Navigation – Plan du site
Dossier

La manœuvre de sortie de guerre

François Géré
p. 62-77

Résumés

La sortie de guerre ne se réduit pas à l’arrêt des opérations militaires. Elle en constitue le prolongement, plus ou moins délibéré, plus ou moins bien dirigé. Son ampleur et sa durée varient. Loin d’être nécessaire, elle peut ne pas advenir. Il existe des guerres sans sortie parce que sans issue politique. Actuellement, la sortie de guerre correspond à une diversité croissante de situations, celles-là mêmes qui sont liées d’une part aux mobiles politiques de l’entrée en guerre et d’autre part à la stratégie militaire adoptée qui va présider à la conduite de la guerre. L’ensemble est lui-même surdéterminé par les perceptions culturelles du rôle de la guerre dans les relations interhumaines et inter sociétales. Traditionnellement, on avait tendance à considérer la sortie de guerre du point de vue égoïste du vainqueur ou du vaincu. Comment chacun va-t-il « s’en sortir » ? Depuis une dizaine d’années, on voit se développer dans le monde occidental une préoccupation nouvelle, apparemment plus altruiste, dominée par le souci des populations aussi bien durant la guerre qu’après la guerre. Comment faire en sorte que les « autres », au mieux de leurs intérêts, sortent de la guerre ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

sortie de guerre
Haut de page

Texte intégral

« L’objectif légitime de la guerre est une meilleure paix. »
Inscription sur la statue du général Sherman à Washington

Phénoménologie des sorties de guerre

  • 1 Pirnie (Bruce R.) et Simon (William E.), « Soldiers for Peace », RAND, 1996. Les constats d’il y a (...)

1La sortie de guerre ne se réduit pas à l’arrêt des opérations militaires. Elle en constitue le prolongement, plus ou moins délibéré, plus ou moins bien dirigé. Son ampleur et sa durée varient. Loin d’être nécessaire, elle peut ne pas advenir. Il existe des guerres sans sortie parce que sans issue politique. Tel est le cas de la péninsule coréenne depuis l’armistice de Pan Mun Jon en 1953, des hauteurs du plateau du Golan entre Israël et la Syrie où stationne une force des Nations unies depuis 1967. Tel est encore le sort du Cachemire. Sur tous ces théâtres, guerre et paix restent en suspens parce que les buts restent inconciliables 1.

2Actuellement, la sortie de guerre correspond à une diversité croissante de situations, celles-là mêmes qui sont liées d’une part aux mobiles politiques de l’entrée en guerre et d’autre part à la stratégie militaire adoptée qui va présider à la conduite de la guerre. L’ensemble est lui-même surdéterminé par les perceptions culturelles du rôle de la guerre dans les relations interhumaines et inter sociétales.

3Par convention, nous laisserons de côté les opérations de « maintien de la paix », trop éloignées de la guerre puisqu’en général, elles ne sont entreprises que lorsqu’un cessez-le-feu est intervenu entre les adversaires. En revanche, nous devrons considérer le rétablissement de la paix qui exige une phase opérationnelle initiale recourant à la coercition par la force des armes et qui pose des problèmes très particuliers de « sortie ». Il va de soi que la qualité du cessez-le-feu rend parfois très mince la ligne de partage entre maintien et rétablissement. Glissements et dérapages ne sont que trop fréquents. Ce redoutable exercice d’équilibriste conduit parfois à se contenter de l’expression générale « opérations de paix ». En dépit de la plasticité des situations, de leur aptitude à la variation, rien n’interdit pas que l’on établisse des catégories grâce auxquelles, dans le brouillard de la diversité, on puisse se repérer.

4Traditionnellement, on avait tendance à considérer la sortie du point de vue égoïste du vainqueur ou du vaincu. Comment chacun allait-il « s’en sortir » ? Depuis une dizaine d’années, on voit se développer dans le monde occidental une préoccupation nouvelle apparemment plus altruiste, dominée par le souci des populations aussi bien durant la guerre qu’après la guerre. Comment faire en sorte que les « autres », au mieux de leurs intérêts, sortent de la guerre ? Les autres, c’est-à-dire les « tiers », les non-ennemis, ceux-là même au nom de qui a été engagée une opération de rétablissement de la paix. Comment organiser la situation sur le terrain, une fois terminées les opérations militaires qui, ayant maîtrisé la violence, permettent d’assurer la transition de phase vers la stabilité et la paix durable ?

Sorties en formes « classiques »

  • 2 On se rappellera dans une action de rétablissement de la paix, exemple de la négociation du retrait (...)

5En situation d’affrontement classique de nature symétrique, il existe des règles du jeu acceptées par les adversaires à un moment donné et pour la zone géographique où elle se déroule. Il est admis par convention qu’il y a un vainqueur et un vaincu, au moins momentanément. Même si la conduite de la guerre comporte des entorses et une part de ruse dont il convient de se prémunir, chacun respecte globalement l’itération de l’affrontement. La guerre étant déclarée dans les formes, les opérations se déroulent. Heureusement pour les uns, malheureusement pour les autres qui, sous contrainte physique et morale, demandent la suspension de la guerre. Au terme de tractations toujours très dures, souvent précédées d’une accélération des opérations militaires afin d’obtenir la meilleure position possible : un cessez-le-feu est conclu 2. Des « préliminaires » (Leoben) permettent de mieux cerner les conditions d’un traité de paix. Ainsi Bonaparte en 1797 était-il parvenu avec l’Empire d’Autriche au très avantageux traité de Campo Formio. Le traité d’Amiens (1802) avec l’Angleterre procura aux deux adversaires dix-huit mois de paix !

  • 3 Sans que l’on puisse l’assurer, il est fort probable que le président et certains de ses conseiller (...)

6Ce processus classique perdure à travers les siècles. On le rencontra au terme de la guerre franco-prussienne de 1871 qui aboutit au traité de Francfort. Les tractations diplomatiques furent longues, compliquées, par le changement de régime en France, par le siège de Paris et par la Commune. Côté prussien, Bismarck dut peser de toute son autorité pour faire accepter par l’état-major la relative modération des termes de la sortie de guerre. En août 1991, cent vingt ans plus tard, la procédure n’est pas très différente. Les Nations unies insérèrent l’action militaire dans un cadre différent, qui sans doute la rend plus complexe, mais lui confère une précieuse légitimité. Le Koweit fut libéré, sa souveraineté rétablie au sein de ses frontières légitimes. L’armée irakienne en retraite fut certes durement frappée mais George Bush décida de s’en tenir au mandat du Conseil de sécurité des Nations unies. Le président américain résista aux pressions de ses proches qui auraient voulu profiter de l’effet de poursuite pour, poussant jusqu’à Bagdad, renverser le régime de Saddam Hussein 3.

7On constate donc qu’il existe deux sorties de guerre classiques.

8« Par le haut » en tirant le meilleur parti d’une victoire plus ou moins facilement obtenue. Les bénéfices se mesurent à l’aune des buts de guerre initiaux selon qu’ils ont complètement ou partiellement été atteints : la prise d’un territoire convoité, la destruction du potentiel militaire adverse, la soumission ou même la disparition de l’État ennemi.

9Inversement, la sortie « par le bas » consiste pour le vaincu à réduire au minimum les dommages liés à une défaite d’ampleur variable. L’Union soviétique de Gorbatchev se révéla incapable de stopper le processus de décomposition interne. Saddam Hussein dut certes accepter un cessez-le-feu dont les termes étaient très durs puisqu’ils comportaient l’obligation de destruction de ses programmes d’armes de destruction massive et de ses missiles balistiques. Mais la coalition n’envahit pas l’Irak. Le dictateur sauva, et sa personne, et son régime. Il disposait encore de moyens militaires suffisants pour écraser l’insurrection des populations chiites du sud du pays.

10La sortie d’une guerre de grande dimension impliquant plusieurs adversaires et des systèmes d’alliance pose deux autres catégories de problèmes : d’une part, quel nouvel « ordre » créer ? Fondé sur quels principes et quelles combinaisons d’intérêt ? D’autre part, quelle répartition des bénéfices entre alliés ? Chacun tend à vouloir sa part mais ce peut être au détriment des autres (par exemple lors de la conférence de la paix de 1918-1919, le Premier ministre italien Orlando parla de « victoire confisquée »). La défaite génère une situation nouvelle qui est rarement également bénéfique pour tous les alliés. La redistribution de la puissance est susceptible d’engendrer de nouveaux déséquilibres inquiétants pour certains alliés. En 1919, la France vit sans plaisir l’expansion de la puissance britannique au Proche-Orient qui retira les plus gros bénéfices du démembrement de l’Empire ottoman. En 1990, le président Mitterrand s’inquièta presque ouvertement du déséquilibre créé par la disparition de l’Union soviétique. Aussi chercha-t-il immédiatement à instaurer un nouvel ordre fondé sur des principes universels conférant aux Nations unies une importance nouvelle et un accroissement de légitimité.

Sorties en formes nouvelles

11On considèrera trois phénomènes récents de sortie de guerre :

  • quand il ne peut y avoir de combats directs en raison de la contrainte nucléaire dissuasive. C’est la guerre froide. C’est peut-être aussi l’établissement d’une dissuasion entre l’Inde et le Pakistan contribuant à éviter tout dérapage incontrôlé après la crise de Karghil de juillet 1998 ;

  • quand, de la guerre, doit sortir la liberté et la prospérité d’un peuple ;

  • quand il s’agit de rétablissement de la paix que l’on pourrait aussi nommer « aide à la sortie de guerre ».

12La guerre froide s’est caractérisée par sa longue durée (un demi-siècle), par l’absence de guerre directe entre les adversaires, par une polarisation autour de deux puissances dominantes, enfin surtout par la mise en œuvre de la dissuasion nucléaire. Le risque prohibitif d’une annihilation mutuelle par l’échange des frappes balistico-nucléaires interdisait d’engager une guerre majeure, même au niveau conventionnel. Incapables de trouver une résolution politique à leur antagonisme, les adversaires recoururent à des stratégies indirectes de contournement : soit en cherchant à affaiblir l’ennemi par des conflits limités sur des théâtres lointains (Viêtnam, Afghanistan), soit en développant une guerre psychologique visant à briser la volonté de poursuivre l’affrontement, soit encore en pratiquant une stratégie d’attrition économique et technologique par le biais de la course aux armements.

13Dans ces conditions, nul n’était en mesure d’annoncer la fin de l’affrontement. Certains finissaient même par penser pouvoir s’y installer assez confortablement en retirant des bénéfices d’une situation figée. À intervalles irréguliers, les crises (Cuba, Euromissiles) constituèrent autant de piqûres de rappel. Lorsque l’Union soviétique, sous la direction de M. Gorbatchev, tenta de mettre fin à l’affrontement avec l’Ouest, les événements se précipitèrent et prirent l’allure d’une défaite d’abord limitée puis de plus en plus profonde affectant jusqu’au régime soviétique lui-même. Dans le gouffre ouvert disparaissait l’Union soviétique. La victoire des États-Unis fut objectivement totale, sans même l’avoir à ce point subjectivement recherchée. En dépit des velléités de « rollback », le « containment » ou endiguement, restait une stratégie foncièrement défensive. En 1980, l’agressivité nouvelle de l’Administration Reagan l’a probablement relancé, accéléré et intensifié. La lente désagrégation de la puissance soviétique, puis russe constitua une rupture majeure dont les conséquences se firent sentir sur la longue durée. Les États-Unis devenus la première puissance militaire mondiale cherchèrent alors à organiser au mieux de leurs intérêts la sortie de guerre froide :

  • la tentation du repli isolationniste fit long feu. En témoigna le souci de maintenir l’existence de l’Alliance atlantique que l’on avait pu croire privée de raison d’être après la disparition de l’Union soviétique et du pacte de Varsovie. Au contraire, une dynamique d’élargissement ouvrit l’Alliance aux anciens États d’Europe de l’Est ;

  • l’obsession de la réduction de la menace nucléaire stratégique ex-soviétique ne fit que s’exacerber à partir du moment où la dissolution de l’Union soviétique faisait courir le risque de formation de quatre États détenteurs de l’arme nucléaire : Russie, Biélorussie, Ukraine et Kazakhstan. De ce point de vue, la sortie de guerre n’intervint qu’en 1995. À ce moment, en effet, les trois États successeurs avaient accepté d’entrer dans le TNP (traité de non-prolifération nucléaire) en tant qu’États non dotés d’armes. La présence d’arsenaux nucléaires chez le vaincu obligea à organiser la « sortie » de guerre avec les plus extrêmes précautions. Il fallut procéder avec lenteur et ménagement. La défaite fit l’objet d’un accompagnement subtil guidé par le souci de ne pas humilier le vaincu par des déclarations de victoire provocatrices qui auraient pu déclencher un sursaut extrêmement dangereux ;

    • 4 Voir aussi du même auteur « The Future of Humanitarian War », The National Interest, no 57, fall 19 (...)

    l’idéalisme du New World Order : retour à l’ONU avec une variante qui faisait des États-Unis, à eux seuls, le gendarme du monde sous l’égide commode des Nations unies. « The Unipolar Moment » selon l’expression du journaliste conservateur américain Charles Krauthammer publié en 1991 dans le magazine Times qui fit date 4 ;

    • 5 Dans une perspective de non-isolationnisme et d’engagement mesuré, ce point de vue est constamment (...)

    le réalisme qui conduisit à exploiter la victoire en poussant les avantages le plus loin possible (avec le risque d’overstretch, ou surextension de la puissance) 5 ;

  • le manque d’attention à l’égard d’effets négatifs collatéraux et la sous-estimation des nouveaux adversaires (l’islamisme).

14La sortie de guerre froide affecta au premier chef l’URSS qui tenta de se transformer par le biais de la CEI sans parvenir à éviter les mouvements centrifuges. La présidence de Boris Eltsine et les premières années de celle de Vladimir Poutine furent encore caractérisées par un processus d’effondrement au ralenti qui n’allait pas sans rappeler le sort de l’Empire ottoman après 1918. La Russie s’efforça de tirer le meilleur parti de son arsenal nucléaire face aux États-Unis. Mais les armes atomiques furent évidemment incapables de juguler l’effondrement interne du système soviétique. Enfin, la sortie de guerre froide toucha chaque pays européen en particulier, tout en affectant le processus d’association communautaire entre Européens. Tandis que l’Allemagne se réunifiait, l’Union européenne se constituait par le traité de Maastricht qui fixait, à terme, d’ambitieux mais vagues objectifs de création d’une politique étrangère et de défense commune.

15S’agit-il d’un cas d’une aberrante originalité ou bien un modèle potentiel susceptible de se généraliser dans certaines régions du monde ? L’Asie orientale pourrait-elle connaître « sa » guerre froide ?

Quand le but de guerre affiché est de libérer un peuple

16Quand le but de guerre affiché est de libérer un peuple d’une tyrannie, d’une dictature réputée crapuleuse ou, variante, de protéger une minorité contre une violence d’État exterminatrice : Bosnie, Kosovo (Slobodan Milosevic), Afghanistan (les Talibans), Irak (Saddam Hussein). Panama (Noriega). La sortie de guerre doit s’accompagner d’un changement de gouvernement et d’une transformation complète des institutions (« regime change »).

  • 6 Plantey (Alain), De la politique entre les états, Pedone, 1987.

17On fera légitimement remarquer que ces buts présentent un caractère mal assuré. « Une intervention, même revendiquée comme nécessaire à la sécurité ou présentée comme un acte d’humanité, n’est jamais l’exercice d’un droit lorsqu’elle porte atteinte à la souveraineté d’un peuple. » 6 On peut certes se réclamer de principes universels mais l’expérience montre que c’est l’opportunité de la conjonction de l’intérêt et de capacités d’action disponibles qui met en branle de telles entreprises. Bien plus que la loi morale, l’occasion fait le « bon » larron. Cette conception réputée moderne de l’usage de la guerre trouve de nombreux échos dans le passé. La Révolution française prétendit, par la guerre, exporter liberté et égalité. Robespierre inquiet et sceptique fit valoir que l’on n’apportait pas la liberté à la pointe des baïonnettes. Critique prémonitoire, juste et… inopérante puisque, en son temps, elle ne fut pas suivie et que par la suite, elle n’a pas eu davantage de succès.

  • 7 Kagan and Kristol, « The Present Danger », The National Interest, no 59, summer 2000.

18Il est remarquable que, de manière cyclique, l’idéalisme politique est porteur de cette croyance. Après la guerre froide, l’idéalisme politique américain s’engagea dans cette voie. Chacun avec ses valeurs et son système de références. La conception post hégélienne de Francis Fukuyama n’a guère de points communs avec l’idéologie de néo-conservateurs comme William Kristol ou Robert Kagan 7. Cependant, tous se retrouvent sur une conception qu’ils croient novatrice du rôle de la force pour parfaire l’état des relations internationales et assurer le bonheur des peuples.

19Dans cette perspective, la guerre se limite en principe à la destruction des forces organisées qui permettent au tyran d’asservir son peuple. L’intervention militaire doit infliger des dommages très ciblés de manière à provoquer l’effondrement de l’autorité politique tout en épargnant les populations pour ne pas s’en aliéner la sympathie. Évitant de totalement ruiner le pays, le ou les intervenants se ménagent la capacité à réparer au plus tôt les dommages, redémarrer l’économie, construire une nouvelle société et favoriser l’établissement d’une « bonne gouvernance ». C’est pourquoi, dans leurs fourgons, les forces armées intervenantes doivent acheminer en urgence les moyens d’une chirurgie réparatrice des frappes « chirurgicales » auxquelles il leur a fallu procéder. Ce sont ces capacités de reconstruction forcément soutenues par une aide économique de longue durée qui vont contribuer à une bonne sortie de guerre, tant pour ceux qui ont pris l’initiative de la guerre que pour ceux qui sont censés en être les bénéficiaires, sans jamais avoir été consultés.

20De tels buts présentent évidemment de nombreuses contradictions : comment frapper vite et fort sans provoquer des dégâts importants ? Comment éviter que la population, se sentant victime d’une agression et d’une occupation, ne soutienne un régime détesté et, avec ou sans lui, ne fasse front contre l’envahisseur ?

21Comme en témoignent les expériences actuelles d’Afghanistan et d’Irak, l’exercice est redoutablement difficile. Si les peuples aujourd’hui concernés sont sensibles à la perspective de la prospérité, l’avènement des libertés démocratiques correspond fort peu à leur culture traditionnelle. Le peuple pashtoune, indifférent à la notion de frontière et d’État, connaît depuis fort longtemps sa « démocratie » fondée sur des relations claniques et féodales où prévalent des liens d’allégeance complexes. Avec les autres ethnies, il est possible d’entretenir des relations paisibles sous réserve du strict respect des intérêts de chacun toujours plus ou moins litigieux parce qu’elles reposent sur un droit coutumier. Mais on ne se mélange pas et seules les « bonnes barrières font les bons voisins ». La sortie de guerre en Afghanistan exige la prise en compte de toutes ces subtilités, devenues étrangères à la mentalité occidentale depuis plusieurs siècles. Se pose alors la question de savoir si à travers le temps et l’espace (qu’est-ce qu’un soldat japonais en Afghanistan, un soldat allemand face à Israël au Sud Liban ?), la sortie de guerre peut être réalisée sous arbitrage de forces étrangères. Si en fait la sortie de guerre ne tourne pas à une sorte de choc des cultures politiques. La proximité joue un rôle essentiel : si la démocratie tolérante et pacifiste venait, disons, du Pakistan, sa pénétration aurait de réelles chances. La notion d’une démocratie pluraliste et multi-ethnique constitue une abstraction pour l’immense majorité des peuples de cette vaste région. S’il y a des chances de mettre un terme aux rivalités ethniques, aux préjugés culturels, à la mauvaise mémoire, ce sera à travers un long travail de fréquentation qui ne relève que très partiellement de la logique des urnes.

22La situation irakienne constitue, à ce jour, un exemple de mauvaise sortie de guerre. Rien n’est vraiment prévu pour remettre en route l’économie irakienne. L’espèce de proconsul choisi par le vice-président Cheney, son ami l’ancien général Jay Garner, à peine arrivé, est récusé. Son successeur, l’ambassadeur Paul Bremer prend la malencontreuse décision de dissoudre les structures de sécurité de l’État irakien et du parti Baas. Ce faisant, il se prive du renseignement, crée plusieurs dizaines de milliers de mécontents sans pouvoir reconstituer rapidement une force alternative. Le résultat est connu : le déchaînement des violences inter-ethniques, interconfessionnelles, accompagné d’une croissance des crimes crapuleux. Dans le monde, aucun pays n’a connu un nombre aussi élevé d’attentats suicides. Pour toutes ces raisons, les déplacements forcés de population ne cessent de s’amplifier. Insidieusement, l’Irak voit s’effectuer une partition ethnique et confessionnelle qui ouvre la voie soit à une fédération, soit à une partition.

Quand le but est de rétablir la paix

23Ce type d’opérations n’a cessé de se développer depuis la fin de la guerre froide. Les Nations unies y tiennent un rôle essentiel certes critiqué et critiquable. Mais il n’en demeure pas moins que, dans la plupart des cas, et quelle que soit la délégation à certains États qui, selon la formule française, tiennent le rôle de « nation-cadre », l’intervention se déroule conformément aux principes d’une décision de droit acceptée par tous les membres de la communauté internationale. Cette légitimité initiale du mandat facilite énormément la sortie de guerre qui constitue cependant un processus très complexe. Il s’agit en effet dans ce cas de faire en sorte qu’au terme d’opérations limitées, comportant un degré de violence soigneusement dosé, les adversaires soient contraints de mettre un terme à leur guerre.

24On peut donc parler d’une sortie de guerre « à tiroir ». Les forces de rétablissement doivent savoir mettre un terme, au moment opportun à leur opération de guerre – quel que soit le nom dont on l’aura affublé (action de coercition, de stabilisation, etc.) pour en atténuer l’effet psychomédiatique – pour ensuite contribuer à la sortie de guerre des parties dont elles ont arrêté l’affrontement. Le processus se révèle donc nettement plus compliqué et pose des problèmes relativement nouveaux. D’autant plus qu’interviennent de nouveaux acteurs, les ONG (Organisations non gouvernementales). Elles contribuent de plus en plus à créer les conditions d’une bonne sortie de guerre mais ne peuvent à elles seules en assurer la conduite.

25Cette situation originale conduit à envisager le besoin en forces adaptées à la manœuvre de sortie de guerre. Elles doivent disposer de moyens suffisants et tout autant d’une compétence particulière, d’ordre culturel, lié au maintien de l’ordre en milieu étranger, mal ou peu connu. Celle-ci suppose, outre l’entraînement ordinaire, une formation originale adaptée à la situation. Sur le terrain, il est apparu dans les Balkans que les forces de gendarmerie (française, italienne, espagnole) disposaient de la souplesse pour faire face à cette situation hybride de transition de l’affrontement militaire vers une régulation de la violence. Ces unités militaires dotées d’une capacité judiciaire sont particulièrement à même de faire passer de l’état de guerre sans règles à une situation où la violence des perturbateurs s’apparente à une activité de gangs de droit commun. Le moindre dérapage peut avoir d’importantes conséquences et les provocations sont constantes dans les Balkans, en Afrique. En Irak, en dépit d’un remarquable effort de flexibilité, l’Army et les Marines ne disposent pas encore d’une doctrine propre à leur gagner le soutien des populations.

  • 8 Bonne mise au point de la question dans Edward J. Laurence « Small Arms, Light Weapons and Conflict (...)

26Ces deux derniers cas ont, en facteur commun, une mission essentielle pour le développement de la sortie de guerre : le désarmement des factions et de leurs milices. Depuis la Somalie, en 1992, ce problème est devenu un casse-tête permanent dans les Balkans et aujourd’hui encore au Sud Liban en août 2006. À n’en pas douter, il est de nature politique, encore faut-il obtenir un accord politique forcément équilibré et disposer d’interlocuteurs responsables, capables de faire respecter les engagements pris 8.

La sortie de guerre par le droit et dans le droit : le besoin de légitimité

  • 9 C’est la problématique développée de manière visionnaire dans Théorie du Partisan, Calmann Lévy, 19 (...)
  • 10 L’État reste-t-il au centre comme garant du droit ou bien le droit, parmi les acteurs, se disperse- (...)

27Les formes actuelles de la guerre s’accompagnent de plus en plus souvent d’un flou juridique. La guerre froide n’a évidemment jamais été déclarée. Les guerres balkaniques et africaines font apparaître le rôle d’organismes paramilitaires et de milices privées qui commettent les pires exactions sans que soient directement impliqués les gouvernements qui les financent, les arment et inspirent leurs actions. Cette privatisation plus ou moins systématique de la violence organisée constitue un défi pour la sortie de guerre et exige de reconsidérer le cadre juridique de l’exercice de la force armée. Comment sortir de la guerre si préalablement elle n’a pas été clairement reconnue en sorte qu’elle soit juridiquement identifiable ? Comment éviter la dissolution des concepts fondateurs et confondre irrégularité et illégalité 9 ? Comment établir les responsabilités d’acteurs qui avancent masqués et délibérément, au nom de leur intérêt ou de leur conviction, et se dérobent à toute éthique 10 ? Mais, là encore, tout n’est pas entièrement nouveau.

28Après tant d’autres « irréguliers », les combattants des guerres d’Algérie et d’Irlande du Nord se sont vu refuser ce statut de manière à pouvoir réduire à presque rien l’identité politique de l’ennemi : rebelles, bandes armées, gangs et, ultime dénomination, terroristes. Officiellement, il s’agissait de criminels de droit commun. Comme tels, ils se virent refuser toute reconnaissance politique et furent guillotinés en France. Comme tels, au Royaume-Uni, ils furent d’abord pendus ou fusillés puis après l’abolition de la peine capitale, condamnés à perpétuité. Les opérations de rétablissement de la paix entreprises dans un cadre international et conduites par des forces multinationales exigent que l’on trouve des solutions adaptées. La création du TPI (Tribunal pénal international) s’inscrit dans cette logique, représentant un instrument d’accompagnement et d’accomplissement de la sortie de guerre. Les récentes guerres balkaniques et africaines se sont accompagnées de massacres systématiques contre des populations, soit à des fins de terreur, soit dans une optique de génocide, l’un n’excluant pas forcément l’autre. Les responsables présumés de ces crimes sont susceptibles d’être traduits devant une juridiction internationale (Slobodan Milosevic, Charles Taylor). Même si cette instance n’est pas reconnue par certains pays comme les États-Unis, même si ses procédures sont laborieuses et ses principes mal assurés, la « judiciarisation » des crimes dits « de guerre » constitue une étape importante dans la manière dont se déroule la sortie de guerre pour les populations qui ont été victimes d’exactions systématiques. La notion de réparation politique et morale que peuvent accompagner des compensations financières n’est pas sans incidence sur la réduction des tensions liées au besoin de vengeance. Comme en droit pénal national ordinaire, la décision de justice contribue à réduire la dette symbolique, à contraindre l’esprit de vengeance et à prohiber les vendettas claniques.

29Sortir de la guerre, c’est donc s’affranchir de l’esprit d’affrontement. C’est inventer et mettre en œuvre les moyens permettant d’en finir avec les ressentiments comme mémoire et comme histoire, les exactions, les massacres, les humiliations. Le travail de réparation psychologique d’aide au deuil s’avère aussi important que la stabilisation matérielle de la situation.

30Si une telle entreprise offre des chances de réussir dans les Balkans, c’est aussi en raison de l’enracinement géographique sur le continent européen, du besoin économique et d’une réelle proximité culturelle. De ce dernier point de vue, les Balkans sont en voie de désenclavement progressif par rapport au reste de l’Europe. Y contribuant puissamment, se développe un processus progressif d’harmonisation des perceptions. La virulence du sentiment d’altérité s’estompe au fil des générations. L’Autre du passé se révèle au présent comme un Semblable.

31L’examen empirique du phénomène conduit donc à considérer la sortie de guerre comme l’ultime manœuvre qui complète en la prolongeant la manœuvre générale de guerre. Elle en est l’accomplissement final et en cas de succès, l’heureux couronnement. Sur cette base, il paraît possible de procéder à une théorisation de ce que désormais nous allons nommer la manœuvre de sortie de guerre.

Pour une théorie de la manœuvre de sortie de guerre

32L’examen de ces diverses situations, tant classiques que modernes, affectant au fil du temps des espaces géographiques très différents, conduisent à établir un certain nombre de critères et de principes contribuant à l’établissement d’une théorie de la manœuvre de sortie de guerre.

Critères

33Avec quels outils transformer les observations précédentes en théorie ?

34Au nom de l’actualité qui se veut toujours modernité, on pourrait avoir tendance à opposer les sorties de guerre d’antan à celles d’aujourd’hui.

35Les premières se caractériseraient par une relative indifférence à l’égard du sort de l’ennemi. C’est le « vae victis » qui n’offre d’autre sort que la soumission à la loi du vainqueur. Il est vrai que le monde antique avait en général la main lourde : massacre, mise en esclavage, lourdes rançons sont le lot des vaincus.

36« Avant », c’était aussi l’indifférence à l’égard des populations qui se voyaient changer de maître au gré d’oscillantes annexions (Silésie, Vénétie, Milanais, Alsace-Lorraine, Sarre). On ne cherchait pas à changer la nature du régime mais la capacité de l’État adverse à exister par démembrement et partage (de la Pologne, de la Prusse…). La charte des Nations unies a rendu illégitimes, « presque » impossibles ces entreprises attentatoires au respect de la souveraineté au sein de frontières reconnues (sauf les implosions internes que l’on peut toujours chercher à provoquer en sous-main, comme ce fut le cas durant les guerres de démembrement de l’ex-Yougoslavie).

  • 11 Entendons par là que la guerre s’exerçait dans un système socio-économique esclavagiste qu’elle con (...)

37Cependant, le maniement politique de la guerre durant l’Antiquité avait déjà fait apparaître de subtils dosages en fonction des alliances recherchées, de la volonté d’intimidation ou bien encore en vue de l’établissement de la « paix romaine », soumission finalement acceptée par les peuples et leurs dirigeants désireux d’entrer dans une ère de paix et de droit garantie par la puissance de l’Empire. Les temps anciens ont su, dans leur contexte culturel particulier 11, doser l’exercice de la violence. Après la guerre de Trente ans et les fameux traités de Westphalie, les monarchies absolues européennes pratiquèrent la guerre limitée.

38Les sorties de guerre « modernes » se singularisent par une sollicitude nouvelle pour la partie adverse, sa population, sa situation socio-économique que l’on entend améliorer. La sortie guerre se prolonge par une période de reconstruction et de « stabilisation ».

  • 12 Kagan (Robert), On War and Paradise (La Puissance et la Faiblesse), Plon, 2003.

39La relative raréfaction des guerres d’agression interétatiques tient aussi et surtout à la profonde modification de la conception que se font les gouvernements du rôle de la violence organisée en Europe et pour l’Europe. La tradition clausewitzienne tend à disparaître au moins sur ce petit continent. Même les Etats-Unis, tout en affichant que les forces armées ont pour mission de gagner les guerres, de remporter la victoire en utilisant une écrasante supériorité humaine, matérielle et technique, se doivent de rappeler, comme les Européens, que la guerre ne vise pas à écraser la population ennemie sous les bombes, à infliger la souffrance par la mort et la destruction. La différence entre Américains et Européens ne se situe donc pas dans l’opposition manichéenne entre Mars et Vénus suggérée par Robert Kagan 12. Il s’agit bien plutôt de se rencontrer sur la figure de Minerve, déesse de la sagesse en armes.

40On se gardera cependant d’une vision occidentalo ou même simplement européo-centrée, compte tenu de la forte ambivalence de la conception américaine de la guerre. Force est de rappeler que le monde actuel reste en majorité foncièrement clausewitzien : la guerre demeure un instrument jugé utile et efficace pour servir les buts de la politique. La proportionnalité et la retenue dans l’usage de la violence constituent une option, non une obligation. La toute récente guerre du Liban de l’été 2006 en témoigne amplement. Bref, cette conception européenne que nous aimerions tenir pour la règle et le modèle pourrait n’être qu’une exception à laquelle bien peu d’acteurs entendent se conformer.

41Usant de puissants arguments, on sera tenté d’opposer à cette approche diachronique, trop linéaire et excessivement simpliste, une interprétation structurelle recourant au critère de la dimension des buts de guerre, selon qu’ils sont limités ou absolus.

42Parmi les buts absolus, on mentionnera la capitulation sans conditions, le renversement du régime adverse, l’élimination d’un État, d’un groupe ethnique ou confessionnel.

  • 13 Géré (François), Dictionnaire de la pensée stratégique, entrée « Guerre », Larousse, 2000.

43Mais une telle antinomie apparaît encore insuffisante au regard des phénomènes très complexes que nous avons observés. Il est indispensable d’introduire encore au moins un critère supplémentaire. À savoir la distinction entre guerre optionnelle (Jomini dit « de convenance », les Britanniques : « of the willing ») ou guerre de nécessité 13. La seconde consiste à répondre à une agression ouverte ou bien encore, de manière moins évidente, de prendre les devants afin de prévenir une attaque jugée inéluctable et priver l’ennemi des bénéfices considérables de l’initiative. La guerre optionnelle ou contingente est celle dont on pourrait se dispenser. Elle peut relever de la volonté de puissance pour s’emparer d’un territoire, pour transformer une situation régionale jugée trop peu favorable. C’est aussi la décision d’entrer en guerre pour contribuer au rétablissement de la paix chez les autres, entreprise jugée utile pour les intérêts de sécurité nationale sans, pour autant, qu’elle soit vraiment indispensable au regard de la protection des intérêts vitaux. (Napoléon III fut un des maîtres illustrateurs de ce que peut apporter en positif comme en négatif ce type de guerre, campagnes d’Italie, expéditions de Crimée, du Liban et du Mexique).

Principes

44Afin d’établir quelques principes permettant de fonder une théorie de la manœuvre de sortie de guerre, nous suggérons de combiner ces approches (diachronique et structurelle) et ces critères (limité/absolu ; nécessaire/optionnel). On admettra l’existence d’une loi de variation : à travers les siècles et les propriétés des situations d’affrontement, les buts ont été tantôt limités, tantôt absolus. Par là même, on reconnaît l’avènement d’une modernité de la conception de la conduite de la guerre qui pèse sur la stratégie militaire des acteurs étatiques en dépit de toutes leurs « incartades » au regard des impératifs affichés. Cette modernité – qui se présente davantage comme une « actualité » ou une réalisation des données du présent – correspond à la perception du rôle de l’outil-guerre à un moment donné sur une aire géographique plus ou moins étendue.

45Il existe des règles du jeu qui ne sont ni universelles, ni intemporelles et qui, présidant à la conduite de la guerre, exercent une forte influence sur la manœuvre de sortie de guerre, selon qu’elles ont été respectées ou bafouées, d’un côté ou de l’autre.

46Seules certaines organisations révolutionnaires recourant au terrorisme peuvent prétendre s’affranchir des règles issues de la modernité. Encore faut-il nuancer ; car dès lors que l’organisation terroriste commence à approcher la réalisation de certains de ses objectifs, il lui faut malgré tout passer un compromis avec les règles du jeu en vigueur à son époque, celles-là qui vont lui permettre d’atteindre à la reconnaissance à laquelle il aspire. Cette remarque ne vaut évidemment pas pour les organisations politiques qui se donnent des buts si vastes et si absolus (la restauration du califat, le renversement du système capitaliste, etc.) que leur réalisation ne tolère aucun compromis autre que tactique et encore (Al Qaida début 2006 semble avoir proposé une trêve aux États-Unis sans que l’on puisse vraiment savoir quelle est la nature de cette démarche et son degré de sincérité).

47Ces règles du jeu ne sont pas immuables. Elles varient dans le temps et l’espace, en fonction de la mutation des équilibres de puissance et de l’entrée sur la scène internationale d’États perturbateurs qui n’entendent pas se conformer aux conventions ordinaires. Les récents principes du rétablissement de la paix et de la sortie de guerre ne sont pas éternels et pourraient se défaire. Certes, les mutations sont importantes, mais loin d’accéder à l’universalité. Ce qui ici semble s’imposer durablement change déjà là-bas. Le Japon qui s’est constitutionnellement interdit la guerre commence à développer des concepts stratégiques, correspondant à une authentique conduite de guerre allant désormais bien au-delà de l’autodéfense.

481. La manœuvre de sortie de guerre est fonction du degré d’adéquation entre les buts initiaux et les résultats obtenus, degré qui détermine d’abord la décision d’arrêter l’acte de guerre, puis d’engager le processus de sortie qui permet parfois de gagner un peu plus ou au contraire d’obtenir un peu moins.

492. Il importe de distinguer la décision de suspendre la guerre et la manœuvre de sortie de guerre qui la prolonge. La première est inspirée par la conviction que la seconde se déroulera de manière satisfaisante. Satisfaisante, sous quelles conditions ?
La décision d’arrêter la guerre ne procède pas d’une décision éthique ou d’un soudain apitoiement sur la souffrance des peuples, sinon pourquoi l’avoir déclenchée ? Elle prend effet parce que l’intervenant a des raisons de le faire, eu égard à ses mobiles et à ses objectifs initiaux en fonction de l’évaluation des gains obtenus et des risques de pertes en cas de prolongation du conflit.
L’arrêt de la guerre peut se comparer à une décision de prise de bénéfices sur un marché boursier : mieux vaut assurer un gain moins élevé que celui qui pourrait peut-être advenir mais dont, au fil du temps, en raison de la multiplicité des paramètres aléatoires, la réalisation le degré de probabilité tend à diminuer.
En effet, toute prolongation des opérations implique l’extension de la mise à l’épreuve des hommes, des matériels et des forces morales du pays. Constatant un premier succès, beaucoup souhaitent s’en tenir là. Traditionnellement, les peuples donnent leur faveur aux guerres courtes car comme le signale la langue familière « plus tôt on en sort… » plus on a de chance d’en revenir vivant, d’être là pour la moisson, de retourner à ses affaires, etc. Une armée professionnelle pose en principe moins de problèmes de disponibilité. Le coût demeure un critère fondamental. Combien peut rapporter la sortie de guerre ?

503. La manœuvre de sortie est déterminée par trois facteurs :

  • les mobiles idéologiques et politiques initiaux qui ont conduit à choisir la guerre en vue de leur réalisation ;

  • les buts de guerre correspondant à ces mobiles ;

  • enfin par le mode de stratégie choisi et mis en œuvre.

51La manœuvre de sortie de guerre se développe donc en fonction de la nature de l’affrontement et de la « qualité » ou des caractéristiques des acteurs, autant alliés qu’adversaires.

  • 14 Géré (François), La Société sans la guerre, Desclée de Brouwer, 1998. La notion d’intensité paraît (...)

524. Elle est aussi fonction de trois paramètres circonstanciels : l’étendue, la durée et l’échelle d’intensité de l’affrontement 14 qui dépend elle-même du degré d’hostilité qui anime les belligérants.
Selon la durée de l’affrontement (quelques semaines, plusieurs années) et son extension géographique (locale, continentale, mondiale), la sortie de la guerre prend des formes très variées parce que le rapport des forces est évalué selon des critères spécifiques propres à chaque situation conflictuelle. En sorte que la transaction diplomatique s’effectue dans des cadres fort différents.

535. La manœuvre de sortie de guerre prend souvent une tournure nouvelle, difficilement prévisible, lorsque l’issue de la guerre s’accompagne d’un changement de gouvernement, voire de régime chez l’un des adversaires, en général chez le vaincu.
Les effets de la guerre sont fréquemment assez puissants pour provoquer la disparition du régime en place et déclencher une mutation politique de profondeur variable. Elle peut constituer un but de guerre mais aussi n’être que la conséquence objective du choc de la défaite et de l’ébranlement de la confiance dans le régime en place (France 1870, 1940, Allemagne 1918-1919).
Remarquablement, il n’existe pas de cas d’un régime renversé par l’effet d’une victoire. Toutefois, la sortie de guerre s’accompagne souvent d’une ingratitude des peuples qui congédient les gouvernements qui ont assumé la responsabilité de la conduite victorieuse (Churchill, de Gaulle, Bush père).

  • 15 La notion de mobiles que je distingue des finalités politiques d’où procèdent les buts stratégiques (...)

546. Il existe une puissante dialectique entre l’entrée en guerre et la sortie.
En principe, une fois atteints les buts de guerre, en partie ou en totalité, l’emploi de la force est suspendu.
Mais la nature de la sortie est aussi fonction du déroulement du conflit selon la séquence : entrée-conduite-sortie). La conduite de la guerre comporte inévitablement des surprises, bonnes ou mauvaises, d’innombrables aléas qui se répercutent rétroactivement, non sur les mobiles mais sur les buts initiaux. Le succès des armes peut conduire à dépasser les buts de guerre (ubris) initiaux.
Conformément aux mobiles profonds 15, le succès dans la guerre conduit à définir de nouveaux objectifs qui n’étaient pas initialement envisagés. C’est donc une fausse sortie, prolongation qui, créant des conditions nouvelles, des objectifs stratégiques forcément différents, pose de nouveaux problèmes que l’on n’est pas forcément assuré de pouvoir résoudre.

557. La manœuvre de sortie de guerre fait l’objet d’une tractation permanente au sein du camp du vainqueur afin de savoir comment tirer le meilleur parti de l’avantage obtenu par le succès de l’action militaire. Ceci vaut pour tous les types de guerre.
La décision de l’arrêt de l’emploi de la force et la définition des modalités de la sortie font l’objet de très dures transactions entre les différents acteurs au sein du même camp, en fonction de leur propre point de vue : les militaires, les diplomates portent un jugement nécessairement divergent, eu égard à la différence de leurs positions respectives et de leur appréciation de la situation. C’est l’autorité gouvernementale, en la personne du chef de l’État, qui doit apprécier les arguments des uns et des autres et, finalement, par sa décision, trancher. Cette décision peut aller jusqu’à la reprise des opérations militaires.

568. Entrée en guerre sous la sortie de guerre. La sortie de « grande guerre » peut parfois engendrer, comme autant de « rejets », des guerres de plus petite échelle mais très meurtrières, occasions de vieux règlements de compte momentanément gelés par la tutelle impériale et dont chacun va devoir sortir comme en témoigne le sort de la Yougoslavie (même processus entre 1919 et 1924 en Europe centrale et orientale). L’originale et désagréable surprise de la sortie de guerre froide vient de ce qu’à l’absence d’opérations militaires antérieures succèdent des affrontements nombreux et particulièrement féroces. La manœuvre de sortie de guerre doit s’accompagner d’une diplomatie préventive visant à traiter ces risques de guerres appendicielles.

579. La sortie de guerre doit comporter la création de nouveaux équilibres à caractère durable.
Un excessif affaiblissement d’une puissance régionale peut conduire à la création de nouveaux déséquilibres. Le rétablissement de la paix excessivement favorable à l’une des parties, fût-elle au départ la plus faible, peut inverser le rapport des forces et conduire à un nouveau type de déséquilibre, momentanément subi mais jugé inacceptable, donc « à charge de revanche ». La sortie de guerre est ainsi manquée parce qu’elle favorise le développement de nouveaux conflits.

5810. La sortie de guerre doit s’accompagner d’une « judiciarisation ».
Seule, l’intervention du droit permet la liquidation des contentieux issus de la guerre. C’est la condition nécessaire au retour vers une communauté de sociétés civiles apaisées dans la mesure où une justice fournit des points de repère sur lesquels fonder un code de relations.

Haut de page

Notes

1 Pirnie (Bruce R.) et Simon (William E.), « Soldiers for Peace », RAND, 1996. Les constats d’il y a dix ans ont étonnamment peu variés, voir plus loin le rapport de la même RAND.

2 On se rappellera dans une action de rétablissement de la paix, exemple de la négociation du retrait de l’armée serbe avec le général Rose, britannique, l’arrivée soudaine des blindés russes sur l’aéroport de Pristina en juin 1999.

3 Sans que l’on puisse l’assurer, il est fort probable que le président et certains de ses conseillers comme Brent Scowcroft aient pris en compte la nécessité de maintenir un équilibre régional face à l’Iran. Comme on le constate douze ans plus tard, la soudaine suppression des contrepoids régionaux crée plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions.

4 Voir aussi du même auteur « The Future of Humanitarian War », The National Interest, no 57, fall 1999.

5 Dans une perspective de non-isolationnisme et d’engagement mesuré, ce point de vue est constamment développé par DavidCalleo,par exemple « Power, Wealth and Wisdom », The National Interest, no 72, summer 2003.

6 Plantey (Alain), De la politique entre les états, Pedone, 1987.

7 Kagan and Kristol, « The Present Danger », The National Interest, no 59, summer 2000.

8 Bonne mise au point de la question dans Edward J. Laurence « Small Arms, Light Weapons and Conflict Prevention », Cases and Strategies for Preventive Action, Barnett Rubin, ed, The Century Foundation Press, 1998.

9 C’est la problématique développée de manière visionnaire dans Théorie du Partisan, Calmann Lévy, 1967, édition originale allemande, 1963.

10 L’État reste-t-il au centre comme garant du droit ou bien le droit, parmi les acteurs, se disperse-t-il ? Intéressante discussion dans « Usage de la force et culture de la paix », Inflexions, février 2006, no 2, La documentation française.

11 Entendons par là que la guerre s’exerçait dans un système socio-économique esclavagiste qu’elle contribuait à alimenter. Elle se conformait à ce système tout en contribuant à le fonder et à le pérenniser. Ceci renvoie au problème fondamental de la relation entre guerre, société et économie. Qui est cause de quoi ?

12 Kagan (Robert), On War and Paradise (La Puissance et la Faiblesse), Plon, 2003.

13 Géré (François), Dictionnaire de la pensée stratégique, entrée « Guerre », Larousse, 2000.

14 Géré (François), La Société sans la guerre, Desclée de Brouwer, 1998. La notion d’intensité paraît moins liée à la dimension mais au degré d’hostilité. La notion est reconnue par de nombreux analystes et chercheurs notamment à la RAND C° depuis une dizaine d’années.

15 La notion de mobiles que je distingue des finalités politiques d’où procèdent les buts stratégiques, celles-là que le général Poirier a posées dans « Langage et structure la stratégie »(Stratégie théorique II, Économica, 1987, p. 51) me paraît de plus en plus nécessaire. Les mobiles touchent à l’intérêt parfois le plus sordide mais aussi et surtout à l’idéologique, à la subjectivité du décideur – et de son entourage –, à ses perceptions, ses pulsions, sa non rationalité. Géré (François), La nouvelle géopolitique, Larousse, 2004, p. 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Géré, « La manœuvre de sortie de guerre », Revue historique des armées, 245 | 2006, 62-77.

Référence électronique

François Géré, « La manœuvre de sortie de guerre », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 14 novembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/5512

Haut de page

Auteur

François Géré

Directeur de recherches à l’université de Paris III-Sorbonne nouvelle, il est président de l’Institut français d’analyse stratégique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org