Navigation – Plan du site
Dossier

De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval

Le cheval et son image dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale
Damien Baldin
p. 75-87

Résumés

Le but de cet article est de montrer que le cheval est un référent somatique et imaginaire essentiel pour les combattants français de la Première Guerre mondiale. Au-delà de la présence massive de cet animal dans l’armée et de son utilisation militaire primordiale à la conduite de la guerre, il s’agit de mettre en valeur le phénomène d’anthropomorphisation du cheval en temps de guerre qui transforme l’animal en véritable compagnon combattant. Le traumatisme de la mort du cheval est le symbole fort de ce phénomène. La figure du cheval participe également à l’appropriation imaginaire et corporelle des nouvelles armes de guerre du XXsiècle : la continuité symbolique et somatique entre l’animal et la machine transforment avions et chars d’assaut en nouveaux chevaux de guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Langlais (Marc), Notes, impressions et confessions d’un officier du temps de guerre, Paris, Édition (...)
  • 2 Bloch (Marc), « Souvenirs de guerre 1914-1915 », Écrits de guerre1914-1918, Paris, Armand Colin, 19 (...)

1Au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le cheval est une arme indispensable à la conduite de la guerre dans toutes les grandes armées. Cavalerie, traction des vivres, des hommes, de l’armement et principalement de l’artillerie, il est – jusqu’à la généralisation du moteur – ce qui donne du mouvement à une armée. Mais il ne suffit pas de comprendre son utilisation militaire pour imaginer ce qui se noue véritablement entre la guerre, la violence, les hommes et les chevaux. Il faut également se montrer attentif aux impressions sensibles et aux sentiments humains qui naissent de la cohabitation entre combattants et animaux comme la tristesse de ce lieutenant de cavalerie qui doit abattre un cheval blessé, « j’avoue que ma main tremble quand je prends mon revolver, un cheval de moins dans un peloton, c’est un peu comme un enfant de moins dans une famille »1 ; ou encore à la panique du fantassin Marc Bloch face à des chevaux affolés : « Vers ce moment-là il y eut dans notre section une sorte de panique, causée, autant qu’il m’en souvient, par les chevaux des mitrailleuses. On avait mené assez sottement les pièces jusque-là et on chercha à les mettre en batterie, ce qui, sous une pareille mitraille, n’était guère possible. Les bêtes s’affolèrent et jetèrent le trouble parmi nous. Je me vois encore courant, debout, devant deux chevaux que je cherchais à éviter et qui, je ne sais pourquoi, apparaissent dans ma mémoire comme prodigieusement grands. »2

  • 3 L’ensemble des chiffres cités dans cet article concernant les chevaux de l’armée française provient (...)

2Les comportements de combattants de la Première Guerre mondiale avec les chevaux peuvent passer souvent inaperçus ou pire paraître anodins et sans grand intérêt historique. Pourtant la présence massive des chevaux sur le front (dans les seules armées du Nord et du Nord-Est, le chiffre de l’effectif moyen global pour toute la campagne est de 712 794 chevaux3) induit une diversité de comportements, de gestes, de représentations imaginaires de la part des soldats que l’historiographie de la guerre ne peut plus continuer à ignorer.

  • 4 Digard (Jean-Pierre), L’homme et les animaux domestiques. Anthropologie d’une passion, Paris, Fayar (...)

3Sortir de cette ignorance implique nécessairement un changement de regard et d’outils d’analyse pour l’historien. C’est ainsi, qu’il faut comprendre les relations hommes-chevaux dans une perspective de domestication continue ; c’est-à-dire comme « toutes les activités de production et d’utilisation des animaux » tant au niveau du matériel que de l’imaginaire et saisir tout ce que le combattant « peut investir dans la production et l’utilisation des animaux en action technique, en organisation sociale, en pensée [consciente ou inconsciente], en représentations, etc. »4.

4Nous pourrons alors mieux comprendre comment dans un contexte d’une guerre marquée par une violence industrielle inouïe, le cheval demeure un référent somatique et imaginaire essentiel pour les combattants.

Le cheval au front

  • 5 Duhamel (Georges), Civilisation, Paris, Mercure de France, 1993, p. 27-28.
  • 6 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 11.

5« En arrivant au-dessus de Chipilly, je vis une chose étrange. Un vaste plateau ondulait, couvert de tant d’hommes, d’objets et de bêtes que, sur de larges étendues, la terre cessait d’être visible. Au-delà de la tour en ruine qui domine Etinehem, s’étendait un pays brun, roux, semblable à une bruyère ravagée par l’incendie. Je vis plus tard que cette couleur était due à l’accumulation des chevaux serrés les uns contre les autres. Tous les jours, on en menait boire vingt-deux mille à l’abreuvoir vaseux de la Somme. Ils transformaient les pistes en bourbiers et chargeaient l’air d’une puissante odeur de sueur et de fumier. »5 Georges Duhamel découvre alors la fameuse côte 80 sur le front de la Somme en arrière des lignes françaises où l’on retrouve massés, blessés, troupes au repos, armements et chevaux. La présence de ces animaux est si dense qu’elle cache de loin la couleur du plateau. Il ne sera pas le seul combattant à être impressionné à son arrivée au front par la massivité de la présence équine dans les lignes arrières. Il faut dire que l’armée française mobilisera, entre le 31 juillet 1914 et le 11 décembre 1918, 1 880 000 chevaux (dont 150 000 mulets)6.

  • 7 Digard (Jean-Pierre), Une histoire du cheval, art, techniques, société, Arles, Actes Sud, 2007, p.  (...)
  • 8 Ibid., p. 146.
  • 9 Ibid., p. 148.

6Cette présence massive des chevaux dans l’armée française n’est que le reflet d’une société où le cheval n’a jamais été aussi présent. C’est en 1913 que le cheptel équin atteint son maximum historique avec 3 222 080 chevaux recensés en France7. Dans une société industrielle de plus en plus urbanisée, le machinisme ne peut encore répondre à tous les besoins : « Si le cheval de trait a incontestablement, au XIXe siècle, conforté sa position dans les campagnes, pour tous les autres domaines – villes, routes, usines, chantiers…–, c’est d’invasion et de prolifération de chevaux de tous modèles dont il convient de parler. »8 L’importance de la traction hippomobile – plus sensible encore dans la partie nord de la France – a également pour conséquences l’amélioration sensible des connaissances zootechniques « visant à une meilleure utilisation des chevaux, à la fois plus sûre et plus efficace »9. Reflet d’une société où le cheval est très présent, l’armée qui est mobilisée à l’été 1914 est par conséquent très largement hippomobile.

  • 10 Draën (Alphonse), L’arrière 1914-1919 par un embusqué, Toulon, Imprimerie d’Art B. Boucher, s.d., p (...)
  • 11 Collection Historial de la Grande Guerre.

7La grande mobilisation de l’été 1914 concerne donc aussi les chevaux, et il ne semble pas qu’elle soit moins vivement ressentie par les populations concernées que la mobilisation des hommes. Entre le 1er et le 31 août, 730 000 chevaux sont réquisitionnés en France, 20 000 en Algérie et 30 000 sont importés. Ces réquisitions, à la manière de la mobilisation des hommes, ne laissent pas insensibles les populations. Voici un témoignage de l’été 1914 : « Les paysans vantaient devant nous leurs qualités, leur docilité, ils nous faisaient des recommandations sur la manière de les conduire (…). Puis ils s’éloignaient, le cœur serré, silencieux et n’osant pas se retourner (…). C’était pour la plupart des vieux travailleurs, les jeunes avaient été pris quelques jours auparavant ; ils avaient vu partir le fils pour la guerre. »10 Le départ des animaux pour la guerre n’est pas un événement mineur : il accompagne celui des hommes et renforce ainsi le sentiment d’une mobilisation qui bouscule les équilibres économiques (les réquisitions d’août 1914 concernent plus d’un cinquième des chevaux recensés en France) mais aussi affectifs. Si le cheval est une force de travail essentielle pour de nombreux paysans et charretiers, il est aussi un compagnon. Une carte postale de 1914 représentant une paysanne et son cheval face à un officier de la remonte résume ironiquement ce phénomène de la réquisition équine qui double la mobilisation humaine. Elle s’offusque en disant : « Gardez mon homme à la guerre tant que vous voudrez, mais laissez-moi au moins ma jument ! »11

  • 12 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 11.
  • 13 Idem.

8À partir de 1915, ce sont les importations qui fournissent l’essentiel des nouvelles immatriculations : 525 000 sur 775 000 nouveaux chevaux entre le 1er janvier 1915 et le 31 décembre 1917. Les réquisitions ne concernent que les années 1914 et 191812. Leur arrêt après 1914 est sans doute le signe que la population française a durement ressenti ces réquisitions tant d’un point de vue matériel que moral. Seules les difficultés d’approvisionnement à l’étranger et la reprise de la guerre de mouvement en 1918 obligent la reprise des réquisitions dans une mesure cependant largement inférieure à celle de 1914 (moins de 150 00013).

  • 14 930 000 selon le service technique vétérinaire de l’armée, ibid., p. 9.
  • 15 SHD/DAT, 7 N 404, « Note sur l’organisation de la cavalerie depuis le 1er juillet 1914 », p. 3.
  • 16 Voir à propos du phénomène de démonte de la cavalerie française : Baldin (Damien), « Les tranchées (...)
  • 17 Janssen (chef d’escadron), « Cheval et moteur », Revue Militaire Française, 1927, no 76, p. 60.
  • 18 SHD/DAT, Inventaire sommaire des archives de guerre série N, Vincennes, 1975, p. 152-153.

9Dans l’imagerie spontanée, le cheval de guerre est celui de la cavalerie. Pourtant du million de chevaux que compte l’armée française en août 191414, un dixième seulement est destiné à la cavalerie, soit 100 200 chevaux15. De plus, les effectifs ne cesseront de diminuer tout au long de la guerre accompagnant de fait le phénomène de démonte de la cavalerie française16. La très grande majorité des chevaux servent à la traction et ont donc un rôle logistique et tactique essentiel pour l’armée française. Si l’automobile et les camions continuent de progresser durant la guerre, notamment pour les déplacements sur des longs trajets à l’arrière du front, la supériorité de l’animal pour les déplacements en terrains de combat reste intacte. À l’heure des bilans dans les années 1920, force est de constater pour l’armée, dans le cadre des transports de matériel, « qu’il convient néanmoins de conserver un échelon hippomobile, celui qui doit entrer en contact immédiat avec les troupes combattantes »17. En effet, la configuration d’une guerre de position sur un terrain bouleversé par les bombardements ne favorise pas l’utilisation de voitures automobiles dans la zone avancée du front où son caractère accidenté donne encore l’avantage aux équidés. Si l’on prend l’exemple de l’artillerie, la traction hippomobile reste largement majoritaire. En juillet 1914, l’intégralité des régiments d’artillerie de campagne est formée de régiments hippomobiles (soit 67 régiments), à l’armistice, on en compte 105 soit encore presque 80 % des régiments. Même pour l’artillerie lourde, on peut constater qu’en novembre 1918, 70 % des régiments sont hippomobiles18.

L’anthropomorphisation
du cheval

  • 19 Tolstoï (Léon), La Guerre et la Paix, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1952 (1re éd. 1 (...)

« L’Homme est saisi d’horreur devant une bête mourante ; ce qu’il est lui-même – ce qui le constitue – est en train de s’anéantir, de cesser de vivre sous ses yeux. »
Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix19

  • 20 SHD/DITEEX, 2 K 430, album 1.

10La Première Guerre mondiale, par la présence massive des chevaux mais aussi par sa configuration tactique, oblige à une cohabitation presque permanente entre combattants et animaux. Si elle conduit à la progressive disparition de la cavalerie, elle favorise grandement l’expansion de l’artillerie, une arme dans laquelle les liens entre soldats et chevaux sont privilégiés. De plus, cette guerre de position, en ramenant régulièrement les troupes dans la zone arrière de cantonnement, là même où se concentrent toujours un grand nombre d’animaux, permet une cohabitation entre animaux et fantassins. De cette proximité physique naissent différents sentiments : réconfort d’une présence animale rassurante, solidarité combattante élargie à la sphère animale, mais aussi sentiment contrarié d’une animalisation. Il est en tout cas certain qu’il existe une véritable humanisation des chevaux. Les manifestations d’attachement affectif envers des animaux de la part de soldats ne sont pas rares dans les sources, en témoignent cette photographie d’un sergent de la territoriale qui embrasse le cheval Petit20 ou encore ce sabot du cheval Mistigri conservé jusqu’après sa mort par un capitaine de cavalerie.

  • 21 Voir à ce propos : Pierre (Éric), « Les inconstances de la sensibilité : au sujet de la violence en (...)
  • 22 Pierre (Éric), Amour des hommes – amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la Franc (...)
  • 23 Agulhon (Maurice), « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe  (...)

11Le contexte de la guerre n’est pas le seul qui puisse expliquer ces manifestations de forte affection des soldats pour les animaux : outre le fait que, depuis le XVIIIe siècle, la société française compte de plus en plus d’animaux de compagnie et que la protection des animaux repose de plus en plus sur le sentimentalisme 21, elle supporte également de moins en moins la violence faite aux animaux et principalement au cheval. Maurice Agulhon lie l’impression qu’ont les contemporains de vivre dans un monde de violence et la volonté de protéger les animaux de cette violence. À sa suite, Éric Pierre montre comment se manifestent socialement, dans la France du XIXe siècle, les liens qui existent entre philanthropie et zoophilie22. Sous la réprobation morale de la violence faite aux animaux, se cache la certitude que si un homme est violent avec les bêtes, alors il l’est également avec les hommes, et inversement, s’il manifeste de la tendresse et du respect pour les animaux. Cette évolution des sensibilités se traduit par la mise en place d’interventions collectives comme la création de la Société de protection des animaux en 1846 et la loi Grammont de 1850 qui condamne toute violence faite sur des animaux domestiques dans l’espace public23. Ce discours de protection des animaux se focalise essentiellement sur les animaux domestiques, au premier rang desquels on trouve le cheval, animal emblématique de ces politiques jusque dans les années 1900, époque à laquelle le chien le concurrence peu à peu. C’est donc dans un contexte de grande sensibilité à la violence faite aux chevaux que la société française entre en guerre en 1914.

  • 24 Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, service historique, Les armées françaises dans la Gr (...)
  • 25 Ibid., p. 104.
  • 26 « Our Dumb Friend’s League »est une société d’assistance aux animaux créée en Grande-Bretagne en 18 (...)
  • 27 Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, service historique, op.cit., p. 274.

12Cette attention à la souffrance du cheval, alliée au souci utilitariste de l’employer au mieux, se traduit par l’attention vétérinaire que lui portent les armées en guerre. Elle contribue à accentuer l’humanisation du cheval et à le transformer en véritable soldat. L’organisation générale du service vétérinaire de l’armée française est assurée à deux niveaux : au Grand Quartier général par la direction de l’arrière et dans chaque armée par un chef de service vétérinaire. Celui-ci doit prendre les mesures prophylactiques, surveiller l’hygiène et organiser, dans la zone des étapes, les dépôts de chevaux malades et blessés ; il doit aussi faciliter l’achat et la réquisition des chevaux et organiser des dépôts destinés à alimenter la remonte mobile des corps d’armée24. Dès le début de la guerre, afin de soigner les chevaux malades ou blessés, l’armée française met en place des petits dépôts près du front et d’autres plus grands dans chaque zone d’étapes, mais « les chevaux y étaient encore reçus sans classification suffisante, les évacuations d’un dépôt vers l’autre se faisaient souvent mal, et la proportion d’un homme pour dix chevaux était en général insuffisante »25. Le développement, tout au long de la guerre, de sociétés d’assistance des animaux pour les soigner, montre bien les lacunes de l’armée en ce domaine. « La plus importante, la société anglaise de la « Croix-Bleue »26 avait installé un dépôt à Serqueux, en octobre 1914. Elle fut autorisée, en avril 1915, à organiser de nouveaux dépôts de chevaux malades notamment à Moret, Provins et Troyes. En dehors d’un sous-officier détaché de chaque armée pour la comptabilité du dépôt, la société fournissait le personnel et les médicaments et assurait la nourriture des animaux. Beaucoup moins riche, une autre société anglaise, la « Croix-Violette », rendit néanmoins des services en installant des infirmeries à certaines gares de débarquement de chevaux à l’intérieur, et deux dépôts dans la zone des armées, à Foulain [puis à Chaumont] et à Vesoul. »27

  • 28 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 17.
  • 29 Ibid., p. 22.
  • 30 Top (Gaston), Un groupe de 75 (1er août 1914- 13 mai 1915) : journal d’un médecin aide-major du 27e(...)
  • 31 Puget (Jean), Notes de campagne, Paris, Briquet, s.d., p. 45.
  • 32 SHD/DAT, 19 N 32, dossier 24.

13Il faut dire que la morbidité chevaline est particulièrement impressionnante. Le service technique vétérinaire recensera pour  l’ensemble de la guerre 6 473 862 entrées de chevaux à l’infirmerie et hospitalisation, « ce qui revient à dire qu’au cours de toute la campagne, chaque cheval de l’effectif a été malade, en moyenne, un peu plus de sept fois »28. La grande majorité des cas de morbidité est due aux maladies externes (60 % 29), c’est-à-dire dans leur très grande majorité des blessures de guerre et surtout de harnachement, particulièrement impressionnantes par les profondeurs des lésions qu’elles occasionnent. Cette massivité de la présence du cheval, alliée à la massivité du phénomène de morbidité, explique en partie que les témoignages des combattants, malgré leurs propres souffrances corporelles et psychiques, restent très attentifs à celles des animaux. La fatigue des chevaux de l’artillerie est particulièrement signalée surtout lorsqu’ils doivent lutter contre la boue : « Les chevaux en ont jusqu’au poitrail, ils tendent leurs muscles à les faire sauter, fument, tirent, encouragés de jurons et de cris. »30 L’artilleur Puget rapporte de la Woëvre en avril 1915 que : « Les chevaux n’en pouvaient plus. Partout dans les plaines, il en était enlisés qu’on était contraint d’abandonner. Pendant plusieurs jours, ces pauvres bêtes s’agitaient dans la boue, puis mourraient d’épuisement. » 31 L’attention à la souffrance des animaux se manifeste également par l’attribution de citations pour sauvetage d’animaux : en janvier 1919, un militaire de la 7e DI est distingué pour ses « actes de dévouement aux animaux », sans doute envers des chevaux, principaux animaux utilisés par l’armée32.

  • 33 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 27.
  • 34 Céran (Olivier), Du sabre à la baïonnette, Paris, Albin Michel, 1930, p. 99.
  • 35 Lintier (Paul), Avec une batterie de 75, Paris, Plon-Nourrit, 1916, p.214.
  • 36 Céran (Olivier), op.cit., p.99.
  • 37 Henches (Jules-Émile), Lettres de guerre, Cahors, Coueslant, 1917, 363 pages.

14L’ampleur de la présence du cheval et de son corps blessé sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale explique les topos de la mort du cheval dans les témoignages écrits et imagés. Le phénomène est particulièrement ahurissant d’un point de vue quantitatif : au moins 758 507 chevaux de l’armée française sont morts durant la guerre, soit plus de 80 % de l’effectif moyen global33. Il faut, de plus, essayer de saisir cette mort dans toute sa réalité. Le cadavre d’un cheval n’est pas un cadavre comme les autres. Outre la massivité de la bête qui impressionne le regard, l’odeur du cheval mort est, d’après les témoignages, plus puissante que celle des cadavres humains : « Les chevaux morts, je renonce à les compter ; on les sent longtemps avant de les voir. »34, « Les chevaux, ça sent encore plus que les hommes. » 35 La donnée sensorielle est importante si l’on veut comprendre l’impact de cette mort sur les soldats. Cette mort se repère plus vite que les autres, elle agresse aussi davantage l’environnement sensoriel des combattants par son intensité. Mais cette mort est aussi plus spectaculaire : « tous sont gonflés comme des ballons et la plupart ont l’anus énorme et proéminent, tendu à rompre sous l’effort de la décomposition »36. Les descriptions très réalistes de la mort des chevaux ne sont-elles pas simplement un moyen employé par les auteurs pour rabattre leur description de l’horreur des corps déchiquetés du champ de bataille sur l’animal plutôt que sur les hommes, et ce même si la démarche est inconsciente ? Le sentiment de solidarité au combat que ressentent les soldats vis-à-vis des animaux militaires semble en tout cas certain. Lors des annonces de pertes, dans les témoignages de combattants, les chevaux sont très souvent associés aux pertes humaines. Les artilleurs, pour qui les chevaux jouent un rôle logistique essentiel, y sont sans doute plus sensibles. C’est le cas de Jules-Émile Henches qui mentionne toujours précisément dans ses lettres les chevaux qu’il a perdus37.

  • 38 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 32.

15Mais la mort du cheval n’est pas seulement l’occasion de voir et de sentir en puissance la mort pour le combattant, elle peut aussi être l’occasion de donner la mort, de tuer l’animal. On a vu ainsi, un peu plus haut, le témoignage d’un lieutenant de cavalerie évoquant sa difficulté à abattre un cheval condamné à mourir. Si achever des chevaux trop gravement blessés apparaît comme une nécessité sanitaire, utilitariste – pour la boucherie – mais aussi sans doute morale, les témoignages de soldats achevant des chevaux semblent assez rares en comparaison des scènes de description de cadavres chevalins (pourtant 35 % des chevaux morts sont abattus par l’armée38), aussi rares que les descriptions qu’ils donnent de l’ennemi qu’ils tuent. Sur un champ de bataille, abréger la souffrance d’un animal représente sans doute beaucoup. Voilà des soldats obligés de donner la mort à un être encore en vie, qui est loin d’être un ennemi et qui est parfois même un ami. De plus, cet acte de tuer est d’autant plus bouleversant qu’il peut être pratiqué par une arme blanche telle une masse ou par une arme à feu presque collée au corps de l’animal. Achever un cheval est, sans doute pour de nombreux combattants, l’expérience de tuer la plus fondamentale, c’est un acte de violence de guerre dont l’importance anthropologique est loin d’être négligeable.

  • 39 Riotor(Léon), Journal de marche d’un bourgeois de Paris1914-1918, Paris, Charles-Lavauzelle, 1924, (...)
  • 40 Beauvoir (Paul), Du 75 hippo au 75 porté. Notes de guerre d’un artilleur réserviste, 1914-1918, Aut (...)

16L’inhumation des cadavres de chevaux est également une expérience somatique peu négligeable pour de nombreux soldats. Les rites funéraires qui suivent la mort des chevaux se résument en une inhumation collective in situ, même si beaucoup de cadavres se décomposent souvent à même la terre, et si l’on trouve sur les champs de bataille beaucoup de « squelettes de chevaux encore revêtus de leurs harnais »39. Cela demande un effort physique très intense, les corps des chevaux étant bien évidemment plus lourds, mais aussi parce que l’odeur dégagée oblige les enterrements à être plus profonds que pour les hommes. Surtout, l’enterrement de ces grosses bêtes exige de la part des fossoyeurs des gestes qui sont en continuité avec ceux de la mise à mort. Écoutons ce témoignage : « Il faut l’enterrer, je creuse une fosse à côté, puis le cheval est culbuté, mutilé à la hache, crevé à la pioche et recouvert de terre40 On remarquera d’abord le passage de la première personne du singulier à l’emploi du passif impersonnel pour désigner les tâches plus « complexes ». Ces soldats fossoyeurs d’animaux vivent donc une expérience particulière : celle de la mutilation de cadavre, par des gestes qui ne sont pas ritualisés comme dans les abattoirs.

  • 41 Cassin (Barbara), Labarièrre (Jean-Louis), Romeyer Dherbey (Gilbert) (dir.), L’animal dans l’Antiqu (...)
  • 42 Durand (Jean-Louis), Sacrifice et labour en Grèce ancienne. Essai d’anthropologie religieuse, Paris (...)

17Comment les combattants vivent-ils la mort des animaux ? Quels effets la vision du cadavre d’un cheval, de son agonie, a-t-elle auprès des combattants ? Quelles sont les différences de perception avec la mort d’un combattant connu ou inconnu ? Dans sa préface à l’ouvrage L’animal dans l’Antiquité, le philosophe Gilbert Romeyer Dherbey dit que : « L’animal est le repère par rapport auquel l’homme se situe dans le cosmos. On ordonne celui-ci, avec Aristote, en une hiérarchie qui progresse de la plante à l’homme sur le chemin de la vie, et où l’animal se trouve en position médiane. (…) la question religieuse du sacrifice est essentielle ; ses adversaires font valoir la parenté de l’homme et de l’animal, tous deux doués d’autonomie locomotive et de sensibilité surtout [au sens où ils ont des sensations, ressentent plaisir et douleur et éprouvent des sentiments], pour déclarer que tuer l’animal est un meurtre. »41 Les circonstances historiques sont différentes, mais il n’empêche que la perception de la mort des animaux est une question plus largement anthropologique. La mort de l’animal est d’abord une réalité biologique ; c’est aussi un événement social dans la mesure où c’est l’homme qui le tue. Événement social qui crée aussi un problème pour l’homme car non seulement il est responsable d’une mort mais lui seul a conscience de cette mort, du moins le pense-t-il. Jean-Louis Durand, dans son analyse du sacrifice grec, met très bien en évidence comment les hommes rejettent la responsabilité de la mort de l’animal sur le couteau42.

  • 43 Crocq (Louis), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 199.

18Cette mort pose nécessairement le problème de la culpabilité humaine face à la mort de l’autre, grand thème du combattant et de son souvenir de guerre. Il est certain également que la mort du cheval est vécue comme la transposition de celle du camarade ou même encore comme l’anticipation et la prémonition de la sienne propre. Mais elle est rendue peut-être aussi plus culpabilisante par le statut d’innocence qui caractérise pour ces hommes les animaux. Enfin, la vue des blessures et des cadavres de chevaux – et l’on a vu l’extraordinaire massivité du phénomène – doit aussi occasionner des souffrances psychiques chez les combattants. Le psychiatre militaire Louis Crocq nous rappelle que voir un camarade souffrir « constitue aussi une agression pour l’équilibre psychique du combattant. Ce spectacle peut susciter l’empathie, la peine, l’horreur, l’indignation, la révolte. Il peut bouleverser les équilibres mentaux jusqu’alors solides, et décontenancer le sujet, lui faire douter de l’harmonie du monde, de ses idéaux et de ses valeurs. Assister impuissant à la souffrance de proches ou d’enfants est une situation pathogène que l’on retrouve à l’origine de nombreux traumas »43.

  • 44 Remarque (Erich Maria), À l’Ouest, rien de nouveau, Paris, Le Livre de poche, 2001 (1re éd. 1929), (...)

19Si l’on considère l’extrême anthropomorphisation des chevaux par les combattants, alors la vision des chevaux morts et blessés est sans doute une étiologie traumatisante de la guerre que traduit assez bien le témoignage d’Erich Maria qui remarque : « Les cris continuent. Ce ne sont pas des êtres humains qui peuvent crier si terriblement. Kat dit : ‘‘Chevaux blessés’’. Je n’ai encore jamais entendu crier des chevaux et je puis à peine le croire. C’est toute la détresse du monde. C’est la créature martyrisée, c’est une douleur sauvage et terrible qui gémit ainsi. Nous sommes devenus blêmes. Detering se dresse : ‘‘Nom de Dieu ! achevez-les donc !’’ (…) Detering tremble et jette son fusil à terre. Nous nous asseyons et nous nous bouchons les oreilles, mais ces plaintes, ces cris de détresse, ces horribles gémissements y pénètrent quand même, pénètrent tout. On peut dire que nous sommes tous capables de supporter beaucoup ; mais en ce moment la sueur nous inonde. On voudrait se lever et s’en aller en courant, n’importe où, pourvu qu’on n’entende plus ces plaintes (…) Detering va et vient en pestant. ‘‘Je voudrais savoir le mal qu’ont fait ces bêtes.’’ Ensuite, il revient sur le même sujet. Sa voix est émue, elle est presque solennelle lorsqu’il lance : ‘‘Je vous le dis, que des animaux fassent la guerre, c’est la plus grande abomination qui soit !’’ »44

Les nouveaux
chevaux de guerre : 
les avions et les chars d’assaut

20Il serait insuffisant d’évoquer la présence physique du cheval de guerre pour comprendre l’ensemble des relations entre cet animal et les combattants. En effet, à la lecture des sources, il n’est pas rare de remarquer que les soldats de l’aéronautique et de l’artillerie d’assaut évoquent souvent leur pratique à travers l’image référentielle du cheval.

21Le développement de l’aéronautique militaire et la création des chars d’assaut sont directement liés au déroulement de la Première Guerre mondiale. Les combattants ont donc dû rapidement s’approprier des nouvelles machines de guerre. Pour paraphraser Dan Sperber, les soldats sont face à une « information nouvelle » qu’ils doivent relier à leur représentation du monde antérieur. Or, rien dans ce savoir préalable ne permet une représentation conceptuelle correcte des chars d’assaut et des avions : aussi les combattants ont-ils recours à la symbolique du cheval.

  • 45 Gangneur (Maurice), Fournier (Marcel), Avec les chars d’assaut, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1 (...)
  • 46 Ibid., p. 29.
  • 47 Ibid., p. 20.
  • 48 Ibid., p. 191.
  • 49 Chenu (Charles-Maurice), Totoche prisonnier de guerre, journal d’un chien à bord d’un tank, Paris, (...)
  • 50 Ibid., p. 63.
  • 51 Ibid., p. 107-108.

22Le cheval est considéré comme le modèle premier du tank : « O char d’assaut ce n’est plus de faux et de lames aiguisées, comme tes ancêtres le furent, que tu es paré pour le combat »45, s’exclame un conducteur de tank en faisant référence aux chars à faux antiques et en désignant clairement les chevaux comme les « ancêtres » du char d’assaut. Mais il s’agit de chevaux d’un nouveau type : « Il m’échoit huit braves garçons, anciens cavaliers démontés, qui doivent former les mitrailleurs et canonniers de mon char d’assaut. (…) Pour l’instant, tout ahuris de leur nouvelle destinée, je lis dans leurs yeux écarquillés, tout ronds, l’étonnement de ces grosses bêtes d’acier qu’ils vont avoir à soigner. Elles n’offrent, en effet, qu’une bien vague ressemblance avec les montures dont ils se sont occupés jusqu’ici. »46 Mais surtout le tank est vécu comme le perfectionnement et la modernisation du cheval, et le tankiste comme le cavalier moderne : « Oui tu seras le moderne cavalier du droit, bardé d’acier et bordé d’éclairs, qui enfin mettra la force au service de la justice immanente. »47 La comparaison avec le cheval sert à mesurer la supériorité guerrière de la machine sur l’animal. La route, terrain privilégié du cheval, est l’occasion de constater sa supériorité : « Le char d’assaut est le maître incontesté de la route, où sa présence établit comme un règne de terreur, chacun préférant encore les risques du fossé, au brutal contact avec notre carapace d’acier : les chevaux se cabrent sur notre chemin, (…) tous les envahisseurs de la route s’en écartent précipitamment, comme avec respect. »48 Le contraste est étonnant avec« les convois tirés par des chevaux hirsutes, en sueur, qui peinent à casser les traits »49. C’est bien dans une comparaison dépréciative pour le cheval que le char d’assaut est ici décrit. Une comparaison qui devient plus implicite mais aussi plus forte, lorsque la mort du cheval est décrite à partir du char dominateur : « C’était, à un tournant de la route, un cheval blanc qu’avait abandonné le ravitaillement, et qui, contre un tas de cailloux, la boue collant les poils du ventre, n’ayant pas eu la force de choisir un coin d’herbe pour s’y étendre, achevait son agonie. »50 À la manière d’un roi des animaux, le char d’assaut épargne ses sujets : « Un cheval, qui se laisse mourir, soulève un peu la tête pour éviter nos chenilles. Son œil terne interroge, et sa mâchoire sur laquelle les naseaux se retroussent, d’une grimace douloureuse, implore une dernière pitié. Gorgit l’a vu. D’un geste, il détourne le char. Et lourdement, la tête retombe. »51

  • 52 Voir à ce propos Damien Baldin, op.cit.

23Retrouvant souvent des gestes de cavaliers, les aviateurs développent également un même imaginaire équin à propos de leur avion. La cavalerie a en effet fourni une grande partie des effectifs de l’artillerie d’assaut et de l’aéronautique52. Cette donnée pratique explique aussi pourquoi ces nouvelles armes sont imprégnées par le fameux esprit de la cavalerie et un rapport privilégié entre le combattant et le cheval.

  • 53 Marc (lieutenant), Notes d’un pilote disparu, Paris, Hachette, 1918, p. 42.
  • 54 Témoignage oral du commandant Pierre de Cazenoves de Pradines (1894-1982), réalisé le 3 décembre 19 (...)

24Les avions ont leurs hangars comme les chevaux leurs écuries et les pilotes s’y rendent comme pour rendre visite à leurs nouvelles montures : « En flânant, nous nous habillons, nous rasons des barbes de trois jours, nous fignolons des toilettes depuis longtemps négligés, puis couverts d’un imperméable et les pieds dans des snow-boots, nous affrontons la pluie et la boue redoutable du terrain pour aller faire un tour aux hangars. Vieil usage de cavalier qui aime à aller regarder son cheval à l’écurie ».53 Lors de son apprentissage à l’école de pilotage de Dijon en 1915, un aviateur, ancien cavalier, raconte comment, alors même qu’il ne pouvait pas encore piloter les avions, ses camarades et lui « les caressaient »54 au sol comme un premier contact charnel avec ce nouvel animal qu’il faudra apprendre à dompter.

  • 55 Sperber (Dan), « Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser (...)
  • 56 Ibid., p. 5.

25Cette animalisation équine de ces nouvelles armes peut être éclairée à la lumière de la réflexion anthropologique de Dan Sperber. Dans son article, « Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser symboliquement ? »55, ce dernier définit la symbolicité comme n’étant « une propriété ni des phénomènes, ni des percepts, mais bien des représentations conceptuelles. Une représentation conceptuelle est un ensemble de propositions ; les unes décrivent une information nouvelle, les autres font le lien entre cette information nouvelle et le savoir préalablement acquis. Lorsque ce lien n’est pas suffisamment établi, (…) la représentation conceptuelle n’est pas assimilable par la mémoire.  [Alors] la représentation conceptuelle défectueuse qui a échoué à rendre assimilable son objet devient elle-même l’objet d’une seconde représentation, symbolique cette fois »56. Les avions et les chars d’assaut sont justement des informations nouvelles que les combattants doivent assimiler dans leur imaginaire et lier à un « savoir préalablement acquis ». Or rien dans la mémoire de ces hommes n’existe pour les aider à se représenter conceptuellement ces nouvelles armes. Ils ont donc recours à une « seconde représentation, symbolique » : le cheval dont la pratique est bien un « savoir préalablement acquis ». Si cette représentation prend la forme du cheval, c’est que celui-ci est le seul référent vivant qui ressemble à ces nouvelles machines par leurs formes, leur conduite et leur utilisation militaire proche de celle de la cavalerie. En effet, l’observation aéronautique fait écho aux missions de reconnaissance de la cavalerie ; la chasse n’est pas si éloignée du rôle de protection de l’infanterie par la cavalerie ; enfin l’artillerie d’assaut est pensée par les militaires comme une cavalerie blindée. La dotation croissante en automobiles est bien évidemment symbolique de la traction animale au moteur mécanique. Cependant, elle ne signifie nullement une obsolescence de la cavalerie car en se dotant d’automobiles, cette dernière renforce sa spécificité de vitesse au sein de l’armée.  En introduisant le moteur, elle maintient et surtout renforce son originalité tactique qui est la rapidité de l’intervention et la facilité de déplacement.

26Une animalisation des représentations des produits de la modernité serait-elle donc nécessaire  pour qu’un groupe d’hommes, une société, puisse s’approprier cette modernité ?

  • 57 Mauss (Marcel), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1989 (1re éd. 1950), 482 pages.
  • 58 Ibid., p. 365.
  • 59 Témoignage oral du commandant Pierre de Cazenoves de Pradines, op.cit.
  • 60 Baldin (Damien), La guerre des animaux, 1914-1918, Paris, Historial de la Grande Guerre, Artlys, pr (...)
  • 61 Ibid., p. 12.

27Mais le cheval n’est pas uniquement un référent imaginaire qui sert l’appropriation de ces nouvelles armes, il semble être aussi un référent somatique des « techniques du corps »57 de ces combattants. Celles-ci correspondent aux « façons dont les hommes, société par société, d’une façon traditionnelle, savent se servir de leur corps »58. Les techniques corporelles de la monte à cheval influencent grandement celles du pilotage de l’avion et du char. Ce cavalier devenu aviateur nous met sur la piste : « Plus j’ai vécu dans l’aviation, plus j’ai fait même du bateau, j’ai trouvé un rapport très net entre la cavalerie, l’aviation et la voile. Avec le sens du cheval, vous vous mettez en état de réceptivité pour l’aviation, (…) je n’ai jamais eu aucune difficulté dans mes écoles de pilotage, j’ai toujours trouvé que ça allait tout seul. (…) Le cheval avait beaucoup préparé à l’aviation. »59 Il compare plus loin l’assiette, c’est-à-dire la manière dont un cavalier est assis sur sa selle, à la manière dont il est assis sur son siège de pilote. Les tankistes des chars légers français de l’été 1918 « montent » quant à eux leur char « en commandant par signes corporels, transmis par les genoux et les mains au mécanicien placé en-dessous d’eux et légèrement en avant »60, comme le cavalier dirige avec ses mouvements de mains et de jambes sa monture. Il y a bien un transfert d’ « habitudes » corporelles héritées de la cavalerie et plus largement de la pratique de l’équitation dans ces nouvelles armes. Pour ces combattants, l’avion et le char d’assaut permettent de remplacer un cheval devenu trop vulnérable par la modernisation de l’artillerie – l’importance de la mortalité des chevaux durant la guerre le confirme. Ils retrouvent dans ces engins ce que le cheval apportait à l’armée et aux combattants, c’est-à-dire « un prodigieux amplificateur de leurs propres possibilités corporelles, naturellement si limitées en termes de locomotion, de vitesse, d’endurance, de force »61, tout en renforçant leur résistance au feu. La machine n’est qu’un nouveau cheval.

Haut de page

Notes

1 Langlais (Marc), Notes, impressions et confessions d’un officier du temps de guerre, Paris, Éditions de l’Écho Littéraire, Artistique et Scientifique, 1923, p. 97.

2 Bloch (Marc), « Souvenirs de guerre 1914-1915 », Écrits de guerre1914-1918, Paris, Armand Colin, 1997, p. 124.

3 L’ensemble des chiffres cités dans cet article concernant les chevaux de l’armée française provient de l’étude statistique réalisée par la section technique vétérinaire de l’armée française : « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », Revue vétérinaire militaire, Tome V, 31 mars 1922, 1er fascicule, p. 7-35, 2e fascicule, p. 199-215, 3e fascicule, p. 299-309 ; Tome VI, 31 mars 1923, 1er fascicule, p. 26-35.L’historien n’est pas dupe de la précision de ces chiffres qui ne sont là que pour donner une indication mesurable mais relative de la présence, de la morbidité et de la mortalité des chevaux durant la Première Guerre mondiale. Les auteurs de l’article, eux-mêmes, avertissent leur lecteur : « Les documents statistiques exposés au cours de cette étude ne peuvent prétendre à une exactitude rigoureuse. En dehors des multiples difficultés éprouvées pour la comptabilité, dans les troupes engagées, l’importance des effectifs mobilisés, la multiplicité des unités, leur dissémination, les modifications incessantes dans la composition des groupements tactiques devaient rendre nécessairement précaires le relevé, la transmission et la concentration des renseignements statistiques demandés aux vétérinaires. En outre, le défaut d’organisation du service, particulièrement accusé au début de la campagne, a considérablement aggravé ces difficultés inévitables. Aucun modèle de rapport n’ayant été prévu pour le service vétérinaire des unités mobilisées, tous documents précis relatifs à la mobilisation font défaut. Ce n’est qu’à partir de janvier 1915 que les rapports mensuels furent institués et que des renseignements statistiques sommaires, concernant les effectifs, la morbidité et les pertes, furent demandés aux vétérinaires chefs de service, rétrospectivement, pour les cinq mois écoulés de la campagne de 1914. », Revue vétérinaire militaire, 1922, p. 7.

4 Digard (Jean-Pierre), L’homme et les animaux domestiques. Anthropologie d’une passion, Paris, Fayard, 1990, p. 179.

5 Duhamel (Georges), Civilisation, Paris, Mercure de France, 1993, p. 27-28.

6 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 11.

7 Digard (Jean-Pierre), Une histoire du cheval, art, techniques, société, Arles, Actes Sud, 2007, p. 145.

8 Ibid., p. 146.

9 Ibid., p. 148.

10 Draën (Alphonse), L’arrière 1914-1919 par un embusqué, Toulon, Imprimerie d’Art B. Boucher, s.d., p.26-27.

11 Collection Historial de la Grande Guerre.

12 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 11.

13 Idem.

14 930 000 selon le service technique vétérinaire de l’armée, ibid., p. 9.

15 SHD/DAT, 7 N 404, « Note sur l’organisation de la cavalerie depuis le 1er juillet 1914 », p. 3.

16 Voir à propos du phénomène de démonte de la cavalerie française : Baldin (Damien), « Les tranchées ont-elles enterré la cavalerie ? Entre disparition et mutation : la cavalerie française durant la Première Guerre mondiale », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 225, Paris, PUF, 2007, p. 7-20.

17 Janssen (chef d’escadron), « Cheval et moteur », Revue Militaire Française, 1927, no 76, p. 60.

18 SHD/DAT, Inventaire sommaire des archives de guerre série N, Vincennes, 1975, p. 152-153.

19 Tolstoï (Léon), La Guerre et la Paix, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1952 (1re éd. 1867-1869), p. 1408.

20 SHD/DITEEX, 2 K 430, album 1.

21 Voir à ce propos : Pierre (Éric), « Les inconstances de la sensibilité : au sujet de la violence envers les animaux (1845-1914) »,  Sociétés et représentations, 1998, no 6, juin, p. 405-410.

22 Pierre (Éric), Amour des hommes – amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la France du XIXe siècle, université d’Angers, 1998, 3 vol., 912 pages.

23 Agulhon (Maurice), « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », Romantisme, no 31, 1981, p. 81-109.

24 Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, service historique, Les armées françaises dans la Grande Guerre, tome XI, La direction de l’arrière, Paris, Imprimerie nationale, 1937, p. 102.

25 Ibid., p. 104.

26 « Our Dumb Friend’s League »est une société d’assistance aux animaux créée en Grande-Bretagne en 1897. Elle prend le nom de « Blue Cross Fund » à partir de la guerre des Balkans en 1912, lorsqu’elle intervient auprès des animaux blessés par les combats.

27 Ministère de la Guerre, état-major de l’armée, service historique, op.cit., p. 274.

28 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 17.

29 Ibid., p. 22.

30 Top (Gaston), Un groupe de 75 (1er août 1914- 13 mai 1915) : journal d’un médecin aide-major du 27e d’artillerie, Paris, Plon-Nourrit, 1919, p. 216.

31 Puget (Jean), Notes de campagne, Paris, Briquet, s.d., p. 45.

32 SHD/DAT, 19 N 32, dossier 24.

33 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 27.

34 Céran (Olivier), Du sabre à la baïonnette, Paris, Albin Michel, 1930, p. 99.

35 Lintier (Paul), Avec une batterie de 75, Paris, Plon-Nourrit, 1916, p.214.

36 Céran (Olivier), op.cit., p.99.

37 Henches (Jules-Émile), Lettres de guerre, Cahors, Coueslant, 1917, 363 pages.

38 « Statistique du service vétérinaire de l’armée pour la campagne 1914-1918 », op.cit., p. 32.

39 Riotor(Léon), Journal de marche d’un bourgeois de Paris1914-1918, Paris, Charles-Lavauzelle, 1924, p. 234.

40 Beauvoir (Paul), Du 75 hippo au 75 porté. Notes de guerre d’un artilleur réserviste, 1914-1918, Autun, P. Povison, 1924, p. 76. 

41 Cassin (Barbara), Labarièrre (Jean-Louis), Romeyer Dherbey (Gilbert) (dir.), L’animal dans l’Antiquité, Paris, Vrin, 1997, préface de Gilbert Romeyer Dherber,p. XII.

42 Durand (Jean-Louis), Sacrifice et labour en Grèce ancienne. Essai d’anthropologie religieuse, Paris, Rome, La Découverte, École française de Rome, 1986, 212 pages.

43 Crocq (Louis), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 199.

44 Remarque (Erich Maria), À l’Ouest, rien de nouveau, Paris, Le Livre de poche, 2001 (1re éd. 1929), p. 50-52.

45 Gangneur (Maurice), Fournier (Marcel), Avec les chars d’assaut, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1919, p. 19.

46 Ibid., p. 29.

47 Ibid., p. 20.

48 Ibid., p. 191.

49 Chenu (Charles-Maurice), Totoche prisonnier de guerre, journal d’un chien à bord d’un tank, Paris, Plon, 1918, p. 49-50.

50 Ibid., p. 63.

51 Ibid., p. 107-108.

52 Voir à ce propos Damien Baldin, op.cit.

53 Marc (lieutenant), Notes d’un pilote disparu, Paris, Hachette, 1918, p. 42.

54 Témoignage oral du commandant Pierre de Cazenoves de Pradines (1894-1982), réalisé le 3 décembre 1975, SHD/DITEEX, bureau des témoignages oraux – fonds de l’armée de l’Air – no 25.

55 Sperber (Dan), « Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser symboliquement ? », L’Homme, 1975, tome XV, no 2, avril-juin, p. 5-34. 

56 Ibid., p. 5.

57 Mauss (Marcel), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1989 (1re éd. 1950), 482 pages.

58 Ibid., p. 365.

59 Témoignage oral du commandant Pierre de Cazenoves de Pradines, op.cit.

60 Baldin (Damien), La guerre des animaux, 1914-1918, Paris, Historial de la Grande Guerre, Artlys, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau, 2007, p. 15.

61 Ibid., p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Baldin, « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », Revue historique des armées, 249 | 2007, 75-87.

Référence électronique

Damien Baldin, « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », Revue historique des armées [En ligne], 249 | 2007, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/473

Haut de page

Auteur

Damien Baldin

Professeur agrégé en histoire, commissaire de l’exposition « La Guerre des animaux 1914-1918 » à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne (29 juin-25 novembre 2007), il prépare une thèse sous la direction du professeur Stéphane Audoin-Rouzeau à l’École des hautes études en sciences sociales sur les relations entre les hommes et les animaux dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org