Navigation – Plan du site
Dossier

Occuper l’Allemagne après 1918

La présence française en Allemagne avant l’apaisement de Locarno ou la continuation de la Grande Guerre par d’autres moyens
Nicolas Beaupré
p. 9-19

Résumés

L’histoire de la présence française en Allemagne dans l’entre-deux-guerres connaît depuis une dizaine d’années un renouvellement historiographique. Ce renouvellement permet à la fois de relier entre-elles les différentes expériences d’occupations, de les aborder du point de vue des occupants et des occupés et de les inscrire dans le contexte d’une poursuite de la Grande Guerre par d’autres moyens. Se fondant sur ce renouveau historiographique, cet article met en effet en évidence les liens de continuités qui relient aussi bien sur le plan de la haute politique, mais aussi sur le terrain, ces différentes expériences avec la Grande Guerre. La mémoire encore vive du dernier conflit est en effet sans cesse mobilisée par les occupants comme par les occupés tout en étant transformée et adaptée aux différentes situations. Dans ce contexte, la rupture de l’apaisement suite aux accords de Locarno prend encore davantage de relief. En même temps, la violence de la confrontation sur le terrain dans les années d’après-guerre nous oblige à réinterroger en creux la profondeur de cet apaisement présenté parfois comme une prémisse à la réconciliation franco-allemande de la seconde après-guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notamment au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Pologne, pays également impliqués directement ou in (...)

1S’insérant à la fois dans le sillage du renouvellement historiographique des études de la Grande Guerre et dans celui, plus ancien, des relations internationales, l’histoire de la présence française en Allemagne connaît depuis une dizaine d’années un renouveau passionnant. En Allemagne surtout, mais également en France et ailleurs 1, de nombreux épisodes de cette histoire complexe trouvent leurs historiens qui les abordent avec de nouvelles approches.

  • 2  Jeannesson (Stanislas), Poincaré, la France et la Ruhr (1922-1924), Strasbourg, PUS, 1998. Lauter (...)
  • 3  Fischer (Conan), The Ruhr Crisis 1923-1924, Oxford 2003, Krumeich (Gerd), Schröder (Joachim) (dir. (...)
  • 4  Mignon (Nicolas), La Belgique francophone et l’occupation de la Ruhr (1923-1925), Louvain, mémoire (...)
  • 5  Koller (Christian), ‘Von wilden aller Rassen niedergemetzelt’. Die Diskussion um die Verwendung vo (...)

2Dans cette reviviscence historiographique, deux questions dominent cependant. La première est celle du climax de cette « guerre froide franco-allemande » : l’occupation de la Ruhr. Si cet épisode était déjà bien documenté, de nouveaux ouvrages ont renouvelé notre regard et ce, aussi bien sur le plan politique 2, que social et culturel 3. Ces travaux ont notamment remis en lumière la violence de la confrontation entre occupants et occupés sur le terrain – une violence multiforme masquée parfois par l’euphémisme de « résistance passive » utilisé à l’époque. Ils mettent également en évidence l’intensité du réinvestissement lors de cette confrontation, de la mémoire de la Grande Guerre et ce, aussi bien chez les Français, que chez les Allemands ou les Belges 4. Le second aspect de la question des occupations d’entre-deux-guerres ayant bénéficié d’un regain d’intérêt encore plus manifeste est celui de la campagne raciste dite de la « Honte Noire » dénonçant la présence de troupes coloniales françaises en Rhénanie. Celle-ci, bénéficiant de l’intérêt des jeunes chercheurs pour les questions du « genre » et les « études postcoloniales », a ainsi fait l’objet d’au moins quatre monographies dans la dernière décennie 5.

  • 6  Entre autres : Wein (Franziska), Deutschlans Strom-Frankreichs Grenze. Geschichte und Propaganda a (...)
  • 7  La dernière en date : Schlemmer (Martin),  Los von Berlin. Die Rheinstaatsbestrebungen nach dem Er (...)
  • 8  Linsmayer (Ludwig), Politische Kultur im Saargebiet 1920-1932, St. Ingbert, Werner J. Röhrig Verla (...)
  • 9  Estimation sachant que les occupants étaient au nombre de 100 000 dans les territoires rhénans dan (...)

3Si ces deux aspects se taillent la part du lion dans les études consacrées à la présence française en Allemagne, d’autres aspects trouvent aussi leurs historiens. La propagande et la politique de « pénétration pacifique » continuent d’intéresser les historiens qui mettent en évidence les nombreux champs qu’elle a embrassés : arts, littérature, presse… 6 Corollaire de cette thématique, la question du séparatisme qui intéresse depuis longtemps les historiens allemands continue d’être étudiée et de donner lieu à de volumineuses études 7. Le cas particulier de la Sarre, s’il reste encore bien moins étudié que celui de la seconde après-guerre, fait également l’objet de monographies souvent fondées sur des thèses récentes. Il en va de même pour l’autre mandat de la SDN impliquant la présence de troupes françaises en nombre, celui de la haute Silésie de 1920 à 1922 8. Toutes ces études nous permettent de jeter un nouveau regard sur la question de la présence française en Allemagne dans l’entre-deux-guerres et d’envisager de nouveaux questionnements. Ces derniers permettent également de rattacher les différents épisodes de cette histoire à celle de la Grande Guerre que, sous bien des aspects, ils prolongent. C’est sous cet angle que nous nous proposons de présenter ici succinctement la présence militaire et civile française en Allemagne après la Grande Guerre. Une présence qui représente le plus important point de contact et de friction entre les deux pays entre 1918 et 1930. En effet, même s’ils étaient géographiquement limités, ces rapports directs entre Français et Allemands n’en concernèrent pas moins des populations numériquement importantes. Induits par le résultat de la guerre et par les traités, ils concernèrent de fait environ 12 à 15 millions d’Allemands au moins et sans doute  plus de 200 000 à 300 000 soldats et fonctionnaires français, parfois accompagnés de leur famille 9.

4De fait, les relations franco-allemandes – prises au sens large de relations entre Allemands et Français – sont dominées pendant toute la période – en fait jusqu’au référendum de la Sarre en janvier 1935 – par ces questions régionales : celles des occupations des territoires rhénans (1918-1930), de la Ruhr (1923-1924), du mandat de la Société des Nations sur le territoire de la Sarre (1920-1935), auxquels il faut ajouter la présence d’un petit contingent français à Memel au nord de la Prusse orientale ainsi que dans le Schleswig-Holstein et un autre, bien plus important, en haute Silésie de 1920 à 1922.

L’occupation sous régime d’Armistice : premiers contacts, premières frictions

5Si la question de l’occupation française de l’Allemagne est spontanément associée au traité de Versailles, elle commence en fait bien avant. En effet, ce sont les conventions d’armistice du 11 novembre 1918 qui fixaient les premiers cadres juridiques à une occupation militaire préventive de l’Allemagne. Ces clauses (article 5) prévoyaient l’évacuation de toutes les troupes allemandes et le contrôle par les alliés de l’administration de ces territoires par les autorités locales ainsi que l’occupation par un contingent militaire comprenant des troupes françaises, belges, américaines et britanniques, les Français se voyant affecter la plus vaste des zones d’occupation. Les troupes françaises pénètrent donc en Allemagne dès la fin du mois de novembre 1918. Jusqu’à l’entrée en vigueur du traité de Versailles, le 10 janvier 1920, c’est ce régime qui est en place. Ces quelques mois vont déjà marquer profondément les relations entre populations occupantes et occupées.

  • 10  Note française sur la propagande de 1920 citée dans Wein, op.cit. p. 34.

6Au début, la population accueillit avec réserve mais parfois aussi avec soulagement les troupes françaises, qui étaient perçues comme apportant le calme dans une situation chaotique (problème de ravitaillement, troubles politiques, crise économique de sortie de guerre). Elles-mêmes tentaient de se persuader qu’elles bénéficiaient même du « prestige des vainqueurs » 10. Très rapidement cependant, la situation se dégrada, les relations entre « néo-occupants » et « néo-occupés » se tendirent et la réserve se mua peu à peu en hostilité. Avant donc de symboliser le « Schandvertrag », l’occupation symbolise et matérialise en même temps la défaite. Alors que la frontière occidentale du pays était restée inviolée pendant plus de quatre ans, elle était désormais franchie par l’ennemi.

  • 11  Sur la Sarre en 1918-1919, voir : Herrmann (Hans-Walter), 1919 – Schicksalsjahr für die Saarin  (...)
  • 12  Ophüls (Max), Spiel im Dasein. Eine Rückblende, Dillingen, Queisser, 1980 (1959), p. 41-42.
  • 13  Regler (Gustav), “Zur Zeit der Besetzung in Merzig 1919“ in : Tagebuch, inédit, Literaturarchiv Sa (...)
  • 14  Voir notamment les romans de Lisbeth Dill et plus particulièrement : Der Grenzpfahl, Stuttgart, De (...)

7Les années 1918 et 1919 sont, de ce point de vue, cruciales 11. Max Ophüls, alors adolescent, devait se souvenir dans ses mémoires bien des années plus tard de son émotion et des larmes de ses camarades lors d’une cérémonie organisée par son lycée la veille de l’entrée des troupes françaises en Sarre : les jeunes gens avaient dû, en silence, scruter cinq minutes durant la frontière que les troupes françaises allaient franchir 12. Gustav Regler, qui par la suite devait devenir l’un des animateurs du combat électoral contre le rattachement à l’Allemagne nazie, fulminait de colère rentrée en 1919 lors de l’occupation de sa petite ville Merzig. Dans son journal, il devait accuser les officiers français et les habitants frayant avec eux de se comporter « avec des manières rappelant celles en usage au bordel » 13. La littérature régionale devait d’ailleurs s’emparer de cette angoisse diffuse et fantasmée du viol du territoire par l’étranger 14.

  • 15  Ophüls (Max), op.cit., pages suivantes.
  • 16  Cabanes (Bruno), La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Par (...)
  • 17  Ce texte se trouve dans le livre blanc établi par le ministère des Affaires étrangères allemand : (...)

8De fait, les troupes françaises, si elles tentaient parfois de séduire la population 15, agirent aussi avec maladresse et brutalité. Il faut dire que l’image de l’ennemi « boche » est alors encore loin d’être « démobilisée ». Des recherches récentes ont même montré une haute intensité dans la haine de l’ennemi au moment de la sortie de guerre et de l’entrée en Allemagne 16. Pour preuve, en mai 1919, le général Andlauer, commandant les troupes d’occupation, se sentit obligé de publier une ordonnance selon laquelle le terme de « Boches » ne devait pas être utilisé pour désigner les Sarrois mais « uniquement les Prussiens et les Allemands demeurant en dehors de la Sarre ». La propagande allemande s’empara aussitôt de ce texte prouvant, selon elle, l’attitude haineuse des Français 17. De même, elle considérait l’emploi de troupes coloniales – tonkinoises et marocaines en Sarre – comme une humiliation délibérée. La tension entre occupants et occupés culmina en octobre 1919 lorsque l’armée, dépassée par des manifestations, dues au mauvais ravitaillement, qui tournèrent à l’émeute, tira dans la foule, tuant au moins huit civils. Un ouvrier pris avec une arme fut condamné à mort et exécuté.

  • 18  Cabanes, op.cit., p. 231. Kienitz (Sabine), « L’occupation française et la construction culturelle (...)

9Mais finalement, ce sont moins les actes de violences, les agressions qui vexèrent la population que les menus symboles qui rappelaient la domination étrangère. L’heure passa à l’heure française. Il fallait saluer le drapeau tricolore, descendre du trottoir pour laisser passer les militaires français, saluer les officiers. D’ailleurs, les altercations se produisaient souvent à ces moments-là 18. Elles émaillèrent ensuite toute l’histoire de la période. Ces altercations et autres frictions étaient aussi le résultat de ce que sous-tendait cette occupation des premiers mois : « l’occupant » signifiait aussi à « l’occupé » sa défaite par sa présence même sur son sol alors que la guerre avait eu lieu sur le sol français.

L’occupation : du signe de la défaite au symbole de Versailles

10À ces rappels quotidiens de la défaite s’ajouta bientôt l’humiliation du traité de Versailles. Après avoir été une manifestation de la défaite, l’occupation devenait en effet à la fois une conséquence, un symbole et une expérience vécue des effets directs du traité de Versailles. Déjà, dès novembre et décembre 1918, les discours prononcés par les officiers français devant les corps constitués des villes dans lesquelles ils pénétraient, ne manquaient pas, non seulement de signifier sa défaite à l’ennemi, mais se doublaient aussi bien souvent d’une condamnation morale qui annonçait, par bien des aspects, le fameux article 231 du traité de Versailles attribuant à l’Allemagne et à ses alliés la responsabilité morale de la guerre.

  • 19  Sur les cas de la Sarre et de la haute Silésie voir plus bas, sur le cas de Memel, nous renvoyons (...)

11Ce traité prévoyait en outre une présence militaire des Français, des Britanniques, des Américains et des Belges sur la rive gauche du Rhin et une partie de la rive droite à partir de janvier 1920 et pour une période de 5 à 15 ans suivant les territoires. Les Français héritaient à la fois de la plus grande des zones d’occupation – qui s’agrandit encore avec le retrait rapide des États-Unis – mais aussi de la direction de la haute commission interalliée aux territoires rhénans (HCITR) qui échut à Paul Tirard. Il convient d’ajouter ici que les Français héritaient aussi de la présidence de la commission de gouvernement de la Sarre mandatée par la SDN (Victor Rault), ainsi que celle de Memel (général Odry) et de la haute Silésie (général Le Rond) 19.

  • 20  Stibbe (Matthew), German Anglophobia and the Great War, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University (...)

12Se taillant la part du lion, les Français furent vite perçus comme les principaux occupants de ces territoires. Ils furent rapidement soupçonnés – parfois à juste titre – soit d’avoir des vues sur des portions de territoires, notamment en Sarre, ou d’attiser en sous-main le séparatisme rhénan, ou encore de favoriser la partie polonaise en haute Silésie. Ceci, conjugué à la mémoire de la guerre et au souvenir des négociations de Paris où les Français étaient apparus comme les plus durs à l’égard de l’Allemagne, explique pourquoi les campagnes d’opinion contre l’occupation étaient essentiellement dirigées contre la France, alors même que les Britanniques avaient été pendant la Grande Guerre un ennemi sans doute encore plus honni que les Français 20. Aux incidents et manifestations déjà présents avant janvier 1920, s’ajoutèrent rapidement une campagne d’opinion raciste contre les troupes d’occupation coloniales qui culmina en 1920-1921, puis ce que l’on appela la « résistance passive » lorsque les Français occupèrent la Ruhr à partir de janvier 1923.

La « Honte Noire »

  • 21  Nelson (Keith S.), “Black Horror on the Rhine: Race as a factor in post-World War diplomacy”, in : (...)
  • 22  Cabanes, op.cit., p. 262.
  • 23  Cité par Le Naour, op.cit., p. 40.

13Pour les militaires et politiques français, l’occupation étant légitimée, à la fois par la victoire et le traité, il leur appartenait de choisir les moyens à mettre en œuvre. L’envoi de troupes coloniales en faisait partie. Ce recours obéissait à des raisons pratiques mais aussi symboliques. Envoyer des troupes coloniales en Allemagne permettait de démobiliser plus vite les régiments de la métropole mais aussi, en quelque sorte, de « partager la victoire » avec les troupes coloniales qui y avaient contribué. Il était aussi possible de montrer aux Allemands, tout juste frustrés de leurs colonies, que la France ne se limitait pas au pays voisin mais qu’elle étendait sa puissance de par le monde 21. Il se peut aussi qu’il y ait eu une volonté délibérée d’humilier encore davantage l’ennemi vaincu 22 en l’occupant par des soldats qu’ils jugeraient « inférieurs ». Quoi qu’il en soit, certaines des premières réactions de la population pouvaient aller dans ce sens comme le montrent les rapports du contrôle postal français de Landau : « Nous sommes gardés par des Noirs. Tu vois comme la terre est drôle. Dans le temps, nous les avons civilisés, et, maintenant, ils viennent nous garder » écrivait un épistolier en juin 1919. Un autre d’ajouter trois mois plus tard : « Les Français pensent sans doute que les nègres sont assez bons pour nous surveiller. C’est pour nous une grave offense. Nous méritons des gens cultivés comme nous. Quelle horreur ! » 23

14Ces sentiments furent entretenus, exploités et attisés à des degrés divers par la presse, les autorités allemandes – notamment le ministère des Affaires étrangères –, les partis politiques, les leaders d’opinions, les artistes… Rares furent en fait ceux qui prirent la parole contre cette campagne à l’instar des socialistes indépendants ou de quelques intellectuels. Celle-ci s’inscrivait bien dans une forme de continuité avec la Grande Guerre puisque l’emploi de troupes coloniales par les alliés et en particulier par la France avait déjà fait l’objet de dénonciations dès 1914, notamment dans le fameux Appel au monde civilisé des 93 intellectuels et professeurs allemands.

  • 24  Le Naour, op.cit., p. 220.
  • 25  Bariety (Jacques), Les relations franco-allemandes après la Première Guerre mondiale : 10 novembre (...)
  • 26  Le Naour, op.cit., p. 220. Nelson, op.cit.

15Après une première vague d’indignation vers mars 1919, tout débuta véritablement en avril 1920. Contrevenant aux clauses du traité, la Reichswehr était entrée dans la région de la Ruhr pour mater les ouvriers insurgés depuis le putsch de Kapp. Les Français occupaient alors en représailles Francfort et Darmstadt. Des troupes marocaines, prises de panique, tirèrent à la mitrailleuse dans la foule lors d’une manifestation, causant plusieurs morts. Dès lors, la campagne se radicalisa. Médailles, films, revues, romans, pièces de théâtre, tout était bon pour dénoncer la présence des troupes coloniales accusées en particulier de viols et de prédation sexuelle. La campagne remplit dès lors une double fonction. Elle permettait tout à la fois de dénoncer l’ennemi comme de diffuser des normes de comportement en temps d’occupation tout en traduisant des angoisses profondes chez les hommes comme chez les femmes. La campagne avait en effet pour but de dresser des barrières infranchissables entre la France et les Rhénans et ce alors même que Tirard mettait en œuvre sa politique de « pénétration pacifique ». Il s’agissait de montrer ainsi que l’occupation était une « pénétration » qui n’avait rien de pacifique. Ce qui explique aussi son essoufflement au moment de la crise de la Ruhr. Quand il n’est plus question de « pénétration pacifique » mais de confrontation directe, l’une des fonctions de cette campagne – maintenir l’antagonisme – devient inutile. En effet, si au début de l’occupation de la Ruhr la rumeur resurgit, elle s’éteignit  rapidement car « l’armée française (…) [avait] pris bien soin de ne pas employer de tirailleurs » 24. Les atrocités imaginaires étaient aussi devenues inutiles car l’occupation de la Ruhr et les expulsions de Rhénanie (147 000 Allemands dont 46 200 fonctionnaires 25 et leur famille de janvier à novembre 1923) fournissaient sans doute assez d’arguments pour « prouver » les exactions de l’ennemi 26. La Ruhr représenta d’ailleurs sans aucun doute le climax de cette continuation de la guerre après la guerre du côté français comme du côté allemand. Mais avant même cet épisode, et en même temps que la « Honte Noire », la présence française en Allemagne était également contestée en Sarre et en haute Silésie.

Le cas des mandats de la SDN : une « autre occupation » française

  • 27  Ces pétitions sont notamment conservées à Genève aux archives de la SDN dans les fonds du secrétar (...)
  • 28  Becker (Frank), op.cit.

16Les « territoires à plébiscite » placés sous le mandat de la SDN n’étaient en effet pas stricto sensu des territoires occupés, les administrateurs de ces derniers étaient des militaires ou des civils français. De plus, d’importants contingents français étaient présents dans ces territoires. En Sarre, le premier président de la commission de gouvernement (1920-1926), le Français Victor Rault s’était très rapidement rendu très impopulaire. Les populations et l’ensemble des partis politiques sarrois l’accusaient de partialité dans la conduite de l’administration. Ils ne manquaient pas de rappeler dans nombre de lettres de protestations remises au secrétariat général de la SDN 27, que Rault était censé être au service de la SDN et non de la France. Il est vrai qu’étant donné la date éloignée du plébiscite prévu (15 ans), l’intérêt géopolitique comme économique de la région, certains cercles dirigeants français n’avaient pas complètement abandonné l’espoir de voir la Sarre revenir à la France. D’ailleurs, l’État français était déjà devenu propriétaire des anciennes mines d’État prussiennes. Il était donc devenu le principal employeur de la région. Ainsi chaque grève, chaque mouvement ouvrier pouvait potentiellement dégénérer en conflit national, ce qui ne manqua pas de se produire. De plus, le souvenir des morts d’octobre 1919 restait dans les mémoires, en Sarre mais aussi en Allemagne où il était cultivé notamment par la très active Fédération des associations sarroises (Bund der Saarvereine28.

17Si les accords de Locarno apaisèrent les relations franco-allemandes et si la France retira ses troupes de Sarre en 1927 avant même de retirer les dernières de Rhénanie (1930), la question sarroise demeura épineuse. La campagne électorale du plébiscite de 1935 commença de facto avant même l’arrivée des nazis au pouvoir. Ces derniers n’avaient plus qu’à prolonger politiquement et à récupérer – au besoin en la réinterprétant – l’opposition qui s’était construite entre occupants et occupés avant 1924-1925.

18Cette récupération fut aussi flagrante dans le cas de la haute Silésie qui avait pourtant duré moins longtemps et où les Français, s’ils étaient présents encore une fois comme « occupants » mandatés par la SDN, représentaient apparemment un ennemi secondaire par rapport aux Polonais. Néanmoins, cette crise représenta, avant même celle de la Ruhr, un conflit dont l’intensité était plus importante que l’occupation au quotidien en Sarre ou en Rhénanie, en dehors des périodes les plus tendues.

19La crise de haute Silésie, le plébiscite d’autodétermination et les trois insurrections  polonaises sont le plus souvent étudiés dans un cadre d’analyse germano-polonais qui se justifie en grande partie. Or, cet épisode est aussi une crise internationale et plus particulièrement franco-allemande. La décision de se mêler de très près à l’affaire silésienne avait des causes multiples. Il s’agissait de faire respecter le traité de Versailles dans un sens qui renforcerait la Pologne. La France pouvait ainsi se positionner en défenseur des nouvelles nations et des nationalités autrefois opprimées par les Empires centraux, tout en tirant de la situation des avantages géopolitiques et économiques. En 1919, Clemenceau entendait aussi fortifier la Pologne pour à la fois « contenir » et l’Allemagne et la nouvelle Russie. De plus, par cette politique, la France pouvait espérer priver l’Allemagne de sa seconde grande région industrielle – elle l’avait déjà privée des ressources de la Sarre – et la rendre plus dépendante encore de la Ruhr. Même si la crise a finalement été de courte durée (un peu moins de quatre années dont moins de 29 mois d’occupation – de février 1920 à juin 1922), elle continua de peser lourd dans la politique étrangère allemande de l’après-guerre et joua un rôle non négligeable sur les perceptions croisées germano-polono-françaises.

  • 29  Tooley, op.cit., Eichner, op.cit., p. 51.
  • 30  Eichner, op.cit., p. 56.

20Les troupes interalliées arrivèrent en février 1920 dans le territoire après l’entrée en vigueur du traité de Versailles qui prévoyait un plébiscite d’autodétermination. La situation sur place était déjà confuse et tendue. Les spartakistes étaient très actifs et une première insurrection des Silésiens d’origine polonaise avait déjà eu lieu en août 1919, suite à une grève générale dans le secteur industriel dont la répression avait fait dix morts. Vu ce contexte, le contingent envoyé par les puissances alliées fut assez important et comprenait à ses débuts environ 12 000 Français et 3 000 Italiens 29. Les troupes britanniques arrivèrent, ainsi que des renforts français, au fur et à mesure de la dégradation de la situation, notamment au moment du plébiscite. L’administration du territoire était confiée à une commission dirigée par le général Le Rond, qui avait été expert sur les questions polonaises lors de la conférence de Paix de Paris. De plus, au plan local, les Français contrôlaient plus de 11 districts sur les 21 que comptait la province. Ils représentaient donc, en sus des Polonais, l’ennemi principal pour les « Silésiens allemands ». Les relations entre troupes françaises et ces populations demeurèrent donc tendues et, comme ailleurs, marquées par une « haine » 30 héritée de la guerre ainsi que par ces incidents entre soldats et civils caractéristiques de cette période et déjà évoqués pour les autres régions d’Allemagne. Les « Silésiens allemands », de concert avec les autorités de Berlin, accusaient régulièrement les troupes françaises, si ce n’est de pactiser avec les Polonais, du moins de les favoriser et de représenter un danger au moins égal pour la défense de la germanité de la région.

  • 31  Tooley (T. Hunt), “German Political Violence and the Border Plebiscite in Upper Silesia, 1919-1921 (...)
  • 32  Eichner, op.cit. p. 99-101
  • 33  Tooley, op.cit., 1997, p. 218-252.

21La réalité est parfois plus nuancée, même s’il est vrai que le général Gratier qui commandait les troupes d’occupation et bon nombre de soldats pouvaient se considérer comme des libérateurs hostiles aux Allemands 31. Ainsi, les troupes françaises demeurèrent parfois passives lors des événements qui conduisirent au second soulèvement polonais. Celui-ci représenta la seconde crise grave dans le territoire : la rumeur à la mi-août 1920 de la prise de Varsovie par les bolcheviks provoqua des manifestations de joie parmi les Allemands, manifestations qui dégénérèrent en pillages et en destructions de magasins polonais à Kattowitz. Or, lors de ces événements, les troupes françaises ne réagirent guère pour réprimer ces émeutes nettement anti-polonaises. La réaction fut une seconde insurrection qui fit 90 morts. À ce moment, il y eut bien, semble-t-il, quelques fraternisations entre troupes françaises et insurgés polonais 32. Le soulèvement rendait d’autant plus urgente la bonne organisation du plébiscite dont la tenue était fixée pour mars 1921. La campagne électorale fut l’occasion de voir se cristalliser des images de l’autre très radicales et des allégeances identitaires fondées sur le cadre national. Même si dans l’ensemble, la campagne et le plébiscite se déroulèrent dans un ordre relatif, les violences politiques – notamment des corps francs – ne furent pas absentes. 707 488 votants s’exprimèrent en faveur de l’Allemagne et 479 369 pour la Pologne, ce qui faisait un peu moins de 60 % pour l’Allemagne. Le décompte était réalisé aussi en nombre de communes, ce qui faisait 844 pour l’Allemagne et 678 pour la Pologne 33. Mais sur place, le résultat ne calma pas les esprits, au contraire. En effet, après délibération sur le dessin de la frontière par les autorités de tutelle du territoire le 30 avril 1921, Korfanty, le leader des « polonophones » de la région lança le signal d’une troisième insurrection qui éclata le 2 mai à la veille de la fête nationale polonaise. Les troupes d’occupation furent débordées par les deux partis. Le 18 mai, le nouveau chancelier Joseph Wirth décida l’envoi des corps francs. En fait, ceux-ci s’étaient déjà portés en avant bien avant la décision officielle. Le 21 mai eut lieu la « bataille de l’Annaberg » qui se solda par une victoire allemande. C’est seulement en juillet que les occupants parvinrent à reprendre le contrôle relatif de la situation.

  • 34  Lesiuk (Wieslaw), Plebiszit und Aufstände in Oberschlesien, in: Gesellschaft für Internationalen K (...)

22Finalement, l’Allemagne perdit près de 30 % du territoire silésien mais surtout la majeure partie des mines et des industries. Ainsi, 53 mines de charbon sur 67 revinrent à la Pologne ainsi que la totalité des 9 mines de fer et 10 des 15 mines de zinc et de plomb. Sur les 18 cokeries, elle n’en conservait que sept 34. En 1922, l’Allemagne était donc encore plus dépendante de l’industrie de la Ruhr qu’auparavant. Là encore, elle devait faire face à son ennemi de la guerre de manière bien plus directe.

La Ruhr : épilogue de la Grande Guerre

  • 35  Gerd Krumeich, introduction, in Krumeich/Schröder, op.cit., 2004, p.9.
  • 36  Jeannesson (Stanislas), Übergriffe der französischen Besatzungsmacht und deutsche Beschwerden, in: (...)

23Si l’épisode silésien avait été très violent, il avait surtout opposé Polonais et Allemands. Celui de la Ruhr peut donc être considéré comme le plus brutal entre Français et Allemands et il représente le climax de leurs relations. Il peut donc servir de révélateur du sens qui pouvait être donné aux occupations de l’entre-deux-guerres comme « une sorte de répétition, d’écho déformé de ce que la Belgique et la France avaient vécu sous l’occupation allemande en 1914-1918 » 35. Même s’il s’agit d’une expérience singulière, dont les Français se plaisent à démontrer la conformité avec le traité de paix, elle est vécue de part et d’autre comme une « occupation de guerre » qui s’accompagne de violences d’État (réquisitions, expulsions, condamnations, répression de grèves…) et/ou organisées (attentat, grève, résistance passive) ainsi que de violences plus spontanées et/ou individuelles telles que les heurts et les viols. Ces derniers connaissent en effet une recrudescence pendant la période d’opposition la plus violente entre occupants et occupés entre février-mars et juin-juillet 1923, ce qui correspond aussi à la période de résistance et de répression la plus forte. De janvier 1923 à juillet 1924, il y aurait eu selon les sources allemandes, en Rhénanie et dans la Ruhr, 87 viols et 45 tentatives de viols et selon des sources françaises, 59 viols et 20 tentatives de viols, dont les 2/3 environ de février à juin 1923 36.

  • 37  Ibid, p. 210-211. Les chiffres se rapportent à la période janvier 1923-juillet 1924 et concernent (...)
  • 38  Krüger (Gerd), Wir wachen und strafen! – Gewalt im Ruhrkampf von 1923, in : Krumeich/Schröder, op. (...)
  • 39  Becker (Annette), Das Begräbnis des Leutnants Colpin in Lille am 21. März 1923, in : Krumeich/Schr (...)

24La violence dépasse donc le cadre de l’affrontement interétatique pour se diffuser dans le corps social. Le nombre de victimes oscille entre 154 civils tués et 112 grièvement blessés par arme de guerre selon les sources allemandes, contre 118 et 74 selon les sources françaises 37. Certains épisodes prennent plus particulièrement valeur de symboles et sont ensuite mythifiés par la propagande. Il en est tout particulièrement ainsi de l’épisode bien connu de l’exécution de l’activiste nazi Albert Leo Schlageter, le 26 mai 1923, ou encore de ce qu’on a appelé le « Samedi Saint sanglant de Essen » qui s’était soldé, le 31 mars, par la mort de 13 ouvriers grévistes sous les balles françaises. Ces épisodes tragiques puis leur instrumentalisation permettaient de transformer les victimes en martyrs. Il en va de même du côté français (où selon des sources allemandes l’occupation de 1920 à 1925 fit 141 victimes 38). Ainsi lorsque le lieutenant Colpin originaire de Lille fut tué dans la Ruhr le 10 mars 1923, on éleva un monument mentionnant qu’il était bien mort pour la France 39.

  • 40  Certains sont reproduits dans Krumeich/Schröder, op.cit. Sur les évacuations d’enfants, voir Fisch (...)

25Le souvenir du blocus fut mis en avant du côté allemand et se traduisit par l’évacuation de milliers d’enfants vers l’Allemagne non-occupée pour les faire échapper à la « famine ». Symétriquement, les Français multiplièrent les tracts rappelant la dureté du régime d’occupation allemand pendant la Grande Guerre 40. En sus, comme pendant l’épisode de la « Honte Noire », une économie morale des relations avec l’occupant se mit rapidement en place. Les femmes soupçonnées de fréquenter des Français furent dénoncées par affiche à la vindicte publique ou poursuivies pour être tondues.

Éléments de conclusion : les apories et les silences de l’apaisement locarnien

  • 41  Bariéty (Jacques), Poidevin (Raymond), Les relations franco-allemandes : 1815-1975, Paris,Armand C (...)

26Les expériences d’occupation dans l’Allemagne des marges, à l’est comme à l’ouest, figurent indéniablement parmi les moments clefs de cette période des lendemains de Grande Guerre qualifiée parfois par analogie de « guerre froide franco-allemande » 41. Mais plus qu’une guerre froide, il s’agit bien, sur le terrain, d’une continuation de la Grande Guerre par d’autres moyens. En feuilletant les épisodes de cette histoire, on mesure mieux sans doute la rupture fondamentale que fut la « démobilisation culturelle » de l’ère de Locarno. Mais la violence et la prégnance de ces épisodes, qui touchèrent très directement plusieurs millions d’Allemands et plusieurs dizaines de milliers de Français, interrogent les fondements même de cette rupture. Celle-ci ne devait-elle pas être achetée au prix de l’oubli et d’une occultation schizophrène de ce qui la veille encore avait été constitutif de l’image de l’autre comme ennemi irréconciliable ? L’impulsion politique donnée – non sans arrière-pensée – par les deux ministres des Affaires étrangères, Briand et Stresemann, suffisait-elle à recouvrir l’inimitié ? Eux – en particulier Briand – voulurent le croire. Mais après 1924-1925, cet apaisement passait aussi par une mémoire sélective de la Grande Guerre et des occupations. Ainsi, lorsque les horreurs de la guerre étaient évoquées, elles l’étaient soit de manière abstraite, soit pour en souligner la symétrie. La guerre était certes jugée absolument affreuse mais elle était dans le même temps réduite à un affrontement entre soldats faisant leur devoir.

27Il fallait donc éviter de mentionner les « atrocités » et les violences d’occupation, par nature asymétriques car touchant des civils en premier lieu. Une forme d’amnésie qui accentuait les différences entre mémoires régionales et nationales de la guerre. Cette forme d’amnésie, paradoxalement, était nécessaire au discours de démobilisation culturelle au niveau national, mais en même temps pouvait la rendre plus ardue sur les terrains de l’ancienne rencontre entre occupants et occupés, aussi bien entre 1914 et 1918 qu’entre 1918 et 1924.

Haut de page

Notes

1  Notamment au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Pologne, pays également impliqués directement ou indirectement dans ces épisodes.

2  Jeannesson (Stanislas), Poincaré, la France et la Ruhr (1922-1924), Strasbourg, PUS, 1998. Lauter (Anna-Monika), Sicherheit und Reparationen. Die französische Öffentlichkeit, der Rhein und die Ruhr 1918-1923, Essen, Klartext, 2006.

3  Fischer (Conan), The Ruhr Crisis 1923-1924, Oxford 2003, Krumeich (Gerd), Schröder (Joachim) (dir.), Der Schatten des Weltkrieges. Die Ruhrbesetzung 1923, Essen, Klartext, 2004.

4  Mignon (Nicolas), La Belgique francophone et l’occupation de la Ruhr (1923-1925), Louvain, mémoire de licence, 2005. Nicolas Mignon a commencé une thèse prolongeant ses recherches sur ce sujet.

5  Koller (Christian), ‘Von wilden aller Rassen niedergemetzelt’. Die Diskussion um die Verwendung von Kolonialtruppen in Europa zwischen Rassismus, Kolonial- und Militärpolitik (1914-1930), Stuttgart, Franz Steiner, 1998.Le Naour (Jean-Yves), La Honte Noire. L’Allemagne et les troupes coloniales françaises, 1914-1945, Paris, Hachette, 2003. M(Sandra), Weiße Krieger, schwarze Helden. Zur Geschichte kolonialer Männlichkeit in Deutschland, 1918-1964, Köln, Böhlau, 2006. Wigger (Iris), Die ‘Schwarze Schmach am Rhein’. Rassistische Diskriminierung zwischen Geschlecht, Klasse, Nation und Rasse, Münster, 2006.

6  Entre autres : Wein (Franziska), Deutschlans Strom-Frankreichs Grenze. Geschichte und Propaganda am Rhein 1919-1930, Essen, Klartext, 1992. Breuer, (Dieter), Cepl-Kaufmann (Gertrude) (dir.), Deutscher Rhein – fremder Rosse Tränke? Symbolische Kämpfe um das Rheinland nach dem Ersten Weltkrieg, Essen, Klartext, 2005. Kostka (Alexandre), Lucbert (Françoise), Distanz und Aneignung. Relations artistiques entre la France et l'Allemagne 1870-1945/Kunstbeziehungen zwischen Deutschland und Frankreich 1870-1945, Berlin, Akademie Verlag, 2004.

7  La dernière en date : Schlemmer (Martin),  Los von Berlin. Die Rheinstaatsbestrebungen nach dem Ersten Weltkrieg, Köln, Böhlau, 2007.

8  Linsmayer (Ludwig), Politische Kultur im Saargebiet 1920-1932, St. Ingbert, Werner J. Röhrig Verlag, 1992. Becker (Frank G.), ‘Deutsch ist die Saar immerdar!’. Die Saarpropaganda des Bundes der Saarvereine 1919-1935, Saarbrücken, Kommission für Saarländische Landesgeschichte und Volksforschung, 2007. Tooley (T. Hunt), National Identity and Weimar Germany. Upper-Silesia and the Eastern Border 1918-1922, Lincoln, University of Nebraska Press, 1997. Haubold (Juliane), Blutende Grenze. Oberschlesien im Abstimmungskampf und in der politischen Mythologie der Weimarer Republik, mémoire de magister, université de Göttingen, 2001. Eichner, Karsten, Briten, Franzosen und Italiener in Oberschlesien 1920-1922, St. Katharinen, Scripta Mercaturae Verlag 2002. Struve (Kai), Ther (Philip) (dir.), Die Grenzen der Nationen. Identitätenwandel in Oberschlesien in der Neuzeit, Marburg, Verlag Herder-Institut, 2002. Struve (Kai) (dir.), Oberschlesien nach dem Ersten Welkrieg. Studien zu einem nationalen Konflikt und seiner Erinnerung, Marburg, Herder Institut, 2003.

9  Estimation sachant que les occupants étaient au nombre de 100 000 dans les territoires rhénans dans les périodes les plus calmes. Le maximum de soldats est atteint en mai 1921 lors de la première occupation de Ruhrort, Düsseldorf et Duisburg avec 250 000 soldats dont 210 000 Français (voir Jeannesson, op.cit., p. 64). De plus, il ne faut pas négliger le renouvellement des unités.

10  Note française sur la propagande de 1920 citée dans Wein, op.cit. p. 34.

11  Sur la Sarre en 1918-1919, voir : Herrmann (Hans-Walter), 1919 – Schicksalsjahr für die Saarin : Als der Krieg zu uns gekommen war...“ Die Saarregion und der Erste Weltkrieg, Katalog zur Ausstellung des Regionalgeschichtlichen Museums im Saarbrücker Schloss, Merzig, Merziger Druckerei und Verlag, 1993, p. 249-265. Mallmann (Klaus-Michael), Auf dem Bürgermeisteramt ist die rote Fahne zu hissen, in: Mallmann Klaus-Michael, Paul Gerhard, Schock Ralph, Klimmt Reinhard (dir.), Richtig daheim waren wir nie. Entdeckungsreisen ins Saarrevier 1815-1955, Berlin, Dietz, 1987, p. 90-97 ; sur la Rhénanie voisine : Voelker (Judith)‚ Unerträglich, unerfüllbar und deshalb unannehmbar’ – Kollektiver Protest gegen Versailles im Rheinland in den Monaten Mai und Juni 1919, in: Jost Dülffer, Gerd Krumeich (dir.), Der verlorene Frieden. Politik und Kriegskultur nach 1918, Essen, Klartext, 2002, p. 229-242.

12  Ophüls (Max), Spiel im Dasein. Eine Rückblende, Dillingen, Queisser, 1980 (1959), p. 41-42.

13  Regler (Gustav), “Zur Zeit der Besetzung in Merzig 1919“ in : Tagebuch, inédit, Literaturarchiv Saar-Lor-Lux-Elsass (Saarbrücken).

14  Voir notamment les romans de Lisbeth Dill et plus particulièrement : Der Grenzpfahl, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1925.

15  Ophüls (Max), op.cit., pages suivantes.

16  Cabanes (Bruno), La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Le Seuil, 2004.

17  Ce texte se trouve dans le livre blanc établi par le ministère des Affaires étrangères allemand : Das Saargebiet unter der Herrschaft des Waffenstillstandsabkommens und des Vertrags von Versailles, (Weißbuch), Berlin, Georg Stilke, 1921, p. 350.

18  Cabanes, op.cit., p. 231. Kienitz (Sabine), « L’occupation française et la construction culturelle des différences nationales dans le Palatinat de 1918 à 1930 », Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, no 17 (2006) p. 32-43.

19  Sur les cas de la Sarre et de la haute Silésie voir plus bas, sur le cas de Memel, nous renvoyons notamment aux travaux de Julien Gueslin et notamment sa thèse : La France et les petits États baltes : réalités baltes, perspectives françaises et ordre européen : 1920-1932, Paris, université de Paris I-Sorbonne, 2004. Sur l’ensemble des territoires à plébiscite une journée d’étude a eu lieu le 1er juin 2007, Les territoires à plébiscite 1918-1922, organisée par le Service historique de la Défense.

20  Stibbe (Matthew), German Anglophobia and the Great War, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

21  Nelson (Keith S.), “Black Horror on the Rhine: Race as a factor in post-World War diplomacy”, in : Journal of Modern History, 42 (1970), p. 606-627, ici p. 611-615.

22  Cabanes, op.cit., p. 262.

23  Cité par Le Naour, op.cit., p. 40.

24  Le Naour, op.cit., p. 220.

25  Bariety (Jacques), Les relations franco-allemandes après la Première Guerre mondiale : 10 novembre 1918-10 janvier 1925 ; de l'exécution à la négociation, Paris, Pédone, 1977, p. 114.

26  Le Naour, op.cit., p. 220. Nelson, op.cit.

27  Ces pétitions sont notamment conservées à Genève aux archives de la SDN dans les fonds du secrétariat général, par exemple les cartons R97 et R100 (entre autres).

28  Becker (Frank), op.cit.

29  Tooley, op.cit., Eichner, op.cit., p. 51.

30  Eichner, op.cit., p. 56.

31  Tooley (T. Hunt), “German Political Violence and the Border Plebiscite in Upper Silesia, 1919-1921”, in : Central European History, 21/1 (1988), p. 56-98.

32  Eichner, op.cit. p. 99-101

33  Tooley, op.cit., 1997, p. 218-252.

34  Lesiuk (Wieslaw), Plebiszit und Aufstände in Oberschlesien, in: Gesellschaft für Internationalen Kulturaustausch (dir.): Wach auf, mein Herz und denke. Zur Geschichte der Beziehungen zwischen Schlesien und Berlin-Brandenburg von 1740 bis Heute, Berlin – Opole, Stowarzyszenie Instytut Śląskie, 1995, p.232-246, ici p.245.

35  Gerd Krumeich, introduction, in Krumeich/Schröder, op.cit., 2004, p.9.

36  Jeannesson (Stanislas), Übergriffe der französischen Besatzungsmacht und deutsche Beschwerden, in: Krumeich/Schröder, op.cit., p. 207-232, ici p. 212-214.

37  Ibid, p. 210-211. Les chiffres se rapportent à la période janvier 1923-juillet 1924 et concernent aussi bien la Ruhr que la Rhénanie.

38  Krüger (Gerd), Wir wachen und strafen! – Gewalt im Ruhrkampf von 1923, in : Krumeich/Schröder, op.cit., p. 233-256.

39  Becker (Annette), Das Begräbnis des Leutnants Colpin in Lille am 21. März 1923, in : Krumeich/Schröder, op.cit., p. 257-264.

40  Certains sont reproduits dans Krumeich/Schröder, op.cit. Sur les évacuations d’enfants, voir Fischer, op.cit.

41  Bariéty (Jacques), Poidevin (Raymond), Les relations franco-allemandes : 1815-1975, Paris,Armand Colin, 1977, p. 240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Beaupré, « Occuper l’Allemagne après 1918 », Revue historique des armées, 254 | 2009, 9-19.

Référence électronique

Nicolas Beaupré, « Occuper l’Allemagne après 1918 », Revue historique des armées [En ligne], 254 | 2009, mis en ligne le 17 mars 2009, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://rha.revues.org/6333

Haut de page

Auteur

Nicolas Beaupré

Maître de conférence en histoire contemporaine (université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). Il a publié notamment : Écrire en guerre, écrire la guerre (France, Allemagne 1914-1920), Paris, CNRS éditions, 2006 (prix Joseph Saillet 2007 et prix Maurice Baumont 2007) et Le Rhin. Une géohistoire, Paris, La documentation française, 2005. En 2009, doit paraître en allemand une Histoire franco-allemande 1918-1933 à la Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org