Navigation – Plan du site
Dossier

L’action des attachés militaires français à Bucarest et leur perception de l’armée roumaine pendant la guerre froide (1948-1975)

Une documentation parcellaire
Christophe Midan
p. 84-97

Résumés

Les attachés militaires français en Roumanie, présents pendant la guerre froide de 1948 à 1950 puis de 1958 à 1989, n’ont pas laissé d’abondantes archives mais les textes conservés permettent de se faire une idée précise tant de leur travail que des forces armées roumaines. Considérés en ennemis, privés d’accès aux informations fiables, en permanence surveillés et suivis, ils sont obligés de se fonder en permanence sur leurs propres observations, souvent entravées par les autorités roumaines, pour se faire une idée précise de la situation. Leur travail n’en est que plus exemplaire : avec le recul, on constate qu’ils se font une idée exacte des forces armées roumaines, en suivent avec soin les évolutions et les réorganisations, en estiment avec précision les forces et faiblesses, le niveau d’entraînement et la valeur opérationnelle, tout en déchiffrant les significations cachées des textes souvent obscurs qui régissent la nouvelle armée populaire, formée par les autorités communistes à partir de 1948. Lucides, ils se montrent également des observateurs éclairés des grandes évolutions politiquese comprennent que l’indépendance affichée de la direction politique roumaine par rapport à Moscou à partir des années 1960 n’est en fait qu’une autonomie limitée, et savent déchiffrer le vrai rôle des forces armées – défense vis-à-vis des ennemis extérieurs mais aussi, et surtout, ultime garantie du régime face à d’éventuels troubles intérieurs…

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on essaye d’étudier l’action des attachés militaires français en Roumanie pendant la guerre froide, ce qui frappe d’abord est le manque de documentation.

  • 1 Midan (Christophe), Georgescu (Maria), Un exemple de coopération bilatérale, les attachés militaire (...)

2D’une part, la France n’a pas toujours entretenu d’attachés militaires en République Populaire de Roumanie (RPR) : jusqu’en novembre 1958, à l’exception d’une courte période de fin mai 1948 à début novembre 1950, le poste n’a pas été honoré, du fait des tensions entre Paris et Bucarest 1.

  • 2 Du moins à ma connaissance, à la date où je commence cet article.
  • 3 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, L’Harmat (...)
  • 4 Dossiers SHD/DAT, 14 S 161 et 14 S 162.

3D’autre part, les archives du Service historique de la Défense consacrées aux rapports des attachés militaires sont très parcellaires pour ne pas dire pratiquement vides jusqu’en 1963, et ne sont plus classées après 1975 2. Pour l’ensemble de la période 1948-1950, notamment, seuls 6 documents, souvent d’intérêt modéré, ont été conservés 3. Par ailleurs, tout le 2e semestre 1968 est manquant, ce qui est vraiment dommage du fait de la position particulière de la Roumanie face aux événements de Tchécoslovaquie, toujours sujette à controverse de nos jours. À l’exception de cette période, ce n’est qu’à partir de 1965 que des séries complètes de rapports mensuels, à défaut des rapports hebdomadaires et d’événements presque tous perdus, figurent dans les archives 4.

4Le matériel disponible est donc compté et précisément daté. C’est la raison pour laquelle les limites temporelles de 1948 et 1975 ont été imposées au présent article.

Un travail de renseignement difficile et ingrat dans un pays qui les considère comme des ennemis

  • 5 République Socialiste Roumaine. Ce changement de dénomination a été décidé à l’unanimité lors de la (...)

5Les rapports des attachés militaires qui nous sont parvenus présentent cependant un grand intérêt. D’abord, ils montrent à quel point le travail de renseignement et de documentation est malaisé, dans un pays où règne le secret et où la France, quelles que soient les bonnes relations apparentes en fin de période, figure dans le camp des États capitalistes et donc parmi les ennemis de la RPR puis de la RSR 5.

6On apprend ainsi que les attachés militaires sont en permanence épiés, suivis, contrôlés; qu’ils doivent recourir à des stratagèmes pour tromper leurs poursuivants et effectuer les « tournées de province » qu’imposent leurs fonctions ; qu’ils sont maintenus en dehors de tout circuit d’information fiable concernant l’armée roumaine.

  • 6 Par exemple, le défilé de 5 000 gardes patriotiques le 23 août 1969 – formations créées le 4 septem (...)
  • 7 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

7De quels moyens disposent-ils pour se renseigner? Essentiellement d’eux-mêmes. Ils épluchent la presse roumaine pour avoir quelques informations qu’ils vérifient ensuite comme ils le peuvent, essayent de nouer quelques contacts avec des Roumains et les rares Français restés sur place, se rendent sur le terrain pour vérifier l’existence d’unités et les évaluer, s’arrangent pour se retrouver près des camps de manœuvre pour observer les convois et y déceler d’éventuels nouveaux matériels, etc. En particulier, les défilés militaires constituent l’une de leurs meilleures sources. Notamment celui du 23 août, qui commémore le coup d’État du 23 août 1944, récupéré par l’histoire officielle roumaine comme étant le fait du Parti communiste. Les attachés militaires dénombrent les unités, interprètent la formation retenue et l’ordre du défilé 6, étudient les nouveaux matériels et les décomptent avec soin. Ou encore analysent les positions respectives des chefs dans le cortège: par exemple, le cantonnement des rares rescapés de l’armée royale à la filière instruction, révélé par leur position dans les formations de défilé des écoles, alors qu’ils étaient antérieurement encore indispensables dans les postes opérationnels, prouve leur mise à l’écart 7.

  • 8 Rapport n° 21/AM de l’attaché militaire français du 31 mars 1965. SHD/DAT, 14 S 161.
  • 9 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.
  • 10 Rapports annuels n°162/AFA/ROU et n°1/ROU/FA/CD de l’attaché militaire français des 30 septembre 19 (...)

8En revanche, la presse et les contacts directs avec les cadres roumains sont des moins fiables : propagande et désinformation règnent. Par exemple, alors que les sources officielles affirment en 1965 que l’armée a été totalement rééquipée en matériels modernes, les funérailles de Gheorghe Gheorghiu-Dej, qui entraînent la montée à Bucarest de nombreuses unités de province, montrent qu’il n’en est rien et que les « vieux ZIL, ZIS et SR 101 » constituent toujours la dotation standard des unites8. De même, en vérifiant sur place, les attachés militaires constatent que la création des divisions de fusiliers motorisés (DFM), annoncée dès 19589, est loin d’être totalement effective dans les années 1960 et même encore en 1970-1974 10.

  • 11 Au sens soviétique du terme, c’est-à-dire avec fusil et baïonnette dans le dos.
  • 12 Archives de la mission militaire française en Roumanie reversées en 2003, actuellement en cours de (...)

9C’est justement à cet apport essentiel qu’est la vérification sur place que se mesure la principale plus-value apportée par la présence des attachés militaires. En effet, à cette époque, et jusqu’en 1989 malgré l’établissement progressif de relations diplomatiques apparemment cordiales, la Roumanie continue à considérer la France en ennemie et les attachés militaires comme autant d’espions à la solde du système capitaliste. Par suite, toutes les données qu’ils reçoivent officiellement sont, à de rares exceptions près, fausses ou orientées, et seule la vérification sur place permet de se faire une réelle idée de la situation. Les tournées de province sont cependant souvent malaisées à réaliser: aux insuffisances du réseau routier roumain, qui allongent exagérément chaque tournée quand elles n’entraînent pas leur annulation pure et simple, s’ajoute la mauvaise volonté des autorités. Une fois, par exemple, l’attaché militaire, se rapprochant d’une base militaire, arrête son véhicule et s’éloigne de lui de quelques dizaines de mètres pour prendre une meilleure position d’observation. Il se retrouve bientôt nez à nez avec une patrouille armée qui «l’escorte»11 jusqu’à son véhicule, où on lui confisque son appareil de photographie, mais aussi ses jumelles, suspectées de cacher un «mécanisme d’enregistrement » camouflé. Il est ensuite renvoyé manu militari vers Bucarest12.

De vastes centres d’intérêt malgré les difficultés

  • 13 « La nouvelle vague de terreur s’est déclenchée dès la fin de l’occupation soviétique. Elle se pour (...)
  • 14 Rapport n° 21/AM de l’attaché militaire français du 31 mars 1965. SHD/DAT, 14 S 161.
  • 15 Du Bois (Pierre), Ceauşescu au pouvoir, enquête sur une ascension, Genève, Georg, 2004, p. 76-79.

10Malgré toutes ces difficultés, la vision des attachés militaires reste claire. Avec le recul, on peut même affirmer qu’elle est étonnamment juste. Elle dépasse notamment le strict domaine militaire pour embrasser l’ensemble du système de défense et même la sphère politique. Les jugements sont clairvoyants, les prévisions aussi. Ainsi, on apprend par exemple que le retrait soviétique de 1958, loin de signifier pour les Roumains le retour partiel à la liberté qu’on a bien voulu y déceler, s’accompagne d’une « vague de terreur » sans précédent 13 : il faut en effet prouver à Moscou que la RPR est capable d’assurer seule la sécurité du régime marxiste-léniniste et de prévenir toute velléité de changement, comme en Hongrie, deux ans plus tôt. De même, l’élection de Nicolae Ceauşescu à la tête du parti, en 1965, est analysée, en terme de politique intérieure comme extérieure, comme le meilleur signe de continuation de la «ligne» antérieure: autonomie affichée vis-à-vis de Moscou et maintien de la surenchère idéologique à l’intérieur du pays. L’attaché militaire français, le lieutenant-colonel David, attend d’ailleurs fort peu d’originalité du nouveau dirigeant, présenté comme « roumain 100 %, anti-hongrois et antisémite, d’origine paysanne (…) et particulièrement inculte » 14. Et de fait, sur le cercueil de Gheorghe Gheorghiu-Dej, devant les nombreux représentants du mouvement communiste international, Nicolae Ceauşescu rend hommage aux «idées clairvoyantes, pénétrées d’un ardent patriotisme » de son prédécesseur, affirme qu’il fait sien l’héritage idéologique du leader défunt et garantit qu’il appliquera, en politique extérieure, l’ensemble des thèses d’avril 15.

11Dans leur domaine privilégié de responsabilité, les attachés militaires sont également très clairvoyants. Ils s’efforcent avant tout de préciser trois aspects : le premier, et principal, porte sur la structure des forces armées roumaines, leurs effectifs et dotations, leurs organigrammes et garnisons; le second concerne leurs capacités réelles; le troisième s’intéresse aux missions de ces forces, et, ce faisant, à leur rôle probable dans les plans de Moscou. S’y ajoutent des centres d’intérêt secondaires comme les rapports de l’armée et du pouvoir, l’épuration, la force respective des différentes factions en son sein, etc.

La structure des forces armées roumaines, leurs effectifs et leur organisation

  • 16 En français, Christophe Midan, Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entie (...)

12Cet aspect fait l’objet de multiples comptes rendus tout au long de la période. En particulier, les rapports annuels récapitulent systématiquement les forces repérées et leurs organigrammes. Je me contente de données générales, le lecteur pouvant s’intéresser pour les détails aux ouvrages de référence traitant de la question 16.

13Pendant la période, les principales évolutions sont les suivantes :

    • 17 Sachant que l’URSS a scrupuleusement veillé à ce que la Roumanie n’obtienne pas le statut de co-bel (...)
    • 18 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit.,(...)
    • 19 En mai 1948. Pour les détails, cf. annexe.
    • 20 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)
    • 21 Midan (Christophe), Les forces armées roumaines à la veille de la Seconde Guerre mondiale, La Sorbo (...)

    d’abord une réduction majeure des forces armées, imposée par la convention de paix 17 et servant de paravent à l’épuration massive de l’armée royale. Cette phase se termine quelques semaines après le coup d’État du 30 décembre 1947 qui contraint le roi Mihai Ier à l’abdication18, soit juste avant l’arrivée du premier attaché militaire français qui ne peut en constater que le résultat 19. Les effectifs sont réduits de 1,1 million d’hommes pour les trois armées (dont 50 divisions) au 23 août 1944 à 316 000 hommes et 17 divisions en mai 1945 puis moins de 138 000 hommes (dont 7 divisions) à partir du printemps 1947. Entre 1944 et 1947, l’armée de terre chute de 1 million à 125 000 hommes, l’aviation de 74000 à 8000 hommes et la marine de 21000 à 5000 hommes20. Il est à remarquer que ces effectifs ne représentent qu’un peu plus du tiers de ceux du temps de paix d’avant la Deuxième Guerre mondiale21 ;

    • 22 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)
    • 23 Concentration des hommes dans des « camps de jeunesse » officiellement civils, maintien des conscri (...)
    • 24 Lois rallongeant le service militaire essentiellement, notamment en septembre 1950 et en juin 1953.
    • 25 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit.,(...)

    puis une montée en puissance progressive, à partir du printemps 1948, avec le début de la guerre froide et la création progressive d’une « armée populaire » conçue, organisée, équipée et entraînée sur le modèle soviétique. Cette période dure jusqu’en 1955. Dès 1949, l’armée de terre compte quelque 220 000 hommes, l’aviation 18 000 et la marine 14 000. Les effectifs totaux monteront jusqu’autour de 250000hommes (300000 avec les forces paramilitaires) avec les retards de libération et l’allongement progressif de la durée du service, au mépris total de la convention d’armistice pourtant essentiellement imposée par les Soviétiques22. Cette augmentation sera obtenue d’abord par des moyens camouflés23 puis ouverts 24, lorsque l’hostilité entre les deux blocs permettra de ne plus prendre de gants. Il est à remarquer que cette évolution, voulue et imposée par Moscou, suscite d’abord les réticences des chefs de la nouvelle armée populaire roumaine, qui craignent de transgresser ouvertement la convention d’armistice, mais comprennent rapidement, après quelques nouvelles vagues d’épuration, que nécessité fait loi25. En fin de période, la Roumanie compte à nouveau 17 divisions, suite à la création de 6 divisions d’infanterie, 2 de montagne, 1 blindée et 1 motorisée. Une partie du matériel est renouvelée suite à l’acquisition de T34 soviétiques et de transports de troupes blindés. En ce qui concerne l’aviation, une division aérienne à base de 90 MIG 15 est aussi créée en 1949, puis des « divisions homogènes » à partir de 1951. La marine, dans le même temps, récupère ses anciens matériels saisis par les Soviétiques et se réorganise progressivement sans retrouver toutefois son niveau d’avant-guerre ;

    • 26 En effet, pour Nikita Khrouchtchev, la priorité absolue en matière de défense est le feu nucléaire  (...)
    • 27 Au nom du non-cumul de fonctions, Gheorghe Gheorghiu-Dej a en effet alors abandonné ce poste au pro (...)
    • 28 Contre environ 250 000 hommes en 1955.
    • 29 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)
    • 30 Division(s) d’infanterie.
    • 31 Division(s) de fusiliers motorisés, organisée(s) sur le modèle soviétique.

    puis une période de réduction des effectifs et du nombre d’unités à partir de la création du pacte de Varsovie, liée à la certitude de Nikita Khrouchtchev que les forces conventionnelles n’ont qu’une importance secondaire vis-à-vis des armes nucléaires, et craignant un ralentissement économique en cas de budget de la défense trop important 26. Dès le 12 août 1955, Nikita Khrouchtchev écrit aux chefs des partis communistes frères – à Bucarest à Georges Apostol 27 – pour qu’ils resserrent leurs effectifs et leurs dépenses militaires. Afin de ne pas perdre la face, il parle « d’allongement du terme de la remise en condition des armées des démocraties populaires », mais il s’agit en fait d’une baisse des effectifs. Pour la Roumanie, il propose de réduire les trois armées (hors forces paramilitaires) à un total de 210000 hommes28. Celles-ci seront ensuite limitées à moins de 200 000 hommes au début des années 1960. La réduction sera progressive, de 1955 à 1962, et s’accompagnera de trois vagues de purges touchant les cadres, sur une base désormais plus qualitative qu’idéologique. La structure des forces restera inchangée, mais la réduction des effectifs conduira à celle du nombre de grandes unités : 11 divisions terrestres seulement en 1958-1959 (plus 3 divisions antiaériennes 29 et des grandes unités indépendantes d’artillerie sol-sol). Dans le même temps, les DI 30 se resserrent et se transforment en DFM 31 : en 1962, on ne compte plus que 8 divisions terrestres plus l’équivalent d’une grande unité en forces non endivisionnées (brigades et régiments autonomes), et les divisions et les brigades d’artillerie indépendantes sont dissoutes et à nouveau intégrées aux divisions terrestres. Cet effectif se stabilise par la suite jusqu’en 1968, avec un total de 2 divisions blindées, 7 DFM, et 1 brigade de chasseurs de montagne ;

    • 32 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)

    enfin, une période de doublement des trois armées, à nouveau quelque peu réduites, par des structures « populaires » non permanentes (essentiellement les gardes patriotiques), à partir du choc de 1968 et jusqu’à la fin de cette étude (1975), tendance d’ailleurs poursuivie par la suite. Le pouvoir, choqué par l’intervention de la Tchécoslovaquie, développe une doctrine de guerre asymétrique : la RSR doit être en mesure de combattre tant de façon traditionnelle que contre une force d’occupation supérieure. Alors que les effectifs du corps de bataille recommencent à décroître, se multiplient donc les unités légères formées au harcèlement (commandos, troupes de montagne, etc.). Surtout, le 4 septembre 1968, sont créées les gardes patriotiques, unités non permanentes de volontaires civils, recevant une formation militaire et destinées à être activées en cas de conflit. Le régime en fait sa priorité et dès 1969, elles dépassent le chiffre d’un million d’hommes, effectif qui sera maintenu par la suite. En 1975, les forces armées comptent donc : 136 000 hommes pour l’armée de terre toujours regroupés en 7 DFM et 2 DB mais aussi en 4 brigades de chasseurs de montagne (6 000 hommes) et de nombreuses unités parachutistes et commandos, qui forment une bonne part des 20000 hommes non endivisionnés; 25000 hommes pour l’aviation et la défense antiaérienne; 15000 hommes pour la marine. Il convient d’y ajouter, pour les forces paramilitaires, 25000 gardes-frontières et 60000 hommes dans les troupes du ministère de l’Intérieur 32.

Les personnels et leur formation

  • 33 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)
  • 34 À la différence des rapports américains qui, dès 1947-1949, s’intéressent de près à ces aspects. Bl (...)

14Pendant toute la période, les attachés militaires suivent la transformation des forces roumaines et la naissance puis l’affirmation de la nouvelle armée populaire. Ils ne peuvent obtenir que peu d’informations sur les vagues d’épurations qui décapitent puis liquident l’ancienne armée royale33, mais constatent que le renouvellement des cadres est permanent. Sur ce plan, il est vrai, les attachés militaires ne mesurent pas toujours l’énorme perte qui résulte de la destruction de l’armée royale. Ceci est lié à leur période de présence, qui ne leur assure que peu de recul : ils sont en effet dans le pays en 1948-1950 puis à partir de la fin des années 1950, périodes de développement (sous Staline) puis de resserrement et de stabilisation (sous Khrouchtchev et Brejnev) des forces armées. Aussi ne peuvent-ils constater que les progrès, d’ailleurs réels, effectués par les cadres pendant leur période de présence, et non mesurer les pertes antérieures de savoir-faire34.

  • 35 Pour ces questions, cf. Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peup (...)
  • 36 C’est-à-dire, pour les autorités communistes, sur leur appartenance au monde ouvrier, à la petite p (...)
  • 37 Camp de travail où sont envoyés les fils des « classes indignes », c’est-à-dire tout ce qu’il reste (...)
  • 38 Ghica (Cornelia), « Atitudini ale militarilor faţă de încheierea colectivizării agriculturii » [Att (...)
  • 39 Par exemple, en 1959, 120 000 soldats participent aux récoltes, soit la moitié des effectifs de l’a (...)
  • 40 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)
  • 41 En 1966-1967, par exemple, presque aucune activité aérienne n’est à signaler pendant 10 mois, ce qu (...)
  • 42 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit.,(...)

15De plus, les attachés militaires ne s’intéressent que peu à cet aspect. Ils sont plus préoccupés par les effectifs, les équipements, l’organisation des forces, voire les rapports de pouvoir que par des données qu’on ne leur demande pas à Paris et qui restent subjectives en l’absence de statistiques précises 35. Aussi, n’étudient-ils en général que le niveau d’entraînement : à l’exception de la période 1948-1955, où l’instruction est poussée – mais où le trop faible niveau des militaires empêche d’en tirer le meilleur – l’armée roumaine souffre d’un entraînement largement insuffisant. Plusieurs causes s’additionnent: incapacité des cadres d’abord, sélectionnés, surtout au départ, sur leurs options politiques et leur appartenance aux « classes saines »36 et non sur leurs capacités intellectuelles, physiques, académiques ou militaires ; déficit de formation ensuite, au moins jusqu’au milieu des années 1950, lié à l’élimination massive des cadres ayant servi dans l’armée royale, remplacés par des jeunes d’abord formés à la va-vite; absence de sous-officiers dignes de ce nom, du fait de la volonté forcenée de copier le modèle soviétique jusque dans ses insuffisances, ce qui conduit à la dissolution de ce corps au profit des « sergents et quartiers-maîtres » jusqu’en 1959 ; très faible niveau de la troupe ensuite, du moins jusqu’à l’abolition du « service du travail »37 en 1961 ; insuffisance de l’instruction militaire proprement dite, diluée parmi les travaux d’intérêt général (nettoyage, etc.), les séances d’éducation politique auxquelles les militaires ne comprennent souvent rien et surtout « les actions au profit de l’économie nationale » (participation aux récoltes, campagnes de propagande à la gloire de la collectivisation38, construction et réfection de routes et de voies ferrées39, etc.) ; baisse du budget de fonctionnement qui conduit, pour l’aviation et l’armée de terre, à un sous-entraînement irresponsable40, notamment dans la période 1955-196841. Après 1968, avec la montée en puissance du corps des cadres et la relance de l’idée de défense nationale, le niveau d’entraînement remonte quelque temps pour devenir acceptable, mais la priorité accordée aux formations non permanentes (gardes patriotiques) conduit à une dévalorisation progressive de l’image des forces armées traditionnelles et à une nouvelle baisse de leur entraînement peu avant le milieu des années 1970, situation bientôt accentuée par les échecs du plan qui conduisent à un toujours plus large détournement des activités des forces armées au profit de l’économie nationale 42.

Le budget et les équipements

16De 1948 à 1975, les attachés militaires constatent le retard, qui se maintient dans l’ensemble, entre l’équipement des forces armées roumaines et celui des autres armées du bloc.

  • 43 Codrescu, Costache, Botoran, Constantin, Preda, Dumitru…, Military Thought and Warfare over the Las (...)
  • 44 Toutefois, la part de la défense dans le budget de l’État chutera de 17 à 9,8 % entre ces deux date (...)
  • 45 La part de l’armée dans le budget de l’État varie en effet de 20 à 33 % selon les années. Midan (Ch (...)

17Ceci ne veut pas dire qu’elles ne bénéficient d’aucun investissement : une première accélération notable a lieu au commencement de la guerre froide, du fait de la volonté de Staline de promouvoir les armées des démocraties populaires comme autant de forces d’appoint pour l’Armée rouge. Ainsi, pour l’année fiscale 1948-1949, le budget des forces armées est multiplié par 2,3 par rapport à l’exercice précédent. Par la suite, des augmentations régulières ont lieu jusqu’au milieu des années 195043 et le budget de la défense croît de 30 % en volume entre 1950 et 195544. Entre 1948 et 1955, l’effort de défense est donc réel, mais il convient de ne pas se laisser emporter par les chiffres: il faut tenir compte de la faiblesse du produit intérieur brut en ces années d’après-guerre, d’autant que les dépenses restent toujours, en pourcentage, nettement au-dessous de leur niveau des années 1930 par exemple45. Il ne s’agit donc pas d’une réelle priorité et les résultats restent modestes par rapport à ceux d’autres démocraties populaires plus exposées à un risque de conflit direct.

  • 46 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.
  • 47 Les chiffres du budget de la défense sont les suivants :
    4,1 milliards de lei en 1963 (soit 5,1 % du (...)
  • 48 Armata Republicii Socialiste România : sinteză social-politicăşi militară, op.cit., p. 90-91.

18Puis vient la période 1955-1960, où les budgets sont en régression de 20 % en volume du fait de la volonté, encore, de Moscou, passant de 4,2 milliards de lei en 1955 à 3,4 en 196046. Après cette parenthèse, les budgets repartent à la hausse jusqu’aux années 1970 47, mais, si l’on considère l’évolution du PIB, l’effort de la RPR puis de la RSR, après une courte période d’accentuation, sous Staline, puis de baisse rapide, jusqu’en 1960, stagne pendant l’ensemble de la période suivante48.

  • 49 Apparition des MIG 15 dès 1949, des MIG 17 et MIG 19 à la fin des années 1950, des MIG 21 en 1963 e (...)
  • 50 Ibid., p. 114-118 et 136-158.

19Néanmoins, le sous-équipement qui en résulte touche inégalement les armées : l’aviation bénéficie pendant toute la période d’une priorité réelle49, du fait de l’intégration de la défense aérienne du bloc de l’Est puis du pacte de Varsovie, alors que l’armée de terre et la marine restent sous-équipées par rapport à celles des pays frères : pour les forces terrestres, le réarmement en T34 puis en T55 commence plus tard qu’ailleurs et est très progressif, l’artillerie et les armes d’infanterie restent longtemps hétéroclites et l’on trouvera encore de vieux canons des années 1930 dans les stocks en…1995. L’équipement du soldat demeure sommaire, en grande partie hérité de la Deuxième Guerre mondiale, et le parc de véhicules est, quelle que soit la période considérée, insuffisant par rapport aux besoins et démodé par rapport à d’autres armées du bloc. La marine, surtout, est délaissée pendant toute la période et même les programmes tardifs de réarmement des années 1960 et 1970 ne représentent que peu de choses face au large développement de la flotte de commerce, permis par la construction de chantiers navals notamment à Galaţi50.

Les missions des forces armées

  • 51 Ce ştia preşedintele Truman despre România, un raport al servicilor secrete americane 1949, op.cit. (...)

20Pour les attachés militaires, l’armée est perçue comme un outil de défense, mais d’abord comme un moyen de répression interne. Dès les années 1940, les attachés militaires jugent avec exactitude les missions des forces armées : fin décembre 1947, lorsqu’il recompose le serment militaire, Emil Bodnăraş insiste déjà sur la dualité des missions de la nouvelle armée populaire. « Je jure d’être dévoué à mon peuple et de défendre la République Populaire Roumaine contre les ennemis de l’extérieur et de l’intérieur » 51, proclame le nouveau texte : la priorité n’est pas la création d’une armée d’abord opérationnelle, mais celle d’une structure politisée loyale aux communistes, d’un instrument fidèle, tout entier dévoué au pouvoir, aux capacités militaires peut-être limitées mais suffisantes pour « contrôler la population » et « garantir la stabilité du régime » en cas de rébellion populaire.

  • 52 Diener (Georges), L’autre communisme en Roumanie, résistance populaire et maquis 1945-1965, Paris, (...)
  • 53 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.
  • 54 Effectif à l’été 1958. Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peupl (...)

21Par la suite, lorsque la résistance anticommuniste se développe, dans la première moitié des années 1950, l’une des principales missions des forces armées devient en effet, aux côtés des troupes du ministère de l’Intérieur, de poursuivre les maquisards réfugiés dans les zones rurales et surtout montagneuses52. Après le découragement de la résistance, en 1956-1958, les forces armées participent encore à la « vague de terreur » 53 qui suit le départ des troupes soviétiques 54 puis, faute « d’ennemis intérieurs », se rabattent sur les tâches économiques qui s’alourdissent encore.

  • 55 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.
  • 56 « Il semble que les Soviétiques se soient un peu désintéressés de cette armée, la seule de toutes c (...)
  • 57 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., (...)

22En ce qui concerne leur rôle militaire propre, les forces armées roumaines ont effectivement, du moins après la mort de Staline, un simple rôle d’appoint. Comme l’écrit l’attaché militaire français en 1959, pour Moscou, « l’Europe du Sud-Est (…) n’est même pas considérée comme un théâtre secondaire d’opérations » 55, d’où le faible « investissement » de l’URSS dans l’armée roumaine. La persistance du sous-équipement qui en résulte montre clairement pendant la suite de la période que la Roumanie ne fait toujours pas partie des forces offensives du pacte de Varsovie, mais conserve une simple fonction de couverture 56. Seule la défense aérienne, parce qu’elle est intégrée au sein du pacte de Varsovie, reste prioritaire, mais même en cette matière, le faible entraînement des pilotes montre que l’on estime que le danger demeure lointain. Après 1968, l’accent mis sur les forces non permanentes montre à nouveau que la Roumanie n’entend pas se donner les moyens d’entretenir une armée capable d’agir offensivement ou de s’opposer à une large force ennemie, et préfère préparer des combats asymétriques, une fois sa ligne de résistance percée ou abandonnée 57.

Conclusion

23Malgré les difficultés qui contrarient leur mission, les attachés militaires français parviennent donc, pendant toute la période, à se faire une idée claire et précise des forces armées roumaines. Présents sur le terrain, pouvant démêler la réalité entrevue de la propagande officielle, extrêmement impliqués – l’un d’entre eux manquera même d’y laisser la vie – ils apportent une plus-value que tous les moyens de renseignement externes ne peuvent offrir : la vérification sur place. En permettant à l’état-major et donc aux décideurs politiques de bien évaluer la menace militaire roumaine, ils participent donc à leur niveau à l’effort de défense, d’une manière indirecte mais tout aussi efficace que les cadres appartenant aux forces opérationnelles.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages généraux :

Giurescu, Dinu (C.), Matei, Horia, Nicolescu, Nicolae…, Istoria României în date [L’histoire de la Roumanie par les dates], Bucarest, Editura enciclopedică, 2003, 1 060 pages.

Soutou (Georges-Henri), La guerre de cinquante ans, les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, 767 pages.

Ouvrages et articles relatifs à la situation générale en Roumanie entre 1944 et 1975 :

Blanton, Thomas (S.), Ce ştia preşedintele Truman despre România, un raport al servicilor secrete americane 1949 [Que savait le président Truman sur la Roumanie, un rapport des services secrets américains 1949], Bucarest, Fundaţia Academia civică, 1997, 146 pages.

Chiritoiu (Mircea) et Constantiniu (Florin), Lovitura de stat de la 30 decembrie 1947, preliminării militare, consecinţe politice [Le coup d’État du 30 décembre 1947, préliminaires militaires, conséquences politiques], Bucarest, Fundaţia Academia civică, 1997, 304 pages.

Diener (Georges), L’autre communisme en Roumanie, résistance populaire et maquis 1945-1965, Paris, L’Harmattan, 2002, 214 pages.

Du Bois (Pierre), Ceauşescu au pouvoir, enquête sur une ascension, Genève, Georg, 2004, 147 pages.

Ghica (Cornelia), « Atitudini ale militarilor faţă de încheierea colectivizării agriculturii » [Attitudes des militaires face à la fin de la collectivisation de l’agriculture], in Anii 1961-1972 : ţările Europei de Est : între speranţele reformei şi realitatea stagnării [Les années 1961-1972 : les pays d’Europe de l’Est : entre les espérances de réforme et la réalité de la stagnation], Bucarest, Fundaţia Academia civică, 2001, p. 230-235.

Ouvrages et articles relatifs à la situation militaire, aux forces armées et à la politique de défense roumaines :

Arsântescu (Mihai)…, La défense nationale dans la conception roumaine, Bucarest, Éditions militaires, 1976, 275 pages.

Codrescu,Costache, Botoran, Constantin, Preda, Dumitru…, Military Thought and Warfare over the Last Five Centuries, the Romanian Case [La pensée militaire et la guerre pendant les cinq derniers siècles, le cas roumain], Bucarest, s. d. (postérieur à 1989), s. e. (Editura militară ?), 159 pages.

Duţu (Alesandru), Sub povara armistiţiului 1944-1947 [Sous le fardeau de l’armistice 1944-1947], Bucarest, Tritonic, 2003, 232 pages.

Hentea, Călin, Armata şi luptele românilor, breviar de istorie militară [L’armée et les combats des Roumains, bréviaire d’histoire militaire], Bucarest, Nemira, 2002, 270 pages.

Midan (Christophe), Les forces armées roumaines à la veille de la Seconde Guerre mondiale, La Sorbonne, Paris, 2005, 1191 pages.

Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, L’Harmattan, Paris, 2005, 227 pages.

Midan (Christophe) et Georgescu (Maria), Un exemple de coopération bilatérale : les attachés militaires français en Roumanie et roumains en France (1860-1940), Bucarest, Éditions militaires, 2003, 319 pages.

Ouvrage collectif, Armata Republicii Socialiste România : sinteză social-politică şi militară [L’armée de la République Socialiste de Roumanie : synthèse sociale, politique et militaire], Bucarest, Centrul de studii şi cercetări de istorie şi teorie militară, 1978, 289 pages.

Ouvrage collectif, On Both Sides of the Iron Curtain [Des deux côtés du Rideau de Fer], Bucarest, Editura militară, 2000, 284 pages.

Ouvrage collectif, Romania, a Partner for Peace [La Roumanie, un partenaire pour la paix], Brochure officielle du ministère roumain de la Défense nationale, Bucarest, 1995, 101 pages.

Şperlea (Florin), De la armata regală la armata populară, sovietizarea armatei române (1948-1955) [De l’armée royale à l’armée populaire, la soviétisation de l’armée roumaine (1948-1955)], Bucarest, Ziua, 2003, 333 pages.

Haut de page

Annexe

Tableau récapitulatif des attachés militaires, des forces armées et de défense français en Roumanie pendant la guerre froide

Tableau récapitulatif des attachés militaires, des forces armées et de défense français en Roumanie pendant la guerre froide
Haut de page

Notes

Source : Midan (Christophe), Georgescu (Maria), Un exemple de coopération bilatérale, les attachés militaries français en Roumanie et roumains en France (1860-1940), op.cit., p. 107-108.

1 Midan (Christophe), Georgescu (Maria), Un exemple de coopération bilatérale, les attachés militaires français en Roumanie et roumains en France (1860-1940), Bucarest, Éditions militaires, 2003, p. 107-108.

2 Du moins à ma connaissance, à la date où je commence cet article.

3 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 14.

4 Dossiers SHD/DAT, 14 S 161 et 14 S 162.

5 République Socialiste Roumaine. Ce changement de dénomination a été décidé à l’unanimité lors de la réunion extraordinaire de la Grande Assemblée Nationale du 2 août 1965. Par ce terme, les dirigeants roumains entendent proclamer la victoire « totale et définitive » du socialisme dans le pays, et Nicolae Ceauşescu, qui vient de succéder à Gheorghe Gheorghiu-Dej, y voit l’occasion d’imprimer sa marque comme il l’a déjà fait en changeant le nom du PMR (Parti ouvrier roumain) en PCR (Parti communiste roumain) lors du 9e congrès du PCR du 19 au 24 juillet 1965.

6 Par exemple, le défilé de 5 000 gardes patriotiques le 23 août 1969 – formations créées le 4 septembre 1968 en réponse aux événements de Tchécoslovaquie – montre la volonté roumaine d’affirmer le caractère concret de « l’armée du peuple tout entier ». Rapports mensuel n° 161/AFA/ROU et annuel n° 162/AFA/ROU de l’attaché militaire français des 2 octobre 1969 et 30 septembre 1970. SHD/DAT, 14 S 161 et Ianakaiev, Nikolai, « Several Bulgarian Secret Records from 1968 Concerning the Position of Romania toward the Invasion in Czechoslovakia » [Quelques documents secrets bulgares de 1968 concernant la position de la Roumanie face à l’invasion de la Tchécoslovaquie], in On Both Sides of the Iron Curtain [Des deux côtés du Rideau de Fer], Bucarest, Editura militară, 2000, p. 118-130, p. 119.

7 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

8 Rapport n° 21/AM de l’attaché militaire français du 31 mars 1965. SHD/DAT, 14 S 161.

9 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

10 Rapports annuels n°162/AFA/ROU et n°1/ROU/FA/CD de l’attaché militaire français des 30 septembre 1970 et 8 janvier 1974. SHD/DAT, 14 S 161.

11 Au sens soviétique du terme, c’est-à-dire avec fusil et baïonnette dans le dos.

12 Archives de la mission militaire française en Roumanie reversées en 2003, actuellement en cours de classement au SHD.

13 « La nouvelle vague de terreur s’est déclenchée dès la fin de l’occupation soviétique. Elle se poursuit encore en décembre 1958 et semble ne pas devoir s’arrêter avant plusieurs mois. Elle se caractérise par une attaque systématique contre tous les représentants de l’ancien ordre social et tous les tenants des idéologies et modes de vie libéraux. La révolution, dans sa première période, avait totalement éliminél’ancienne classe dirigeante et les classes moyennes en tant que facteurs politiques. Il s’agit maintenant d’extermination, et c’est dans ce sens que la période actuelle est plus stalinienne que les années 1949-1952 ». Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

14 Rapport n° 21/AM de l’attaché militaire français du 31 mars 1965. SHD/DAT, 14 S 161.

15 Du Bois (Pierre), Ceauşescu au pouvoir, enquête sur une ascension, Genève, Georg, 2004, p. 76-79.

16 En français, Christophe Midan, Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier,op. cit., et, en roumain, Hentea, Călin, Armata şi luptele românilor, breviar de istorie militară [L’armée et les combats des Roumains, bréviaire d’histoire militaire], Bucarest, Nemira, 2002, 270 pages, assez général, et Florin Şperlea, , De la armata regală la armata populară, sovietizarea armatei române (1948-1955) [De l’armée royale à l’armée populaire, la soviétisation de l’armée roumaine (1948-1955)], Bucarest, Ziua, 2003, 333 pages, plus complet mais ne portant que sur la première partie de la guerre froide.

17 Sachant que l’URSS a scrupuleusement veillé à ce que la Roumanie n’obtienne pas le statut de co-belligérant après son retournement d’armes du 23 août 1944, ce qui lui a permis d’imposer de très dures conditions de paix.

18 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 61-62 et 78-79.

19 En mai 1948. Pour les détails, cf. annexe.

20 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 19-20 et 45-47.

21 Midan (Christophe), Les forces armées roumaines à la veille de la Seconde Guerre mondiale, La Sorbonne, Paris, septembre 2005, 1191 pages, parties I et III.

22 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 111-114.

23 Concentration des hommes dans des « camps de jeunesse » officiellement civils, maintien des conscrits sous les drapeaux au-delà de la durée légale sans textes officiels, rappels officieux de réservistes, etc.

24 Lois rallongeant le service militaire essentiellement, notamment en septembre 1950 et en juin 1953.

25 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 128-129.

26 En effet, pour Nikita Khrouchtchev, la priorité absolue en matière de défense est le feu nucléaire : « la première catégorie de dépenses militaires que nous nous sommes décidés à réduire », écrit-il dans ses mémoires, « était liée au personnel : (…) la force d’une armée moderne n’est pas fonction du nombre de ses troupes, mais de la puissance de son armement et en particulier de la puissance de ses missiles [nucléaires] ». Şperlea, Florin, op.cit., p. 106-108.

27 Au nom du non-cumul de fonctions, Gheorghe Gheorghiu-Dej a en effet alors abandonné ce poste au profit de Gheorghe Apostol, mais la réalité du pouvoir reste assurée par le premier.

28 Contre environ 250 000 hommes en 1955.

29 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 125-141.

30 Division(s) d’infanterie.

31 Division(s) de fusiliers motorisés, organisée(s) sur le modèle soviétique.

32 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 152-155.

33 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 31-91.

34 À la différence des rapports américains qui, dès 1947-1949, s’intéressent de près à ces aspects. Blanton (Thomas S.), Ce ştia preşedintele Truman despre România, un raport al servicilor secrete americane1949 [Que savait le président Truman sur la Roumanie, un rapport des services secrets américains 1949], Bucarest, Fundaţia Academia civică, 1997, 146 pages.

35 Pour ces questions, cf. Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 93-103 et 161.

36 C’est-à-dire, pour les autorités communistes, sur leur appartenance au monde ouvrier, à la petite paysannerie, et, dans quelques rares cas, aux « fils des intellectuels progressistes », ce qui correspond en fait globalement aux classes les plus incultes de la société.

37 Camp de travail où sont envoyés les fils des « classes indignes », c’est-à-dire tout ce qu’il reste des classes supérieures, ce qui prive les forces d’autant de jeunes cultivés.

38 Ghica (Cornelia), « Atitudini ale militarilor faţă de încheierea colectivizării agriculturii » [Attitudes des militaires face à la fin de la collectivisation de l’agriculture], in Anii 1961-1972 :ţările Europei de Est : între speranţele reformei şi realitatea stagnării [Les années 1961-1972 : les pays d’Europe de l’Est : entre les espérances de réforme et la réalité de la stagnation], Bucarest, Fondaţia Academia civic, 2001, p. 230-235.

39 Par exemple, en 1959, 120 000 soldats participent aux récoltes, soit la moitié des effectifs de l’armée ; en 1964 quelques 25 000 militaires travaillent régulièrement pour le trust Central Gostat et 4 000 camions de l’armée sont mobilisés pour les récoltes. Armata şi luptele românilor, breviar de istorie militară, op.cit., p. 206 et 217-218.

40 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 93-115 et 129-145.

41 En 1966-1967, par exemple, presque aucune activité aérienne n’est à signaler pendant 10 mois, ce qui est incompatible avec le maintien de la capacité opérationnelle des forces. Rapport mensuel n° 71/FA/ROU/S du 3 mai 1967, ibid., et rapport de fin de mission n° 141/AFA/ROU du 4 septembre 1969 du lieutenant-colonel Papet, attaché militaire français. SHD/DAT, 14 S 162.

42 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 147-169.

43 Codrescu, Costache, Botoran, Constantin, Preda, Dumitru…, Military Thought and Warfare over the Last Five Centuries, the Romanian Case [La pensée militaire et la guerre pendant les cinq derniers siècles, le cas roumain], Bucarest, s. d. (postérieur à 1989), s. e. (Editura militară ?), p. 141-142.

44 Toutefois, la part de la défense dans le budget de l’État chutera de 17 à 9,8 % entre ces deux dates et le pourcentage du PIB qui y est consacré de 9,1 et 6,2 %. Armata Republicii Socialiste România : sinteză social-politicăşi militară [L’armée de la République Socialiste de Roumanie : synthèse sociale, politique et militaire], Bucarest, Centrul de studii şi cercetări de istorie şi teorie militară, 1978, p. 91.

45 La part de l’armée dans le budget de l’État varie en effet de 20 à 33 % selon les années. Midan (Christophe), Les forces armées roumaines à la veille de la Seconde Guerre mondiale, op.cit., parties I et IV.

46 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

47 Les chiffres du budget de la défense sont les suivants :
4,1 milliards de lei en 1963 (soit 5,1 % du budget total de l’État),
4,1 en 1964 (soit 4,5 % du total),
4,5 en 1965 (soit 4,6 % du total),
4,8 en 1966 (soit 4,5 % du total),
5,0 en 1967 (soit 4,0 % du total),
5,2 en 1968 (soit 3,7 % du total),
6,4 en 1969 (soit 4,2 % du total),
7,0 en 1970 (soit 5,0 % du total),
7,5 en 1971 (soit 5,4 % du total),
7,8 en 1972 (soit 5,1 % du total),
7,9 en 1973 (soit 4,6 % du total),
8,6 en 1974 (soit 4,3 % du total),
9,7 en 1975 (soit 4,0 % du total).
Rapports mensuels n° 9/AM, 57/AM, 2/AM, 9/FA/ROU/S et 25/AFA/ROU de l’attaché militaire français des 5 février et 9 décembre 1964, 31 décembre 1965, 3 janvier 1967 et 20 février 1969 et rapport annuel 1974 n°1 /ROU/FA/CD du 9 janvier 1975. SHD/DAT, 14 S 161 et 162.

48 Armata Republicii Socialiste România : sinteză social-politicăşi militară, op.cit., p. 90-91.

49 Apparition des MIG 15 dès 1949, des MIG 17 et MIG 19 à la fin des années 1950, des MIG 21 en 1963 et des MIG 21 J, version encore majoritaire en 1989, en 1970. Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 117, 135-141, et 155-156.

50 Ibid., p. 114-118 et 136-158.

51 Ce ştia preşedintele Truman despre România, un raport al servicilor secrete americane 1949, op.cit., p. 211.

52 Diener (Georges), L’autre communisme en Roumanie, résistance populaire et maquis 1945-1965, Paris, L’Harmattan, 2001, 214 pages.

53 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

54 Effectif à l’été 1958. Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 143-145.

55 Rapport annuel n° 73/ANS de l’attaché militaire français du 14 janvier 1959. SHD/DAT, 14 S 162.

56 « Il semble que les Soviétiques se soient un peu désintéressés de cette armée, la seule de toutes celles des pays satellites dont l’armement moderne reste réduit. » Rapport de fin de mission du 21 février 1963 du commandant Mautaint, attaché militaire français. SHD/DAT, 14 S 162.

57 Midan (Christophe), Roumanie 1944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier, op.cit., p. 166 et suivantes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif des attachés militaires, des forces armées et de défense français en Roumanie pendant la guerre froide
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/5972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Midan, « L’action des attachés militaires français à Bucarest et leur perception de l’armée roumaine pendant la guerre froide (1948-1975) », Revue historique des armées, 244 | 2006, 84-97.

Référence électronique

Christophe Midan, « L’action des attachés militaires français à Bucarest et leur perception de l’armée roumaine pendant la guerre froide (1948-1975) », Revue historique des armées [En ligne], 244 | 2006, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/5972

Haut de page

Auteur

Christophe Midan

Officier spécialisé en langues et relations internationales, il est l’auteur d’une thèse intitulée Les forces armées roumaine à la veille de la Deuxième Guerre mondiale et d’un ouvrage intitulé Roumanie 19944-1975. De l’armée royale à l’armée du peuple tout entier (L’Harmattan), d’un essai sur les effets de la mondialisation en Roumanie, à sortir prochainement aux éditions de l’université nationale de Défense de Bucarest.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org