Navigation – Plan du site
Dossier

Mouvements de troupes étrangères au Simplon (1798-1815)

Hubert Foerster
p. 10-19

Résumés

Le Simplon, cet antique col alpin, était très apprécié jusqu’au début du XVIIIe siècle pour son point culminant à 2 000 mètres. Au début du XIXe siècle, il acquit une importance stratégique renforcée par la construction de la première route de haute montagne praticable quasiment toute l’année. Mais, au lieu d’être au service des troupes françaises, elle fut utilisée par les Autrichiens et participa à la chute de Napoléon qui en avait ordonné la construction.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Simplon, Suisse
Haut de page

Texte intégral

1La route et le col du Simplon en Suisse ne peuvent pas être considérés comme un axe isolé conduisant vers le sud. Entre le Grand-Saint-Bernard et le Saint-Gothard, le Valais, à lui seul, offre une dizaine de passages, donc de nombreuses possibilités de franchissement des Alpes, aussi bien pour les commerçants que pour les militaires. Vu l’altitude des cols et l’aménagement des routes à la fin du XVIIIe siècle, le déplacement n’est pas toujours facile. De plus, là où l’infanterie peut encore passer, la cavalerie et l’artillerie éprouvent d’énormes difficultés et il faut prendre des risques, accepter des pertes en hommes, en chevaux, en canons et en munitions. La décision prise par Napoléon Bonaparte en 1797-1800 de choisir, entre le Grand-Saint-Bernard et le Saint-Gothard, le Simplon comme passage de première classe semble donc s’imposer.

Passages aboutissant dans le Val d’Aoste

  • passage (2004 m) de la vallée de Saint-Nicolas par les glaciers du val d’Hérens ;

  • passage (s’agit-il vraiment d’un passage?) du val d’Anniviers par le glacier du val d’Hérens ;

  • passage (?) du val d’Hérens, soit par le glacier, soit par la vallée d’Hérémence et le glacier de Bagne ;

  • passage (2797 m) par la vallée de Bagne et le glacier ;

  • col du Grand-Saint-Bernard (2469 m), de Martigny à Saint-Rémy (une montée de 8 heures et une descente de 2 heures) ;

  • col de Ferret (2493 m) sur Courmayeur.

Passages aboutissant dans la région de Domodossola

  • col du Gries (2 466m), de Im-Loch par Formazza à Bacenco - Domodossola (avec à sa gauche le Nufenen 2440 m); pour gagner le versant sud du Saint-Gothard ;

  • passage de la Binna (2410m), d’Ernen à Bacenco - Domodossola (10 heures de marche) ;

  • Simplon (2005m), de Brigue à Domodossola ;

  • passage (2868m) par le Monte Moro ou le Monte Turlo, de Saas à Varallo.

Un peu de géographie

2La chaîne sud des Alpes, entre la vallée du Rhône et le Piémont, comprend une série de sommets culminant entre 3 000 et 4 000 mètres. Les affluents du Rhône ont creusé des vallées en général étroites, qui servent d’accès aux passages alpins. Le rapport du général Mainoni du 6 mai 1800, adressé au général Berthier, commandant de l’armée de réserve, énumère deux groupes de cols ou de passages depuis le Valais. Ils aboutissent, soit dans la région de Domodossola, soit sur le lac Majeur, soit dans les régions d’Aoste et Ivréa.

3Le Simplon, un vieux col, à la fois l’un des moins élevés et le plus aisé à franchir. Les Romains et même des peuplades plus anciennes connaissaient sa relative accessibilité. Dès l’Âge de pierre, le versant nord du col est habité; des fouilles ont mis à jour des vestiges datant des âges du bronze et du fer. L’existence de la route romaine – en fait un sentier pour piétons – est attestée par une inscription de 195 après Jésus-Christ. En 489, les Burgondes, conduits par Gondebaud, traversent le Simplon pour visiter l’Italie. Au VIe siècle, les Lombards utilisent ce passage pour venir piller et incendier le Valais.

4Parmi les voyageurs les plus célèbres du Moyen Âge qui franchissent le Simplon, on peut citer le pape Grégoire X en 1275 et l’empereur Charles IV en 1391. L’amélioration du sentier par Kaspar Jodok Stockalper amène une fabuleuse expansion du commerce, ce qui contribue à la légende et à la célébrité du Simplon. La chute de Stockalper (1678), la paix d’Utrecht(1713)détournent le flux des transports vers le Mont-Cenis et sonnent le glas de l’axe du Simplon, de moins en moins bien entretenu.

1798-1799 : occupation sanglante du Haut-Valais

5En 1798, à la suite de l’occupation de la Suisse par les troupes du général Schauenbourg, les Français, aidés par des troupes du Pays de Vaud, mettent en place la nouvelle République helvétique, une et indivisible. Les anciennes libertés et l’ensemble de l’organisation politique remontant souvent au Moyen Âge disparaissent, remplacées par un centralisme jusqu’alors totalement inconnu. Des soulèvements populaires éclatent dans le Haut-Valais, où les anciennes classes dirigeantes jouissent toujours d’un large soutien dans la population germanophone. Les indigènes, appuyés par quelques unités autrichiennes sous les ordres du général Haddick, engagent de rudes combats contre les troupes françaises aux ordres du général Xantrailles, puis de Turreau.

6L’expérience acquise pendant les soulèvements brutalement réprimés en Vendée permet aux Français de l’emporter sur les insurgés valaisans. À cette occasion, le Simplon sert de passage pour les troupes autrichiennes ainsi que pour les renforts en hommes et en armes destinés aux insurgés. Des prisonniers de guerre, des otages et des réfugiés passent dans l’autre sens. À la fin de l’année 1799, les Autrichiens ne tiennent plus qu’unetête de pont fortifiée au sommet du col. Vu leur situation militaire défavorable en Suisse et en Italie du Nord, ils n’exploitent pas cette position avantageuse.

7À la suite de la défaite du corps expéditionnaire russe face aux troupes de Masséna à Zurich, l’ensemble de la Suisse est libéré des troupes coalisées. Pour elle, la guerre de la deuxième coalition est terminée. Le Valais reste occupé par la division Xaintrailles, qui fait partie de l’aile droite de l’armée du Danube. Cette division couvre surtout la région entre Brigue et Lausanne. En été 1799, elle compte 10 337 soldats et 289 officiers. Le Simplon est gardé par la 28e demi-brigade, soutenue par la 89e et la 104e, à Sierre et à Loèche. Commandée par le général Monchoisy, la division, dont les effectifs s’élèvent à 7 552 hommes et 330 officiers, compte encore, en novembre 1799, 4 958 soldats stationnés en Valais. La réussite de la pacification a permis de détacher 2 594 hommes dans les cantons du Léman et de Fribourg. En décembre, le général Mainoni commande dans le Haut-Valais. Les 1er et 2e bataillons de la 28e demi-brigade suffisent pour couvrir presque tout le territoire, y compris le Simplon. Le 3e bataillon couvre le flanc du côté Grand-Saint-Bernard.

1799: l’assaut du Simplon

8En août 1799, Masséna donne avec succès l’assaut général sur tous les fronts : il reprend le contrôle de la Suisse centrale (y compris le col du Saint-Gothard) et du Haut-Valais. Cette offensive prépare le terrain, non seulement à l’expulsion des coalisés du territoire suisse, mais aussi à l’opération française en Italie du Nord. S’assurer du plus grand nombre possible de cols augmente en effet l’incertitude des Autrichiens concernant les intentions des Français.

9En Valais, Turreau remplace le général Xaintrailles. Sa troupe, fatiguée par des marches harassantes, mal nourrie, peu ou pas payée, manquant de plus en plus d’uniformes et de souliers, doit repousser hors du Valais les Autrichiens et s’emparer des hauteurs et des cols menant en Italie.

10Selon Natalia Griffon de Pleineville, biographe du général Valhubert : « La division Turreau a la mission d’enlever le Simplon. Le 13 août, elle se met en marche ; les ennemis, commandés par le prince de Rohan, s’étaient fortifiés avec soin sur le Simplon, et avaient détruit tous les ponts des torrents, devenus des obstacles infranchissables. Valhubert choisit un officier intelligent et met sous ses ordres deux compagnies de la 28e, qu’il envoie sur le flanc du corps autrichien; il le charge de parcourir le pays et d’inspirer beaucoup de terreur aux habitants, d’allumer des feux sur les montagnes pendant la nuit, pour persuader l’ennemi que cette troupe est forte colonne. Les deux compagnies allongées indéfiniment trompent complètement les éclaireurs ennemis ; Rohan dégarnit en partie sa position fortifiée et marche à la rencontre de la division supposée.

11Le 14 août, apprenant la ruse, Valhubert va reconnaître les abords du torrent qu’il fallait franchir. Il découvre un grand arbre abattu et, pendant la nuit, le fait jeter en travers du torrent. Le lendemain, à l’aube, le passage commence, l’ennemi couvre de projectiles les abords du torrent, mais les tirailleurs français montés sur des rochers, exécutent des tirs précis qui font taire en partie les canons. Un petit groupe ayant réussi à traverser, Valhubert se met à sa tête, monte à l’assaut de la première plateforme et s’empare des canons.

12Les Autrichiens se replient au sommet qu’ils croient inexpugnable; Valhubert rassemble sa demi-brigade et ordonne l’attaque. Escaladant les rochers, les Français parviennent enfin à retourner la redoute servant de dernier refuge aux Autrichiens, l’ennemi met bas les armes. Des drapeaux, des canons et 1200 prisonniers sont le fruit de ce succès. »

13Ce combat ne figure pas dans le Dictionnaire des batailles de Napoléon d’Alain Pigeard, mais il faut convenir qu’il revêt tout de même une importance locale.

1800 : le passage de Béthencourt

14Tous les cols suisses d’une certaine importance sont en possession des Français, ce qui crée les conditions d’une percée-surprise. Une défaite des Autrichiens au Piémont et en Lombardie devrait permettre de conclure victorieusement, sur le front Sud, la guerre contre la deuxième coalition. L’attaque principale, effectuée par Bonaparte par le Grand-Saint-Bernard, sera appuyée par les colonnes des généraux Moncet, via le Saint-Gothard, et Béthencourt, via le Simplon. Les trois corps se réuniront à Milan pour entreprendre la campagne victorieuse qui connaîtra son couronnement à la bataille de Marengo.

15Le 2 juin 1800, Quatremère-Dijonval, chef de l’état-major, sitôt arrivé à Pavie, fait un rapport plus explicite que Béthencourt. C’est la raison pour laquelle nous le citons ci-contre.

16Bonaparte attire toute la gloire sur sa personne : le grand général sur son cheval blanc, précède ses troupes ! En réalité, c’est juché sur un mulet et conduit par un guide qu’il marche, à la suite de son armée, sur un chemin aménagé. Le mythe amène même un aubergiste du hameau de Gabi, sur la route du Simplon, à mentionner le passage de Napoléon le 27 mai 1807, jour où il se trouve en Allemagne, à Finkenstein près de Dantzig. Béthencourt, audacieux à la tête de sa colonne, doit, quant à lui, se contenter d’une inscription relatant le difficile passage. Après la neige et la glace des Alpes, il trouvera une tombe dans la chaleur de la Guadeloupe, le 6 août 1801.

La route militaire, 1801-1805

17Le 14 mai 1797, Bonaparte a déjà avisé le Directoire du projet d’utiliser le Simplon comme grande route militaire : « Le chemin sera rendu praticable pour les canons. » Le mauvais état du chemin, à la suite des destructions dues aux combats et au mauvais temps, ne laisse pas indifférents les responsables qui se trouvent sur place. En été 1800, la Chambre admi­nistrative valaisanne, ainsi que l’Inten­dance centrale de la poste helvétique se penchent déjà sur les problèmes posés par l’entretien du Simplon, le déblaiement de la neige et la construction d’un abri au sommet pour les courriers de la poste de la ligne Genève – Milan, cela d’entente avec Stockalper, propriétaire de l’ancienne auberge. Les coûts et le manque chronique d’argent de la République helvétique empêchent de prendre des mesures efficaces et durables.

18Des projets voient pourtant le jour. Après l’ingénieur Henri Guignard (1765-1819), François Samuel Wild (1743-1802), en sa qualité de commissaire helvétique, établit, le 18 janvier 1801, un constat sur l’état du chemin et fait des propositions pour son amélioration. Selon Wild, le Simplon devrait être aménagé comme « un chemin à petit charroi qui fût sûr et praticable presque toute l’année. Ce que les hommes peuvent vaincre, ils vaincront, mais le pouvoir humain est borné par la nature. La neige, les avalanches de toutes espèces, le vent et les orages avec leurs suites ne s’arrêtent pas par le génie des mortels ».

19Bonaparte prend une décision stratégique en ordonnant, le 7 septembre 1800, la cons­truc­tion d’une grande route entre Brigue et Domodossola. Après l’échec des ingénieurs militaires Lescot et Duchêne, commandés par le général Turreau, il confie, le 17 octobre 1800, la direction générale des travaux à l’ingénieur Nicolas Céard. Ceux-ci commencent à la fin mars 1801, juste après la conclusion de la paix de Lunéville.

20Deux bataillons du génie français, des Valaisans et surtout des Piémontais, jusqu’à trois mille ouvriers, œuvrent sur chaque versant. Les désertions d’ouvriers, les rixes entres Piémontais et Valaisans, les jalousies entre ingénieurs français et italiens retardent l’avancement des travaux. La direction de la construction est donc enlevée aux militaires et confiée à la direction des ponts et chaussées du ministère de l’Intérieur. Napoléon s’impatiente ; malgré son ordre d’ouvrir la route en août 1805, le délai ne peut être respecté. À la fin mai, il ne peut donc rentrer à Paris par le Simplon, après son couronnement à Milan. Céard ne parvient à ouvrir la route qu’en septembre pour l’infanterie et la cavalerie, qu’en octobre pour l’artillerie.

21La route, inaugurée en automne 1805, longue de 63 km, a une faible pente moyenne de 6 %, qui ne dépasse jamais les 13 %. Large de 7 à 8 mètres, elle comprend 9 refuges et 7 tunnels ou galeries. Les 8 ponts, dont 2 en pierre, sont préparés de telle manière qu’on puisse les faire sauter en cas de guerre. Le budget rectifié s’élève à 7 586 102 francs, 4 millions à payer par la France, 3 par la République cisalpine.

22C’est avec cette nouvelle route, sûre pendant toute l’année et bien carrossable, que le col du Simplon, véritable première dans l’histoire des passages des Alpes, devient, pour tout général ou seigneur des lieux, une alternative plus que valable au Grand-Saint-Bernard et au Saint-Gothard. Du côté suisse, l’actuelle route nationale no 9 a fait disparaître une grande partie de l’ancienne route napoléonienne.

La suite politique

23Le Valais, anciennement pays allié des Cantons suisses, est logiquement intégré dans la République helvétique en 1798. Tant que la France la considère comme une alliée assez sûre, le problème de la traversée militaire des Alpes par les grands cols et leurs accès ne se pose pas vraiment. Les mouvements de troupes françaises sont assurés par les infrastructures du pays. Mais les quatre coups d’État qui se produisent en Suisse entre 1800 et 1802 montrent clairement à Bonaparte qu’il lui faut sécuriser ses voies de communication. Le Saint-Gothard et les cols des Grisons se situent dans des régions trop appauvries par les précédents passages de troupes; les populations y manifestent une hostilité marquée envers la France et la République helvétique. Sur la base de la bonne expérience faite avec l’armée de réserve de Lyon en 1800, il privilégie donc pour ses communications avec l’Italie le Valais avec le Simplon et sa route moderne, le col du Grand-Saint-Bernard, qui est fort commode.

24Vu l’importance stratégique de la nouvelle route au Simplon, la France, profitant de la présence sur place de ses soldats et ouvriers, décide, dans un premier temps, de l’administrer directement elle-même ; le Valais aurait, une fois la route terminée, de nouveau les pleins droits de souveraineté sur ce passage. Mais les autorités helvétiques du Valais ne se montrent pas assez complaisantes, et Bonaparte tranche : il détache le Valais du territoire d’une République helvétique opposée à cette amputation. En 1802, il crée la République indépendante du Valais, encore une « République-sœur », garantie par la France et les Républiques helvétique et italienne. Les ambassadeurs français veillent à ce que le Simplon reste ouvert au trafic commercial et militaire. La République valaisanne, sous l’influence peu ou mal cachée de la France, peutalors mieux agir contre les déserteurs français et mieux contrôler le blocus des marchandises anglaises que ne le faisait le canton helvétique, avec des autorités et une population récalcitrantes.

25Pourquoi, finalement, agir à travers une République prétendument indépendante ? L’Empereur se décide donc, en 1810, à supprimer cette fiction en rattachant le Valais à la France, sous le nom de Département du Simplon… À la suite de la chute de l’Aigle, le Valais recouvre son indépendance en 1814, avant de devenir un canton suisse, l’année suivante.

1813-1814: le chemin de retour

26En 1813-1814, l’avenir de Napoléon Ier et de l’Empire sont en train de se jouer. Ignorant encore son destin, l’Empereur ne concentre pas seulement son attention sur le gros de ses forces, il garde aussi un œil sur ses ailes. Il décide, le 18 décembre 1813, de créer une force à Genève, sa « division de réserve ». Il veut couvrir la frontière franco-suisse le long du Jura par un cordon de troupes. L’aile gauche se situe à Huningue près de Bâle, le centre à Besançon et l’aile droite à Genève. Il nomme le maréchal Augereau commandant de cette force – 300 000 hommes – censée se réunir entre Genève et Lyon. 70 à 80 bataillons sont prévus mais, en mars 1814, l’Armée de Lyon n’en compte que 39 ! L’aile droite doit, soit stopper l’avance d’un ennemi passant par la Suisse ou descendant des cols du Simplon et du Grand-Saint-Bernard, soit protéger Lyon et bloquer le débouché du Mont-Cenis.

27Pendant ce temps, les alliés – 195 000 hommes formant 6 colonnes – traversent la Suisse. Le cordon militaire suisse se révèle trop faible pour s’opposer à la violation de la neutralité. Le Valais, libéré et protégé par l’arrivée des Autrichiens le 29 décembre 1813, subit les exigences des nouveaux occupants. Le colonel Simbschen, détaché de l’armée Bubna avec quelques compagnies d’infanterie et une soixantaine de hussards croates, exige la formation d’un bataillon de 400 chasseurs valaisans, chargés de veiller à l’ordre public, mais surtout de garder et de bloquer le Simplon contre les troupes franco-italiennes.

28Il se produit quelques accrochages au Grand-Saint-Bernard et des combats au Simplon, les 28 février, 2 et 3 mars 1814. Le bataillon Simbschen effectue une reconnaissance en force jusqu’à Domodossola. Repoussé, il prend position à Berisal, renforcé par des hommes du Landsturm, et fait prisonnier un bataillon de la Guardia del Vice-Residente. Le maigre butin, bourses et armes, témoigne d’une victoire qui n’est importante que sur le plan psychologique. D’autres militaires français, courriers ou détachements isolés, ignorant le changement de situation, vont se faire dépouiller et capturer.

29Napoléon ayant abdiqué le 11 avril 1814, les Autrichiens quittent le Valais le 16 mai. La dette autrichienne s’élève à 2 197 394 florins, dont 1 459 352 seulement seront reconnus en 1818 et, par conséquent, payés.

1815: une promenade militaire

30Au lendemain du retour de Napoléon de l’île d’Elbe, la coalition définit son plan d’attaque le 25 mars 1815. Six armées se trouvent réparties sur une longue ligne entre les Pays-Bas et l’Italie. Quatre d’entre elles s’apprêtent à marcher sur Paris : Wellington avec les Anglo-Hollandais en Belgique, Blücher avec les Prussiens dans les Ardennes, Barclay de Tolly avec les Russes en Alsace et en Lorraine, Schwarzenberg avec le gros des forces (210 000 Autrichiens et Allemands du Sud) entre l’Alsace et Bâle. Deux autres armées, stationnées en Italie, assurent le flanc gauche : Frimont (50 000 Autrichiens) en Lombardie, qui doit pousser vers Lyon, Bianchi (25 000 Autrichiens et Italiens) à Naples, qui doit entrer en Provence. L’approvisionnement des convois et les nécessités stratégiques exigent l’utilisation d’axes situés en Suisse. Pour Frimont, le Simplon est la route la plus rapide, la plus sûre et la plus commode. Le congrès de Vienne a pourtant garanti la neutralité suisse le 20 mars. Que faire ? La nouvelle route de Napoléon va-t-elle être utilisée contre lui ?

31Vu l’opposition ouverte du tzar Alexandre Ier à une violation du territoire suisse, Metternich et les généraux autrichiens déclarent que la neutralité suisse doit être respectée aussi longtemps que possible, et pour autant que les circonstances le permettent, une formule vague qui n’engage à rien, mais qui rassure apparemment la Suisse, qui veut défendre ses frontières contre toute invasion, conformément à sa déclaration de neutralité.

32Le baron Steigentesch, général autrichien et délégué de Schwarzenberg auprès de la Diète suisse (une conférence des ambassadeurs des Cantons souverains) parvient, le 20 mai, à faire accepter une convention. La Suisse mobilisera ses troupes (40 000 hommes) et s’alignera avec les forces coalisées. En cas d’urgence, elle autorisera le passage des alliés à travers son territoire. La Coalition, en revanche, renonce à établir en Suisse des routes militaires, des hôpitaux, des dépôts de vivres et de munitions. La neutralité ainsi contournée, les routes suisses, entre autres celle du Simplon, sont ouvertes aux mouvements militaires contre Napoléon.

3338 000hommes,commandéspar Radivojewitsch – la colonne de tête de l’armée de Frimont – passent par le Simplon pour se rendre à Saint-Maurice. Le rythme du mouvement (110 kilomètres en 2 jours) montre qu’il s’agit d’une promenade militaire, une marche forcée certes, mais sans ennemis. En 1815, la route Napoléon Ier, la plus moderne des Hautes-Alpes, est utilisée contre son créateur et contribue à sa chute.

« Citoyen Général en chef,
C’est le 6 prairial que vous avez ordonné au général Béthencourt, chargé de conduire l’expédition par le Simplon, de commencer à en tenter le passage. La nature, pour ainsi dire aux ordres du Premier consul, même sur les lieux où elle domine avec le plus d’empire, avait pris soin d’aplanir cette année, deux mois plus tôt que d’ordinaire, un obstacle qui ajoute beaucoup aux difficultés de ces routes si étroites et si scabreuses. La neige était disparue de dessus les chemins, mais sa chute en avalanches avait rompu les mêmes en plusieurs endroits, et je me hâte de vous faire voir les Français conduits par un de ces éboulements à l’une des situations les plus extraordinaires qu’on puisse concevoir. Le général Béthencourt arrive avec environ 1 000 hommes, tant de combat que de suite, à un de ces points où le passage n’est obtenu que par des pièces de bois dont une extrémité pose dans le rocher creusé, l’autre est supportée par une poutre en travers.
Cette espèce de pont avait été emportée par un éclat de roche parti de la plus grande élévation et qui avait tout entraîné dans un torrent, roulant au-dessous ses eaux avec le plus horrible fracas. Le général Béthencourt avait vos ordres ; il déclara que nul obstacle ne devait arrêter et aussitôt il fut résolu d’employer le moyen suivant.
Il ne restait, de tout ce que l’art avait ici tenté pour vaincre la nature, que la rangée de trous dans lesquels avait été engagée l’une des extrémités de chaque pièce de bois. Un des volontaires le plus hardis s’offre à mettre les deux pieds dans les deux premiers trous, puis à tendre une corde à hauteur d’homme en marchant de l’intervalle entièrement vide au-dessus de l’abîme, c’est le général Béthencourt qui donne l’exemple de passer ainsi suspendu par les bras à une corde même très peu forte. Et c’est ainsi que 1 000 Français ont franchi un intervalle d’environ 10 toises (20 mètres), chargés de leurs armes, chargés de leurs sacs. On les avait vus se servir de leurs baïonnettes, employer des crochets, pour pouvoir gravir des montagnes dont l’escarpement semblait avoir banni à jamais les humains.
Je crois vous les présenter ici, Citoyen Général, luttant contre les plus affreux périls dans une attitude nouvelle, et je les crois bien dignes de la postérité lorsqu’ils sont ainsi suspendus entre le ciel et le plus effroyable abîme, par l’unique espoir de vaincre, par l’unique envie de vous obéir. Je reviens à nos combattants. Il est temps de vous rappeler, Citoyen Général, que c’étaient des détachements de la 102
e et de la 44e demi-brigade, auxquels se joignaient quelques compagnies de l’infanterie helvétienne. Les noms du général, des officiers de son état-major, tant Français qu’Helvétiens, qui ont donné l’exemple d’une telle audace, sont déjà gravés sur le roc qui leur avait refusé le passage. Ils trouveront là, sans doute, le plus beau temple de mémoire. Mais ils y ont trouvé de plus cette force d’élan qui leur a fait ensuite renverser, surprendre les postes autrichiens avec tant de bonheur. Ceux-ci dormaient, pour ainsi dire, appuyés sur cette barrière. Avec quelle stupeur ils ont vu arriver les Français sur leur front, sur leur flanc, et descendre le Simplon, lorsqu’ils les croyaient loin de pouvoir même le gravir !
On avait dit que le Simplon, à peine praticable pour des hommes, ne le serait jamais pour des chevaux, et je l’ai passé, le chemin réparé, la dernière fois suivi de 15 cavaliers montés, sans avoir été jamais contraint par une nécessité réelle de descendre de cheval. On avait dit que le Simplon ne se prêterait jamais au passage de l’artillerie ainsi que des munitions, et le général a réussi à se faire suivre de deux pièces de trois, de quatre pièces de quatre, de deux obusiers (à dos de mulets), et j’ai réussi, moi, à me faire suivre de deux pièces de huit. Salut et respect.
 »

1815 : la fin des tribulations

34À partir de 1815, le Simplon se trouve sous la protection de la Confédération, dont la neutralité est garantie par les grandes puissances au congrès de Vienne. Des troupes étrangères, si l’on fait exception des internés, ne fouleront plus jamais ce col. La route sert dorénavant des intérêts commerciaux et touristiques. Les militaires suisses l’empruntent lors de leurs exercices du temps de paix et pour l’occupation des frontières ainsi que des terrains forts pendant les grandes guerres européennes. Le percement d’un tunnel ferroviaire fera perdre de sa valeur au col, mais c’est là un autre chapitre de l’histoire du Simplon.

Construction de la route du Simplon
«Les professionnels (...) restèrent en admiration devant les huit ponts et les sept tunnels de cet audacieux tracé routier. Pour des raisons stratégiques, Céard voulait que la partie centrale de tous les ponts soit en bois – cela faciliterait leur destruction en cas de menace militaire – mais deux d’entre eux furent tout de même réalisés en pierre: l’Aegerbrigga et le pont de Fraginodi. Tous les autres ponts furent d’abord dotés d’un tablier en bois soutenu par des jambes de force, celui du Ganter d’une véritable arche de bois. La seul pont de bois couvert fut construit par Céard lui-même. Il s’agit de celui de la Saltina. La grande galerie des gorges du Gondo, située entre les ponts de Casermetta et Fraginodi, mesure 222 mètres. La construction de ce tunnel, qui était aussi le plus long, fut retardée par une succession de désaccords; elle débuta seulement un an avant la date prévue pour l’inauguration de la route. Le chantier fut mené sur quatre fronts car on espérait encore, à ce moment-là, que Napoléon viendrait inspecter lui-même l’ouvrage. Plusieurs refuges, constituant autant de repères architecturaux, furent érigés le long de la route napoléonienne, conformément à ce qui se faisait alors en France.»
Gérard Delaloye, Un Léman suisse. La Suisse, le Chablais et la neutralisation de la Savoie. 1476-1932, Yens Cabédita, 2002, p. 35.

Haut de page

Bibliographie

Histoire politique du Valais

Biolay (Émile), Le Valais en 1813-1814 et sa politique d’indépendance, « La libération et l’occupation d’un département réuni », Bibliotheca Vallesiana, t. 7, Martigny, 1970.

Salamin (Michel), Histoire politique du Valais sous la République helvétique (1798-1802), Vallesia, t. 12, Sion, 1957.

Salamin (Michel), La République indépendante du Valais (1802-1810), Sierre, 1971.

Militaire

Cugnac (Jean de), Campagne de l’armée de réserve 1800, 2 vol., Paris, 1900-1901.

Foerster (Hubert), «Der Simplon, eine Alternative?», Bonaparte et les Alpes, Actes du colloque organisé par l’Association suisse d’histoire et de sciences militaires en 2000 à Martigny, Zurich, 2001, p. 55-93.

Fuhrer (Hans Rudolf), Die beiden Schlachten von Zürich 1799, 2 cahiers, École militaire supérieure,1995.

Griffon de Pleinville (Natalia), «Le général Valhubert 1764-1805», Tradition Magazine, 213, juillet-août 2005, p. 39-43.

Ménard (Gérard), Jean-Marie Mellon Roger dit Valhubert, Paris, 2005.

Muret (Henri), Cérenville (Bernard de), La Suisse en 1815, « Le second passage des Alliés et l’expédition de Franche-Comté », Lausanne, 1913.

Von Deschwanden (Peter), « Der Simplon in der napoleonische Strategie », Blätter aus der Walliser Geschichte 29 (1997), p. 9-51.

Zins (Ronald), 1814, l’armée de Lyon, ultime espoir de Napoléon, Neuville-sur-Saône, 1998.

Cols et routes

Blanchard (Marcel), Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796-1815), Grenoble, 1920.

Arnold (Peter), Der Simplon. Zur Geschichte des Passes und des Dorfes, Brig, 1948.

Mittler (Max), Pässe, Brücken, Pilgerpfade. Historische Verkehrswege der Schweiz, Zurich-Munich 1988, p. 115-141.

Flückiger (Roland), « Nicolas Céard, die Entstehung der ersten Kunststrasse über die Hochalpen », Blätter aus der Walliser Geschichte 29 (1997), p. 53-90.

Lechevalier (Michel), « Ingénieurs et militaires français au Simplon (1800-1801) », Vallesia 57 (2002), p. 205-289.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Foerster, « Mouvements de troupes étrangères au Simplon (1798-1815) », Revue historique des armées, 243 | 2006, 10-19.

Référence électronique

Hubert Foerster, « Mouvements de troupes étrangères au Simplon (1798-1815) », Revue historique des armées [En ligne], 243 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/4992

Haut de page

Auteur

Hubert Foerster

Directeur des archives du Canton de Fribourg, il est l’auteur de publications touchant à l’histoire militaire cantonale et suisse entre 1750 et 1850. Major de l’artillerie de forteresse, il est aussi l’ancien chef du Service historique (section de l’état-major de l’armée).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org