Navigation – Plan du site
Document

Le dossier du général Victor Pétin

La carrière d’un officier, attaché militaire en Roumanie dans les années 1920
Michel Roucaud
p. 108-11

Texte intégral

1Le département Terre du Service historique de la Défense conserve, dans la série Y, plus de 4 millions de dossiers d’officiers de l’Ancien Régime à nos jours. La série Yd, regroupe les dossiers de carrière des maréchaux et des officiers généraux. Le dossier du général de corps d’armée Victor Pétin s’y trouve conservé sous la cote 13 Yd 1518.

2Ce dossier, comme les autres, est composé de diverses pièces qui retracent la carrière militaire de cet officier de la date de son entrée en école à la date de son décès. On trouve dans les dossiers de personnel différents modèle E, pièces qui comportent notation et évaluation de l’officier, différents états signalétiques et des services, pièces de chancellerie qui retracent à instant T, les différentes affectations, promotions et décorations de l’intéressé, s’y ajoutent les campagnes et parfois, les blessures et les sanctions disciplinaires. Ces dossiers comportent aussi bien souvent des pièces d’état civil : extraits de l’acte de naissance et de l’acte de mariage, etc. Enfin, il n’est pas rare d’y trouver des correspondances de nature administratives, soit de la main même de l’intéressé, soit de ses supérieurs.

3Le dossier de carrière du général Pétin, attaché militaire en Roumanie dans les années 1920, chef d’état-major de la mission militaire en Roumanie pendant la Grande Guerre, éclaire aujourd’hui la vie de cet officier

4Pétin, Victor-Eugène-Lucien-Gabriel.
Né à Bordeaux, le 17 juin 1872-Décédé à Haironville (Meuse), le 20 juin 1962.
Marié à Thérèse-Marie-Pauline Robert de Massy le 20 octobre 1904.

5Entré à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr le 21 octobre 1891, Victor Pétin en sort deux années plus tard 100e sur 449 élèves. Nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1893, il est affecté au 7e bataillon de chasseurs à pied à Nice. « Assidu à toutes les taches qu’on lui confie, très séduisant, très intelligent…, à l’étoffe d’un excellent officier » dit déjà de lui son chef de corps à la notation de 1894. En 1897, il demande un congé de trois mois pour partir en Bavière et en Autriche afin de se perfectionner en langue allemande. Au concours de 1900, Victor Pétin est reçu à l’ École supérieure de guerre à Paris. Diplômé d’état-major avec la mention « bien » et sorti 52e sur 84, il est affecté le 31 octobre 1902 à l’état-major de la 29e division d’infanterie à Grenoble. Promu capitaine au choix le 23 septembre 1904, Victor Pétin reçoit pour affectation le 31 octobre 1904 le 20e bataillon de chasseurs à Baccarat qu’il rejoint le 31 décembre 1904.

6Prenant le commandement d’une compagnie en avril 1905, le capitaine Pétin « sait obtenir beaucoup de ses subordonnées, tout en se faisant aimer d’eux » observe son chef de corps, le chef de bataillon Berthelot dans la notation de 1906. À l’issue de son temps de commandement, il est nommé le 23 juin 1907 à l’état-major du 20e corps d’armée à Nancy. Il prend une part très active dans les différents services d’état-major qui lui sont confiés et notamment dans l’élaboration du plan de mobilisation au niveau du corps d’armée au cours de l’hiver 1908-1909. De 1909 à 1910, il fait preuve de « zèle et d’assiduité à l’occasion du fonctionnement de l’école régionale d’instruction de Nancy ». Le 13 février 1910, il est détaché à l’état-major particulier du ministre de la Guerre, le général Jean-Jules Brun, à Paris.

7« Le ministre apprécie tout particulièrement les services rendus par cet officier de toute première valeur » écrit le général chef de cabinet à la notation de 1910. Au cabinet, il est chargé de l’étude des questions relatives à la réforme du haut commandement et à la création du Centre des hautes études militaires. Courant 1911, il sert au 1er bureau de l’état-major de l’armée et se fait remarquer pour ses très grandes compétences en matière d’organisation. Le 5 mars 1911, le ministre de la Guerre inscrit le capitaine Pétin au tableau d’avancement. Par suite d’un imbroglio administratif qu’il supporte très dignement, il n’est promu chef de bataillon hors tour que le 28 mars 1913. Nommé sucessivement au commandement d’un bataillon du 79e régiment d’infanterie, le 9 juin 1913, puis du 20e bataillon de chasseurs le 23 juillet 1914, il part en campagne contre l’Allemagne le 3 août 1914 avec de nouveau un bataillon du 79e d’infanterie.

8Promu lieutenant-colonel à titre temporaire le 10 octobre 1914 (et à titre définitif le 2 juillet 1915), il prend officiellement le commandement du 79e, qu’il commande de fait depuis le 29 août. Victor Pétin, « chef de corps remarquable au 79e régiment d’infanterie a donné toute la mesure de ses hautes qualités militaires personnelles et de ses hautes qualités militaires personnelles et de la confiance qu’il a su inspirer à son régiment en enlevant dans une offensive superbe plusieurs lignes ennemies très fortement retranchées ». Le 13 novembre 1915, il est affecté en position hors-cadre au 3e bureau du Grand Quartier général. Il y rédige de nombreux règlements et assure les fonctions d’officier de liaison. Le 22 septembre 1916, il rejoint la mission militaire française en Roumanie. Promu colonel le 31 décembre 1916, après seulement un an et demi de grade de lieutenant-colonel, puis au grade de général de brigade à titre fictif le 6 février 1918, il prend une large part au cours de l’année 1917 comme chef d’état-major de la mission à la réorganisation de l’armée roumaine. « Aété la cheville ouvrière de la mission dans tout le travail de réorganisation de l’armée roumaine » dit de lui le général Berthelot, chef de la mission. Le 9 mars 1918, il quitte la Roumanie.

9Rentré en France, le colonel Pétin, après un stage à l’infanterie divisionnaire de la 151e DI prend le commandement par intérim de l’infanterie divisionnaire de la 33e division (le 27 juillet 1918) avec laquelle il participe aux dernières batailles de la guerre. « Commandant de troupes d’attaque au cours de la bataille du 12 août au 6 septembre (1918) a fait preuve d’une remarquable distinction, d’un courage superbe et d’un absolu sang-froid. » « A montré une fois de plus au cours de la bataille de Guise – 17 octobre-6 novembre (1918) – ses brillantes qualités militaires. »

10Victor Pétin est nommé provisoirement commandant de la 66e brigade le 21 janvier 1919. Le 2 avril 1919, il est de nouveau envoyé en mission à Bucarest pour quatre ans comme attaché militaire. « Sa grande activité et son savoir faire en font un collaborateur très estimé du ministre de France à Bucarest. » (Note du général Alby, chef d’État-Major général datée du 15 octobre 1919). À son retour en France, il retrouve l’état-major général de l’armée. Le colonel Pétin est nommé général de brigade à titre définitif par décret du 20 mars 1923 et suit la même année les cours du Centre des hautes études militaires. Il a 51 ans.

11Commandant de l’infanterie divisionnaire de la 19e division à Dijon le 1er février 1924, le général Pétin prend, le 10 juillet 1924, les fonctions de chef d’état-major du général Baucheron de Boissoudy, membre du Conseil supérieur de la guerre où il s’affirme toujours parmi les meilleurs. Le 25 janvier 1925, il est mis à disposition d’un autre membre du Conseil supérieur de la guerre, le général Duport. Fin janvier 1927, ayant demandé à servir au Maroc, le général Pétin quitte ses fonctions.

12À son arrivée au Maroc, le 5 mars 1927, Victor Pétin prend le poste de général adjoint au général commandant la division de Fès. Très vite, il participe aux opérations : « Après avoir dirigé avec succès le nettoyage de la région de Moulay Amrane le 18 mai et de l’oued Dessaia le 20 mai 1927, a pris le commandement de la colonne chargée de l’effort principal au cours des opérations entreprises au Nord-Ouest d’Ouezzan. (…) s’est emparé presque sans pertes, le 29 mai 1927, de la crête des Beni Maouia et du village de Dar Kouch, le 30 mai d’Asserdoum, le 2 juin de Bab Tazimarane, atteignant bien avant les dates prévues, dans une région particulièrement difficile, les objectifs qui lui avaient été assignés sur le terrain. »

13Promu général de division le 6 mars 1928, Victor Pétin prend le commandement de la région et de la division de Fès. À ce poste, « le général Pétin a déployé encore une très grande activité dans ses taches administratives et politiques de la région de Fès » note Lucien Saint, résident général de France au Maroc le 24 novembre 1928. Il confirme son appréciation le 30 octobre 1929 : « Cet officier général donne toute satisfaction dans le commandement politique et militaire particulièrement délicat qui lui est confié », et il récidive le 5 décembre 1930 à l’heure où Victor Pétin quitte le Maroc : « Officier général très brillant qui a donné toute satisfaction dans le commandement délicat de la région de Fès qu’il a exercé pendant trois ans. »

14Promu général de corps d’armée à compter du 24 septembre 1930, le général Pétin prend le commandement de la 17e région à Toulouse à la même date, puis celui de la 1re région à Lille le 12 novembre 1931. Il s’y montre « excellent sachant donner une égale importance à toutes les parties du service » (notation du 15 octobre 1932), « susceptible de très bien réussir dans tous les domaines » (notation du 1er novembre 1933).

15Le 27 juin 1934, le général Pétin passe dans le cadre de la deuxième section de l’État-Major général de l’armée.

16Rappelé à l’activité le 2 septembre 1939 au moment de la déclaration de guerre contre l’Allemagne, il est nommé attaché militaire en Roumanie. Le 1er janvier 1940, sans avoir rejoint la Roumanie et après avoir fait campagne en France, le général de corps d’armée Victor Pétin repasse dans le cadre de réserve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Roucaud, « Le dossier du général Victor Pétin », Revue historique des armées, 244 | 2006, 108-11.

Référence électronique

Michel Roucaud, « Le dossier du général Victor Pétin », Revue historique des armées [En ligne], 244 | 2006, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/6022

Haut de page

Auteur

Michel Roucaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org