Navigation – Plan du site
Dossier

Aspects de la situation stratégique de la Suisse entre 1797 et 1804

Jürg Stüssi-Lauterburg
Traduction de Niklaus Meier
p. 4-9

Résumés

Le 9 février 1801, le traité de Lunéville contient une stipulation qui peut être interprétée de façon différente. Cela n’est pas étonnant, puisque la France et l’Autriche ont participé à sa rédaction : « Art. 11. Le présent Traité de paix, notamment les articles 8, 9, 10 et 15 ci-après, est déclaré commun aux républiques Batave, Helvétique, Cisalpine et Ligurienne. Les Parties contractantes se garantissent mutuellement l’indépendance desdites républiques, et la faculté aux peuples qui les habitent d’adopter telle forme de Gouvernement qu’ils jugeront convenable. » Sur la base de ce principe d’indépendance et d’autodétermination, le Royaume-Uni conclut la Paix d’Amiens le 25 mars 1802, et les Français retirent leurs troupes de la République helvétique. En Suisse, cette situation nouvelle crée les conditions d’une insurrection qui balaie le régime helvétique et lui substitue une Confédération nouvellement constituée. Mais Bonaparte ne veut pas reconnaître une Confédération suisse indépendante ; il y déploie donc à nouveau ses troupes. Le Royaume-Uni, qui n’est pas prêt à admettre une domination française sur les axes alpins suisses, déclare la guerre à la France en mars 1803.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

stratégie, Suisse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Luginbühl (Hans und andere), Vivat das Bernerbiet Bis an d’r Welt ihr End! Lenzburg, Merker im Effi (...)

1Entre 1796 et 1797, après les triomphes du général Bonaparte sur les armées autrichiennes en Italie du Nord, se pose la question de savoir comment intéresser l’Empire autrichien, humilié, mais pas anéanti, ni privé de son allié réel, la Grande-Bretagne, et de son allié potentiel, la Russie, à une paix durable avec la République française, victorieuse. La réponse, quelque peu retardée en raison de la crise politique interne de la France qui débouche le 18 fructidor an V (4 septembre 1797) sur un coup d’État, est l’attribution de la République neutre de Venise à l’Autriche, et de la Confédération helvétique avec tous ses pays alliés, y compris le Valteline à la France, mais pas les Grisons 1. Cette répartition territoriale constitue la base de la paix de Campo Formio, signée à Passariano en octobre 1797.

2L’intérêt de Bonaparte pour la Confédération suisse s’explique par trois raisons : la possibilité de prendre à son service des troupes suisses, de se saisir des trésors bien fournis des cantons, en particulier de celui de Berne, et, raison principale, de prendre le contrôle des cols alpins valaisans, sur le chemin le plus court entre Paris et Milan.

3En novembre 1797, Bonaparte effectue une reconnaissance à travers la Suisse, décision bizarre, puisque la France se trouve toujours en paix avec la Confédération helvétique. Ce voyage le mène de Genève jusqu’à Bâle via Lausanne, Morat, Berne, Fraubrunnen (où l’on montre encore au restaurant Brunnen la chambre qu’il a occupée), Soleure. Il poursuit ensuite sa route jusqu’à Rastatt. Il constate que la Suisse, pays compliqué réunissant à la fois des éléments aristocratiques et démocratiques, basé sur une souveraineté cantonale quasi illimitée, composé de treize entités territoriales et de leurs alliés, est mûre pour la révolution et la conquête.

4L’agitation révolutionnaire ne parvient toutefois pas à franchir, en direction de l’est, la ligne Martigny – Payerne – Bienne – Bâle, mais les troupes françaises occupent les cantons de Soleure et de Fribourg (il y a peu d’opposition) le 2 mars 1798, trois jours avant Berne, qui se défend de façon nettement plus véhémente. Puis vient l’occupation du reste de la Suisse, à l’exception des Grisons, attribués aux Autrichiens. La République helvétique une et indivisible, imposée par Paris, rencontre cependant une importante résistance, dont la première phase culmine et s’achève le 9 septembre 1798, avec les combats des Nidwaldiens contre une force française huit à dix fois supérieure.

  • 2 Ibidem, p. 366.

5Les Français contrôlentphysiquementle pays : leurs troupes peuvent utiliser les axes routiers suisses, les trésors publics des cantons ont été saisis, un traité d’alliance militaire et de défense a été conclu avec le gouvernement helvétique, qui se trouve totalement dépendant de la France. L’impact moral de la résistance suisse atténue ces avantages de l’envahisseur français et risque même de les transformer en inconvénients, les vives protestations de Johann Caspar Lavater : « Le pouvoir n’octroie pas la justice. Cent mille soldats ne sont pas un argument pour la raison de faire juste une injustice. », le ton pris par les délibérations du Parlement de Westminster « les braves Suisses », les propos de George Washington et la résolution anti-française du Sénat américain. Paul Barras, homme d’influence en 1798, en arrivera à une conclusion rétrospective en soutenant que« la révolution d’Helvétie a peut-être augmenté le nombre de nos ennemis (…)». 2

  • 3 Munday (Richard und andere), Weltgeschichte im Hochgebirge, Lenzburg, Merker im Effingerhof, 1999.
  • 4 Ndlr : Dans les villes municipales suisses, l’avoyer devint dès le XVe siècle le premier magistrat (...)

6Certes, le pouvoir français sur la Suisse perdure 3, mais le traité de Campo Formio, signé avec l’Autriche le 18 octobre 1797, n’est plus respecté par les deux parties. En témoignent l’attaque française contre les Grisons et le Tirol au printemps 1799, les insurrections suisses, l’arrivée d’un grand nombre d’exilés suisses conservateurs auprès de l’ancien avoyer4 Niklaus Friedrich von Steiger et leur engagement dans l’armée de l’archiduc Carl et, surtout, l’avance des troupes autrichiennes jusqu’à Zurich en juin 1799, ainsi que le franchissement des Alpes par Alexandre Suworow, à la tête d’une armée russe, afin d’opérer sa jonction avec Alexandre Rimski-Korsakow, qui se trouve près de Zurich. Les Austro-Russes s’étaient emparés du massif du Saint-Gothard en mai-juin 1799, mais en avaient été chassés par les Français en août, ce qui a retardé, en septembre, Suworow, assez longtemps dans les Alpes pour permettre à Masséna de gagner la deuxième bataille de Zurich sur Rimski-Korsakow.

7Napoléon Bonaparte, revenu de sa campagne d’Égypte, devient Premier consul après le coup d’État du 18 brumaire de l’an VII (9 novembre 1799). Pour ses campagnes, il peut utiliser la Suisse en tant que base opérationnelle comme il l’a envisagé en novembre 1797. En 1800, les forces françaises partent en effet depuis la République helvétique en direction du nord et du sud, et le mouvement de l’armée de réserve par le col du Grand-Saint-Bernard, le 16 mai 1800, représente un paramètre décisif pour la victoire de Marengo, par conséquent pour la paix de Lunéville.

  • 5 Ogi (Adolf und andere), Bonapartes Sprung über die Alpen. Beilage zur ASMZ n° 3, März 2000, Frauenf (...)

8Les termes employés dans les documents officiels de l’époque démontrent clairement qu’une participation des Suisses aux grandes décisions stratégiques n’est même pas envisagée. Les consuls décident ainsi le 5 mai 1800 :« Les Consuls de la République arrêtent : Article 1er.- Le Valais fera partie de l’Armée de réserve. » 5

9Le 9 février 1801, lors de la conclusion de la paix de Lunéville, Bonaparte vise toujours à empêcher l’influence autrichienne de se faire sentir en Suisse. Cependant, l’article 11 du traité contient une stipulation qui peut être interprétée de façon différente. Pas étonnant, puisque la France et l’Autriche ont participé à sa rédaction :« Art. 11. Le présent Traité de paix, notamment les articles 8, 9, 10 et 15 ci-après, est déclaré commun aux républiques Batave, Helvétique, Cisalpine et Ligurienne. Les Parties contractantes se garantissent mutuellement l’indépendance desdites républiques, et la faculté aux peuples qui les habitent d’adopter telle forme de Gouvernement qu’ils jugeront convenable. »

  • 6 Stüssi-Lauterburg (Jürg), Föderalismus und Freiheit, der Aufstand von1802; ein in der Schweiz gesch (...)

10Sur la base de ce principe d’indépendance et d’autodétermination intégré dans le droit international public, le Royaume-Uni conclut, rebus sic stantibus, la paix d’Amiens le 25 mars 1802. Le même principe amène les Français à retirer leurs troupes de la République helvétique, non sans en avoir détaché le Valais pour le déclarer pro forma indépendant ; en réalité, celui-ci devient un État-satellite de la France. En Suisse, cette situation nouvelle crée les conditions d’une insurrection qui balaie le régime helvétique et lui substitue une Confédération récemment constituée 6.

11Bonaparte ne veut pas reconnaître une Confédération suisse indépendante ; il y déploie à nouveau ses troupes. Le Royaume-Uni n’est cependant pas prêt à admettre sans combat une domination française sur les axes alpins suisses, ce dont témoigne une des six exigences que la diplomatie britannique adresse à la France à l’hiver 1802-1803 : « Les forces françaises doivent quitter la Suisse. » Bonaparte ne l’accepte pas, si bien que le Royaume-Uni déclare la guerre à la France en mars 1803, ce que le roi George III justifie de la manière suivante, dans son discours du 18 mai : « Ils [les Français] ont envahi le territoire suisse en période de paix et violé l’indépendance de la nation suisse (...). »

12À Vienne, l’archiduc Carl considère que la nouvelle occupation de la Suisse par la France aura « les conséquences les plus néfastes pour la sécurité de notre monarchie ». Ce n’est, certes, pas la raison principale de la reprise de la guerre entre la France et l’Autriche en 1805, mais cette occupation a eu une influence, même si la guerre est déclarée par Napoléon.

13La construction de la route du Simplon sous le Consulat et sous l’Empire et la traversée du Valais par des troupes autrichiennes vers la fin de l’épopée napoléonienne montrent combien il est dans l’intérêt commun des puissances européennes de considérer le Valais comme territoire suisse et de reconnaître la neutralité perpétuelle de ce pays. Dès lors, la neutralité attentive et armée de la Suisse, petit État au cœur du vieux continent, assure, depuis 1815, la sécurité des transversales alpines contre l’emprise d’agresseurs potentiels, certes dans l’intérêt de la Suisse, mais certainement aussi au bénéfice de l’Europe et, peut-être du monde...

Haut de page

Notes

1 Luginbühl (Hans und andere), Vivat das Bernerbiet Bis an d’r Welt ihr End! Lenzburg, Merker im Effingerhof, 2000.

2 Ibidem, p. 366.

3 Munday (Richard und andere), Weltgeschichte im Hochgebirge, Lenzburg, Merker im Effingerhof, 1999.

4 Ndlr : Dans les villes municipales suisses, l’avoyer devint dès le XVe siècle le premier magistrat de la ville et le représentant des autorités du canton.

5 Ogi (Adolf und andere), Bonapartes Sprung über die Alpen. Beilage zur ASMZ n° 3, März 2000, Frauenfeld, Huber.

6 Stüssi-Lauterburg (Jürg), Föderalismus und Freiheit, der Aufstand von1802; ein in der Schweiz geschriebenes Kapitel Weltgeschichte. Brugg, Effingerhof, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jürg Stüssi-Lauterburg, « Aspects de la situation stratégique de la Suisse entre 1797 et 1804 », Revue historique des armées, 243 | 2006, 4-9.

Référence électronique

Jürg Stüssi-Lauterburg, « Aspects de la situation stratégique de la Suisse entre 1797 et 1804 », Revue historique des armées [En ligne], 243 | 2006, mis en ligne le 27 novembre 2008, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/4962

Haut de page

Auteur

Jürg Stüssi-Lauterburg

Vice-président de l’Association suisse d’histoire et de sciences militaires, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Suisse.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org