Navigation – Plan du site
Dossier

« Un brave de plus ». La carrière militaire de Theobald Wolfe Tone, héros du nationalisme irlandais et officier français, 1796-1798

Sylvie Kleinman
p. 55-65

Résumés

Theobald Wolfe Tone (1763-1798) est un des héros les plus vénérés de l'histoire du nationalisme irlandais. En 1796, persuadé que seule une révolution armée peut aboutir à l'émancipation de son pays, il se rend clandestinement en France où il devient officier et adjudant-général du général Hoche. Sa présence héroïque lors des tentatives françaises de débarquement en Irlande, sa condamnation à mort en novembre 1798 et son suicide dans une prison en feront un martyr de la liberté, « panthéonisé » par ses compatriotes. La publication en 1826 d'un journal éloquent et touchant le révèle comme chroniqueur habile des campagnes du Directoire et de la vie quotidienne dans l'armée française, « l'école de la nation ». Dès son enfance, il avait rêvé d'être soldat et, jusqu'à son dernier souffle, il portera avec fierté et audace son uniforme d'officier français. Pourtant, sa carrière militaire demeure un chapitre inconnu de l'histoire française.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Hoche, Irlande, nationalisme, Tone
Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail est inspiré de mon projet postdoctoral, un livre illustré retraçant la vie de Tone en Europe de 1796 à 1798, réalisé grâce à une bourse de la Irish Research Council for Humanities and Social Sciences. Nous tenons à remercier, pour leur soutien constant, David Dickson (Trinity College, Dublin) et surtout Bernard Gainot (Institut d’histoire de la Révolution française), chez qui le regard du spécialiste est indissociable de la convivialité du dix-huitièmiste.

Texte intégral

  • 1  Procès-verbal de la cour martiale servant de pièce justificative à la Motion d’ordre faite par L. (...)

« C’est sous les drapeaux de la République française que je me suis enrôlé dans l’espoir de contribuer au salut de ma patrie… Sans protecteur, sans argent, sans intrigue, la franchise et la droiture de mes vues ne tardèrent pas à m’élever dans l’armée française à un rang honorable. J’y obtins la confiance du Directoire, l’approbation de mes généraux, et j’ose le dire, l’estime et l’affection de mes braves camarades… » (Discours de Tone devant le tribunal militaire, 10 novembre 1798) 1.

  • 2  Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, 1984, tome II, p. 350.

« Si au lieu de l’expédition d’Égypte, j’eusse fait celle d’Irlande... que pourrait être l’Angleterre aujourd’hui ? Que serait le continent, le monde politique, etc. » (Napoléon à Sainte-Hélène) 2.

  • 3  Wolfe Tone (Theobald), Writings [œuvres complètes], sous la dir. de Moody McDowell & Woods, Vol. I (...)

1Un jour frais de mars 1796, un ci-devant aristocrate, ayant enfin après quatre ans retrouvé sa patrie pour réintégrer la marine, fait visiter le Panthéon à un négociant américain qui l’avait pris en amitié lors de la traversée atlantique. L’entente entre Aristide Aubert Du Petit Thouars (1760-1798) et ce Smith pourrait sembler paradoxale, car ce dernier est un fervent républicain. Le soir même dans son journal, il note que c’est dommage que son ami soit un aristocrate, ordre social qu’il méprise et déteste, mais ce convivial aventurier français a connu tant de renversements de fortune. Smith admire les cénotaphes des grands hommes de l’ère de la liberté française et ne partage sans doute pas avec son guide l’émotion vive que suscite en lui ce témoignage monumental d’une patrie reconnaissante : « Certes on ne peut rien imaginer de plus propice à inspirer l’esprit d’une grande nation qu’un édifice de ce genre, sacré à tout ce qu’il y a de sublime et d’illustre et de patriotique. » 3 Du toit, les deux hommes contemplent une vue panoramique sur Paris et la campagne avoisinante recouverts d’un pied de neige. Smith, qui connaît aussi Londres, avoue n’avoir jamais vu quelque chose d’aussi spectaculaire.

  • 4  SHD/DM, BB4 110 ; CC7 778 : Aristide Du Petit-Thouars (1760-1798) ; Bergasse Du Petit Thouars (dir (...)

2Au mois de janvier suivant, ils se retrouvent dans des circonstances qui semblent totalement improbables aux vues de Du Petit Thouars. Ce dernier avait rallié Brest fin décembre 1796 pour armer la flotte destinée à l’expédition d’Irlande, commandée par le général Hoche. Chargé d’en rédiger les rapports après son échec, il fait alors une « singulière rencontre » qui l’oppresse totalement et qu’il raconte ainsi à sa sœur : « Je t’ai parlé d’un Smith en compagnie duquel je traversai l’Atlantique l’année dernière : je viens de le retrouver sur les vaisseaux qui reviennent de l’expédition d’Irlande, revêtu de l’uniforme de chef de brigade. Il m’a dit qu’il était Irlandais... que près de succomber sous la persécution élevée contre lui, il s’était enfui ; qu’il retournait pour tâcher de délivrer son pays qui était tout prêt de briser le joug ; s’il était pris, il serait pendu. » 4

  • 5  Joannon (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, 2006, p. 184.

3Nous ne saurons jamais si Du Petit Thouars découvrit la véritable identité de son ami irlandais, qui lui envoya une dernière lettre à Toulon le 24 mai 1798, toujours signée Smith. Ce n’était évidemment qu’un nom de guerre, adopté par un homme qui demeure l’illustre inconnu du Directoire. Cet homme n’était autre que Theobald Wolfe Tone (1763-1798), « artisan infatigable de l’alliance franco-irlandaise, véritable ambassadeur incognito du mouvement républicain » 5, et l’un des héros les plus vénérés de l’histoire irlandaise. Natif de Dublin, protestant, fils d’un fabriquant de carrosses ruiné mais diplômé de Trinity College, il poursuit à contrecœur des études de droit à Londres. Engagé inlassablement dans le mouvement radical, dès 1790, sa plume laconique devient une arme redoutable en faveur de la réforme parlementaire et de l’émancipation des catholiques d’Irlande. Ses pamphlets décisifs définissent une véritable identité nationale et il est un des membres fondateurs à Belfast en 1791 de la société des Irlandais unis. Celle-ci est proscrite après 1794 et vouée à secouer le joug anglais par la révolution s’il le faut. Impliqué dans le procès pour haute trahison d’un agent français en 1794, Tone négocie son exil permanent en Amérique avec les autorités de Dublin, qui sous-estiment totalement son audace. Arrivé à Philadelphie en août 1795, il contacte immédiatement Adet, l’envoyé français, et cinq mois plus tard retraverse l’Atlantique muni d’un faux passeport américain. Dès son arrivée à Paris, le 12 février, il mène un lobbying implacable pour l’intervention militaire de la France en Irlande et, en juillet, obtient un brevet d’officier pour servir aux côtés du général Lazare Hoche. Voilà le parcours de l’homme que redécouvre Du Petit Thouars à Brest, tout du moins jusqu’en janvier 1797.

  • 6  Joannon (Pierre), « Theobald Wolfe Tone à Paris : conspirateur exilé ou ambassadeur incognito », C (...)

4Les circonstances particulièrement tragiques de la mort de Tone expliquent le culte de sa personne chez les nationalistes des générations actuelles. Traduit devant un tribunal militaire le 10 novembre 1798, il est condamné à mort pour haute trahison. Ne niant pas la charge, il exige la reconnaissance de son statut d’officier français et la mort honorable d’un peloton d’exécution. Cette demande est rejetée. Tone, « refusant pour lui même et pour l’uniforme qu’il avait porté avec distinction la corde infâme du bourreau » 6, réservé aux traîtres, se coupe la gorge dans sa prison, et expire le 19. Dans la mémoire collective irlandaise, la mission clandestine de ce martyr de la liberté est chérie et se transforme après sa mort tragique en épopée légendaire. Le témoignage de Du Petit Thouars, qui demeura jusqu’il y a très peu de temps ignoré des historiens irlandais, renforce la clandestinité et le soupçon d’aventure romantique. L’hagiographie est facilitée par la publication en 1826 de son autobiographie, écrite en France, et au journal qui retrace le parcours fataliste d’un soldat « las de flotter à la merci des événements » sur lequel il n’a aucun contrôle. À cause des spécificités de l’histoire irlandaise et de la politisation de la guerre, son image est accaparée et sa rhétorique anti-anglaise arrachée de son contexte dix-huitièmiste pour être travestie par les paramilitaires du XXe siècle. Honorer la mémoire de son sacrifice sera longtemps un rituel sectaire, mais nous nous efforcerons ici de renverser cela en retraçant la carrière militaire de l’adjudant-général « James Smith », suivi d’un aperçu de sa chronique de France à la veille de la dictature napoléonienne.

Chronologie du service de Tone

  • 7  Tone, Writings, Vol. III, janvier 1797 à novembre 1798, Oxford, 2007, lettre à sa femme Mathilde, (...)
  • 8  SHD/DAT, dossier Tone : 17 Yd 14 (généraux prétendus).
  • 9  Cf. OC, II, p. 240.
  • 10  Ibid., p. 226.
  • 11  Article 287.
  • 12  OC, II, p. 430, * en français dans l’original. Robert Emmet, fils de la haute bourgeoisie irlandai (...)

5« Prêt à faire campagne sur la Shannon, je n’avais pas envisagé de la faire sur le Rhin. » 7 L’état de service de Tone se reconstitue à partir de détails relevés dans son journal et sa correspondance, ceux-ci correspondant bien à ses diverses lettres de service 8. Le 17 juillet 1796, le ministre de la Guerre (Pétiet) lui confirme son grade de chef de brigade d’infanterie 9. Sa situation personnelle était devenue absurde : « Damned !... Me voilà, avec exactement deux louis dans mon trésor, à négocier avec le gouvernement français pour planifier des révolutions. J’avoue que c’est assez original. » 10 Le destin de Tone fut inextricablement lié au fait qu’il allait se retrouver dans la clientèle du héros de la Vendée, Lazare Hoche, nommé commandant de l’expédition d’Irlande le 20 juin 1796. Ce jour-là, Tone « fête » ses trente-trois ans. En octobre, il est élevé au grade d’adjudant-général. Mais ce grade le protégerait-il si, suite aux fortunes de la guerre, il se retrouvait entre les mains de l’ennemi ? Pourrait-il être échangé comme prisonnier français ? En arrivant à Paris, logeant près du Palais-Royal, il flâne chez les bouquinistes et se fait plaisir à acheter des livres militaires pour « trois fois rien ». En tant que juriste engagé, il s’offre aussi chez Louvet un exemplaire de la Constitution française de l’an III (1795). Il savait donc qu’en qualité d’étranger, ne pouvant pas encore faire une demande de naturalisation et n’ayant fait aucune campagne pour l'établissement de la République, il ne pouvait (théoriquement) pas être admis dans l’armée française 11. Son journal est donc parsemé de songeries moroses quant à son sort éventuel, rehaussées tant par des citations de tragédies de Shakespeare, que par son propre humour noir. Au large de la baie de Bantry, le jour de Noël 1796, il note : « Si nous sommes pris, mon sort ne sera pas léger... ou on me fusillera comme un émigré rentré... ou on me réservera pour un procès, pour frapper la terreur chez les autres et dans ce cas on me pendra comme un traître avant de m’éviscérer. Après tout, s’ils veulent m’éviscérer, je m’en fiche*! » 12

6Le 17 septembre, il quitte Paris pour rejoindre Hoche au quartier général de Rennes et y retrouve des compatriotes qui connaissent sa véritable identité, dont le jeune capitaine Bernard MacSheehy, son futur adjoint, et plus tard commandant de la légion irlandaise, et le colonel Henri Sheé, convivial mentor, oncle maternel de Clarke. Tone rejoint Brest le 29 octobre, ayant appris que des proches au sein des Irlandais unis venaient d’êtres arrêtés ; leur sort le troublera pendant deux ans. Le 2 décembre, il embarque à bord de l’Indomptable et, après l’échec de Bantry, regagne Paris le 12 janvier. Hoche, nommé commandant de l’armée de Sambre et Meuse, le rassure en lui disant que le projet d’une nouvelle tentative en Irlande n’est que suspendu et lui propose de rejoindre son état-major. Tone n’est pas en mesure de refuser. Cette nomination est ratifiée le 9 mars par Pétiet.

  • 13  OC, III, p. 49, en français dans le texte.
  • 14  Cf. notre “The Accidental Tourist : Theobald Wolfe Tone’s secret mission to Paris, 1796”, Conroy ( (...)

7Au quartier général de Cologne, il retrouve plusieurs de ses « connaissances expéditionnaires» de Bantry. Un certain Waudré, content qu’il soit maintenant « de » l’armée de Sambre et Meuse, où règne un redoutable esprit de corps, le flatte : « Eh bien, c’est un brave homme de plus. » 13 La campagne du Rhin va commencer mais Tone demande une permission pour rejoindre sa famille. Hoche la transforme donc en « ordre » de se rendre à Hambourg, où convergent aussi beaucoup d’Irlandais unis. Le journal de Tone, dans lequel il consigne pourtant une abondance de détails et d’observations, n’évoque pas la traversée du Rhin à Neuwied de ses camarades, à laquelle il n’aura pas participé. Il quitte Cologne le 20 avril et retrouve sa famille, à Groningen, le 7 mai. Entretemps, il aura fait la route de Nimègue à Amsterdam par Utrecht, avec un détour à La Haye. Il voyage et flâne là où aucun civil ne pourra aller avant le traité d’Amiens (1802), ce « voyage de guerre » le transformant accidentellement en touriste. Il en est d’ailleurs tout à fait conscient car son journal émule les récits de voyage de l’époque 14. Il est plutôt fier de son état militaire, qui lui confère certains privilèges. À La Haye, il visite la Convention batave et note qu’un brave citoyen hollandais, remarquant son uniforme français, propose de lui indiquer les élus les plus importants.

  • 15  OC, III, p. 99 (note 1), Hoche à Daendels.
  • 16  Ibid., p. 172, Chérin à « Smith », 22 octobre (1797 ?).

8Tone retrouve Hoche à Fribourg le 1er juin mais le 27, son général le dépêche à La Haye pour y rencontrer la commission des Affaires étrangères. On propose une campagne franco-batave ; Hoche commanderait une force française au départ de Brest et Tone rejoindrait la flotte au Texel. Le 8 juillet, il embarque donc à bord du Vryheid, attaché au général Daendels, qui avait d’ailleurs reçu l’appréciation suivante de Hoche : « Il vous sera de la plus grande utilité, puisque c’est de lui que je tiens en partie les renseignements qui m’ont servi dans la conduite de l’expédition. » 15 Son rang est confirmé par le département de la Guerre à Paris, le 15 juillet 1797. Au départ optimiste quant à cette campagne, de nouveau le succès lui échappe. Pourtant les nouvelles d’Irlande sont de plus en plus alarmantes. En France, alors que se prépare le coup d’État du 18 fructidor, Hoche est pris au piège des intrigues et des tripotages. Exaspéré, épuisé, Hoche reconnaît que l’expédition d’Irlande n’aura pas lieu et annonce qu’il ne fera plus le « Don Quichotte » sur les mers pour le plaisir de ceux qui voudraient le savoir au fond. Daendels lui expédie pourtant Tone, qui arrive à Wetzlar le 13 septembre. Mais la santé du général s’étant totalement détériorée, celui-ci  meurt le 19, à l’âge de 29 ans. Longtemps on aura interprété trop littéralement le journal de Tone, dont la (soi-disant) présence au chevet du général Hoche entre dans la légende. En octobre, le général Chérin l’invite à contribuer à une biographie du héros de la Vendée, « des souvenirs honorables et chers à tous les amis de la liberté ». Personne n’y avait plus droit que le « citoyen Smith », que Hoche avait jugé « l’un des plus dignes coopérants de cette œuvre républicaine » 16.

  • 17  OC, III, p. 173, l’original étant conservé à Trinity College, Dublin.

9La protection d’un général étant si vitale, du jour au lendemain le lien de Tone à l’armée de Sambre et Meuse est rompu. Mais il est entouré d’hommes proactifs qui incarne la devise de Hoche, « Res non verba ». Plusieurs lettres de soutien en sa faveur lui permettent d’avoir ses entrées au Directoire, suite au 18 fructidor. Lorsque Tone retrouve Paris fin septembre 1797, son parcours est encore semé d’embûches. L’histoire a montré comment la mort précoce de Hoche, son protecteur, facilita la montée au pouvoir de Napoléon. Celui-ci, jurant de combattre l’Angleterre partout où flotte son drapeau, ranime démesurément les espoirs des Irlandais. Commence alors un nouveau chapitre de l’aventure de Tone, qui connait Talleyrand et, suite à une conversation avec le général Berthier, se permet d’écrire le 12 novembre au nouveau commandant de l’armée d’Angleterre, le « citoyen général Napoléon Bonaparte » 17. James Smith, « attaché au feu général Hoche pour la partie de sa correspondance chez l’étranger », ose espérer se rendre utile et offre ses services. Dans son journal, il avoue son audace d’écrire à Bonaparte. Desaix le reçoit avec enthousiasme, les Irlandais à Paris lui offrent un dîner, et finalement, le 21 décembre, Tone est convoqué dans la célèbre petite maison de la rue Chantereine pour dialoguer directement avec celui qu’il considère alors comme « le plus grand homme d’Europe ». Le 13 janvier 1798, Tone reçoit la confirmation de son rang d’adjudant-général à l’armée d’Angleterre.

  • 18  Ibid., p. 263.

10Tone rejoint le quartier général de Rouen le 25 mars. Suite à une rafle à Dublin, il n’y a plus un homme qu’il ne connaisse ou qu’il n’estime en Irlande qui ne soit pas détenu. Il contemple alors ces mesures qui l’auraient horrifiées six mois auparavant. Suivent plusieurs semaines d’oisiveté frustrante, mais finalement, il apprend que ce sont les ports méditerranéens qui sont mobilisés. Bonaparte avait reconnu que la France était loin d’être maître de la mer et ne pouvait opérer une descente hardie en Angleterre. Avec sa naïveté caractéristique, Tone est totalement stupéfait par cette traîtrise mais offre en secret ses services à son compatriote, le général Kilmaine : « Mon premier objectif étant indéniablement d’assister à l’émancipation de mon pays, si cela ne peut se faire, mon deuxième sera d’assister à l’humiliation de son tyran où que ce soit sur la planète. » Tone était donc prêt à mourir en Inde. 18

  • 19  SHD/DAT, dossier Tone, 17 Yd 14, précis pour Mme Mathilda Witherington, f. 2.

11Mais les Anglais menacent Le Havre et « Smith » y est détaché. Ses journées y sont alors très remplies. Il effectue la tournée des remparts et diverses inspections avec ses confrères, démontrant son utilité en dressant des rapports pour l’état-major à Rouen. Son existence est tout simplement celle d’un officier français. Le 24 mai 1798, une insurrection éclate en Irlande et le Directoire se décide enfin à lancer une expédition. Tone regagne Paris le 23 juin. Son journal s’arrête brusquement le 30 ; le travail de reconstitution historiographique repose dès lors sur sa correspondance et sur les archives officielles. Le 15 juillet, on lui ordonne de se rendre à Brest et il demande à ce que ses lettres de service lui soient délivrées sous son vrai nom afin d’aller légitimement seconder les efforts de ses compatriotes contre leur oppresseur. À Brest, il embarque le 1er août à bord du Hoche comme adjoint au général Hardy, sachant que sa présence à bord est connue et que cette ultime descente, mal conçue, n’a aucune chance de réussir. Le 12 octobre, dans la baie du Donegal, en face du lac Swilly, les Français sont encerclés par l’escadre de l’amiral Warren et une bataille furieuse s’engage. On aurait alors proposé à Tone de s’enfuir sur une frégate, mais il aurait répliqué à ses camarades : « Mes chers amis, voulez vous que je retourne en France y annoncer que j’ai vu les Français combattre pour l’émancipation de mon pays pendant que je prenais honteusement la fuite ? » 19 Ce fut son unique bataille.

  • 20  SHD/DAT, 11 B 2 et 3, Hardy à Cornwallis, 4 novembre 1798, repris dans les Mémoires militaires du (...)

12Le 3 novembre 1798, vêtu de son uniforme, Tone pose le pied sur le sol irlandais à Buncrana (Donegal) à la tête des prisonniers. Ne cherchant pas à se dissimuler, il s’adresse avec sang-froid au gouverneur de Londonderry, qui n’est autre qu’un ancien camarade de l’université et confrère du barreau. Au grand plaisir des troupes anglaises, Tone figure sous son propre nom sur le rôle de l’équipage. On l’arrête et le met aux fers, mais il se dit plus fier de les porter pour la cause qu’il a embrassée que s’il avait été décoré de la croix et de la Jarretière. Hardy lui affirme qu’il ne sera pas abandonné, ni du gouvernement français qui l’a adopté, ni de son général qui appréciera toujours sa loyauté et sa franchise. Puis il proteste avec véhémence auprès de Lord Cornwallis, commandant en chef d’Irlande, que traîner Tone dans les cachots n’est qu’un « acte infamant » car il ne s’agit pas d’un scélérat. Avec plus de temps, le Directoire aurait-il considéré, comme Hardy le prétendait, que Tone, étant citoyen français, devait être échangé comme prisonnier de guerre ? Il est probable que non, ce qui n’amoindrit pas le commentaire que Hardy inflige à Cornwallis : « L’adjudant-général Wolfe Thone [sic] est un honnête citoyen. Sa bravoure et ses actions d’éclat lui ont mérités la confiance du gouvernement français et l’estime de tous les militaires qui ont l’honneur pour guide. » 20

13Les récits dans la presse ont, par la suite,  adopté un ton légèrement moqueur en décrivant les broderies et galons dorés qui rehaussaient le col et les revers de l’habit bleu de son uniforme. Le motif était bien sûr celui de la feuille de chêne, détail de style hautement symbolique, que l’on retrouve sur les uniformes de Hoche, Bonaparte, Carnot, etc. Depuis l’Antiquité, l’arbre noble incarnait les valeurs martiales et Tone n’avait pas démérité. Il est facile de louer un homme sur sa tombe, mais nous avons de multiples preuves de l’estime qu’on lui manifesta, de son vivant.

« C’est une vie que j’ai tant désirée ; elle me réussira. » 21

  • 21  Il cite l’un des officiers adjoints de Falstaff dans Les Joyeuses Bourgeoises de Windsor, I, iii. (...)
  • 22  La seule description physique à laquelle nous pouvons nous fier est celle du passeport intérieur d (...)
  • 23  Inter alia, la base de données www.tcd.ie/CISS/mmfrance.php.

14Dès son enfance, Tone ne rêve que d’une chose : être soldat. Écolier, il rate les cours pour aller voir les manœuvres dans la caserne de Dublin, là même où ses jours allaient prendre fin. Adolescent, il ne parle que de la guerre contre les colons américains et se dispute à plusieurs reprises avec son père qui avait insisté pour qu’il poursuive ses études. Tout au long du printemps 1796, Tone s’entretient régulièrement avec Henri Clarke, chef du cabinet historique et topographique, futur duc de Feltre, et lui aussi Irlandais par son père. Tone lui avoue franchement qu’il n’a aucune expérience militaire, écartant le temps passé comme membre honoraire du régiment de volontaires nationaux de Belfast en 1792. Même si on a longtemps cru que son rôle militaire n’avait été que nominal, il s’est avéré être un officier d’état-major fort compétent. Mesurant cinq pieds quatre pouces 22, il dépasse donc légèrement la moyenne française ; à l’instar des recrues irlandaises qui étaient prisées pour leur taille comme en témoignent les nombreuses études sur les régiments étrangers d’Ancien Régime 23. Son niveau d’instruction est aussi plus élevé que celui de bien de ses supérieurs. Aimant les mathématiques, sachant rédiger des rapports, il a une excellente mémoire et accorde beaucoup de valeur à la clarté du langage. Méticuleux, voire un peu maniaque, il numérote sa correspondance personnelle. Depuis son adolescence, il dévore les livres militaires (sans parler des récits de boucaniers) et un jour, en sortant de chez Clarke, s’achète un Règlement pour le service de la cavalerie, se disant qu’il lui faudra trouver un bon sous-officier pour l’entraîner. Les autorités françaises constatent sa motivation et son désir de faire ses preuves.

  • 24  OC, III, p. 185.
  • 25  OC, II, p. 75.

15Il reste un facteur incontournable, celui de sa maîtrise du français. Un des piliers de sa légende posthume, qu’il construit d’ailleurs lui-même dans son journal, est que son français n’est qu’un « jargon détestable et exécrable » et qu’il arrive à peine à se faire comprendre. Pourtant, même le duc de Wellington ne peut s’empêcher d’admirer comment il a su surmonter cette faiblesse, réussissant malgré cet obstacle majeur à persuader les autorités françaises à envahir l’Irlande. Lors de sa première rencontre avec Bonaparte, le 21 décembre 1796, le Corse lui aurait demandé où il avait appris à parler français. Tone aurait répondu qu’il avait « appris le peu qu’[il] savai[t] depuis [s]on arrivée en France, il y a vingt mois environ » 24. Cela contredit sa version d’une autre rencontre, tout aussi historique, le 24 février 1796, avec le Grand Carnot. Au palais du Luxembourg, Tone avait malicieusement mené la rencontre, exploitant justement la question linguistique : « J’ai entamé mon propos en lui disant, en français horrible, que l’on m’avait fait comprendre qu’il parlait anglais. Il répondit : “ Un peu, monsieur, mais je vois que vous parlez français, donc si vous le voulez bien nous ferons la conversation dans cette langue.” » 25

  • 26  Notons toutefois qu’il ne parlait pas l’irlandais.
  • 27  Le sujet de notre thèse, Translation the French language and the United Irishmen 1792-1804, sous l (...)

16Les nombreux manuscrits existants de Tone démontrent pourtant un niveau de français impressionnant. Mais la subjectivité de son journal a longtemps détourné les historiens d’une dimension pragmatique essentielle. Le bilinguisme, même celui d’un apprenant, pouvait être un atout professionnel fort utile, surtout lors d’une campagne internationale. Au chef du bureau de traduction du département des relations extérieures (un Irlandais qui survécut à la Terreur en partie parce qu’il était anglophone), Tone avoue qu’il aimerait bien obtenir un rang dans l’état-major du général, car « parlant un peu  français », il pourrait se rendre utile après le débarquement pour jouer les interprètes entre le commandant et les natifs du pays 26. Il sous-entend qu’en tant qu’officier de liaison, il assurera aussi le contact linguistique. À Clarke, il avoue vouloir commander deux ou trois cents prisonniers de guerre irlandais, libérés par la France. Formant une avant-garde, ce seraient des soldats mais aussi des éclaireurs, qui iraient informer la population locale des intentions françaises. Lorsque Hoche lui demande son « assistance pour interroger » un capitaine de vaisseau américain, il est évident que Tone sert d’interprète. S’il nous paraît normal qu’un tel service soit essentiel au sein d’un état-major, il faudra attendre le XXe siècle pour que se mette en place une formation méthodologique pour l’interprétariat autre que dans le milieu diplomatique. Tone fournit au chercheur une multitude d’anecdotes pour reconstituer et confirmer l’importance de l’interprétariat dans la coopération franco-irlandaise et l’utilité de l’officier bilingue 27.

  • 28  SHD/DAT, 11 B 1,11B 2 et 3, dossier Tone.
  • 29  SHD/DAT, 11B 2et 3,20 Thermidor an 6.

17Dans le cadre des expéditions irlandaises, le rôle de Tone est surtout celui d’un conseiller politique mais aussi ce que l’on appellera à l’avenir « officier de communication ou d’information », voire même responsable de la propagande. Afin de bien informer la population irlandaise sur les véritables intentions de la France, il était vital de rédiger, approuver, traduire et faire imprimer diverses proclamations. Tone encadre cet effort. Le Service historique de la Défense conserve plusieurs documents écrits de sa main 28. Ce sont là non seulement les vestiges de ce travail de communication, mais aussi de véritables trésors du patrimoine irlandais. Nous citerons, à titre d’exemple, la courte Proclamation signée par le général Hardy écrite à Brest le 7 août 1798, dont Tone a effectué une copie conforme. Son émotion est évidente lorsqu’il reprend la formule soulignée : « L’Irlande sera libre pour toujours ! ». Nous la retrouvons en majuscules dans la version anglaise : « Ireland shall be free for ever ! » 29

Chroniqueur de l’histoire

  • 30  Forrest (Alan), Napoleon’s Men The Soldiers of the Revolution and the Empire, London & New York, 2 (...)

18Le journal de Tone est aussi un compte rendu franc, détaillé, subjectif et souvent désordonné de ce qu’il subit. Sa curiosité et son pouvoir d’observation en font, pour emprunter la formule du grand historien français Marc Bloch, un témoin de l’histoire malgré lui. Certes une proportion importante est consacrée à la question irlandaise, mais sa chronique évocatrice de la vie politique, militaire et culturelle française sous le Directoire mérite d’être mieux connue. De ses écrits ressortent aussi, « ce sens de l’aventure que les soldats ont toujours connus en tant que voyageurs, face à de nouvelles expériences et à des cultures étrangères » 30.

  • 31  Bertaud (Jean-Paul), « Les compagnons d’armes de Desaix », AHRF, 2001/2, p. 45.
  • 32  OC, III, p. 49.
  • 33  Ibid., p. 52.
  • 34  OC, II, p. 317, 21 septembre 1796 au quartier-général à Rennes.

19Sans pouvoir prendre le recul de l’historien contemporain, il saisit sur le vif toutes les polémiques connues des spécialistes de l’époque. Les victoires militaires masquent un profond malaise au cœur de l’armée française et il évoque le ventre creux du soldat et son uniforme en haillons, les retards de paie, l’écart entre la nomination et la délivrance du précieux brevet. Il est bien placé pour apprécier « le dédain des pékins, la conquête des leviers de commande par les généraux accoutumés à transgresser les lois, à commander sans souci des administrateurs » 31. Tone sait que la deuxième expédition irlandaise souffre du fait que : « Le coffre-fort militaire est abominablement mal fourni. » 32 S’il n’emploie pas le terme pillage, il note que le rite de la messe de Pâques à la cathédrale de Cologne est bien modeste : « Je présume qu’ils nous ont caché leur argenterie et leurs ornements, et ils ont d’ailleurs bien raison. » 33 Ne perdant jamais espoir de se retrouver dans sa patrie au cœur des troupes françaises, il est bien conscient de l’influence sur la politique étrangère de cette armée prétorienne, dont il ne peut pas personnellement se plaindre. Il rappelle souvent son statut d’officier : les dîners d’apparat sont fréquents mais on soupçonne qu’il aime aussi retrouver l’ordinaire. Même en présence de Hoche, les manières à table sont « complètement débraillées, comme de vrais soldats ; ici personne ne s’inquiète de voir une assiette sale. "On est à la guerre comme à la guerre", comme disent les Français » 34.

  • 35  Ibid., p. 429.

20Même s’il parle peu du simple soldat, quand il le fait c’est pour noter son courage. Si l’on veut vraiment juger le caractère français, c’est dans le camp qu’il faut les voir, pas à Paris. C’est ce qu’il écrit à la veille de Noël 1796, secoué par les violents vents d’hiver, déprimé par la dispersion de la flotte envahie par le brouillard d’hiver au large de Bantry, dévasté d’avoir vu de si près la côte d’Irlande sans pouvoir y poser le pied, mais ne lâchant pas sa plume. Ceci-dit, il a du mal à croire que les flemmards des boulevards et les soldats vivent dans le même hémisphère : « C’est dans les armées que la République existe. » 35 Conscient des désaccords au sein de l’état-major et des conflits entre la marine et l’armée, il se félicite des efforts de divertissement dans les camps face à un avenir incertain, comme à la veille de quitter le port de Brest :

  • 36  Ibid., p. 415, 14 décembre 1796.

« Ce soir le général Watrin nous a rendu visite avec les musiciens de son régiment, et je suis descendu dans la grande cabine, le carré des officiers, ou on jouait de la musique. J’étais ravi de voir l’effet que cela faisait. La cabine était plafonné des armes qui allaient servir à l’expédition, les baïonnettes piquées dans la table portaient les bougies, les officiers étaient en veste et en bonnets de police ; certains jouaient aux cartes, d’autres suivaient la musique et dansaient, d’autres encore faisaient la conversation. Tous d’excellente humeur, et cela me remontait moi aussi. Finalement Watrin et ses musiciens sont partis, et comme ce soir il y avait une belle lune, l’effet de la  musique s’estompant sur la surface de l’eau, à mesure qu’ils s’éloignaient, fut délicieux. » 36

  • 37  Nous empruntons le titre du chapitre 7 de Quand les enfants parlaient de la gloire de Jean-Paul Be (...)

21Au cours de ses premiers mois en France, il avait eu tendance à idéaliser son pays d’asile. Mais les Français du Havre qui grognent parce qu’on ne leur propose que du pain bis finissent par l’énerver. Il leur dédie un nouveau toast : « Vive le pain bis et la liberté ! » Son engouement pour la vie de soldat le mène à capter cette « militarisation de l’imaginaire public » 37 qui domine la vie culturelle française en cette décennie révolutionnaire. Lorsqu’il arrive à Paris, il se rend quotidiennement aux Tuileries pour y regarder la relève des gardes : « En dépit de l’aspect négligé de leurs uniformes et de leurs manœuvres, je suis de plus en plus satisfait des soldats français. Chacun porte ce qu’il veut ; si son habit est bleu et son chapeau rabattu cela suffit ; ils aiment l’ornementation, mais surtout les fleurs... un petit bouquet dans le chapeau ou à la poitrine, mais le plus souvent dans le canon de son fusil... ils semblent tous en excellente santé, pleins de vie, jeunes, actifs, prêt à servir. »

  • 38  OC, II, p. 136-7, 30 mars 1796.

22Simple témoin oculaire, il découvre comment la nation fusionne le devoir du soldat et du citoyen lors d’une fête de la jeunesse. L’intérieur d’une ancienne église est pavoisé aux couleurs nationales, des flambeaux illuminent un autel et une statue de la liberté. Les jeunes gens du district se présentent devant la municipalité pour recevoir leurs armes et pour être inscrits comme citoyens et électeurs. Suite à une procession composée de gardes nationaux, d’officiers et de jeunes, la municipalité distribue des sabres et des fusils. Tone est enthousiasmé et ne s’étonne plus des miracles que l’armée française a arraché sur le chemin de la liberté 38. Il va au théâtre tous les soirs, et s’il connaissait déjà les paroles de La Marseillaise, il apprend vite celle de Veillons au salut de l’Empire. Mais il s’éprend aussi du  personnage de Montauciel, qui incarne bien le caractère du chevalier français, car lui ne « désertera jamais ».

  • 39  Articles II et IV de la Loi du 21 floréal an IV [10 mai 1796] sur les étrangers à Paris ; Tone est (...)

23En quelques semaines, son statut se métamorphose et commence alors le processus d’assimilation. Le Directoire le considérant comme « attaché par ses fonctions au corps diplomatique » et jugeant « sa présence utile à la République », on l’autorise le 12 mai à séjourner à Paris 39. On l’invite le 29 mai à la grandiosefête des Victoires au Champ de Mars et il est placé au pied de l’autel d’où il admire un « superbe spectacle... digne d’une grande République ». Lorsque Carnot présente un étendard et une guirlande de chêne aux soldats représentant les quatorze armées de la République, il en a même les larmes aux yeux. Quatre mois plus tard, il se retrouve sur un autre Champ de Mars, cette fois-ci au quartier général de Rennes, où il assiste dans son uniforme de chef de brigade à la fête de Vendémiaire. Face à sa soif d’aider le peuple irlandais à secouer le joug anglais, Hoche lui fait remarquer qu’il entendra bientôt beaucoup de canonnades. Mais un an plus tard, le monde de Tone bascule. Quatre jours seulement après la mort de son protecteur, celui que le feu général préférait appeler « Mon cher Schmitt » se retrouve à Bonn comme acteur à part entière dans la cérémonie proclamant la République cisrhénane. Les symboles se multiplient car le président de la commission intermédiaire est son compatriote Sheé et son jeune fils âgé de six ans aide Tone à planter un arbre de la Liberté. À ce moment, il rêve sûrement d’en faire autant avec ses propres enfants sur le sol irlandais, mais il s’inquiète peut-être aussi des ambitions françaises.

  • 40  OC, III, p. 98 : “You may be at ease in that respect; Bonaparte has been my scholar, but he shall (...)

24Grâce à son besoin compulsif de préserver ses impressions et de garder une trace des conversations importantes, son journal est enrichi de plusieurs vignettes poignantes sur les grands hommes qu’il a connu. Lors de sa première rencontre avec Hoche dans un cabinet du Palais du Luxembourg, il avait pris ce « jeune homme très beau, très bien fait, en manteau brun et en culottes de nankin » pour un chef de bureau. Le lecteur a le privilège de participer aux conversations les plus intimes. Lors d’une autre discussion sur les forces militaires en Irlande (armée, milice, volontaires), Hoche lui signale qu’il « se fout de l’opposition » et Tone a un niveau de français suffisant pour s’excuser de cette formule auprès de ses lecteurs. Mais un entretien en particulier, à Cologne, le 1er juillet 1797, renferme une précieuse page de l’histoire militaire française. Tone exprime son inquiétude devant la manière impropre et indécente avec laquelle Bonaparte empiète sur les droits fondamentaux des peuples en Italie et signale qu’il ne pourrait agir comme cela en Irlande.  Hoche le rassure : « Ne vous inquiétez pas ; Bonaparte a été mon élève, mais il ne sera jamais mon maître. » 40

  • 41  Bertaud, Quand les enfants..., p. 397.

25Tone trouvait pourtant la manière de Hoche sèche, et même si Bonaparte semblait froid en comparaison, c’était plutôt « par langueur ». Il avait trouvé que ce dernier semblait avoir dix ans de plus que son âge réel et qu’il avait le visage profond d’un penseur, plutôt l’apparence d’un mathématicien que celle d’un général. Après son troisième entretien, Tone remarque qu’il a pris l’habitude d’être en présence de grands hommes et de grands généraux. Comme son ami Du Petit Thouars, le héros d’Aboukir, il « n’arrose » pas le nouveau siècle et nous ne saurons jamais quel effet le prêt du serment à l’Empereur lui a fait, en pensant à ses compatriotes de la légion irlandaise. Pourtant, son fils William entre à l’École de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye, participe avec distinction aux campagnes de 1813-1814 et soutient l’Empereur pendant les Cent jours. Une certaine continuité a donc été assurée entre le père irlandais et le fils franco-irlandais, « cheminant sur les sentiers de la gloire » prolongeant surtout « le nationalisme né en 1789 » et « le patriotisme de 1792, mais dans la conscience collective irlandaise » 41.

Aux grands hommes, la patrie irlandaise vraiment reconnaissante ?

26Nous constatons la tragique ironie de la présence de Tone au Panthéon cet après-midi de mars 1796 avec son ami aristocrate, connaissant le sort du premier, qui sera « panthéonisé » métaphoriquement par un pays qui, pourtant, géra mal la mémoire et le sacrifice de ce soldat.

27Dans l’espace social qu’était l’armée révolutionnaire française, Tone était l’égal de Du Petit Thouars et de nombreux autres officiers d’Ancien Régime y compris ses compatriotes irlandais. En quelques temps, il avait acquis un métier en même temps qu’un statut honorable qu’il n’aurait jamais connu en Irlande, où il ne serait jamais devenu ni magistrat ni parlementaire. Même si l’on remet en question aujourd’hui le mythe de la méritocratie, Tone serait sans doute monté en grade sur la base des ses talents et mérites.

  • 42  Ibid., p. 191, 13 janvier 1798.

28De tous les témoignages que Tone nous a laissés, le plus captivant est peut-être celui de son humanité, car sa devise était Nil Desperandum. Pour se remonter le moral, le polémiste citait plutôt des chansons à boire que des paroles grandiloquentes de philosophe, car « le vin fait des merveilles, des merveilles tous les jours, rend plus légers même les cœurs lourds ». Lors de sa dernière rencontre avec Bonaparte, il lui avait dit que même sans grande expérience militaire, il lui serait de la plus grande utilité sur les rives irlandaises. « Mais vous êtes brave », dit le général, en l’interrompant. La réponse de Tone fut que, le moment venu, cela ne ferait aucun doute 42.

Haut de page

Notes

1  Procès-verbal de la cour martiale servant de pièce justificative à la Motion d’ordre faite par L. Bonaparte pour la veuve et les enfants de Théobald-Wolfe-Ton. [sic], Conseil des Cinq-Cents, Séance du 9 brumaire 8 [31 octobre 1799], p. 11-12 (BNF).

2  Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, 1984, tome II, p. 350.

3  Wolfe Tone (Theobald), Writings [œuvres complètes], sous la dir. de Moody McDowell & Woods, Vol. II, août 1795 à décembre 1796, Oxford, 2001, p. 102, 7 février 1796. Notre traduction, ci-après OC, II.

4  SHD/DM, BB4 110 ; CC7 778 : Aristide Du Petit-Thouars (1760-1798) ; Bergasse Du Petit Thouars (dir.), Aristide Aubert Du Petit Thouars Héros d’Aboukir 1760-1798, Paris, 1937, p. 454 (3 janvier 1797).

5  Joannon (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, 2006, p. 184.

6  Joannon (Pierre), « Theobald Wolfe Tone à Paris : conspirateur exilé ou ambassadeur incognito », CYCNOS 15/2, 1998, p. 17.

7  Tone, Writings, Vol. III, janvier 1797 à novembre 1798, Oxford, 2007, lettre à sa femme Mathilde, 11 février 1797, p. 22 ; ci-après, OC, III.

8  SHD/DAT, dossier Tone : 17 Yd 14 (généraux prétendus).

9  Cf. OC, II, p. 240.

10  Ibid., p. 226.

11  Article 287.

12  OC, II, p. 430, * en français dans l’original. Robert Emmet, fils de la haute bourgeoisie irlandaise, est pendu pour trahison en 1803 puis décapité, lors d’une exécution publique en plein cœur de Dublin.

13  OC, III, p. 49, en français dans le texte.

14  Cf. notre “The Accidental Tourist : Theobald Wolfe Tone’s secret mission to Paris, 1796”, Conroy (Jane), (ed.), Cross-cultural travel. Papers from the Royal Irish Academy Symposium on Literature and Travel, NUI Galway November 2002, New York, 2003, p.121-130, et “Rough Guide to Revolutionary Paris” in History Ireland 16 :2, mars-avril 2008, p. 34-39.

15  OC, III, p. 99 (note 1), Hoche à Daendels.

16  Ibid., p. 172, Chérin à « Smith », 22 octobre (1797 ?).

17  OC, III, p. 173, l’original étant conservé à Trinity College, Dublin.

18  Ibid., p. 263.

19  SHD/DAT, dossier Tone, 17 Yd 14, précis pour Mme Mathilda Witherington, f. 2.

20  SHD/DAT, 11 B 2 et 3, Hardy à Cornwallis, 4 novembre 1798, repris dans les Mémoires militaires du général Jean Hardy, Paris, 1883, p. 10-11.

21  Il cite l’un des officiers adjoints de Falstaff dans Les Joyeuses Bourgeoises de Windsor, I, iii. Dans son journal Tone use d’une multitude de références littéraires dépeignant la vie de soldat au XVIIIe siècle.

22  La seule description physique à laquelle nous pouvons nous fier est celle du passeport intérieur délivré à « James Smith » par la police du Havre, Archives municipales du Havre, *PR I2 35, 9 février 1796.

23  Inter alia, la base de données www.tcd.ie/CISS/mmfrance.php.

24  OC, III, p. 185.

25  OC, II, p. 75.

26  Notons toutefois qu’il ne parlait pas l’irlandais.

27  Le sujet de notre thèse, Translation the French language and the United Irishmen 1792-1804, sous la direction de Michael Cronin et Kevin Whelan, Dublin City University, 2005.

28  SHD/DAT, 11 B 1,11B 2 et 3, dossier Tone.

29  SHD/DAT, 11B 2et 3,20 Thermidor an 6.

30  Forrest (Alan), Napoleon’s Men The Soldiers of the Revolution and the Empire, London & New York, 2002, p. xi.

31  Bertaud (Jean-Paul), « Les compagnons d’armes de Desaix », AHRF, 2001/2, p. 45.

32  OC, III, p. 49.

33  Ibid., p. 52.

34  OC, II, p. 317, 21 septembre 1796 au quartier-général à Rennes.

35  Ibid., p. 429.

36  Ibid., p. 415, 14 décembre 1796.

37  Nous empruntons le titre du chapitre 7 de Quand les enfants parlaient de la gloire de Jean-Paul Bertaud   (2006, p. 249).

38  OC, II, p. 136-7, 30 mars 1796.

39  Articles II et IV de la Loi du 21 floréal an IV [10 mai 1796] sur les étrangers à Paris ; Tone est cité dans le décret du 23 floréal, cf. Debidour, Procès-verbaux et arrêtés du Directoire, p. 364. N’ayant trouvé aucune trace de l’octroi d’une citoyenneté honorifique à Tone, nous concluons qu’Hardy, en invoquant sa citoyenneté française pour tenter de lui sauver la vie, n’employait qu’une image métaphorique.

40  OC, III, p. 98 : “You may be at ease in that respect; Bonaparte has been my scholar, but he shall never be my master.”

41  Bertaud, Quand les enfants..., p. 397.

42  Ibid., p. 191, 13 janvier 1798.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Kleinman, « « Un brave de plus ». La carrière militaire de Theobald Wolfe Tone, héros du nationalisme irlandais et officier français, 1796-1798 », Revue historique des armées, 253 | 2008, 55-65.

Référence électronique

Sylvie Kleinman, « « Un brave de plus ». La carrière militaire de Theobald Wolfe Tone, héros du nationalisme irlandais et officier français, 1796-1798 », Revue historique des armées [En ligne], 253 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://rha.revues.org/4602

Haut de page

Auteur

Sylvie Kleinman

Titulaire d’une bourse de recherche postdoctorale au département d'histoire moderne de Trinity College à Dublin. Ses recherches portent sur les Irlandais unis et la France (1792-1804), les chroniques de Wolfe Tone et le rôle stratégique des Irlandais traducteurs et interprètes militaires dans l'armée française. Elle est aussi membre de la Military History Society of Ireland et de la SEMFI.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org