Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Bordes, L’Aventure mexicaine du général Jean-Baptiste Billot (1862-1867)

Publibook, 2007, 352 pages
Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Le rôle du général Billot, le ministre de la Guerre qui a porté plainte contre Zola lors de l’affaire Dreyfus, est plus connu que le reste de sa carrière. Agé de 34 ans en 1862, il est l’un des officiers de la désastreuse expédition du Mexique, qu’il décrit dans une correspondance, présentée et publiée aujourd’hui par Pierre Bordes. Cette correspondance, environ soixante-dix lettres écrites entre le 11 juillet 1862 et le 16 janvier 1867, principalement adressées à son ami Adolphe Guillon, à son frère Louis, au général de Martimprey, au général Castagny, comprend quelques courts billets de caractère familier ou simples comptes-rendus militaires et de longues lettres, que Billot lui-même appelle en plusieurs occasions « mon journal », sans doute réécrites et choisies après coup, puisqu’il en a envisagé la publication en 1893, déconseillée par l’éditeur Baudoin, en raison de ses fonctions de sénateur et ancien ministre de la Guerre pouvant encore être appelé à cette fonction. Ces lettres témoignent à la fois de la cruauté de la guerre et du courage remarquable des combattants deux camps. Elles dressent aussi le portrait d’un homme en proie aux contradictions d’une époque. Républicain dans une armée dont les officiers sont en majorité royalistes ou bonapartistes et une armée d’occupation dans un pays révolté contre l’occupant étranger, il se rend clairement compte que la méthode préconisée par ses supérieurs ne mène à rien. L’affaire de Veranos, le massacre de 58 soldats français, auquel Castagny ordonne de répondre par la destruction de San-Sebastian, dénoncée par Jules Favre, est un révélateur. Comme chaque fois que l’armée se trouve mise en cause par les civils, Bellot se range du côté de l’intérêt supérieur. Mais en même temps, il oppose à la rigueur de Castagny son propre système de contre-guérilla et essaie de trouver une autre voie faisant place à plus d’humanité. Castagny lui reproche de « pactiser avec les hommes les plus avancés » du parti ennemi… Ce qui lui vaut d’ailleurs une certaine popularité chez les insurgés, au point que l’empereur Maximilien songe à le nommer ministre de la Guerre – poste qu’il refuse, jugeant lui-même Maximilien à sa juste valeur, un incapable qui se débat dans une situation sans issue. Mais sa dernière lettre n’annonce que le désir de voir aboutir sa proposition au grade de lieutenant-colonel et celui de trouver une épouse à son retour en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Bois, « Pierre Bordes, L’Aventure mexicaine du général Jean-Baptiste Billot (1862-1867) », Revue historique des armées [En ligne], 253 | 2008, mis en ligne le 06 novembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/4282

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org