament politique du général de Gaulle », Le Monde, 22 mars 1981.
  • 9  Le Cartel, au pouvoir en 1924, associe radicaux et socialistes. Le PCF, qui vient de naître, n’y e (...)

2Son passé prédispose-t-il Raymond Moullec à ces choix ? Né à Brest en 1901 dans un milieu modeste, admis à l’École navale en 1919, breveté canonnier, il montre peu de goût pour le service à la mer, lui préférant l’étude des langues – il parle espagnol et italien –, l’analyse et le renseignement 5. En 1934, affecté au 2e bureau de l’état-major de la marine, il « suit » les marines méditerranéennes et participe comme expert à diverses réunions internationales. Jusqu’à 1936, si nous connaissons au travers des appréciations de ses chefs quelques-uns de ses traits de caractère (manque d’autorité, timide, travailleur, obstiné...), nulle trace d’engagement politique n’apparaît 6. Certes, Paul Galleret, qui servira avec lui dans les FNFL 7, et ne le prisera guère, lui prête « des sympathies antérieures [à son arrivée en Espagne] pour le Cartel des gauches » 8. Cette assertion est à considérer avec précaution car, à l’époque du Cartel, Moullec n’était qu’un jeune enseigne, et si ses chefs eurent alors à se plaindre de lui, c’était davantage pour son apparente indolence qu’en raison de sympathies avérées pour le Parti radical ou la SFIO 9.

  • 10  Il a séjourné à Madrid comme adjoint – officieux – de l’attaché naval en 1925. SHD/DM, dossier adm (...)
  • 11  Moullec s’est révélé pendant son séjour au 2bureau : « Officier consciencieux et travailleur (. (...)

3Le 5 mai 1936, il est nommé attaché naval à Madrid, dans une Espagne où la guerre civile débutera le 18 juillet suivant. Cette belle affectation (il n’a que 35 ans) n’est liée en rien à l’arrivée au pouvoir du Front populaire (4 juin 1936) car, à ce moment là, Moullec est en Espagne depuis plusieurs semaines. Elle correspond à ses aptitudes (il parle espagnol, il connaît déjà le pays et sa marine 10) et à l’estime que lui portent désormais ses chefs 11. Moullec occupe ce poste pendant une longue période : arrivé à Madrid avant le début de la guerre, il en part en juin 1939, plusieurs mois après la fin des hostilités (28 mars 1939). Cette durée explique qu’il ait pu être influencé par ce qu’il voyait ou par les interlocuteurs avec lesquels il était en relation.

Des tâches complexes

  • 12  Sabatier de Lachadenède (Paul), La marine française et la guerre civile d’Espagne, Service his (...)
  • 13  SHD/DM, TTC 40, RaymondMoullec, « Informations diverses sur le SR basque et la situation politique (...)
  • 14  Les sous-marins sont italiens et les cargos transportent parfois des armes pour le camp républicai (...)
  • 15  Palayret (Jean-Marie), L’alliance impossible, Service historique de la marine, 2004, p. 405.

4L’attaché naval Raymond Moullec s’acquitte bien de sa mission : c’est un officier organisé, travailleur, à la plume précise, bon observateur des choses militaires mais aussi politiques. Son travail consiste d’abord à renseigner son ambassadeur et l’état-major de la marine sur la situation en Espagne, à commencer par tout ce qui concerne les aspects maritimes du conflit, mais sans s’y limiter. Il assure ensuite la liaison avec les autorités républicaines, maritimes en premier lieu, auprès desquelles il est accrédité, mais peut à l’occasion avoir des contacts avec les « rebelles ». Il consacre une partie de son temps à régler une foule de problèmes liés à la politique de non-intervention décidée par les puissances, notamment de s’abstenir de ravitailler les belligérants en armes et munitions. En conséquence, les grandes marines (dont la marine française) entretiennent des patrouilles navales chargées de la surveillance des côtes espagnoles. Mais les « gouvernementaux » comme les « rebelles » ont besoin d’aide militaire extérieure, et divers pays, y compris certains signataires des accords de non-intervention, sont tout disposés à la leur accorder. En dépit de la complexité de ces tâches, Raymond Moullec « enverra pendant toute la guerre civile des renseignements nombreux et précieux sur les deux camps espagnols » 12. Pendant ces trois années, il bénéficie d’un statut privilégié, pouvant circuler entre l’un et l’autre camp et il estimera plus tard, à juste titre, « avoir été un de ceux qui étaient les mieux informés sur les questions espagnoles » 13. Il transmet une masse d’informations sur la situation politique et militaire ; sur la non-intervention et ses aléas, sur le dispositif de surveillance de cette dernière, sur les fréquents incidents qui ont lieu dans les eaux espagnoles (de l’arraisonnement d’un chalutier suspect au torpillage de « paisibles » navires marchands par des sous-marins « inconnus » 14). Pour la seule période du 29 juillet au 4 septembre 1937, trente-trois incidents sont recensés 15.

« Il ne reste plus rien de Guernica. »

  • 16  SHD/DM, TTC 40, RaymondMoullec, « Informations diverses sur le SR basque et la situation politique (...)
  • 17  Unité aérienne mise à la disposition du général Franco par l’Allemagne.

5Il arrive à Raymond Moullec de transmettre des informations d’une grande importance politique : il aurait été le premier à informer Paris de la responsabilité allemande dans la destruction de Guernica le 26 avril 1937. Grâce à ses bonnes relations avec le service de renseignement du gouvernement basque 16, il a obtenu « une copie de l’ordre d’opérations des escadrilles allemandes de Vitoria et Logrono qui ont attaqué et détruit la ville de Guernica ». Il se rend lui-même à Guernica et rend compte au ministre de la Marine : « Il ne reste plus rien de Guernica (...). L’aspect général de la ville ne peut être comparé qu’à celui de Pompéi. » Et il corrige une première information, celle d’un bombardement allemand suivi d’un incendie allumé par les défenseurs de la ville avant son évacuation, « l’essentiel des destructions est bien dû aux appareils de la Légion Condor »17.

Des contacts nombreux et variés

  • 18  SHD/DM, I-BB2-83, courrier de l’attaché naval britannique à Paris au ministre de la Marine, 12 nov (...)
  • 19  Lorsqu’il rallie la France libre le 6 juillet 1940, Moullec choisit le pseudonyme de « Moret ».

6Il se fait également apprécier des autorités navales britanniques pour services rendus à leurs navires présents au large de l’Espagne : grâce à la station de radio française de Socoa, la 6e flottille de destroyers de la Royal Navy, qui participe à la surveillance des côtes espagnoles, a pu rester en contact avec l’Amirauté. Leurs Seigneuries remercient Moullec 18 et se souviendront de lui pendant les démêlés ultérieurs du commandant Moret 19 avec le général de Gaulle en 1940-1942.

  • 20  Moullec est à cette époque au 2e bureau de l’EMGM : d’où sa fréquentation des attachés navals étra (...)
  • 21  SHD/DM, I-BB2-83, rapport de l’attaché naval à Madrid au ministre de la Marine, 21 juillet 1937.
  • 22  Sabatier de Lachadenède (Paul), op.cit., p. 63.

7Il lui arrive également d’être en contact avec les responsables maritimes « rebelles ». Son professionnalisme et le respect de l’étiquette maritime transparaissent dans le récit de l’une de ces rencontres qu’il adresse à son ministre. Après un incident (un chalutier français inquiété par deux patrouilleurs franquistes), il se rend à Bilbao, en zone nationaliste, le 15 juillet 1937, et est reçu par le capitaine de vaisseau Bestarrèche, qui commande la marine à Bilbao, dont le frère, ancien attaché naval à Paris, a été fusillé par les républicains : « Il me reçut immédiatement et me présenta à son état-major comme un ami de son frère 20. Il me parla [de ses] derniers moments, des amitiés et des souvenirs que celui-ci avait gardés de ses trois années de service à Paris. J’en profitai pour lui demander, en souvenir du commandant Fernando Bestarrèche, de rendre plus facile la tâche de notre consul à Bilbao.» 21 Ainsi, par ces contacts, Moullec résout nombre de problèmes et facilite la tâche d’une marine française qui a engagé en Espagne des moyens considérables. Comme le souligne Paul Sabatier de Lachadenède : « En Espagne républicaine, le gouvernement français dispose d’une représentation diplomatique normale. Tous ces problèmes [maritimes] étaient traités par notre représentation diplomatique, essentiellement l’attaché naval, de telle sorte que les bâtiments en mission en Espagne n’ont finalement que peu de contacts avec la Marine républicaine. » 22

Réalité de son engagement pro-républicain

  • 23  Héron de Villefosse (Louis), Souvenirs d’un marin de la France libre-Les îles de la liberté, (...)
  • 24  Muselier (Renaud), L’amiral Muselier, Perrin, 2000.

8En revanche, l’attaché naval français, lui, a beaucoup de relations dans le camp gouvernemental, trop peut-être au goût de certains et nous abordons là un domaine plus personnel et mystérieux de ses activités comme de ses sentiments. Certes, c’est tout naturellement auprès des autorités de la République espagnole, gouvernement légal de l’Espagne auprès duquel son ambassadeur est accrédité, et des responsables de la marine républicaine, qu’il exerce l’essentiel de son activité. Mais c’est aussi au camp républicain, et aux idéologies « de gauche » que représente celui-ci, que selon l’unanimité des témoignages, vont ses sympathies, sinon plus. Pour son ami Louis Héron de Villefosse, le spectacle de la guerre civile espagnole a fait de lui « un antifasciste irréductible » 23, tandis que pour Renaud Muselier, celui qui sera de 1940 à 1942 le bras droit et l’influent conseiller de son grand-père l’amiral « avait épousé la cause de la République qu’écrasaient les bombes italiennes et allemandes » et, « sans doute était-il déjà proche des communistes dès cette époque » 24.

  • 25  Jean Herbette puis Eirik Labonne (octobre 1937 à octobre 1938), Jules Henry (octobre 1938 à mars 1 (...)

9Hormis les convictions personnelles et la sympathie, Moullec a-t-il été plus loin dans son engagement auprès des républicains ? Louis Héron de Villefosse l’affirme : « Attaché naval à Madrid, il s’était transporté à Barcelone, collant au gouvernement légitime, donnant en vue de certaines opérations des conseils techniques à la Marine républicaine.» Si cette opinion d’un ami de Moullec, partageant ses inclinations politiques, est fondée, elle mérite néanmoins d’être nuancée. D’abord parce que Moullec dépend d’un ambassadeur et de l’état-major de la marine : ni ses ambassadeurs 25, ni l’amiral Darlan auquel il rend compte presque chaque jour, ne l’auraient laissé s’aventurer trop au-delà de son rôle. Ensuite pour de simples considérations géographiques et matérielles : l’attaché naval passe une partie de son temps sur les routes à intervenir ou à enquêter auprès de l’un ou l’autre camp ; il doit, pour sauvegarder sa liberté de communication avec Paris, ne pas trop s’éloigner de la frontière française (Cibourre en particulier) ; il est donc souvent loin des chefs d’une flotte républicaine, basée, elle, à Barcelone et Carthagène.

  • 26  SHD/DM, 1-CC-265, Raymond Moullec, Étude sur l’offensive menée en 1938 par les forces aériennes na (...)

10L’assertion du commandant de Villefosse contient cependant une part de vérité. Dès les premiers jours du conflit, une bonne partie des officiers de l’Armada – tous présumés acquis aux « rebelles » – ce qui pouvait être le cas de certains – furent massacrés par les équipages demeurés fidèles à la République ou fusillés les jours suivants. Il en résulta une pénurie d’officiers dans les deux camps, mais plus encore dans le camp gouvernemental : les survivants à cette tuerie eurent comme on peut le comprendre, tendance à plutôt rejoindre les rangs franquistes ; par ailleurs, l’essentiel des navires de l’Armada était resté aux mains des républicains : le besoin en officiers était donc encore plus grand pour eux et l’expertise d’un professionnel comme Moullec pouvait se révéler précieuse pour les chefs plus ou moins improvisés de la marine républicaine. Nous disposons par ailleurs du témoignage de Moullec lui-même d’une connivence certaine, et inusitée pour un diplomate, avec les responsables militaires républicains : il est par exemple autorisé à assister – « en témoin muet », précise-t-il, à l’interrogatoire d’un prisonnier, en l’occurrence un aviateur italien abattu, lequel déclare benoîtement : « Nous autres Italiens, nous n’avons rien contre l’Espagne. On nous envoie nous entraîner ici en vue d’une guerre prochaine contre la France. Moullec en tire aussitôt des enseignements sur ce que pourrait être une attaque aérienne italienne sur Toulon, les angles d’approche, l’heure de l’attaque, etc. et en informe Paris... 26

11Ainsi, les liens de Raymond Moullec avec les autorités gouvernementales n’ont peut-être pas eu l’intensité que leur a prêtée Héron de Villefosse, mais ont été réels.

Sympathies personnelles et professionnalisme

  • 27  Ibid.

12En revanche, sa sympathie pour la cause républicaine est relevée par tous les témoignages et surtout transparaît dans ses écrits plus personnels. Dans un mémoire destiné à l’École de guerre navale 27, il note que « (...) lors d’une visite au général Jurado, à la direction de la DCA de Barcelone, comme je le félicitais des progrès accomplis, il m’a répondu (...) », donnant à penser où vont ses sentiments ! Dans ce même document, il ironise à propos du général Franco, après de sévères bombardements de Barcelone par l’aviation nationaliste : « À la fin des hostilités [il sera nécessaire] d’entreprendre la reconstruction totale des installations portuaires. N’est-ce pas la première fois dans l’histoire qu’un chef animé du désir de gouverner son pays commence par en ruiner le patrimoine ? »

  • 28  SHD/DM, I-BB2-83, attaché naval Madrid à ministre de la Marine, 25 août 1937.
  • 29  SHD/DM, I-BB2-83, Rapport de Raymond Moullec au ministre de la Marine, « Mission à Bilbao », 21 ju (...)
  • 30  Attaché naval à Madrid à ministre de la Marine, télégramme « secret » no 85 du 20 octobre 1937. Av (...)
  • 31  Qu’il appelle « les Russes », comme c’était semble-t-il l’usage en Espagne en ce temps.
  • 32  Rapport « Mission à Bilbao », ibid.

13En contrepoint, sa réelle aversion des nationalistes (qu’il appelle « les rebelles »), est nuancée. Selon Moullec, marins et militaires franquistes se conduisent aussi convenablement qu’il est possible de le faire dans une guerre civile, non sans humour involontaire parfois : « Les sous-marins et autres navires nationaux ont l’ordre énergique de capturer ou d’attaquer de la manière la plus humaine possible les navires rouges », précise un communiqué « rebelle » que Moullec transmet à Paris 28. Il en est de même pour les Requetès navarrais, « troupes carlistes excellentes » qui se montrent après la prise de Bilbao « larges d’esprit et bienveillantes pour la population ». Il réserve des appréciations plus sévères aux phalangistes qui, toujours à Bilbao, « ont entrepris une campagne très dure d’épuration (...). Leur dureté et leur xénophobie (...) font régner une atmosphère très pesante » 29. Dans un autre rapport, il note que « la Phalange fasciste [recrute] n’importe qui. [Elle] forme en général de mauvaises troupes, indisciplinées et facilement démoralisées. Les Phalangistes se rendraient odieux à tous les autres éléments du parti militaire et la fin de la guerre civile pourrait être le commencement de leur déclin » 30. Ceci étant, Moullec reste la plupart du temps un professionnel qui, dans ses écrits officiels traite de façon factuelle aussi bien les Soviétiques 31 (nombreux et influents en Espagne) que les différentes tendances du camp gouvernemental. Et, en soldat de métier, les faiblesses techniques et le laisser-aller, trop fréquents chez les républicains, ne lui échappent pas. Visitant la mythique « ceinture de fer » supposée permettre aux mineurs des Asturies d’arrêter l’offensive nationaliste vers Bilbao, il constate que « ces fortifications ont été installées par des amateurs, avec des grands moyens mais sans aucune science militaire. Il ne faut pas chercher ailleurs le secret de leur faible résistance à la poussée adverse » 32.

Des contacts utiles pour l’avenir

  • 33  Il s’agit là de l’aide gouvernementale. L’engagement des Brigades internationales se fait, lui, à (...)
  • 34  Sur une base de l’armée de l’Air « près de Bordeaux ». SHD/DM, I-BB2-83, attaché naval Madrid à mi (...)

14Deux questions découlent de son inclination pour la cause républicaine en général et des sympathies qui lui sont attribuées pour le communisme en particulier. A-t-il été partie prenante dans les initiatives semi-clandestines du gouvernement du Front populaire pour aider militairement la République, et ce en dépit des accords de non-intervention signés par la France ? Cette aide 33 a surtout consisté en la livraison de matériels militaires terrestres ou aéronautiques, encore que Moullec nous apprenne incidemment que l’armée de l’Air française a (discrètement) formé des pilotes pour l’aviation républicaine espagnole 34.

  • 35  L’expression est de Renaud Muselier.
  • 36  Labarthe et Moullec se retrouvent à Alger en 1943 dans le proche entourage du général Giraud.

15Ce matériel a transité vers l’Espagne par voie terrestre, mais aussi par voie maritime, et l’attaché naval à Madrid devait en être au moins informé, même si cela ne transparaît pas dans les comptes rendus de son activité. Par ailleurs, la structure chargée de ce ravitaillement en matériels militaires est basée au ministère de l’Air, dont le radical Pierre Cot était ministre, avec comme animateurs son chef de cabinet, Jean Moulin, assisté d’André Labarthe, chef de cabinet de René Andraud, sous-secrétaire d’État à l’Air. Raymond Moullec et André Labarthe se retrouveront à Londres dès les premiers jours de la France libre et lieront leur fortune à celle du vice-amiral Muselier, « patron » des FNFL. Se sont-ils connus dès la guerre d’Espagne ? Nous n’en savons rien, même si c’est peu probable car Moullec est en Espagne pendant cette période, et Labarthe à Paris. S’il est possible qu’ils aient entendu parler l’un de l’autre avant de se rencontrer à Londres, il est en revanche certain que leurs activités passées au profit de la République espagnole et leurs opinions « à l’extrême-gauche» 35 ont scellé entre eux une connivence durable 36.

  • 37  « Commandant en chef civil et militaire » de janvier 1943 à son éviction au profit du général de G (...)

16A-t-il eu en Espagne des contacts avec des responsables communistes qui expliqueraient l’engagement idéologique qui va être le sien jusqu’à sa mort en 1971 ? Qu’il ait eu affaire aux responsables politiques ou militaires du camp gouvernemental, dont beaucoup sont communistes, est évident : cela faisait partie de son travail d’attaché naval. Que par connivence idéologique, il en ait fait un peu plus, est bien possible aussi. Mais nous ne savons rien des liens qu’il a pu ou non nouer avec les responsables communistes de diverses nationalités, dont des Français, présents en Espagne. Le seul élément certain est qu’à Alger, en 1943 et 1944, le commandant Moullec, alors membre du cabinet du général Giraud 37, puis affecté à l’État-Major général de la marine, entretient bien plus que des relations d’estime avec le très important dirigeant communiste André Marty, ancien « mutin de la mer Noire » en 1919, et plus tard en Espagne, responsable politique des Brigades internationales. Celui-ci sera pour Moullec une caution et un puissant protecteur à un moment où les communistes sont au gouvernement, et Moullec lui devra beaucoup. Mais nous savons pas s’il a pu rencontrer André Marty dès l’Espagne, même si cela reste possible.

Les opinions politiques de Raymond Moullec étaient-elles connues ?

  • 38  Le 4 février 1939.
  • 39  Moullec, ayant changé de grade, devait effectuer des temps réglementaires de service à la mer.
  • 40  Coïncidence ou non, se retrouvent ainsi à Tunis Eirik Labonne (Résident général de France), le cap (...)
  • 41  Centre d’histoire sociale du XXsiècle. Archives André Marty, note de Raymond Moullec à André Ma (...)

17Dès cette époque, son engagement n’est pas passé inaperçu de ses supérieurs militaires ou diplomatiques, mais sans répercussions particulières. Sentiments pro-républicains ou non, Moullec s’entend parfaitement avec l’ambassadeur Eirik Labonne, tant que celui-ci est en poste en Espagne et bénéficie ensuite de sa protection : Labonne arrache à Darlan une promotion exceptionnelle du lieutenant de vaisseau Moullec au grade de capitaine de corvette 38 puis, par la suite, s’adressant directement à César Campincchi, ministre de la Marine, obtient sa nomination à la Résidence générale de France à Tunis, où lui-même est désormais en poste : la Marine, réticente 39, finit par accepter 40. Après le départ de Labonne (octobre 1938), Moullec sert sous les ordres du nouvel ambassadeur en Espagne, Jules Henry, sans problème particulier. Mais, le 24 mars 1939, dès la victoire du général Franco, Jules Henry est remplacé à Madrid par le maréchal Pétain. Moullec est donc son attaché naval de mars 1939 à son propre départ en juin 1939. Plus tard, il affirmera s’être mal entendu avec le maréchal, en raison « de son indépendance de jugement » et « sur une matière de service », incident qui lui aurait permis « de juger et le caractère et les doctrines du futur maître de la France 41 ». « Sur une matière de service »... soit. Il est possible que, dans le milieu restreint d’une ambassade, les amitiés nouées par l’attaché naval pendant la guerre et les opinions qui lui étaient prêtées aient surpris le nouvel ambassadeur. Notons que ces lignes ont été rédigées à l’été 1944, époque ou affirmer s’être mal entendu avec le maréchal Pétain ne prêtait plus guère à conséquence.

  • 42  SHD/DM, dossier administratif du contre-amiral Raymond Moullec.
  • 43  Ibid.

18Du côté de l’état-major de la marine, le savoir-faire et le courage de Raymond Moullec pendant ces quatre années de guerre sont reconnus, comme en atteste sa nomination au grade supérieur. Mais, au-delà du langage administratif, des nuances sont perceptibles dans les louanges. Si l’amiral Darlan, qui a apprécié le travail de Moullec en Espagne, se contente de noter qu’« il a trop d’imagination », le contre-amiral Bourragué, chef du personnel officier, indique que Moullec « a été servi par les événements » et qu’il « est influençable » : ce qui pourrait signifier que les inclinations de Moullec pendant le conflit ne sont pas toutes passées inaperçues 42. Et ce d’autant plus, qu’apparemment, Moullec les dissimulait peu. Ses amis, comme Louis Héron de Villefosse, en témoignent, mais d’autres personnes auxquelles il n’est pas personnellement lié semblent avoir été au courant de ses activités en Espagne et de ses opinions. Le 6 juillet 1940, Moullec, alors second du contre-torpilleur Le Triomphant, rallie la France libre. Son commandant, le capitaine de frégate Archambaud, reste fidèle à Vichy et, une fois rapatrié en France, rédigeant la notation de celui qui avait été quelques semaines son second, écrit que Moullec a été « très fortement marqué par la guerre d’Espagne et craint peut-être des représailles personnelles », d’où sa décision de rester en Angleterre 43. Ce qui donne à penser que celui-ci ne faisait guère mystère ni de son passé ni de ses engagements.

19Ainsi, le lieutenant de vaisseau Moullec entame en Espagne une carrière atypique et en revient avec un profil singulier pour un officier de marine de ce temps. C’est là qu’il adhère à l’« antifascisme », et en particulier au communisme. Car, dans le camp loyaliste, les communistes, espagnols ou volontaires « internationalistes », furent très déterminés et constituèrent l’élément le mieux structuré des forces armées républicaines. Ceci ne pouvait laisser indifférent Moullec, sensible à tant de courage et de sacrifices, mais aussi soldat de métier soucieux de discipline et d’efficacité militaire.

20Jusqu’à la fin de sa vie, il va rester fidèle à cet idéal, au PCF et à l’Union soviétique. La guerre d’Espagne et cet engagement lui ont par ailleurs permis de tisser un réseau de relations qui aura une grande influence sur son action future. En sus de ses sentiments patriotiques, ses antécédents espagnols le poussent à rejoindre la France libre. À Londres, il noue ou renoue des relations avec les républicains espagnols réfugiés, basques en particulier. C’est à Londres encore qu’il lie sa fortune à celle d’André Labarthe, un des anciens responsables du ravitaillement clandestin des armées de la République espagnole, militant « progressiste » et « agent d’influence » des Soviétiques depuis les années 1930. Tous deux proches de l’amiral Muselier, chef des FNFL, ils mèneront avec celui-ci une série d’actions visant à déstabiliser le général de Gaulle, chef de la France libre. N’étant pas parvenus à leurs fins, ils se retrouvent à Alger auprès du général Giraud pour recommencer... et échouer à nouveau. Moullec reprend alors sa carrière militaire, d’autant plus aisément que les communistes font désormais partie des gouvernements de la Libération, puis la retraite venue, devient un « apparatchik » communiste de calibre moyen mais d’irréprochable orthodoxie.

21Si, comme disait Kipling, « ceci est une autre histoire », il n’en reste pas moins qu’elle trouve son origine dans ce séjour espagnol qui débute sous les ors d’une ambassade et se poursuit dans les horreurs d’un impitoyable conflit.

Haut de page

Notes

1  Commencée le 18 juillet 1936, la guerre civile espagnole se termine le 31 mars 1939, soit 2 ans et 9 mois de conflit.

2  410 000 victimes pour la guerre elle-même. Selon HughThomas, La guerre d’Espagne, R. Laffont, 1961, p. 634.

3  « Démocratie » contre « totalitarisme », « fascistes » contre « antifascistes » dans le contexte idéologique de l’époque.

4  Inquimbert (Anne-Aurore), « Les premiers mois de la guerre civile espagnole vus par le lieutenant-colonel Henri Morel, attaché militaire auprès de l’ambassade de France en Espagne », Revue historique des armées, no 233, 4/2003, p. 97-106.

5  En 1928, il revient d’un séjour touristique en Italie avec un rapport sur « Les tendances de l’aviation italienne en 1928 ». Enseigne à bord de l’Ernest Renan, ses études sur les flottes italienne et espagnole le font remarquer de son chef, le contre-amiral Castex, une référence dans la marine de ce temps. SHD/DM, dossier administratif du contre-amiral Raymon Moullec.

6  Aurait-il de surcroît été admis au 2e bureau s’il avait été dès cette époque marqué politiquement à l’extrême gauche ?

7  Forces navales françaises libres.

8  Galleret (Paul), « Le premier testament politique du général de Gaulle », Le Monde, 22 mars 1981.

9  Le Cartel, au pouvoir en 1924, associe radicaux et socialistes. Le PCF, qui vient de naître, n’y est pas partie prenante. SFIO : Section française de l’internationale ouvrière (dénomination du Parti socialiste à l’époque).

10  Il a séjourné à Madrid comme adjoint – officieux – de l’attaché naval en 1925. SHD/DM, dossier administratif du contre-amiral Raymond Moullec.

11  Moullec s’est révélé pendant son séjour au 2bureau : « Officier consciencieux et travailleur (...) sait prendre en temps voulu les initiatives désirables (...) a produit de l’excellent travail au 2bureau. » Note le capitaine de vaisseau Gaudin de Villaine, chef de ce service, en1935.

12  Sabatier de Lachadenède (Paul), La marine française et la guerre civile d’Espagne, Service historique de la marine, 1993, p. 63.

13  SHD/DM, TTC 40, RaymondMoullec, « Informations diverses sur le SR basque et la situation politique des réfugiés espagnols », Londres, 20 novembre 1941.

14  Les sous-marins sont italiens et les cargos transportent parfois des armes pour le camp républicain.

15  Palayret (Jean-Marie), L’alliance impossible, Service historique de la marine, 2004, p. 405.

16  SHD/DM, TTC 40, RaymondMoullec, « Informations diverses sur le SR basque et la situation politique des réfugiés espagnols », Londres, 20 novembre 1941.

17  Unité aérienne mise à la disposition du général Franco par l’Allemagne.

18  SHD/DM, I-BB2-83, courrier de l’attaché naval britannique à Paris au ministre de la Marine, 12 novembre 1937.

19  Lorsqu’il rallie la France libre le 6 juillet 1940, Moullec choisit le pseudonyme de « Moret ».

20  Moullec est à cette époque au 2e bureau de l’EMGM : d’où sa fréquentation des attachés navals étrangers en poste à Paris.

21  SHD/DM, I-BB2-83, rapport de l’attaché naval à Madrid au ministre de la Marine, 21 juillet 1937.

22  Sabatier de Lachadenède (Paul), op.cit., p. 63.

23  Héron de Villefosse (Louis), Souvenirs d’un marin de la France libre-Les îles de la liberté, Albin Michel, 1972, p. 98.

24  Muselier (Renaud), L’amiral Muselier, Perrin, 2000.

25  Jean Herbette puis Eirik Labonne (octobre 1937 à octobre 1938), Jules Henry (octobre 1938 à mars 1939) puis le maréchal Pétain.

26  SHD/DM, 1-CC-265, Raymond Moullec, Étude sur l’offensive menée en 1938 par les forces aériennes nationalistes contre les ports gouvernementaux, École de guerre navale, mémoire dactylographié.

27  Ibid.

28  SHD/DM, I-BB2-83, attaché naval Madrid à ministre de la Marine, 25 août 1937.

29  SHD/DM, I-BB2-83, Rapport de Raymond Moullec au ministre de la Marine, « Mission à Bilbao », 21 juillet 1937.

30  Attaché naval à Madrid à ministre de la Marine, télégramme « secret » no 85 du 20 octobre 1937. Avec ce que l’on sait de l’effacement de la Phalange sitôt la guerre terminée, le pronostic n’était pas malvenu.

31  Qu’il appelle « les Russes », comme c’était semble-t-il l’usage en Espagne en ce temps.

32  Rapport « Mission à Bilbao », ibid.

33  Il s’agit là de l’aide gouvernementale. L’engagement des Brigades internationales se fait, lui, à l’appel des partis de gauche, le PCF en premier lieu.

34  Sur une base de l’armée de l’Air « près de Bordeaux ». SHD/DM, I-BB2-83, attaché naval Madrid à ministre de la Marine, 8 juillet 1937.

35  L’expression est de Renaud Muselier.

36  Labarthe et Moullec se retrouvent à Alger en 1943 dans le proche entourage du général Giraud.

37  « Commandant en chef civil et militaire » de janvier 1943 à son éviction au profit du général de Gaulle (été 1943).

38  Le 4 février 1939.

39  Moullec, ayant changé de grade, devait effectuer des temps réglementaires de service à la mer.

40  Coïncidence ou non, se retrouvent ainsi à Tunis Eirik Labonne (Résident général de France), le capitaine de corvette Moullec (conseiller à la Résidence) et le colonel Morel, qui commande à Bizerte le 8e régiment de tirailleurs tunisiens. Précision communiquée à l’auteur par Anne-Aurore Inquimbert.

41  Centre d’histoire sociale du XXsiècle. Archives André Marty, note de Raymond Moullec à André Marty, été 1944, « Document sur la  marine militaire pendant l’occupation », p. 7.

42  SHD/DM, dossier administratif du contre-amiral Raymond Moullec.

43  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Eyrard, « Attaché naval en Espagne pendant la guerre civile : l’itinéraire du lieutenant de vaisseau Raymond Moullec », Revue historique des armées, 251 | 2008, 104-111.

Référence électronique

Jean-Paul Eyrard, « Attaché naval en Espagne pendant la guerre civile : l’itinéraire du lieutenant de vaisseau Raymond Moullec », Revue historique des armées [En ligne], 251 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2008, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://rha.revues.org/335

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Eyrard

Agrégé d’histoire et inspecteur d’Académie, il est aussi commissaire en chef de 1re classe de la marine (CR).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org