Navigation – Plan du site
Dossier

6-8 décembre 1915, Chantilly : la Grande Guerre change de rythme

François Cochet
p. 16-25

Résumés

La conférence de Chantilly de décembre 1915 semble avoir livré tous ses secrets depuis longtemps. Pourtant, une nouvelle lecture paraît s’imposer. Une vision militaire ne suffit pas à rendre compte des multiples dimensions de cette conférence, tant elle apporte la preuve de l’interférence des regards politiques et militaires. La conférence de Chantilly s’inscrit dans une série de rencontres qui ont pour but de tenter de donner une cohérence aux attitudes des différents alliés, surtout depuis l’entrée en guerre de l’Italie, le 24 avril 1915. La réunion se déroule sur trois jours et la décision qui en émerge est la nécessité de la coordination des offensives pour l’année 1916. Ainsi, pour le général Joffre, habile maître d’œuvre de cette conférence, il est possible de détruire les forces germano-autro-hongroises par une offensive générale, coordonnée entre l’Est et l’Ouest et simultanée. Mais Chantilly reflète aussi une prise de conscience générale de l’importance des facteurs économiques et la guerre est désormais pensée comme un tout.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La conférence de Chantilly de décembre 1915 semble avoir livré tous ses secrets depuis longtemps. Loin de nous la prétention de parler de « révélations », de « fulgurances » ou encore de « scoops », certains historiens abusant parfois de la fausse nouveauté. L’histoire est cependant relecture permanente à la lumière d’outillages conceptuels qui évoluent sans cesse. Dans cette mesure, la conférence de Chantilly peut être relue aujourd’hui selon plusieurs angles d’approche en fonction notamment des enseignements amenés par l’histoire des représentations. Une vision militaire ne suffit certes pas à rendre compte des multiples dimensions de cette conférence, tant elle apporte la preuve de l’interférence des regards politiques et militaires. Une lecture géostratégique s’impose, bien sûr, mais également un regard culturel sur un certain nombre de comportements replacés avant, pendant et après cette conférence qui, incontestablement, donne une nouvelle dimension à la Grande Guerre.

De juin 1915 à janvier 1916 : une véritable « galaxie conférencière »

2Avant même que le général Joseph Joffre n’appelle à cette réunion, toute une série de rencontres, conférences et négociations avait concerné les décideurs militaires comme civils de l’Entente. Ainsi, la conférence de Chantilly n’arrive-t-elle pas inopinément ? Elle s’inscrit dans une série de rencontres qui ont pour but de tenter de donner une cohérence aux attitudes des différents Alliés, surtout depuis l’entrée en guerre de l’Italie, le 24 avril 1915.

  • 1 Keegan (John), La Première Guerre mondiale, Paris, Perrin/Angès Vienot, 2003, p.250.
  • 2 Joffre (Joseph), Mémoires, tome II, Plon, Paris, 1932, p. 125.

3Dès la fin de juin 1915, David Lloyd George, alors ministre des Munitions, rencontre Albert Thomas, son homologue français, pour lui faire savoir que l’équipement du British Expeditionnary Force (BEF) ne peut pas être aussi rapide que prévu et que sa participation aux offensives de l’automne 1915 n’est pas garantie 1. Dès ce moment, Joffre préconise la réunion permanente de généraux représentant l’Entente à son quartier général de Chantilly et rêve incontestablement d’en être le dirigeant militaire, le stratège sinon unique, du moins de référence. Le 24 juin, il expose au ministre de la Guerre que le « gouvernement français proposerait aux puissances alliées de centraliser la conduite supérieure de la guerre au Grand Quartier Général français où les plans d’ensemble et les directives d’opérations seraient élaborés » 2.

4En juillet 1915, tant dans un cadre franco-français que dans celui de l’Entente, les réunions se multiplient. Le 7, le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, en préside une, importante, à Chantilly. Déjà Joffre y affirme que la décision ne peut être obtenue que sur les grands théâtres d’opérations. C’est une façon très nette de repousser certains arguments britanniques. Les Français doivent reprendre le plus tôt possible des actions offensives avec l’aide des Britanniques et des Belges. Le 11 juillet, au quartier général du BEF à Saint-Omer, se tient une rencontre entre le commandant du BEF, French, et Joffre qui aboutit à la signature d’un accord le 12 juillet. Mais le maréchal French a encore des velléités d’action spécifiquement britanniques. Il présente (les 29 juillet et 16 août) des plans qui séparent la stratégie anglaise de celle des Français. Il faut que le ministre de la Guerre, Kitchener, le rappelle à l’ordre pour qu’il respecte les accords du 12 juillet. À cette date, chacun des deux grands alliés occidentaux croit peut-être encore pouvoir l’emporter sans l’autre.

5Les 4 et 5 septembre 1915, Joffre reçoit la visite de Cadorna, généralissime italien. Le 5 octobre 1915, à Calais, les ministres de la Guerre et de la Marine français et britanniques se rencontrent. Kitchener promet l’envoi dans les Balkans de trois divisions prélevées sur le front occidental. Le 7 octobre 1915, c’est au tour de René Viviani, président du Conseil, et d’Augagneur, ministre de la Marine, de se rendre à Londres. Le lendemain, 8 octobre, Viviani amène Lord Kitchener à Chantilly. Ce dernier veut réunir 400 000 hommes pour écraser l’Autriche-Hongrie via les Balkans. Le 29, Joffre se rend au War Committee à Londres. Il obtient du gouvernement que l’effectif total du BEF soit porté à 150 000 hommes dans les plus brefs délais. Le 4 décembre, deux jours seulement après avoir été nommé chef de l’ensemble des armées françaises, il rencontre les ministres anglais avec Aristide Briand, successeur de Viviani. Les Britanniques acceptent de ne pas évacuer Salonique que Briand considère comme essentielle.

6Il est donc facile de constater que Chantilly n’est pas un point de départ absolu. De nombreuses négociations, en particulier franco-britanniques, ont déjà eu lieu afin de déterminer aussi bien la stratégie alliée que la mise en œuvre de ses moyens d’action et d’autres suivront. Le 29 décembre, s’y retrouvent à nouveau, le président de la République française, le président du Conseil, le ministre de la Guerre et Douglas Haig, nouveau commandant en chef des forces britanniques en France. Joffre doit l’amadouer lors d’une rencontre le 20 janvier 1916. Ce contact est d’ailleurs au moins aussi important que la conférence de décembre.

7Toutes ces rencontres administrent la preuve de deux faits. D’une part, elles soulignent à l’évidence que l’Entente est une vraie réalité vivante et pas seulement une alliance de pure forme. Les partenaires ont pris l’habitude de négocier et de se consulter. D’autre part, cette « galaxie conférencière » montre que les Alliés ont de plus en plus besoin les uns des autres. Avant même la conférence, la coordination des moyens est rendue de plus en plus nécessaire. La guerre est en train de changer de visage.

Chantilly : un regard géostratégique entre le souhaitable et le possible

8Avant d’analyser les apports de la conférence de Chantilly, il convient de dresser un bref bilan du rapport de forces, à la fin de l’automne de 1915. Où en sont les deux systèmes d’alliances ?

  • 3 Joffre (Joseph), Mémoires, tomeII, Paris, Plon, 1932, p.161.

9Il est possible de s’appuyer sur une relecture a posteriori du contexte de la conférence, tel qu’il nous apparaît à travers les Mémoires posthumes de Joseph Joffre. « En France tout d’abord, après les dures campagnes d’été et d’automne, les armées franco-britanniques avaient un impérieux besoin de repos pour se refaire et reconstituer leurs stocks de munitions. Nos alliés russes, après une longue et coûteuse retraite, étaient hors d’état de reprendre des opérations offensives avant une complète réorganisation. Les Italiens se disposaient à hiverner, l’armée serbe entreprenait une pénible retraite vers l’Adriatique après avoir abandonné son artillerie et ses équipages, pendant que l’armée d’Orient, ne pouvant plus la secourir rétrogradait en bon ordre sur Salonique ; la situation du corps expéditionnaire des Dardanelles était arrivée, comme je l’ai dit, à un tel point, que notre seule ressource était de retirer nos forces de ce guêpier ; le corps britannique de Mésopotamie avait été battu à Ctésiphon et rejeté sur Kut-El-Amara… » 3. Bref, tout va très mal en cette fin d’année 1915 pour l’Entente !

  • 4 Prior (Robin) et Wilson (Trevor), Atlas de guerre. La Première Guerre mondiale. Traduction français (...)

10Les historiens avancent à peu près le même jugement. « Du côté allié, le bilan est maigre. Leurs offensives sur le front occidental ont échoué, leur occasionnant en outre des pertes bien supérieures à celles de l’ennemi. La position de l’Autriche-Hongrie semble de plus en plus précaire, mais nulle part il n’a été possible d’exploiter cette faiblesse. » 4

  • 5 Voir Ortholan (colonel Henri), La Guerre 14-18, numéro 28, « Les grandes offensives de 1915, l’impo (...)

11Joffre lui-même n’a pas fait l’unanimité au sein des milieux dirigeants français. Auprès des stratèges alliés, il n’a pas réussi à imposer sa conception d’un sauvetage de l’armée serbe malgré le soutien de Cadorna à la fin du mois d’octobre 1915. Les offensives d’Artois et de Champagne n’ont pas empêché la défaite russe en même temps qu’elles sont venues sanctionner des méthodes héritées de la conception de l’offensive à tout crin des débuts de la guerre 5. Après leur entrée en guerre, le 24 avril, les Italiens ont lancé en juillet 1915 une offensive le long de l’Isonzo qui a tourné à l’échec. À bien des égards, l’automne de 1915 marque la fin d’une fiction qui avait peut-être perduré jusque-là : la France ne peut pas l’emporter seule contre les Empires centraux.

  • 6 Joffre, op. cit., p. 163.

12L’analyse que fait Joffre des raisons des déboires alliés jusqu’à la date de la conférence est d’ailleurs claire, même si encore une fois, elle est frappée du coin de l’a posteriori. L’échec est dû à « l’indépendance avec laquelle chaque allié avait conduit la guerre, chacun sur son front particulier et selon ses vues propres » 6. En d’autres termes, il s’agit maintenant de mener une guerre commune et non des guerres juxtaposées.

13La conférence de Chantilly occupe douze pages dans le tome II des Mémoires posthumes de Joffre. C’est bien peu en regard de la quasi-totalité du tome I consacré à son arrivée à la tête de l’armée française en 1911 et à la victoire de la Marne.

  • 7 Joffre, op. cit., p.168.

14La réunion se déroule sur trois jours : les 6, 7 et 8 décembre 1915. Les protagonistes sont le général Joffre, en situation d’invitant, le maréchal French, le lieutenant-général Murray, chef de l’état-major général britannique, le général Gilinsky, chef de mission militaire russe au Grand Quartier général français, le général Porro, sous-chef de l’état-major général italien, le général Wielmans, chef de l’État-major général belge, le colonel Stephanovic, attaché militaire de Serbie auprès de Joffre. Il s’agit donc bien d’une rencontre purement militaire, en dehors du regard des dirigeants civils, ce qui est déjà assez symptomatique des libertés que Joffre s’accorde à l’égard de ces derniers. « Tous les problèmes soulevés furent complètement étudiés », affirme Joffre dans ses Mémoires. « En définitive, nos travaux aboutirent à l’établissement d’un document qui a constitué la charte de la coalition pendant l’hiver 1915-1916 et la campagne d’été 1916. » 7

  • 8 Joffre,op. cit., p. 168.
  • 9 Voir Bicer (lieutenant Abdil), «Le Grand Quartier Général français et l’offensive autrichienne de m (...)
  • 10 Ortholan (colonel Henri), op. cit., p.81.

15Les décisions prises à Chantilly sont effectivement bien connues et extrêmement importantes en termes de coordination des efforts militaires : « Il fut entendu que la décision devait être recherchée par des offensives concordantes sur les fronts russes, franco-anglais et italien. Ces offensives seraient prononcées simultanément ou tout au moins à des dates suffisamment rapprochées pour que l’ennemi ne puisse transporter ses réserves d’un front à l’autre. L’action générale aurait lieu le plus tôt possible. » 8 Mais, un bémol doit être indiqué immédiatement. L’avenir n’est pas formellement engagé. C’est plus sur des accords de principe que sur un programme d’action précis que débouche la conférence. L’élément émergeant de celle-ci est la nécessaire coordination des offensives 9. Des actions combinées d’ensemble doivent être lancées sur la Somme, l’Isonzo et en Galicie en 1916. Comme la percée d’un seul élan ne semble guère possible dans l’état des armes alliées, chaque bataille doit enlever des objectifs successifs avec une préparation spécifique à chaque fois 10.

  • 11 Tué le 28 mai 1918 à la tête de la 151e division d’infanterie.

16Pourtant, en marge des accords, d’autres décisions informelles sont prises. Ainsi, le colonel de Vallières 11 prend la tête d’une mission de liaison auprès des Britanniques qui vient remplacer les officiers français relevant des commandants des différentes armées françaises voisines des armées britanniques. Une véritable action de centralisation se met en place, fort discrètement, mais assez efficacement.

  • 12 Joffre, op. cit., p. 165.
  • 13 Joffre, op. cit., p. 198.

17Il ressort assez nettement de la conférence un certain nombre de grandes lignes. Une véritable fidélité joffrienne à l’égard de la Russie s’exprime notamment. Pour Joffre, les seuls fronts qui comptent vraiment sont les fronts français et russes. En cela, la conférence de Chantilly permet une avancée notable, distinguant nettement des fronts principaux et secondaires. Joffre ne dédaigne certes pas porter un regard d’ensemble sur les événements de la fin l’année 1915. À l’égard de la Grèce notamment, il indique clairement qu’il faut profiter de « toutes les occasions qui pourraient se présenter dans la politique incertaine de ce pays » 12. Pourtant, il privilégie le front occidental, ayant identifié, dès octobre 1915, six secteurs susceptibles, selon lui, de constituer des zones d’attaque allemande. D’est en ouest, il s’agit de la trouée de Porrentruy, face à la Suisse, des crêtes des Vosges, de la région de l’Argonne, de la région de Reims, de la vallée de l’Oise et de la région d’Amiens 13. Alors que les fronts de Salonique, de l’Égypte et de la Mésopotamie, dits « mineurs » ne doivent pas être renforcés. En cela, Chantilly est bien une victoire française sur les conceptions britanniques. Les Russes et les Italiens joignent leurs voix au concert allié pour accepter l’idée que des offensives impliquant toutes les forces dont chacune des armées de l’Entente dispose puissent être mises en action afin d’empêcher des transferts de troupes des Empires centraux d’est et ouest ou vice-versa.

18Ainsi des arbitrages ont-ils été effectivement tranchés à Chantilly. Il s’agit avant tout de « tenir » l’alliance, notamment à l’égard de la Russie qui, au cours de l’année 1915, bien que sollicitée par les Empires centraux à signer une paix séparée, est demeurée fidèle à ses alliances. Il faut maintenant venir à son secours rapidement, car après les offres de paix vient la punition. Le 13 juillet 1915, les Allemands reprennent leur offensive contre les forces russes qui sont partout au bord de la rupture. La Vistule est franchie le 29 du même mois. Fin août, après s’être emparés de Brest-Litovsk, les Allemands atteignent le cours du Niemen. Cette percée allemande à l’est conforte l’idée de Joffre de pouvoir réaliser, lui aussi, une percée à l’ouest.

  • 14 Selon Bernhard (Jean), Gallieni, le destin inachevé, sld, p. 240, le 17 juillet 1915, Joffre aurait (...)

19Fidèle à son habitude, après la conférence, Joffre se déclare plus optimiste que jamais 14. Il estime qu’il est possible de détruire les forces germano-austro-hongroises par une offensive générale, coordonnée entre l’Est et l’Ouest et simultanée. Cette offensive totale doit permettre de contrecarrer les Empires centraux dans leurs projets orientaux tout en portant secours à la Serbie, et de renforcer l’armée de Salonique.

  • 15 Le 20 décembre 1915, Joffre remet à French la croix de guerre devant un bataillon de zouaves. Le 22 (...)

20Pourtant, tout n’est pas aussi idyllique que Joffre le prétend dans ses Mémoires. Au cours de la conférence, le maréchal French lui annonce qu’il a offert sa démission, de même que le général Wilson, agent de liaison direct entre French et Joffre. La démission de French devient officielle après la conférence de Chantilly 15 et Joffre doit dorénavant renégocier avec Douglas Haig.

Chantilly : une solidarité imposée par les événements

  • 16 Joffre, op. cit., p. 172.

21À la fin de 1915, la guerre est en train de changer de dimensions sur de multiples registres. En termes de perception du temps, des changements d’échelle sont bien visibles. Les Russes, pressés par les événements militaires défavorables pour eux, trouvent que Joffre est bien lent à mettre en place une offensive « de secours ». Au contraire, les Britanniques, qui n’ont pas totalement renoncé à leur stratégie périphérique ne voient pas l’urgence d’une grande offensive sur le front occidental. Les différents Alliés n’ont donc pas les mêmes priorités pour cette fin de 1915. L’arrivée de Haig oblige également Joffre à convaincre à nouveau un partenaire plus coriace que French. « Ce n’est que le 14 février 1916 que l’entente se réalisa définitivement entre le général Haig et moi sur le principe d’une attaque jointive avec notre attaque à cheval sur la Somme qui aurait lieu vers la fin de juin, ou dès le mois d’avril si la Russie était menacée par une offensive puissante. » 16

22Les rythmes de la guerre doivent aussi inévitablement changer, pour une autre raison que Chantilly reconnaît ouvertement : l’usure en hommes des armées françaises. Un rééquilibrage entre Alliés s’impose.

  • 17 Joffre, op.cit., p. 163-164.

« La France, de toutes les puissances de l’Entente avait formé 97 divisions d’infanterie actives et la valeur de 37 divisions territoriales ; elle s’était depuis le premier jour de la guerre dépensée sans compter. Elle touchait à la limite de ses ressources de recrutement et devait envisager la baisse des effectifs de son armée pour le courant de 1916 ; elle avait besoin de repos jusqu’au moment où des actions offensives pourraient être reprises afin d’y participer dans la plénitude de sa force avec les moyens matériels augmentés. L’Angleterre avait fait un effort militaire magnifique mais qui ne mettait pas encore en jeu le maximum de ses ressources ; dans l’état de sa législation militaire, elle avait quelque peine à entretenir les effectifs de ses 70 divisions ; elle se trouvait en retard pour la production de son matériel de guerre. Cependant, en raison de l’abondance de ses ressources et de la faiblesse relative de ses pertes, il paraissait indiqué de lui demander un effort intensifié. » 17

  • 18 Chiffres cités par John Keegan, La Première Guerre mondiale, Paris, Agnès Vienot/Perrin, 2003, p. 3 (...)

23Les Italiens sont concernés pareillement. Ils doivent fournir un effort substantiel afin de faire la preuve que leur engagement dans la guerre du printemps de 1915 n’est pas factice. Au début de 1916, l’Italie réussit à porter son nombre de bataillons d’infanterie de 560 à 693 18.

24Par delà des accords de principe, s’impose à Chantilly une réalité plus complexe qu’il n’y paraît. Toutes les réticences ne tombent pas et les lectures en fonction des cultures nationales ne disparaissent pas, débouchant sur un certain nombre de non-dits.

25Les systèmes de régulation de la guerre ne sont pas les mêmes de part et d’autre du Channel. Les généraux anglais sont strictement dépendants des instances civiles, même si à la date de Chantilly, le War Committee est exceptionnellement présidé par un militaire. En France, Joffre s’est construit son pré carré depuis 1914 et impose encore aux pouvoirs civils ses décisions, même s’il a été déjà confronté à des critiques sérieuses.

26L’attitude du War Committee est particulièrement intéressante à suivre de ce point de vue. Le 6 août 1914, Lord Kitchener of Khartum devient secrétaire d’État à la Guerre. C’est une exception pour un militaire d’accéder à ce poste, dans la mesure où il est habituellement occupé par un civil, élu politique. D’ailleurs, après la disparition de Kitchener, deux civils s’y succèdent, David Lloyd George, de mai à décembre 1916, puis Lord Derby. Le 25 novembre 1914 est formé un War Council, version réduite du Committee for Imperial Defence. Jusqu’à la fin de l’année 1914, la stratégie britannique sur le continent est dominée par les vues de la France. Le général Davidson aurait déclaré à Joffre que l’armée britannique devait compter avec les politiciens anglais qui, après les Allemands, étaient ses pires ennemis. Cela révèle des cultures politiques radicalement différentes entre la France et l’Angleterre. Les nationalismes s’expriment incontestablement au sein de l’Entente. Les gouvernants civils anglais voient d’un assez mauvais œil que les projets de son armée puissent être inféodés à ceux de Joffre. Plus encore, le souci d’éviter que des vies anglaises puissent dépendre de décisions françaises semble être omniprésent chez de nombreux dirigeants britanniques. Ces derniers ont bien du mal à accepter, d’un point de vue culturel, d’être placés en situation de quasi-subordination à des volontés françaises. Très concrètement, après la visite de Joffre à Londres, le 29 octobre 1915, les Anglais sont lents à tenir leurs promesses et à envoyer des troupes sur le continent. Ce n’est qu’en 1916 que le renforcement militaire des Britanniques est manifeste. Ils alignent 34 divisions en janvier 1916 et 54 en juin.

  • 19 Note de DouglasHaig du 12 mars 1916, citée par Jean-BaptisteDuroselle, La Grande Guerre des Françai (...)

27En outre, Douglas Haig, quelques mois après la conférence de Chantilly, en donne une lecture très « en retrait », antérieure à celle de Joffre, et dresse un portrait au vitriol de certains des participants, montrant au passage que leur pouvoir de décision réelle était des plus limités. Gilinski est décrit comme « écarté à cause de son incapacité », Porro « lit de longs documents tendant tous à nous expliquer pourquoi l’Italie ne peut rien faire. » Wielmans « est un homme très aimable, mais stupide et aussi, si j’ose le dire, très paresseux » 19.

  • 20 Alexeieff prévoit notamment une action des Italiens partant de Serbie et d’Albanie, ainsi qu’une ac (...)
  • 21 Bicer (Abdil), op. cit., p. 95 et p. 98.
  • 22 Joffre,op. cit., p. 171.

28Cette lecture renforce le poids décisionnel de Joffre dans la conférence. La proposition du général Alexeieff du 22 novembre 1915, prévoyant une action générale dans les Balkans ne peut être perçue que comme irréalisable par Joffre, non seulement parce qu’elle semble l’être réellement 20, mais surtout parce qu’il ne veut surtout pas l’envisager comme réalisable, car cela bouleverserait ses propres projets. Rien ne doit venir perturber son offensive de la Somme. Comme le signale fort justement Abdil Bicer, « ainsi, tout l’effort de Joffre consiste à obtenir des commandants en chef des autres fronts, un effort identique au moment où il fera son offensive (…) Il est clair que pour les Français, rien ne doit entraver les prévisions alliées décidées lors de la conférence de Chantilly, et qu’il faut tout faire pour s’y tenir ». 21 Joffre entend garder la haute main sur les projets d’offensive. Après Chantilly, les groupes d’armées reçoivent l’ordre d’établir des projets d’opération sur le front qui leur est dévolu, « entre lesquels je choisirais », écrit Joffre 22. Ces plans d’attaque font l’objet de l’instruction personnelle et secrète (IPS) du 15 décembre 1915 aux généraux d’armées. La même demande est transmise à Douglas Haig, afin qu’il puisse préparer une action de l’armée britannique entre la Somme et Arras.

  • 23 Selon Ortholan (Henri), op. cit., p. 81.

29Un autre argument lié à la contrainte des événements confère à Chantilly une importance particulière. La rencontre prend acte du fait qu’un type de guerre est en train de se terminer et qu’un autre doit le relayer. Dorénavant, devant l’usure des hommes, la guerre doit être rationalisée, conduite scientifiquement en appliquant des critères quasiment tayloristes, dont les travaux sur « l’organisation scientifique du travail » (OST) datent de quelques années avant la guerre. En cela, le changement d’échelle est considérable. La guerre doit être maintenant une guerre de matériel. Preuve que le changement culturel est de taille, la sémantique l’accompagne et évolue elle aussi. Les expressions « enlever coûte que coûte » ou « enlever à tout prix » disparaissent du vocabulaire des instructions 23. En revanche, le 20 novembre 1915, des ordres sont enfin donnés pour mettre sur pied un programme de réorganisation de l’artillerie lourde française, dont l’effet sera visible lors des offensives de 1916. L’armée française intègre enfin la dimension d’une guerre qui dure et qui a besoin des moyens d’une guerre de siège.

  • 24 Joffre, op. cit., p. 166.

30Les dimensions économiques de la guerre sont désormais intégrées. « Enfin, la guerre économique devait être organisée et poursuivie avec intensité de façon à placer véritablement les Empires centraux dans la situation d’une place assiégée. » 24 Concrètement, le blocus des Empires centraux doit être resserré et doit également passer par le contingentement des denrées destinées aux États non-belligérants.

31En d’autres termes, Chantilly, au travers du regard des militaires et notamment de Joffre, montre l’interaction des dimensions politique, économique et militaire de la guerre qui doit être dorénavant pensée comme un tout.

32Une ultime dimension de la conférence doit être précisée en termes d’histoire des représentations. Elle concerne le rôle personnel joué par Joffre.

Chantilly : l’habileté manœuvrière de Joffre

  • 25 Joffre se présente lui-même dans ses Mémoires comme le penseur, le stratège fédérateur de l’Entente (...)

33Le rôle personnel de Joffre est tout à fait considérable lors de la conférence. Conforté quelques jours avant celle-ci par sa nomination à la tête de l’ensemble des armées françaises, le 2 décembre 1915, il est à la fois moteur et fédérateur, dépassant largement le rôle d’un général en chef. Il ne s’agit pas seulement là d’une auto-glorification comme celle que l’on peut lire dans ses Mémoires 25.

  • 26 Ortholan (Henri), op. cit., p.55

34Début juin 1915, Joffre envoie le colonel Buat et le lieutenant-colonel Renouard auprès de French pour que celui-ci coopère plus étroitement avec les Français. Cette mission n’est pas véritablement couronnée de succès 26. Le 29 juin 1915, Joffre demande au gouvernement d’intervenir auprès de Belgrade afin que les Serbes tiennent leurs engagements à l’égard de l’Italie.

  • 27 Joffre, op. cit., p. 167.
  • 28 Joffre, op. cit., p. 142.

35Sans renoncer à son pouvoir militaire, Joseph Joffre, avec la ténacité qui le caractérise, élargit son champ de compétence à la diplomatie : « Les grandes lignes de mon projet furent adoptées à l’unanimité, seul le principe du maintien de nos forces à Salonique fut combattu par les représentants britanniques. » 27 Il ajoute aussitôt « Je savais toutes ces difficultés que rencontrait le commandant en chef britannique. Je m’appliquai, tout en signalant au gouvernement français les obstacles que rencontrait le général Haig à essayer d’agir sur le gouvernement de Londres. Si ses vues avaient prévalu, la répercussion sur les offensives prévues eût été fort grave. L’intervention de notre gouvernement, jointe à l’action des grands chefs anglais, fut efficace. » 28

36Pour Joffre, Chantilly est surtout l’occasion de renforcer son pouvoir intérieur, alors menacé, en utilisant son prestige extérieur. Il s’agit là d’une manœuvre personnelle tout à fait remarquable. Le savoir-faire et l’art de la manipulation du général en chef sont exemplaires.

37Dès le 23 juin 1915, il est mis en difficulté. En cette journée, un repas réunit à Chantilly Joffre, Poincaré et Viviani. Le lendemain, le généralissime avance au ministre de la Guerre qu’un commandement unique ou du moins une centralisation des opérations est indispensable. Il réussit ainsi à éloigner le risque d’un limogeage en convainquant les hommes politiques qu’il réussirait mieux si l’ensemble des forces de l’alliance était sous ses ordres.

  • 29 Joffre, op. cit., p. 142.

38Au moment de Chantilly, le débat ressurgit. Joffre avance un argument massue et qui n’est d’ailleurs pas dénué de vérité. Attaqué en France par ses adversaires, il prétend être unanimement soutenu à l’étranger. « Cette confiance dont j’avais besoin [celle d’hommes politiques français] pour faire face aux écrasantes responsabilités qui pesaient sur moi était encore accrue par l’autorité morale que j’avais acquise auprès de nos alliés, aussi bien nos compagnons d’armes les plus voisins, Belges et Britanniques, que les plus éloignés, Serbes et Russes. » 29 Il évoque même le prestige dont il jouit dans des pays neutres comme l’Espagne.

39Dès lors, il est facile de comprendre pourquoi Joffre se déclare hostile à un déplacement de compétence de la direction suprême des opérations militaires vers le ministère de la Guerre. Ce n’est pas seulement parce que le ministère est alors sous l’autorité de son ancien supérieur hiérarchique et rival depuis la bataille de la Marne, Gallieni, mais aussi parce que cela le déposséderait de sa liberté d’action. Il invoque contre ce transfert l’argument de l’instabilité ministérielle ainsi que le fait que cela pourrait amener un civil à la tête des opérations. En cela, il répond, par anticipation, à Clemenceau qui estimait, par boutade, que la guerre était une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires.

40Le 17 novembre 1915, les deux Premiers ministres britannique et français se rencontrent à Paris et décident le principe d’un comité mixte permanent pour coordonner l’action des Alliés. Ce projet a pu être perçu comme une menace pour Joffre. Son pouvoir risquait d’être réduit. Chantilly peut être ainsi « lue » comme une tentative – réussie – de sa part de se maintenir à la tête de la direction militaire en élargissant encore ses domaines de compétence. La volonté d’être le grand homme de guerre de l’Entente, transparaît assez largement lors des trois journées de Chantilly au cours desquelles il instrumentalise Gilinski, Porro et Wielmans pour rejeter les accusations d’incompétence de ses adversaires français.

41Un an plus tard, presque jour pour jour, il essaie de manœuvrer à l’identique, lors de la deuxième conférence de Chantilly des 15 et 16 novembre. Cela ne suffit plus à le sauver cette fois.

42Cette seconde conférence correspond bien à un moment charnière de la Grande Guerre. L’union de l’Entente est réaffirmée au plan militaire, malgré des divergences encore visibles. C’est bien l’idée d’une gigantesque bataille interalliée (dont Joffre rêve visiblement d’être le maître) qui en ressort. L’année 1915 a représenté la dernière année d’une guerre que les états-majors ont pensé jusque-là pouvoir remporter avec les moyens de 1914. Les offensives d’Artois et de Champagne montrent à l’évidence qu’il faut désormais changer d’échelle. De ce point de vue, le discours du « grignotage » de Joffre est un aveu d’échec. Qui a le plus « grignoté » l’autre en 1915 ?

43Dorénavant, l’Entente se trouve élargie avec l’entrée en guerre de l’Italie, les fronts sont diversifiés. Chantilly marque l’affirmation de solidarités alliées solidifiées par seize mois d’une guerre que tout le monde avait imaginé courte.

44À bien des égards, la conférence entérine l’intériorisation de la durée de la guerre. Chantilly ouvre surtout la voie aux très grandes batailles de l’année 1916, construites autour de la puissance de feu de l’artillerie, bien plus encore qu’en 1914-1915, avec un nombre de bouches à feu énorme, de tous calibres et des approvisionnements en munitions encore inconnus. Chantilly ouvre effectivement la voie à un changement de registre dans l’effort de guerre.

45Le problème est bien que, dans le camp d’en face, une analyse très similaire a été faite. En novembre 1915, à Pless, en Galicie, le général Falkenhayn écarte la proposition de Hindenburg de faire un effort supplémentaire sur le front de l’Est et décide une offensive sur Belfort. En décembre 1915, l’axe choisi est cette fois celui de Verdun. Mais les deux lectures, celle de Joffre et celle de Falkenhayn, se rejoignent finalement. Le front de l’Ouest est bien perçu par les deux états-majors, comme celui où doit s’obtenir la victoire et les moyens mis en œuvre pour y parvenir sont similaires. Le 21 février, anticipant la grande offensive franco-anglaise, les Allemands déclenchent l’enfer sur Verdun. Même si Joffre affirme qu’« à la vérité, cette attaque ne nous prenait pas au dépourvu », ce sont bien les Allemands qui gardent l’initiative dans l’entrée dans l’ère des très grandes batailles.

Haut de page

Notes

1 Keegan (John), La Première Guerre mondiale, Paris, Perrin/Angès Vienot, 2003, p.250.

2 Joffre (Joseph), Mémoires, tome II, Plon, Paris, 1932, p. 125.

3 Joffre (Joseph), Mémoires, tomeII, Paris, Plon, 1932, p.161.

4 Prior (Robin) et Wilson (Trevor), Atlas de guerre. La Première Guerre mondiale. Traduction française avec préface de François Cochet, Paris, Autrement, 2001, p. 75.

5 Voir Ortholan (colonel Henri), La Guerre 14-18, numéro 28, « Les grandes offensives de 1915, l’impossible percée », octobre-novembre 2005, p. 81.

6 Joffre, op. cit., p. 163.

7 Joffre, op. cit., p.168.

8 Joffre,op. cit., p. 168.

9 Voir Bicer (lieutenant Abdil), «Le Grand Quartier Général français et l’offensive autrichienne de mai-juin 1916 »,Revue historique des armées, n° 4/2002, p. 93-102.

10 Ortholan (colonel Henri), op. cit., p.81.

11 Tué le 28 mai 1918 à la tête de la 151e division d’infanterie.

12 Joffre, op. cit., p. 165.

13 Joffre, op. cit., p. 198.

14 Selon Bernhard (Jean), Gallieni, le destin inachevé, sld, p. 240, le 17 juillet 1915, Joffre aurait déclaré à René Viviani que d’ici trois mois il n’y aurait plus d’Allemands en France. Cité par Henri Ortholan, op. cit. p. 57.

15 Le 20 décembre 1915, Joffre remet à French la croix de guerre devant un bataillon de zouaves. Le 22 décembre a lieu le premier contact entre Douglas Haig et Joffre. La passation de pouvoir occasionne quelques retards dans la planification de l’offensive de la Somme.

16 Joffre, op. cit., p. 172.

17 Joffre, op.cit., p. 163-164.

18 Chiffres cités par John Keegan, La Première Guerre mondiale, Paris, Agnès Vienot/Perrin, 2003, p. 341.

19 Note de DouglasHaig du 12 mars 1916, citée par Jean-BaptisteDuroselle, La Grande Guerre des Français, Paris, Perrin, 1994, p. 110.

20 Alexeieff prévoit notamment une action des Italiens partant de Serbie et d’Albanie, ainsi qu’une action des Russes attaquant en Galicie-Bukovine à une date où la capacité offensive des Russes serait proche de zéro.

21 Bicer (Abdil), op. cit., p. 95 et p. 98.

22 Joffre,op. cit., p. 171.

23 Selon Ortholan (Henri), op. cit., p. 81.

24 Joffre, op. cit., p. 166.

25 Joffre se présente lui-même dans ses Mémoires comme le penseur, le stratège fédérateur de l’Entente, même quand il consent à souligner qu’il n’arrive pas à imposer ses vues. Parlant de la fin du mois d’octobre 1915, il souligne, « comme on vient de le voir, j’avais une peine énorme à coordonner les efforts généraux de la coalition», ce qui indique clairement qu’à ses yeux, a posteriori, lui seul a légitimité pour prendre le commandement militaire de l’Entente.

26 Ortholan (Henri), op. cit., p.55

27 Joffre, op. cit., p. 167.

28 Joffre, op. cit., p. 142.

29 Joffre, op. cit., p. 142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Cochet, « 6-8 décembre 1915, Chantilly : la Grande Guerre change de rythme », Revue historique des armées, 242 | 2006, 16-25.

Référence électronique

François Cochet, « 6-8 décembre 1915, Chantilly : la Grande Guerre change de rythme », Revue historique des armées [En ligne], 242 | 2006, mis en ligne le 25 novembre 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/4062

Haut de page

Auteur

François Cochet

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul Verlaine-Metz.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org