Navigation – Plan du site
Dossier

L’outil naval français et la sortie de la guerre froide (1985-1994)

Patrick Boureille
p. 46-61

Résumés

Entre l’accession au pouvoir de M. Gorbatchev et la dislocation du bloc communiste, les relations internationales ont connu une accélération brutale. Depuis 1960, la France a construit un outil de dissuasion, essentiellement naval, en fonction d’un affrontement Est-Ouest qui à partir de 1985 a perdu progressivement de son actualité avant de disparaître brutalement. Cet article présente la posture stratégique française en 1985. Sont ensuite abordées à travers la question des « dividendes de la paix » les conséquences pour la marine en général et la Force océanique stratégique en particulier à partir de la fin de la guerre froide en terme de budgets et de programmes navals. Enfin, est rappelée l’appréhension de cette évolution rapide du contexte international par les responsables politiques et militaires en charge de la défense du pays à travers une série de prises de position publiques. Le Livre blanc sur la défense publié en 1994 marque à cet égard tout à la fois une continuité, une transition et une rupture.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Soutou (G.-H.), La guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943-1990, Fayard, 2001, chap. (...)
  • 2 François Mitterrand, lettre du 31 juillet 1986, à Ronald Reagan.
  • 3 « Glasnost » et « Perestroïka ».

1En 1985, très peu nombreux en Occident sont les observateurs avertis conscients de la crise profonde et grandissante que traverse le système soviétique depuis le début des années 1980, tant à l’intérieur de l’URSS elle-même, dans le domaine économique, qu’à l’extérieur en Europe centrale et orientale et dans le Tiers-Monde 1. La guerre froide bat alors son plein. L’accession au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev survient d’ailleurs après un accès aigu de tension internationale à la fin de l’année 1983 : destruction au-dessus du Kamchatka du Boeing sud coréen Kal 007 le 1er septembre par la chasse soviétique, débarquement américain à la Grenade le 25 octobre pour contrecarrer une mainmise communiste grandissante, déploiement des Pershing II en Europe occidentale à partir de décembre pour répondre à celui des SS 20, retrait de Moscou des négociations de Genève, psychose soviétique d’une attaque nucléaire surprise. Certes, le nouveau secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) a déjà fait impression l’année précédente lors de son voyage au Royaume-Uni et il renouvelle cette offensive de charme en France en octobre 1985. « Il a une intelligence vaste, rapide et subtile. Il voit les problèmes dans leur globalité. Il a un sens réel des réalités en ce qui concerne tant son propre pays que le reste du monde. Bien sûr, il est avant tout mû par de grandes ambitions pour son propre pays et probablement pour lui-même. Mais en homme de son temps, il comprend apparemment que ces grandes ambitions ont été limitées par l’incapacité de l’URSS à résoudre ses problèmes économiques. C’est précisément parce qu’il veut voir une URSS puissante et respectée qu’il essaiera de moderniser son pays, utilisant au mieux lamarge de manœuvre que le système soviétique, dont il est un produit, pourra lui garantir » écrit de lui François Mitterrand 2. Cette réorientation du discours du Kremlin est symbolisée par le slogan de la « rénovation » et de la « transparence » 3. Elle a son pendant dans le domaine stratégique avec la « suffisance raisonnable » qui n’est pas sans rappeler la vision française de la dissuasion.

  • 4 Les trois présidents constatent à Minsk que « l’URSS en tant que sujet du droit international et ré (...)
  • 5 Dissolution officielle des structures militaires lors de la réunion de Budapest le 25 février 1991 (...)
  • 6 Auswartiges Amt. « Traité sur le départ des troupes du 12 octobre 1990 », BGBI, 1991, II, p. 256 et (...)
  • 7 Livre blanc sur la défense, 10/18, 1994, p. 5.

2Le 8 décembre 1991, trois mois après l’échec d’un coup d’État conservateur, Boris Eltsine, président de la fédération de Russie, et ses homologues d’Ukraine et de Biélorussie enterrent définitivement une Union soviétique moribonde et les espoirs de rénovation du secrétaire général du PCUS au profit de la nouvelle Communauté des États indépendants 4. La décomposition de la puissance militaire soviétique se matérialise alors très rapidement avec l’accession à l’indépendance des États baltes, la disparition officielle du pacte de Varsovie 5 et le retrait de l’ancienne Armée rouge des pays frères et de l’ex-Allemagne de l’Est entre 1991 et 1994 6. En vis-à-vis, l’évolution de l’outil de défense français achève aussi sa mutation avec la publication d’un nouveau Livre blanc cette même année 1994. « La menace précise et identifiée ne s’incarne plus dans un adversaire, un espace, ni un pacte. (…) Après un bouleversement historique où la tentation fut grande de baisser la garde, de toucher les “dividendes de la paix”, il est nécessaire de montrer que c’est bien la paix qui est un dividende de la défense. » 7 Cette évolution parallèle et interdépendante des politiques de défense française et soviétique et en contrepoint l’attitude de Paris à l’égard de l’OTAN sont les objets de cet article.

3Comment cette évolution rapide du contexte international a-t-elle été appréhendée par les responsables politiques et militaires français en charge de la défense du pays ? Quelles ont été les conséquences de la fin de la guerre froide pour l’outil de défense en général et pour la dissuasion navale française en particulier ? Sans prétendre à l’exhaustivité, ce texte entend apporter quelques éléments de réflexion sur ce sujet.

La posture stratégique française en 1985

  • 8 Livre blanc sur la Défense nationale, t. 1, 1972.

4La posture française est héritée du Livre blanc de 1972. Couronnant deux décennies de recherches pour l’obtention et la mise en œuvre opérationnelle de l’arme atomique, ce document résume la posture officielle du gouvernement français en terme de défense et, par voie de conséquence, de politique étrangère. Fondée sur le refus des blocs, la définition limitée et précise des engagements contractés par le pays à l’égard de l’Alliance atlantique, et les efforts pour favoriser une détente dans les rapports internationaux, la politique étrangère française a pour contrepartie une posture de défense strictement défensive. « La dissuasion nucléaire repose sur une commune intelligence par les adversaires de la démesure du risque encouru, fruit de la puissance nucléaire et de la détermination de qui la détient. Elle ne vaut et ne s’applique que dans le cas d’une menace directe sur les intérêts vitaux de l’un et si elle fait peser sur l’autre un risque immédiat hors de proportion avec l’enjeu du conflit. » 8

  • 9 JO du 24 décembre 1964, Loi de programme n° 64-1270 « relative à certains équipements militaires ».
  • 10 Décision de construction le 4 avril 1974, construction stoppée en mars 1976 pour des motifs budgéta (...)
  • 11 Reydellet (D.), « L’évolution des missiles nucléaires français des origines à nos jours », Revue hi (...)
  • 12 Mitterrand (F.), Réflexions sur la politique extérieure de la France. Introduction à vingt-cinq dis (...)

5Quelle est la puissance de la composante navale des forces nucléaires stratégiques (FNS) au milieu des années 1980 et comment est-elle perçue ? Depuis la deuxième loi de programme 9 qui prévoyait pour 1970 « la mise en service d’un premier sous-marin atomique armé d’engins mer-sol balistiques stratégiques à têtes nucléaires puissantes », cinq autres unités du même type sont entrées en service : Le Terrible en janvier 1973, Le Foudroyant en juin 1974, L’Indomptable en décembre 1976, Le Tonnant en mai 1980 et L’Inflexible en avril 1985. Pour cette dernière unité, la prise de décision a été particulièrement ardue 10… À la différence des cinq sous-marins précédents équipés de missiles M 2 mégatonniques, L’Inflexible est équipé d’emblée de 16 missiles M 4 à six têtes de 150 Kt chacune 11. Quatre de ses prédécesseurs doivent être l’objet d’une refonte jusqu’en 1992 12. Seul le premier de la série, Le Redoutable, n’en fera pas l’objet. Au total, cela représente en 1985 un ensemble de 176 ogives nucléaires ou thermonucléaires pour les seuls SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins), auquel il convient d’ajouter les silos du plateau d’Albion et les charges délivrées par les Mirage IV, soit respectivement 18 SSBS S 3 mégatonniques et quelques dizaines de bombes AN 22 de 70 kilotonnes. En novembre 1987, les SNLE représentent à eux seuls une puissance de destruction de 44 mégatonnes, soit 2 200 fois Hiroshima.

  • 13 Villain (J.), La force de dissuasion française. Genèse et évolution, Docavia, éditions Larivière n° (...)
  • 14 En vertu de ce traité du 26 mai 1972, le déploiement d’un système de défense anti-missiles sur l’en (...)
  • 15 Plateau d’Albion, les sentinelles de la Paix, Zéphyr, 1999, p. 64.
  • 16 Le porte-avions Foch est aménagé de la même manière pour prise opérationnelle de service le 15 juin (...)
  • 17 Ibid. p. 107. En attendant la première livraison des Mirage 2 000 N à l’armée de l’Air prévue en 19 (...)

6Cette puissance est en devenir et elle est à un double tournant technologique et, partant, stratégique. En effet, avec l’avènement des têtes multiples, le seul Inflexible emporte plus de charges à lui seul que les cinq autres sous-marins lanceurs d’engins réunis. Par ailleurs, pour des méga tonnages à peu près équivalents à terme, les SNLE refondus en missiles M 4 disposeront des moyens de détruire une superficie beaucoup plus étendue puisque les nouveaux vecteurs ont une portée supérieure à 4 000 Km 13 et de plus grandes capacités de pénétration des défenses ABM (Anti-ballistic missile) adverses strictement limitées pour leur part à cent unités par le traité de Moscou 14. La dissuasion est ainsi confortée par l’effet de saturation des défenses de l’ennemi. Le début des années 1980 a été aussi marqué par la prise en considération des menaces liées au phénomène d’impulsion électromagnétique provoqué par une explosion nucléaire en haute altitude susceptible d’endommager gravement tous les circuits électriques : la seule parade à cette menace sur les liaisons consiste en un durcissement des unités de tir. C’est chose faite le 21 septembre 1984 pour Albion 15 et pour les centres opérationnels des forces aériennes stratégiques (COFAS) de Taverny et du Mont Verdun. Enfin, depuis le 10 novembre 1978, l’arme nucléaire peut aussi être délivrée par les aéronefs de la marine à raison de quatre ou cinq exemplaires de l’AN 52 sur le Clemenceau 16. La modernisation consiste là dans le déploiement du missile air-sol à moyenne portée embarqué sur le Foch à partir de 1988 et le Clemenceau à partir de 1993 et délivré par Super Etendard 17.

  • 18 Boureille (P.), « 1960 : le projet de constitution d’une force de frappe océanique stratégique comm (...)
  • 19 Avis de R. Mac Namara en 1966. Service historique de la Défense, département « Marine » Vincennes ( (...)

7Diversification et fragmentation des différents éléments des forces nucléaires stratégiques assurent donc une moindre vulnérabilité vis-à-vis des attaques préventives de l’adversaire. En contrepartie pèse sur ce dernier un risque de destruction minimale de l’ordre de 35 % de sa population et de 45 % de ses principales productions industrielles 18. Cela revenait déjà selon les critères admis dans les années 1960 à le rayer de la liste des grandes puissances 19. Que dire en 1985 ?

  • 20 Par commodité, nous reprenons ici la « théorie des trois cercles » conceptualisée et médiatisée par (...)
  • 21 Note n° 018337 DEF/C.27. Le taux de présence à la mer est de 2,84 SNLE au cours du premier semestre (...)
  • 22 Marc Théléri écrit que « les forces navales d’Égypte, d’Israël et de Syrie et même d’Union soviétiq (...)

8La dissuasion en 1985 sur le plan opérationnel revêt trois aspects selon le cercle des intérêts français dans lequel se profile la menace soviétique 20. Vis-à-vis du sanctuaire national, elle se concrétise par la permanence à la mer de trois SNLE à partir de 1983. Cette décision a été adoptée très tôt dans le premier septennat de François Mitterrand, dès novembre 1981, en même temps qu’étaient décidées l’étude et la construction du septième sous-marin nucléaire de nouvelle génération. Relayée par une note de Charles Hernu, ministre de la Défense, le 14 avril 1982 à destination du chef d’état-major de la marine, l’amiral Lannuzel, pour action le plus tôt possible et au plus tard le 1er janvier 1984, cette permanence est progressivement une réalité avec plus de 360 jours par an à trois SNLE à compter de cette dernière date 21. Fidèle à la définition de la dissuasion, il n’est par ailleurs aucun espace maritime qui soit par définition interdit de patrouille, sauf à mettre en cause la sûreté de l’outil de dissuasion lui-même. C’est ainsi qu’au moment de la guerre du Kippour, le SNLE Le Redoutable avait été positionné au sud-ouest de la Crête pour battre une zone couvrant Moscou, Damas et l’Égypte. Message à destination des alliés ou de l’Union soviétique ? Mystère 22. Même si la Méditerranée relève de la « mer étroite », voire de la nasse, un autre SNLE accomplit le même genre de patrouille en 1980.

  • 23 Mitterrand (F.), idem, p. 193. On notera au passage l’ironie de ce « combat à fronts renversés », F (...)
  • 24 Bozo (F.), La politique étrangère de la France depuis 1945, La Découverte, coll. Repères, 1987, p.  (...)

9Dans le second cercle qui concerne la défense du théâtre Centre Europe et implique la solidarité avec les alliés de l’OTAN, le tournant a eu lieu avec le discours prononcé par François Mitterrand, le 20 janvier 1983, devant le Bundestag à Bonn. Entre « l’option zéro » de Washington et le « gel des positions » de Moscou, la proposition française visant à un compromis a fait long feu : résolument, le président affirme alors la solidarité du pays avec ses alliés. « Notre analyse et notre conviction sont que l’arme nucléaire demeure la garantie de la paix, dès lors qu’il existe un équilibre des forces. (…) Quiconque ferait le pari sur le “découplage” entre le continent européen et le continent américain mettrait, selon nous, en cause l’équilibre des forces et donc le maintien de la paix. » 23 Une coopération accrue s’établit via la RFA, enjeu du bras de fer Est-Ouest, entre la France et l’Alliance atlantique. Symboliquement, pour la première fois depuis 1966 une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OTAN a lieu à Paris le 9 juin 1983. Mais coopération ne signifie pas alignement : l’initiative de défense stratégique défendue par le président Reagan heurte à la fois la vision stratégique française (crainte du découplage entre la forteresse américaine et le bastion européen) et ses intérêts militaires (dénonciation du traité de 1972). La proposition américaine d’associer technologiquement et financièrement les pays alliés au développement du projet provoque un refus du président Mitterrand qui s’affirme, dans le contexte de la cohabitation, en gardien du dogme gaulliste face au Premier ministre Jacques Chirac intéressé par l’offre 24.

  • 25 SHD/DM, 3 BB8 SFM/4, lettre 5/SCEMM du contre-amiral Philippon à l’ambassadeur de Rose du 21 mars 1 (...)
  • 26 Au sujet du duel entre François Mitterand et André Giraud, le lecteur pourra consulter avec profit (...)

10Lorsque le traité de Washington du 8 décembre 1987 sur les missiles nucléaires à portée intermédiaire basés à terre clôt le chapitre des Euromissiles et des SS 20 et relance le désarmement, les intérêts français en Europe se trouvent sujet à débat : l’option française consiste alors à soutenir l’option « double zéro », c’est-à-dire ni SS 20, ni Pershing II. Mais dans ce cadre, la dissuasion française deviendrait-elle une « riposte graduée » ? On en revient alors au débat qui avait opposé l’ambassadeur de Rose, adjoint au chef d’État-Major général de la Défense nationale, et l’amiral Philippon sur la conception de l’usage de l’arme nucléaire en cas de crise comme d’un goutte-à-goutte ou d’une amorce : si la seconde est une « pure folie », la première relève du « pur domaine de la spéculation, très intéressante, mais inapplicable » 25. Ainsi, lorsque André Giraud, ministre de la Défense, réaffirme son attachement à la stratégie de la riposte flexible dans une entretien accordé au Figaro le 15 octobre 1987, le Président répond via Le Nouvel Observateur le 19 décembre 1987 que « l’ultime avertissement n’est pas le propre des armes à courte portée » 26. Les SNLE jusqu’alors attachés par leur mission à la défense du sanctuaire voient leur aire d’intervention s’étendre.

  • 27 Gorshkov (Sergueï Georguievitch), Red star rising at sea et The sea power of the State, Naval insti (...)
  • 28 Porteur de vulnérabilités politiques, cet « impérialisme du pauvre » implique un lourd fardeau fina (...)
  • 29 Malleret (T.) et Delaporte (M.), L’Armée rouge face à la Perestroïka, éd. Complexe, coll. Questions (...)

11Dans le troisième cercle, celui de la défense des intérêts de la France dans le monde qui implique de sa part une projection de force, l’action de la Marine nationale est une réponse à la nouvelle posture de la marine soviétique. Puissance qui s’est longtemps perçue comme continentale, l’URSS a consacré l’essentiel des moyens investis dans la marine aux forces sous-marines chargées d’opérer des attaques stratégiques contre des objectifs intercontinentaux ou de théâtre, la flotte de surface intervenant dans des eaux proches des eaux territoriales nationales pour protéger les atterrages et les « interdire » à l’adversaire. Cependant, profitant de l’éclipse du prestige et de la perte de puissance militaire de l’Amérique consécutive au scandale du Watergate et à la fin de la guerre du Viêtnam, l’Union soviétique a effectué à partir de 1975 une brutale irruption dans le Tiers-Monde, soit directement (Afghanistan), soit par l’intermédiaire de Cuba (Mozambique, Angola, Nicaragua), soit encore en soutenant la remise en cause des régimes traditionnellement proches des occidentaux par des mouvements non communistes mais anti-libéraux (Iran). La carte montre le déploiement naval soviétique dans le monde et ses points d’appui dans les années 1980. Cette expansion porte la marque de l’amiral Gorshkov, à la tête des forces navales soviétiques de l’avènement de Khrouchtchev jusqu’en 1984 : l’utilisation de la marine soviétique en temps de paix pour soutenir des mouvements de libération et d’autres actions diplomatiques en fait donc un instrument privilégié de la politique et de la diplomatie de Moscou 27. Qu’elle nous paraisse aujourd’hui désordonnée ou savamment pensée, qu’elle porte en elle-même sa propre contradiction 28, cette expansion donnait aux Américains et à leurs alliés, au début des années 1980, l’impression d’une volonté de ceinturer les grands espaces maritimes par une série de bases et de points d’appui en vue de prendre en étau les puissances occidentales. « De Vladivostok aux bases navales du Viêtnam, de Socotra et Aden jusqu’en Angola, de la Grenade à Cuba, cette ceinture rejoignait celle déployée à travers l’Arctique. » 29

  • 30 Suteau (L.), « La diplomatie navale au service du maintien de la paix : l’opération Saphir II et l’ (...)

12Les deux points d’application de la marine française sont alors l’océan Indien et la Méditerranée. Un repositionnement des forces stratégiques aériennes avait déjà abouti à la fin du septennat de Valéry Giscard d’Estaing à disposer d’un cinquième escadron de quinze Jaguar équipé d’AN 52 sur la base d’Istres, à la suite des tensions dues au renforcement des bases de la marine soviétique en Algérie, en Libye, en Égypte et en Syrie. Dans le même temps, l’essentiel de la flotte était revenu de Brest à Toulon en 1974. Les opérations extérieures Saphir I et II 30 marquent la reprise des interventions françaises en mer Rouge et dans l’océan Indien, deux zones déstabilisées après le renversement du Négus en 1974 et le début du second conflit irrédentiste somalo-abyssin en 1977. En Méditerranée orientale, la situation libanaise justifie la présence permanente d’éléments de la marine au large des côtes, entre 1976 et 1990, cependant que l’appui accordé aux gouvernements tchadien et tunisien en vertu d’accords de défense bilatéraux implique une posture de coercition à l’encontre de la Libye entre 1976 et 1984.

13Au moment où s’atténue la guerre froide, on perçoit donc à quel point la marine française fournit un effort maximal. Présente à la fois dans les trois cercles des intérêts nationaux, elle est à la limite de ses capacités : elle peut encore intervenir à l’extérieur grâce aux bâtiments que lui ont légué la IVe République et les premières années de la Ve tout en assurant une tout autre mission, strictement nationale celle-là, la dissuasion. Le délitement puis l’effondrement inattendu du bloc communiste en Europe vont révéler plus crûment et plus douloureusement une faiblesse croissante dans les moyens jusque-là habilement dissimulée.

Les « dividendes de la paix »

  • 31 Le Monde, 6 décembre 1989, p. 4.
  • 32 Calcul fondé sur un échantillon de 130 pays et effectué par le Fonds monétaire international. Sur l (...)

14Cette expression est restée dans la mémoire collective comme consubstantielle à cette période. Et comment ne le serait-elle pas ? Son origine apparente serait un discours du président George Bush daté du 6 décembre 1989 dans lequel ce dernier faisait un compte rendu à ses alliés de l’OTAN de l’entrevue qu’il venait d’avoir avec Mikhaïl Gorbatchev à Malte. À ses partenaires européens, François Mitterrand, le premier, qui jugeaient que le maintien des alliances politico-militaires constituait « un cadre dont il serait imprudent de s’échapper », il affirmait que « les États-Unis [resteraient] une puissance européenne, engagée dans la défense de l’Europe ». L’heure n’est donc pas au découplage de la défense de l’Amérique du Nord et de celle de l’Europe occidentale. Et d’ajouter en direction de certains courants de l’opinion américaine : « Il ne faut pas “vouloir tirer prématurément les dividendes de la paix”, c’est-à-dire prétendre régler par un désarmement intempestif et grâce aux économies qui en résulteraient des difficultés d’ordre interne, comme le problème de la pauvreté aux États-Unis. » 31 Le sens de l’expression est explicite : il s’agit à la faveur de la détente entre l’Est et l’Ouest de couper massivement dans les budgets militaires, de réduire du même coup le déficit budgétaire et de consacrer les ressources ainsi libérées à des programmes civils « plus utiles », en premier lieu, les dépenses sociales. Cette tentation est commune à tous les pays occidentaux, sans aucune exception. Entre 1985 et 1995, les dépenses militaires à l’échelle planétaire ont diminué de l’équivalent de 2,5 % du produit intérieur brut mondial 32.

  • 33 Par deux fois (1986-1988 et 1993-1995) le pouvoir a été exercé conjointement par un président de la (...)
  • 34 Un officier général d’active terminait une oraison funèbre anonyme de la marine dans Le Monde du 10 (...)
  • 35 Favier (P.) et Martin-Roland (M.), La décennie Mitterrand, tome II, Les épreuves (1984-1988), Le Se (...)
  • 36 Le Monde, 20 mai 1987, p. 13.

15En France, cette diminution s’est doublée d’un contexte institutionnel particulier, la cohabitation 33. Le budget de la Défense a été pour cette raison au cœur d’une polémique en 1987-1989. Dans le cas de la marine, l’enjeu était d’une part le maintien de la flotte de surface 34, la fonction stratégique et nucléaire étant en quelque sorte l’objet d’un consensus politique relatif pour la « sanctuariser ». En effet, si le voyage à Moscou du Premier ministre et candidat très probable à l’élection présidentielle de 1988, Jacques Chirac, avait été une erreur politique 35, sa visite à l’île Longue du 20 mai 1987 était l’occasion de « proclamer que [son] projet était d’interrompre cette dégradation » 36. Quelle est cette dégradation et a-t-elle été enrayée ?

  • 37 JO des 9 juillet 1983, p. 2114, et 23 mai 1987, p. 5614. Loi n° 83-606 du 8 juillet 1983 portant ap (...)

16Pris dans le contexte de l’alternance et de la cohabitation, les lois de programmation militaire de cette période ont suivi un rythme chaotique : aucune ne va à son terme. Ainsi la loi de programme relative à l’équipement militaire pour les années 1987-1991 déposée à l’Assemblée nationale en novembre 1986 abroge la loi 1984-1988 et s’y substitue pour la période restante 37. Il en va de même pour la loi de programmation militaire (LPM) 1990-1993 vis-à-vis de la précédente 1987-1991. La rupture se situe au milieu de l’année 1989.

  • 38 Annuaire statistique de la défense, analyses et références, juin 2001, p. 135.
  • 39 Le Monde, 25 mai 1989, p. 14.
  • 40 Leur commande était prévue en 1986-1988 et leur livraison après 1989 : le septième fut d’abord reta (...)
  • 41 Villepin (X. de), « Les hommes sont-ils plus sages ? Réflexions sur la révision de la loi de progra (...)

17La courbe des budgets de la Défense, telle que l’annexe n° 1 la propose, exprimée en milliards de francs en 2002, offre une première approche. Ce document montre l’écart qui s’est instauré entre les engagements pris par la représentation nationale lors des votes des lois de programmation militaire et la réalité des sommes consacrées par les différents gouvernements à la défense du pays, toutes armées confondues. Premier constat : le sommet des dépenses militaires est atteint en 1990, au moment où le pacte de Varsovie vit ses derniers instants. La chute de ces dépenses est dès lors constante, plus ou moins accentuée mais constante, quelles que soient les majorités au pouvoir jusqu’en 1998. Cela correspond ainsi à une économie de l’ordre de 43 milliards de francs sur la seule période de la loi de finances 1990-1993, alors qu’une progression linéaire de 4,1 % était prévue. Pour ce qui est du budget des forces nucléaires, l’évolution est identique puisqu’en francs courants, les sommes affectées aux titres V et VI atteignent un zénith en 1990 avec 32 milliards de francs et perdent 30 % de leur enveloppe en quatre années : 21 677 milliards de francs en 1994 38, année de cohabitation politique mais de consensus sur les nécessités budgétaires. Quant au budget de la marine stricto sensu, il plafonne entre 1991 et 1993 à près de 25 milliards de francs courants avant de subir une érosion qui l’amènera lui aussi à perdre 20 % à 19,5 milliards de francs en 1998. Aucune armée, aucune mission, aucun secteur de la Défense n’échappe donc à ces économies drastiques. Second constat à la lecture du graphique : plus l’angle formé entre la droite de la LPM et la ligne continue matérialisant les lois de finances initiales est ouvert, plus le décrochage entre les promesses faites et la réalité des engagements est important. À ce compte, la loi de programmation militaire 1987-1991 est un modèle du genre, d’autant plus intéressant que l’on peut y lire « en creux » ( !) un décalque de la situation internationale. Certes, la loi prévoyait la révision à la hausse ou à la baisse à mi-parcours des crédits de paiement (art. 4). Mais la polémique s’engage sur l’ampleur des coupes budgétaires à réaliser entre J.-P. Chevènement, ministre de la Défense d’une part, P. Bérégovoy et M. Rocard, ministre de l’Économie et Premier ministre d’autre part. Le verdict tombe le 16 mai 1989 lors de la conférence de presse du président qui se dit « partisan de coupes budgétaires au détriment des armées sans pour autant que des programmes majeurs d’armement soient sacrifiés pour permettre à la France de tenir son rang mondial » 39. Cela se traduit par un report de deux ans pour l’entrée en service du porte-avions nucléaire Charles de Gaulle (1998 désormais), le décalage d’un an du programme des frégates légères et le rééchelonnement du rythme de construction des sous-marins nucléaires d’attaque Améthyste, Perle et n° 7 40 et des livraisons des avions de patrouille maritime Atlantique 2. Le sénateur Xavier de Villepin, rapporteur du budget de la Défense pour la section commune se demande s’il est possible de « ralentir et réaffirmer en même temps notre exigence d’une défense indépendante et crédible » au moment où les technologies se renouvellent, les alliances s’interrogent sur leur existence et les menaces se diversifient 41.

18Entre-temps, la première guerre du Golfe est passée par là, révélant au grand public un certain nombre de lacunes ou d’insuffisances dont l’existence était connue des états-majors de longue date, mais sans qu’elle ait le moindre effet sur la dérive budgétaire. Pourtant le chef d’état-major des armées, l’amiral Lanxade, avait appelé l’attention sur les conséquences d’une doctrine ayant toujours privilégié l’hypothèse d’une agression majeure en Europe, couverte par la dissuasion nucléaire : priorité systématique donnée au nucléaire dans les arbitrages budgétaires et absence de capacité à coopérer, au nom de l’indépendance nationale, avec les alliés (interopérabilité). L’heure est désormais à la projection de forces et les priorités absolues sont d’abord la constitution d’unités et d’états-majors modulables, capables de planifier, de conduire ou de participer à des opérations interarmées et interalliées d’ampleur variable (les EMIA), ensuite la refondation de la logistique de ces interventions, enfin la professionnalisation de certaines unités constituées, opérationnelles sous court préavis et en toutes circonstances. La dissuasion, cœur de l’outil de défense depuis la création de la Ve République, se retrouve ainsi marginalisée par le « nouveau désordre mondial ».

  • 42 Déflation moins marquée que pour l’armée de Terre et pour l’armée de l’Air qui passent respectiveme (...)
  • 43 Sanguinetti (A.), Mémoires d’actions et de réactions, L’Harmattan, 2001, p. SHD/DM, voir aussi 2GG9 (...)
  • 44 Entre 1973 et 1985, le budget de l’État passe de 20 à 26 % du PIBM cependant que dans le même temps (...)

19L’annexe 2 rassemble d’une part, un ensemble de données chiffrées sur le tonnage, les effectifs et la composition de la Marine nationale dans la période 1985-1993, d’autre part, des projections antérieures à 1985 sur l’évolution de la marine de cette période (exemple du plan Bleu à quinze ans adopté en 1972) et des projections contemporaines prenant en compte les premières conséquences de la fin de la guerre froide pour le format de la marine de l’an 2000. De la lecture de ce tableau, on peut tirer deux conclusions. Tout d’abord, pour un tonnage global de la flotte relativement stable (+ 3,5 %) et des effectifs en légère régression (- 2,6 %) sur la période 1985-1993 42, la diminution du nombre des bâtiments et l’obsolescence globale des capital ships traduite par la moyenne d’âge sont allées s’accentuant. Même si tonnage et nombre d’unités sont deux notions héritées d’une autre époque, celle des accords de Washington, cela traduit un taux de renouvellement particulièrement faible des forces navales dans leur ensemble et, par voie de conséquence, leur étiolement. Si les unités les plus anciennes ont été remplacées par des unités plus performantes, il n’en demeure pas moins que le nombre de points géographiques sur lesquels ces forces peuvent être appliquées s’en trouve réduit. Ce défaut propre à la politique navale de la Ve République avait déjà été dénoncé par l’amiral Sanguinetti après son départ fracassant de la marine en 1974 et était l’objet des préoccupations des divers chefs d’état-major depuis 1970 43. Même les forces sous-marines qui bénéficient pourtant de l’achèvement des programmes lancés avant le début de la période sont concernées par cette déflation : les SNA (sous-marins nucléaires d’attaque) ne sont que six au total au lieu des dix initialement prévus pour remplacer à raison de deux pour un les sous-marins d’attaque classiques progressivement condamnés. Le budget de la Défense nationale n’est plus la priorité absolue du gouvernement 44.

20Par ailleurs, le cours de la guerre froide n’a pas empêché une révision déchirante des projets de développement de la Marine nationale à 15 ans tels qu’ils avaient été élaborés au début des années 1970. La comparaison des différents formats de la flotte prévus pour l’année 2000 révèle aussi la prise en compte des limites technologiques et financières de la France. Le resserrement est constant et se reflète dans le nombre des unités.

  • 45 Strub (P.), « La lutte contre les mines dans la marine française au XXe siècle », Revue historique (...)
  • 46 Seul le Narvik a été maintenu à la programmation budgétaire 1990-1993 et, lorsque le programme est (...)

21Le cas du bâtiment anti-mines océanique (BAMO) est un exemple parmi d’autres 45 : mis sur cale le 26 juin 1986, le Narvik est un catamaran en CVR de 900 tonnes environ, dont la capacité de détection sonar assure une protection maximale aux SNLE transitant entre l’île Longue et le rebord du plateau continental. Pourtant, ce projet est stoppé définitivement le 1er septembre 1991 : investissement financier trop lourd 46 et contexte international profondément modifié. Cela ne veut pas dire pour autant que le danger représenté par les mines s’est estompé du jour au lendemain, mais que l’on a décidé dans les sphères politiques et militaires que l’effacement relatif et temporaire de la menace militaire représentée par l’Union soviétique cumulé à l’éloignement géographique des ennemis potentiels par rapport aux atterrages de Brest justifiaient le sacrifice d’un programme à la réalisation technique ardue symbolisant un autre contexte sans courir de grands risques.

  • 47 Mitterrand (F.), idem, p. 23.

22De même, les SNLE devaient bénéficier d’une unité supplémentaire. Programmes majeurs de cette période de cohabitation, la montée en puissance du SNLE Le Triomphant et la poursuite des refontes M4 (n° 2 et 3) justifient la hausse de 15 % de la part de la FOSt (Force stratégique océanique) dans le budget du titre V. Décidée en 1981 « la mise en chantier immédiate d’un septième sous-marin nucléaire inaugurant une nouvelle série qui marquera un saut technologique important » 47, celle-ci n’est officielle qu’en 1987. Le budget dérape d’ailleurs très vite : hausse des coûts de 19 % dès décembre 1988 (80 milliards de francs au lieu des 67 initiaux) et allongement des délais de 6 mois dès juin 1989 (entrée en service reportée à 1996)

Appréhension par la marine de la fin de la guerre froide

  • 48 Discours du CEMM devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale en av (...)
  • 49 Discours du CEMM B. Louzeau devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nati (...)

23Officiellement, la marine a été très réservée devant l’évolution des rapports Est-Ouest dans la seconde partie des années 1980. Le dialogue entre l’URSS et les États-Unis était déjà bien relancé que le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Leenhardt déclarait en 1986 que dans « les vingt ans qui viennent, le danger russe persistera ; je dis bien “russe” et non passoviétiquecar même si l’étrange système est menacé, il restera cette nation continentale animée bien avant Lénine de rêves de domination mondiale et de mers chaudes » 48. Son successeur l’amiral Louzeau est lui-même prudent : « En Europe, deux faits caractérisent la situation : le rapport des forces déséquilibré au profit du Pacte de Varsovie et l’apparition d’une nouvelle phase dans les relations Est-Ouest en matière de contrôle des armements. Notre stratégie de dissuasion du faible au fort, totalement indépendante, trouve sa raison d’être dans la persistance du premier fait et dans certaines inquiétudes que peut faire naître l’évolution du second. » 49 Aussi est-il encore prévu à cette date que les six sous-marins « de première génération » soient remplacés « nombre pour nombre » à partir de 1994 par des sous-marins dits « de nouvelle génération ».

  • 50 Chronique de Villadret (F.) qui reprend et commente le discours de l’amiral Louzeau devant les audi (...)

24C’est dans le contexte incertain des suites du traité de Washington de décembre 1987 qu’il convient de replacer les déclarations du chef d’état-major de la Marine (CEMM) sur les nécessaires grenades anti-sous-marines à charges nucléaires, « dont le besoin doit en être envisagé lucidement » disait-il : « un tel usage de l’armement nucléaire semble être le seul admissible pour un pays comme le nôtre, en dehors de son emploi dans le cadre du concept général de la défense du territoire national » 50. Le pouvoir politique fait très vite comprendre à l’amiral Louzeau qu’une telle utilisation de l’arme nucléaire n’entre pas dans les vues du gouvernement.

  • 51 Après la décision de l’Élysée à la veille de la phase active de la guerre du Golfe de ne faire comb (...)

25Lorsque le mur de Berlin s’effondre, les interrogations de la marine sont triples et elles portent sur le désarmement entre les deux super puissances, la démotivation pour le métier des armes et l’avenir du service national. À travers les négociations engagées à Vienne sur le désarmement conventionnel en Europe, c’est la crainte d’un vide stratégique en Centre Europe qui est redouté. La démotivation pour le métier des armes n’est pas un fait nouveau et elle vaut pour toutes les armées : elle est le fruit d’une revalorisation trop lente de la condition militaire, du refus des contraintes qui lui sont inhérentes et de l’attractivité des carrières civiles. Quant au problème du service national qui est intrinsèquement lié au précédent, l’éventail des modalités de son évolution est très large entre son maintien à 12 mois, sa réduction éventuelle à 10, 8 ou 6 mois, et sa suppression pure et simple 51 : pour moins touchée que soit la marine par les conséquences par son éventuelle suppression (71 % de ses personnels sont professionnels et elle a déjà fait preuve de sa capacité à être totalement professionnelle lors de la guerre du Golfe), cette possible disparition de la conscription ne doit pas être ignorée.

  • 52 Louzeau (B.), « Quelle Marine pour la France ? », Revue de défense nationale, octobre 1990, p. 13-2 (...)
  • 53 Interview du ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, accordée au magazine Armées 2000, « L (...)

26« La voie à suivre est celle de la suffisance pour assumer l’indispensable », c’est-à-dire savoir, protéger et intervenir. Cela recouvre à la fois les sous-marins et leur environnement en termes de soutien et de sûreté pour l’effort de dissuasion et un groupe aéronaval, donc deux porte-avions et leurs groupes aériens 52. Le plan Optimar 95 restructure donc la seule marine en ce sens par la création de la FAN (Force d’action navale), du Groupe d’action sous-marine (GASM) et de la Force de guerre des mines. La FAN, basée à Toulon, est destinée à fournir les moyens nécessaires aux opérations de maîtrise de l’espace aéromaritime et de projection des forces dans le cadre de la gestion des crises. Basé à Brest, le GASM doit mener des opérations aéronavales au profit de la sûreté de la FOSt et d’un quelconque groupe aéronaval. Le plan Armées 2000 valable pour toutes les armées et appliqué dès 1992 amplifie la démarche et vise trois objectifs : rendre les forces armées plus opérationnelles, simplifier les organigrammes de commandement et développer l’interarmées 53. La dissuasion n’est donc plus l’alpha et l’oméga de la Défense.

  • 54 Livre blanc sur la défense, 1994, p. 3, 58 et 147. C’est alors que la suppression de deux SNLE et d (...)

27Le Livre blanc sur la défense publié en 1994 peut alors à juste titre écrire que, si « la validité et l’efficacité de la stratégie de dissuasion dans la nouvelle donne stratégique paraissent amplement démontrées », il n’en demeure pas moins vrai que les moyens de défense auront à faire face à des scénarios beaucoup plus divers que dans le passé, souvent différents de ceux pour lesquels ils ont été conçus jusqu’à aujourd’hui. « Un équilibre différent se dessine entre la dissuasion et l’action dans les missions des forces, qui modifie en partie le rôle des moyens conventionnels. » Plus encore que par le passé, avec la disparition de la menace soviétique, la dissuasion devient un moyen d’assurer la liberté d’action politique du pays. La conception de 1972 dimensionnait et organisait les capacités conventionnelles d’abord pour constituer le volet non immédiatement nucléaire de la dissuasion, ensuite seulement pour faire face à la défense des intérêts nationaux et des engagements souscrits dans le monde. Avec la conception de 1994, les priorités dans la définition du rôle des armes conventionnelles sont désormais inversées, les forces nucléaires pouvant à la limite garantir le non-contournement des forces conventionnelles. « L’effort de la Marine sera donc porté dans les domaines de la prévention des crises et de la projection des forces, tandis que la contribution à la posture permanente de sûreté autour de la FOSt devra être maintenue à un niveau suffisant. » 54 Les forces conventionnelles acquièrent plus encore que par le passé une aptitude propre à contribuer à la prévention, à la limitation et/ou au règlement, par la force si nécessaire, des crises régionales sans risques d’escalade aux extrêmes.

28La transition entre les deux modèles est ainsi officiellement achevée.

  • 55 Le Monde du 9 novembre 1990, p. 10.

291994 marque à la fois une continuité, une transition et une rupture. Une continuité, car la défense de la France repose toujours sur l’outil de dissuasion naval. Le général de Gaulle visitant l’École navale le 15 février 1965 avait déclaré alors que la « Marine serait chaque jour un peu plus en mesure de prendre en compte une part capitale de la puissance guerrière de la France ». La disparition programmée « de la triade stratégique nucléaire au-delà de l’an 2000 » 55 annoncée par Jean-Pierre Chevènement le 7 novembre 1990 confirme le rôle toujours plus important de l’outil naval de dissuasion. Une transition, car la doctrine exposée intègre le nouveau contexte international où les incertitudes se sont multipliées : la projection de forces en vue de résoudre des crises régionales non nucléaires devient, avec l’implosion de la Yougoslavie, la règle. Une rupture, car les problèmes financiers liés d’une part au renouvellement de matériels toujours plus performants et d’autre part à la professionnalisation deviennent cruciaux pour la marine à l’aube du troisième millénaire. Enfin, dernière innovation mais de taille : de la crise yougoslave à la seconde guerre du Golfe en passant par le Timor oriental et le golfe de Guinée, le déploiement de tout ou partie du groupe aéronaval comme outil diplomatique s’affirme un peu plus à chaque grande crise.

Haut de page

Annexe

Annexe 2 : Principales données concernant la flotte française entre 1985 et 1993

Annexe 2 : Principales données concernant la flotte française entre 1985 et 1993
Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

NC : non communiqué dans le document.
1 JO du 3 mars 1972, page 2308. Décret n° 72-161 du 29 février 1972 fixant la composition des forces navales françaises.
2 Flottes de combat, édition des années 1986, 1988, 1990, 1992 et 1994. SHD/DM, EMM, bureau « Études générales », Dossier d’information Marine, édition 1991, p.  30-31 et bureau « Affaires générales », Dossier d’information Marine, édition 1993, p.  32-33. Sont indiqués pour les années 1985, 1987, 1989, 1991 et 1993 le nombre d’unités et la moyenne d’âge des principaux bâtiments de combat : SNLE, sous-marins classiques, SNA, porte-avions, porte-hélicoptères, bâtiments aériens, bâtiments anti-sous-marins et frégates légères.
3 SHD/DM, 137Y 4, EMM bureau « Études générales », Dossier d’information Marine, Dossier de base n° 3, AV 2, Mod 4, février 1985.
4 SHD/DM, 137Y 6, Dossier remis au général d’armée Forray de l’EMP du Président de la République, le 25 septembre 1985.
5 SHD/DM, EMM, bureau « Affaires générales », Dossier d’information Marine, édition 1993, p.  32-33.
6 SHD/DM, EMM, bureau « Études générales », Dossier d’information Marine, édition 1991, p.  30-31.
7 À partir de l’édition 1992, Flottes de combat n’intègre plus les engins de débarquement et les bâtiments océanographiques et hydrographiques dans l’ensemble des bâtiments de transport opérationnel et de soutien. Les Dossier d’information Marine, édition 1991 et 1993, font de même.

1 Soutou (G.-H.), La guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943-1990, Fayard, 2001, chap. XVIII et XIX, p. 628 sqq.

2 François Mitterrand, lettre du 31 juillet 1986, à Ronald Reagan.

3 « Glasnost » et « Perestroïka ».

4 Les trois présidents constatent à Minsk que « l’URSS en tant que sujet du droit international et réalité géopolitique n’existe plus ». Communiqué diffusé par l’agence Tass le 8 décembre 1991.

5 Dissolution officielle des structures militaires lors de la réunion de Budapest le 25 février 1991 et des structures politiques lors de la 24e session du comité politique consultatif du pacte de Varsovie le 1er juillet 1991 à Prague. Le Monde, 3 juillet 1991, p. 1.

6 Auswartiges Amt. « Traité sur le départ des troupes du 12 octobre 1990 », BGBI, 1991, II, p. 256 et Accord entre la République fédérale d’Allemagne et l’Union des Républiques socialistes soviétiques relatif à diverses mesures transitoires du 9 octobre 1990, BGBI, 1990, II, p. 1653 et 1991, II, p. 447.

7 Livre blanc sur la défense, 10/18, 1994, p. 5.

8 Livre blanc sur la Défense nationale, t. 1, 1972.

9 JO du 24 décembre 1964, Loi de programme n° 64-1270 « relative à certains équipements militaires ».

10 Décision de construction le 4 avril 1974, construction stoppée en mars 1976 pour des motifs budgétaires et relancée en septembre 1978 sous la pression des parlementaires RPR : Théléri (M.), op.cit. p. 328, 330 et 332. LInflexible est mis sur cale le 27 mars 1980 et entre en service le 1er avril 1985 équipé de 16 missiles M4 à têtes multiples.

11 Reydellet (D.), « L’évolution des missiles nucléaires français des origines à nos jours », Revue historique des armées, 1/1990, p. 102-113.

12 Mitterrand (F.), Réflexions sur la politique extérieure de la France. Introduction à vingt-cinq discours (1981-1985), Fayard, 1986, p. 23.

13 Villain (J.), La force de dissuasion française. Genèse et évolution, Docavia, éditions Larivière n° 26, 1987, p. 190.

14 En vertu de ce traité du 26 mai 1972, le déploiement d’un système de défense anti-missiles sur l’ensemble des territoires américain et soviétique, à l’exception d’un seul site, est interdit. Certes, les défenses anti-missiles de l’URSS se sont fortement renforcées avec le déploiement en 1983-1984 dans quatre silos de vingt-cinq intercepteurs chacun autour de Moscou de la quatrième version du système ABM Galosh (le A 135 ou Gorgon dans la typologie de l’OTAN) équipé d’une tête mégatonnique pour détruire hors de l’atmosphère les engins balistiques ennemis.

15 Plateau d’Albion, les sentinelles de la Paix, Zéphyr, 1999, p. 64.

16 Le porte-avions Foch est aménagé de la même manière pour prise opérationnelle de service le 15 juin 1981. Théléri (Marc), Initiation à la force de frappe française (1945-2010), Stock, 1997, p. 100.

17 Ibid. p. 107. En attendant la première livraison des Mirage 2 000 N à l’armée de l’Air prévue en 1988.

18 Boureille (P.), « 1960 : le projet de constitution d’une force de frappe océanique stratégique comme réponse à la menace soviétique », Revue historique des armées, 3/2004, p. 63-73.

19 Avis de R. Mac Namara en 1966. Service historique de la Défense, département « Marine » Vincennes (désormais SHD/DM), 3BB2/2 carton n° 466, monographie intitulée Les forces armées américaines, titre IV, chap. 1.

20 Par commodité, nous reprenons ici la « théorie des trois cercles » conceptualisée et médiatisée par le général L. Poirier dans ses Essais de stratégie théorique, Fondation pour les études de Défense nationale, 1983.

21 Note n° 018337 DEF/C.27. Le taux de présence à la mer est de 2,84 SNLE au cours du premier semestre 1983 et de 2,94 au cours du second.

22 Marc Théléri écrit que « les forces navales d’Égypte, d’Israël et de Syrie et même d’Union soviétique n’étaient pas en mesure de détecter notre passage en Méditerranée. Les seules capables de déceler notre présence étaient l’US Navy, à partir de la base de Rota (rade de Cadix) et la Royal Navy à Gibraltar ». op. cit, p. 223. Voir aussi SHD/DM, 1GG9 3 pl. 14, archives orales de l’amiral Joire-Noulens.

23 Mitterrand (F.), idem, p. 193. On notera au passage l’ironie de ce « combat à fronts renversés », François Mitterrand ayant été à l’époque où il siégeait dans l’opposition au gouvernement de M. Messmer, l’auteur d’une proposition de loi visant à partager la prérogative de l’engagement du feu nucléaire du président de la République avec le Premier ministre. De même, c’est aussi en donnant l’impression aux électeurs qu’il incarnait la continuité avec l’héritage gaullien en matière de défense que le président socialiste sortant a pu s’imposer en 1988 face à un compétiteur ouvertement gaulliste…

24 Bozo (F.), La politique étrangère de la France depuis 1945, La Découverte, coll. Repères, 1987, p. 91-92.

25 SHD/DM, 3 BB8 SFM/4, lettre 5/SCEMM du contre-amiral Philippon à l’ambassadeur de Rose du 21 mars 1962.

26 Au sujet du duel entre François Mitterand et André Giraud, le lecteur pourra consulter avec profit P. Favier et M. Martin-Rolland, La décennie Mitterand, t. 2, Les épreuves (1984-1988), Le Seuil, p. 781-813 (« Les combats du désarmement »).

27 Gorshkov (Sergueï Georguievitch), Red star rising at sea et The sea power of the State, Naval institute press, 1974 et 1979.

28 Porteur de vulnérabilités politiques, cet « impérialisme du pauvre » implique un lourd fardeau financier, très rapidement hors de proportion avec les capacités économiques de l’URSS.

29 Malleret (T.) et Delaporte (M.), L’Armée rouge face à la Perestroïka, éd. Complexe, coll. Questions au XXe siècle, 1991, p. XVI.

30 Suteau (L.), « La diplomatie navale au service du maintien de la paix : l’opération Saphir II et l’indépendance de Djibouti (avril-juin 1977) », article à paraître.

31 Le Monde, 6 décembre 1989, p. 4.

32 Calcul fondé sur un échantillon de 130 pays et effectué par le Fonds monétaire international. Sur la période 1990-1995, la baisse la plus forte (4,9 %) affecte les pays en cours de transition économique composant l’ex-bloc communiste (de 7,9 à 3 %), suivi par les pays en voie de développement (2,3 %) et les pays industrialisés (0,8 %).

33 Par deux fois (1986-1988 et 1993-1995) le pouvoir a été exercé conjointement par un président de la République d’un parti (le Parti socialiste en l’occurrence) aux idées antagonistes à celles de ses Premiers ministres Jacques Chirac et Edouard Balladur soutenus par une majorité parlementaire (Rassemblement pour la République et Union pour la démocratie française).

34 Un officier général d’active terminait une oraison funèbre anonyme de la marine dans Le Monde du 10 mai 1987 (p. 13) par cet exorde : “Madame se meurt !...” Craignons un jour que des larmes de sang ne viennent nous rappeler, trop tard, que l’avenir du pays, et de l’Europe, passait aussi par la mer et que pour éviter d’être les “pions tactiques” de stratégies qui nous auront dépassé, il eût fallu que “Madame ne fût pas morte”. »

35 Favier (P.) et Martin-Roland (M.), La décennie Mitterrand, tome II, Les épreuves (1984-1988), Le Seuil, p. 683. Il se situait en effet dans le sillage immédiat de celui de François Mitterrand et Jacques Chirac ne fut reçu que par son homologue, N. Ryjkov. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères soviétique critiqua officiellement le goût « immodéré » du Premier ministre français pour l’armement atomique.

36 Le Monde, 20 mai 1987, p. 13.

37 JO des 9 juillet 1983, p. 2114, et 23 mai 1987, p. 5614. Loi n° 83-606 du 8 juillet 1983 portant approbation de la programmation militaire pour les années 1984-1988 et loi programme n° 87-342 du 22 mai 1987 relative à l’équipement militaire pour les années 1987-1991, article 5.

38 Annuaire statistique de la défense, analyses et références, juin 2001, p. 135.

39 Le Monde, 25 mai 1989, p. 14.

40 Leur commande était prévue en 1986-1988 et leur livraison après 1989 : le septième fut d’abord retardé puis annulé, le huitième ne vit jamais le jour.

41 Villepin (X. de), « Les hommes sont-ils plus sages ? Réflexions sur la révision de la loi de programmation militaire », Revue de défense nationale, août septembre 1989.

42 Déflation moins marquée que pour l’armée de Terre et pour l’armée de l’Air qui passent respectivement dans le même temps de 299 826 à 239 117 hommes (-20,2 %) et de 96 547 à 89 185 hommes (-7,62 %). Compte rendu de la conférence du CEMAT A. Monchal devant l’IHEDN, Le Monde du 14 novembre 1991, p. 1.

43 Sanguinetti (A.), Mémoires d’actions et de réactions, L’Harmattan, 2001, p. SHD/DM, voir aussi 2GG9 3 pl. 2, archives orales de l’amiral Marc de Joybert ; 1GG9 4 pl. 43 archives orales de l’amiral Joire-Noulens. Interview de l’amiral B. Louzeau le 30 novembre 1988.

44 Entre 1973 et 1985, le budget de l’État passe de 20 à 26 % du PIBM cependant que dans le même temps le budget de la Défense nationale passe de 17 à 14 % du budget de l’État.

45 Strub (P.), « La lutte contre les mines dans la marine française au XXe siècle », Revue historique des armées, 4/2001, p. 127-140. Dix BAMO étaient prévus à l’origine.

46 Seul le Narvik a été maintenu à la programmation budgétaire 1990-1993 et, lorsque le programme est arrêté, le 1er septembre 1991, il a déjà coûté 800 millions de francs (1991).

47 Mitterrand (F.), idem, p. 23.

48 Discours du CEMM devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale en avril 1986, retranscrit dans la Revue de défense nationale, juillet 1986, p. 9.

49 Discours du CEMM B. Louzeau devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale en 1987, « Réflexions pour la Marine de 2007 » retranscrit dans la Revue de défense nationale, juillet 1987, p. 9.

50 Chronique de Villadret (F.) qui reprend et commente le discours de l’amiral Louzeau devant les auditeurs de l’Institut des hautes études de la défense nationale en 1987, Revue de défense nationale, avril 1988, p. 190.

51 Après la décision de l’Élysée à la veille de la phase active de la guerre du Golfe de ne faire combattre que les soldats et marins volontaires, les jours du service national sont effectivement comptés.

52 Louzeau (B.), « Quelle Marine pour la France ? », Revue de défense nationale, octobre 1990, p. 13-25. C’est la leçon des opérations extérieures au Liban et dans le Golfe qui ont montré l’impérieuse nécessité de disposer de deux porte-avions interchangeables.

53 Interview du ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, accordée au magazine Armées 2000, « La réorganisation des armées “Plan armées 2000” », n°14, 1989, Établissement de conception et de production audiovisuelle des armées.

54 Livre blanc sur la défense, 1994, p. 3, 58 et 147. C’est alors que la suppression de deux SNLE et de deux SNA des programmes d’équipement devient officielle (p. 217).

55 Le Monde du 9 novembre 1990, p. 10.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rha.revues.org/docannexe/image/5312/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Annexe 2 : Principales données concernant la flotte française entre 1985 et 1993
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/5312/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Boureille, « L’outil naval français et la sortie de la guerre froide (1985-1994) », Revue historique des armées, 245 | 2006, 46-61.

Référence électronique

Patrick Boureille, « L’outil naval français et la sortie de la guerre froide (1985-1994) », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/5312

Haut de page

Auteur

Patrick Boureille

Professeur d’histoire chargé de recherches au département Marine du Service historique de la Défense, il a participé aux colloques Bâtir une nouvelle société. La coopération militaire entre la France et les États d’Europe centrale et orientale de 1919 à 1929, organisé par le CEHD, le SHAT et le Centre d’histoire du monde germanique et danubien de l’université de Paris-IV en 1999 et Les relations franco-Yougoslaves au XXe siècle organisé par le Centre universitaire Malesherbes de l’université de Paris-IV en 2004. Ses travaux, menés sous la direction du professeur G.-H. Soutou (université de Paris IV), se focalisent sur la marine française sous la Ve République.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org