Navigation – Plan du site
Dossier

Edmond Michelet et la démobilisation de l’armée française (1945-1946)

Claude d’Abzac-Epezy
p. 36-45

Résumés

Nommé ministre des Armées par le général de Gaulle, le 21 novembre 1945, le grand résistant député MRP Edmond Michelet reste en fonction sous les deux gouvernements suivants avant de quitter le ministère en décembre 1946. Sa tâche principale est de réduire les effectifs des trois armées qui passent de 1 100 000 hommes à 500 000 environ. Comment Michelet parvient-il à présenter à la presse, à l’Assemblée constituante, aux grands chefs de l’armée française et enfin aux militaires concernés les mesures d’épuration, de dégagement des cadres et de démobilisation ? La méthode du ministre est de multiplier les discours et des contacts personnels et de faire passer un message d’hommage aux héros de la guerre et d’espoir en l’avenir de l’armée. Surtout, il cherche à montrer que l’armée, loin d’avoir démérité pendant la période de la guerre, a largement participé à la victoire. Ce discours résistantialiste ne parvient cependant à vaincre l’antimilitarisme de la presse et de l’Assemblée, pas plus qu’il ne peut restaurer durablement la confiance d’une armée traumatisée par le choc de l’après-guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au moment de l’élection de l’Assemblée constituante en novembre 1945, la France, désormais privée de l’aide militaire alliée, doit liquider les séquelles de la guerre et entamer sa reconstruction. Pour le général de Gaulle, la tâche est d’autant plus difficile qu’il doit compter avec une Chambre hétérogène qui cache de profondes divisions derrière l’apparent unanimisme de la Résistance. La composition du gouvernement, présentée le 21 novembre, reflète les compromis nécessaires : le président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) refuse de donner aux communistes l’un des trois grands ministères qu’ils réclament, la Défense, l’Intérieur ou les Affaires étrangères, mais il accepte de leur céder un « ministère de l’Armement » qui est confié au célèbre chef FTP (Francs-tireurs partisans) Charles Tillon. Parallèlement, un « ministère des Armées » est créé, dont le domaine se limite aux questions touchant le personnel au sens large, la politique de défense restant l’apanage du chef du gouvernement qui est aussi ministre de la Défense nationale.

  • 1 Cité par Claude Michelet, Mon père, Edmond Michelet, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 117 et par Jea (...)
  • 2 Boniface (Xavier), « Edmond Michelet et les chefs militaires », in Edmond Michelet homme d’État, Br (...)
  • 3 Michelet (Claude), op.cit., p. 150.

2À la tête du ministère des Armées, de Gaulle nomme Edmond Michelet qui vient d’être élu député en Corrèze sous l’étiquette MRP (Mouvement républicain populaire). Ce militant chrétien, fondateur du mouvement « Combat » avec Pierre-Henri Teitgen et François de Menthon, ignore tout des questions militaires. On rapporte que lorsque de Gaulle le convoqua pour lui proposer le portefeuille de ministre des Armées, il répondit « je n’étais que sergent-major, mon général et… – Et alors, rétorqua le Général, Maginot ne l’était même pas ! » 1 Michelet ne connaît de l’armée que ce qu’il a vécu en tant que conscrit au 126e régiment d’infanterie en 1918-1920. Il a été témoin des années de sortie de guerre et des grandes réorganisations liées à la démobilisation de 1919, mais, ancien représentant commercial, il n’a nulle expérience de la gestion du personnel sur une grande échelle. De Gaulle se satisfait certainement d’un ministre peu au fait de la chose militaire qui pourra ainsi rester à l’écart des groupes de pression et lui permettre de diriger aisément la politique de défense 2. L’homme du 18 juin est certainement sensible à la dimension humaine et chrétienne de ce déporté qui a su, lors de la libération du camp de Dachau s’entendre à la fois avec les communistes et avec les grands chefs militaires. C’est d’ailleurs par un « réseau catholique » que les deux hommes sont mis en contact. Selon Claude Michelet, fils et biographe du ministre, le père Maydieu, qui connaissait bien à la fois de Gaulle et Edmond Michelet, aurait soufflé au président du GPRF le nom du député de la Corrèze pour accomplir la mission délicate de réorganisation du personnel des forces armées 3.

  • 4 Vernet (Jacques), Le réarmement et la réorganisation de l’armée de Terre française 1943-1946, SHD/D (...)

3C’est en effet une charge extrêmement difficile, qui exige un savoir-faire et un doigté exceptionnels. Michelet hérite d’une situation catastrophique : des armées pléthoriques, qui ont pratiquement échappé au contrôle du pouvoir civil, entretiennent une situation de désordre et de gaspillage alors même que le pays court à sa ruine. À lui incombe la démobilisation la plus délicate que l’armée française ait jamais connue, réalisée dans des conditions budgétaires drastiques et un contexte psychologique explosif. Lorsqu’il quitte son ministère, en décembre 1946, Michelet a imposé aux militaires des sacrifices sans aucun précédent historique tout en évitant les révoltes prétoriennes et les mutineries. Comment et par quelle méthode a-t-il mené cette mission ? Sans s’attarder sur le détail des mesures de démobilisation, d’épuration et de dégagement des cadres, étudiées par ailleurs 4, nous nous attacherons à montrer comment le ministre a présenté ces sacrifices à la presse, à la classe politique et aux forces armées et quels en ont été les résultats.

Des réductions d’effectifs d’une ampleur sans précédent

4Au moment où Michelet entre en fonction, les forces armées françaises rassemblent plus de 1 105 000 hommes (voir tableau), elles en comptaient 1 300 000 le jour de la victoire, et la démobilisation des classes les plus anciennement engagées dans la guerre est déjà largement entamée. La désorganisation est extrême dans les régions militaires où coexistent les Forces françaises de l’intérieur (FFI), des éléments de l’armée restés en métropole pendant l’occupation, des unités de l’armée d’Afrique et des Forces françaises libres (FFL) venues de Grande-Bretagne. Les prisonniers libérés viennent s’ajouter au nombre. Officiellement, les décrets de mobilisation de 1939 sont toujours valables, il n’y a donc pas eu de nouvelle mobilisation en métropole, seulement un rappel de spécialistes et de volontaires. Le contraste est grand avec l’armée d’Afrique qui a mobilisé toutes les classes d’âges disponibles d’Européens et plusieurs classes de musulmans sans compter un nombre important de soldats d’Afrique noire ou d’Afrique du Nord engagés volontaires sous contrat.

  • 5 Épisode narré par Edmond Michelet, La querelle de la fidélité, peut-on être gaulliste aujourd’hui, (...)

5Cette armée est immédiatement au cœur des critiques de l’Assemblée constituante. Comment justifier en effet ces nombreux effectifs, ce gaspillage d’essence, ces multiples réquisitions d’immeubles, de véhicules et de vivres alors que la France affamée compte des centaines de milliers de sans-abris ? Une fois les combats terminés, la presse témoigne d’un antimilitarisme violent. Certains députés de gauche n’hésitent pas à prôner sérieusement la fin de l’armée permanente qui serait remplacée par une milice de soldats citoyens. S’il faut impérativement réduire les dépenses pour éviter la faillite de l’économie française, alors pourquoi ne pas supprimer cette armée devenue inutile depuis la cessation des combats ? Les crédits militaires sont l’objet de discussions passionnées et amènent une des plus grande crise de l’Assemblée constituante : celle qui entraîne le départ du général de Gaulle, le 20 janvier 1946 5.

  • 6 Loi du 23 décembre 1946 (commission de la Hache Journal officiel du 24 décembre 1946, p. 1045.

6Dès son arrivée, le ministre reçoit du président du GPRF une mission claire et profondément impopulaire : réduire le volume des forces armées. En moins d’un an, il doit ramener les effectifs à 700 000 et ceci sans aucun accompagnement budgétaire ni reclassement possible dans la fonction publique puisque le but est de diminuer les dépenses de l’État et pas seulement des forces armées. Les autres administrations doivent aussi réduire brutalement leurs effectifs. Des commissions de dégagement des fonctionnaires, popularisées sous les noms de commissions de « la hache » et de « la guillotine » seront d’ailleurs chargées de traquer les effectifs en surnombre 6. La politique est poursuivie et durcie par les successeurs du général de Gaulle, Félix Gouin (26 janvier-24 juin 1946) et Georges Bidault (25 juin-15 décembre 1946) qui exigent des réductions d’effectifs militaires toujours plus importantes. Edmond Michelet ne fait pas partie du cabinet que Léon Blum constitue le 16 décembre 1946. Le ministère de la Défense est alors confié, pour moins d’un mois, à André Le Troquer.

  • 7 Les officiers de carrière disposent de la propriété de leur grade à la suite de la loi Soult du 7 j (...)
  • 8 Lettre du général de Gaulle à Edmond Michelet, le 18 décembre 1945, archives du centre d’études et (...)
  • 9 Boniface (Xavier), op.cit., p. 103.
  • 10 Discours d’Edmond Michelet à l’Assemblée nationale constituante, le 3 avril 1946, reproduit dans In (...)

7Durant l’année du ministère d’Edmond Michelet, la réduction des effectifs de l’armée française est la tâche principale de son cabinet. L’enjeu est de taille, car outre l’épuration – largement entamée avant novembre 1945 – et la démobilisation – normale à la fin d’une guerre – le ministre doit imposer le dégagement autoritaire des cadres d’active qui s’effectue souvent en violation des règles qui régissent le statut des militaires de carrière 7. Il doit également annoncer la disparition d’unités prestigieuses qui se sont illustrées lors de combats récents, avec la dispersion des hommes et l’abandon des traditions qui formaient l’identité des régiments dissous. De Gaulle est bien conscient de l’ampleur de la tâche et surveille de près la composition du cabinet militaire d’Edmond Michelet 8. Le général Ély, en prend la direction. Avec d’autres officiers, comme le vice-amiral Ortoli, le contre-amiral Jozan, le général Descours, le général Plou et le commandant Lalande, Michelet forme une équipe qui rassemble Français libres, officiers résistants de métropole et combattants d’Afrique du Nord avec comme point commun d’être en majorité des catholiques pratiquants 9. Son équipe constituée, Michelet présente son programme le 21 décembre 1945 à tous les officiers généraux pourvus d’un commandement, soit 120 au total. Le ministre prend la parole en premier, suivi par le général Juin, chef d’état-major de la Défense nationale et des chefs d’états-majors généraux de chaque armée : de Lattre (Terre), Lemonnier (Marine) et Léchères (Air). La presse est conviée. Les prévisions de réduction d’effectifs sont clairement annoncées : on parle alors d’une armée de 710 000 hommes, tout compris. Cependant ces objectifs seront par la suite remis en question. Le budget 1946 n’accorde finalement que 500 000 hommes au ministre des Armées. Comme le signale Michelet : « Les chiffres successivement fixés par le Comité de la Défense nationale au cours des huit derniers mois sont les suivants : dans le plan du 4 juin 1945, 913 000 hommes ; dans celui du 6 septembre, 817 000 ; dans celui du 4 décembre, 710 000, enfin, dans celui auquel il s’est arrêté le 11 février, 495 000. » 10 Finalement, le plan de réduction d’effectifs s’établit ainsi :

Les réductions d’effectifs nécessaires à la fin de l’année 1946

Image1

Ce tableau prend en compte non seulement les effectifs à la charge du ministère des Armées mais également tous les soldats « indigènes » servant sous contrat qui sont à la charge du ministère de la France d’outre-mer. Chiffres officiellement donnés dans la brochure Vers les armées de demain, op.cit.

  • 11 Soit une résorption de 34,5 % comme le précise Edmond Michelet, discours du 3 avril 1946, op.cit.

8S’il communique aisément sur les objectifs à atteindre, Michelet est moins précis lorsqu’il s’agit de savoir ce qui, dans cette réduction d’effectifs relève de la démobilisation, du dégagement des cadres d’active, de la réduction du personnel civil ou de l’épuration. Compte tenu des statistiques partielles que nous avons exploitées, on peut estimer que l’essentiel de la réduction d’effectifs, soit 500 000 hommes est due à la démobilisation de la troupe ainsi que des officiers et sous-officiers de réserve. Le licenciement du personnel civil est évalué à 52 000 postes 11. Le reste doit être obtenu par résiliation des contrats et dégagement des cadres de l’armée d’active. L’épuration, par définition, ne peut être programmée et dépend du résultat des commissions, mais il est d’ores et déjà certain que les officiers et sous-officiers qui n’ont pu faire preuve de leur activité de résistance, même s’ils ne sont pas sanctionnés stricto sensu par une révocation sans pension, seront les premiers à « être admis au bénéfice de la loi sur le dégagement des cadres ». 

Communiquer avec la presse

  • 12 « La réorganisation de l’armée », Front national, 23-24 décembre 1945, archives Edmond Michelet, 4E (...)

9L’annonce d’une semblable réduction est relayée par les journaux qui annoncent de vraies mesures d’économies et de rénovation de l’armée. Le Monde du 23-24 décembre 1945 titre « La conférence des généraux et des amiraux a préparé la rénovation de l’armée » ; La Croix détaille les réductions d’effectifs de l’armée de Terre annoncées par le général de Lattre et insiste sur la rénovation qui l’accompagne, en particulier celle du service militaire marqué par la formation prémilitaire et l’instruction dans des « camps légers ». Une longue partie de l’article est consacrée à la démobilisation : en un mois, c’est-à-dire avant le 1er février 1946, les 100 000 hommes des classes 1939 à 1942 encore sous les drapeaux et 10 000 officiers de réserve auront été démobilisés. La presse communiste se satisfait de pouvoir donner les mêmes informations tout en déplorant que le ministre n’aille pas assez loin, ainsi le journal Front national déclare : « Les comptes rendus donnés à la presse reste cependant muets sur un certain nombre de points. On ne nous dit pas si l’on veut délibérément faire la place qui leur revient aux officiers qui se sont battus contre l’Allemagne fasciste et éliminer ceux qui ont fait cause commune avec l’ennemi. » 12

10Pendant toute l’année 1946, Edmond Michelet doit justifier, à la fois devant la presse et devant l’Assemblée constituante, de l’avancement des mesures d’épuration, de démobilisation et de dégagement des cadres. Il lui faut également répondre à tous ceux qui l’accusent de réintégrer des « vichystes » et de mettre à l’écart des FFI. Le ministre se charge naturellement lui-même de ces mises au point dans ces nombreux discours. On a gardé trace d’une vingtaine de grands discours durant son ministère, dont la plupart ont été publiés, remis à la presse et dont certains ont été radio-diffusés. Il veille également à ce que le message soit répété à travers une conférence de presse hebdomadaire tenue le plus souvent par son chef de cabinet, Roger Dumaine ou par le responsable de son 3e bureau, chargé de l’information, le colonel Lecoq. À trois reprises, le 15 avril, le 2 août et le 3 octobre 1946, il invite les directeurs des journaux, Le Monde, Le Figaro, L’Aube, L’Époque, Combat, Le Parisien Libéré, Le Pays, et La Croix à déjeuner ou à dîner et en profite pour tenter de redresser l’image de l’armée, selon lui injustement brocardée par la presse. Ainsi, le 3 octobre 1946, il leur déclare :

  • 13 Entretien de M. Michelet avec les représentants de la presse, le 3 octobre 1946, Informations Milit (...)

« Vous pouvez dire ce que vous voulez du ministre si le ministre ne vous plaît pas. C’est de la politique...; mais tout ce que je vous demande, c’est que dans les attaques à l’égard du ministre, vous n’attaquiez pas l’armée qui à l’heure actuelle, est vraiment douloureuse (...). Les soldats, au lendemain de cette guerre et cela arrive à tous les soldats, dans tous les pays du monde et après toutes les guerres, sont dans le laisser-aller. Le Pays (...) n’est pas bien disposé comme il l’était après l’autre guerre qui fut une vraie guerre victorieuse. Par conséquent, (...) quand j’ai vu des caricatures représentant des soldats au rab de rab, alors que les malheureux gagnent moins que les fonctionnaires civils parce qu’ils n’ont pas d’indemnités et que du fait de la cherté des choses, ils se trouvent dans une situation très difficile, j’ai été douloureusement étonné. Savez-vous qu’il y a beaucoup d’officiers qui ne prennent qu’un repas par jour ? » 13

  • 14 Op.cit.

11Toute la communication du ministère est relayée par une lettre hebdomadaire d’une douzaine de pages, distribuée gratuitement dans toutes les unités et intitulée Informations militaires. Chaque semaine, une rubrique intitulée « Mises au point, démentis » reprend les allégations antimilitaristes véhiculées par la presse pour les rectifier. Mais, à part ces réponses concernant des cas précis soumis par la presse de gauche le plus souvent, le ministre se contente d’une communication à visée très générale dont le but est à la fois de faire comprendre à l’intérieur de l’armée la portée des réformes et des sacrifices et surtout de montrer à la Nation tout entière, combien les militaires, soumis à rude épreuve, sont dignes d’estime. Pour marquer les six premiers mois de son entrée en fonction, Edmond Michelet fait publier un bilan détaillé sous forme de brochure illustrée à fort tirage intitulée Vers les armées de demain, novembre 1945, mai 1946 14. Il y reprend les grands projets de son ministère et dresse un premier bilan, en particulier en ce qui concerne les réductions d’effectifs.

Devant les députés

  • 15 Villon (Pierre), L’Humanité, 6 août 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/ 41. Voir également Phil (...)
  • 16 Blum (Léon), Œuvres 1945-1947, Albin Michel, 1958, p. 170-173.
  • 17 Buffotot (Patrice),  La politique militaire du parti socialiste SFIO (1944-1969), thèse, Paris I, 1 (...)
  • 18 Scherer (Max), L’Aube, 7 septembre 1946. Cité dans Rioux (Jean-Pierre), « Les forces politiques et (...)
  • 19 Planchais (Jean), Une histoire politique de l’armée, tome II, 1940-1967, de De Gaulle à de Gaulle, (...)

12L’Assemblée constituante est marquée par une forte hostilité envers l’armée et les dépenses militaires. Le Parti communiste, par l’intermédiaire de Pierre Villon qui défend une vision d’armée populaire, est partisan d’éjecter en masse tous les officiers de l’ancienne armée pour renouveler en profondeur le corps militaire en y injectant le sang neuf des FFI issus des FTP 15. À ces idées jacobines de « levée en masse », les autres partis politiques n’opposent guère d’argumentaire serré. Les socialistes, fortement marqués par la pensée de Jaurès, rejoignent les communistes sur certains points. Beaucoup considèrent que, dans un contexte où tout ennemi a disparu, les dépenses militaires sont inutiles 16. Seule une force internationale à disposition de l’ONU serait à la rigueur envisageable 17. Le MRP, quant à lui, est parcouru de clivages importants sur cette question. Les hiérarques, comme Georges Bidault et Maurice Schuman, adoptent sans restriction les idées du général de Gaulle mais les considérations électorales poussent les autres à limiter au maximum les dépenses militaires à l’instar des communistes et des socialistes. La base « jeune », avec André Colin, est favorable à un désarmement, tandis que d’autres réclament une modernisation rapide de l’armée — voire l’acquisition de l’arme nucléaire — ce qui permettrait, à terme, de réaliser des économies de personnel 18. Soucieux, lui aussi d’adapter le gabarit des forces armées au budget limité de la France, le rassemblement des gauches propose une solution de compromis que représenterait une « armée de potentiel » c’est-à-dire un noyau où l’armée d’active serait la moins nombreuse possible, mais capable, le cas échéant, d’encadrer une montée en puissance fondée sur l’armée nationale. La droite, quant à elle, reste souvent figée dans un regret de l’armée traditionnelle, dont elle souhaite la renaissance 19.

  • 20 « Composition actuelle du corps des officiers, renouvellement opéré par intégration et épuration » (...)
  • 21 Loi no 46 607 du 5 avril 1946 portant fixation du budget général (dépenses militaires) de l’exercic (...)
  • 22 Michelet (Edmond), discours du 4 avril, op.cit., p. 11.
  • 23 Michelet (Edmond), discours du 2 octobre 1946, Informations militaires no 78, 25 octobre 1946, p. 6
  • 24 Ibid. p. 8.

13Malgré ces dissensions, Michelet n’est pas directement interpellé par les députés au sujet du fonctionnement de son ministère, tout au plus doit-il répondre à de nombreuses questions écrites et orales. Pour désamorcer les critiques, il agit directement auprès de la Commission de la Défense nationale et son rapporteur M. Métayer, n’hésitant pas à organiser un grand nombre de visites des centres militaires les plus importants. Mais l’intérêt de la Constituante pour les choses militaires semble faible et les députés ne réagissent que sur les questions budgétaires et sur le problème de « l’amalgame ». Michelet doit donc montrer, dans ses deux grands discours devant l’Assemblée constituante, les 3 avril et 2 octobre 1946, que les réductions d’effectifs se déroulent suivant le calendrier prévu, et surtout que l’armée procède effectivement à l’exclusion des non résistants et à l’intégration des FFI 20. Dans le premier discours, il présente à la fois le budget 1946 des forces armées et la loi de dégagement des cadres et souligne que « le département des armées [se place] au premier rang de ceux qui ont réalisé effectivement la politique d’économies voulue et imposée à juste titre par le ministère des Finances » 21. Puis il évoque longuement « le grave problème social que pose ce dégagement massif » en insistant sur le fait que le dégagement « atteint de loyaux serviteurs de l’État qui, dans leur immense majorité, n’ont pas démérité » et qu’ils seraient « restés en place s’ils avaient appartenu à un autre grand corps de l’État ». Il rend hommage au travail des commissions d’épuration mais rappelle le danger qu’il y aurait à confondre la majorité des officiers qui ont fait leur devoir et la minorité des autres. Il rappelle l’exemple des 2 000 officiers déportés pour actes de résistance dont 1 300 sont morts dans les camps de concentration et souligne : « N’oublions pas qu’un grand nombre d’officiers et non des moindres ont animé la Résistance, et dès l’origine. » 22 Lorsque Michelet met solennellement en garde les députés contre « le ferment de désagrégation de l’armée que serait la reprise incessante des opérations d’épuration », il s’attire des applaudissements à droite et des exclamations à gauche qui amènent le président de l’Assemblée à intervenir pour remettre de l’ordre. Dans le deuxième discours, six mois plus tard, Michelet tente en vain de montrer que cette logique purement budgétaire aboutit à l’abandon de toute politique de défense : « Si nous voulons rester un pays dont la voix compte dans le concert international et dont on respecte les décisions et l’indépendance, il nous faut conserver les forces militaires indispensables pour remplir ces missions. » Par ailleurs, il existe des effectifs incompressibles : dès lors que la France a choisi de revenir à la conscription, l’incorporation d’une partie de la classe 1946 en juin a amené une augmentation d’effectifs de 83 000 hommes qu’il faut naturellement encadrer. Certaines séquelles de la guerre sont lentes à résorber : on ne peut démobiliser que les bien-portants. Les malades et les blessés, au nombre de 12 000, ne pourront quitter l’armée qu’à leur sortie de l’hôpital. Le rapatriement des soldats d’Afrique du Nord devait être achevé au 1er juillet 1946 mais faute de bateaux, il restait encore à cette date 30 000 hommes à transporter. Prenant la défense de l’armée, Edmond Michelet montre combien celle-ci s’est mise au service de la Nation et donne l’exemple de la reconstruction des ponts ou de la lutte contre les incendies dans les Landes. Puis il revient sur les attaques injustifiées dont les militaires sont l’objet et tente de « prendre (...) la parole en faveur de ceux qui doivent demeurer silencieux même s’ils sont injustement attaqués » 23 : « Nos armées souffrent, bien qu’elles se taisent, je suis placé pour le savoir (...) j’accepte d’être l’instrument qui frappe ces officiers et ces sous-officiers qui furent de loyaux serviteurs, mais il y aurait une sorte de lâcheté de ma part à ne pas dire ici, devant les représentants du peuple que les armées ne méritent pas les reproches qu’on leur fait et qu’elles méritent bien des éloges qu’on ne leur fait pas .» 24

Devant les armées

  • 25 Boniface (X.), op.cit.
  • 26 Ce chiffre ne tient pas compte des soldats africains et nord-africains servant sous contrat qui éma (...)
  • 27 Lettre général de Lattre à Edmond Michelet, 12 mars 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/43.
  • 28 Lettre du général Revers, chef de l’état-major de l’armée, 11 novembre 1946, ibid.
  • 29 État-major de la Défense nationale, Lettre n169/DN/3 du1er janvier 1946, archives Edmond Michelet (...)
  • 30 Note pour l’information strictement personnelle de monsieur Michelet, le 2 décembre 1946. signé Sch (...)
  • 31 Lettres et notes adressées par le général d’armée de Lattre de Tassigny à monsieur le ministre des (...)
  • 32 Note pour M. le chef d’État-Major général de l’armée, le 3 décembre 1946, archives Edmond Michelet, (...)

14De toute évidence, Michelet dispose de peu de latitude d’action du côté de la classe politique. Sa marge de manœuvre est également très étroite du côté des chefs militaires, car ceux-ci ne se privent pas de lui faire savoir qu’il est impossible de remplir les missions demandées avec les moyens alloués 25. Ainsi, en mars 1946, de Lattre avertit solennellement le ministre de la situation entraînée par la politique d’économies : compte tenu de la démobilisation des classes 1939 à 1943 et dans l’attente du recrutement de la classe 1946, l’armée de Terre atteindra, en mai 1946, l’étiage de 338 000 hommes 26, ce qui représente un « déficit de 72 000 hommes par rapport au chiffre reconnu nécessaire pour satisfaire aux missions qui lui sont actuellement fixées » 27. De Lattre n’est pas le seul à mettre Michelet en garde. Le général Revers, lui aussi, se préoccupe de la réduction d’effectifs 28. Le général Juin se soucie à plusieurs reprises des ponctions d’unités qui sont effectuées en Afrique du Nord au profit de l’Indochine 29, ce qui risque, selon lui, de rendre le maintien de l’ordre impossible, alors même que la situation locale est qualifiée « d’extrêmement tendue » 30. Le ministre des Armées doit parfois s’opposer de front aux grands chefs militaires et en particulier au général de Lattre qui ne perd pas une occasion de montrer au ministre son insignifiance. Sans demander l’autorisation du ministre, « le roi Jean » prononce des discours officiels, y compris devant le président du Conseil, fait visiter les nouveaux camps d’instruction à des délégations ministérielles et accepte de représenter les armées françaises à l’étranger 31. Tout en gardant la haute main sur toutes les nominations aux grands commandements de l’armée de Terre, il s’arrange pour différer les réductions d’effectifs exigées par le ministre, parfois en omettant de répondre aux courriers que celui-ci lui envoie. Aussi, après une première phase où une bonne entente semble régner entre le ministre et le général de Lattre, les choses s’enveniment à l’automne 1946. Michelet est conduit à rappeler sèchement à l’ordre l’inspecteur général de l’armée de Terre. Dans une lettre datée du 3 décembre 1946, il l’accuse clairement de saboter les décisions prises par le ministère : « Il semblerait désastreux dans les circonstances actuelles que l’effort que j’ai entrepris soit annulé par la lenteur d’exécution des décisions prises. » 32

  • 33 Bulletin de liaison des élèves et des anciens de l’école de cadres de Cherchell, décembre 1946, arc (...)
  • 34 Selon le témoignage du général Maurice Redon, De Gaulle et la Nation…, op.cit., p. 303.

15Cette sécheresse de ton est extrêmement rare chez Edmond Michelet. Conscient de demander aux militaires d’immenses sacrifices, il tente de tempérer leur dureté en multipliant les contacts, les prises de paroles et les gestes symboliques. Il n’hésite pas à se déplacer dans les unités pour montrer aux militaires qu’il les comprend. Informé d’une grave crise de moral à l’École de Cherchell, il effectue le voyage pour inaugurer un monument aux morts de la guerre de 1939-1945, puis il reçoit individuellement en tête à tête chacun des élèves officiers ne rechignant pas à y consacrer le temps nécessaire, à tel point qu’il doit reprendre l’avion sans avoir participé au repas officiel prévu en son honneur 33. Toujours, le ministre veille à rester au contact de l’armée : l’examen de sa correspondance montre qu’il lit et répond lui-même aux lettres qui lui sont directement adressées. Il veille à accompagner chaque notification de dégagement d’un mot manuscrit personnel 34 et accède à toutes les demandes de rendez-vous des officiers dégagés.

  • 35 Discours de M. Edmond Michelet à Versailles lors de l’inauguration d’un monument élevé à la gloire (...)
  • 36 Discours de M. EdmondMicheletdevant l’École polytechnique, le 11 mai 1946, Bulletin de l’associatio (...)
  • 37 Discours devant l’Union nationale des officiers de réserve le 8 novembre 1946, archives Edmond Mich (...)
  • 38 Adieux à la IIe brigade de Marauders, discours de M. Michelet à Mengen le 6 avril 1946, ibid.

16Dans le même esprit, les discours d’Edmond Michelet se veulent avant tout des paroles d’hommage et d’espoir. Chaque fois qu’il s’adresse aux militaires, Michelet insiste sur la face glorieuse des régiments visités, rappelle le souvenir du combat commun contre l’Allemagne auquel il associe dans un même élan les combattants des armées et ceux de la Résistance. En s’adressant aux gendarmes, le 6 juillet 1946, il rappelle la mémoire des 1 500 déportés, de tous les morts, il invoque les 12 000 qui ont rejoint la Résistance, et affirme que « ceux qui ayant pour mission d’obéir toujours et qui sans discuter n’ont pas craint de désobéir aux ordres d’un gouvernement asservi, vous ont acquis des droits » 35. Comme si le sacrifice des uns avait racheté la passivité, voire les compromissions des autres et que la gloire des héros s’étendait dès lors à tous leurs camarades, qu’ils aient ou non choisi le bon chemin. Comme il le déclare en mai 1946 aux élèves de l’École polytechnique : « Vous sentez bien, Messieurs, que la participation à la gloire des morts exige un don en retour et que nous n’avons le droit de nous réclamer d’eux que si nous introduisons dans notre vie une dignité, une profondeur et une ascèse nouvelle. » 36 Il reprend ce thème, le 8 novembre 1946, devant les officiers de réserve, dont beaucoup sont d’anciens officiers d’active : « Chacun de nous n’a-t-il pas à réaliser désormais non seulement sa destinée propre, mais la part de l’œuvre que nos disparus auraient accomplie pour le salut et la grandeur de la Patrie ? » 37 Prenant la parole à Mengen, devant les aviateurs de la 11e brigade de bombardement, Michelet présente la dissolution de cette unité comme un nouveau défi à relever : « Si les difficultés financières du pays nous obligent à des sacrifices passagers, l’âme de l’armée doit demeurer intacte. C’est simplement une autre forme de courage qui nous est imposée, Après avoir eu celui de nous battre, nous aurons celui de maintenir l’espérance » ; plus loin il ajoute que : « l’héroïsme des combats s’affirme dans les instants sublimes et passagers de la bataille, l’héroïsme de la paix est une lutte plus obscure et d’autant plus méritoire, qui dure tous les instants. » 38

  • 39 Schéma de la déclaration à faire par M. Michelet à la radio, 24 octobre 1946, ibid.
  • 40 Discours de M Edmond Michelet en hommage au général Delestraint le 23 novembre 1946, Informations m (...)

17Pour que « l’âme de l’armée » perdure, il veille à ce que les traditions des régiments dissous soient maintenues par le biais d’amicales régimentaires qui sont, selon les mots du ministre, des « conservatoires de nos vertus militaires en même temps que des foyers de cohésion nationale » 39. Elles seront animées par des officiers de réserve et subventionnées par le ministère des Armées. Par ce biais, les unités ne sont pas symboliquement dissoutes mais seulement suspendues en attendant le jour où le pays aura besoin de faire appel à toutes ses forces pour se défendre. Les officiers et sous-officiers rendus à la vie civile doivent aussi garder un rôle essentiel dans les réserves en constituant l’encadrement des jeunes lors des périodes de formation prémilitaire. Face au marasme ambiant, Edmond Michelet tente donc de remonter le moral de l’armée en valorisant son rôle passé et à venir. Il ne dénie nullement le sacrifice exigé : il estime que les militaires seront capables de le surmonter puisqu’ils ont été capables de relever la France pour la mener à la victoire. « Si grave que soit la situation économique du Pays, elle ne dépasse pas ses possibilités de relèvement par lesquelles la France a toujours étonné le monde (...) tout ne semblait-il pas perdu au soir de l’armistice du 25 juin 1940 ? Et pourtant ! que de victoires nous avons remportées depuis : Bir-Hakeim, la Tunisie l’Italie, la Provence, Colmar, franchissement du Rhin, campagne du Danube ! Tout effort ne semblait-il pas vain quand les uniformes vert de gris pullulaient sur le corps de la France ? Et pourtant, nous avons vu surgir du sol les Forces françaises de l’intérieur et Paris se libérer lui-même : nous verrons aussi une nouvelle armée française naître de l’ordre rétabli, de la stabilité retrouvée et de l’amalgame réussi. » 40

18Au total, Edmond Michelet a tenté d’accomplir avec le maximum d’humanité la tâche inhumaine que le général de Gaulle lui avait demandé : une démobilisation beaucoup plus rapide que celle qui suivit la Première Guerre mondiale, assortie du plus important dégagement des cadres d’active jamais connu, dans un contexte où l’armée n’avait pas retrouvé sa popularité, définitivement entamée par la défaite de 1940. Tous efforts déployés n’ont certainement pas empêché une profonde crise du moral au sein de l’armée française, visible à travers les rapports sur le moral ainsi que certains écrits et témoignages. Cependant, il est permis de penser que si Michelet avait pu poursuivre sa politique, cette crise aurait été limitée dans le temps. Or, lorsque le gouvernement Ramadier entre en fonction, toutes les dispositions prises par Michelet sont remises en cause. L’épuration et le dégagement des cadres recommencent alors que Michelet les avaient, à plusieurs reprises, déclarés achevés. Le service prémilitaire, sur lequel Michelet et de Lattre comptaient pour associer les anciens militaires à la formation de tout le contingent, est définitivement supprimé. La crise très profonde que connaît l’armée française entre 1945 et 1949 – entre la victoire et l’OTAN – vient aussi de la difficulté de poursuivre une politique à long terme au sein de gouvernements marqués par l’instabilité.

Haut de page

Notes

1 Cité par Claude Michelet, Mon père, Edmond Michelet, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 117 et par Jean Charbonnel, Edmond Michelet, Beauchesne, 1987, p. 64.

2 Boniface (Xavier), « Edmond Michelet et les chefs militaires », in Edmond Michelet homme d’État, Brive Centre national d’études de la Résistance et de la Déportation, Edmond Michelet (CNERDEM), 2000, p. 102.

3 Michelet (Claude), op.cit., p. 150.

4 Vernet (Jacques), Le réarmement et la réorganisation de l’armée de Terre française 1943-1946, SHD/DAT, 1980, p. 130 ; d’Abzac-Épezy (Claude), « Épuration et rénovation de l’armée », in Marc-Olivier Baruch (dir), Une poignée de misérables, histoire des épurations professionnelles, Fayard, 2003, p. 433-464.

5 Épisode narré par Edmond Michelet, La querelle de la fidélité, peut-on être gaulliste aujourd’hui, Paris, Fayard, 1971, p. 76.

6 Loi du 23 décembre 1946 (commission de la Hache Journal officiel du 24 décembre 1946, p. 1045.

7 Les officiers de carrière disposent de la propriété de leur grade à la suite de la loi Soult du 7 juillet 1832 qui reste en vigueur jusqu’au statut général des militaires de 1972.

8 Lettre du général de Gaulle à Edmond Michelet, le 18 décembre 1945, archives du centre d’études et musée Edmond Michelet de Brive, archives Edmond Michelet 4 EM, ministère des Armées, dossier 21, (désormais 4EM/MA/21).

9 Boniface (Xavier), op.cit., p. 103.

10 Discours d’Edmond Michelet à l’Assemblée nationale constituante, le 3 avril 1946, reproduit dans Informations Militaires, no 53, p. 9.

11 Soit une résorption de 34,5 % comme le précise Edmond Michelet, discours du 3 avril 1946, op.cit.

12 « La réorganisation de l’armée », Front national, 23-24 décembre 1945, archives Edmond Michelet, 4EM, dossier de presse (dossier 33).

13 Entretien de M. Michelet avec les représentants de la presse, le 3 octobre 1946, Informations Militaires, no 75, 11 octobre 1946, p. 15.

14 Op.cit.

15 Villon (Pierre), L’Humanité, 6 août 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/ 41. Voir également Philippe Buton, « Le PCF et l’armée », in Rioux (Jean-Pierre) (dir.) De Gaulle et la Nation face aux problèmes de Défense, Paris, Plon, collection Espoir, 1983, p. 155-166.

16 Blum (Léon), Œuvres 1945-1947, Albin Michel, 1958, p. 170-173.

17 Buffotot (Patrice),  La politique militaire du parti socialiste SFIO (1944-1969), thèse, Paris I, 1980.

18 Scherer (Max), L’Aube, 7 septembre 1946. Cité dans Rioux (Jean-Pierre), « Les forces politiques et l’armée » in De Gaulle et la Nation… op.cit, p. 67.

19 Planchais (Jean), Une histoire politique de l’armée, tome II, 1940-1967, de De Gaulle à de Gaulle, Paris, Seuil, 1967, p. 133-134.

20 « Composition actuelle du corps des officiers, renouvellement opéré par intégration et épuration » note du cabinet du ministre CAB/MIN/GUE/P du 13 juillet 1946, archives du Service historique de la Défense, DAT, 6 P 18.

21 Loi no 46 607 du 5 avril 1946 portant fixation du budget général (dépenses militaires) de l’exercice 1946 avec les dispositions relatives au dégagement des cadres et au reclassement, Journal officiel lois et décrets, 6 avril 1946.

22 Michelet (Edmond), discours du 4 avril, op.cit., p. 11.

23 Michelet (Edmond), discours du 2 octobre 1946, Informations militaires no 78, 25 octobre 1946, p. 6

24 Ibid. p. 8.

25 Boniface (X.), op.cit.

26 Ce chiffre ne tient pas compte des soldats africains et nord-africains servant sous contrat qui émargent au budget de l’outre-mer.

27 Lettre général de Lattre à Edmond Michelet, 12 mars 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/43.

28 Lettre du général Revers, chef de l’état-major de l’armée, 11 novembre 1946, ibid.

29 État-major de la Défense nationale, Lettre n169/DN/3 du1er janvier 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/16

30 Note pour l’information strictement personnelle de monsieur Michelet, le 2 décembre 1946. signé Schlesser (général), archives Edmond Michelet, 4EM/MA/16.

31 Lettres et notes adressées par le général d’armée de Lattre de Tassigny à monsieur le ministre des Armées, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/43.

32 Note pour M. le chef d’État-Major général de l’armée, le 3 décembre 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA/43.

33 Bulletin de liaison des élèves et des anciens de l’école de cadres de Cherchell, décembre 1946, archives Edmond Michelet D29/2 (classement provisoire).

34 Selon le témoignage du général Maurice Redon, De Gaulle et la Nation…, op.cit., p. 303.

35 Discours de M. Edmond Michelet à Versailles lors de l’inauguration d’un monument élevé à la gloire de la gendarmerie française, le 6 juillet 1946, Informations militaires, no 65, 12 juillet 46.

36 Discours de M. EdmondMicheletdevant l’École polytechnique, le 11 mai 1946, Bulletin de l’association des anciens élèves de l’École polytechnique, AX, mai 1946, no 3.

37 Discours devant l’Union nationale des officiers de réserve le 8 novembre 1946, archives Edmond Michelet, 4EM/MA (Classement provisoire : D29-2)

38 Adieux à la IIe brigade de Marauders, discours de M. Michelet à Mengen le 6 avril 1946, ibid.

39 Schéma de la déclaration à faire par M. Michelet à la radio, 24 octobre 1946, ibid.

40 Discours de M Edmond Michelet en hommage au général Delestraint le 23 novembre 1946, Informations militaires, no 82, 29 novembre 1946.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude d’Abzac-Epezy, « Edmond Michelet et la démobilisation de l’armée française (1945-1946) », Revue historique des armées, 245 | 2006, 36-45.

Référence électronique

Claude d’Abzac-Epezy, « Edmond Michelet et la démobilisation de l’armée française (1945-1946) », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/5472

Haut de page

Auteur

Claude d’Abzac-Epezy

Agrégé de l’université et docteur en histoire, elle est chargée de recherches au Centre d’études d’histoire de la Défense, où elle anime la commission d’histoire socio-culturelle des armées. Ses domaines de spécialisation sont l’histoire de l’aéronautique, les armées françaises pendant la Seconde Guerre mondiale et au moment du retour à la paix, l’épuration et la pensée stratégique française des années 1930-1950. Elle est également maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org