Navigation – Plan du site
Dossier

Le deuxième bureau et les républicains irlandais, 1900-1904 : contacts, invasion et déception

Jérôme Aan de Wiel
p. 74-85

Résumés

Un livre britannique, paru en 2001, traitant de l’impact international qu’eut la guerre des Boers sur les grandes puissances de l’époque, ne mentionne pas une seule fois, selon l’index, le nom de l’Irlande ce qui est bien surprenant dans la mesure où les nationalistes et séparatistes irlandais soutenaient ouvertement les Boers contre les Britanniques. Dans le chapitre consacré à la France, on lit que Théophile Delcassé,  ministre des Affaires étrangères, estimait que cette guerre devait cesser. Mais, était-ce bien le cas ? Ou bien est-ce que Delcassé représentait les vues de tous les membres du gouvernement français ? C’est ainsi que les archives du Service historique de la Défense au château de Vincennes révèlent que le deuxième bureau, le service de renseignement militaire français, avait eu des contacts avec des républicains irlandais dans le but, semblerait-il, d’envahir ou de libérer l’Irlande afin d’encercler la Grande-Bretagne dont les soldats se trouvaient dans la lointaine Afrique du Sud.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Andrew (C.) & Dilks (D.) (eds.), The Missing Dimension: Government and Intelligence Communities in (...)

1En 1984, le professeur Christopher Andrew, spécialiste de l’histoire des services secrets britanniques, fit la remarque suivante : « Le renseignement a été décrit par Sir Alexander Cadogan, un éminent diplomate, comme étant "la dimension quasi-manquante dans l’histoire de la diplomatie". Cette même dimension est aussi quasi-manquante dans l’histoire politique et militaire. Fréquemment, les historiens ont tendance soit à ne tenir aucun compte du renseignement, soit à le traiter comme quantité négligeable. (…) Les historiens  inclinent à prêter trop attention aux preuves qui survivent et ne tiennent pas assez compte de ce qui n’a pas survécu. Le renseignement est devenu la "dimension quasi-manquante" en tout premier lieu parce que ses traces écrites sont si difficiles à obtenir. » 1 L’affirmation du professeur Andrew est particulièrement pertinente pour le sujet que l’on propose de traiter ici : les relations entre le deuxième bureau et les républicains irlandais entre 1900 et 1904, ou grosso-modo durant la guerre des Boers en Afrique du Sud.

  • 2  Venier (Pascal), “French foreign policy and the Boer War” in Keith Wilson (ed.), The International (...)

2Un livre britannique, paru en 2001, traitant de l’impact international qu’eut la guerre des Boers sur les grandes puissances de l’époque, ne mentionne pas une seule fois, selon l’index, le nom de l’Irlande ce qui est bien surprenant dans la mesure où les nationalistes et séparatistes irlandais soutenaient ouvertement les Boers contre les Britanniques. Dans le chapitre consacré à la France, on lit que Théophile Delcassé,  ministre des Affaires étrangères, estimait que cette guerre devait cesser 2. Mais, était-ce bien le cas ? Ou bien est-ce que Delcassé représentait les vues de tous les membres du gouvernement français ? C’est ainsi que les archives du Service historique de la Défense au château de Vincennes révèlent que le deuxième bureau, le service de renseignement militaire français, avait eu des contacts avec des républicains irlandais dans le but, semblerait-il, d’envahir ou de libérer l’Irlande afin d’encercler la Grande-Bretagne dont les soldats se trouvaient dans la lointaine Afrique du Sud. Dans un premier temps, ces contacts et plans de débarquement et d’invasion seront étudiés. Dans un second temps, il sera montré comment le service de renseignement britannique réagit face aux menaces françaises et comment l’Allemagne prit la place de la France au sein du mouvement républicain irlandais. Puis, en guise de conclusion l’on répondra à la question de savoir si l’invasion de l’Irlande avait été sérieusement envisagée par la France ou alors si ces plans ne constituaient en fait que des exercices militaires théoriques ou des opérations de reconnaissance de routine.

Contacts

  • 3  Bell (P.M.H.), France and Britain, 1900-1940 ; entente and estrangement, London, Longman, 1996, p. (...)
  • 4  Villate (Laurent), La République des diplomates ; Paul et Jules Cambon, 1843-1935, Paris, Science (...)
  • 5  AMAE, correspondance politique et commerciale 1897-1918, nouvelle série, Transvaal-Orange, no 11, (...)
  • 6  Ibid., vol. 22, Paul Cambon à Théophile Delcassé, le 11 mars 1902.
  • 7  Guillen (Pierre), L’expansion, 1881-1898, Paris, Imprimerie nationale, 1985, p. 283.

3Avant d’évoquer ces contacts entre le deuxième bureau et les républicains irlandais, partisans d’une séparation totale entre l’Irlande et la Grande-Bretagne, un bref rappel de la situation internationale est nécessaire. Les relations entre la France et la Grande-Bretagne étaient tendues. En 1898, eut lieu la crise de Fachoda dans la vallée du Nil lorsque l’expédition coloniale britannique sous le commandement du général Herbert Kitchener se heurta à la mission française du commandant Jean-Baptiste Marchand. Les Français durent se retirer et, bien qu’il ne soit pas certain que l’incident aurait pu mener à la guerre entre les deux pays, la presse nationale parla d’humiliation pour la France 3. Puis, la guerre des Boers éclata en Afrique du Sud. L’opinion publique française soutenait largement les Boers. Survint alors l’affaire Dreyfus et de l’autre côté de la Manche, l’opinion publique britannique était largement anti-française à tel point que l’ambassade de France à Londres dut être protégée et que les Français dans les rues étaient insultés 4. En Irlande, les Français étaient en bien meilleure posture. À cette époque, le Parti nationaliste irlandais luttait âprement pour l’obtention du Home Rule, l’autonomie, soutenu en cela par les nationalistes, en leur très grande majorité des catholiques, et s’opposant aux unionistes, en leur très grande majorité des protestants fiers de leur identité britannique. Les nationalistes prirent fait et cause pour les Boers. Il y avait des comités de soutien partout dans le pays. Le Quai d’Orsay, par exemple, reçut du comité du Transvaal de la ville de Cork une lettre adressée à « la grande République française », l’informant que bien que l’Irlande fût « cruellement persécutée », elle était toujours « du côté de la justice et de l’humanité » 5. L’ambassadeur de France rapporta que les députés nationalistes irlandais au parlement de Westminster à Londres se moquaient ouvertement des défaites britanniques en Afrique du Sud 6. Dans ces conditions, il n’était pas bien étonnant que l’attaché militaire français à Londres, le colonel Dupontovice de Heussey, suggéra à l’ambassadeur, Alphonse de Courcel, de financer secrètement les activités des nationalistes irlandais. Il écrivit : « Pourquoi ne pas essayer de contrecarrer les projets et plans de l’Angleterre en lui suscitant des embarras intérieurs ? » 7

  • 8  AMAE, Grande-Bretagne, politique intérieure, question d’Irlande, 1897-1914, vol. 4, p. 47, Paul Ca (...)
  • 9  Villate, La République des diplomates, p. 217.
  • 10  Bell, France and Britain, 1900-1914, p. 14-15.

4C’est exactement ce que fit le Quai d’Orsay. En effet, en 1899, Paul Cambon, le nouvel ambassadeur, reçut la visite « d’une personnalité importante du Parti nationaliste » dont il ne mentionna pas le nom. Le politicien était venu remercier Cambon de l’aide de la France et des sommes d’argent furent mentionnées. Puis, il proposa un plan d’alliance entre les États-Unis, où résidaient des millions d’Américains d’origine irlandaise, la France et l’Irlande. Le plan était bien sûr dirigé contre la Grande-Bretagne qui cherchait à ce moment-là à se rapprocher de l’Allemagne. Cambon envoya un rapport sur son entretien à Théophile Delcassé, le ministre des Affaires étrangères 8. On ne sait pas comment Cambon réagit à cette offre d’alliance. On ignore également la réaction de Delcassé. Mais dans son cas, on peut se livrer à la science de la conjecture sans trop prendre de risques. Il est très peu probable que Delcassé donna l’ordre à Cambon de s’intéresser de près à l’offre des nationalistes irlandais. En effet, le ministre des Affaires étrangères avait pris conscience du danger d’un éventuel rapprochement entre la Grande-Bretagne et les pays de la Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie) 9, ce qui encerclerait la France. Selon lui, il était temps de négocier avec les Britanniques même si, pendant un cours instant, ces derniers semblaient effectivement vouloir opérer un rapprochement avec l’Allemagne. De plus, la France avait conclu une alliance militaire avec la Russie en 1892 dirigée contre l’Allemagne mais il était loin d’être sûr que ces deux pays pouvaient se mesurer à une alliance anglo-allemande 10. Delcassé était conscient de cette situation et, petit à petit, il commença à tourner les yeux vers la Grande-Bretagne comme une alliée potentielle, Fachoda ou pas. Au Quai d’Orsay, les nationalistes irlandais étaient mis sur liste d’attente pour ainsi dire.

  • 11  Andrew (Christopher), Secret Service; the making of the British intelligence community, London, He (...)

5Cependant, contrairement aux diplomates, certains militaires français n’étaient pas prêts à envisager une entente ou une alliance avec la Grande-Bretagne. Pour eux, l’Irlande nationaliste restait toujours le meilleur moyen de déstabiliser les Britanniques. L’humiliation de Fachoda n’avait pas été oubliée, l’opinion publique française était belliqueuse, bref, le moment semblait idéal pour préparer une attaque contre la Grande-Bretagne dont l’armée s’enlisait en Afrique du Sud. Outre-Manche, la population ne comprenait pas pourquoi une armée de 450 000 hommes (sur une période de trois ans) n’arrivait pas à battre des bandes de Boers. Comme le gros des troupes était à l’étranger, l’opinion publique commença à croire que le pays était sans défense. Des rumeurs alarmistes concernant des invasions circulèrent rapidement. Les Britanniques pensaient que la France et la Russie seraient les envahisseurs 11. Bien qu’on puisse parler de psychose collective, les peurs du public n’étaient pas entièrement sans fondement et les rumeurs d’invasion française en Irlande ne circulaient pas seulement à Londres.

  • 12  Hünseler (Wolfgang), Das Deutsche Kaiserreich und die Irische Frage, 1900-1914, Frankfurt am Main, (...)
  • 13  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 6, rapport du 30 septembre 1903.
  • 14  Murphy (John A.) (ed.), The French are in the Bay: the expedition to Bantry Bay, 1796, Cork, 1997.

6À Paris, elles furent entendues par le comte Georg Münster zu Dernburg, l’ambassadeur d’Allemagne. Il envoya sans tarder un rapport au prince Bernhard von Bülow, le ministre des Affaires étrangères à Berlin. Bülow fut suffisamment intrigué pour demander l’opinion de son ambassadeur à Londres, le comte Paul von Hatzfeldt. Hatzfeldt ne fut pas alarmé et écarta de suite cette possibilité, estimant qu’elle n’était pas du tout réaliste 12. Il avait tort. La France avait un consul à Dublin mais pas d’attaché militaire. Pourtant les archives militaires à Vincennes révèlent que les Français envoyèrent une équipe de renseignement militaire en Irlande afin d’examiner plusieurs endroits de débarquement. De manière régulière, ces espions firent parvenir des rapports extrêmement détaillés au deuxième bureau à Paris. Ils contenaient des esquisses des défenses côtières britanniques, des cartes régionales, des études de topographie, des commentaires sur la qualité des routes, des analyses des activités de divers groupes nationalistes et unionistes, des analyses de l’opinion publique nationaliste et des estimations sur la qualité et la quantité des troupes britanniques stationnées en Irlande. Une de ces missions militaires dura une année entière 13. Les noms des officiers français et de leurs contacts irlandais ne furent jamais mentionnés. Néanmoins, des annotations et des tampons sur les documents prouvent que ces rapports furent envoyés au président de la République et à plusieurs ministres. La guerre des Boers suscita donc de nombreuses missions de reconnaissance en Irlande entre 1900 et 1904, leur but étant d’évaluer les possibilités d’invasion avec l’aide de républicains irlandais. La « libération » du pays par les troupes françaises conduirait à l’encerclement de la Grande-Bretagne. Ce fut un plan déjà envisagé lors des rebellions irlandaises avec l’appui de la France révolutionnaire en 1796 et 1798 14, excepté que cette fois-ci les Français pouvaient dépendre de leur propre service de renseignement et non pas des rapports d’indépendantistes irlandais.

  • 15  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 3, rapports des 15 octobre 1901 et 20 novembre 190 (...)

7Les deux premiers rapports qui furent envoyés à Paris en 1901 étaient des estimations concernant les forces politiques en présence. Le deuxième bureau s’était intéressé de près à trois organisations nationalistes. Tout d’abord, il y avait le Cumman na nGaedheal, un groupement séparatiste qui ne croyait pas au Home Rule. Selon les agents français, le Cumman na nGaedheal enseignait aux habitants dans les campagnes de se tourner vers la France pour se débarrasser des Britanniques. L’organisation comptait 15 000 hommes. Puis, il y avait la ligue Gaélique dont le but était surtout le rétablissement de l’usage de la langue gaélique dans le pays. Bien que la ligue n’eût pas de but politique à proprement parler, les Français s’étaient aperçus que d’autres organisations nationalistes essayaient de la contrôler, ce qui était tout à fait exact. La ligue comptait à peu près dix mille membres. Finalement, il y avait aussi l’United Irish League, une organisation essentiellement agraire dont le but était de s’opposer aux grands propriétaires terriens anglo-irlandais et aussi d’obtenir le Home Rule. La ligue comptait 10 000 hommes et était en faveur des Boers en Afrique du Sud. Cependant, les agents français étaient d’avis qu’elle était trop britannique malgré tout, mais qu’on pouvait habilement la changer en une organisation vraiment séparatiste 15. Bien entendu, les agents du deuxième bureau s’étaient rendus compte que les Irlandais étaient non seulement divisés entre nationalistes modérés et nationalistes extrémistes, mais aussi entre nationalistes et unionistes.

  • 16  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 20 novembre 1901.
  • 17  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapports des 15 octobre 1901 et 20 novembre 1901.
  • 18  Bell, France and Britain, 1900-1914, p. 24.

8Les Français signalèrent dans leurs rapports l’existence de l’ordre d’Orange qui représentait « le parti anglais en Irlande ». Bien que l’ordre comptât le chiffre impressionnant de 50 000 hommes dans ses rangs, les Français furent loin d’être impressionnés. Selon les agents, la majorité d’entre eux étaient des ouvriers brutaux et violents de Belfast. Pour terminer, une estimation des troupes qui s’opposeraient à l’armée française avait été faite. La milice irlandaise disposait de 30 000 hommes mais le deuxième bureau estima que 15 000 à 20 000 d’entre eux pouvaient être retirés aux Anglais « dans les trois mois suivant le commencement des hostilités » 16. Le mot « hostilités » est frappant car il suggère que les espions étaient en fait en train de préparer le terrain. Cette impression allait être confirmée au fil des rapports, comme il va être montré. Selon les agents, ces 15 000 à 20 000 hommes étaient des nationalistes et beaucoup d’entre eux soutenaient les Boers. Ils s’étaient engagés dans la milice pro-britannique soit à cause de raisons financières, soit parce qu’ils avaient été soûlés par des sergents-recruteurs. Le deuxième bureau avait repéré les régiments pro-britanniques : les 3e, 4e, 5e et 6e bataillons des Royal Inniskilling Fusiliers, les 3e, 4e, 5e et 6e bataillons des Royal Irish Rifles et les 3e, 4e et 5e bataillons des Irish Fusiliers 17. Mais, si les Irlandais étaient divisés entre eux, les Français l’étaient aussi. Théophile Delcassé dirigeait la politique étrangère au Quai d’Orsay et il s’efforçait de maintenir l’alliance franco-russe, de détacher l’Italie de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie et d’opérer un rapprochement avec la Grande-Bretagne. Cette tâche était fort difficile dans la mesure où il servit dans cinq gouvernements différents entre 1898 et 1905 18. Néanmoins, il réussit à renforcer l’alliance militaire avec la Russie et simultanément à apaiser les tensions avec la Grande-Bretagne.

  • 19  Allain (Jean-Claude), « L’affirmation internationale à l’épreuve des crises (1898-1914) », Jean-Cl (...)
  • 20  Milza (Pierre), Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, Armand Colin, 2003, p. 118.
  • 21  Kiesling (Eugenia C.), “France”, in Richard F. Hamilton & Holger H. Herwig (eds.), The Origins of (...)

9Il y avait aussi un courant pro-britannique en France, et en Grande-Bretagne certains politiciens tels Joseph Chamberlain commencèrent à évoquer la possibilité d’une entente cordiale avec la France. Quelques traités entre les deux pays furent signés, notamment concernant l’Afrique. C’était le début du « système Delcassé » 19. Pourtant, certains au sein du gouvernement à Paris n’étaient pas en faveur d’un rapprochement avec les Britanniques car l’humiliation de Fachoda n’avait pas été oubliée 20. En fait, il n’y avait pas d’unité d’opinion, ce qui constitue une faiblesse importante pour l’élaboration d’une politique étrangère cohérente. De plus, il pouvait être extrêmement dangereux d’exprimer son opinion lors du conseil des ministres car durant une discussion particulièrement houleuse, le ministre de la Guerre tenta d’étrangler le ministre de la Marine 21 ! Il apparait que les Britanniques n’avaient pas trop à se soucier des Français mais plutôt des Allemands et de leur nouvelle flotte. Cependant, était-ce bien le cas ?

Invasion

  • 22  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 5, rapport du 17 mars 1902.

10L’année 1902 semblait de bonne augure pour le deuxième bureau. La guerre en Afrique du Sud perdurait bien qu’il fût clair que les Boers ne vaincraient pas les Britanniques malgré les revers humiliants de ces derniers. Le 17 mars 1902, l’attaché militaire français à Londres envoya un rapport encourageant au gouvernement et au deuxième bureau à Paris. Il commença par dire que le roi Édouard VII, le nouveau monarque britannique, avait décidé d’annuler sa visite en Irlande, exaspéré par le fait que les trois quarts des paysans et presque tous les Irlando-Américains soutenaient ouvertement les Boers. Son rapport précisa que la situation dans le pays était extrêmement tendue. L’attaché militaire se demanda si la question irlandaise pouvait avoir des répercussions internationales sur l’Europe tôt ou tard. Sa réponse à sa propre question était « oui et non ». D’un côté, c’était « oui » car il pensait que la stratégie des séparatistes irlandais était d’encourager les Boers à persévérer dans leur lutte, le but étant d’épuiser les Britanniques. Si des troubles éclataient en Asie Centrale, en Afghanistan et en Perse où les Britanniques et les Russes étaient opposés, l’armée britannique serait, selon lui, dans une position désespérée. D’un autre côté, c’était « non » car il pensait qu’il y avait certains facteurs qui empêcheraient une rébellion à grande échelle d’avoir lieu en Irlande, rébellion qui aurait inéluctablement conduit à la défaite de la Grande-Bretagne sur la scène internationale. Il nomma deux facteurs importants : le manque d’argent et le manque d’armes parmi les républicains 22. Dans l’ensemble, le rapport de l’attaché militaire était une évaluation réaliste de la situation, évaluation qui incitait plutôt à la prudence. Un mois plus tard, en avril 1902, Paris reçut un autre rapport sur l’Irlande et les nouvelles étaient bonnes. En effet, le 3e bataillon du régiment des Munster Fusiliers était revenu d’Afrique du Sud. Ce bataillon était généralement plus connu sous le nom de South Cork Militia (la milice du sud de Cork).

  • 23  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 18 avril 1902.

11Lorsque le bataillon arriva à la caserne de la petite ville portuaire de Kinsale, il fut dissout car le régiment des Munster Fusiliers n’avait pas été exemplaire en Afrique du Sud. Selon l’agent français qui avait réussi à obtenir cette information, les soldats irlandais n’avaient jamais été envoyés au front et avaient été maintenus dans leur caserne pour faire des corvées sous la surveillance de détachements anglais 23. Peu de temps après, en septembre 1902, les agents du deuxième bureau à Dublin se virent remettre par des républicains un rapport très précis pour un débarquement français en Irlande. Il serait beaucoup trop long de l’évoquer en détail mais il est clair que les auteurs de ce plan de dix pages avaient minutieusement étudié les conditions sociales, politiques et militaires dans le pays. Selon eux, le meilleur endroit pour débarquer était la côte sud, plus précisément près des villes de Kinsale et Cork. Un premier débarquement d’une petite force aurait pour but de se diriger immédiatement vers l’ouest afin de créer un mouvement de diversion. Les stratèges escomptaient que l’armée britannique allait naturellement suivre les Français et leurs alliés irlandais dans cette direction. Un deuxième débarquement de 60 000 hommes, pas moins, aurait lieu peu de temps après, toujours à Kinsale et ses environs. Cette armée se dirigerait alors tout droit sur Dublin.

  • 24  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 20 septembre 1902.
  • 25  Gooch (John), “The weary titan: Strategy and policy in Great Britain, 1890-1918”, Williamson Murra (...)
  • 26  Ibid., p.   286.

12Le plan donnait aussi les principaux objectifs à atteindre et une estimation des forces britanniques 24. Tout cela semblait être faisable en théorie, mais deux remarques viennent à l’esprit. Premièrement, il n’est pas évident que le port de Kinsale fût en mesure d’accueillir une armée de la taille envisagée et tout son matériel. N’oublions pas non plus le nombre de bateaux nécessaires pour une telle opération. Deuxièmement, les républicains n’avaient fait aucune mention de la Royal Navy. Peut-être pensaient-ils que c’était à l’amirauté française de régler ce détail ? Détail fort préoccupant du reste ! Il est vrai, bien sûr, que la marine française avait réussi à éviter la Royal Navy à deux reprises en 1796 et en 1798. Cependant, la Royal Navy du début du vingtième siècle, était-elle aussi puissante qu’on ne le prétendait ? La réponse semble être non. En effet, en 1889, après des manœuvres navales, la Royal Navy avait conclu qu’elle n’était pas en mesure de protéger efficacement la marine marchande britannique, essentielle à la survie du pays, contre une attaque de la flotte française. Ceci préoccupa les chefs du renseignement naval. Mais, il y avait pire. Douze ans plus tard, en 1901, les choses n’avaient pas évolué. L’amiral Lord Walter Kerr, chef de l’amirauté, ne voyait pas l’intérêt de faire des manœuvres navales afin de se préparer contre une éventuelle attaque allemande cette fois-ci. Il dit : « Ce n’est pas la peine de s’interroger sur ce qui pourrait se passer dans un avenir incertain ! » 25 L’avenir était effectivement incertain car en 1901 ce n’était pas du côté de la mer du Nord qu’il fallait regarder mais du côté de la Manche… Les choses n’allèrent vraiment pas en s’arrangeant car la stratégie de la Royal Navy demeurait remarquablement vague en cas de guerre, ce dont se plaignirent certains officiers. Lorsqu’en 1904, Sir John Fisher remplaça Kerr à l’amirauté, rien ne changea car la stratégie de Fisher se résuma par sa maxime préférée : « Frappez les premiers, frappez fort, et frappez partout. » 26 Si le renseignement militaire français avait été au courant de la situation de la Royal Navy, cela aurait pu encourager certains esprits à Paris de venger l’humiliation de Fachoda. Qu’en était-il de la défense de l’Irlande ? La situation peut être très succinctement résumée en un seul mot : désastreuse.

  • 27  Muenger (Elizabeth A.), The British military dilemma in Ireland; occupation politics, 1886-1914, L (...)
  • 28  Ibid., p. 112.
  • 29  Ibid., problème traité à travers cet ouvrage.
  • 30  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 3, rapport du 20 novembre 1901 et chemise 7, rappo (...)

13Avant 1890, il n’y avait pas souvent de manœuvres militaires. En 1892, après quelques manœuvres, le général Garnet Wolseley écrivit au duc de Cambridge que l’artillerie avait perdu de nombreux canons à cause d’erreurs tactiques. Quant à l’infanterie, elle était éparpillée à travers tout le pays et ne savait quoi faire. La conclusion du général était que les officiers supérieurs avaient besoin de prendre des cours de stratégie ! 27 Autrement dit, en cas d’invasion, l’armée britannique ne ferait pas le poids. Une dizaine d’années plus tard, on en était toujours au même point. En 1901, le duc de Connaught, nouveau commandant en chef des armées britanniques en Irlande, écrivit au Lord Roberts : « Il y a, comme vous le savez, un manque très important en hommes en Irlande en ce moment précis et ceci est en soi un grand encouragement pour les ennemis de l’Angleterre. » 28 Sur ce, Connaught quitta son commandement pour un voyage en Inde de quatre mois… Pour finir, il y avait aussi pour le commandement britannique la question brûlante de savoir si on pouvait faire confiance aux troupes irlandaises dans l’armée en cas de guerre. Ceci préoccupa les généraux anglais jusqu’au début de la Première Guerre mondiale en 1914 29. Le deuxième bureau s’était rendu compte de ce problème 30.

  • 31  SHD/DAT, 7 N 1230-1231, attachés militaires, chemise 3, rapport du 27 octobre 1902.
  • 32  Idem.
  • 33  Maume (Patrick), The Long Gestation; Irish Nationalist Life 1891-1918, Dublin, Gill and Macmillan, (...)
  • 34  SHD/DAT, 7 N 1231, attachés militaires, chemise 5, rapport du 27 octobre 1902.

14Quoi qu’il en soit, le deuxième bureau n’avait pas attendu le plan de débarquement des républicains irlandais comme le démontre un rapport rédigé en octobre 1902. En effet, durant l’été, les Français avaient étudié les meilleurs endroits possibles pour un débarquement dans le sud de l’Irlande. En fait, ils étaient plus ou moins arrivés aux mêmes conclusions que les républicains. Mais ils avaient repéré quatre points de débarquement : Ballycotton Bay, Courtmacsherry Bay, Kinsale Harbour et Oyster Haven. Ils envisagèrent un seul débarquement massif ou alors, au contraire, plusieurs débarquements simultanés, très probablement pour éviter un engorgement d’hommes et de matériel au même endroit. Ils soulignèrent que si Dublin était l’objectif final, Ballycotton Bay serait le meilleur endroit dans la mesure où des routes très proches menaient à Fermoy, Lismore et finalement à la capitale. Si la ville de Cork était l’objectif principal, alors pas seulement Ballycotton Bay mais aussi Courtmacsherry et Kinsale seraient les meilleures options 31. Il y avait encore un autre facteur très encourageant. Le nombre de soldats irlandais servant dans l’armée britannique était en forte baisse. En janvier 1900, il s’élevait à 37 316 hommes. En avril 1902, il avait baissé jusqu’à 16 837 hommes. Les Français avancèrent comme explication à cette baisse spectaculaire notamment l’influence de l’association Inghinidhe na hEireann, les filles de l’Irlande, fondée par les républicaines Maud Gonne et la comtesse Constance Markievicz. L’association soutenait le séparatisme et boycottait tout Irlandais qui s’enrôlait dans l’armée britannique 32. Il y avait aussi un autre facteur que les Français n’avaient pas mentionné : la peur de l’armée. Durant la guerre en Afrique du Sud, de nombreux jeunes décidèrent d’émigrer, convaincus que la conscription serait bientôt imposée afin de remplacer les pertes britanniques 33. Finalement, le rapport donna une précision des plus intéressantes : « Pour revenir à l’appui réel que trouverait un corps de débarquement dans le pays, je dois noter cette réponse qui nous a été faite chaque fois que, bien à l’abri sous une nationalité d’emprunt, nous interrogions une notabilité nationaliste quelconque sur les chances d’un débarquement franco-russe en Irlande : "si l’envahisseur veut être suivi, qu’il donne de suite aux Irlandais un uniforme, un armement, une organisation militaire et des cadres, même étrangers, l’on aura d’excellents soldats".» 34

  • 35  Milza, Les relations internationales de1871 à 1914, p. 123.
  • 36  Villate, La république des diplomates, p. 197-198.
  • 37  Allain, « L’affirmation internationale à l’épreuve des crises (1898-1914) », p. 691.

15Les Russes en Irlande... Était-ce une possibilité ? Il ne faut pas oublier qu’à cette époque il y avait des tensions entre la Grande-Bretagne et la Russie concernant l’Afghanistan, la Perse et le Tibet 35. Les Russes n’étaient pas les amis des Britanniques. Une coopération franco-russe en Irlande n’était alors pas si improbable que ça d’autant plus qu’en février 1901, Paul Cambon, à sa plus grande surprise, avait été informé par Théophile Delcassé que le « chef d’état-major [français] était à Petersbourg pour élaborer des plans de défense, non seulement contre l’Allemagne mais contre l’Angleterre » 36. Il est vrai qu’en juillet 1900, le général Pendezec, le chef d’état-major, s’était rendu en Russie pour s’entretenir avec son homologue russe, le général Sakharov. Pendezec avait suggéré le plan suivant : si la France était attaquée par la Grande-Bretagne, alors la Russie enverrait 300 000 hommes en Afghanistan afin de menacer la frontière de l’Inde, le joyau de l’Empire britannique ; si la Russie était attaquée, alors la France concentrerait 150 000 hommes sur sa côte du nord-ouest afin de menacer le sud de l’Angleterre. Les Russes avaient été d’accord 37. Mais en pleine guerre des Boers, l’on est en droit de se demander si ces plans n’étaient pas plutôt de nature offensive car on voit mal la Grande-Bretagne attaquer la France ou la Russie à ce moment-là. Par ailleurs, ce ne serait pas la première fois que la Russie impériale montrerait son intérêt vis-à-vis de l’Irlande. En effet, en 1885, William O’Brien, membre du Parti nationaliste, avait été sondé par un émissaire russe à Londres. L’émissaire voulait obtenir l’approbation de Charles Stewart Parnell, alors chef du parti, pour « une flotte russe de volontaires » afin de transporter 5 000 Irlando-Américains en Irlande et déclencher un soulèvement. Parnell n’avait pas été intéressé et avait répondu à O’Brien : « Le Russe échappera peut-être à la potence – mais pas toi ni moi. ».

  • 38  Campbell (Christy), Fenian Fire. The British Government Plot to Assassinate Queen Victoria, London (...)
  • 39  Lugan (Bernard), La Guerre des Boers, 1899-1902, Paris, Perrin, 1998, p. 224-252.
  • 40  National Archives (Dublin), “Chief Secretary’s Office, Crime Branch Special 1899-1920”, no 23489/S (...)
  • 41  McCracken (Donal P.), MacBride’s brigade; Irish Commandos in the Anglo-Boer War, Dublin, Four Cour (...)

16Certains Russes furent impliqués dans d’autres contacts avec les républicains irlandais, notamment aux États-Unis 38. Mais, les services secrets britanniques étaient au courant des relations occultes entre les Français, les Russes et les Irlandais. Comme nous l’avons vu, l’opinion publique française était largement en faveur des Boers. Des comités de soutien virent le jour comme, par exemple, le comité français des Républiques sud-africaines dans lequel étaient impliqués certains membres de l’Action française, tel Lucien Millevoye, journaliste ultra-nationaliste 39. Il n’était alors pas bien étonnant que des républicains irlandais vivaient à Paris et étaient actifs dans des cercles pro-Boers. Maud Gonne était l’une d’entre eux. Elle éditait également un bulletin nationaliste appelé L’Irlande Libre et était la maîtresse de Millevoye avant d’épouser le très républicain John MacBride, qui avait organisé une brigade de volontaires irlandais pour soutenir les Boers. La branche spéciale de la police irlandaise pro-britannique savait que MacBride et Gonne « travaillaient à Paris dans le but d’obtenir la permission du gouvernement français d’établir une brigade irlandaise dans cette ville » 40. Au début, Millevoye n’était pas particulièrement impressionné par les républicains. En 1896, il avait déclaré à Maud Gonne : « Tes révolutionnaires irlandais ne sont qu’un groupe de farceurs. » 41 Peut-être, mais c’était en 1896. Maintenant, il y avait une guerre en cours en Afrique du Sud. De leur côté, les Britanniques ne prirent aucun risque. La branche spéciale rapporta à Londres que Maud Gonne était parmi les « conspirateurs les plus dangereux » et qu’on devait la prendre en filature.

  • 42  Public Record Office (Londres maintenant appelé National Archives) ; CO904/202/166A, Maud Gonne’s (...)
  • 43  Ibid.

17Le ministère aux Affaires irlandaises ordonna au commandant Gosselin de la branche spéciale de trouver qui étaient les associés et correspondants de Gonne à Paris et ailleurs sur le continent, et également de trouver d’où venait l’argent pour financer ses activités. Gosselin alla voir Sir John Ardagh du renseignement militaire britannique qui lui confia qu’il avait un indicateur auprès de Gonne. Gosselin remarqua qu’il ne croyait pas que les gouvernements français et russe finançaient les républicains irlandais. Mais Ardagh n’en était pas si sûr et répondit : « Oui, cela est parfaitement exact en ce qui concerne le gouvernement russe, le Tsar et son Ministre des Finances, mais vous devez garder à l’esprit qu’il y a plusieurs fonds pour les services secrets russes et qu’ils agissent tous de manière indépendante. Par exemple, le département militaire peut parfaitement faire des dépenses sans que le Tsar ne le sache. » 42 Lors de la conversation, Gosselin apporta une précision intéressante. Il dit qu’un homme appelé Raffalovich de l’ambassade russe à Paris avait « une sœur qui était mariée avec un agitateur irlandais bien connu ». Ardagh répondit qu’il le savait et dit : « Oui, je connais bien cet homme – un juif polonais et un ennemi juré de l’Angleterre. » 43 L’agitateur en question n’était personne d’autre que William O’Brien, l’ancien bras droit de Parnell qui avait été contacté par cet émissaire russe à Londres en 1885. Sa femme était Sophie Raffalovich qui l’avait aidé financièrement dans ses campagnes politiques en faveur du Home Rule.

  • 44  Doise (Jean) et Vaïsse (Maurice), Diplomatie et outil militaire, Paris, Imprimerie nationale, 1987 (...)

18Cependant, les plans établis par les républicains irlandais et le deuxième bureau avaient un point faible commun : ils n’évoquaient pas l’aide que devrait apporter, bien évidemment, la marine française. Or, il n’y avait pas vraiment de stratégie commune entre la marine et l’armée en France. Les navires n’étaient pas des plus modernes et de plus, comme pour la Royal Navy, la Marine nationale souffrait de désorganisation. Le ministère de la Marine ne disposait même pas d’un état-major pour étudier des plans de guerre. Il faudra attendre 1902 pour que cela soit le cas. En fait, pour la période qui nous concerne, la marine était en phase de restructuration 44. Les archives du département marine du Service historique de la Défense à Vincennes ne contiennent pas de plan de soutien aux plans du deuxième bureau.Malheureusement pour ces militaires et politiciens français qui brûlaient d’impatience de prendre leur revanche sur la Perfide Albion après Fachoda, le roi Édouard VII décida de tendre la main à l’amitié à la France.

Déception

  • 45  Guiffan (Jean), Histoire de l’anglophobie en France, Rennes, Terre de Brume, 2004, p. 156-157.

19Le 1er mai 1903 fut le commencement d’un bouleversement dans les relations internationales en Europe qui frappa de plein fouet l’Irlande nationaliste. Le roi d’Angleterre, Édouard VII, arriva en France pour une visite d’ État. Juste avant son arrivée, l’ambassadeur d’Allemagne à Paris écrivit au prince von Bülow, maintenant chancelier à Berlin : « Plus se rapproche la visite du Roi Édouard, plus les journaux français s’opposent au rapprochement [franco-britannique]. » 45 À première vue, cela semblait bien être le cas car le roi se fit copieusement conspuer et siffler par la foule parisienne qui scanda : « Vive Marchand ! », « Vive les Boers ! ». Mais Édouard VII avait un sens inné de la diplomatie et était un expert en ce que l’on appelle aujourd’hui les relations publiques. Il réussit à changer un climat de franche hostilité en un climat de franche amitié et admiration. « Vive le Roi ! », crièrent les Parisiens à son départ… Le rapprochement franco-britannique était en phase de réalisation, créant la consternation en Allemagne. Quelles furent les raisons de ce changement en relations internationales ? Brièvement, Londres appréhendait la nouvelle politique navale de l’empereur Guillaume II et son amiral Alfred von Tirpitz, capable de menacer directement la Grande-Bretagne et son empire. Petit à petit, l’opinion publique britannique devenait de plus en plus germanophobe. Ceci pava la voie pour l’Entente Cordiale, qui fut signée par la France et la Grande-Bretagne le 8 avril 1904.

  • 46  Hünseler, Das Deutsche Kaiserreich und die Irische Frage, 1900-1914, p. 124-125.

20Cette Entente n’était pas à proprement parler une alliance militaire mais il était évident que les deux pays allaient coopérer. Pour les républicains irlandais, ce fut un sérieux revers. Il leur fallait maintenant trouver une autre puissance étrangère susceptible de les aider. Cette puissance allait être l’Allemagne. En 1909, le journal irlandais Kilkenny People rapporta que John MacBride espérait que si les Allemands envahissaient la Grande-Bretagne, ils enverraient aussi 100 000 fusils et de l’artillerie en Irlande pour la libération du pays 46. Cette collaboration entre les républicains et les Allemands allait aboutir au soulèvement de Pâques à Dublin en avril 1916.

  • 47  AMAE, Grande-Bretagne, politique intérieure, question d’Irlande, 1897-1914, vol. 4, Bossuet à d’Or (...)
  • 48  Le Braz (Anatole), Voyage en Irlande, au Pays de Galles et en Angleterre, Rennes, Terre de Brume, (...)

21Un incident mineur mais en fait très représentatif du changement d’attitude des Français vis-à-vis des nationalistes et républicains irlandais eut lieu à Fontenoy en Belgique, un endroit extrêmement symbolique de l’amitié franco-irlandaise. C’était ici qu’en 1745 le maréchal de Saxe à la tête de l’armée française vainquit les troupes des alliés anglais, autrichiens et néerlandais sous le commandement du duc de Cumberland. La victoire française n’eut lieu qu’à la fin de la bataille lorsque les régiments d’exilés irlandais au service du roi Louis XV chargèrent les Anglais. Depuis lors, Fontenoy était devenu un haut lieu de la culture nationaliste irlandaise et il y avait des commémorations tous les ans avec la participation d’Irlandais mais aussi de Français. Mais depuis la signature de l’Entente Cordiale, Fontenoy était soudainement devenu un embarras diplomatique pour Paris. Le 3 août 1907, le consul de France à Tournai envoya un rapport sur la commémoration annuelle à l’ambassadeur le comte d’Ormesson à Bruxelles. Il souligna que des nationalistes avaient l’intention d’inaugurer un monument dédié à la bataille et aux soldats irlandais tombés. Il s’agissait d’une croix celtique que l’on voit toujours aujourd’hui au centre du village. Il rappela à l’ambassadeur qu’André Géraud du Quai d’Orsay, spécialiste des affaires irlandaises, avait conseillé aux citoyens français de ne plus participer aux cérémonies de Fontenoy. Il écrivit : « C’était à l’époque de la visite du Roi d’Angleterre en France, en vue de l’Entente Cordiale, et la réserve de M. Géraud paraît [?] avoir d’autant mieux inspiré qu’en fait la manifestation fut une démonstration essentiellement anglophobe. » Quelques jours plus tard, d’Ormesson répondit que les consignes de Géraud devaient être maintenues 47. Les nationalistes irlandais eux-mêmes, d’ailleurs, avaient remarqué ce changement d’attitude chez les autorités françaises. Anatole Le Braz, écrivain breton, s’était rendu en Irlande en avril-mai 1905 et avait pu constater l’importance du souvenir de la bataille de Fontenoy dans les milieux nationalistes. Il rapporta l’anecdote suivante. Apparemment, le maire de Dublin avait invité le consul de France à assister à une commémoration de la bataille. Gêné, le consul répondit qu’il ne pouvait accepter de peur d’offenser la Grande-Bretagne, ce à quoi, le maire répliqua : « Oui, si l’Angleterre vous avait invité à assister à la commémoration de Waterloo, vous y seriez allé… » 48

Conclusion

22Finalement, il convient de répondre à la question suivante : en fin de compte, est-ce que ces plans de débarquement et d’invasion de l’Irlande étaient sérieux ou alors faisaient-ils partie d’opérations de reconnaissance menées régulièrement par le deuxième bureau ou constituaient-ils des exercices militaires théoriques ? Il y a des indices. En ce qui concerne les militaires français, ils perdirent tout intérêt dans les républicains irlandais immédiatement après la signature de l’Entente Cordiale en 1904. Ceci est très clair dans les archives militaires à Vincennes comme le montre le manque soudain de papiers concernant l’Irlande. En effet, il n’y a plus de document intéressant jusqu’en 1912 environ, année à partir de laquelle on semble se diriger vers une guerre civile entre paramilitaires nationalistes et unionistes à cause du Home Rule. En outre, il semble peu probable que des agents français se soient donné tant de peine dans leurs missions en Irlande pour de simples missions de reconnaissance ou d’exercices théoriques. De plus, des enquêtes concernant la possible réaction du peuple irlandais à un débarquement franco-russe incitent à penser qu’une invasion était sérieusement étudiée. Tout ceci peut constituer la preuve que certains militaires et politiciens français avaient bel et bien flirté avec l’idée d’attaquer la Grande-Bretagne pendant la guerre des Boers. L’occasion était trop belle de porter le coup de grâce à un rival colonial puissant et d’essuyer l’affront de Fachoda. Mais, du côté français, les documents semblent manquer pour étayer cette thèse de manière qui ne laisse aucun doute. Peut-être n’ont-ils jamais existés d’ailleurs.

  • 49  Morris (Edmund), “A matter of extreme urgency: Theodore Roosevelt, WilhelmII, and the Venezuela Cr (...)
  • 50  Public Record Office (National Archives, Londres), CO904/208/258, dossier MacBride, rapport du com (...)

23Comme l’a dit le baron Hermann Speck von Sternburg, l’ambassadeur d’Allemagne à Washington au début du XXe siècle qui était en contact avec des groupements républicains irlando-américains : « [Il y a des renseignements] dont il vaut mieux parler plutôt que d’écrire. » 49 Pas de preuve absolue alors ? Peut-être pas du côté français, mais qu’en est-il du côté britannique ? C’est ainsi que les archives nationales à Londres contiennent un document extrêmement révélateur. Le commandant Gosselin de la branche spéciale avait réussi à infiltrer le Clan na Gael, une organisation républicaine irlandaise aux États-Unis. En décembre 1900, un de ses agents avait assisté à une réunion secrète à laquelle participait John MacBride qui venait d’arriver d’Afrique du Sud en passant par Paris. Voici ce que l’agent britannique rapporta : « Dans son discours aux divers camps [du Clan na Gael] rassemblés dans des réunions secrètes, McBride [sic] fit allusion aux sentiments de la France et mentionna que récemment il avait été présenté au ministre principal [sic] du gouvernement à Paris par un député bien connu. La question que lui posa le ministre était ce que les Irlandais seraient prêts à faire dans, par exemple, six mois, ou alors quand ce pays [la France] aurait recours à eux. C’est ça, continua McBride [sic] que je suis venu vous demander ici pour que je puisse montrer au ministre ce que nous pouvons faire. » 50

24Le « député bien connu » dont parla MacBride fut probablement Lucien Millevoye. Quant au « ministre principal », terme ambigu, MacBride semble avoir fait allusion au président du Conseil, dans ce cas-ci, vu la date, René Waldeck-Rousseau. Certes, il apparait peu crédible qu’un ultranationaliste de droite comme Millevoye, si cela avait été lui, ait eu des relations occultes, pour ainsi dire, avec Waldeck-Rousseau, un politicien de gauche. Seulement voilà, le document de la branche spéciale cadre tout à fait dans la logique des choses et complémente ceux du deuxième bureau trouvés aux archives militaires à Vincennes. N’oublions pas non plus que l’ambassade d’Allemagne à Paris avait eu vent de l’affaire. Il s’agit donc bien de la « dimension quasi-manquante » dont parle à très juste titre le professeur Christopher Andrew.

Haut de page

Notes

1  Andrew (C.) & Dilks (D.) (eds.), The Missing Dimension: Government and Intelligence Communities in the Twentieth Century, London, Macmillan, 1984, p. 1-2.

2  Venier (Pascal), “French foreign policy and the Boer War” in Keith Wilson (ed.), The International Impact of the Boer War, Chesham, Acumen, 2001, p. 65-78.

3  Bell (P.M.H.), France and Britain, 1900-1940 ; entente and estrangement, London, Longman, 1996, p. 9-10.

4  Villate (Laurent), La République des diplomates ; Paul et Jules Cambon, 1843-1935, Paris, Science Infuse, 2003, p. 216 et 213.

5  AMAE, correspondance politique et commerciale 1897-1918, nouvelle série, Transvaal-Orange, no 11, consulat de France à Dublin au Quai d’Orsay, 18 novembre 1899.

6  Ibid., vol. 22, Paul Cambon à Théophile Delcassé, le 11 mars 1902.

7  Guillen (Pierre), L’expansion, 1881-1898, Paris, Imprimerie nationale, 1985, p. 283.

8  AMAE, Grande-Bretagne, politique intérieure, question d’Irlande, 1897-1914, vol. 4, p. 47, Paul Cambon à Théophile Delcassé, le 10 juin 1899.

9  Villate, La République des diplomates, p. 217.

10  Bell, France and Britain, 1900-1914, p. 14-15.

11  Andrew (Christopher), Secret Service; the making of the British intelligence community, London, Heinemann, 1985, p. 34.

12  Hünseler (Wolfgang), Das Deutsche Kaiserreich und die Irische Frage, 1900-1914, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1978, p. 119 et note de bas de page no2, p. 119.

13  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 6, rapport du 30 septembre 1903.

14  Murphy (John A.) (ed.), The French are in the Bay: the expedition to Bantry Bay, 1796, Cork, 1997.

15  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 3, rapports des 15 octobre 1901 et 20 novembre 1901.

16  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 20 novembre 1901.

17  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapports des 15 octobre 1901 et 20 novembre 1901.

18  Bell, France and Britain, 1900-1914, p. 24.

19  Allain (Jean-Claude), « L’affirmation internationale à l’épreuve des crises (1898-1914) », Jean-Claude Allain (et al.), Histoire de la diplomatie française, Paris, Perrin, 2005, p. 686, p. 688, p. 696-697 et p. 701.

20  Milza (Pierre), Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, Armand Colin, 2003, p. 118.

21  Kiesling (Eugenia C.), “France”, in Richard F. Hamilton & Holger H. Herwig (eds.), The Origins of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 260-262 & footnote 150 p. 262.

22  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 5, rapport du 17 mars 1902.

23  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 18 avril 1902.

24  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, rapport du 20 septembre 1902.

25  Gooch (John), “The weary titan: Strategy and policy in Great Britain, 1890-1918”, Williamson Murray, MacGregor Knox, Alvin Bernstein (eds.), The Making of strategy; Rulers, states and war, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p.  285-286.

26  Ibid., p.   286.

27  Muenger (Elizabeth A.), The British military dilemma in Ireland; occupation politics, 1886-1914, Lawrence, University Press of Kansas, 1991, p. 24.

28  Ibid., p. 112.

29  Ibid., problème traité à travers cet ouvrage.

30  SHD/DAT, 7 N 1230, attachés militaires, chemise 3, rapport du 20 novembre 1901 et chemise 7, rapport du 18 avril 1902 ; 7 N 1231, chemise 5, rapport du 2 mars 1902.

31  SHD/DAT, 7 N 1230-1231, attachés militaires, chemise 3, rapport du 27 octobre 1902.

32  Idem.

33  Maume (Patrick), The Long Gestation; Irish Nationalist Life 1891-1918, Dublin, Gill and Macmillan, 1999, p.28.

34  SHD/DAT, 7 N 1231, attachés militaires, chemise 5, rapport du 27 octobre 1902.

35  Milza, Les relations internationales de1871 à 1914, p. 123.

36  Villate, La république des diplomates, p. 197-198.

37  Allain, « L’affirmation internationale à l’épreuve des crises (1898-1914) », p. 691.

38  Campbell (Christy), Fenian Fire. The British Government Plot to Assassinate Queen Victoria, London, Harper Collins, 2003, p. 159.

39  Lugan (Bernard), La Guerre des Boers, 1899-1902, Paris, Perrin, 1998, p. 224-252.

40  National Archives (Dublin), “Chief Secretary’s Office, Crime Branch Special 1899-1920”, no 23489/S, rapports des 03/12/1900 & 14/09/1900.

41  McCracken (Donal P.), MacBride’s brigade; Irish Commandos in the Anglo-Boer War, Dublin, Four Courts Press, 1999, p. 78.

42  Public Record Office (Londres maintenant appelé National Archives) ; CO904/202/166A, Maud Gonne’s file, rapports des 30 octobre 1900, 14 novembre 1900, 20 novembre 1900 et résumé non-daté des activités de Maud Gonne, p. 131.

43  Ibid.

44  Doise (Jean) et Vaïsse (Maurice), Diplomatie et outil militaire, Paris, Imprimerie nationale, 1987, p. 120-126.

45  Guiffan (Jean), Histoire de l’anglophobie en France, Rennes, Terre de Brume, 2004, p. 156-157.

46  Hünseler, Das Deutsche Kaiserreich und die Irische Frage, 1900-1914, p. 124-125.

47  AMAE, Grande-Bretagne, politique intérieure, question d’Irlande, 1897-1914, vol. 4, Bossuet à d’Ormesson, le 3 août 1907 et Quai d’Orsay à Bossuet, le 10 août 1907.

48  Le Braz (Anatole), Voyage en Irlande, au Pays de Galles et en Angleterre, Rennes, Terre de Brume, 1999, p. 147-148. L’auteur remercie le professeur Jean Guiffan pour cette précision.

49  Morris (Edmund), “A matter of extreme urgency: Theodore Roosevelt, WilhelmII, and the Venezuela Crisis of1902 – United States-Germany conflict over alleged German expansionistic efforts in Latin America”, The Naval War College Review, spring  2002, www.findarticles.com (consulté le 4octobre2004).

50  Public Record Office (National Archives, Londres), CO904/208/258, dossier MacBride, rapport du commandant Gosselin, le 2  janvier  1901, concernant la réunion du Clan na Gael du 16  décembre  1900.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Aan de Wiel, « Le deuxième bureau et les républicains irlandais, 1900-1904 : contacts, invasion et déception », Revue historique des armées, 253 | 2008, 74-85.

Référence électronique

Jérôme Aan de Wiel, « Le deuxième bureau et les républicains irlandais, 1900-1904 : contacts, invasion et déception », Revue historique des armées [En ligne], 253 | 2008, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/4632

Haut de page

Auteur

Jérôme Aan de Wiel

Docteur en histoire, il est actuellement professeur associé au département d’histoire à l’université de Cork en Irlande. Il a notamment publié : The Catholic Church in Ireland, 1914-1918: War and Politics (Dublin : Irish Academic Press, 2003) et The Irish Factor, 1899-1919; Ireland’s strategic and diplomatic importance for foreign powers (Dublin: Irish Academic Press, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org