Navigation – Plan du site
Lectures

Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grande Guerre ?

Préface du professeur Jean-Jacques Becker, Éditions 14-18, Paris, 2006, 368 pages.
Jean-Charles Jauffret
p. 137

Texte intégral

1Auteur d’une thèse remarquée sur le service automobile et le général Doumenc pendant la Grande Guerre, soutenue en Sorbonne en 2004, le lieutenant-colonel Rémy Porte représente cette équipe, unique et dynamique, qui entoure, au Service historique de la Défense, le colonel Frédéric Guelton, prouvant, dans la tradition du général Jean Delmas, que l’on peut être à la fois officier et historien.

2Précédé d’une préface lumineuse du Pr. Jean-Jacques Becker, cet ouvrage apporte beaucoup, sans jamais perdre de vue l’interaction entre le front et l’arrière. Le titre est, certes, un peu provocateur, bien que suivi par un respectueux point d’interrogation, mais ce « premier front » démontre qu’au fur et à mesure que la guerre ronge, dure et épuise, ce ne sont plus les seules poitrines qui font la différence, mais bien la production massive, standardisée, des armements. La clef de la victoire, à travers des matériels tels les canons modernes de 155 mm, les chars et les avions, est bien la capacité française à mobiliser l’outil industriel. Cette étude rappelle fort à propos l’œuvre méconnue et rationnelle de la centralisation réussie par le ministère de l’Armement, qui fut bien plus qu’un simple sous-secrétariat d’État selon la terminologie de l’époque.

3En ce sens, cette remarquable synthèse complète l’œuvre pionnière de Georges-Henri Soutou en matière d’histoire économique et d’effort de guerre. On suit pas à pas la modernisation de vieilles infrastructures industrielles, la mise en chantier de nouveaux concepts par l’accélérateur de l’histoire que constitua l’impératif de la victoire, tout en comprenant mieux que tout n’a pas pu se faire aussi rapidement que l’aurait souhaité le Grand-Quartier général. En découlent ces offensives vaines et sanglantes de 1915, où il fallait coûte que coûte soutenir l’allié russe en tenant en haleine le gros de l’armée allemande sur le front occidental. Est aussi prise en compte la nécessité d’aider les alliés italiens, serbes, grecs, et bientôt américains qu’il fallut armer de pied en cap ; mais comment faire quand on avait soi-même tant besoin d’obus et de matériels ?

4Rémy Porte agit en historien dominant un très vaste corpus, il ne néglige ni les réformes administratives et financières que ce colossal effort demanda, car ce fut bien d’une guerre totale qu’il s’agissait. Tous les aspects en sont étudiés, de la production annuelle de poudre aux gaz de combat, en passant par les moteurs d’avions ou la production de pneus pour camions. L’auteur n’oublie ni les hommes ni les femmes qui participèrent activement à cet effort de guerre, lourd à porter (d’où les grèves dans les usines de textile ou d’armement). Comme le souligne Jean-Jacques Becker, en s’intéressant à cet arrière de la grande usine qui, comme le front, manquait cruellement d’hommes, c’est bien une nouvelle approche de la Grande Guerre qui est proposée.

5Écrit dans un style sobre et percutant, illustré de précieux tableaux et d’annexes (dotations générales, matériels d’artillerie…), établi sur un appareil scientifique de notes en fin de volume et d’une bibliographie à la fois dense et succincte, ce livre est aussi un instrument de travail et de réflexion, tant les pistes nouvelles qu’il propose sont nombreuses. Voir à ce propos la question de l’approvisionnement en pétrole, soulignant, par là-même, combien 14-18 fut aussi le premier conflit énergétique qui inclut le contrôle des ressources, déjà, du Moyen-Orient. La maîtrise de l’historien transparaît dans cette propension à démontrer en termes simples ce qui paraît fort compliqué, tels ces chapitres consacrés aux caractéristiques du combat hérités du long XIXe siècle et les attendus de la première guerre moderne, celle de la mort industrielle du XXe siècle. Ce qui impliqua une transformation des structures internes des armées et une évolution très rapide de l’emploi des armes à l’image de l’aviation.

6Mais que l’on n’attende pas de Rémy Porte un plaidoyer en faveur des auteurs de l’effort de guerre ou des responsables des hécatombes du front. Il souligne combien fut longue la prise en compte des flux logistiques après l’usure des masses humaines de 1914-1915, comment, dès le lendemain de l’armistice, fut rapidement oubliée la rationalisation de la mobilisation industrielle, entraînant un retour du libéralisme et l’éclatement d’une partie de la production que les lois sur la nation en guerre de 1928 et de 1938 ne purent corriger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Jauffret, « Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grande Guerre ? », Revue historique des armées, 245 | 2006, 137.

Référence électronique

Jean-Charles Jauffret, « Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grande Guerre ? », Revue historique des armées [En ligne], 245 | 2006, mis en ligne le 17 novembre 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/5702

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Jauffret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org