Navigation – Plan du site
Variations

Les relations militaires franco-russes de 1870 au lendemain de la guerre russo-japonaise

Le point de vue russe
Youri Korobov
p. 104-121

Résumés

À l’aube du XXe siècle, l’Allemagne, la Russie, l’Autriche-Hongrie et la France sont les principaux États d’Europe continentale influant sur l’échiquier politique. Comme le signalent de nombreux chercheurs russes et étrangers, la position du gouvernement russe vis-à-vis de la France change après la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Si jusqu’ici, la Russie voyait en elle le rempart du traité de Paris de 1856, Saint-Pétersbourg se met, au cours de la guerre, à la voir comme le contrepoids naturel à l’Allemagne qu’il convient de renforcer. Des contacts militaires sont pris presque immédiatement. Les pourparlers officiels entre le général Obroutchev et le général de Boisdeffre débutent et aboutissent à un projet de convention. Le général Obroutchev fait savoir que si les Français voient dans l’Allemagne leur principale ennemie, une guerre avec l’Autriche-Hongrie est possible. Pour cette raison, il apparaît important de prévoir une mobilisation concomitante en cas d’agression d’un État membre de la Triplice. Cependant, avec la guerre russo-japonaise de 1904-1905, les relations militaires franco-russes se dégradent. Il faut attendre la fin du conflit pour que les contacts entre les deux États reprennent véritablement.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1À l’aube du XXe siècle, l’Allemagne, la Russie, l’Autriche-Hongrie et la France sont les principaux États d’Europe continentale influant sur l’échiquier politique. Pour résoudre leurs différends, ils concluent des alliances militaires et des coalitions, comprenant clairement qu’en agissant isolément, la sauvegarde de leurs intérêts se révélerait difficile.

2La Russie, répugnant à s’associer avec l’Allemagne ou l’Autriche-Hongrie, est encline à une alliance avec la France. Leurs intérêts géopolitiques coïncidant plus souvent qu’ils ne s’opposent. De plus, la Russie est surtout intéressée par une situation stable à l’ouest du continent. La France, quant à elle, cherche à maintenir l’Europe telle quelle et à sauvegarder ses colonies. Sa situation fait que la Russie la considère comme une puissance dont l’alliance lui serait bénéfique.

3La guerre franco-prussienne de 1870-1871 modifie sensiblement la répartition des forces en Europe. L’Allemagne nouvellement unifiée ayant fait connaître ses prétentions à dominer la scène mondiale devient aux yeux de la France et de la Russie un ennemi potentiel. La paix de Francfort, les complications franco-allemandes de 1875 et 1887, la conclusion d’un traité austro-allemand et de la Triplice, la fermeture du marché monétaire allemand à la Russie, les emprunts russes en France, le refus de l’Allemagne de signer un traité avec la Russie en 1890, la menace d’un rapprochement de la Triplice avec l’Angleterre : tous ces facteurs contribuent au rapprochement de la France avec la Russie.

4Comme le signalent de nombreux chercheurs russes et étrangers, la position du gouvernement russe vis-à-vis de la France change après la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Si jusqu’ici, la Russie voyait en elle le rempart du traité de Paris de 1856, Saint-Pétersbourg se met, au cours de la guerre, à la voir comme le contrepoids naturel à l’Allemagne et qu’il convient de renforcer.

5Dans ce contexte, il faut tenir compte de l’appauvrissement des relations germano-russes suite à la révision d’un article du traité préliminaire de la paix de San-Stefano au congrès de Berlin au profit de l’Autriche, isolant ainsi la Russie de l’Europe.

6La conclusion entre la Russie et la France d’un accord découle logiquement de la conjoncture politique. L’alliance militaire franco-russe, en 1891-1893, est avantageuse pour les deux gouvernements.

  • 1 Voir Tarlé (E.V.), Alliance franco-russe. La Russie et ses alliés dans la lutte pour la civilisatio (...)
  • 2 Boucher (A.), La France victorieuse dans la guerre du futur.

7Des contacts militaires commencent presque immédiatement après l’achèvement de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Pour la France, vaincue, se pose le problème de la réorganisation de son armée. Différents chercheurs ayant travaillé sur l’alliance franco-russe apprécient le rôle joué par l’armée russe comme modèle pour la défense française. E.V. Tarlé, A.M. Zaïontchovski, A.Z. Manfred, V.M. Chvostov estiment que les Français s’orientaient vers l’armée russe 1, l’Allemagne ni la Grande-Bretagne ne pouvant être des exemples. Les armées allemandes étaient écartées pour des motifs évidents, la Grande-Bretagne pour son indifférence envers l’armée de Terre, l’Autriche-Hongrie en raison de son armée réduite et de la défaite de Sadowa, en 1866, époque où la Russie comptait parmi les premières puissances sur le continent. Des historiens français comme A. Boucher, J. Michon, P. Albin, R. Girault pensent, quant à eux, que la construction d’une nouvelle armée française 2 se fit sur des fondements identiques à l’organisation de l’armée allemande. Les Français s’efforcèrent même de faire mieux qu’eux en assimilant les principes et les méthodes de leur armée, en les améliorant et en créant les conditions de leur réalisation.

  • 3 Ibidem, p. 37.

8Apparemment, l’expérience de l’armée russe est prise en considération. En août 1871, une mission militaire, composée d’officiers du 2e bureau de l’État-Major général et dirigée par le colonel Géard est envoyée secrètement en Russie. D’après leurs archives, seuls trois officiers connaissaient l’étendue de leur mission : l’attaché militaire français, le général Le Flô, le colonel Géard, et l’adjoint de l’attaché militaire, le colonel Barry. De 1871 à 1874, sont transmis des rapports détaillés sur l’état de l’armée russe, sur son armement, l’instruction de ses cadres, etc. L’obtention de ces renseignements à caractère confidentiel, montre clairement la naissance d’une collaboration 3.

  • 4 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff.26 (1890), fol.90-91, Aff. 27 (1892), fol.9, AFF.2 (1890).
  • 5 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff.26 (1890), fol.90-91, Aff. 27 (1892), fol.9, AFF.2 (1890). Fol.166,20 (...)

9Pour une meilleure réorganisation de l’armée française, le commandement militaire français approfondit son étude sur la constitution des forces armées russes en envoyant régulièrement des officiers français sur place 4. À l’inverse, des visites d’officiers russes auprès de l’armée française sont organisées pour l’étude et la mise en place de cette armée 5.

10Le 1er août 1892, le général de Boisdeffre, adjoint du chef d’État-Major général français, arrive donc à Saint-Pétersbourg. Après une visite à Alexandre III et au ministre de la Guerre V. S. Vanofski, il rencontre le général N. N. Obroutchev, adjoint au tsar. Ce fait marque le début des entretiens en vue de la convention militaire.

  • 6 RGVI. Fonds 401, Inv. 5,Aff. 478, fol.24

11 De ce projet français de convention, il ressort que l’Allemagne est le principal adversaire et qu’il faut concentrer contre elle des efforts nouveaux 6. Le développement du réseau ferré, selon les Français, permettrait aux Allemands de réaliser la mobilisation et le mouvement de leurs forces en l’espace de 14 à 15 jours. Les forces françaises, quant à elles, pourraient être aux frontières en 14 jours. La Russie, affirment les membres français de l’état-major, ne peut rivaliser.

  • 7 Ibidem, fol.24.

12En dépit de ces calculs, pour dominer l’Allemagne, il est proposé de rassembler 1 300 000 Français et 700 000 à 800 000 Russes, le reste des forces russes devant être mis en ligne contre l’Autriche-Hongrie 7.

  • 8 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.28.
  • 9 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.

13Les pourparlers officiels entre N. N. Obroutchev, et le général de Boisdeffre, débutent le 8 août. Avant tout, il est indispensable de déterminer le motif de la mobilisation. Au nom de l’empereur, dans son exposé sur le projet de convention 8, en juin 1892, le général Obroutchev fait savoir que si les Français voient dans l’Allemagne leur principale ennemie, une guerre avec l’Autriche-Hongrie, même sur un ordre de Berlin, est possible. Pour cette raison, il apparaît important de prévoir une mobilisation concomitante en cas d’agression d’un état membre de la Triplice. Il insiste pour que la Russie reste libre de déployer ses forces dans le cas d’un assaut contre les armées de la Triplice : « Il est possible, pour atteindre ce but, que nous opposions nos forces à l’Allemagne, l’ennemi le plus fort. Mais il est possible que nous trouvions plus opportun de mettre hors de combat l’Autriche le plus tôt possible, afin qu’il s’avère plus facile de se défendre contre l’Allemagne réduite à elle seule. » 9

  • 10 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.
  • 11 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.

14Dans son rapport introductif, le général Obroutchev écrivait : « Tout le succès du combat (toutes considérations égales par ailleurs) repose sur la mise en place rapide de la plus grande masse possible de combattants, suivant les actions de l’adversaire. L’assaut pour la mobilisation ne peut être considéré à présent comme une action pacifique ; au contraire, c’est l’acte le plus décisif de la guerre. » 10 À l’évidence, si les deux États s’accordent pour mobiliser, il ne faut plus s’illusionner sur la paix : la mobilisation signifie la guerre. En conséquence, les deux gouvernements s’allient. Obroutchev a remarqué qu’au début de toute guerre européenne, il y avait sur le plan diplomatique une chance importante de la localiser et d’en prévoir les conséquences. Mais dans la situation complexe de l’Europe, au plan politico-militaire, ainsi qu’en Russie, la localisation s’avère difficile. La prochaine guerre serait une guerre de coalition et la plupart des États européens y seraient alors impliqués 11.

15Le général Obroutchev estime qu’il faut un motif sérieux pour mobiliser. La question balkanique préoccupant la Russie, l’attention est, en conséquence, tournée fondamentalement vers l’Autriche-Hongrie et la Turquie. Les Français considérant l’Allemagne et l’Italie comme des ennemies potentielles, il est souhaitable pour la Russie, afin de ne pas se retrouver seule à un moment donné contre la coalition, de s’accorder sur une convention aux termes de laquelle les deux parties entreprendraient simultanément leur mobilisation. Les puissances de la Triplice ayant déjà prévu un nombre déterminé de corps d’armées à tenir à la disposition mutuelle en cas d’agression, Obroutchev, pour cette raison, juge indispensable un engagement commun.

  • 12 Ibidem, fol.32.
  • 13 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.22.

16Selon lui, en prévision d’une guerre, la Russie doit impérativement conserver sa liberté d’action sur les fronts et pour cette raison, la question d’opérations combinées avec les Français se révèle difficile, voire même impossible 12. Le général de Boisdeffre admet le point de vue de son collègue russe et le projet est amendé de manière appropriée. Le 17 août 1892, ils signent un projet de convention militaire à soumettre à l’empereur de Russie et au président français 13.

  • 14 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6537, fol.64.

17Cette convention franco-russe consiste à préserver l’équilibre européen. L’entente rend à la France son statut de grande puissance, et la Russie retrouve une liberté d’action, sanctionnée auparavant par le premier traité consécutif à la guerre de Crimée. Avec la guerre russo-japonaise de 1904-1905 les relations militaires franco-russes se dégradent. Bien que l’état-major russe estime la situation de la France faible en Extrême-Orient et ses moyens militaires « insignifiants », il ne la soutient pas. L’attaché militaire russe à Paris, le colonel Lazaref mentionne que : « du fait de son insignifiance militaire en Asie, comment le gouvernement de la France pourrait-il garantir à la Russie l’exécution de ses obligations qui pèsent sur elle, en vertu du traité du 20 avril 1902, s’il survenait des événements dans l’Empire susceptibles de le conduire à la guerre avec l’Angleterre ou le Japon, de faire face à des questions historiques et de sauvegarder ses intérêts vitaux en Extrême-Orient ? L’assistance de la France est d’autant plus douteuse que ni la composition de son gouvernement actuel, ni les fondements de sa politique intérieure, ni les lignes générales de sa politique étrangère ne donnent de base à une possibilité d’ingérence de la France dans le cas susnommé, puisque celle-ci l’entraînerait elle-même à une guerre avec la Grande-Bretagne, les colonies et l’Europe. » 14

  • 15 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6552.
  • 16 Anders (A), Rapports mutuels Russie-France. Qui est débiteur ? Sur la question des rapports franco- (...)
  • 17 Zaïontvhkovki (A. M.), Les relations franco-russes depuis la guerre de 1914, ibidem, p. 25.

18Dès le début de la guerre, la France fait connaître sa position de neutralité. Celle-ci ne l’empêche pas de rendre service tant à la Russie qu’au Japon. Il faut mentionner, d’autre part, le traité franco-britannique de coopération et d’assistance militaire signé le 8 avril 1904 imposant à la France de soutenir les entreprises britanniques dans la région du Pacifique. En pratique, cela signifie une assistance concrète au Japon dans sa guerre contre la Russie. D’un côté, l’état-major français doit entretenir des contacts amicaux avec l’état-major russe ; de l’autre, céder aux pressions de ses nouveaux alliés. Ainsi, des attachés militaires russes en Belgique, en Hollande et à Paris donnent des informations sur le ravitaillement des navires japonais en produits anglais (carburant et eau) acheminés sur les lieux des combats par le relais des ports français 15. Sur l’exigence de l’Angleterre et du Japon, l’escadre russe de l’amiral Rojestviemski, en route vers Port-Arthur, a l’interdiction de mouiller en France 16. C’est l’Allemagne qui la ravitaille en charbon et en eau 17 ; le croiseur russe Diana est désarmé à Saïgon par les Français qui refusent de libérer l’équipage, invoquant l’impossibilité de sortir de la neutralité.

  • 18 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 4132, fol.2.
  • 19 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 1071, Fonds 2000, Aff.1, Aff. 6552.

19La France fournit même une aide directe au Japon qui ne sera révélée qu’en 1908, lorsque l’état-major russe s’intéressera de nouveau au Japon et songera à son armement. Les dates des documents découverts témoignent de ce fait. Ainsi, le 16 septembre 1900, est créée la société franco-japonaise avec le général Bertrand comme directeur. Dans son équipe dirigeante figurent des notables privés et publics des deux pays, les fabricants d’armes Kahn, Schneider, Cabrol et des agents de renseignements japonais bien connus en Russie, les attachés militaires Akasi et Matchida 18. L’état-major russe sait parfaitement par l’intermédiaire de ses agents stationnés à Paris, Londres et Bruxelles que le Japon passe d’importantes commandes d’armes en France, la plupart en 1902-1905 19. Il continuera d’ailleurs à en faire de même après la guerre, considérant toujours la Russie en ennemie. En 1906, les usines Schneider du Creusot lui expédient des pièces de rechange pour obusiers de 120 et 150 mm et en 1908, 6 pièces de marine de 270 mm et 4 tourelles jumelées de 270 mm.

  • 20 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 920, fol. 60.

20En parallèle, l’État-Major général français s’efforce d’entretenir des contacts amicaux avec son homologue russe. Il lui signale, par des voies diplomatiques, les mouvements de troupes japonaises depuis Séoul, le 17 février 1904 et l’informe rapidement du débarquement, à l’embouchure du Yalou, de 3 000 Japonais, avant-garde du 19e corps d’armée. L’escadre de l’amiral Rodjestviemski a l’autorisation du gouvernement français, en respectant le secret, de faire escale à Madagascar et à Cam Ran. Des agents militaires français installés dans les ports ont pour consignes de suivre son parcours et de lui porter assistance le cas échéant. Le colonel Lazaref, informé par des agents français en rend compte à son état-major. L’ordre de transmission des informations est donné par le chef d’État-Major général 20.

  • 21 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6552, fol. 40.

21Ainsi, dans le rapport des agents secrets du 24 septembre 1904, sur la situation à Port-Arthur, des informations sont données sur l’artillerie de campagne japonaise, et sur la prolongation à 5 ans 21 des délais de séjour de son armée

22L’État-Major général français met à la disposition de son homologue russe un rapport du colonel Corvisart, attaché militaire à Tokyo, donnant l’opinion du corps des officiers japonais sur la guerre avec la Russie ; évaluant les capacités militaires et l’état du réseau ferroviaire russes ; tout en signalant les points possibles de débarquement japonais en Corée et en Russie.

  • 22 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 922, fol. 10-11.
  • 23 Rapport augmenté sur les actions du ministère de la Défense depuis 1906 SPB, 1906, p. 10. Rapport e (...)
  • 24 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff.346, fol.165
  • 25 Ignzyirb (A. V.), Cinquante ans de service, Éditions militaires, 1987, p. 53.
  • 26 Zaïontchofski (A. M.), ouvrage cité ; voir aussi Manfred (A. Z.) et Bovykine (V.I.).
  • 27 Emets (V. A.), Le rôle de l’armée russe dans la première période de la guerre mondiale de 1914-1918(...)

23La signature du traité de Portsmouth (5 septembre 1905), par l’intermédiaire de la France, améliore la situation à la frontière franco-allemande. Le général Pendezec, chef d’État-Major général français, adresse à l’état-major russe la question du transfert le plus rapide possible de leurs troupes de Mandchourie en Russie d’Europe 22 où, pendant la guerre, 10 corps d’armée, 4 divisions d’infanterie, 5 brigades de tirailleurs, environ 100 escadrons de cavalerie, ainsi que des unités du génie et de l’artillerie 23, y avaient été prélevés. Le chef de l’état-major russe, le général Palitzine recommande de pas procéder trop hâtivement à leur retrait, une reprise d’opérations militaires étant possible. Selon les prévisions de l’état-major, leur retour ne doit s’achever qu’en 1906. Cette position a sa raison d’être. Dans une note, le quartier-maître adjoint du haut commandement de l’État-Major général, le général de brigade Borisov note, dans la perspective de la réorganisation de l’armée russe en 1906 qu’ « il n’y a pas lieu de compter sur l’amitié de la France, comme en témoigne la dernière guerre. Parvenir à une mobilisation à l’ouest uniquement pour la sécurité de la France est pour nous d’un coût excessif. Il faut se souvenir de la parole de Moltke en 1860 : “Si La Russie se présentait à la fin d’une confrontation franco-allemande avec 300 000 hommes de troupes fraîches, elle se trouverait maîtresse du jeu” » 24. Pour cette raison, l’État-Major général russe fait savoir à ses Alliés que leurs intérêts vitaux primeraient avant tout autre chose. La Russie, en septembre-octobre 1905, cherche donc à faire aboutir un traité dirigé contre l’Angleterre et le Japon en réunissant contre eux la Russie, la France, les États-Unis et l’Allemagne. Le chef d’état-major général russe, le général Palitzine, par l’intermédiaire de l’attaché militaire français, le général Moulin, convainc le général Pendezec de la nécessité pour la France de sauvegarder ses intérêts en Extrême-Orient contre l’expansion anglo-japonaise 25. Fin 1905, l’alliance franco-russe, par son nouveau rapport de forces, défavorise la Russie. Cela se traduit par le fait qu’après la guerre russo-japonaise, la Russie dépendait unitéralement de la France, devenant ainsi un partenaire mineur. L’État-Major général français se préoccupe du soutien de la Russie en cas de conflit avec l’Allemagne. Les relations financières entre les deux alliés apparaissent avantageuses. Le capital français ne cesse d’investir des fonds pour le développement de la Russie sans espoir de profit. Quelques chercheurs soviétiques, comme A.M. Zaïontchovski, A.Z. Manfred, V.M. Chvostov, estiment que le prêt de 2,5 milliards de francs accordé par la France à la Russie jusqu’en 1906, met définitivement celle-ci sous son joug en affectant de manière décisive la liberté d’action de son armée avant le déclenchement de la guerre 26. D’un autre côté, des analystes tels que V.A. Emets, I.S. Listov, A.M. Noskov, M.N. Pokovski considèrent que ces prêts n’engendrent pas une dépendance « semi-coloniale » 27. Dans l’ensemble, l’effort du département militaire français à vouloir trouver des avantages pousse l’état-major russe à la résistance.

  • 28 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 92.
  • 29 Ibidem, fol.23.

24En cette période, l’État-Major général russe planifie son action en fonction de la situation politico-militaire. Le Rapport sur le projet de nouvelle concentration rédigé par le colonel S. K. Dobrorolski, du 20 juin 1906 28, émet l’hypothèse dangereuse de combattre simultanément les deux coalitions : la Triplice à l’ouest et l’alliance anglo-japonaise à l’est. Selon lui, la Russie ne peut faire face à une telle lutte, ne disposant pas de moyens suffisants. Il lui faut avant tout veiller à l’organisation de son armée. L’État-Major général, expose-t-il, doit préparer le pays à ces différents scénarios et déployer tous ses efforts à la création d’une situation telle que l’armée russe puisse concentrer toutes ses forces sur un seul front, grâce à une pleine assurance quant à ses arrières immédiats. « Notre préparation globale, écrit-il, doit se fonder sur la défense des intérêts gouvernementaux russes contre les tentatives émanant des deux systèmes précités (Triplice et alliance anglo-japonaise). Eu égard à la distance énorme entre les théâtres sur lesquels il faudrait combattre () en pleine connaissance des moyens qui nous seraient opposés dans les deux circonstances, enfin en raison du fait que presque aucune réplique appropriée n’existait à une collision simultanée inévitable contre des adversaires unis. » 29

25Dans l’éventualité d’une guerre sur deux fronts, l’État-Major général russe élabore des plans, plus souvent désignés sous le nom de Projet de concentration de nos armées à l’ouest de l’Europe, qui restent à l’ordre du jour jusqu’en 1908.

  • 30 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 90.
  • 31 Grünwald (K.), ouvrage cité, p. 242.
  • 32 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 91.

26À l’achèvement de la guerre russo-japonaise en 1905, les questions militaires commencent à passer au premier plan dans les relations franco-russes. La Russie étant affaiblie par son échec, la France, sans son aide, ne peut espérer rivaliser favorablement avec l’Allemagne. Le chef de l’état-major français, le général J. Brun reconnaît, fin octobre 1905, qu’ « en cas d’agression allemande, l’armée française devrait reculer jusqu’à la Seine () et qu’il en serait ainsi jusqu’à ce que la puissance russe ait permis un rétablissement » 30. Selon l’estimation de l’attaché militaire français en Russie, le général Moulin, effectuée à l’automne 1905, il ne devrait pas s’écouler moins de trois ans avant que l’armée russe retrouve à la frontière européenne son niveau antérieur à la guerre 31. Le soutien militaire de l’Angleterre, obtenu par l’’état-major français à la fin de 1905 (sans en aviser la Russie), peut compenser, au moins en partie, l’affaiblissement de l’alliance 32. Pour cette raison, il apparaît de la plus haute importance à l’État-Major général français de concourir au redressement de la puissance russe en Europe à un rythme accéléré.

27L’État-Major général russe, à son tour, s’intéresse au développement des relations militaires avec la France. Pour la première fois dans l’histoire des relations franco-russes, la situation de l’alliance s’est détériorée dans une conjoncture où l’allié oriental a besoin de l’allié occidental. Des unités, dont la combativité a diminué, sont prélevées à la frontière allemande. Il faut évaluer l’aide potentielle de la France en cas de confrontation en Asie avec le bloc anglo-japonais. Ainsi, les états-majors de Russie et de France, à la fin de 1905, se consacrent-ils au rétablissement de l’armée russe.

  • 33 Grünwald (K.), p. 242.

28Selon l’estimation de l’État-Major général français, les manifestations révolutionnaires au sein de l’armée russe, diminuent notablement ses capacités et portent atteinte au moral des troupes. Selon le lieutenant-colonel Maton, en mission officielle à Saint-Pétersbourg en octobre 1905, la guerre et la révolution suscitent un sentiment d’accablement. D’après lui, l’armée russe ne doit penser qu’à sa réorganisation. De plus, il rend compte, de manière peu flatteuse, de l’état du haut commandement russe, mettant en cause l’empereur qui promeut les officiers de la garde selon ses sympathies personnelles et leur offre des privilèges arbitraires 33. À la fin d’octobre 1905, le général Palitzine en conversant avec le général Moulin, émet le vœu de rencontrer son homologue français. Il est donc décidé qu’il se rendra à Paris. Du 8 au 11 avril 1906, ils préparent cette rencontre. Le général Palitzine attire l’attention de son interlocuteur sur la nécessité de préciser les liens entre les états-majors, d’examiner quelques questions de la convention militaire et également d’échanger des informations sur le travail des états-majors en matière d’instruction et d’organisation des forces.

  • 34 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 91.

29La question qui semble la plus épineuse pour le chef d’État-Major général russe est celle de la convention militaire qui comporte deux aspects : l’un international, l’autre proprement militaire. Même lors des rencontres des chefs d’états-majors en 1900-1901, des questions relatives à la guerre n’avaient pas été abordées. Les entretiens préliminaires de Palitzine avec Moulin font apparaître que l’intérêt français pour les deux variantes précitées ont fortement diminué. Concernant l’aspect militaire, le général Palitzine insiste sur le caractère insuffisant de la conception passée, en vertu de laquelle était fixée la quantité des forces à mettre en place de chaque côté. Selon lui, il faut coordonner les circonscriptions de concentration des forces, les procédés de planification d’entrée en action et les délais de leur intervention 34.

30Sous l’effet de la volonté conjuguée des deux gouvernements, les relations militaires prennent un cours nouveau. Par le passé, elles avaient évolué en fonction des circonstances, chacun se basant sur le caractère essentiel ou l’utilité de tel ou tel aménagement pour son propre camp, l’allié ne venant qu’ensuite en ligne de compte. L’alliance avec la Grande-Bretagne s’avérant utile à la France, elle fut signée sans égard pour la rivalité russo-japonaise. Lorsque la Russie avait entrepris la guerre contre le Japon, elle n’avait pas tenu compte de la faible protestation de son alliée. Lorsque l’état-major général russe avait estimé indispensable de retirer ses troupes de la frontière allemande, il l’avait fait au mépris de la remise en cause de la balance des forces en Europe. De fait, l’État-Major général russe avait élaboré la dislocation des forces et des plans d’opérations contre la Triplice sans une vision de fond du problème, sans considération pour la situation de son homologue français.

31Avec le développement accru de la collaboration entre états-majors français et russe, il existe tout de même un point d’achoppement : à savoir les conditions objectives d’un rapprochement avec la Grande-Bretagne. Les hommes politiques anglais, après le traité de Portsmouth de 1905-1906, avaient tenté en vain de reprendre des pourparlers avec la Russie. Il fallut du temps pour atténuer l’âpreté des réactions des cercles militaires russes à l’égard d’une alliance anglo-russe. Cependant, les Britanniques s’efforcent instamment de donner vie à une idée d’alliance des trois pays contre l’Allemagne.

  • 35 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 110.
  • 36 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 394.
  • 37 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 137.

32Au plan diplomatique, les relations anglo-russes évoluent graduellement dans la direction d’un accord. Cependant, dans le domaine militaire, les relations demeurent à l’état embryonnaire. C’est seulement en septembre 1906 que le ministre des Affaires étrangères Isvolski exprime devant Palitzine les objectifs essentiels pour la Russie, en particulier, celui d’un accord avec le Royaume-Uni à propos de la rivalité en Perse 35. Palitzine lui répond qu’il est souhaitable d’éclaircir, en premier lieu, la question du chemin de fer de Bagdad construit par les Britanniques aux frontières sud de la Russie en vue de permettre une accélération du rassemblement de leurs forces venant d’Inde 36. Lors d’une délibération avec des officiers de l’État-Major général en août 1906, le général Palitzine déclara qu’« au cours de l’Histoire, l’Angleterre s’était toujours montré une adversaire de la Russie ».Selon lui, de par son accord avec la France, la Grande-Bretagne avait asséné un coup irrémédiable à l’alliance franco-russe en privant celle-ci de son sens de facteur de paix en Europe 37.

  • 38 Ibidem, p. 156.

33À la fin du mois de décembre 1906, le général Palitzine et le chef de l’État-Major général de la flotte, l’amiral Broussilov se rencontrent en vue d’accorder les objectifs sur le plan maritime et terrestre. Ils analysent la situation politico-militaire selon les théâtres possibles d’actions de guerre. En Europe, les adversaires vraisemblables sont l’Allemagne, la Suède et l’Angleterre. En mer Noire, ils envisagent les variantes de lutte avec la Triplice ou la Turquie. En Extrême-Orient, la reconstruction rapide de la flotte apparaissant extrêmement difficile, les chefs d’états-majors se contentent de planifier des objectifs à court terme et le développement de la défense du littoral. De cet entretien résulte qu’en dehors de la rivalité avec le Royaume-Uni, la conjoncture et les données en présence privilégient les possibilités d’une guerre avec la Triplice. L’idée d’une revanche en Extrême-Orient est reportée au moins à dix ans 38.

34À l’automne 1907 s’effectue le rétablissement des effectifs de l’armée russe à l’ouest. Le chef d’État-Major russe décide d’inviter son homologue français à de grandes manœuvres annuelles afin d’échanger leurs opinions sur les questions militaires. Cependant, il attache une grande importance à ce que le général Brun n’aille pas préalablement à Londres et que sa visite n’ait pas un caractère anti-allemand.

35Le 18 juin 1907, l’état-major français donne son accord et le général Palitzine peut ainsi procéder avec le général Moulin, à un examen du programme devant présider aux pourparlers. À nouveau, le programme de l’année précédente est adopté. À la demande du général Moulin, le chef d’État-Major général russe éclaire la question des délais dans lesquels l’armée russe serait en état de remplir ses obligations selon le protocole de 1901, en cas d’attaque de l’Allemagne. Selon l’opinion de Palitzine, le principal objectif de l’alliance franco-russe serait la division des forces allemandes entre l’Est et l’Ouest. Cet objectif serait atteint dès lors que l’on marcherait sur l’Allemagne par l’effet de ses engagements. Ainsi, après la guerre russo-japonaise, une des tâches qui avait incombé aux armées françaises et russes avait été le rétablissement aussi rapide que possible de l’armée russe. L’intérêt principal de l’état-major français avait été guidé par les questions de mobilisation et de préparation de l’armée russe à la guerre. Les modifications des plans opérationnels du haut commandement avaient été influencées avant tout par la stabilisation relative de la conjoncture en Extrême-Orient et l’ajournement temporaire d’une menace de guerre avec l’alliance anglo-japonaise. L’état-major russe avait planifié de procéder à une concentration de renforts importants en cas de déclenchement d’une guerre en Europe contre l’Autriche-Hongrie. La défaite russe dans la guerre russo-japonaise avait entravé les relations franco-russes. Après celle-ci, la Russie put s’appuyer dûment sur des alliés dignes de confiance. Néanmoins, la position militaire de la France exerça une influence certaine dans le transfert des intérêts géopolitiques de la Russie de l’Est vers l’Ouest.

Haut de page

Annexe

Documents des archives publiques militaires de Russie (RGVA) et des archives publiques russes d’histoire militaire (RGVIA)

« Rapport sur le projet de nouvelle concentration »

Surtout un combat simultané apparaît comme une combinaison dangereuse pour les deux alliances. Il faut avouer que ce combat dépasse nos forces : nous n’avons pas les moyens, à la fois, de préparer cette guerre sur deux fronts dans cette éventualité et de procéder à la réorganisation de nos forces terrestres et navales. En vérité, ou bien, (…) l’impossibilité pour nous de mener simultanément une guerre sur deux fronts doit orienter notre diplomatie, tous les efforts doivent être déployés pour préparer une telle situation politique, devant laquelle nous pourrions réunir nos forces sur un seul front en toute confiance en ce qui concerne notre arrière le plus proche. Dans l’ensemble, prévoir les variantes :

  1. combat avec des membres de la Triplice en Europe ;

  2. combat en Asie avec le Japon et l’Angleterre ;

  3. possibilité de combat avec les deux alliances en même temps.

Notre préparation stratégique générale devrait se fonder sur la situation et permettre de disposer des moyens de défendre les intérêts gouvernementaux de la Russie contre des tentatives de la part de la première des deux combinaisons mentionnées. Vu l’énormité des distances des théâtres d’opérations sur lesquels il y aurait à combattre, sur chacun d’entre eux, en plein déploiement des moyens qui pourraient nous être opposés, en vertu de cela, il n’y a pas place pour une objection particulière à une confrontation simultanée avec les deux adversaires.

Colonel Dobrorolski 39 de l’EM 20 juin 1906
RGVA Fonds 2000, Inv. 1, Aff. 92, Folio 46.

« Projet pour la concentration de notre armée à la frontière occidentale », 18 septembre 1906

D’après l’attitude de l’Allemagne, en l’absence de toutes données positives, nous nous guidons sur deux hypothèses : la première selon laquelle l’Allemagne, au début de la guerre, tournerait ses forces principales contre la France, disposant à sa frontière orientale de 5 à 7 corps d’infanterie, de 4 divisions de cavalerie et de 10 divisions de réserve.

Dans la deuxième hypothèse, c’est-à-dire si le gros des forces allemandes était tourné vers la Russie (…).Contre nous, les Allemands disposent de 18 corps, de 7 divisions de cavalerie, de 15 divisions de réserve : en tout 704 bataillons, 332 escadrons et 3 204 bouches à feu.

L’Autriche-Hongrie en fait de forces contre la Russie, dispose aux frontières de la Galicie et de la Bucovine de 14 corps d’armée, 13 divisions de Landwehr 40 et 9 divisions ½ de cavalerie, soit en tout : 609 bataillons, 31-49 bataillons et 2 160 bouches à feu.

La Roumanie, en 1901, a conclu une convention militaire avec l’Autriche-Hongrie, aux termes de laquelle ont été élaborés l’ordre de bataille et la concentration de l’armée roumaine.

En cas de neutralité de la Bulgarie, il était prévu de mettre en place 3 corps d’armée et 2 divisions de cavalerie. En tout : 102 bataillons, 56 escadrons et 312 bouches à feu.

Au total, la coalition des membres de la Triplice met en ligne contre la Russie :

Pays

Bataillons

Escadrons

Canons

Jours (en moyenne)

Allemagne

704

332

3 204

13

Autriche-Hongrie

609

349

2 160

13-16

Roumanie

102

56

321

13

Total

1 415

737

5 676

Conformément aux objectifs principaux de nos rapports politiques internationaux, qui déterminent en ce moment le cours de notre politique intérieure, la Triplice en Europe et l’alliance anglo-japonaise en Asie, notre préparation stratégique générale devra découler de la situation et être à même d’assurer la défense des intérêts gouvernementaux de la Russie contre les entreprises de chacune des coalitions précitées.

Enfin, en conséquence, en raison du fait qu’il n’est pas d’une vraisemblance particulière qu’un conflit se déclenche simultanément du fait des coalitions, il est naturel de prévoir deux plans indépendants l’un de l’autre en matière de concentration de nos forces pour combattre à nos frontières occidentale et orientale. Conformément au dispositif n° 18, les armées russes devraient rapidement se concentrer en vue d’une attaque en Galicie contre l’Autriche-Hongrie : les armées IV et V devraient arrêter l’irruption de la grande masse de l’armée autrichienne dans le district de Privilinski, battre les Autrichiens, et après, assurer leur concentration toutes forces réunies contre l’Allemagne.

Maintenant, pour modifier le côté peu favorable de nos moyens, il est nécessaire de s’abstenir d’actions offensives stratégiques et de tendre à achever une concentration de toutes nos forces, sans empêchement de l’adversaire, avec leur mise en action au moment le plus propice pour le début des opérations à venir (…).

En considérant la situation précitée, les buts partiels que nous devrions donner à une déclaration de guerre seraient :

  1. avant tout, de mobiliser nos forces armées tranquillement et en sécurité ;

  2. ensuite, de concentrer ces forces dans des régions ne pouvant être occupées par un assaut précipité de l’ennemi sur nos frontières mais plutôt dans les régions où sont rassemblées nos armées ;

  3. et d’éviter le choc décisif avec des forces écrasantes de l’adversaire.

Conclusion :

  • nous ne pouvons compter sur une concentration en sécurité dans les limites de la région de Privilinski ;

  • suite aux caractéristiques de notre mobilisation, et des transports ferroviaires, nous devrions renoncer à sa forme actuelle et, pour la sécurité, transférer les zones de rassemblement à l’intérieur de notre territoire ;

  • prendre des mesures pour garder la région militaire fortifiée de Varsovie en vue d’une étape plus avancée vers l’offensive et l’affaiblissement de l’adversaire.

Une telle forme de concentration de nos forces à la frontière occidentale – en idée – subsiste, chez nous, depuis 26 ans.

Dans le plan primitif de notre concentration, mis au point par le général Obroutchev et agréé par assentiment impérial en 1880, il est supposé dépendre de la situation d’agir de manière défensive ou offensive-défensive. Le général Obroutchev proposa comme premier procédé d’« accomplir une défense de concentration au centre de nos limites occidentales de telle manière que la disposition de nos armées défende fermement l’accès à l’intérieur de l’empire et afin que les attaques dirigées contre nous de divers côtés nous permettent de disposer le mieux possible de l’ensemble de nos forces. »

« Eu égard aux inconvénients d’octroyer l’initiative d’action à l’adversaire, nous devrions décider, sans égard d’ailleurs à une supériorité significative de ces forces, d’être quelque part plus faibles (en compensant cette faiblesse par des avantages locaux) mais, grâce à cela, être quelque part en comparaison plus forts, afin de reprendre à notre compte l’initiative d’action et de répondre à l’attaque ennemie par l’offensive.
En se proposant de vaincre les ennemis exclusivement par la retraite à l’intérieur du pays
(…), nous risquons de perdre nos régions occidentales et d’être pour toujours contraints de reculer vers la Dvina et le Dniepr : parce que l’Europe sait pertinemment qu’écraser la Russie en un seul assaut précipité n’est pas possible, mais plutôt en repoussant jusqu’à un point jusqu’ici inconnu d’elle ses frontières occidentales et en épuisant de manière continue ses moyens financiers et matériels. »

La concentration dans les régions indiquées, outre leur caractère central par rapport aux directions opérationnelles des Allemands, offre, en outre, l’avantage, au cas où les Allemands se rueraient en grand nombre sur les Français qu’il devienne opportun de marcher à l’attaque, à la fois des Allemands et des Autrichiens.

Fonds 2000, Inv.1, Aff.97, p. 35-71

« Projet de supériorité de notre armée »

Aide-mémoire du général de division Borisov 41

Il nous est impossible de compter sur l’amitié de la France ; la preuve : la dernière guerre. Vouloir atteindre une accélération de la mobilisation à l’ouest, seulement pour la sécurité de la France, s’avère pour nous particulièrement imprudent. Il nous faut nous souvenir de la parole de Moltke en 1860 « Si la Russie se présentait à la fin d’une guerre franco-allemande avec 300 000 hommes, elle se trouverait maîtresse du jeu. »

Fonds 2000, Inv.1, Aff. 346, Folio 165.

« Projet de plan général de défense du gouvernement pour la prochaine décennie »

Établi en partie par le premier quartier-maître général, du 21 mars au 19 avril 1908

Les événements des années dernières et la direction de ceux-ci à l’avantage de la politique allemande font voir que la préparation de la guerre contre la Triplice doit être pensée dans la perspective de l’engagement contre nous de pays comme la Suède, la Roumanie et la Turquie. Ce n’est que dans l’optique d’une telle combinaison que les puissances précitées doivent être considérées.

Enfin, notre accord diplomatique avec l’Angleterre, signé le 18 août 1907, en dépit de nos intérêts opposés au Tibet, en Perse et en Afghanistan est le signe en lui-même d’une évolution véritable dans le domaine des relations politiques et donne le droit d’escompter qu’en cas de conflit armé en Europe, nous ne compterons pas les Anglais parmi nos ennemis.

Pourtant, les obligations de l’alliance de cette puissance avec le Japon peuvent la disposer à prendre plus ou moins part à une lutte contre nous en Extrême-Orient ou sur notre front du Turkestan.

Fonds 2000, Inv.1, FF.6766 (?), Folio 232.

« Rapport sur la vraisemblance de la concentration de forces allemandes à la frontière russe »

En 1900, le général Pendezec 42 nous transmit la question posée à l’État-Major général français de la composition de l’armée allemande sur le front occidental : 18 corps d’armée, 15 divisions de réserve, 7 divisions de cavalerie et sur le front oriental : 5 corps d’armée, 9 divisions de réserve et 4 de cavalerie.

En 1906, une nouvelle demande fut faite par le général Palitzine 43 au même état-major sur le développement suivant des forces allemandes : contre la France : 21 corps permanents et 3 de complément (formés à la déclaration de guerre), 14 corps de réserve, et 9 divisions de cavalerie ; contre la Russie : 2 corps permanents et un corps de complément, 6 divisions d’infanterie et 2 divisions de cavalerie.

L’expérience de l’histoire témoigne que les entreprises guerrières contre nous traînaient en longueur et rien de fondamental ne donne à supposer que dans l’avenir un succès initial des envahisseurs allemands de nos frontières briserait notre résistance et nous obligerait à renoncer à la lutte.

Au contraire, une intrusion victorieuse en France même, compte tenu de la faible profondeur du théâtre d’opérations et de l’impressionnabilité de la nation française, peut conduire à un dénouement rapide et à une paix séparée de la France, après quoi l’Allemagne reprendrait la disposition de toutes ses forces contre nous.

Il nous faut avant tout nous attacher à pouvoir régler l’affaire des armées autrichiennes et avant de l’emporter sur elles, il n’y a pas lieu de penser à des actions décisives contre les forces allemandes…

Fonds 2000, Inv.1, AFF.1786, Folio 14-16.

« Rapport sur les forces et les plans vraisemblables des adversaires occidentaux » du 1er mars 1914

L’Allemagne, l’Autriche et l’Italie, par des accords passés sous forme d’alliances militaires, constituaient la Triplice.

L’Italie, à présent, mène à nouveau une politique en pleine concordance avec les intérêts de l’alliance.

En cas de guerre européenne, la Turquie serait du côté de la Triplice.

La Bulgarie se montre neutre jusqu’à présent tandis que la Serbie le reste.

La Roumanie observera une attitude stricte de neutralité et, selon le changement du cours des événements, prendra le parti de l’un ou l’autre groupement de puissances.

La Suède se met à évaluer les possibilités d’intervention contre la Russie, ce qui montre l’animosité qu’elle a eue ces temps derniers à notre égard.

Comme contrepoids de la Triplice, la France et la Russie constituent la double alliance. Bien qu’entre les gouvernements précités, il n’existe pas de liens aussi étroits que ceux unissant l’Allemagne et l’Autriche, il n’en demeure pas moins qu’en cas de conflit avec l’Allemagne et l’Autriche, nous prendrions en compte les intérêts de la France et sa participation à la lutte en qualité d’alliée et qui serait pour elle une garantie ; devant une autre situation, il est possible que la France observe une attitude expectative.

La pesanteur de la situation pourrait s’accroître par une manifestation active contre nous de la part de la Chine et du Japon. Cependant, la lutte contre la Turquie, le Japon et la Chine se déroulerait sur des théâtres d’opérations particuliers.

Sur nos frontières de l’ouest, du fait de l’hostilité des gouvernements précités, il faut compter avec la menace militaire immédiate de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie, de la Roumanie et de la Suède.

En temps de guerre, l’Allemagne dispose de 25 corps d’armée. Au total, 56 divisions d’infanterie et 11 de cavalerie.

Le chiffre total des divisions allemandes de première ligne 44 s’élève à 102 (50 divisions, 6 de réserve d’infanterie et 46 de réserve) et 11 divisions de cavalerie.

Les divisions d’infanterie de campagne et de réserve de l’armée allemande se composent de 4 régiments de 3 bataillons chacun.

En outre, dans 18 divisions et 18 divisions de réserve, un bataillon de chasseurs sera ajouté à chacune.

Dans chaque régiment et bataillon de chasseurs, il y a une compagnie de mitrailleuses comprenant 6 armes. Chaque division d’infanterie dispose d’un régiment de cavalerie à 4 escadrons.

Chaque division d’infanterie possède une brigade d’artillerie à 2 régiments, au total, 72 bouches à feu (54 canons et 18 obusiers).

Chaque division d’infanterie de réserve possède un régiment d’artillerie de 36 bouches à feu.

L’équipement d’une division d’infanterie comprend 12 à 13 000 baïonnettes, 450 à 600 sabres, 36 à 72 canons et 24 à 30 mitrailleuses.

Un corps d’armée dispose d’un bataillon lourd d’obusiers de 16 à 150 mm.

Une division de cavalerie dispose de 3 600 sabres, 12 canons hippomobiles et 6 mitrailleuses.

Total : 

  1. 25 corps d’armée, 11 divisions de cavalerie totalisant 690 000 baïonnettes, 70 500 sabres, 4 348 bouches à feu et 1 518 mitrailleuses.

  2. 46 divisions d’infanterie de réserve représentant 570 000 baïonnettes, 20 700 sabres, 1 656 bouches à feu et 1 212 mitrailleuses.

Au total, pour les troupes de première ligne : 102 divisions et 11 divisions de cavalerie représentant 1 260 000 baïonnettes, 91 200 sabres, 6 004 bouches à feu et 2 730 mitrailleuses.

De ces 6 004 bouches à feu, 4 704 canons légers à tir rapide, 900 obusiers légers et 400 canons lourds.

En temps de guerre ; l’Autriche-Hongrie met en place 16 corps d’armée et 11 divisions de cavalerie, en tout : 48 divisions d’infanterie, 2 brigades de montagne et 11 divisions de cavalerie.

La division d’infanterie se compose de 3 à 5 régiments d’infanterie, 22 à 36 mitrailleuses (à raison de 2 par bataillon d’infanterie), 2 escadrons de cavalerie et d’un régiment d’artillerie (36 canons et 18 obusiers).

L’effectif combattant comprend 11 à 18 000 baïonnettes, 300 sabres, 54 canons et 22 à 36 mitrailleuses. Des groupes lourds de régiments d’artillerie se trouvant à raison d’un par corps d’armée comprennent 12 obusiers de 150 mm.

La division de cavalerie se compose de 2 brigades à 2 régiments, en tout : 24 escadrons. Son équipement comprend 3 600 sabres, 12 canons hippomobiles, et 8 mitrailleuses.

En tout, l’Autriche-Hongrie dispose en première ligne de :

  1. 16 corps d’armée, 3 divisions de Landwehr, 1 brigade isolée de montagne et 14 brigades de marche ;

  2. 11 divisions de cavalerie.

Au total, elle dispose de 55 divisions et demie et de 11 divisions de cavalerie représentant 820 000 baïonnettes, 56 550 sabres et 1 486 mitrailleuses.

Sur 3 096 bouches à feu, on compte 1 668 canons à tir rapide, 792 obusiers légers, 224 canons de montagne et 168 canons lourds.

L’armée roumaine se compose de 5 corps d’armée et de 2 divisions de cavalerie.

La division d’infanterie se compose de 4 régiments à 3 bataillons, 1 régiment de tirailleurs à 2 bataillons, 1 brigade d’artillerie à 2 régiments possédant chacun 24 bouches à feu. En outre, une division d’infanterie comprend 1 ou 2 escadrons de cavalerie, 28 mitrailleuses, 1 compagnie du génie et 1 détachement télégraphique.

Elle aligne 15 500 baïonnettes, 300 sabres, 48 bouches à feu et 28 mitrailleuses.

Au total, par corps d’armée, on trouve 50 000 baïonnettes, 1 200 sabres, 120 bouches à feu, 24 obusiers, 90 mitrailleuses, 4 compagnies du génie, 1 compagnie de télégraphie et 1 compagnie de pontonniers.

La division de cavalerie se compose de 3 brigades (comprenant chacune 2 régiments à 4 escadrons) totalisant 3 600 sabres, 12 bouches à feu et 12 mitrailleuses.

L’effectif total de l’armée roumaine s’élève à 251 000 baïonnettes, 13 000 sabres, 768 bouches à feu et 474 mitrailleuses.

La Suède dispose de 6 divisions d’infanterie et d’une division de cavalerie, de 3 batteries de canons lourds et de 6 batteries d’obusiers lourds de 4 pièces chacune.

La division d’infanterie se compose de 4 régiments à 4 bataillons, d’un régiment d’artillerie à 11 batteries et d’une compagnie du génie. Elle met en ligne 16 000 baïonnettes, 600 sabres, et 44 bouches à feu.

L’effectif total de l’armée suédoise représente 96 000 baïonnettes, 4 800 sabres, 312 bouches à feu et 36 mitrailleuses.

Corps d’armée

Divisions d’infanterie

Divisions de cavalerie

Bataillons

Escadrons

Batteries d’artillerie

Baïonnettes (millions)

Sabres (milliers)

Canons

Mitrailleuses

Allemagne

25

102

11

1 260

608

1 045

1,260

91,2

6 004

2 730

Autriche-Hongrie

16

55,5

11

820

377

569

0,820

56,55

3 090

1 468

Roumanie

5

20

2

225

88

192

0,2512

13

768

474

Suède

-

6

1

96

40

78

0,096

4,8

312

36

Total

46

183,5

25

2 401

1 113

1 884

2,4272

165,55

10 174

4 708

Corps d’armée

Divisions d’infanterie

Divisions de cavalerie

Bataillons

Escadrons

Batteries d’artillerie

Baïonnettes (millions)

Sabres (milliers)

Canons

Mitrailleuses

France

21

86

10

1 044

588

1 054

1,05

78,2

4 248

2 218

Angleterre

-

6

1

73

44

84

0,073

6,5

492

182

Serbie

-

11

1

160

42

116

0,160

8,5

558

176

Monténégro

-

4

-

56

-

24

0,032

-

108

32

Total

21

107

12

1 333

674

1 278

1,315

93,2

5 406

2 608

L’État-Major général russe estime que l’adversaire attaquerait vers le nord par débordement de la Polésie pour développer une attaque vers Saint-Pétersbourg et Moscou. Les opérations méridionales ne seraient que secondaires.

L’Allemagne sur son front occidental doit s’attendre à rencontrer les forces réunies de toute l’armée française. Sur le front oriental, la Russie, son adversaire, est obligée de disperser ses forces.

La vitesse de mobilisation et de déploiement de l’armée française est égale à celle de l’armée allemande et selon certains renseignements, surpasse celle-ci pour la préparation. L’armée française est pleine de tendances offensives, brûle d’aller de l’avant et, au risque de ne pas être toujours en situation pleinement assurée, brille par son assurance. Des premiers succès sensibles sur les Allemands, leurs vainqueurs d’hier, donneraient à l’armée française, du fait du caractère émotif bien connu de la race latine, la force intérieure et la stabilité dont elle ne dispose pas entièrement.

Des résultats inverses sont à escompter en cas de malchance. Selon les propos du chef de l’armée française, on peut avoir une confiance raisonnable dans l’issue d’une première bataille générale en se fiant à la discipline de l’armée. Que l’armée surmonte un premier revers sérieux – les Français ne sont pas capables de donner une réponse catégorique.

Au contraire, l’armée russe, ralentie par sa dispersion, est plus maîtresse du délai opportun pour elle de livrer une bataille générale. Les forces morales ne peuvent lui faire défaut à la suite de revers temporaires.

Tout ce qui précède indique qu’il est p

Haut de page

Notes

1 Voir Tarlé (E.V.), Alliance franco-russe. La Russie et ses alliés dans la lutte pour la civilisation.

2 Boucher (A.), La France victorieuse dans la guerre du futur.

3 Ibidem, p. 37.

4 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff.26 (1890), fol.90-91, Aff. 27 (1892), fol.9, AFF.2 (1890).

5 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff.26 (1890), fol.90-91, Aff. 27 (1892), fol.9, AFF.2 (1890). Fol.166,200.

6 RGVI. Fonds 401, Inv. 5,Aff. 478, fol.24

7 Ibidem, fol.24.

8 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.28.

9 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.

10 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.

11 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.29.

12 Ibidem, fol.32.

13 RGVIA. Fonds 401, Inv. 5, Aff. 478, fol.22.

14 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6537, fol.64.

15 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6552.

16 Anders (A), Rapports mutuels Russie-France. Qui est débiteur ? Sur la question des rapports franco-russes, Éditions Avia, 1926, p. 196.

17 Zaïontvhkovki (A. M.), Les relations franco-russes depuis la guerre de 1914, ibidem, p. 25.

18 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 4132, fol.2.

19 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 1071, Fonds 2000, Aff.1, Aff. 6552.

20 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 920, fol. 60.

21 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 6552, fol. 40.

22 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff. 922, fol. 10-11.

23 Rapport augmenté sur les actions du ministère de la Défense depuis 1906 SPB, 1906, p. 10. Rapport exhaustif sur les actions du Ministère de la Défense depuis 1905, SPB, 1907, p. 10.

24 RGVIA. Fonds 2000, Inv.1, Aff.346, fol.165

25 Ignzyirb (A. V.), Cinquante ans de service, Éditions militaires, 1987, p. 53.

26 Zaïontchofski (A. M.), ouvrage cité ; voir aussi Manfred (A. Z.) et Bovykine (V.I.).

27 Emets (V. A.), Le rôle de l’armée russe dans la première période de la guerre mondiale de 1914-1918, écrits historiques, t. 77, m. science,1965 ; Listov (I. S), Noskov (A. M.), La collaboration alliée à l’expérience des Première et Deuxième Guerre mondiales, m. science, 1988.

28 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 92.

29 Ibidem, fol.23.

30 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 90.

31 Grünwald (K.), ouvrage cité, p. 242.

32 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 91.

33 Grünwald (K.), p. 242.

34 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 91.

35 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 110.

36 RGVIA, Fonds 2000, Inv.1, Aff. 394.

37 Ignatiev (A. V.), ouvrage cité, p. 137.

38 Ibidem, p. 156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youri Korobov, « Les relations militaires franco-russes de 1870 au lendemain de la guerre russo-japonaise », Revue historique des armées, 245 | 2006, 104-121.

Référence électronique

Youri Korobov, « Les relations militaires franco-russes de 1870 au lendemain de la guerre russo-japonaise », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 25 novembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/5612

Haut de page

Auteur

Youri Korobov

Docteur en histoire, il est collaborateur scientifique en chef à l’Institut d’histoire militaire de la Défense de la Fédération de Russie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org