Navigation – Plan du site
Lectures

Hervé Drévillon, L’impôt du sang.  Le métier des armes sous Louis XIV

Éditions Tallandier, Paris, 2005, 526 pages.
Anne-Aurore Inquimbert
p. 145

Texte intégral

1Contrairement à ce que pourrait laisser penser son titre, cet ouvrage ne retrace pas l’histoire des campagnes menées par les armées de Louis XIV. L’approche choisie par Hervé Drévillon mêle histoire administrative et politique, sociologie et sémantique. Quelle était la place de la société militaire dans la société de cour des XVIIe et XVIIIe siècles ? Quels codes régissaient l’appartenance au corps des officiers ? Quel attrait réel présentait le métier des armes pour celui qui choisissait d’y faire carrière ? En quoi l’actuelle fonction publique est-elle l’héritière de ce grand « laboratoire de rationalité administrative » que fut l’armée de Louis XIV ? Autant de questions qui contribuent à une mise en perspective réellement novatrice. Car Hervé Drévillon rappelle qu’en ordonnant les procédures d’avancement, en tentant de scinder la puissance publique conférée par les charges militaires du pouvoir privé que certains pouvaient en tirer, ou encore en confortant dans leur tâche les inspecteurs et directeurs chargés du contrôle des troupes, Louis XIV et Louvois ont véritablement instauré un « grand service public de la guerre ». Parmi ces mesures, nous retiendrons volontiers la création, par ordonnance du 1er août 1675, du tableau d’avancement octroyant « le commandement au plus ancien des officiers égaux en grade en supprimant l’ancien usage du roulement » et fixant dès lors des normes administratives dans le déroulement de la carrière des officiers. Par ailleurs, l’auteur souligne que si les liens de clientèle en matière de recrutement de la troupe et de réattribution des charges d’officiers vacantes continuaient à structurer l’armée ; elles ne constituaient pas systématiquement « une infraction à la rationalité administrative ». Ajoutons à cela que le prestige du métier militaire n’était pas toujours le critère déterminant les carrières au sein de la noblesse, certains agissaient parfois au nom d’une conjonction d’intérêts. Ainsi, certaines idées reçues méritent un utile réexamen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Aurore Inquimbert, « Hervé Drévillon, L’impôt du sang.  Le métier des armes sous Louis XIV », Revue historique des armées, 243 | 2006, 145.

Référence électronique

Anne-Aurore Inquimbert, « Hervé Drévillon, L’impôt du sang.  Le métier des armes sous Louis XIV », Revue historique des armées [En ligne], 243 | 2006, mis en ligne le 17 novembre 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/5292

Haut de page

Auteur

Anne-Aurore Inquimbert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org