Navigation – Plan du site
Dossier

Heurs et malheurs des troupes jacobites au service de la France au XVIIIe siècle

Patrick Clarke de Dromantin
p. 28-42

Résumés

Au lendemain de l’éviction du roi d’Angleterre, Jacques II Stuart, lors de la Glorieuse Révolution de 1688, 25 à 30000 soldats jacobites, Irlandais pour la plupart, se réfugièrent en France pour constituer la célèbre brigade irlandaise au service du roi très chrétien. L’auteur rappelle dans cet article les pages les plus glorieuses de l’extraordinaire épopée de ces troupes d’élites dans les guerres de Louis XIV, puis tout au long du XVIIIe siècle à travers toute l’Europe et même dans le Nouveau Monde avec leur remarquable participation à la guerre d’Indépendance américaine. Il retrace ensuite les innombrables tribulations auxquelles ils furent soumis au cours de leur vie militaire : les déboires concernant leurs rémunérations, leurs promotions, leurs pensions de retraite, leurs affectations successives, le sort de leurs veuves et de leurs enfants et  parfois leur tragique destin, notamment au moment de Révolution française, quand tout les désignait à la vindicte populaire…

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Irlande, Jacobites, Louis XIV
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Weygand (colonel Jacques), Le régiment de Dillon, Les Irlandais en Aquitaine, Bordeaux, 1971, p. 4 (...)
  • 2  Idem, p. 49.
  • 3  Idem, p. 50.
  • 4  SHD/DAT, Ai 1423, no 85.

1Après la défaite du roi Jacques II Stuart et de ses partisans – les Jacobites – à la bataille de la Boyne en 1690, plus de 25 000 soldats purent trouver refuge dans le royaume du Roi Très Chrétien et s’engagèrent pour nombre d’entre eux dans les régiments irlandais au service de la France. La valeur et la témérité de ces troupes d’élite étaient reconnues de tous, à commencer par leurs ennemis. Il suffit de rappeler quelques témoignages célèbres. Dans un rapport d’un aide de camp de Malborough, on peut ainsi lire l’appréciation suivante : « Ces Irlandais sont impossibles. Sur le champ de bataille, ils apparaissent toujours où on ne les attend pas. Ils ne se comportent jamais conformément aux règles de la guerre. Ils rendent inefficaces les dispositions que nous prenons contre eux. » 1 De même, après la défaite des Anglais à la bataille de Lawfeld, un compte rendu officiel des combats expédié à Londres regrettait que « l’insanité de la persécution contre les catholiques ait pour premier effet de priver l’Empire britannique de troupes aussi valeureuses ». 2 Le roi George II, quant à lui, s’était écrié au soir de la bataille de Dettingen : « Maudites soient les lois absurdes qui me privent de tels soldats et les retournent contre moi !» 3 Ces qualités remarquables n’avaient pas échappé non plus aux plus hauts responsables des armées françaises. C’est ainsi que le maréchal de Vauban s’en était fait l’écho dans une lettre adressée le 18 octobre 1697 à Louis Le Tellier, alors ministre de la Guerre : « Souvenez-vous aussi, Monseigneur, des pauvres Irlandois. Ils ont bien servi pendant cette guerre. Ce sont des troupes très valeureuses et de pauvres gens chassés de leur pays par l’intérêt de leur religion et par la fidélité due à leur Roy qui sont dignes de compassion. » 4 Ces élogieuses appréciations sont totalement confirmées par les récits historiques des hauts faits de quelques-uns des plus remarquables soldats jacobites au service de la France. C’est pourquoi, dans un premier temps, nous ne manquerons pas de rappeler les pages les plus glorieuses de l’épopée jacobite avant d’aborder dans un second point, beaucoup moins connu, les innombrables difficultés et misères supportées par ces valeureux combattants.

La glorieuse épopée des troupes jacobites

  • 5  Lettre d’un officier jacobite à son fils officier, slnd, Bibliothèque nationale, Fr 12161, p. 7. I (...)

2Peu de temps après le traité de Limerick signé en 1691 pour mettre fin à « la guerre des deux rois » (Jacques II Stuart et Guillaume d’Orange), plus de la moitié des régiments irlandais passés en France furent engagés dans la guerre de la ligue d’Augsbourg. C’est ainsi qu’à la bataille de Neerwinden, le 29 juillet 1693, le colonel Charles Mac Carthy, comte de Mountcashel, fut grièvement blessé pour finalement décéder l’année suivante des suites de ses blessures, tandis que le héros du siège de Limerick, Patrick Sarsfield, trouva la mort sur le champ de bataille, non sans avoir murmuré, paraît-il, avant de rendre l’âme : « Si seulement c’était pour l’Irlande… ». Ce dernier fut un grand soldat et ses subordonnés n’ont pas manqué de le faire savoir comme en témoigne l’appréciation élogieuse suivante : « M. de Sarsfield () étoit celuy de tous nos officiers généraux en qui nous avions le plus de confiance. Ses manières populaires, généreuses et désintéressées le faisoient estimer de tout le monde. Il était brave de sa personne et très capable de faire un coup de main. Ce fût luy qui, à la teste de 500 cavaliers durant le premier siège de Limerick, fit sauter en l’air toute l’artillerie des ennemis, presque sous les yeux de six mille hommes qui l’escortoient. Cette expédition aussi heureuse que téméraire lui attira le titre de comte de Lucan. »5

  • 6  Dillon (général Arthur), Observations historiques sur l’origine, les services & l’état civil des O (...)
  • 7  Carles (colonel Pierre), « Troupes irlandaises au service de la France, 1635-1815 », Études Irland (...)

3Durant la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713), les régiments irlandais se battirent en Italie, en Allemagne et en Espagne. À « la surprise de Crémone », le 1er février 1702, ils se firent remarquer pour leur courage et leur intrépidité 6. À Chiari, cinq régiments irlandais furent engagés et l’on ne dénombra pas moins de 156 tués, dont le lieutenant-colonel Mannery du régiment Dillon et 169 blessés 7. À la bataille de Cassano, le 16 août 1705, la plupart des régiments irlandais furent présents et contribuèrent à la victoire de M. de Vendôme. À Remillies, le 23 mai 1706, les Irlandais furent particulièrement malmenés et le régiment de Clare eut à déplorer la mort de son colonel, Charles O’Brien, comte de Clare et de 326 hommes, dont 38 officiers sur un effectif total de 800 hommes. En 1709, cinq régiments irlandais furent mobilisés à la sanglante bataille de Malplaquet et firent preuve, une fois de plus, de leur combativité. Les troupes jacobites furent encore engagées dans l’armée du maréchal de Villars lors de la victoire de Denain le 24 juillet 1712 et du siège de Marchiennes.

  • 8  SHD/DAT, MF/228/1re série, dossier individuel.

4Elles participèrent également à la campagne d’Allemagne, notamment en 1734, au siège de Philipsbourg au cours duquel le maréchal de Berwick fut emporté par un boulet de canon, mais la grande affaire de cette époque fut évidemment la glorieuse bataille de Fontenoy le 11 mai 1745 où le rôle des Irlandais, sous le commandement de Mylord Thomond, fut décisif pour l’issue des combats. La conduite personnelle du maréchal de Thomond à la tête des régiments irlandais fut exemplaire : « En 1745, il se trouva à la bataille de Fontenoy où à la tête des brigades irlandaises et des vaisseaux, soutenu par celle de Normandie, il enfonça les ennemis qui avaient pénétré entre le village de Fontenoy et une redoute qu’occupait un bataillon du régiment d’Eu, mit en fuite plus de 25 bataillons anglois et hanovriens qui formoient une espèce de collonne, prit deux drapeaux anglois et s’empara de plus de 15 pièces de canon qu’ils avoient devant eux. La conduite qu’il tint pendant cette action où il reçut deux coups de fusil dans sa cuirasse luy mérita les éloges du Roy sous les yeux duquel il combattoit et que Sa Majesté luy fit la grâce le 1er janvier suivant de le nommer chevalier commandeur de ses ordres. »8

  • 9  Cité par Perrod (Pierre Antoine), L’affaire Lally-Tollendal, thèse Sorbonne, 1972, p. 9. L’escubac (...)
  • 10  Carles (colonel Pierre), Troupes irlandaises…, op.cit., p. 201 et 207.

5Un autre célèbre officier jacobite devait se distinguer durant cette même journée en la personne du comte Thomas Arthur Lally-Tollendal, dont le comportement fut tel que Louis XV le nomma brigadier sur le champ de bataille. À peine remis de sa blessure, l’intéressé reprit le combat et rapporta lui-même, non sans une pointe d’autosatisfaction, ce moment mémorable dans les termes qui suivent : « J’ai devancé l’armée ce matin pour monter la tranchée de Tournai. Hier, une bataille et une blessure : aujourd’hui, quatre lieues et vingt-quatre heures de tranchée : cinq jours sans quitter mes bottes et mon habit ; trois nuits à la belle étoile, deux jours au pain sec et à l’escubac pour toute nourriture ; voilà ma situation et cependant je vous écris deux pages, que je vous prie de lire à nos amis en leur disant que nous aurons la ville dans huit jours. Le roi a témoigné à la brigade irlandaise et en particulier à Milord Clare et à votre serviteur, qu’il était content de nous et vous ne feriez pas mal, en m’écrivant, d’adresser à M. de Lally, brigadier des Armées du Roi (). Ma joie ne peut être parfaite. La mort du chevalier Dillon y mêle une amertume que je sentirai longtemps. »9On sait que l’affaire faillit mal tourner et que la victoire revint au sang-froid de Louis XV, à la pugnace clairvoyance du maréchal de Saxe, à l’initiative du comte de Lowendal et à la charge héroïque du comte de Lally-Tolendal. Pas moins de cinq régiments irlandais participèrent au combat : Clare, Dillon, Rothe, Berwick et Lally et les pertes furent considérables : 16 % des effectifs hors de combat, dont 23 morts et 62 blessés chez les officiers 10.

  • 11  Pinard, Chronologie Historique Militaire, Paris, 1760-1764, 8 volumes,
  • 12  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 37.
  • 13  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 40 à 44.

6Deux ans plus tard, le 2 juillet 1747, à Lawfeld, selon les termes même du maréchal de Saxe dans son rapport au roi, « les Irlandais ont encore fait des prodiges » sous le commandement particulièrement audacieux du maréchal de camp Charles-Edouard de Rothe 11, mais au prix de la perte de 1 600 soldats et 132 officiers 12. Parmi les victimes de cette sanglante bataille, il faut signaler la mort à la tête de son régiment d’Edward Dillon, frère du chevalier James Dillon, lui-même tué dans les mêmes conditions à Fontenoy. Il est tout à fait remarquable de signaler que cette illustre famille ne devait pas fournir à la France moins de trente-cinq officiers entre la fin du XVIIe siècle et le début du XIXe siècle, dont sept d’entre eux ont glorieusement participé à la guerre d’Indépendance américaine. La guerre d’Amérique fut en effet la dernière grande occasion pour les soldats jacobites de se distinguer au service de la France. Deux unités irlandaises ont été concernées par la guerre d’Amérique : les régiments Dillon et Walsh, dont l’engagement est présenté par le général Arthur Dillon de la façon suivante : « Ils [les régiments irlandais] ont toujours réclamé le privilège de marcher les premiers contre les Anglois, dans tous les climats où la France leur feroit la guerre. » 13 En d’autres termes, ils ont demandé « l’honneur de servir » et satisfaction leur a été donnée sans difficulté…

  • 14  SHD/DAT, journal du siège de Savannah, mémoires historiques, M. 2482.

7Quelques-uns des principaux faits d’armes permettent de se rendre compte de l’importance de leur intervention dans cette célèbre page de l’histoire du monde. C’est ainsi que le siège de Savannah constitue manifestement l’un des hauts lieux de la campagne d’Amérique. Le récit des dramatiques journées des 9 et 10 octobre 1779 nous est parvenu grâce au journal minutieusement tenu par Antoine O’Connor, ingénieur du roi 14. Aux dires de ce témoin de première main, ce fut un affreux carnage au cours duquel Isidore Lynch manifesta un courage et un calme hors du commun :

  • 15  Mémoires, Souvenirs et anecdotes de M. le comte de Ségur, Paris, 1827, tome I, p. 460.

 « Monsieur d ‘Estaing, dans le moment le plus critique de cette sanglante affaire, étant à la tête de la colonne de droite, charge Lynch de porter un ordre très urgent à la troisième colonne, celle de gauche. Les colonnes se trouvaient alors à portée de mitraille des retranchements ennemis, de part et d’autre on faisait un feu terrible. Lynch, au lieu de passer par le centre ou la queue des colonnes, s’avance froidement au milieu de cette grêle de balles, de boulets, de mitraille que les Français et les Anglais se lançaient mutuellement. En vain, M. d’Estaing et ceux qui l’entourent lui crient de prendre une autre direction, il continue sa route, exécute son ordre et revient par le même chemin, c’est-à-dire sous une voûte de feu, où l’on croyait à tout moment qu’il allait tomber en pièces. Morbleu ! lui dit le général, en le voyant arriver sain et sauf, il faut que vous ayez le diable au corps. Eh ! pourquoi avez-vous pris ce chemin, où vous deviez mille fois périr ? Parce que c’était le plus court, répondit Lynch. Après ce peu de mots, il alla, tout aussi froidement, se mêler au groupe le plus ardent de ceux qui monteraient à l’assaut. » 15

8Près d’une centaine d’officiers appartenant à des familles jacobites ont participé à la guerre d’Amérique, telles que les Dillon, les Mac Carthy, les Mac Mahon, les O’Brien, les O’Connor, les O’Moran, les Lynch, les Macdonald, les Kilmaine, les Walsh, les O’Farell, les O’Mahony, les d’Arcy, les Plunkett, les Keating pour ne citer que les plus connues… S’il n’est évidemment pas possible dans le cadre de cet article d’évoquer les innombrables faits d’armes de ces valeureux combattants, il est cependant intéressant de rapporter l’appréciation élogieuse portée par l’un des principaux généraux de l’armée américaine, le général L. Eustace, à propos de l’un de ces officiers, le lieutenant Charles Edouard Jennings, baron de Kilmaine :

  • 16  SHD/DAT, 7 Yd 35/GD2, dossier  Kilmaine, lettre du 25 nivôse an III (14 janvier 1795). Considéré p (...)

« Mon amour de la patrie me fait une loi de rendre hommage au zèle ardent, aux talens militaires et au patriotisme éclairé du citoyen le général Kilmaine (…). C’est par reconnaissance de toutes les leçons militaires dont il m’a honoré et de son exemple constant d’activité, énergie et bravoure que je lui offre ce témoignage respectueux et fraternel. Mais je crois devoir ajouter que la considération bien acquise dont ce général jouit parmi mes compatriotes des États-Unis (…) rend ce gage de mon estime d’autant plus authentique que j’ose me regarder comme le fidèle interprète de leurs sentiments quand je lui présente le sincère tribut de mon respect et de mon affection. Le général L. Eustace, citoyen des États-Unis d’Amérique. Le 14 janvier 1795. » 16

9Toutes ces évocations glorieuses ne doivent pas cependant cacher l’envers du décor, c’est-à-dire les contraintes, les servitudes et les misères auxquelles étaient soumis ces vaillants soldats tout au long de leur carrière militaire, à l’instar de leurs homologues français.

Les tribulations et les misères des troupes jacobites

10Les archives militaires de Vincennes renferment un nombre considérable de requêtes en tout genre pour solliciter l’octroi, le rétablissement ou la revalorisation de pensions de retraite, le paiement de soldes en retard, l’attribution d’augmentations ou de promotions, ou encore l’obtention de la croix de Saint-Louis. Mais c’est sans doute au moment des troubles révolutionnaires que les officiers jacobites ont connu les plus grandes épreuves allant de l’incarcération pour nombre d’entre eux à la peine capitale pour quelques-uns.

11Certaines pensions de retraite, pourtant décernées très officiellement, n’étaient pas toujours payées dans leur intégralité et les ayants droit étaient alors obligés de se manifester auprès des autorités pour obtenir gain de cause. Ce fut le cas du lieutenant général Isidore Lynch, grand soldat de l’Ancienne France et héros de la guerre d’Amérique, qui n’hésita pas dans un style quelque peu emphatique à s’adresser au roi Charles X pour faire valoir ses droits :

  • 17  SHD/DAT, 7 Yd 13/GD2 .

« Le lieutenant général Lynch, mis à la retraite le 1er février 1815 après quarante-cinq ans de service, comptait avoir droit à une pension de retraite de six mille francs, qui est celle de son grade. Cependant la sienne n’a été réglée au ministère de la Guerre qu’à 4 492 francs seulement, il a pris plusieurs fois la liberté, mais toujours sans succès, de réclamer contre le retranchement des 1 508 francs qu’on lui a fait éprouver. Sous le règne de clémence, de bonté et de justice de Charles X, il se croit permis et même autorisé, par l’ancienneté de ses services, sa mauvaise santé, la nullité de sa fortune personnelle et surtout par la perte d’une pension de 1 500 francs qu’il devait à la magnificence de Sa Majesté Louis Seize, de supplier sa Majesté de lui accorder une pension qui ne pourrait être de longue durée, mais qui adoucirait les dernières années d’une vie dévouée à la paternelle et bienfaisante dynastie des Bourbons… » 17

  • 18  SHD/DAT, 2 Ye.
  • 19  SHD/DAT, idem.

12Parfois, les intéressés sollicitaient aussi un emploi, après leur mise à la retraite. Ce fut le cas de Jean O’Brien, ancien lieutenant-colonel au 92e régiment d’infanterie (ex-régiment Walsh) qui, constatant que sa pension n’était pas payée, décida de solliciter un emploi de commandant temporaire dans une des places de guerre disponibles : « Cet ancien militaire sans biens et sans fortune chargé d’une femme et de trois enfans en bas âge ose s’adresser avec confiance à un ministre général pour obtenir une récompense de ses longs et pénibles services une part dans les bienfaits du gouvernement. Quarante et un ans de service effectif sans reproches et sans compter ses nombreuses campagnes de terre et de mer sont des titres qui luy font espérer qu’un ministre juste et militaire luy-même aura égard à () un état de détresse dont il aurait honte de parler si la nécessité ne l’y obligeoit pas. »18Il ne semble pas qu’il ait obtenu satisfaction puisque quelques années plus tard, il réitéra sa demande en 1809 pour la place de commandant d’armes de Bouchain, alors que le titulaire de cette fonction « se trouve très malade et que l’on désespère de son rétablissement ». Le malheureux n’obtint pas davantage gain de cause malgré un quatrième enfant à charge et ce fut finalement sa veuve qui s’adressa le 18 octobre 1818 au ministre de la Guerre du moment, le comte de Gouvion-Saint-Cyr :« Monseigneur, Il y a deux mois que la veuve infortunée de Jean O’Brien lieutenant colonelle s’est jetté à vos genoux pour vous supplier de vouloir bien avoir égard à la position malheureuse dans laquelle elle se trouve. Votre excellence n’a sans doute encore pû arracher un moment à ses nombreuses occupations pour essuyer une larme de la plus malheureuse des femmes. Un fils lieutenant des grenadiers à la légion du Nord, un second fils et deux filles, voilà les malheureux qui sans pouvoir secourir leur mère partagent ses peines, elle n’a plus d’espoir qu’en votre excellence des secours pour elle et pour ses enfants ou la plus triste fin, voilà l’affreuse alternative dans laquelle elle se trouverait si elle ne connaissait votre justice et votre cœur… »19

13Les questions concernant les promotions des officiers au grade supérieur étaient évidemment aussi très fréquentes et donnaient lieu à de nombreuses récriminations. Le cas du comte Charles Henry Frédéric Edouard de Macdonald en est un bon exemple. En effet, alors qu’il était capitaine depuis de longues années, il avait adressé au prince de Montbarey, alors ministre de la Guerre, un long mémoire pour retracer ses états de service et notamment sa courageuse participation à la guerre d’Amérique et solliciter un brevet de colonel. N’ayant pas obtenu, semble-t-il, une réponse satisfaisante, il rédigea une nouvelle requête manifestement plus amère :

  • 20  SHD/DAT, 1 Ye.

« Mon Prince, Je m’étais flatté et j’avais fort comptais sur vos bontés dans la nouvelle promotion des colonels, je vois avec chagrin que l’on m’otte tout espoir pour un avancement que j’avais mérité. Qu’ai-je donc fais pour être ainsi oublié et délaissé. Est-il un étranger en France qui puisse mettre en avant tout ce que je puis alléguer en ma faveur ; mon père a eu la tête tranchée avec la perte totale de ses biens et la ruine de sa maison pour les intérêts de la France ; de tout tems on m’a promis des avancements et cependant me voilà encore capitaine avec 23 années de service ; ni talent, ni peine, ni bonne volonté, ni constance, rien ne me servit. Je m’étais embarqué hors de mon tour avec Monsieur le comte d’Estaing pour mériter (…) le grade de colonel (…). La France me doit ce dédomagement pour toutes les pertes et sacrifices que j’ay faittes pour elle. Vous m’aviez faittes espérer, Mon Prince, de l’avancement et vous paraissiez sensible à mes malheurs. J’ose le dire, Mon Prince, si j’avais servi chez tout autre puissance de l’Europe, il y a longtems que je serais colonel (…). Je ne demande point d’argent, je sollicite de l’avancement… » 20

14Les relations entre officiers n’étaient pas forcément toujours idylliques, notamment à l’occasion des promotions qui comme de tout temps pouvaient donner lieu à des réactions de jalousie. Ce fut le cas pour l’un des héros de la guerre d’Amérique, le maréchal de camp Thomas Conway, dont l’évolution de carrière avait manifestement suscité de fortes jalousies. En effet, l’un de ses camarades, le capitaine O’Meara, capitaine au régiment de Clare, apprenant sa promotion au rang de major en 1769, écrivit au ministre de la Guerre la lettre suivante :

  • 21  Il s’agit de Thomas Clarke, alors major du régiment de Bulkeley et père du futur maréchal Henri Ja (...)
  • 22  SHD/DAT, 4 Yd 3089/MC1, dossier personnel de Thomas Conway, lettre du 7 juillet 1769.

 « Je me laisse dire, Monseigneur, que Monsieur Conway, notre aide major va être nommé major du régiment de Clare. L’avancement de Monsieur Conway me fait plaisir, mais tant par ancienneté de service qu’autrement, j’ai bien plus de prétention que lui ou que Monsieur Clarke de Bulkeley, ou que Monsieur Ryan de Berwick ou que Monsieur White de Roscommond, à une majorité ou une lieutenance colonelle, mais quand je serois encore dix ans comme je suis, je respecte trop les ordonnances du roy pour oser demander ces employs dans le régiment de Clare où j’étois ancien serviteur, capitaine et chevalier de Saint-Louis quand monsieur Conway n’étoit que le dernier sous-lieutenant du régiment 21. J’ai vu bien des sièges, des batailles et d’autres affaires militaires, j’ai reçu des contusions et des blessures à la guerre, entre autres un bras cassé à Laufeld et j’ai sans regret vu couler mon sang pour la France, en m’acquittant avec zèle et intelligence des premiers devoirs de mon état, avant que monsieur Conway n’a quitté le collège (…). Après tout cela, m’est-il possible, Monseigneur, de n’être pas sensible de me voir subordonné à monsieur Conway (…) alors que je suis bien plus ancien serviteur (…). Heureux ceux qui sont bien protégés. Je n’ai jamais présenté de mémoire pour mon avancement (…). Je n’ai jamais demandé ni gratification, ni pension, ni brevet de lieutenant-colonel, ni de major quoique tous les majors et plusieurs qui sont brevetés colonel ou lieutenant-colonel dans la brigade soyent bien moins anciens que moi… » 22

15Bien que jalousé, le comte Conway n’était pas pour autant satisfait de son sort et n’avait pas manqué de se manifester à plusieurs reprises auprès du prince de Montbarey, apparemment sollicité par d’innombrables quémandeurs :

  • 23  SHD/DAT, idem.

« Le comte de Conway, brigadier des armées du Roy, a l’honneur de représenter à Monsieur le prince de Montbarey qu’il est le seul officier qui aÿe passé en Amérique (…) et qui n’a reçu aucun secours d’argent au moment de son départ ; et que n’ayant personnellement aucune fortune, il a été obligé de fondre une partie de la dot de sa femme pour faire ce voyage ; il a tiré pendant son séjour en Amérique plusieurs emprunts de France… A son retour en France, il a renouvellé des emprunts pour faire son équipage d’aide major général de l’armée de Flandre, dont il n’a pas encore touché en entier les appointements ; il supplie donc monsieur le prince de Montbarey de venir à son secours pour le mettre à même de payer des dettes faites uniquement pour le service du roy et qui passent 20 mille francs. Il le prie d’observer que depuis 33 ans qu’il a l’honneur de servir Sa Majesté dans trois parties du monde, il n’a jamais reçu de grâces pécuniaires soit qualification, ou pension quelconque. Il espère tout du ministre bienfaisant… qui voudra bien le tirer de l’état de peine où il se trouve. » 23

  • 24  SHD/DAT, 2 Ye.

16L’obtention de la croix de Saint-Louis constituait également une étape importante dans le cursus des hommes de guerre et les archives de Vincennes recèlent ainsi une quantité impressionnante de dossiers concernant l’attribution de ce hochet. C’est ainsi que le jeune Edouard Stack, cadet gentilhomme au régiment de Walsh en 1770, puis capitaine d’infanterie en 1779 avait obtenu la même année un congé pour servir en qualité de volontaire sur la frégate américaine Le Bonhomme Richard. Au cours d’un violent combat de plus de cinq heures avec le vaisseau de guerre anglais Le Serapis, le jeune officier s’était particulièrement distingué et avait largement contribué à la victoire. La croix de Saint-Louis avait été demandée pour lui, mais n’avait pas pu lui être attribuée à cause de sa trop grande jeunesse. C’est pourquoi, il devait lui-même solliciter cette distinction en 1783 : « Mr Stack a l’honneur de représenter au ministre que, depuis cette époque, il a saisi avec empressement toutes les occasions de mériter cette grâce : il a demandé à passer aux colonies avec le second bataillon de son régiment… Il était à la prise de Tobago (), à Sainte Eustache (), à Saint Domingue (). Il ose espérer de la bonté du ministre et de sa bonne volonté ainsi que le témoignage de ses chefs sur son zèle et son exactitude dans le service lui obtiendront cette grâce qui le pénétreroit de la plus vive reconnaissance. »24 Il renouvela sa requête en 1790 et obtint enfin satisfaction le 30 janvier 1791, quelques mois avant d’être nommé lieutenant-colonel du 87e régiment d’infanterie (ci-devant Dillon) et de partir en émigration.

  • 25  SHD/DAT, 1 Ye, dossier Nagle.

17Les sollicitations pour obtenir la croix de Saint-Louis se doublaient parfois d’une demande de retraite aux accents souvent poignants comme ce fut le cas pour le lieutenant-colonel Jacques Nagle en 1788 dans une supplique adressée, une fois de plus, au ministre de la Guerre : «() Je vous dirai, Monseigneur, ce n’est pas ma vie que je crains d’exposer ; j’ai prouvé il y a longtemps que je la regarde comme appartenante au Roi ; je ne veux que donner du pain, oui, Monseigneur, du pain à ma famille que j’en ai privée (). Je n’ai demandé qu’une commission de colonel, que j’avais méritée, qui m’avoit été promise et qu’ensuite on m’a refusée (25

18La période révolutionnaire fut particulièrement éprouvante pour les Jacobites qui  connurent l’emprisonnement, les spoliations, le bannissement et même pour certains, la mort, car tout les désignait à la vindicte populaire : leurs convictions religieuses, leur origine sociale, la consonance britannique de leur nom. Plusieurs dizaines d’officiers jacobites décidèrent d’émigrer, notamment dans la famille Dillon. Ce fut ainsi le cas pour les quatre fils de Robert Dillon et Mary Dicconson. L’aîné, Théobald Dillon, rejoignit l’armée des Princes avant de négocier le transfert du régiment Dillon au service de l’Angleterre. Son frère Edouard, dit « le beau Dillon », colonel du régiment « ci-devant Provence », quitta son commandement en juillet 1791 pour rejoindre l’Angleterre. Le troisième termina sa carrière lors de la dissolution de son régiment en 1791, mais ne put pas rejoindre l’armée des Princes à cause d’une blessure accidentelle. Le dernier, Frank Théobald, émigra en 1791 et rejoignit l’armée des Princes. D’autres s’engagèrent dans les guerres de Vendée et procédèrent ainsi en un véritable transfert de fidélité en faveur des Bourbons, totalement substitués aux Stuarts dans l’esprit des intéressés : le chevalier Keating, Thomas Conway, Guillaume Bulkeley furent de ceux-là. Ce dernier fut finalement capturé et exécuté à Angers le 2 janvier 1794.

  • 26  SHD/DAT, 7 Yd 13/GD2 .
  • 27  SHD/DAT, 7 Yd 35/GD2 .

19Nombre d’officiers furent contraints de quitter l’armée et le plus souvent furent incarcérés par la suite. Tel fut le cas du lieutenant général Isidore Lynch, suspendu de ses fonctions au mois de septembre 1793 et incarcéré pour délit de naissance. Il existe en effet dans son dossier un document tout à fait éloquent : « Je soussigné, général de division Delaunay, cy-devant commandant provisoire en chef de l’armée de la Moselle, certifie que le général de division Linch a servi dans cette armée, qu’il s’y est toujours comporté avec intelligence, bravoure et patriotisme, mais que se trouvant enveloppé dans la mesure générale qui suspendait les officiers généraux nobles je me vis avec regret dans l’obligation de luy signifier de la part du pouvoir exécutif sa suspension. »26Il fut libéré, comme beaucoup, après le 9 thermidor et fut rappelé à l’activité au mois de juin 1795 pour servir en Vendée, mais il refusa cette affectation totalement contraire à sa conscience.De son côté, et malgré les signes d’allégeance qu’il avait donnés au nouveau régime, Charles Edouard Jennings Kilmaine, devenu général de division le 15 mai 1793, fut arrêté le 29 décembre de la même année et incarcéré pendant une quinzaine de mois avant d’être réintégré dans l’armée en 1795. Il ne dut probablement son salut qu’à la chute de Robespierre 27.

  • 28  SHD/DAT, 3 Yd 1271/LG1, dossier Dillon, lettre du lieutenant général Dillon du 28 février 1793.

20Mais tout cela n’est rien comparé aux exécutions capitales dont furent victimes de nombreux officiers, parmi lesquels il faut citer quatre généraux, tous héros de la guerre d’Amérique : Arthur Dillon, Jacques O’Moran, Thomas Ward et Théobald Dillon. Le plus célèbre est incontestablement le premier, dont il a été question à plusieurs reprises. Le 13 janvier 1792, il fut nommé lieutenant général, mais après la sombre journée du 10 août, il fut victime de dénonciations et continua cependant à exercer son commandement. Ce fut ainsi qu’en septembre, il tint tête à l’armée prussienne et contribua à la victoire de Valmy. Le 13 octobre, il fut rappelé à Paris et privé de son commandement. Commença alors une dramatique correspondance entre Dillon et le gouvernement : le soldat qu’il était ne comprit pas que la partie était perdue, que la machine infernale était en marche et que rien ne pourrait l’arrêter. Il chercha vainement à savoir ce qui lui était reproché et ne reçut bien évidemment aucune explication. Constatant que sur neuf généraux en chef, huit étaient ses cadets, il se montra plus incisif dans sa correspondance avec le ministre de la Guerre Beurnonville : « Si tous avaient rendu des services, s’ils avaient comme vous obtenu des grades à la point de leur épée et coopéré efficacement à chasser les ennemis de la France, je ne me plaindrais point, mais parmi ces généraux j’en vois qui n’ont jamais vu tirer un coup de fusil pas même dans la campagne dernière ; un, qui les a évité et qui est méprisé de ses troupes et à qui on confie néanmoins la défense de toutes les côtes de l’empire ; d’autres dont l’incapacité absolue est généralement reconnue… J’ose croire que la Convention Nationale (à l’exception d’une douzaine d’hommes dont je rougirais d’avoir le suffrage), et mes frères d’armes me rendent justice sur tous les points… »28

  • 29  SHD/DAT, 3 Yd 1271/LG1, dossier Dillon, lettre du général Dillon au citoyen Bouchotte, ministre de (...)

21Le 1er juin 1793, le ministre lui signifia qu’il était mis fin à ses fonctions et Arthur Dillon lui écrivit une dernière lettre pour lui exprimer toute son amertume : « Quand je considère les nombreux novices que le comité de salut public et le conseil exécutif viennent de placer à la tête des armées de la République, je fais le vœux pour que des talents innés en eux puissent suppléer à leur inexpérience et ne point regretter les injustices commises envers les officiers généraux les plus anciens et les plus expérimentés qui ont su sauver la patrie quoiqu’ils ne fussent pas membres du club des Jacobins… »29 Le sort du malheureux était dès lors scellé et après une parodie de procès, le général Dillon, fut condamné à mort le 24 germinal an II (13 avril 1794) et exécuté le lendemain, au motif d’avoir conspiré contre sa patrie. Il s’agissait là de la plus grande humiliation que l’on puisse infliger à un officier, qui depuis l’âge de 15 s’était dévoué corps et âme à son pays.

22Deux autres généraux subirent le même sort que leur collègue : le général Jacques O’Moran et le général Thomas Ward, respectivement condamnés à mort le 16 ventôse et le 5 thermidor. La veuve du premier, elle-même emprisonnée à Saint-Omer, fut finalement libérée et se retrouva avec ses enfants dans le plus grand dénuement comme l’atteste la lettre émouvante qu’elle écrivit en 1795 au ministre de la Guerre :

  • 30  SHD/DAT, 7 Yd 2/GD2, mémoire présenté au ministre de la Guerre par la citoyenne Eléonore King, veu (...)

« Pendant sa détention, le général 0’Moran n’a touché aucun appointement et les appointements arriérés sont une dette de la République envers sa succession, ils appartiennent conséquemment à sa veuve et à ses enfans (…). Représentez-vous , citoyen, la veuve de ce militaire … incarcérée dans la prison de Saint Omer (…), dénuée pendant six mois d’argent, de linge, d’habillement et de consolation, privée de ses enfants restés eux-mêmes à Saint Omer sans azil, sans ressources et sans pain. Enfin la mémorable journée du 9 thermidor rompt ses fers , elle retourne à Saint-Omer , mais hélas ! pour y retrouver ses enfants dans un dénuement absolu, (…) pour y éprouver toutes les horreurs d’une affreuse misère ! Cependant qui le croirait ! Le général O’Moran son mari avait été naturalisé français. Elle est elle-même française par son mariage, leurs enfants sont nés français. Oui, la mère et les enfants sont Français et à ce titre, la République leur doit justice et protection : elle leur doit une indemnité proportionnée aux maux qu’ils ont souffert, aux pertes qu’ils ont éprouvées ; elle leur doit par dessus tout des alimens et ce sont ces alimens qui sont l’objet principal de leur réclamation en ce moment (…) » 30

23Un dernier officier général d’origine jacobite trouva la mort dans des conditions atroces : il s’agit du massacre du général Théobald Hyacinthe Dillon, cousin d’Arthur. Alors qu’il était affecté à l’armée du Nord en qualité de maréchal de camp et qu’il commandait la colonne qui devait attaquer Tournai, il fut victime le 28 avril 1792 d’une dramatique méprise et d’un mouvement de panique. Après avoir été blessé d’un coup de pistolet, le général fut ramené à Lille où ses soldats, croyant avoir été trahis, l’attendaient avec une populace déchaînée. Ils se saisirent de lui et le massacrèrent à coups de baïonnette avant de jeter son corps dans un feu de joie au milieu de hurlements horribles et d’atroces plaisanteries. L’affaire fit grand bruit et devant un tel scandale, le gouvernement décida d’allouer une pension à sa veuve et à ses enfants.

  • 31  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 44.

24L’épopée des Jacobites se terminait comme elle avait commencé, c’est-à-dire dans la souffrance et dans l’épreuve et il est possible de faire nôtre la conclusion du général Arthur Dillon lorsqu’il écrivait : « On peut dire sans partialité, qu’il n’est pas d’exemple qu’aucune nation ait fait pour une autre ce que les Irlandais catholiques ont fait pour la France. Elle avoit de grands droits à leur reconnaissance ; mais ils ont acquitté leur dette de la manière la plus noble…» 31

Haut de page

Notes

1  Weygand (colonel Jacques), Le régiment de Dillon, Les Irlandais en Aquitaine, Bordeaux, 1971, p. 46.

2  Idem, p. 49.

3  Idem, p. 50.

4  SHD/DAT, Ai 1423, no 85.

5  Lettre d’un officier jacobite à son fils officier, slnd, Bibliothèque nationale, Fr 12161, p. 7. Il s’agit d’un document manuscrit peu connu, mais d’un très grand intérêt historique, rédigé très probablement au début des années 1720. L’auteur, officier au service de la France, écrit à son fils, également officier, pour lui retracer toute l’histoire des événements douloureux de sa malheureuse patrie auxquels il a participé au cours de son existence. Ce document constitue donc un témoignage de première main sur la vie d’un officier jacobite au sein des armées françaises.

6  Dillon (général Arthur), Observations historiques sur l’origine, les services & l’état civil des Officiers Irlandois au service de la France, adressées à l’Assemblée nationale en 1790, p. 29-30. Ces observations constituent un précieux témoignage des éminents services rendus au royaume de France par les soldats irlandais tout au long du XVIIIe siècle. Il s’agissait pour l’auteur de rappeler le rôle éminent de ces régiments au moment où il était question de les supprimer, notamment sous le fallacieux prétexte qu’il n’y avait plus d’Irlandais dans leurs rangs. Malgré le talent du général, cette suppression fut effective en 1791. Sauf indication contraire, les informations contenues dans ce paragraphe sont extraites de ce document.

7  Carles (colonel Pierre), « Troupes irlandaises au service de la France, 1635-1815 », Études Irlandaises, décembre 1983, no 8, nouvelle série, p. 199.

8  SHD/DAT, MF/228/1re série, dossier individuel.

9  Cité par Perrod (Pierre Antoine), L’affaire Lally-Tollendal, thèse Sorbonne, 1972, p. 9. L’escubac était une sorte de whisky utilisé dans les basses terres d’Ecosse.

10  Carles (colonel Pierre), Troupes irlandaises…, op.cit., p. 201 et 207.

11  Pinard, Chronologie Historique Militaire, Paris, 1760-1764, 8 volumes,

12  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 37.

13  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 40 à 44.

14  SHD/DAT, journal du siège de Savannah, mémoires historiques, M. 2482.

15  Mémoires, Souvenirs et anecdotes de M. le comte de Ségur, Paris, 1827, tome I, p. 460.

16  SHD/DAT, 7 Yd 35/GD2, dossier  Kilmaine, lettre du 25 nivôse an III (14 janvier 1795). Considéré par Napoléon comme son meilleur tacticien, Charles Edouard Kilmaine aurait certainement exercé les plus hautes responsabilités militaires s’il n’était pas mort prématurément en 1799 à l’âge de 48 ans.

17  SHD/DAT, 7 Yd 13/GD2 .

18  SHD/DAT, 2 Ye.

19  SHD/DAT, idem.

20  SHD/DAT, 1 Ye.

21  Il s’agit de Thomas Clarke, alors major du régiment de Bulkeley et père du futur maréchal Henri Jacques Guillaume Clarke, duc de Feltre et comte d’Hunenbourg.

22  SHD/DAT, 4 Yd 3089/MC1, dossier personnel de Thomas Conway, lettre du 7 juillet 1769.

23  SHD/DAT, idem.

24  SHD/DAT, 2 Ye.

25  SHD/DAT, 1 Ye, dossier Nagle.

26  SHD/DAT, 7 Yd 13/GD2 .

27  SHD/DAT, 7 Yd 35/GD2 .

28  SHD/DAT, 3 Yd 1271/LG1, dossier Dillon, lettre du lieutenant général Dillon du 28 février 1793.

29  SHD/DAT, 3 Yd 1271/LG1, dossier Dillon, lettre du général Dillon au citoyen Bouchotte, ministre de la Guerre.

30  SHD/DAT, 7 Yd 2/GD2, mémoire présenté au ministre de la Guerre par la citoyenne Eléonore King, veuve du général O’Moran le 9 frimaire an 4 (30 novembre 1795).

31  Dillon (général Arthur), Observations historiques…, op.cit., p. 44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Clarke de Dromantin, « Heurs et malheurs des troupes jacobites au service de la France au XVIIIe siècle », Revue historique des armées, 253 | 2008, 28-42.

Référence électronique

Patrick Clarke de Dromantin, « Heurs et malheurs des troupes jacobites au service de la France au XVIIIe siècle », Revue historique des armées [En ligne], 253 | 2008, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/4433

Haut de page

Auteur

Patrick Clarke de Dromantin

Docteur en droit et en histoire, il a publié deux ouvrages aux Presses universitaires de Bordeaux et de nombreux articles sur la migration des réfugiés jacobites dans la France du XVIIIe siècle. Son dernier livre, Les réfugiés jacobites, a obtenu le prix Renaissance 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org