Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

Les collections photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

Jean-Marie Linsolas
p. 134-136

Texte intégral

1Lors de la création du Service historique de la Défense en 2005, la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) lui a attribué la photothèque du secrétariat d’État aux Anciens combattants. Cette collection patrimoniale prend naturellement sa place au côté des autres fonds d’archives iconographiques conservés sur le site de Vincennes.

Présentation des fonds

2Cette photothèque peut se définir en trois ensembles distincts. Les fonds photographiques rassemblés par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale en constituent la partie la plus importante en quantité mais aussi la plus singulière. De plus, divers fonds privés ont été donnés directement à la Délégation à la mémoire et à l’information historique (DMIH) du secrétariat d’État. Ils forment un corpus, la plupart concernant la Grande Guerre. Enfin, une couverture photographique des monuments aux morts en France comme à l’étranger composée de cartes postales anciennes mais aussi de prises de vues effectuées par les photographes du service.

3Ces fonds photographiques sont composés de documentation et de reproductions (tirages papier modernes et contretypes) mais aussi d’une importante quantité de tirages anciens originaux. On ne peut cependant pas négliger des séries de plaques de verre et des négatifs souples. Afin de rendre plus accessible ces richesses, la DMPA a conduit en 2003-2004 une grande campagne de numérisation qui a permis de reproduire 20 000 images, soit la quasi-totalité des fonds.

Les fonds photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

4Institué en 1951, cet organisme avait pour mission le recueil et la préservation de fonds documentaires sur l’histoire de l’occupation et de la Libération, qu’ils soient d’origine publique ou privée, française, allemande ou autre. Rattaché à la présidence du Conseil, ce comité, doté d’un important réseau de correspondants, était principalement chargé de recueillir des témoignages sur divers aspects de l’occupation et de la Résistance, tout en coordonnant des études sur la Seconde Guerre mondiale. Cette institution n’était pas une création ex-nihilo. En effet, elle prenait la suite et fusionnait deux organismes nés à l’issue du conflit : la Commission d’histoire de l’occupation et de la Libération de la France (CHOLF), créée dès le 20 octobre 1944 et le Comité d’histoire de la guerre.

5Le Comité s’installa d’abord au 22 rue d’Athènes puis déménagea au 32 rue de Leningrad. Il y créa une photothèque collectant des fonds auprès des acteurs du conflit (combattants résistants et déportés) et auprès des diverses associations qui venaient de se créer. La Documentation française versa un important ensemble de reportages relatifs à des exhumations de cadavres sur l’ensemble du territoire lors de la Libération ainsi que de très nombreuses photographies d’atrocités. Une politique de collectes de copies de photographies auprès de musées et de mémoriaux étrangers fut parallèlement activement menée. Les collections ainsi rassemblées furent ordonnées de façon thématique :

  • un classement géographique : Allemagne, Albanie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Espagne, États-Unis, Grande-Bretagne et Commonwealth, Grèce, Crête, Hongrie, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Saint-Siège, Suisse, Tchécoslovaquie, Pays scandinaves, URSS et Yougoslavie, soit 44 cartons de photographies ;

  • un classement thématique pour la France : avant-guerre, « drôle de guerre », armistice, occupation par régions, collaboration, régime de Vichy, crimes, maquis, résistants, libération par régions, soit 82 cartons ;

  • un classement géographique pour les opérations militaires, soit une trentaine de cartons ;

  • un classement géographique par lieux de captivité (camps de concentration et d’extermination), de crimes ou d’atrocités, soit 42 cartons.

6La simple lecture de cette énumération permet de constater que les combats sont bien moins représentés que les conséquences les plus tragiques du conflit. De fait, cette collecte de photographies fut tout d’abord utilisée pour illustrer des expositions organisées par le Comité :

  • à l’Institut pédagogique national, rue d’Ulm, en 1954-1955 : Résistance, Libération, déportation puis La captivité de guerre en mai 1957;

  • pour le vingtième anniversaire de la Libération de la France, le Comité organisa à l’hôtel des Invalides à Paris mais aussi dans de nombreux départements des expositions sur le thème : L’occupation, la Résistance, la Libération. L’année suivante, en 1965, la formule fut reprise pour commémorer la - des camps de concentration.

  • 1 Chabord (M.-Th.), « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses archives », La Gazet (...)

7Au cours des années 1967-1968, le Comité forma, sans succès, le projet d’un Musée national de la Résistance et de la Déportation à installer dans ses locaux, rue de Leningrad. En réalité, de nouvelles salles furent ouvertes sur la Deuxième Guerre mondiale et la Résistance au Musée de l’Armée. Il aida aussi à la création de nombreux musées historiques en province, dont le plus marquant est celui de Besançon, inauguré en septembre 19741.

Pérégrinations d’une photothèque

8En 1980, le secrétariat général du gouvernement, en créant l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), prenait la décision de disjoindre l’héritage proprement scientifique du Comité de son patrimoine documentaire. Aux Archives nationales furent attribués les papiers (dont les affiches) formant la matrice de la sous série 72 AJ ; une partie des originaux de la presse clandestine et des tracts fut dévolue à la Bibliothèque nationale, les fonds photographiques versés au secrétariat d’État aux Anciens combattants avec comme mission de rester accessible aux chercheurs.

9La photothèque fut alors située au 139 rue de Bercy avant d’être installée au secrétariat d’État, rue de Bellechasse. Ouverte aux chercheurs, mais aussi à tous les professionnels qui pouvaient venir consulter cette ressource documentaire sur la Seconde Guerre mondiale (éditeurs, documentaristes et cinéastes), cette double mission d’action culturelle et de commémoration fut poursuivie durant une vingtaine d’années. La décision de numériser les fonds fut prise d’une part pour enrayer la dégradation des photographies à la suite de trop nombreuses manipulations mais aussi pour envisager une mise à la disposition des images au plus grand nombre.

10Ce pas a été franchi en 2005, lors de la dévolution de cette photothèque au Service historique de la Défense démontrant s’il en était besoin la valeur patrimoniale de cet ensemble qui est venu rejoindre sur le site du château de Vincennes les autres fonds relatifs à cette période. À ce jour, la totalité des photographies est communicable et les lecteurs peuvent maintenant consulter les fonds numérisés sur un poste informatique doté du logiciel de gestion de photothèques « Ajaris-Pro ». Une attention nouvelle est portée sur les modalités de reproduction et de diffusion, sur le respect des différents aspects des droits liés à l’image et particulièrement au droit d’auteur des photographes.

11Un peu plus d’un an après l’installation de cette photothèque, un premier bilan montre que la majorité des demandes de reproduction concernent des publications liées aux commémorations et à la mémoire. Ce besoin d’images se fait aussi sentir auprès des nombreux professionnels produisant des fictions ou des documentaires relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Ainsi au moment où les témoins directs de ces événements disparaissent, la lecture et la relecture de ces images permet d’aborder ces événements sous des angles parfois novateurs et ainsi de proposer de nouveaux arguments de sortie de crise.

12La photothèque est ouverte sur rendez-vous auprès de mademoiselle Catherine Paulet au (33) (0)1 41 93 20 75.

Haut de page

Notes

1 Chabord (M.-Th.), « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses archives », La Gazette des archives, 1er trimestre 1982, nouvelle série n° 116, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Linsolas, « Les collections photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue historique des armées, 245 | 2006, 134-136.

Référence électronique

Jean-Marie Linsolas, « Les collections photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 13 novembre 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/5682

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Linsolas

Chargé d’études documentaires au Service historique de la Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org