Navigation – Plan du site
Vincennes

L’émergence du culturel. La Société des amis de Vincennes et les musées

Luce Gaume
p. 99-110

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Avec les destructions volontaires commises par les Allemands en déroute à l’été 1944, le dieu de la guerre semble s’être acharné sur une emprise qu’il sentait lui échapper. Depuis le début du XXe siècle, en effet, le château se dégage peu à peu de son image et de son statut exclusifs de place forte. Anticipant sur la renaissance architecturale qui suivra la Libération, quelques hommes de bonne volonté ont déployé ici une énergie passionnée pour assurer la transition entre le « Vieux fort », centre technique et administratif militaire, et le « Versailles de l’est ».

1902-1913 : le fort de Vincennes est un château !

2En septembre 1913, juste après l’extension du classement au titre des monuments historiques de toutes les parties médiévales du château ainsi que des façades des pavillons classiques 1, le ministre de la Guerre, affectataire du donjon depuis 1815, autorisait sa concession temporaire à l’administration des Beaux-Arts. La mesure, qui incluait les « emplacements nécessaires pour donner au public accès audit donjon », n’entraînait aucune redevance et « ne serait suspendue que si des nécessités impérieuses de service ou de défense nationale venaient à l’exiger » 2.Ce premier recul de l’emprise militaire était le résultat déjà de vingt années d’études, de discussions et de pressions.

3Un dimanche de février 1902, un groupe de la Société des amis des monuments parisiens et des arts avait été autorisé à visiter le donjon, et accueilli très cordialement par le général Clément, commandant l’artillerie de Vincennes 3. Quelques comptes rendus de journaux et plusieurs articles de L’ami des monuments, signés Yvan d’Assof, s’ensuivirent. Derrière cet Yvan se cachait le vicomte François de Fossa, qui s’était pris de passion pour le château lors de son affectation en 1890 à Vincennes comme jeune lieutenant d’artillerie 4. Dès lors, il s’était mis en tête de « faire sortir le monument de l’oubli », plongeant au sein des archives, notamment celles du génie, et réunissant une documentation telle qu’il proposait dès 1901 un ouvrage historique au directeur de la Librairie 5. La visite de 1902 marqua le début d’une série de conférences, assurées par de Fossa lui-même 6 et d’autres historiens. Bientôt les édiles relayèrent cet intérêt tout neuf : le 6 avril 1905, le conseil municipal de Vincennes émit un « vœu tendant à ce que l’enceinte et le donjon soient cédés à l’administration des Beaux-Arts en vue d’une transformation en musée », vœu agréé par le département de la Guerre l’année suivante, à deux conditions : que la ville aménagerait la zone visitable en enclave, et qu’elle prendrait en charge la construction d’un local pour le dépôt des armes et effets d’équipement emmagasinés au donjon 7. Une commission multipartite fut demandée au printemps suivant par le préfet 8 pour donner un cadre officiel et plus efficace aux discussions car, la question de la répartition des financements venant à se poser, le ton durcissait entre les deux sous-secrétaires d’État concernés, Henri Chéron pour la Guerre et Dujardin-Beaumetz pour les Beaux-Arts, venu visiter le château le 18 octobre 1908.

Au secours des décideurs : la Société des amis de Vincennes

4Manifestement, il fallait épauler les décideurs. Le capitaine de Fossa se mit en campagne : la Société des amis de Vincennes (SAV) qu’il créa en 1910, se réservant le titre modeste de secrétaire général, serait le fer de lance de son action. Recrutés par cooptation, les membres composèrent d’emblée une société équilibrée et influente. On y trouvait aussi bien des grands noms que des savants reconnus, des officiers de la garnison de Vincennes, des notables de la ville, sans oublier les financiers et bien sûr les politiques 9. À ce bataillon en ordre de marche, il fallait un objectif. Qu’en était-il au juste de cet introuvable château, camouflé sous une appellation de caserne ? Au « Vieux fort », le xixe siècle avait abondamment bâti, ajoutant peu à peu au pavillon des armes, seul morceau d’architecture issu du projet napoléonien de cité militaire 10, de nombreuses constructions, baraquements, abris, écuries, casernes, dispersés dans l’enceinte au gré des besoins. Pour les bâtiments existants aussi, la conception utilitariste avait prévalu, guidant les travaux sur le donjon transformé en magasin d’artillerie. En dépit de quelques restaurations sur ses façades (l’encorbellement en particulier), un seul bâtiment suscita un intérêt d’ordre esthétique : la Sainte-Chapelle, classée « monument historique » en 1853 et confiée aux soins de Viollet-Leduc11. Les Beaux-Arts occupaient la place mais, si l’essentiel avait été sauvegardé à l’aube du xxe siècle, il manquait à l’évidence une compréhension d’ensemble d’un monument dont le public ignorait encore tout. Personne ne se souciait des bâtiments Louis XIV et les nécessités de l’autorité affectataire pouvaient à tout moment justifier des destructions partielles ou totales : témoins la suppression du portique Le Vau ou l’installation d’entresols dans les pavillons classiques.

5Dès lors, le programme des Amis de Vincennes était fixé : mettre fin à l’utilisation « scandaleuse » d’un joyau de l’histoire comme caserne et magasins, et l’ouvrir au public. « Il faut que la forteresse soit définitivement rattachée au ministère des Beaux-Arts et ne puisse jamais redevenir un arsenal. Et lorsqu’elle aura atteint ce résultat, la Société des amis de Vincennes aura encore à obtenir que les abords du donjon soient débarrassés des affreuses constructions, logis et casemates, élevées par le génie pendant le xixe siècle » : voici ce qu’en 1912 annonçait la préface d’une innocente notice archéologique du capitaine de Fossa 12.

Un plan d’opération

6Les premières avancées obtenues à partir de 1910 grâce aux interventions à la Chambre du député de la Seine Deloncle – évacuation du matériel d’artillerie du donjon en 1910 et 1911, double promesse de cession par la Guerre et de classement par les Beaux-Arts en mars 1911 13 –, entraînèrent de nouvelles revendications. Le 18 mai 1912, l’École des chartes étrennait au donjon un registre mis en place par la Société des amis de Vincennes pour « servir de liste de pétition auprès des pouvoirs publics » 14 ; pratiquant la politique du fait accompli, celle-ci favorisait ainsi un accès massif et anticipé du public au donjon, cause à la fois de gêne pour l’autorité militaire et de dégradation du monument 15, mais argument pour l’établissement d’un gardiennage sérieux et l’organisation d’un circuit de visite raisonné et étanche. Mais chacune des parties plaidant pour un circuit de visite différent 16, au nom de critères techniques, historiques ou esthétiques, les discussions avec les autorités militaires s’étirèrent sur deux ans, jusqu’à ce que, en octobre 1912, le commandant d’armes décidât la suppression brutale du permis de visite, en raison d’une affluence qu’il ne se jugeait pas chargé d’organiser (400 à 500 personnes chaque jeudi et dimanche). Puis il interdit en janvier suivant à la Société des amis d’organiser dans la chapelle une exposition de souvenirs du château. La colère des commerçants et des édiles, la presse régionale s’indignant de la déception des « aspirations les plus légitimes de la population de la banlieue est », ainsi que de discrètes négociations entre la Société et le ministre de la Guerre Ėtienne, hâtèrent l’accord final de cession : entré directement par le 1erétage du donjon, le public sortirait par l’escalier d’honneur du châtelet, qu’on relierait au donjon par une passerelle. La commission des monuments historiques entreprit aussitôt des travaux confiés à l’architecte André Ventre 17 : réouverture des grandes fenêtres en façade sud et surtout de la porte du premier étage en façade sud-est. Mais les circonstances rendirent cette victoire éphémère : mis à disposition de la police dès la mobilisation, le donjon servit pendant la guerre à entreposer les armes de chasse déposées par leurs propriétaires de la banlieue est, tandis que la chapelle devenait à la fois salle d’instruction et dépôt de bicyclettes. Il restait de l’action des Amis de Vincennes une campagne de sensibilisation efficace et un projet mûrement réfléchi, qui constituerait l’armature de tout le programme de restauration et de mise en valeur jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

1913-1920 : quelle institution sauvera le château ?

7La paix revenue, il était temps de reprendre l’offensive. L’occupation de fait du donjon témoignait de la justesse d’une des principales revendications des Amis : confirmer la cession aux Beaux-Arts par un texte réglementaire, que pouvait seule justifier l’implantation d’une institution culturelle. Aussi, alors qu’ils multipliaient les interventions pour obtenir un décret de désaffectation et faire vider le donjon, le devenir de celui-ci suscita une étonnante floraison de projets.

8Avant guerre, lorsque la municipalité de Vincennes lança le premier assaut, l’idée d’un musée municipal prévalait, validée par la commission des monuments historiques qui voyait là un moyen de limiter l’investissement de l’État 18, mais réfutée par le secrétaire d’État aux Beaux-Arts qui promit en 1911 d’y installer des collections nationales. On évoqua des collections d’armes du musée de Cluny, ou encore du musée de l’Armée, auquel de Fossa proposa de rattacher la future institution. Cela permettrait non seulement de « conserver son domaine intact à la Guerre » mais aussi de puiser dans un vivier de collaborateurs 19. Cherchant autant à éviter l’anachronisme qu’une reconstitution qui ne serait qu’un « décor de musée Grévin », de Fossa s’inspirait d’exemples étrangers pour préconiser la présentation de pièces dans un cadre le plus proche possible de leur destination première : des armes anciennes dans les tours « primitivement réservées à la défense », des souvenirs de la prison dans la galerie du chemin de ronde et des objets d’art religieux dans la chapelle, l’« étude » de Charles V devenant centre de documentation.

9Après la Victoire, les projets tournèrent autour de l’exaltation de la gloire militaire et de la grandeur de la France, dont le donjon était le symbole éternel. Le conseiller de Paris, Ėmile Massard, déposa le 6 avril 1919 une proposition pour la création d’un musée réunissant tous les engins, costumes et documents de la Grande Guerre 20. Mais une initiative privée qui avait créé des obligations urgentes au gouvernement mit un terme aux divagations.

La Fondation Leblanc cherche un point de chute

10Au tout début de la guerre, Louise Leblanc et son époux Henri, à la tête d’une fortune industrielle, avaient entrepris de collecter toute sorte de documentation sur le conflit en cours 21. Servie par une détermination et des moyens exceptionnels, la collection fut ouverte dès 1915 sur invitation et le projet d’un legs à l’État formé dès 1916. La rencontre avec le député André Honnorat fut déterminante : arguant des exemples étrangers contemporains 22, celui-ci fit voter en juillet1917 une proposition de résolution qui invitait le gouvernement à centraliser tous les périodiques français et étrangers sur ce sujet, de même que les livres, brochures et affiches. Dès le mois d’août furent créés les « Bibliothèque et musée de la Guerre » (BMG), dirigés par Camille Bloch, inspecteur général des archives et des bibliothèques, professeur à la Sorbonne, à qui fut confiée la collection Leblanc dès l’acceptation de la donation par décret du 11janvier1918. L’États’engageait à lui donner une installation pérenne et unique quatre ans au plus après la fin du conflit.

11Mais l’ampleur des collections et surtout le développement à leur donner sous le contrôle des époux Leblanc, membres du conseil d’administration, posaient un problème épineux : avec plus de 15 000 ouvrages, 46000 documents iconographiques et près de 10 000 objets qui occupaient un personnel déjà considérable23, nul site parisien ne semblait pouvoir l’abriter. Les Amis de Vincennes y virent une véritable aubaine. En juillet1919, ils diffusèrent largement un tract de De Fossa24, qui démontrait que seul le château conférerait à la fondation le cadre prestigieux et l’espace propres à donner réalité à sa double vocation de centre scientifique international et d’œuvre d’instruction populaire. La commission du Vieux-Paris l’appuyait, quoiqu’un peu à faux, car confondant ce projet avec la proposition de Massard, elle voyait des « zeppelins, berthas, gothas, lance-flammes, coupoles, voire au moins un sous-marin naufrageur »25 installés dans la cour. Pourtant, la solution vincennoise n’allait pas de soi, l’image du fort militaire et le caractère excentré du site causant de fortes réticences, en particulier auprès des époux Leblanc, d’Honnorat, et surtout de Camille Bloch26. Les Amis de Vincennes réussirent à les rallier puis, reçus en audience par le président Poincaré27, le 16 juillet, ils obtinrent sa visite au château le 2octobre1919 en compagnie du ministre de l’Instruction publique. Les illustres visiteurs furent accueillis par le commandant d’armes et le maire de Vincennes, en présence du gouverneur militaire de Paris et du préfet de la Seine, et de représentants de plusieurs organes de développement touristique. À ce stade, on ne se contentait déjà plus des bâtiments médiévaux : le président visita aussi les pavillons de la reine et du roi où était « encoreinstallée l’école d’administration ». Heureux hasard, Honnorat obtint le 20 janvier 1920 le portefeuille de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Le 4 juillet, une fête organisée en son honneur à Vincennes fut l’occasion d’inaugurer un petit « musée des souvenirs du château de Vincennes » dans la chapelle 28. Installée avant la guerre par les Amis de Vincennes dans le donjon, cette collection de gravures, plans et tableaux était constituée de dons de sociétaires et introduite par de beaux panneaux explicatifs illustrés 29. Ainsi, de Fossa et son bataillon étaient parvenus à investir, avant toute décision, les deux principaux monuments du château. La consécration officielle s’ensuivit : par décret interministériel du 27 novembre 1920, le donjon, la chapelle et le pavillon de la reine furent remis au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en vue de l’installation des « Bibliothèque et musée de la Guerre ».

Les « Bibliothèque et musée de la Guerre »

L’installation à Vincennes

12Camille Bloch se mit aussitôt au travail au pavillon de la reine. Ses premiers projets d’implantation s’étendaient jusque sur le pavillon du roi, dont il pensait la mise à disposition probable 30 alors qu’il jugeait les deux monuments médiévaux inutilisables. Des difficultés budgétaires ajournèrent le début des travaux au début de 1923 : la salle de lecture serait installée dans l’aile nord, prolongée par les salles des périodiques qui récupéraient le mobilier cédé par la bibliothèque de l’école de la 19e brigade d’artillerie 31. Le musée occuperait tout le premier étage, où le Louvre mit en dépôt le plafond de Dorigny, « Zéphir et Flore », qui ornait avant 1870 la salle dite du billard 32. La direction, enfin, jouirait de beaux appartements à l’entresol sud et dans les étages. Le 27 juin 1925, le président Gaston Doumergue put inaugurer solennellement les « Bibliothèque et musée de la Guerre », en présence du Tout-Paris et des soutiens habituels de Vincennes 33.

Le musée de la Guerre

13Les collections du musée se répartissaient le nouveau pavillon. Dans l’aile sud, la salle des gardes de la reine, au décor important, ne fut chargée que de quelques vitrines de médailles françaises ou belges. Suivaient des toiles concernant les premières semaines de la guerre, des dessins rapportés du front, une salle de figurines et uniformes, des éléments de camouflage. Dans l’aile nord, les salles consacrées aux forces alliées, aux pays neutres et enfin aux empires centraux.

14Les documents, originaires de tous pays, n’avaient valeur ni de relique ni de trophée, mais devaient « instruire ». Musée documentaire, l’institution côtoyait pourtant l’art de près grâce à la personnalité de son conservateur, René-Jean, qui avait été de 1908 à 1914 la cheville ouvrière de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet 34. La connaissance approfondie qu’il avait des milieux artistiques lui permit de réunir un florilège d’œuvres originales de contemporains. Peintres combattants ou observateurs de l’arrière, propagandistes de l’intérieur et satiristes, les Othon Friesz, André Lhote, Poulbot, Sem ou Forain donnaient là leur témoignage spécifique. Pour attirer le public, le nouveau musée prit en outre l’habitude d’organiser régulièrement des événements, sur des thèmes accessibles : « Clemenceau pendant la guerre » en 1930, « Le maréchal Joffre par l’image » en 1931. Cette année-là, la grande affaire fut le prêt que le musée concéderait à l’armée pour l’Exposition coloniale. Les négociations durèrent un an, l’ombrageux Bloch ne se souciant pas de « donner une fausse idée des ressources du musée ». Une centaine de pièces finalement parut à l’exposition 35. Quoi qu’il souffrît toujours de son éloignement, le musée plaisait, autant par son aspect instructif 36 que par sa charge émotionnelle. Ouvert 3 à 5 heures par jour selon la saison et 6 jours par semaine, il reçut la première année 33 000 visiteurs, et publia son premier guide en 1927.

La bibliothèque de documentation internationale contemporaine

15La bibliothèque devait assurer à l’institution son caractère d’« établissement de caractère scientifique ». Son service de « documentation », dirigé par Pierre Renouvin, professeur à la Sorbonne, élabora un répertoire à visée exhaustive de la production bibliographique relative à la guerre, et organisa tout le réseau d’échange avec l’extérieur 37. Afin d’affirmer l’ambition scientifique de l’institution, l’insatiable Honnorat avait dressé autour d’elle une forêt de tuteurs. La Société d’histoire de la guerre (SHG), à la fois société savante et groupe de pression, fut créée en juillet 1918 et reconnue d’utilité publique en1924. Installée elle aussi au pavillon de la reine, elle généra un organe supplémentaire, l’Office de documentation internationale contemporaine, annexé aux BMG par acte de donation du 16janvier1925. Ayant ainsi élargi son champ d’action à l’ensemble des conséquences de la guerre, la bibliothèque prit le 20mars 1925 la dénomination de Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Cette charpente permit à la BDIC de développer une intense activité de collecte auprès d’organes publics, d’institutions privées et de particuliers de tous pays. Devenu un véritable « laboratoire d’histoire », l’institution bénéficiait du prestige de Bloch et Renouvin, membres de la commission de publication des Documents diplomatiques français relatifs aux origines de la guerre, créée en février 1928 par les Affaires étrangères. Pourtant, au regard d’un budget annuel de 851 000 francs en 1926, les 450 séances de lectures décomptées (1,5 par jour d’ouverture) paraissaient maigres et les critiques se multiplièrent, tant sur l’organisation que sur le fonctionnement de la bibliothèque. Inclue un temps, sur insistance de son propre personnel 38, à la Réunion des bibliothèques nationales créée en 1923, Bloch obtint finalement, pour sauver son institution, son rattachement à l’université de Paris par décret du 30 juin 1934.

De l’exposition coloniale de 1931 à la veille de la guerre

16La préparation de l’Exposition coloniale de 1931, programmée sous l’impulsion de Lyautey, ouvrit un horizon providentiel. Implantée à la Porte Dorée, elle devait amener à Vincennes des millions de visiteurs, excellente raison de se préoccuper, non plus seulement des joyaux monumentaux, mais de leurs abords. Depuis la guerre, les chantiers de restauration marquaient le pas. Les travaux commencés sur le donjon avaient été interrompus net et, l’architecte étant mobilisé par le pavillon de la reine, la situation s’enlisait. Une nouvelle croisade débuta dans la presse, sous la houlette d’André Hurtret, peintre de talent et conférencier intarissable sur le château tandis que de Fossa mobilisait de hautes relations tel le maréchal Foch. Entre la commission du Vieux-Paris, la presse et les personnalités, le train des restaurations s’ébranla enfin : la couverture du grand comble et du bâtiment du trésor de la Sainte-Chapelle fut menée par l’architecte Ventre de 1926 à 1928 et celle du grand chemin de ronde extérieur en 1928 et 1929.

L’aménagement des abords

17Afin d’aller plus loin, Hurtret utilisa l’Exposition coloniale comme une caisse de résonance. Il était temps de décider si l’on avait affaire à une caserne ou à un monument, et dans ce cas, de procéder à des aménagements d’urbanisme propres à le mettre en valeur. Un mémorable article publié dans L’Illustration du 8 mars 1930 39 et repris ensuite par la presse française et étrangère, exposa la problématique. En janvier 1931, la Chambre adopta une proposition de résolution du député Doussain, invitant le gouvernement à désaffecter le château et à prendre des mesures de conservation et d’aménagement « d’ensemble ». Le percement du cours des Maréchaux, dont le projet par le même Doussain avait été un mois plus tôt adopté par la Ville de Paris, y concourrait grandement.

18Les esprits étaient mûrs pour aller plus loin. La Société des amis de Vincennes proposa à la commission du Vieux-Paris le dégagement de la colonnade et de l’arc de triomphe de Le Vau noyés dans les casemates sud. L’idée sembla avancer rapidement : en séance de la commission des Beaux-Arts du 13 mars 1931, discutant le projet de budget pour l’exercice 1931-1932, le sénateur Chastenet se réjouit de ce que l’évacuation des services militaires était « enfin décidée ». Il fallait pourtant compter avec les occupants : le 30 mars 1932, le chef du génie de Vincennes rédigea un rapport relatif à ce projet de restauration de la façade sud 40. Il y invoquait de traditionnels arguments budgétaires et faisait valoir bien naturellement la perte en termes de capacité de défense passive. Plus original, cet officier, membre du conseil d’administration des Amis de Vincennes, vint les prendre à contre-pied sur leur terrain, historique et esthétique : c’étaient bien les travaux de Napoléon et Louis-Philippe qui avaient restauré la vocation intrinsèque de la forteresse après le contresens que constituaient les malencontreuses percées de Le Vau. Détruire ces casemates ne revenait qu’à brouiller la compréhension du monument en insistant sur le caractère hétéroclite de l’ensemble du bâti, et sur le plan esthétique, à détruire la majesté sévère mais cohérente donnée par l’œuvre de Charles V. Cet avis défavorable n’empêcha pas le contrôleur général Guinand, secrétaire général du ministère de la Guerre, de s’engager à « libérer bientôt » les casemates, sans plus de précision.

19L’Exposition coloniale avait somme toute permis de significatives avancées dans l’aménagement des abords du monument, puisque le public put découvrir la façade est, les tours du réservoir, du diable, des salves, du gouverneur et de la reine. Parallèlement, les travaux projetés sur le donjon s’accélérèrent.

L’exposition rétrospective de 1932

20Il restait encore à faire connaître l’histoire du monument lui-même. Ce fut l’enjeu de l’exposition rétrospective de l’histoire du château organisée l’année suivante au pavillon de Marsan du Louvre, sous le haut patronage du président Lebrun. Près de neuf cents pièces témoignaient des grands moments de l’épopée de Vincennes 41. L’âge classique commençait à revenir à l’honneur et, signe des temps, la place forte et la vie de garnison devenaient elles aussi dignes de représentation, par le biais notamment du prêt important de la famille Lyautey. L’inauguration le 27 juillet, très médiatisée 42, fut suivie d’une visite du président de la République au château, où Honnorat et le maréchal Pétain l’accueillirent. Forte de 50 000 visiteurs, la manifestation offrait une nouvelle tribune aux revendications des Amis de Vincennes. Un « numéro spécial de propagande » du bulletin municipal 43 fut rédigé par la plupart des acteurs de la société : le député Doussain (« le château de Vincennes a militairement assez servi, il est temps de le servir à son tour »), Camille Bloch, André Hurtret… Le catalogue même fut préfacé par le directeur des Beaux-Arts, Paul Léon, qui jugeait l’ensemble du travail accompli : « C’est beaucoup, ce n’est rien, il reste le dégagement de l’entrée Le Vau, l’isolement du donjon, la restitution du châtelet, la suppression des casemates, l’évacuation progressive des services de la Guerre. »

Le musée historique du château de Vincennes

21Outre le programme architectural, l’exposition permit à la question de la vocation muséographique du site de reprendre corps. La collection prêtée par les Amis de Vincennes servit de noyau à la constitution du « Musée historique du château de Vincennes », confiée à André Hurtret par les Beaux-Arts et inaugurée par le directeur général Huisman le 21 juin 1934. Moins grandiose que les différents projets évoqués naguère, il revêtit cependant la forme novatrice d’une exposition permanente de quelque cinq cents fac-similés. Suivant ce que préconisait naguère de Fossa, les seize salles du donjon étaient consacrées à l’histoire générale du château, par ordre chronologique, excepté les pièces évoquant la prison, réparties dans les cellules. À la Sainte-Chapelle, on découvrait des documents concernant l’édifice et les souvenirs de l’exécution du duc d’Enghien 44. Une documentation précise permettait la compréhension du monument tandis que des éléments d’évocation répondaient « à un besoin très humain d’émotion ». Le public accourut : en 1934, on comptait 1 914 entrées, et 27 300 en 1937 45.

22Au total, la décennie 1930 avait permis des avancées sérieuses dans le programme fixé par les Amis de Vincennes. Et pourtant… les travaux du front sud n’eurent pas lieu, et même André Hurtret n’osa pas lancer de nouvelle offensive de presse : sa fréquentation quotidienne des militaires le faisait peu à peu entrer dans leurs vues, alors que des nuages s’amoncelaient sur le ciel diplomatique 46. Chassé par l’état-major du général Gamelin, le musée de la Guerre ferma ses portes au mois d’août 1939.

La guerre et ses conséquences

Les musées sous l’Occupation

23À l’arrivée des troupes d’occupation, les gardiens des musées maintenaient avec quelques gendarmes une timide présence française sur le site, qui s’efforçait surtout de limiter les pillages 47. Mais la mission particulière des BDIC et musée de la Guerre les désignait à l’intérêt des occupants. Ėvacué le 11 novembre 1939, le personnel recevait désormais les lecteurs rue du Bac, établissant des navettes avec les dépôts restés à Vincennes. Quant au musée, René-Jean obtint dans l’urgence l’évacuation des œuvres les plus importantes vers le dépôt de Chambord, le reste étant entreposé en caves 48. La première victime de l’arrivée des officiers d’occupation fut un coq gaulois terrassant l’aigle allemand, scié par le gardien craignant des représailles 49. Bien plus menaçante pour les collections fut la commission de l’amiral Lorey, directeur du Zeughaus de Berlin, chargé le 24 juin 1940 d’organiser le « retour des prises de guerre d’origine allemande se trouvant en France », mais aussi de « mettre en sûreté » d’autres documents historiques et objets d’art, appartenant notamment à des particuliers juifs. À la suite de sa visite à Chambord les 30 avril et 1er mai 1941, près de 600 pièces furent extraites, qui comprenaient, bien au-delà de la notion de « prise de guerre », tout ce qui semblait « devoir porter atteinte à la dignité de l’armée allemande et pouvoir être utilisé dans une propagande dirigée contre elle » 50 : les trois quarts des dessins souvent satiriques de Forain, le tiers de ceux de Steinlen, etc.

24À partir de l’automne 1942, le pavillon de la reine fut lui aussi réquisitionné. Mais l’irréparable se joua en cette soirée du 24 août 1944 où les SS quittèrent les lieux, après plusieurs jours de sanglantes exécutions. Ironie du sort, c’est justement après avoir vérifié le bon état des salles du musée et de l’appartement dont les clefs venaient de lui être remises que Debyser, le conservateur 51, fut in extremis averti de n’aller ni au sud, ni à l’ouest en raison des « quelques petites destructions partielles, très partielles » programmées. L’incendie anéantit 2 300 collections de journaux, en particulier les périodiques étrangers des années trente, le fonds russe sur l’origine de la révolution, quatre grands décors inaugurés en 1939 et 17 000 ouvrages. Pour les œuvres originales, le cumul du prélèvement, des pillages et de l’incendie représentait 45 % de pertes, 95 % pour l’imagerie russe et les photographies. En dépit du travail de la commission de récupération, nombre d’œuvres d’art ne furent jamais retrouvées (dont cinquante Dufy), sans que l’on sache si elles furent détruites, perdues ou dissimulées 52. Seules les collections placées en caves émergèrent intactes.

Renaissance et mutations

25Dans le champ de ruines laissé par les troupes d’occupation, le musée historique fut un peu oublié. Une réinstallation dans les casemates du donjon était prévue par le nouvel architecte des Monuments historiques Trouvelot, nommé en 1942. Elle ne se concrétisa que dans les années quatre-vingt 53, et très provisoirement puisqu’une nouvelle campagne de restauration allait bientôt commencer.

26Tout l’intérêt se portait alors sur les gigantesques travaux entrepris dans les deux pavillons classiques. Après quelque hésitation, l’architecte travailla à la réinstallation pérenne des BDIC et musée au pavillon de la reine, en très étroite liaison avec le conservateur Debyser 54. Pendant ce temps, les collections du musée erraient du donjon au musée du Luxembourg, de la cité universitaire à l’Institut d’art rue Michelet, quoique Debyser cherchât à relancer son activité en organisant une exposition temporaire chaque été55.

27Une page cependant était en train de se tourner : désireuse de réinvestir les lieux, la Défense obtint le départ de la bibliothèque en 1970 pour le campus de Nanterre et du musée en 1973 vers l’hôtel national des Invalides. L’unicité des collections de la BDIC ne pesa plus très lourd lorsque l’armée n’afficha plus pour Vincennes que des ambitions très avouables : l’implantation de ses services historiques et la création d’un pôle archivistique d’intérêt national.

28Ce premier demi-siècle d’activité de la Société des amis de Vincennes frappe par son caractère marqué de modernité. Dans sa problématique d’abord, « patrimoniale » avant l’heure, très axée sur le public : liant étroitement conservation et valorisation, les Amis de Vincennes jouèrent de toutes les ressources de la publicité pour attirer les visiteurs et se préoccupèrent autant d’en maîtriser les flux que de l’instruire. Le mode d’action de la Société, surtout, reste d’une grande actualité. L’appel au public, après soigneux modelage de l’opinion, en est une constante, qui ne recula pas toujours devant les effets d’annonce ou la polémique. Une stratégie progressive calculée consista à négocier avec l’autorité militaire des concessions propres à la mettre finalement en situation d’intruse chez elle : après avoir obtenu pour le public l’autorisation exceptionnelle d’entrée, puis de circulation dans l’espace militaire, il était temps de s’offusquer que ce public toujours croissant fût contraint de traverser… une caserne ! Organisés en un puissant groupe de pression, les Amis ont développé une démarche de lobbying d’une grande efficacité : responsables politiques et scientifiques, organes de presse et de développement local, personnalités de la finance et du monde, tout ce qui comptait fut fédéré sous leur bannière. Une politique d’entrisme au sein des institutions implantées fut aussi leur grande force : liés par leur objectif commun au sein de la SAV, les musées du château, évitant de stériles rivalités de voisinage, firent le plus souvent cause commune, se relayant s’il fallait. La permanence de chacun des acteurs y contribua : de Fossa, Hurtret, Bloch, Honnorat, Doussain, Paul Léon, Ventre, Trouvelot furent actifs des décennies sur le site.

29Le maître-mot de l’entreprise fut la passion, celle de quelques hommes clairvoyants qui prirent ici le relais de l’autorité souveraine. Au total, l’implantation progressive d’institutions culturelles, dans une perspective de mise en valeur du château, offre l’un des rares exemples à Vincennes d’une conception globale du monument, d’un dessein délibéré et poursuivi avec constance. Sans doute la guerre marqua un coup d’arrêt et les avancées plus lentes de la deuxième moitié du siècle oblitérèrent un peu l’ampleur du progrès réalisé. Il reste que, sur un site marqué par l’opportunisme, le disparate et l’inachèvement, la détermination des Amis de Vincennes dans l’entre-deux-guerres a vraiment fait basculer le destin du château.

Haut de page

Notes

1  Arrêté du 20 août 1913 incluant le donjon et ses abords (chemise, châtelet, fossés), l’enceinte avec ses portes et ses fossés, la sainte-chapelle en totalité et les façades des pavillons classiques.

2  AM Vincennes, 3 R, services culturels (2 dossiers non cotés : « donjon de Vincennes « ). Je remercie Mme Kauffmann, directrice des archives municipales, pour son accueil, sa disponibilité et sa compétence.

3  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 5/9.

4  SHD/DAT, 11 Yf 5433, dossier individuel de F. de Fossa, et Bulletin de la SAV, no 9, nov. 1936, « Hommage au colonel de Fossa ». Né en 1861 dans une ancienne famille de Catalogne devenue française par l’annexion de 1634, de Fossa héritait d’une double tradition d’officiers et d’érudits. Compositeur de musique et officier, son grand-père avait servi parmi les volontaires royaux de Vincennes en mars 1815. Lui-même était en outre aquarelliste, membre de la Société des artistes amateurs et habitué des salons sous le pseudonyme d’Yvan d’Assof.

5  L’ouvrage Le Château historique de Vincennes à travers les âges, Paris, H. Daragon, 1908-1909, 2 vol., reste fondamental pour l’histoire du château.

6  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 6/10, fonds de Fossa.

7  AM Vincennes, 3 R, carton et dossier cités : « Projet de création d’un musée au donjon, 1907 ».

8  Elle comprenait les inspecteurs généraux des Monuments historiques Selmersheim et Baudot et, pour la Guerre, les capitaines Seauve de la direction d’artillerie de Vincennes, et Degouy (AM Vincennes, 3 R, dossiers cités).

9  Voir les procès-verbaux du conseil d’administration, reproduits dans le Bulletin qui paraît à partir de 1914.

10  Bloch (Camille) et Hurtret (André), Visite au château de Vincennes et au musée de la Guerre, Paris, Delagrave, 1931.

11  Pour tout ce qui concerne les projets et travaux de restauration, voir en particulier « Le château de Vincennes »,dans Monuments historiques, no 160, déc. 1988-janv. 1989, p. 3-64.

12  Fossa (F. de), L’inscription de Vincennes, Paris, Champion, 1912. Il s’agit de l’inscription placée sous la voûte du châtelet relatant les travaux exécutés à Vincennes entre Philippe VI et Charles V. La préface était signée Hallays, de la commission du Vieux-Paris.

13  La première intervention à la Chambre de Deloncle sur ce sujet remonte au 10 février 1910. Le 28 mars 1911, il obtint de Dujardin-Beaumetz l’annonce du classement en musée national (AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 6/6, chemise numérotée 30).

14  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 1/12 : « visiteurs du donjon 1912-1917, 1919-1935 : livre d’or ».

15  À l’été 1911 puis à nouveau en 1913, la SAV attira l’attention sur le fait que des peintures avaient été lavées par des corvées militaires maladroites, des sculptures brisées et des inscriptions de prisonniers grattées ou couvertes de graffiti douteux, et que les anciennes chambres royales servaient de lieu de rendez-vous.

16  La commission du Vieux-Paris fut un puissant appui pour la SAV. Voir notamment les Procès-verbaux de 1913, séance du 5 décembre (point 25).

17  André Ventre (1874-1951), diplômé de l’École des beaux-arts et de l’École des arts décoratifs, ancien élève de l’atelier de Selmersheim, architecte des Monuments historiques depuis 1905. Il s’occupa du château de Vincennes jusqu’à sa retraite en 1941.

18  AM Vincennes, série 3 R, dossiers cités.

19  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 6/6, fonds de Fossa, liasse numérotée 30 : projet d’article de F. de Fossa sur « Le futur musée du château de Vincennes », 2 septembre 1913. Ses orientations furent reniées vingt ans plus tard : « Comme quoi on peut se tromper : mes idées fausses au sujet de l’utilisation du donjon en musée, 21 avril 1936 ».

20  Ce projet de « Section militaire » contrariait de Fossa, qui redoutait une concurrence inopportune avec le musée de l’Armée, mais lui-même envisageait le transfert au château du musée de la Marine, projet qui eut au moins le soutien des Amis du Louvre (AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 6/6, fonds de Fossa, liasse 30).

21  Voir en particulier aux Archives nationales la cote F17 13519, ainsi que la notice de B. van Dooren, « La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine » dans Histoire des bibliothèques françaises, t. 4 : Les bibliothèques au XXe siècle, éd. du Cercle de la librairie, 1992.

22  La Weltkriegsbücherei de Berlin en juillet 1915, l’Imperial War museum en mars 1917, le Deutsches Kriegswirtschaftsmuseum de Leipzig en avril, l’Ufficio storiografico della mobilizazione, etc.

23  Les arrêtés des 16 et 30 mars 1920 nommèrent plus de 80 personnes.

24  AM Vincennes, dossier documentaire : « Le musée de la Grande Guerre au château de Vincennes », tract, 1er juillet 1919.

25  Commission du Vieux-Paris, séance du 31 mai 1919, « Proposition de M. G. Lenôtre relative à la création d’un musée de la Grande Guerre dans le château de Vincennes ».

26  BDIC, Nanterre : archives administratives en cours de classement, dossier « Installation à Vincennes », lettre du 10 septembre 1920. Je tiens à remercier ici chaleureusement pour leur accueil M. Cingal, chargé de ce fonds, et Mmes Dreyfus-Armand, directrice, et Combes, responsable des archives.

27  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 1 : dossier « Projet de désaffectation du Vieux fort ».

28  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 1/5, année 1920 (dossier XIII).

29  Fin 1922, de Fossa chercherait à faire de ce noyau un véritable centre d’archives et de documentation du château et de l’histoire locale. Son idée était de le faire accepter en donation par l’État comme amorce de l’institution nationale qu’il ambitionnait pour le château (AM Vincennes, 3 R, dossiers cités). Les planches réalisées par de Fossa, Lefèvre-Pontalis et l’architecte Franchette sont conservées aux Archives municipales de Vincennes.

30  BDIC, fonds d’archives cité, dossier « Installation à Vincennes », corr. de Bloch.

31  BDIC, ibid., 2 dossiers de plans.

32  AM Vincennes, dépôt SAV, 7 Z 1/5, lettre du directeur des musées nationaux à de Fossa, 27 novembre 1923.

33  AM Vincennes, 3 R, dossiers cités : dossier de presse.

34  Critique d’art fertile, René-Jean (1879-1951) fut nommé conservateur du musée de la Guerre en avril 1919, et confirmé en décembre.

35  BDIC, archives « Fondation Leblanc », F delta res. 778, correspondance Bloch-Calmel.

36  Dans la France militaire du 1er mars 1931, le général Azan opine que l’institution « mérite d’être plus connue des officiers et des sous-officiers ». 

37  Voir les articles de C. Bloch dans la Revue de Paris du 1er février 1920 et la Revue de synthèse historique de mai 1922, et celui du secrétaire général de la BDIC, Paul Fontana : « Un nouveau type d’organisation des bibliothèques, les “Bibliothèque et musée de la Guerre” », Paris, Jouve, 1925.

38  AN, F17 13519, dossier « Réorganisation des bibliothèques », note au ministre du bibliothécaire Rieunier, président du syndicat des bibliothécaires, 17 nov. 1926.

39  Hurtret (A.), « La restauration du château de Vincennes », L’Illustration, no 4540, 8 mars 1930, p. 319-322.

40  AM Vincennes, 7 Z 6, liasse 30 : « projet de musée au Château de Vincennes », dossier 22.

41  Exposition rétrospective au château de Vincennes, 22 juillet-20 octobre 1932, palais du Louvre, pavillon de Marsan. Catalogue.

42  Une circulaire aux journaux fut tirée à cent exemplaires pour attirer l’attention sur l’inauguration (AM Vincennes : 3 R, dossier cité). Voir aussi le dossier de presse en 7 Z 5, notamment Vu du 10 août 1932.

43  Vincennes, son château, sa ville, son bois, 1932, numéro cité.

44  Hurtret (A.), « Le musée historique du château de Vincennes », Bulletin de la SAV, no 4, déc. 1934, p. 8-11 ; AM Vincennes, 3 R, dossiers cités : prospectus illustré de quatre pages, « Au musée historique du château », juin 1934 ; et 7 Z 5, coupures de presse, notamment l’article de R. Baschet dans L’Illustration du 30 juin.

45  Bulletin de la SAV, no5, mars 1935 et no12, mars1938. A. Hurtret (op.cit., p. 275-287) évoque quant à lui les personnalités qui passèrent par son bureau sis dans l’étude de Charles V.

46  Hurtret (A.), op.cit., p. 286-287.

47  Hurtret (A.), op.cit., p. 304 et AM Vincennes, 7 Z 7, dépôt SAV, archives Gaston Petit, copie manuscrite du rapport de Maronne, « L’occupation allemande du château de Vincennes ».

48  Voir l’article de C. Coutin, « Le musée de la Guerre victime de la guerre », Musées et collections publiques de France, no 210, mars 1996, p. 35-39.

49  Encore aujourd’hui, ce coq reste introuvable tandis que l’aigle n’en finit pas d’agoniser à Nanterre.

50  Lettre de René-Jean au recteur de l’Académie de Paris, 9 octobre 1941 (C. Coutin, art. cit.).

51  Nommé après le départ à la retraite de René-Jean en1942, il donna un « rapport sur l’incendie du 24août1944 » (BDIC, F delta2078 « Recueil d’études sur la BDIC, documents divers1920-2007 »), tout-à-fait concordant avec celui de Maronne.

52  Coutin (C.), art. cit.

53  Bulletin de la SAV, no31, fév. 1980 et no37, fév. 1986.

54  Voir dans les archives administratives de la BDIC (en cours de classement) le dossier « Restauration après-guerre », avec de nombreux plans (1949-1963).

55  BDIC, ibid., carton « Expositions ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luce Gaume, « L’émergence du culturel. La Société des amis de Vincennes et les musées », Revue historique des armées, 253 | 2008, 99-110.

Référence électronique

Luce Gaume, « L’émergence du culturel. La Société des amis de Vincennes et les musées », Revue historique des armées [En ligne], 253 | 2008, mis en ligne le 07 novembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/4722

Haut de page

Auteur

Luce Gaume

Conservateur en chef du patrimoine au Service historique de la Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org