Navigation – Plan du site
Dossier

Entre suspicion et confidence : les relations franco-roumaines dans les deux premières décennies de la guerre froide

Serban Pavelescu
p. 98-107

Résumés

Ces relations sont d’un point de vue historique et documentaire plutôt obscures et marginales même si elles ont connu des moments « phares » tels que la visite de De Gaulle en Roumanie en mai 1968. Du point de vue chronologique, les relations politiques entre Bucarest et Paris se divisent en trois phases principales : 1944-1948, 1948-1958, 1958-1968. Les trois périodes reflètent un parcours politique tortueux, c’est-à-dire la présence de contradictions idéologiques, politiques et militaires entre les deux blocs. Quoique des moments comme 1968 aient semblé marquer une convergence en matière d’objectifs et d’intérêts politiques, ils sont intervenus plutôt tardivement et malgré des espoirs exprimés à l’époque, ne dépassèrent jamais le pragmatisme commercial et politique. Au milieu des années 1950, les relations franco-roumaines deviennent plus systématiques et se maintiennent aussi tout au long de la décennie, chacun des deux États œuvrait à trouver dans l’autre un réel soutien pour ses élans politiques et idéologiques. Pour la Roumanie, la France était un fournisseur de moyens technologiques importants, y compris de moyens militaires, ainsi que de produits industriels. Pour la France, la Roumanie était un ardent défenseur de la politique de De Gaulle en Europe de l’Est autant qu’un débouché prometteur pour ses produits industriels et ses technologies sur un marché de plus en plus concurrentiel. Dans ces circonstances, l’équilibre général des relations bilatérales lors des 30 années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale fut plutôt positif avec une apogée en 1968. Après cette période, la dérive totalitaire du régime de Ceausescu ainsi qu’un contexte international instable entraînèrent un déclin qui ne cessa pas avant la fin de la guerre froide et la chute du régime communiste à Bucarest.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Même si des dépouillements ont été effectués dans les archives se rapportant à la guerre froide dan (...)

1Faire un bilan des relations entre la France et la Roumanie pendant les premières années de la guerre froide s’avère être aussi intéressant que difficile et ce pour de multiples raisons. À première vue, les ressources documentaires sont peu nombreuses, de valeur inégale et leur communication est encore restreinte. Qui plus est, la période et le sujet n’ont pas constitué une priorité dans la recherche historique roumaine de l’après guerre froide 1. À quelques rares exceptions près, et en particulier pour les années précédant la visite historique de Charles de Gaulle en Roumanie en 1968, la question a été traitée d’une manière épisodique dans le cadre de la problématique plus vaste des relations de la France avec l’Europe de l’Est. D’un côté comme de l’autre, les questions relatives aux rapports poltico-militaires entre les deux blocs ont été prioritaires.

2Tout démarche proposant une analyse des relations entre la Roumanie et la France pendant les deux premières décennies de la guerre froide doit, avant tout, prendre en considération le système des relations internationales issu de la Seconde Guerre mondiale. La logique des blocs politiques et militaires et la structure bipolaire ont déterminé les relations entre les deux pays. De la confrontation à la détente jusqu’à leur développement substantiel à la fin des années soixante, les relations entre les deux États ont été marquées par la confrontation Est-Ouest.

3Au-delà de cette observation préliminaire, il faut mettre en exergue la spécificité des relations franco-roumaines et l’étonnante similitude que connaît l’évolution des deux pays au cours de cette période. Toute proportion gardée, et en soulignant que les raisons qui ont conduit à cette situation sont différentes, l’évolution des positions et des choix des deux pays dans leur politique extérieure s’avère, jusqu’à un certain degré, similaire. En effet, pour les deux pays, la période de l’après-guerre a été difficile et incertaine. Leurs positions dans le système des relations internationales précédant la Seconde Guerre mondiale restent à reconquérir et le nouvel aspect de l’environnement sécuritaire est loin d’être souhaité, voire accepté par leur gouvernement. Pour les deux États, la logique bipolaire est contraignante et pèse, dans une proportion plus ou moins importante, sur leur évolution politique interne et externe. Et, enfin, pour les deux, la reconquête de leur autonomie, voire de leur indépendance, vis-à-vis du pouvoir central dominant dans leur camp politique, militaire et idéologique, passe par l’exercice d’une politique étrangère autonome et indépendante. Dans ce contexte, le « moment 1968 », qui met fin à la période sur laquelle porte cette présente étude, ne survient pas par hasard. Le développement suivi en matière de politique interieure et étrangère impose une réforme aux deux pays.

4Il faut également mentionner comme autre trait caractéristique des relations entre la France et la Roumanie – mais l’observation reste valable pour tout pays du bloc communiste – le fait qu’elles évoluent sur au moins trois niveaux différents et autonomes, dans une mesure plus ou moins importante, les uns par rapport aux autres. Au-delà des relations officielles des deux États, relations respectant des impératifs et des usages internationaux, on peut remarquer l’existence de relations bilatérales au niveau des Partis communistes roumain et français ; relations qui, parfois, surclassent en importance les premières. On peut aussi ajouter, un troisième niveau concernant les relations entre le gouvernement français et les exilés roumains vivant à l’étranger (en France, en particulier), ces derniers essayant de se faire reconnaître comme voix du peuple roumain et jouant, dans certaines circonstances, un rôle plus ou moins important en fonction de l’évolution des relations officielles entre les deux pays.

5Les relations franco-roumaines dans les premières décennies de la guerre froide (1944-1968) comportent, du point de vue roumain, au moins trois périodes. La première, de 1944 à 1948, couvre la dernière partie de la guerre et les années de l’établissement du nouveau cadre institutionnel des relations internationales d’après-guerre. Période transitoire par excellence, elle est suivie par une période de « formalisation » des blocs et d’une réduction considérable des options en matière de politique étrangère pour les deux pays, notamment pour la Roumanie (1948-1958). Enfin, la troisième, est marquée par le détachement, plus ou moins radical des contraintes antérieures et la reprise d’une marge de manœuvre plus ou moins importante vis-à-vis du pouvoir central politico- militaire auquel chacun des deux pays appartient. Dans cette optique, l’évolution des relations entre la France et la Roumanie, jusqu’à la visite du général de Gaulle en Roumanie en mai 1968, s’inscrit dans la logique de développement des deux États après-guerre.

  • 2 Istoria politicii externe a României (Histoire de la politique étrangère de la Roumanie), Éditions (...)

6L’autre caractéristique qui marque ces relations est celle de la continuité. À aucun moment, les relations entre les deux États n’ont été interrompues. C’est encore une fois, les évolutions, pendant et après-guerre, qui ont conduit à cette situation. La défaite de la France en mai 1940 et l’arrivée au pouvoir du régime de Vichy est concomitante avec l’instauration en septembre 1940 de la dictature militaire du général Antonescu. Vers la fin de la guerre, en 1944, les renversements de ces régimes sont, une nouvelle fois, quasi simultanés. Une telle situation permet au nouveau gouvernement roumain, au pouvoir après le coup d’État du 23 août 1944, de constater, le 30 août 1944, que le gouvernement de Vichy, « a cessé d’exister et donc que la question de la reconnaissance de ce gouvernement ne s’impose plus » 2. En conséquence, une semaine plus tard, le 5 septembre 1944, le même gouvernement roumain délègue son chargé d’affaires d’Ankara afin de contacter le représentant du Gouvernement provisoire français et de lui communiquer son désir « d’entretenir avec le gouvernement français les relations les plus cordiales dans l’esprit de l’ancienne et jamais démentie amitié qui relie les deux pays ».

  • 3 Ibidem, p. 344-345.
  • 4 Archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 70-71, vol. 10, 1945-1948, documents n (...)

7Ces deux événements marquent la première période des relations franco-roumaines pour les années d’après-guerre. Par la suite, le Gouvernement provisoire français et les autorités roumaines procèdent à l’établissement de relations au plan diplomatique et politique (1er mars 1945). Cette démarche est suivie par la signature, le 1er juillet, de la première convention économique post-Seconde Guerre mondiale entre les deux États 3.Une année plus tard, les représentations diplomatiques sont, le 13 avril 1946, érigées au rang de légation, mesure accompagnée par la conclusion, le 3 juillet 1946, du premier accord franco-roumain de la guerre froide 4.

8En dépit de l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Petru Groza et de la soviétisation de plus en plus marquée de la Roumanie, en dépit des rapports politiques de plus en plus tendus (compte tenu des orientations idéologiques diamétralement opposées des régimes politiques au pouvoir dans les deux pays) et, finalement, en dépit d’une absence presque totale de relations militaires (si importantes avant et même pendant la guerre), les relations franco-roumaines continuent à enregistrer une évolution ascendante. Une évolution soutenue par l’activité des services culturels des deux légations, de l’Institut français de Bucarest et de l’École roumaine de Paris. De part et d’autre, des volontés existent et motivent ce développement.

  • 5 Pour une analyse des objectifs de la politique étrangère de la France dans l’Europe centrale et ori (...)
  • 6 Doise (Jean), Vaïsse (Maurice), Politique étrangère de la France. Diplomatie et outil militaire, Éd (...)
  • 7 Sur la composante culturelle de la politique étrangère française vis-à-vis des pays de l’Europe cen (...)
  • 8 Pour le rôle joué en Roumanie par les services culturels de la France dans la diffusion des valeurs (...)

9Du côté français, il s’agit de reconquérir prestige et influence dans une Europe centrale et orientale fortement déçue par l’attitude de la France à la veille et au début de la guerre 5. Mais cette politique est aussi marquée par un réel manque de moyens financiers. Cette volonté de renouveler les lignes de force d’une ancienne politique étrangère, malgré de réelles faiblesses financières, est l’un des aspects marquants de l’attitude française à partir de 1945. Mais cette entreprise s’avère pour le moins hasardeuse 6. Dans ces conditions, la politique étrangère de la France ne peut que se structurer autour de ses anciennes filières culturelles en Europe centrale et orientale 7. Pendant la guerre, la Roumanie, qui n’a pas interrompu ses relations avec les services culturels français, a joué un rôle important dans la diffusion du message de la France libre et ce contrairement aux instructions du gouvernement de Vichy 8.

  • 9 Un rapport du ministre de la Roumanie envoyé au ministère roumain des Affaires étrangères le 19 avr (...)
  • 10 Ibidem. On peut citer parmi d’autres : l’échange d’émissions radiophoniques entre Radio France et R (...)
  • 11 Ibidem, rapport n° 3254-14 du 14 avril 1948 de la légation de la République populaire roumaine adre (...)

10Du côté roumain, ces relations sont basées, dans un premier temps, sur un effort considérable pour valoriser la contribution du pays à la guerre antihitlérienne et pour rechercher une visibilité et un appui dans l’opinion publique et dans les cercles politiques français en préparation de la conférence de paix de Paris 9. Les démarches et les contacts roumains convergent vers les ambitions diplomatiques de la partie française. Partant de l’initiative de l’un ou de l’autre des deux pays, des contacts visant à l’échange d’émissions radiophoniques d’information ou de publications, l’organisation commune de manifestations culturelles ou scientifiques, de conférences et l’échange d’étudiants constituent quelques points de ces relations 10. Une commission mixte franco-roumaine est mise en place à l’automne 1946 à la suite d’une réunion de travail convoquée par la direction des affaires culturelles du ministère français des Affaires étrangères 11. Afin d’organiser des échanges bilatéraux dans le domaine culturel et de la propagande, la commission compte, dans sa composition, l’ambassadeur et l’attaché culturel, pour la partie roumaine, le directeur de la direction des affaires culturelles et deux de ses conseillers, pour la partie française. Cette commission fonctionne en obtenant de bons résultats jusqu’en 1948, année qui voit la partie roumaine se retirer à la demande de son ministère des Affaires étrangères.

11Les raisons d’un tel développement dans les relations bilatérales peuvent se trouver dans la politique duale pratiquée à Paris comme à Bucarest. Tout au long de ces années, le discours de Paris se structure d’ailleurs sur plusieurs niveaux.

  • 12 Voir : Becker (Jean-Jacques) et Bernstein (Serge), « L’anticommunisme en France », Vingtième siècle (...)
  • 13 On peut, par exemple, citer la déclaration adressée aux ministres des Affaires étrangères britanniq (...)
  • 14 Sur le phénomène de l’exil et du refuge politique en France après la Deuxième Guerre mondiale, on p (...)
  • 15 Eugène Ionesco est un membre actif de l’association d’amitié franco-roumaine de Paris (Association (...)

12Tout d’abord, face aux pressions et à la situation politique interne et face aux développements de la situation internationale, la France se retrouve, comme les autres pays de l’Europe, confrontée au péril communiste sous sa double forme : subversion interne et menace externe. Face à ce péril, la réponse est déterminée et s’organise au point de vue idéologique par le développement d’un anticommunisme structurant toute la vie politique interne 12. Le développement des relations avec les diverses organisations ou groupes de membres de l’exil roumain 13 complète l’arsenal des outils utilisés par la France pour asseoir sa politique étrangère 14. D’ailleurs, au cours de cette période, la délimitation entre exilés et représentants du gouvernement roumain reste floue compte tenu des évolutions contradictoires et des actions encore timorées du nouveau régime politique en place à Bucarest. C’est pour cette raison que des personnalités importantes de l’exil roumain des années 1950 et de la décennie suivante, comme Eugène Ionesco, Virgil Gheorghiu, Monica Lovinescu, Alexandru Cioranescu sont encore associées aux actions et démarches du gouvernement roumain 15.

  • 16 Doise (Jean), Vaïsse (Maurice), op.cit., p. 500-514.

13Afin de contrecarrer l’influence communiste, les démarches pour la constitution de l’Union de l’Europe occidentale et les accords dans le domaine de la défense avec le Royaume-Uni sont les expressions les plus visibles de la réaction française. La participation active de la France aux démarches européennes visant à obtenir l’appui militaire américain et ainsi que la constitution de l’OTAN sont autant d’expressions de cette ligne politique 16.

  • 17 Guénard (Annie), op.cit., p. 25-26.

14D’autre part, la France désire reconquérir sa place dans le système des relations internationales. Dans ce contexte, l’idée d’établir une relation étroite avec l’Union soviétique et les pays de l’Europe de l’Est, y compris la Roumanie, est concevable. Face aux États-Unis et le monde anglo-saxon, ce type de relation ne peut qu’apporter prestige et poids à la France. Il s’agit d’une politique bien menée, désireuse d’épargner les susceptibilités des nouveaux régimes communistes en place. La politique extérieure de la France a donc deux aspects. Comme nous l’avons déjà souligné, ces politiques sont complémentaires : anticommuniste et partie prenante de la défense commune des pays de l’Europe occidentale face au péril communiste, en utilisant la Résistance et la présence de la gauche dans son gouvernement. Aragon, Eluard et plusieurs autres figures marquantes de la gauche et de la Résistance, les valeurs des Droits de l’homme et du progrès (dans le sens attribué au mot par les nouveaux régimes en place en Europe de l’Est) sont les principales composantes de ce discours construit d’abord à l’usage des régimes politiques communistes ou communisants de l’Europe de l’Est. L’accommodation aux restrictions imposées et à la pénétration massive des associations bilatérales d’amitié – développées autour des institutions culturelles françaises à l’étranger – pratiquée par les régimes communistes des pays en question ne sont pas des signes d’impuissance mais le résultat d’un choix assumé sacrifiant le contenu et la forme pour garder la continuité 17.

  • 18 Sur la politique soviétique visant le démantèlement de l’influence française dans l’Europe de l’Est (...)

15Cette politique, jugée utopique, est brutalement interrompue en 1948, les Soviétiques influant sur les relations culturelles et politiques françaises en Roumanie 18.

  • 19 Concernant le travail accompli par les diplomates français en poste à Bucarest pendant ces années e (...)
  • 20 Sur les incidents impliquant l’ambassade roumaine à Paris et les autorités françaises, voir les pro (...)

16Cependant, le renversement brutal de ces relations en 1948 n’est pas surprenant. Le détachement des autorités de Bucarest vis-à-vis de la France s’opère progressivement suivant une courbe ascendante et inversement proportionnelle à celle décrite par les relations entre les Partis communistes roumain et français, à mesure du progrès de la soviétisation en Roumanie. Les rapports des diplomates français en poste à Bucarest ont, d’ailleurs, minutieusement analysé cette évolution 19. Les changements progressifs du régime suivant la voie de la soviétisation, le début des répressions politiques, la marginalisation des églises catholique et orthodoxe, les restrictions de plus en plus importantes à l’égard du personnel diplomatique occidental en poste à Bucarest sont analysées et leurs implications sur les relations franco-roumaines sont commentées. De plus, les mesures prises afin de limiter le travail de la légation roumaine à Paris, travail jugé subversif, ne laisse aucune illusion sur la suite des relations entre les deux pays 20.

  • 21 Procès verbal n° 19 de la réunion du secrétariat du Comité central du Parti ouvrier roumain, 28 oct (...)

17Pour les Roumains, les signes qui ont précédé la crise de 1948 sont multiples. Le Parti communiste roumain et le gouvernement de Bucarest s’étaient solidarisés suite à la grève insurrectionnelle déclenchée par le Parti communiste français en 1947 21. Le gouvernement roumain s’était retiré de toutes les commissions et autres structures communes et avait commencé une campagne contre les associations et les cercles culturels gravitant autour des institutions culturelles françaises en Roumanie. Il refusait de façon de plus en plus marquée toute initiative française visant à entretenir les relations entre les deux pays. Cependant, en même temps, les relations entre les deux Partis communistes, roumain et français, s’intensifiaient et il devenait plus qu’évident que la tendance politique du gouvernement roumain était de superposer aux relations officielles des relations officieuses reliant les deux partis politiques en question. Si l’on veut résumer la situation des relations entre la France et la Roumanie pour cette période, on pourrait affirmer que la logique de la solidarité idéologique et politique l’emporte sur la logique des relations officielles entre les États.

  • 22 Procès verbal n° 23 de la réunion du secrétariat du Comité central du Parti ouvrier roumain, 17 nov (...)

18Soudainement, les institutions culturelles françaises dans plusieurs pays d’Europe de l’Est se ferment et le personnel diplomatique français en poste à Bucarest est réduit de façon drastique 22. Le gouverment roumain prend des mesures particulières pour supprimer toute présence culturelle française – changement de cursus scolaire, réduction des places dans l’enseignement universitaire pour la chaire de langue et civilisation française, épuration des bibliothèques visant, entre autres, l’élimination des ouvrages de langue française, arrestations des personnes proches de l’ambassade et des institutions culturelles françaises etc. À la fin de l’année 1948, les relations franco-roumaines sont à leur plus bas historique.

19La décennie 1948-1958 est marquée par la logique de confrontation entre les deux blocs politiques et militaires. Ce sont les années du début, on pourrait dire « classiques », de la guerre froide. Le niveau extrêmement bas des relations officielles est compensé par les bonnes relations entre les deux Partis communistes. En même temps, l’évolution de la situation interne et internationale des deux pays au cours de la période influence l’évolution des relations bilatérales. Les obstacles à franchir sont conséquents. Aux actions de 1948, visant directement les services et les institutions mises en place par l’État français en Roumanie, s’ajoutent les effets de la nationalisation déclarée, le 11 juin 1948, par les autorités communistes, action qui touche également les intérêts économiques français en Roumanie et ceux des autres pays occidentaux. De son côté, la France encourage la constitution d’une communauté roumaine en exil et soutient ses actions au détriment des intérêts de l’État communiste roumain. La France développe aussi une propagande économique directe touchant les intérêts de la Roumanie communiste.

  • 23 Ibidem, p. 58-59. Ilinca (Alina), Bejenaru (Liviu, Marius), « Aventurile unui ataşat militar france (...)

20Pour illustrer les tensions existant entre les deux pays, il suffit d’évoquer l’expérience du commandant Serge-Henri Parisot, nommé au poste d’attaché militaire français à Bucarest en mars 1948 et expulsé par les autorités roumaines en novembre 1950. Au cours de ces deux années, son activité a été étroitement suivie par les organes de la police politique roumaine Securitatea. Son arrestation en 1949 pour avoir pénétré en zone interdite a finalement décidé de son renvoi. Ce dernier est devenu un prétexte pour instruire deux procès d’espionnage impliquant des citoyens roumains et français, entre 1950 et 1951 23. Les suites de cette affaire ont pesé sur les relations bilatérales jusqu’en 1959, année de la libération de tous les citoyens français arrêtés et condamnés lors de ces procès.

  • 24 Arhivele Nationale ale României (Archives nationales de Roumanie), Stenogramele şedinţelor Biroului (...)
  • 25 Des dossiers entiers pour chaque année sont remplis de ces seuls rapports sur l’évolution de l’imag (...)

21Une nouvelle fois, les relations entre les Partis communistes roumain et français passent à un niveau supérieur et dépassent les cadres de la coopération politique proprement dite. Le contenu des discussions de la réunion du secrétariat du comité central du Parti ouvrier roumain du 24 février 1950, est, sur ce point, plus qu’intéressant 24. Prenant en considération les relations avec les pays occidentaux et les intérêts économiques du régime dans ces pays, le ministre des Affaires étrangères, Ana Pauker, informe le comité central sur les résultats des discussions entreprises avec une délégation du Parti communiste français. En résumé, le Parti communiste français offre ses services pour jouer les intermédiaires dans le cadre des relations économiques de la Roumanie avec la France et les autres pays occidentaux. Il s’agit de s’assurer du contrôle technique et de la poursuite des commandes de l’État roumain aux entreprises occidentales ; de l’achat, par le biais de sociétés intermédiaires, de matériaux et produits manufacturés d’importance stratégique, dont l’exportation est interdite vers l’Europe de l’Est et du financement des opérations commerciales par l’intermédiaire d’une banque privée contrôlée par le Parti communiste français. La réunion évoquée et celles qui l’ont suivie au cours des années 1950-1951 confirment le recours du régime communiste roumain aux « bons offices » des camarades français. Bien sûr, ces services sont payants. Cependant, il faut noter que l’image donnée à l’extérieur par l’État roumain, les opinions favorables ou défavorables, les événements de toute nature sont l’objet d’une attention minutieuse, presque maladive. Des statistiques, des tableaux et graphiques s’ajoutent à l’appui de cet effort conjugué des représentants d’un régime qui prône, au moins au niveau officiel, l’indifférence vis-à-vis de la vision du monde capitaliste, jugé condamné et destiné à disparaître 25.

  • 26 Sur les origines de la singularisation de la position de la Roumanie au sein du bloc communiste et (...)

22La détente dans les relations bilatérales survient, comme pour l’ensemble des relations de la France avec les autres pays d’Europe de l’Est et des relations de la Roumanie avec les autres pays occidentaux, avec le dégel qui intervient sur la scène politique internationale après la mort de Staline. Dès lors, les relations bilatérales, surtout celles d’ordre économique, reprennent et s’accentuent vers la fin de la période grâce à deux phénomènes convergents dans l’évolution politique intérieure et extérieure des deux pays. Côté roumain, la politique du gouvernement commence à se différencier – d’une manière encore discrète à l’époque mais de façon de plus en plus visible au début des années 1970 – de celles des autres pays socialistes et en particulier de celle de l’Union soviétique, notamment au sujet des plans de développement du COMECON et de la « division socialiste du travail » 26 ainsi que sur la primauté du Parti communiste soviétique au sein du mouvement communiste international. Coté français, dans les années précédant l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, la politique étrangère prend une nouvelle orientation qui se traduit, entre autres, par un début d’ouverture à l’Est. Sur un plan économique, la France est alors en quête de débouchés pour un certain nombre de produits. La normalisation et la détente des relations politiques ne peuvent que s’avérer profitables pour une France essayant de regagner sa place dans le système des relations internationales et ce, malgré les difficultés liées au contexte bipolaire.

  • 27 Cordebas (C.), « Les conditions des échanges entre la France et les pays de l’Est », Revue économiq (...)
  • 28 Conformément à ces accords, la Roumanie acceptait l’idée d’un dédommagement des intérêts français p (...)

23Dans ce cadre, les accords économiques signés par les deux parties le 16 décembre 1955, le 9 janvier 1957 et le 17 février 1958 sont essentiels. Partant d’un niveau presque nul, les relations économiques franco-roumaines connaissent une évolution progressive, enregistrant, à la fin de l’année 1957, près de 7 milliards de francs 27. La question des dédommagements liée aux pertes occasionnées en France lors de la guerre et suite aux mesures économiques adoptées par le régime de Bucarest entre 1947 et 1949 se voit également résolue à la fin de cette période, par l’accord du 9 février 1959, qui remplace l’accord financier du 24 décembre 1954 28.

  • 29 Rapport-synthèse de la légation de France à Bucarest sur la situation de la Roumanie pendant l’anné (...)
  • 30 Ibidem.
  • 31 Séance du Præsidium du Conseil des ministres du 28 février 1957, Archives nationales de Roumanie, f (...)
  • 32 Istoria politicii externe a României…, op.cit., p. 377 ; voir aussi Betea (Lavinia), Maurer şi lume (...)

24La fin de la période enregistre le début des contacts qui vont conduire aux relations amicales et étroites développées entre les deux pays lors de la décennie suivante (1958-1968). À coté du développement encore timoré des relations culturelles et sportives, à coté d’une relation économique de plus en plus importante en volume comme en valeur, une timide relation politique commence à se développer. En quête d’ouverture à l’Ouest, le régime de Bucarest fait les gestes les plus éloquents à l’égard de la France. C’est dans ce contexte qu’on doit interpréter les contacts établis en 1956, à Bucarest, par l’ancien ministre roumain des Affaires étrangères, Gheorghe Tatarascu, avec l’ambassadeur de France, Pierre Francfort, ainsi que le sens des déclarations telles que : « La France doit retrouver sa place en Roumanie tant sur le plan culturel que politique et son action devrait en particulier s’exécuter contre le réarmement allemand.» 29 De plus, le régime multiplie les signes d’intérêt pour le développement des relations bilatérales : invitations adressées aux scientifiques français, proposition de constitution d’un fond de bibliothèque français (sous contrôle roumain), ouverture des négociations pour une convention culturelle 30. L’ouverture du régime est encore timide et, dans les conditions de la crise de Suez et de la crise hongroise, les démarches visant au rapprochement franco-roumain subissent néanmoins les contrecoups liés aux attaques à l’encontre de la France. Mais, une année plus tard, en 1957, on assiste à une reprise réelle des contacts bilatéraux. La visite d’une délégation parlementaire française à Bucarest, la tournée du Théâtre national de Bucarest en France, les négociations en faveur d’une convention culturelle entre les deux pays témoignent du rapprochement souhaité par les deux pays 31. En mai 1958, la visite du président du Præsidium de la Grande Assemblée nationale, Ion Gheorghe Maurer s’accompagne de discussions avec le président de la République, René Coty. Ces événements marquent la fin de la période et ouvrent la voie à de nouvelles relations roumano-françaises pendant les années 1944-1968 32.

  • 33 Sociétés mixtes roumano-soviétiques constituées avec une participation soviétique en nature (les bi (...)
  • 34 Tismaneanu (Vladimir), op.cit., p. 15 et suivantes.
  • 35 Durandin (Catherine), Histoire des Roumains, Fayard, Paris, 1995, p. 235-236.
  • 36 Tanase (Stelian), Elite şi societate. Guvernarea Gheorghiu-Dej (Elites et société. Le gouvernement (...)

25Le retrait des troupes d’occupation soviétiques de Roumanie, en 1958, suivi de celui des conseillers et par la dissolution des Sovrom 33, contribue fondamentalement à la nouvelle orientation de la Roumanie. Refusant l’imposition d’une spécialisation au sein du COMECON (le fameux plan Valev qui cantonne la Roumanie à un rôle agraire de fournisseur de matières premières et de produits alimentaires aux pays développés du bloc communiste) et, dans le même temps, craignant d’être renversée par les soviétiques, l’élite communiste roumaine au pouvoir s’éloigne de plus en plus de Moscou34. Une telle politique étrangère dont l’expression la plus connue est la Déclaration, dite d’indépendance, du Parti ouvrier roumain d’avril 1964, se développe au cours des années 1958-1968. Bien que subissant la pression soviétique, la Roumanie est à la recherche de marchés pour ses produits et de financements pour le développement de ses programmes technologiques et militaires. Elle choisit alors la voie d’une normalisation de ses relations avec les pays occidentaux : action perçue à la fois comme un contrepoids à l’Union soviétique et aux autres pays du bloc communiste et comme seule voie d’accomplissement de ses programmes économiques 35. La relative indépendance de chacun des Partis communistes quant à la « réalisation » du socialisme constitue une garantie pour le maintien du statut et du pouvoir des élites communistes en place à Bucarest ; même si la crainte d’une intervention soviétique visant le remplacement de cette élite est l’un des principaux ressorts d’une action en faveur d’une politique extérieure indépendante 36.

  • 37 Bozo (Frédéric),« De Gaulle, l’Amérique et l’Alliance Atlantique. Une relecture de la crise de 1966 (...)

26De son coté, la France s’engage de plus en plus, notamment après la crise de 1958 et l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, dans une politique autonome au sein du monde occidental. Les réserves exprimées face à l’accroissement de l’implantation des forces armées de l’OTAN sur son territoire et le refus de la subordination militaire à l’état-major américain amènent la France à développer une politique étrangère et de défense indépendante. L’évacuation des troupes étrangères du sol français et le retrait partiel du commandement intégré de l’OTAN, en 1966, couronnent une politique qui couvre presque une décennie 37.

  • 38 « Romania », Yearbook on International Communist Affairs, 1967, The Hoover Institution on War, Revo (...)

27Dans ce cadre, animées par des ambitions divergentes, voire même contradictoires, mais construites autour d’intérêts communs visibles, les relations franco-roumaines connaissent une évolution accrue sur tous les plans. Les visites en France d’Alexandru Barladeanu, à la tête d’une délégation économique, d’Ion Gheorghe Maurer, président du Conseil des ministres de la Roumanie socialiste (juin 1959 et juillet 1964), ainsi que du ministre français des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville (avril 1966) se succèdent pendant la période. Les échanges économiques s’accroissent et la France occupe la troisième place (après la RFA et les États-Unis) au classement des partenaires commerciaux occidentaux de Bucarest 38. En outre, des accords réglementant la collaboration culturelle, technologique et économique sont signés en 1964 et un accord sur la collaboration dans le domaine de l’énergie nucléaire est signé en 1967.

28L’apogée de ces relations bilatérales est atteint avec la visite du général de Gaulle en Roumanie du 14 au 18 mai 1968. Aspect important de la politique française à l’Est, basée sur la rupture des blocs et sur l’encouragement des dissidences dans le camp communiste, la visite constitue aussi pour le régime communiste roumain la légitimation de ses aspirations indépendantistes et un appui important dans sa quête de visibilité sur la scène politique internationale. Les événements qui suivent la visite du général de Gaulle en Roumanie – l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie et la condamnation par la Roumanie des actions soviétiques – semblent soutenir l’investissement français dans le régime roumain même si d’autres événements devaient à nouveau ternir les relations franco-roumaines.

Haut de page

Notes

1 Même si des dépouillements ont été effectués dans les archives se rapportant à la guerre froide dans les deux pays, en particulier dans les archives françaises, plus « généreuses » sur le sujet que les archives roumaines, il existe peu d’études consacrées à l’évolution des relations franco-roumaines si on les compare à celles qui ont été consacrées à l’étude des politiques étrangères des deux pays pour la période. Cependant, on peut citer quelques travaux significatifs : Schreiber (Thomas), Les actions de la France à l’Est ou les absences de Marianne, L’Harmattan, Paris, 2000 ; Guènard (Annie), « De la reconstruction à l’éviction. Entre 1944 et 1949, une politique culturelle française en Europe centrale et orientale confrontée à l’organisation du Bloc communiste », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 36, 1994, n° 36, p. 21-27 ; Georgescu (Maria), Midan (Christophe), Un exemple de coopération bilatérale. Les attachés militaires français en Roumanie et roumains en France (1860-1940), Éditions militaires, Bucarest, 2003

2 Istoria politicii externe a României (Histoire de la politique étrangère de la Roumanie), Éditions Enciclopedica, Bucarest, 2003, p. 340.

3 Ibidem, p. 344-345.

4 Archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 70-71, vol. 10, 1945-1948, documents non-numérotés et non-reliés.

5 Pour une analyse des objectifs de la politique étrangère de la France dans l’Europe centrale et orientale pendant ces années voir : Schreiber (Thomas), Les actions de la France à l’Est ou les absences de Marianne, L’Harmattan, Paris, 2000.

6 Doise (Jean), Vaïsse (Maurice), Politique étrangère de la France. Diplomatie et outil militaire, Éditions du Seuil, Paris, 1992, p. 500-520.

7 Sur la composante culturelle de la politique étrangère française vis-à-vis des pays de l’Europe centrale et orientale : Guénard Annie, op.cit., surtout p. 22-24.

8 Pour le rôle joué en Roumanie par les services culturels de la France dans la diffusion des valeurs françaises pendant la guerre et dans le cadre de l’opposition à la politique officielle de Vichy, se reporter à la thèse de doctorat de Ana-Maria Stan, Les relations franco-roumaines à l’époque de Vichy 1940-1944, thèse de doctorat en cotutelle, Université Bolyai, Cluj-Napoca et Université Paris IV-Sorbonne, soutenue en 2005. Un chapitre entier est consacré au sujet.

9 Un rapport du ministre de la Roumanie envoyé au ministère roumain des Affaires étrangères le 19 avril 1946 remarquait, en faisant un bilan de la connaissance de la Roumanie par l’opinion publique et le monde politique français qu’« on constate encore que, si les difficultés actuelles de la Roumanie sont connues d’une manière générale et dans leurs traits majeurs ; en revanche, les événements qui se sont déroulés jusqu’à la fin des hostilités et, en particulier, la contribution de la Roumanie à la lutte contre l’hitlérisme, sont connus d’une manière incomplète et même ignorés par beaucoup ». Archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 70-71, vol. 10, 1945-1948, documents non-numérotés et non-reliés.

10 Ibidem. On peut citer parmi d’autres : l’échange d’émissions radiophoniques entre Radio France et Radio Roumanie (Légation roumaine de Paris au ministère roumain des Affaires étrangères les 22 octobre et 26 novembre 1946 et 28 mars 1948) ; les conférences réalisées par des membres de la colonie roumaine installée en France, notamment Eugène Ionesco, Constantin Virgil Gheorghiu, Paleologu etc. (Légation roumaine de Paris au ministère roumain des Affaires étrangères le 14 juin et le 10 août 1946, rapports d’activité de l’attaché culturel des 13 mars et 23 juin 1948) ; enfin, les expositions et les manifestations culturelles en faveur de l’aide aux victimes de la famine (exposition organisée par le comité franco-roumain pour l’aide aux victimes de la famine en Roumanie le 7 juillet 1947 – voir le rapport de la légation roumaine de Paris sur l’événement).

11 Ibidem, rapport n° 3254-14 du 14 avril 1948 de la légation de la République populaire roumaine adressé au ministre roumain des Affaires étrangères (2 pages) concernant la constitution et le fonctionnement de la Commission mixte franco-roumaine.

12 Voir : Becker (Jean-Jacques) et Bernstein (Serge), « L’anticommunisme en France », Vingtième siècle. Revue d’histoire, année 1987, vol. 15, n° 15, p. 17-28.

13 On peut, par exemple, citer la déclaration adressée aux ministres des Affaires étrangères britannique et français, le 15 juillet 1947, par un groupe d’exilés roumains à Paris parmi lesquels on comptait C. Antoniade, C. Bianu, G. Caranfil, D. N. Ciotori, Al. Cretzianu, G. Gafencu, G. Niculescu-Buzesti, N. Radescu, V. V. Tilea, C. Visoianu, qui soutenait l’attitude réelle et favorable du peuple roumain face à la conférence économique européenne (plan « Marshall ») et qui condamnait la non-participation du régime communiste au pouvoir en Roumanie. Voir : Istoria politicii externe a României…, op.cit., p. 357.

14 Sur le phénomène de l’exil et du refuge politique en France après la Deuxième Guerre mondiale, on peut évoquer les conclusions de l’étude : « Exilés et réfugiés politiques dans la France du XXe siècle », Matériaux pour l’histoire de notre temps, année 1996, vol. 44, n° 44, p. 6-71.

15 Eugène Ionesco est un membre actif de l’association d’amitié franco-roumaine de Paris (Association France-Roumanie). Il prononce plusieurs conférences sur la Roumanie, sur la civilisation et la culture roumaine. Ce que font aussi Virgil Gheorghiu ou M. Paleologu. Alexandru Ciorănescu occupe même, pour quelques années, le poste d’attaché culturel auprès de la légation de la Roumanie à Paris (sa signature est présente sur les rapports d’activité du service culturel roumain dès 1945 jusqu’à son remplacement à l’automne 1947). En ce qui concerne Monica Lovinescu, elle arrive à Paris en juin 1948 parmi la dernière série des boursiers roumains de l’État français. Le concours supervisé en Roumanie par Lucreţiu Pătrăşcanu, représentant du gouvernement roumain dans la commission d’admission, avait attribué 15 bourses d’études en France aux jeunes roumains candidats au concours organisé par le service culturel de l’ambassade de France à Bucarest. Parmi ces 15 boursiers, seulement trois ont obtenu leurs passeports et leurs visas. À part Monica Lovinescu, les deux autres bénéficiaires de la confiance des autorités communistes furent l’esthéticien Klein et le peintre Istrati. Archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 70-71, 1945-1948, vol. 10 et 11, fonds 70-71, vol. 10, 1945-1948, documents non numérotés et non reliés, passim.

16 Doise (Jean), Vaïsse (Maurice), op.cit., p. 500-514.

17 Guénard (Annie), op.cit., p. 25-26.

18 Sur la politique soviétique visant le démantèlement de l’influence française dans l’Europe de l’Est et sur les initiatives qui ont abouti à des actions contre les intérêts français dans cette région en 1948 (fermetures des centres culturels et des bibliothèques jusqu’à l’arrestation des employés de ces institutions et l’expulsion du personnel français), voir : Narinski (Mikhail), « La politique soviétique à l’égard des pays de l’Europe occidentale de 1941 à 1945 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, année 1995, vol. 37, n° 37, p. 2-7 ; pour son développement sur le domaine culturel et des relations diplomatiques, voir Guénard (Annie), op.cit., pour sa compréhension de la dynamique des relations de la France avec l’Europe de l’Est, Schreiber (Thomas), op.cit.

19 Concernant le travail accompli par les diplomates français en poste à Bucarest pendant ces années et les rapports de l’ambassade de France en Roumanie en 1947-1948 sur l’évolution de la situation en Roumanie et sur les sévices infligés aux opposants du régime et aux cultes religieux catholique et orthodoxe, se reporter à : Bozgan (Ovidiu), România versus Vatican. Persecuţia Bisericii Catolice din România comunistă în lumina documentelor diplomatice franceze (LaRoumanie contre le Vatican. La persécution de l’Église Catholique dans la Roumanie communiste à la lumière des documents diplomatiques français), Éditions Sylvi, Bucarest, 2000.

20 Sur les incidents impliquant l’ambassade roumaine à Paris et les autorités françaises, voir les procès verbaux n° 4, 3 août 1948 et n° 18, 20 octobre 1948, des réunions du secrétariat du Comité central du Parti ouvrier roumain, Arhivele Naţionale ale României (Archives Nationales de Roumanie), Stenogramele şedinţelor Biroului Politic al Comitetului Central al Partidului Muncitoresc Român (Sténogrammes des réunions du Bureau Politique du Comité central du Parti ouvrier roumain), vol. 2, 1949, Bucarest 2002, p. 119-121 et 318-320.

21 Procès verbal n° 19 de la réunion du secrétariat du Comité central du Parti ouvrier roumain, 28 octobre 1948, ibidem, p. 335.

22 Procès verbal n° 23 de la réunion du secrétariat du Comité central du Parti ouvrier roumain, 17 novembre 1948, Ibidem, p. 374-375. Voir aussi : Schreiber (Thomas), op.cit., p. 35-40.

23 Ibidem, p. 58-59. Ilinca (Alina), Bejenaru (Liviu, Marius), « Aventurile unui ataşat militar francez în România populară (Les aventures d’un attaché militaire français dans la Roumanie populaire) », Studii şi Materiale de Istorie Contemporană (Études et Matériaux d’Histoire Contemporaine), nouvelle série, vol. 4, Bucarest, 2005, p. 103-124.

24 Arhivele Nationale ale României (Archives nationales de Roumanie), Stenogramele şedinţelor Biroului Politic al Comitetului Central al Partidului Muncitoresc Român (Sténogrammes des réunions du Bureau Politique du Comité Centrale du Parti Ouvrier Roumain), vol. 3, 1950-1951, Bucarest 2004, p. 141-142 et passim.

25 Des dossiers entiers pour chaque année sont remplis de ces seuls rapports sur l’évolution de l’image du pays et du régime dans l’opinion publique et dans la presse écrite et audiovisuelle. Citons par exemple : le rapport sur l’image de la RPR dans la presse française pour la période septembre-octobre 1954 adressé au ministère roumain des Affaires étrangères par l’attaché de presse de l’ambassade de Roumanie à Paris, le 10 novembre 1954, archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 220/1954, IIIe direction, relations, dossier presse,

26 Sur les origines de la singularisation de la position de la Roumanie au sein du bloc communiste et sur les origines de la nouvelle politique étrangère de Bucarest, il existe une importante bibliographie qui dépasse le cadre de la présente étude. Citons néanmoins : Montias (John Michael), « Background and Origins of the Rumanian Dispute with COMECON », Soviet Studies, vol. 16, n° 2, october 1964, p. 125-151 ; Tismaneanu (Vladimir), Gheorghiu-Dej and the Romanian Worker’s Party : From De-Sovietization to the Emergence of National Communism, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Working Paper n° 37, Cold War International History Project, Washington D.C., 2002.

27 Cordebas (C.), « Les conditions des échanges entre la France et les pays de l’Est », Revue économique, année 1958, vol. 9, n° 3.

28 Conformément à ces accords, la Roumanie acceptait l’idée d’un dédommagement des intérêts français pour une somme totale de 12 millions de dollars américains payables par tranches prélevées sur les exportations roumaines en France (8 % du montant de la valeur de ces exportations). Les négociations ont été très longues et reflètent l’évolution tendue des relations bilatérales pour cette période. Archives du ministère roumain des Affaires étrangères, fonds 220, Direction, III Relations, vol. 1954, pages non numérotées et non reliées, Rapport de la légation de la Roumanie en France n° 141/1954 du 18 juin 1954 et rapport n° 301 du 4 décembre 1954 de la délégation roumaine aux négociations économiques avec la France. Voir aussi Istoria politicii externe a României …, op.cit., p. 375-378.

29 Rapport-synthèse de la légation de France à Bucarest sur la situation de la Roumanie pendant l’année 1956, Bucarest, 6 février 1957, archives du ministère français des Affaires étrangères, Série Z, Europe 1944-1960, Roumanie, dossier 131, f. 189-210, publié par Bozgan (Ovidiu), Catanus (Dan), « Diplomaţia franceză şi România anului 1956 (La diplomatie française et la Roumanie d l’année 1956) », Arhivele Totalitarismului, (Archives du totalitarisme), annéeXII, n°42-43, 1-2/2004, p.168-193.

30 Ibidem.

31 Séance du Præsidium du Conseil des ministres du 28 février 1957, Archives nationales de Roumanie, fonds présidence du Conseil des ministres, dossier 4/1957, p. 7, 34, 35.

32 Istoria politicii externe a României…, op.cit., p. 377 ; voir aussi Betea (Lavinia), Maurer şi lumea de ieri. Mărturii despre stalinizarea României (Maurer et le monde d’hier. Témoignages sur la stalinisation de la Roumanie), Fondation Ioan Slavici, Arad, 1995, p. 169.

33 Sociétés mixtes roumano-soviétiques constituées avec une participation soviétique en nature (les biens des pouvoirs ou sujets de l’Axe sur le territoire roumain étaient considérés comme butin de guerre par l’Armée rouge) qui ont joué un rôle de premier ordre dans l’exploitation économique menée par les soviétiques en Roumanie. Sur le rôle néfaste desdites sociétés sur l’économie roumaine et sur les pertes enregistrées par l’économie roumaine, voir : Alexandrescu (Ion), Economia României în primii ani postbelici 1944-1947 (L’économie de la Roumanie dans les premières années d’après guerre1944-1947), Éditions Stiintifica si Enciclopedica, Bucarest, 1986, p. 214-220.

34 Tismaneanu (Vladimir), op.cit., p. 15 et suivantes.

35 Durandin (Catherine), Histoire des Roumains, Fayard, Paris, 1995, p. 235-236.

36 Tanase (Stelian), Elite şi societate. Guvernarea Gheorghiu-Dej (Elites et société. Le gouvernement Gheorghiu-Dej), Humanitas, Bucarest, 2006, IIe édition, 2006, p. 156-170.

37 Bozo (Frédéric),« De Gaulle, l’Amérique et l’Alliance Atlantique. Une relecture de la crise de 1966 », Vingtième Siècle, année 1994, vol.43, n° 43, p. 55-68.

38 « Romania », Yearbook on International Communist Affairs, 1967, The Hoover Institution on War, Revolution and Peace, Stanford, California, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serban Pavelescu, « Entre suspicion et confidence : les relations franco-roumaines dans les deux premières décennies de la guerre froide », Revue historique des armées, 244 | 2006, 98-107.

Référence électronique

Serban Pavelescu, « Entre suspicion et confidence : les relations franco-roumaines dans les deux premières décennies de la guerre froide », Revue historique des armées [En ligne], 244 | 2006, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/5982

Haut de page

Auteur

Serban Pavelescu

Chercheur à l’Institut d’études politiques de défense et d’histoire militaire. Spécialiste de l’histoire des relations internationales, il prépare un doctorat à l’IEP de Paris, sous la direction de Patrick Michel, portant sur les relations entre l’Église et l’État dans la reconstruction sociétale des ex-États communistes des Balkans dans les années de l’après guerre froide.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org