Navigation – Plan du site
Variations

La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite

Frédéric Chauviré
p. 114-121

Résumés

Louis IV, dont le règne et la conception même de la souveraineté furent si marqués par la guerre, aurait-il pu ne pas accorder à la cavalerie de sa Maison militaire une place éminente au sein de son armée ? Ces unités anciennes, que le roi a regroupé en un corps autonome, brillent bien sûr à la cour, mais qu’en est-il de leur rôle effectif sur les champs de bataille ? Pour envisager une réponse exhaustive à cette question, il faudrait tout d’abord étudier la Maison du Roi d’un point de vue organique, à la recherche des éléments intrinsèques – dont la volonté royale n’est pas le moindre – qui font une troupe d’élite. C’est ce que nous tenterons d’analyser dans le présent article en nous attachant d’abord aux éléments extérieurs et matériels (équipements, armement, organisation en escadron) puis à ceux qui déterminent véritablement la capacité au combat d’une troupe : la discipline, la formation et l’exercice.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Maison du Roi
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cornette (J.), Le roi de guerre, essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, P (...)

1La guerre occupe une place centrale dans le système de représentation du pouvoir royal, au cœur duquel se trouve bien sûr la personne même du roi, le « roi de guerre » de Joël Cornette 1. Louis XIV entendait se réserver le monopole de la violence, intérieure et extérieure, et l’assurer à son armée. Cette dernière devait être en conséquence mieux contrôlée, mieux organisée. Mais il semble que le roi voulût également, dans le cadre de cette armée plus performante, donner un rôle important à sa Maison militaire dont la partie la plus prestigieuse rassemblait diverses troupes de cavalerie : les gardes du corps, les gendarmes de la Garde, les mousquetaires, les chevau-légers et les grenadiers. Elles étaient composées en majorité de l’élite sociale du temps : bourgeois vivant noblement et noblesse d’épée. Comment le roi, si préoccupé de sa gloire et des moyens de l’accroître, n’aurait-il pas porté sa marque sur cette Maison militaire ?

  • 2 Père (d.), Histoire de la milice française, Paris, Delespine et Coignard, 1721, tome II, p. 114. L’ (...)
  • 3 Corvisier (a.), « Les gardes du corps de Louis XIV », Bulletin du XVIIe siècle, 1959, p. 265-291.

2Cependant, il n’est pas question pour nous de prouver que la « création » de la Maison était bien le fait du roi. Le père Daniel rappelle ainsi qu’en 1671 le souverain décida que les unités de la Garde formeraient en guerre un corps séparé qui serait appelé la Maison du Roi 2. André Corvisier a en outre fort bien mis en exergue à travers son analyse des gardes du corps le processus qui permit au roi d’exercer un contrôle direct sur les troupes de sa garde : la suppression de la vénalité, l’augmentation des effectifs et la politique de recrutement 3. Il s’agit plutôt d’envisager le rôle effectif de la Maison du Roi sur les champs de bataille du Grand Siècle. La fonction de la Maison était-elle limitée à la représentation et au prestige ou bien constituait-elle une véritable cavalerie d’élite, apte à combattre en ligne ? La finalité ultime d’une troupe est en effet le combat. C’est donc seulement à l’aune de celui-ci que l’on pourra véritablement mesurer l’efficacité des efforts royaux. Cette question s’inscrit également dans un champ d’analyse plus vaste, celui de la place de la cavalerie dans un art de la guerre où l’infanterie prenait de plus en plus d’importance.

3Une telle perspective nécessiterait pour le moins une approche en deux temps. Avant de mesurer l’action sur le terrain, ou de postuler une quelconque supériorité tactique, il faut en effet tenter d’envisager les éléments qui la pourraient sous-tendre. Le présent article s’attache alors à étudier la Maison du Roi d’un point de vue organique, à la recherche de ces facteurs essentiels sans lesquels nous savons qu’une troupe de cavalerie ne peut être efficace à la guerre, et encore moins prétendre au titre de troupe d’élite. Il convient donc de chercher dans la constitution même de ce corps, ce que Maurice de Saxe appelait les « parties de détail ». Les éléments extérieurs tout d’abord, l’équipement, l’armement, l’organisation en escadron, qui font « physiquement » le cavalier. Mais plus encore, colonne vertébrale de l’esprit militaire et ce qui détermine véritablement la capacité au combat d’une troupe, la discipline, la formation et l’exercice. L’analyse de ces données structurantes nous conduit également à y rechercher les marques de la volonté royale, inévitablement présupposée dans une telle problématique. La Maison du Roi pouvait-elle constituer un grand corps de combat sans que le souverain ne s’y intéressa directement ?

Les cavaliers de la Maison du Roi

4Il est possible de mesurer à quel point les troupes de la Maison furent intégrées dans l’effort engagé par la monarchie pour régler et normaliser l’organisation de l’armée et dans quelle mesure, elles l’initièrent. La façon dont les cavaliers de la Maison du Roi étaient habillés, armés, montés et organisés devrait permettre de mettre en exergue leur singularité et l’intérêt porté à ce corps.

L’équipement

  • 4 Corvisier (a.), Louvois, Fayard, Paris, 1983, p. 110.
  • 5 Père (D.), op.cit, vol. II, p. 223.

5L’équipement est un des critères les plus évidents pour affirmer la spécificité d’un corps. Les compagnies de la Maison militaire semblent avoir été concernées plus tôt que les autres par le processus d’uniformisation des vêtements militaires. L’État était, au début du règne, incapable d’équiper tous les soldats d’uniformes. Les gardes du corps furent les premiers à bénéficier de cet investissement dès 1657, ainsi que certains régiments étrangers. Le reste des compagnies de la Maison suivit quelques années après, en 1665 4. Il serait bien sûr trop long d’entreprendre ici une revue de détail des habits des différentes compagnies, il suffit de rappeler que la matière, les couleurs, à dominantes rouge et bleu, et la composition de ces uniformes soulignaient la qualité de ceux qui les portaient. Le père Daniel fait observer que les mousquetaires quittèrent en 1688 leur fameuse casaque pour une soubreveste, sorte de justaucorps. Il explique ce changement par la gène induite au combat par de tels vêtements, mais également parce que ces casaques nuisaient à leur « visibilité » sur le champ de bataille. On avait remarqué, dit-il, que cette troupe, « par sa seule présence, jetait la terreur dans les ennemis » ; or, pour combattre, les mousquetaires ôtaient leur casaque ou la rejetaient en arrière. On jugea donc à propos de leur donner un habillement « distingué et particulier qui les fît reconnaître au premier coup d’œil » 5. Voilà une remarque fort précieuse, puisque l’esprit qui préside à ce changement vestimentaire induit en partie la doctrine d’emploi de cette troupe. Les mousquetaires se démarquaient également par leurs bottes. Ils portèrent longtemps les grosses bottes de la cavalerie lourde qu’ils abandonnèrent ensuite pour des bottes plus légères, appropriées à leur polyvalence. Les autres cavaliers de la Maison gardèrent par contre ces bottes « fortes », particulières à la cavalerie de choc, bien que leur emploi fît alors l’objet de vifs débats entre les officiers de cavalerie.

  • 6 Bonnefoy (F.), Les armes de guerre portatives en France, thèse de doctorat, Librairie de l’Inde édi (...)
  • 7 Venner (D.), Les armes blanches, Granger, Paris, 1986, p. 152-154.
  • 8 Boullier, Histoire des divers corps de la Maison militaire des rois de France jusqu’à l’année 1818, (...)

6Quant à l’armement offensif, il ne différait pas sensiblement de celui de la cavalerie que l’on appelait encore légère. Les cavaliers étaient équipés du mousqueton, de pistolets et d’une épée. L’épée traditionnelle fut remplacée en 1679 par une forte épée, sabre droit à double tranchant sur le modèle de la Wallonne permettant de frapper de taille et d’estoc 6. La forte épée des maîtres de la Maison du Roi qui possédait généralement plusieurs branches de garde, renforçant la protection de la main 7, se distinguait par une qualité et un coût supérieurs. Il faut noter une fois encore l’originalité des mousquetaires. La première arme de ce corps fut évidemment le mousquet, mais quand l’usage du fusil se répandit, les sous-officiers demandèrent et obtinrent d’en être équipés. Bientôt, la compagnie entière abandonna le mousquet pour le fusil dont on avait reconnu tout l’avantage. Ils avaient en outre deux pistolets à l’arçon de la selle et une épée un peu moins pesante que le sabre de la cavalerie 8, pour le service à pied et à cheval. Ils restaient également fidèles, pour cette dernière, à leur monture « à la mousquetaire », avec plateau et pas d’âne. En matière d’armement défensif, l’ancienne armure avait progressivement disparu. Ne subsistait que la cuirasse, qui ne fut bientôt plus obligatoire, à partir de 1660, que pour les seuls officiers et le régiment des cuirassiers. N’oublions pas que le chapeau remplaça l’armet ou la bourguignotte. Il fut cependant renforcé d’une calotte de fer (ou cervelière) destinée à parer les coups d’épée.

Les chevaux

  • 9 Bogros (D.), Les chevaux de la cavalerie française, PSR éditions, 2001, p. 32-33.
  • 10 Desbrières (commandant E.), et Sautai (capitaine M.), La cavalerie de 1740 à 1789, Berger-Levrault, (...)

7Les cavaliers furent également montés. Il pourrait s’agir là d’une lapalissade, c’est en fait un point essentiel. La qualité des chevaux de remonte semble à beaucoup d’auteurs un élément incontournable pour disposer d’une bonne cavalerie. Denis Bogros insiste sur la faiblesse atavique de l’armée française dans ce domaine. Même sous le grand roi, et malgré l’arrêt de 1665, l’industrie chevaline était davantage orientée vers le trait que vers la selle 9. Comme Desbrières 10 avant lui, il met également en cause le système de « la compagnie ferme ». Le capitaine, propriétaire de sa compagnie, était tenté, pour que l’entreprise ne fût pas trop coûteuse, d’économiser sur l’achat des chevaux. L’urgence des achats fit que le roi accepta que ses cavaliers fussent remontés d’animaux peu aptes au service.

  • 11 Boullier, op.cit, p. 53.
  • 12 Ordonnances du 25 octobre 1689 et du 24 novembre 1691.
  • 13 Langeais, Des fonctions et du principal devoir d’un officier de cavalerie, Paris, Ganeau, 1725, p.  (...)

8Or, ce système ne s’appliquait pas à la Maison du Roi puisque le capitaine propriétaire des compagnies était le roi lui-même. Troupes permanentes, leur budget était réglé sur celui de l’ordinaire de la guerre, contrairement à celui des régiments de la cavalerie légère. On peut donc penser que la qualité des montures était supérieure. En outre, les gentilshommes qui en constituaient la plus grande part n’imaginaient sans doute pas paraître sur de vulgaires bidets. Ainsi, pour les chevau-légers, chacun pouvait avoir autant de chevaux qu’il voulait, et aussi beaux que lui permettaient ses facultés. Il était aussi défendu au chevau-léger étant en marche de porter sur la croupe de son cheval autre chose que son manteau, pour ne pas le blesser inutilement 11. La taille requise pour les chevaux des compagnies de la Maison semble être celle demandée à toutes les montures de la gendarmerie, de 4 pieds 5 pouces à 4 pieds 7 pouces. Ils étaient donc montés sur des chevaux un peu plus grands que ceux de la cavalerie légère, dont la taille était comprise entre 4 pieds 4 pouces et 4 pieds 6 pouces 12. Cette différence s’explique sans doute autant par un souci de prestance et de prestige que par des préoccupations tactiques. Langeais pensait ainsi que les petits chevaux n’avaient pas la force des grands, lorsqu’il s’agissait d’entrer dans un escadron, ils ne pouvaient y causer le même effet, par le choc et le froissement de l’épaule 13. Birac voulait aussi des chevaux de guerre plutôt plus grands que plus petits.

Structure tactique

  • 14 Susane, Histoire de la cavalerie française, Paris, Hetzel, 1874, vol. I, p. 133.
  • 15 La Vallière, Pratique et maximes de la guerre, La Haye, Van Bulderen, édition de 1693, p. 36.

9Apparu lors des guerres de Religion, l’escadron était devenu l’unité tactique de base de la cavalerie. Dans la seconde moitié du XVIIe, il fut divisé en trois ou quatre compagnies, qui constituèrent la structure « administrative » 14. Son effectif théorique était généralement de 120 ou 140 maîtres, répartis sur quatre puis trois rangs. Un escadron de 120 chevaux, qui était de 40 de front et de 3 de profondeur, avait 200 pieds de front, soit 5 pieds pour chaque cavalier. Ces dispositions concernaient la marche pour laquelle l’escadron devait rester ouvert. Lorsqu’il s’agissait de combattre, les cavaliers serraient les files et le front diminuait d’un tiers 15.

  • 16 Belhomme, L’armée française en 1690, 1886, p. 81.
  • 17 Desbrières (E.) et Sautai (M.), op.cit, p. 6.

10L’organisation en escadron et son ordonnancement interne n’étaient évidemment pas inconnus de la Maison du Roi, on notera cependant une différence sensible et significative dans le rapport compagnie/escadron entre ce corps et les régiments de cavalerie. Ainsi en 1690, pour les gendarmes, les chevau-légers, les grenadiers à cheval, les deux unités se confondaient en une seule. Pour les mousquetaires et les gardes du corps, chaque compagnie formait deux escadrons 16. La raison de cette différence, avance Desbrières, est purement économique : « Dans la Maison du Roi le capitaine n’est pas propriétaire de la compagnie, il n’y a donc pas d’inconvénient à lui confier 150 ou 200 cavaliers. Mais cela coûterait trop cher à un capitaine propriétaire, et les pertes deviendraient désastreuses pour lui. » 17 Les escadrons de la Maison du Roi eurent donc en campagne des effectifs plus importants, ce qui représentait un avantage certain au combat.

Instruction et discipline

11Aussi bien armés et montés fussent-ils, les cavaliers de la Maison du Roi ne pouvaient constituer une troupe efficace au combat que s’ils étaient suffisamment exercés, animés par un minimum de discipline. Le souci de l’instruction des troupes, de leur obéissance et de leur discipline imprègne l’art militaire depuis sa renaissance. Au XVIIe siècle, ce domaine était généralement de la compétence spécifique des capitaines et colonels. Les règles en vigueur en matière d’exercices et d’évolutions étaient propres à chaque régiment et dépassaient rarement ce cadre, sans que l’on pût observer d’ailleurs de véritables tentatives de normalisation à l’échelle de toute une arme. La question de l’instruction et de la discipline à l’intérieur de la Maison était donc assez révélatrice de la volonté du roi, ou de ses possibilités, de faire de ce corps une véritable unité de combat.

Discipline et instruction, une préoccupation royale

  • 18 Lynn (J.), Giant of the Grand Siècle, op.cité, p. 516. Chamlay écrivait que 5 ou 6 ans étaient néce (...)
  • 19 Cité par J. Lynn, Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, éd. Charles Dreyss, 2 vol., (...)

12Il faut remarquer que c’est principalement l’infanterie qui semble avoir bénéficié de ce renouveau de la réflexion militaire. « Les exigences à l’endroit de la cavalerie paraissent à l’époque généralement moindres, à l’opposé même de ce qu’elles seront un siècle plus tard », avance John Lynn 18. Les propos et les actions du roi ne paraissent pourtant pas manifester aussi nettement cette différence d’attention et d’ambition. Il est vrai, d’une manière générale, que peu de monarques surpassèrent l’intense intérêt que Louis XIV manifesta toujours pour l’exercice et le « dressage ». Cette préoccupation s’exprime nettement dans ses Mémoires. Il était d’ailleurs convaincu que « de nombreuses batailles étaient gagnées davantage par le bon ordre de la marche et la bonne contenance que par le sabre et la mousqueterie » 19. Les troupes de sa Maison furent les premières à recevoir son attention de manière particulièrement suivie. Il espérait en cela faire œuvre d’exemplarité : « Je continue à exercer les troupes qui sont les plus proches de ma personne afin que, par mon exemple, les chefs militaires apprennent à porter autant d’attention à celles qu’ils ont sous leurs ordres. »

13Les compagnies de mousquetaires témoignent de cette volonté du roi. Ils s’exerçaient dans leurs deux hôtels à toutes les évolutions militaires, soit à pied soit à cheval. Personne n’avait droit de manquer de s’y trouver, hors maladie ou exemption particulière. Si un mousquetaire se trouvait absent au moment des appels ou exercices, sans pouvoir alléguer de motif valable, cette infraction à la discipline était sur le champ punie par une peine de prison. La fougue de la noblesse, alliée à l’esprit cavalier n’en est pas moins perceptible chez cette troupe. Elle conduisit sans doute à certains débordements ou à des pertes inutiles que le roi dut s’efforcer de circonscrire par des mesures d’une grande sévérité. Au siège de Mons, en 1691, le roi ayant remarqué que la trop grande ardeur des mousquetaires leur était funeste, M. de Maupertuis, capitaine-lieutenant de la première compagnie, leur annonça avant de lancer l’attaque de la Cassote, qu’il avait ordre de tuer celui qui se précipiterait ou s’avancerait hors des rangs avant que l’action ne fût gagnée. Les mousquetaires acquéraient, en tout cas, dans les exercices, une indispensable expérience dans l’art de manœuvrer. Il est vrai également que cette assiduité était nourrie par l’intérêt bien compris des jeunes gens espérant faire carrière.

L’école des officiers

  • 20 Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Imprimerie nationale, Paris, 1992, p. 204-206.
  • 21 Corvisier (A.), Louvois, op.cit, p. 102.

14Ce souci de l’exercice et de la discipline ne peut être en effet totalement appréhendé que si l’on évoque l’objectif qu’avait fixé Louis XIV à sa Maison : former les futurs officiers. Le roi prenait depuis longtemps le soin d’exercer les troupes de sa Maison, il connaissait leur discipline. En 1666, il décida d’y prendre de nombreux officiers pour les nouvelles compagnies qu’il levait « afin qu’ils y portassent la même discipline à laquelle ils étaient accoutumés ». Il ordonna également que l’on réservât 20 places dans chaque compagnie de ses gardes du corps, qui furent attribuées à de jeunes gentilshommes, afin qu’ils y apprissent leur métier. Les gentilshommes qui y entraient ne pouvaient « être instruits à meilleure école » 20. André Corvisier note que « cette innovation constitua alors la première tentative d’institutionnalisation des cadets » 21. Les cadets admis dans les gardes ne bénéficiaient apparemment pas tous du même statut, tous en tout cas étaient astreints à la discipline et au règlement militaire, y apprenaient à commander et à obéir. « Le roi, explique Saint-Simon, assujettit tout, sans autres exceptions que les seuls princes du sang, à débuter par être cadet dans ses gardes du corps, et à faire tout le même service des simples gardes, dans les salles de garde et dehors, hiver et été. » Ces compagnies devinrent comme une pépinière d’officiers, formés dans les gardes et servant ensuite dans les troupes ordinaires.

  • 22 Belhomme, op.cit, p. 79.

15La fonction d’école militaire des jeunes seigneurs et de la noblesse du royaume fut également assumée par les mousquetaires. Plusieurs grands princes et la majorité des officiers généraux et maréchaux qui illustrèrent le règne avaient servi dans le corps des mousquetaires et y avaient reçu les premiers éléments de l’art de la guerre. On croyait alors que c’était là seulement qu’on pouvait étudier à fond et acquérir exactement l’instruction et l’expérience qui forment les grands capitaines. Le Dauphin fit lui-même partie des mousquetaires. Les deux compagnies étaient casernées à Paris et chacune avait des professeurs de lettres, sciences et art d’agréments, chargés de l’instruction des mousquetaires. « Après deux ans de séjour dans ce corps, les jeunes nobles, ou issus de familles vivant noblement, pouvaient acheter une compagnie ou, s’ils n’avaient pas de fortune, recevaient des brevets de lieutenant, sans doute davantage dans l’infanterie et les dragons, car c’était plutôt les gardes du corps, les gendarmes et chevau-légers qui fournissaient les officiers de cavalerie. » 22

  • 23 Mémoires de Saint-Simon, tome XIV, Paris, Hachette, 1880, p. 106-112.
  • 24 Ibid., tome I, p. 28. Saint-Simon revient plusieurs fois sur cet apprentissage qu’il considère comm (...)

16Saint-Simon nous confirme, à sa façon, la réelle préoccupation du roi vis-à-vis de la qualité de l’instruction donnée à sa Maison, de la formation et de la discipline des futurs officiers. De son passage assez court chez les mousquetaires, Saint-Simon conserva en effet pour ce service une vive antipathie. C’était selon lui « abuser de la jeunesse noble d’une façon barbare que la prodiguer en troupe au service de simples maîtres et de simples grenadiers » 23. Le roi, précise-t-il, « s’était raidi a n’excepter aucun de ceux qui entraient dans le service de la nécessité de passer une année dans une de ses deux compagnies de Mousquetaires, à leur choix. (…) On s’y ployait par force à être confondu avec toute sorte de gens et de toute espèce, et c’était là tout ce que le roi prétendait en effet, de ce noviciat où il fallait demeurer une année entière dans la plus exacte régularité » 24.

Les facteurs adjuvants

  • 25 Bogros (D.), op.cit, p. 35-36.

17Il nous faut enfin évoquer les éléments qui permettent d’enraciner, de donner plus d’ampleur encore à l’effort engagé par le roi pour instruire, exercer et discipliner les troupes de sa Maison. Tout d’abord, le roi était le seul propriétaire des compagnies. Nous en avons déjà souligné l’avantage du point de vue de la remonte et de la force de l’escadron, et pouvons l’étendre à la qualité de l’instruction et de l’exercice. Remontées de bons et de forts chevaux, les troupes de la Maison étaient bien entraînées, affirme Denis Bogros. Le roi ne cherchait pas, comme le capitaine propriétaire à économiser sur tout, achat, nourriture, entretien. Il n’était pas non plus réticent à entraîner régulièrement les chevaux, au risque de les fatiguer ou les blesser, et de devoir les remplacer à ses frais. Autre élément favorable, la Maison du Roi constituait une structure permanente. Ce facteur représentait un avantage très important sur les régiments de la cavalerie légère. On levait et licenciait ces régiments au gré des événements, or une cavalerie ne s’improvise pas dans un peuple sédentaire 25. Les compagnies de la Maison pouvaient au contraire pérenniser le travail de dressage et d’instruction accompli sur les chevaux et les cavaliers, elles bénéficiaient de la continuité, de l’habitude de vivre et manœuvrer ensemble, sans lesquelles il ne peut y avoir d’esprit de corps.

  • 26 Pour l’année 1666. Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Imprimerie nationale, Paris, 1992, p. 15 (...)
  • 27 Jouanna (A.), Le devoir de révolte, Fayard, 1989.
  • 28 Saint-Simon, Mémoires, tome I, p. 30.
  • 29 Saint-Simon, Mémoires, op.cit, tome I, p. 612-613.

18Le dernier élément, mais non des moindres, est l’émulation. Le roi savait user du « désir de plaire » des courtisans et des gentilshommes, ainsi qu’il l’expliqua lui-même dans ses Mémoires à propos de l’infanterie, comme d’un ressort pour améliorer la qualité de son armée 26 . Et ce qui était valable pour l’infanterie l’était sans doute au moins autant pour la Maison, composée pour une part importante de gentilshommes et de grandes familles nobles exposés directement aux yeux du roi et de leurs pairs. On sait le poids de ce qu’Arlette Jouanna appelle les « exigences de l’honneur », le défi de la prouesse et du courage à relever sans répit pour illustrer la vertu du lignage et la sienne propre 27. Les perspectives de carrière des jeunes gens servant dans la Maison pouvaient bien entendu expliquer pour une part cette émulation. Saint-Simon le reconnaît sans nulle gêne lorsqu’il explique que son père choisit de le mettre dans la première compagnie « à cause de Maupertuis, son ami particulier qui en était capitaine » 28. Or « (…) il n’ignorait pas l’attention avec laquelle le roi s’informait à ces deux capitaines des jeunes gens distingués qui étaient dans leurs compagnies et combien leurs témoignages influoient sur les premières opinions que le roi en prenoit » 29.

  • 30 Idem.

19Mais au-delà de l’intérêt, ils avaient sans doute la conscience de représenter le roi, d’incarner une part de sa majesté de gloire et de guerre, eux qui le côtoyaient au plus près de sa personne. Comme une part de lui-même. Louis XIV, d’ailleurs, le percevait peut-être ainsi. Les désagréments de ses gardes du corps à Ramillies l’affectèrent profondément. Saint-Simon décrit ainsi, non sans une certaine cruauté, la tristesse et le désarroi du vieux roi confronté aux rumeurs fustigeant la mauvaise conduite de ses gardes 30. L’ensemble de ces facteurs d’émulation expliquent sans doute par exemple l’application des mousquetaires à l’instruction, dont pas un ne s’exemptait affirme Bouillier.

20La Maison rassemblait les troupes qui touchaient au plus près la personne du souverain, elles se devaient évidemment, écrin martial de la majesté royale, de briller à la cour, mais sans doute également d’être en mesure de jouer un rôle sur le champ de bataille, où le roi engageait son prestige et son honneur. C’est du moins ce que laissent à penser les soins dont bénéficièrent les compagnies de la Maison du Roi. Mieux équipées que les troupes de lignes, elles étaient également mieux montées, et plus encore, mieux exercées. Louis XIV semble en effet avoir eu très tôt conscience de l’importance de l’exercice et de l’instruction. Fruits de sa volonté personnelle, faisant fi des regimbements de certains rejetons de la noblesse, les efforts portés sur la discipline et l’exercice paraissent donc réels et constants.

21Complétant les analyses d’André Corvisier, cette étude confirme l’image d’un organe conçu pour le combat au moins autant que pour l’apparat. Elle ne permet cependant pas d’affirmer que sa constitution lui conférait une nette supériorité tactique, pas plus qu’elle n’envisage la façon dont le roi concevait son emploi au combat. Ces questions, à l’évidence complexes, ne peuvent être traitées dans la présente conclusion et nécessiteraient des recherches complémentaires.

Haut de page

Notes

1 Cornette (J.), Le roi de guerre, essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 2000.

2 Père (d.), Histoire de la milice française, Paris, Delespine et Coignard, 1721, tome II, p. 114. L’ensemble constituait en 1678 un corps d’environ 2 600 hommes.

3 Corvisier (a.), « Les gardes du corps de Louis XIV », Bulletin du XVIIe siècle, 1959, p. 265-291.

4 Corvisier (a.), Louvois, Fayard, Paris, 1983, p. 110.

5 Père (D.), op.cit, vol. II, p. 223.

6 Bonnefoy (F.), Les armes de guerre portatives en France, thèse de doctorat, Librairie de l’Inde éditeur, Paris, 1991, p. 36.

7 Venner (D.), Les armes blanches, Granger, Paris, 1986, p. 152-154.

8 Boullier, Histoire des divers corps de la Maison militaire des rois de France jusqu’à l’année 1818, Paris, 1818, p. 100.

9 Bogros (D.), Les chevaux de la cavalerie française, PSR éditions, 2001, p. 32-33.

10 Desbrières (commandant E.), et Sautai (capitaine M.), La cavalerie de 1740 à 1789, Berger-Levrault, Paris, 1906

11 Boullier, op.cit, p. 53.

12 Ordonnances du 25 octobre 1689 et du 24 novembre 1691.

13 Langeais, Des fonctions et du principal devoir d’un officier de cavalerie, Paris, Ganeau, 1725, p. 126. Selon l’idée fort répandue à l’époque, la force de la cavalerie reposait sur la cohésion et le « poids » de l’escadron, d’où l’intérêt pour les chevaux lourds dans la cavalerie de ligne.

14 Susane, Histoire de la cavalerie française, Paris, Hetzel, 1874, vol. I, p. 133.

15 La Vallière, Pratique et maximes de la guerre, La Haye, Van Bulderen, édition de 1693, p. 36.

16 Belhomme, L’armée française en 1690, 1886, p. 81.

17 Desbrières (E.) et Sautai (M.), op.cit, p. 6.

18 Lynn (J.), Giant of the Grand Siècle, op.cité, p. 516. Chamlay écrivait que 5 ou 6 ans étaient nécessaires pour créer un régiment d’infanterie, alors qu’il suffisait d’un an pour former un bon régiment de cavalerie. La lecture de Louis de Gaya paraît confirmer cette impression. L’art de la guerre et la manière dont on la fait aujourd’hui en France, Michallet, Paris, 1689.

19 Cité par J. Lynn, Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, éd. Charles Dreyss, 2 vol., Paris, 1860, vol. II, p. 112-113.

20 Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Imprimerie nationale, Paris, 1992, p. 204-206.

21 Corvisier (A.), Louvois, op.cit, p. 102.

22 Belhomme, op.cit, p. 79.

23 Mémoires de Saint-Simon, tome XIV, Paris, Hachette, 1880, p. 106-112.

24 Ibid., tome I, p. 28. Saint-Simon revient plusieurs fois sur cet apprentissage qu’il considère comme un abus oppressif.

25 Bogros (D.), op.cit, p. 35-36.

26 Pour l’année 1666. Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Imprimerie nationale, Paris, 1992, p. 156.

27 Jouanna (A.), Le devoir de révolte, Fayard, 1989.

28 Saint-Simon, Mémoires, tome I, p. 30.

29 Saint-Simon, Mémoires, op.cit, tome I, p. 612-613.

30 Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées, 242 | 2006, 114-121.

Référence électronique

Frédéric Chauviré, « La Maison du Roi sous Louis XIV, une troupe d’élite », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/4012

Haut de page

Auteur

Frédéric Chauviré

Professeur d’histoire-géographie et doctorant à l’université de Nantes. Il prépare un doctorat sous la direction du professeur Jean-Pierre Bois, La charge de cavalerie de Bayard à Seydlitz, et a publié plusieurs articles, dont « Bayard, chevalier ou cavalier ? Le combat de cavalerie sous la Renaissance », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, n° 139, 2004.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org