Navigation – Plan du site
Dossier

Les incidents franco-italiens de Fiume ou l’expression des frustrations italiennes (novembre 1918-juillet 1919)

Alain Marzona
p. 29-38

Résumés

Entrée en guerre en 1915, l’Italie fait partie du camp des vainqueurs en 1918.Toutefois, malgré d’importants gains territoriaux, le pays s’estime lésé car ses revendications sur une partie de l’Istrie et de la Dalmatie rencontrent l’hostilité des alliés et de l’État yougoslave naissant. La ville de Fiume cristallise alors pendant plusieurs mois les frustrations transalpines et devient le lieu de nombreux affrontements entre population italienne et soldats français. La  tension s’accentue au fur et à mesure que la question de Fiume devient de plus en plus inextricable, notamment lors de la conférence de la Paix de janvier à juin 1919. Le ressentiment italien s’exprime plus particulièrement contre les Français, accusés en outre de favoriser les Yougoslaves. En juillet 1919, la tension atteint son paroxysme lorsqu’un incident mineur dégénère en tuerie où plusieurs soldats français trouvent la mort. Pour la France, cet événement symbolise alors la dégradation des relations avec l’Italie depuis la fin de la guerre et son ambivalence entre intérêts italiens et yougoslaves. Du côté italien, ceci témoigne de l’incapacité des gouvernants à faire face à la situation chaotique de leur pays, comme le démontre la prise de la ville par d’Annunzio et ses « légionnaires » en septembre 1919.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Fiume, Italie, occupation, paix
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pecout (Gilles), Naissance de l’Italie contemporaine (1770-1922), Paris, Nathan, 1997, p. 344 (la (...)

1La Première Guerre mondiale peut,sans conteste,être considérée pour l’Italie comme la « première grande expérience collective depuis l’Unité »1. En effet, mis à part sa tentative avortée de colonisation de l’Éthiopie, suite à la défaite d’Adoua en1896, et la guerre contre l’Empire ottoman pour la conquête de laTripolitaine et de la Cyrénaïque entre1911 et1912, l’Italie éprouve des difficultés à s’affirmer en dehors de l’espace méditerranéen et tente de développer son influence,essentiellement économique, dans les Balkans. En outre, son processus d’unification nationale n’est pas achevé, en raison de la présence de populations italiennes au sein de l’Empire austro-hongrois, notamment autour de la ville de Trieste et en Istrie. La question de ces« terres irrédentes » occupe une place de plus en plus importante dans la viepolitique italienne à partir des années1890, alimentant par là même un discours nationaliste.

  • 2  Berstein (Serge) et Milza (Pierre), L’Italie contemporaine, des nationalistes aux Européens, Paris (...)
  • 3  Le traité secret de Londres est révélé publiquement en 1917.
  • 4  Fiume se situe aujourd’hui en Croatie et porte le nom de Rijeka. Elle est la principale ville port (...)

2Membre de la Triplice depuis 1882, l’Italie déclare sa neutralité en août 1914 en raison du fort courant pacifisted’une grande partie de sa classe politique et de sa population, mais aussi de son impréparation militaire, à tel point que «lorsqu’en mars1914, Salandra cherche un candidat au portefeuille de la Guerre, les militaires pressentis se dérobent l’un après l’autre, tant on connaît dans les milieux de l’état-major la volonté du gouvernement de limiter au maximum les dépenses nécessaires à la remise en ordre et au renforcement de l’armée» 2. Toutefois, craignant une mainmise de l’Autriche-Hongrie sur l’Adriatique, l’Italie lui déclare la guerre le 20 mai 1915 après avoir obtenu satisfaction sur la majeure partie de ses aspirationspar le traité secret de Londres 3 du 26 avril 1915 auprès de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie, à savoir le Trentin, le Haut-Adige, la ville de Trieste, l’Istrie, une partie de la Dalmatie et des îles de l’Adriatique ainsi que des zones d’influence en Albanie. La ville de Fiume 4 n’est donc pas mentionnée dans le traité de Londres.

Une situation confuse

  • 5  Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Paris, Fayard, 1998, p. 781.
  • 6  Ainsi, le 25 octobre, le Conseil national hongrois adopte un programme reconnaissant en outre les (...)

3Les relations entre la France et l’Italie pendant la guerre sont marquées par certainsdésaccords et destensions au sujet de la conduite de cette dernière dans les Balkans et sur les demandes italiennes de renforts en armées alliées en particulier après la défaite de Caporetto en octobre-novembre 1917. De plus, comme l’affirme Jean-Baptiste Duroselle : « En France s’était développé sur l’armée italienne un mythe peu favorable et parfaitement injuste, que Caporetto était venu renforcer. » 5 L’offensive italienne de Vittorio-Veneto, qui se déroule du 24 octobre au 3 novembre 1918, permet aux Italiens, appuyés par des troupes britanniques et françaises, de prendre le contrôle de l’arc alpin du Trentin, de la plaine du Frioul et de débarquer à Trieste. L’armée austro-hongroise est alors très affaiblie par les nombreuses défections de ses éléments non germaniques et par les revendications d’autodétermination de ses minorités 6. La signature de l’armistice entre l’Italie et l’Autriche-Hongrie le 4 novembre 1918 marque donc la fin des opérations sur le front italien.

  • 7  Le Moal (Frédéric), « La mission de renseignement du général Humbert dans les régions adriatiques (...)
  • 8  SHD/DAT, 6 N 174, télégramme no 1249/1, général Jullian, attaché militaire à Rome à état-major de (...)

4Toutefois, « sur le terrain, la situation est des plus confuses »7. En effet, l’avancée des troupes françaises et serbes commandées par le général Franchet d’Esperey leur permet d’occuper une grande partie de l’espace balkanique tandis que les forces italiennes, profitant de l’implosion de l’Empire austro-hongrois, accentuent leur progression le long du littoral adriatique. Les ambitions territoriales italiennes s’opposent alors aux intérêts du futur État yougoslave en cours de construction. L’attaché militaire français à Rome, le général Jullian, rend compte dès le 29 octobre de la dangerosité de la situation :« Tout d’abord, l’Italie, obligée par les événements et par le consentement des autres Alliés, à reconnaître la future existence de laYougo-Slavie, peut s’attendre à des difficultés et peut-être des conflits avec cet État. Si on observe que l’Italie suit du même œil soupçonneux les progrès de la nationalité grecque, et que par ailleurs elle confinera aux éléments restants à l’Autriche, on voit que du côté de l’est, elle se prépare une frontière de nationalités ennemies» 8. Les tensions entre les alliés se cristallisent ensuite au sujet de la ville de Fiume à partir du milieu du mois de novembre.

Fiume : un enjeu symbolique

  • 9  La quantité de tonnes de marchandises déchargées dans le port de Fiume a été multipliée par trois (...)
  • 10  SHD/DAT, 7 N 1374, note sur la population de langue italienne à Fiume.
  • 11  Le Moal (Frédéric), La France et l’Italie dans les Balkans 1914-1919, le contentieux adriatique, P (...)
  • 12  Adler (Jasna), L’union forcée : la Croatie et la création de l’État yougoslave (1918), Chêne-Bourg (...)
  • 13  Le Moal (Frédéric), La France et l’Italie dans les Balkans 1914-1919, le contentieux adriatique, P (...)

5Débouché hongrois sur l’Adriatique, Fiume est depuis les années 1880 une ville commerçante en plein développement grâce à son port 9. Elle possède notamment un grand chantier de constructions navales et constitue le grand port d’exportation des produits agricoles croates et slavons. Le recensement de 1910 chiffre à 50 000 habitants la population fiumaine intra-muros. La moitié est italienne, près d’un tiers est yougo-slave (les Croates y sont majoritaires) et une minorité est hongroise et allemande. Néanmoins, les faubourgs et l’arrière-pays de la ville sont quasi exclusivement peuplés de Slaves, et en fin de compte,les Italiens forment 38,9 % de la population et les Slaves 46,3 % 10. Le traité de Londres de 1915 exclut Fiume des revendications italiennes et la réserve aux Croates, mais sans faire non plus référence explicitement à la création d’un État regroupant les Serbes, les Croates et les Slovènes. Cependant, « même si les dirigeants italiens et Sonnino lui-même, se sont bien gardés d’évoquer officiellement le sort de Fiume pendant la guerre, celui-ci n’a jamais vraiment quitté les esprits » 11. Aussi, « dès le 31octobre 15 000personnes manifestent à Rijeka "pour l’Italie"» 12 et le Conseil national italien de Fiume proclame le rattachement de la ville à l’Italie le même jour, en dépit del’armistice de San Giusti la laissanten dehors de la zone de commandement italien. Devant les tentatives serbes et italiennes d’imposer leur autorité sur la ville, il est décidé par les alliés « des occupations mixtes (y compris serbes) et des répartitions de commandement selon les lignes de territoires du traité de Londres »13.

  • 14  SHD/DAT, 4 N 52, télégramme no 4389, Stephen Pichon, ministre des Affaires étrangères.
  • 15  SHD/DAT, 16 N 3244, télégramme no 2823, ambassade de France en Italie, 22 novembre 1918.

6En outre, en raison des problèmes de ravitaillement de l’armée d’Orient, le général Franchet d’Esperey souhaite l’installation d’une base à Fiume et à Raguse. L’accord est donné le 14 novembre par le ministre des Affaires étrangères Stephen Pichon car« en ce qui concerne Fiume, notre liberté d’action est d’autant plus grande que le traité de Londres a expressément réservé cette région à laCroatie. Il ne peut donc y avoir aucun inconvénient à se servir de ce port comme base, puisqu’il y a en jeu un intérêt militaire reconnu. Je suis d’ailleurs, comme vous, d’avis que cette occupation devrait avoir un caractère interallié. Je n’ai donc aucune objection à l’envoi à Fiume par la voie d’Agram d’un détachement franco-serbe placé sous le commandement français. L’organisation d’une base secondaire à Raguse peut être envisagée dans les mêmes conditions, le traité de Londres ayant placé cette ville hors de la zone attribuée à l’Italie»14. La France fait alors du respect du traité de Londres la pierre angulaire de ses relations entre l’Italie et les Yougoslaves. À cet égard, les Italiens voient d’un très mauvais œil la présence d’un commandement franco-serbe à Fiume et tentent d’en empêcher l’installation. Le ressentiment contre la France, accusée de favoriser les Yougoslaves, tend alors à devenir de plus en plus prégnant au sein de l’opinion italienne comme le prouve un télégramme de l’ambassadeur de France à Rome, Camille Barrère : « Notre consul M.Dolot, m’informe qu’à Venise, où l’opinion est fort excitée, on accuse la France d’être derrière les Yougo-Slaves contre les Italiens. C’est d’ailleurs un sentiment qui se répand et particulièrement à Rome (…). Cette conviction peut ouvrir à brève échéance une dangereuse parenthèse dont nos relations avec ce pays se ressentiront profondément. »15

  • 16  Le général Tranié commande la base des troupes franco-serbes à Fiume qui doit servir au ravitaille (...)
  • 17  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme no 1274, général Grazioli, commandant le corps d’armée interallié d’ (...)
  • 18  SHD/DAT, 6 N 174, note XLV du bureau militaire français en Italie, 15 janvier 1919.

7Après de multiples tensions entre le général français Tranié et le général italien Grazioli sur le fonctionnement de la base et le périmètre des attributions de chacun 16, la base fonctionne réellement à partir du 15 décembre. Pourtant, Grazioli continue de contrarier les demandes françaises prévoyant notamment la présence de deux mille hommes sur la base : « Je vous prie de nouveau de vouloir bien représenter à l’autorité dont vous dépendez que l’établissement d’une base dans les proportions que vous m’exposez, soit en ce qui regarde les troupes et services permanents, soit en ce qui regarde le personnel de passage, est absolument disproportionné avec la capacité de cantonnement de cette ville, et que par suite, il est indispensable que les arrivées prévues soient radialement diminuées, pour éviter qu’une partie de ceux-ci et des déménagements soient exposés à ne pas trouver place dans cette localité. »17. Dans la ville, les incidents entre soldats français et civils italiens sont croissants et de plus en plus graves. La conférence de la Paix qui s’ouvre à Paris le 18 janvier 1919 est vue comme une possibilité d’apaisement mais aussi comme l’occasion pour Italiens et Yougoslaves de faire adhérer les puissances alliées à leurs thèses. Cependant, une note du bureau militaire français en Italie du 15 janvier 1919 dresse un tableau édifiant de la situation de l’Italie et de ses relations avec la France : « Toutes les paroles, tous les gestes de nos troupes d’occupation en Italie, sont interprétés comme des provocations (…). LaFrance est rendue responsable de tous les maux; elle est ouvertement accusée des plus noirs desseins contre l’Italie (...) un pays menacé d’une grave crise sociale, dont il semble à peine se rendre compte; sans confiance dans ses dirigeants, qui représentent des politiques non seulement diverses, mais opposées, enivré de ses propres cris, affolé par son ambition, aigri contre laFrance : tel semble être le tableau de l’Italie au moment où s’ouvre la conférence de la Paix.» 18

La question de Fiume à la conférence de la Paix

  • 19  Orlando présente au nom de l’Italie ses revendications à 11 heures et Trumbicth l’après-midi.
  • 20  Les Américains déclarent la guerre à l’Allemagne en avril 1917 et à l’Autriche-Hongrie en décembre (...)
  • 21  Anchieri (E.), « L’Italie devant la victoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier (...)
  • 22  Burgwyn (H. J.), Thelegend of the mutilate victory, Italy, the Great War and the Paris Peace Confe (...)

8La « question adriatique » est abordée dans un premier temps par le conseil des « Quatre », le 3 avril, avec la présentation des revendications italiennes par le président du conseil italien Vittorio Emmanuelle Orlando et celles des Yougoslaves par leur ministre des Affaires étrangères Trumbicth 19, puis s’installeau centre des discussions à partir du 19 avril. Les requêtes italiennes demeurent identiques à celles contenues dans le traité de Londres, plus la ville de Fiume, alors que les Yougoslaves réclament la Dalmatie au nom du principe des nationalités. Les Italiens rencontrent la farouche hostilité du président américain Wilson à propos de Fiume et de la Dalmatie. Celui-ci ne s’estime pas lié par le traitéde Londres de 1915 20 qu’il juge par ailleurs contraire à ses principes en matière de diplomatie. Les gouvernants italiens se méfient de ses idées à tel point que lors de son séjour dans leur pays au début de l’année 1919, « ils s’efforcèrent de limiter ses contacts en dehors des réceptions officielles » 21 et « le suspectant de vouloir lancer un appel au peuple, le gouvernement italien fit tout pour entraver ses mouvements »22.

  • 23  Les délibérations du conseil des Quatre (24 mars-28 juin 1919), note de l’officier interprète Paul (...)
  • 24 Ibidem, p. 293.
  • 25 Ibidem, p. 311.
  • 26  Ibidem, p. 357.
  • 27  Nardelli (Anne-Sophie), « La France et l’Italie à la conférence de la Paix », Revue d’histoire dip (...)
  • 28  Les délibérations du conseil des « Quatre » (24 mars-28 juin 1919), note de l’officier interprète (...)

9Pendant les discussions du conseil des « Quatre », le président américain se montre particulièrement virulent en annonçant à Orlando que « Fiume n’a jamais appartenu à l’Italie, sauf au temps de l’Empire romain »23 et que, selon lui, l’Italie par son attitude déroge aux buts de guerre des alliés : « Quand nous sommes entrés dans la guerre, nous avons déclaré les principes qui dirigeaient notre action, et ces principes ont été acclamés, non seulement par les petites nations opprimées, mais par les peuples des grandes nations, qui y reconnaissaient leurs aspirations profondes. » 24 En outre, le président américain considère que l’Italie « n’est pas sans récompense, puisqu’elle recouvre les terres italiennes du Trentin et de l’Istrie jusqu’à la ligne de partage des eaux, et qu’elle achève enfin son unité dans la limite naturelle des montages qui l’entourent»25. La position française, qui tente de ménager les susceptibilités des Italiens et des Yougoslaves, peut être résumée par la réflexiondu président Georges Clemenceau lorsqu’il affirme que « le traité de Londres nous a engagés vis-à-vis de l’Italie; mais il nous a aussi engagés envers les Slaves, qui d’après ce traité, devaient avoir Fiume. Je ne puis manquer à ma parole ni envers l’Italie, ni envers les Yougoslaves » 26. La France se trouve alors dans « une position ingrate, car au final un des deux peuples à départager devait se trouver défavorisé, quel que fût le règlement territorial »27. Le problème de Fiume devient alors inextricable, d’autant plus que les Yougoslaves affirment selon des informations recueilliespar un représentant britannique à Paris, « que si l’Italie prenait Fiume, ils se battraient. Si l’Italie s’installe en Dalmatie, une guerre de partisans s’ensuivra»28.

10L’intransigeance de Wilson confrontée à l’inflexibilité des représentants italiens, qui refusent notamment de faire de Fiume une ville libre sous le contrôle de la future Société des Nations (SDN), crée une situation de blocage. Le manifeste de Wilson lancé au peuple italien par voie de presse le 24 avril et lui demandant de renoncer à Fiume, sans en avertir préalablement les dirigeants italiens, provoque le départ de ces derniers de la conférence.

La montée des tensions

  • 29  Ainsi, à Fiume, l’hôtel Wilson est rebaptisé hôtel « Orlando ».
  • 30  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme du consul de France à Milan au ministre des Affaires étrangères, 1er  (...)
  • 31  SHD/DAT, 20 N 523, télégramme du chef d’État-Major général de l’armée au général Savy commandant l (...)

11À son retour à Rome, Orlando reçoit un accueil triomphal 29. L’opinion publique italienne, exaltée par une très grande partie de la presse du pays, montre son animosité envers les alliés. Ainsi, à Milan, « les murs sont couverts d’affiches contre Wilson, et sur beaucoup de ces proclamations, tous les alliés sont confondus dans la même réprobation pour avoir refusé la justice due à l’Italie » 30. L’agitation à Fiume est également entretenue par le conseil national de la ville qui multiplie les manifestations, très souvent tolérées par le commandement italien. Afin de ne pas envenimer la situation, le chef d’État-Major général de l’armée s’adresse au général Savy, commandant les troupes françaises à Fiume, pour lui rappeler « la nécessité qui s’impose d’éviter que les troupes françaises sous vos ordres participent à aucune manifestation de quelque nature que ce soit, surtout anti-italienne » 31. Il est à noter que divers incidents ont déjà opposé les soldats français aux civils et militaires italiens à Fiume en décembre 1918 et janvier 1919, mais aussi à Livourne où une rixe provoque la mort d’un Français en février 1919. De plus, de nombreux heurts opposent les Italiens aux Croates et aux Slovènes depuis le mois de janvier 1919 en Dalmatie, en particulier autour de Split.

  • 32  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme du consul de France à Milan au ministre des Affaires étrangères, 17 m (...)
  • 33  SHD/DAT, 7 N 1375, message du général Jullian, attaché militaire à Rome au 2e bureau de l’état-maj (...)
  • 34  Ibidem.

12Le retour des dirigeants italiens à Paris le 7 mai n’enraye pas le mécontentement de la presse italienne contre les alliés et plus particulièrement contre la France comme l’atteste le consul de France à Milan : « Les journaux continuent à exciter contre nous l’opinion publique qui est arrivée à un degré d’hostilité tel que des incidents sont possibles entre la population et nos soldats ou les membres de notre colonie (…). La nervosité s’accroît au fur et à mesure que les jours passent sans apporter de solution à la question de Fiume, et ce n’est ni l’Amérique ni l’Angleterre qui sont le plus prises à partie mais la France, et l’opinion publique semble maintenant convaincue que notre gouvernement suit une politique hostile à l’Italie. » 32 En effet, les responsables italiens tentent de faire jouer la « solidarité latine » contre « l’égoïsme anglo-saxon mis en évidence par les tractations anglo-américaines » 33 comme tend à le montrer l’attitude du général Diaz (le vainqueur de Vittorio-Veneto) lors d’un entretien avec l’attaché militaire français : « Nos deux pays restent donc sur la brèche, menacés d’appauvrissement après une longue guerre qui les a déjà ruinés… De là découle, pour la France et l’Italie, l’impérieuse nécessité de s’unir étroitement et de former dans l’avenir un bloc de 80 millions d’âmes assez nombreux pour avoir dans le monde une action économique personnelle, assez fort pour se garder des maladies sociales qui menacent les États de l’Europe, et assez puissant pour parer aux dangers qui les environnent. »34 Leur déception est alors encore plus grande lorsqu’il devient patent que les Français ne soutiennent pas leurs revendications. À Paris, de nombreux entretiens et discussions se déroulent à propos de Fiume, des frontières italo-yougoslaves et du devenir de l’Albanie où les Italiens sont très présents, sans donner de résultat. Dans le même temps, à Fiume, les Italiens construisent des défenses au nord et au nord-est de la ville, renforçant l’inquiétude des alliés sur place qui les considèrent comme un acte de provocation.

  • 35  La situation de l’Italie de l’après Première Guerre mondiale est particulièrement bien décrite par (...)
  • 36  Le traité de Versailles est également signé par les représentants du royaume des Serbes, Croates e (...)

13Les Italiens se trouvent marginalisés auprès des trois autres alliés, et la reconnaissance officielle du royaume des Serbes, Croates et Slovènes par la Grande-Bretagne le 1er juin puis par la France le 5 juin, accentue encore plus leur ressentiment. Parallèlement, la situation politique et sociale dans la péninsule est marquée depuis la fin de la guerre par de nombreuses grèves dans les foyers industriels du nord du pays, l’occupation de terres par les paysans dans le sud, l’augmentation importante du chômage, le retour des soldats mobilisés et par une agitation politique inspirée par la révolution bolchevique d’octobre 1917 35. Cet impression de désordre régnant dans le pays ne contribue pas à donner une image sereine de l’Italie à ses alliés et entraîne, avec la question des frontières, la chute du gouvernement Orlando le 19 juin et son remplacement par le cabinet dirigé par Francesco Nitti, le 23. La signature du traité de Versailles 36, le 28 juin, laisse donc en suspens la question de Fiume tandis que les diplomates travaillent toujours à une résolution du contentieux.

Les incidents franco-italiens de juillet 1919

  • 37  Les soldats serbes présents à Fiume sont environ 200.
  • 38  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme du général Savy au général Grazioli commandant le corps d’occupation (...)
  • 39  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme du général Savy au général commandant l’armée française de Hongrie, (...)
  • 40  Les soldats français blessés sont au nombre de 40 dont un blessé très grièvement au couteau. Les F (...)
  • 41  SHD/DAT, 20 N 955, télégramme du général Savy au général Grazioli, 4 juillet 1919.
  • 42  SHD/DAT, 20 N 951, article publié par l’Era Nuova de Trieste, 4 juillet 1919.
  • 43  Benito Mussolini, qui a crée le premier faisceau de combat en mars 1919 dans la cité lombarde, est (...)
  • 44  Charles-Roux (François), Souvenirs diplomatiques, une grande ambassade à Rome 1919-1925, Paris, Fa (...)
  • 45  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme de l’ambassadeur de France à Rome au ministre des Affaires étrangères (...)
  • 46  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme de l’ambassadeur de France à Rome au ministre des Affaires étrangères (...)
  • 47  SHD/DAT, 20 N 955, article du Dovere Nazionale daté du 10 juillet 1919.
  • 48  Charles-Roux (François), Souvenirs diplomatiques, une grande ambassade à Rome 1919-1925, Paris, Fa (...)

14À Fiume, le commandement italien tente de faire évacuer les soldats serbes 37 sous commandement français, ce que les Français refusent 38. Ces derniers accusent le commandement italien d’avoir fait tirer sur un bateau de prisonniers de guerre yougoslaves en train de débarquer 39 le 29 juin. Les jours suivants marquent une escalade de la tension dans la cité adriatique. En effet, les journées des 2 et 3 juillet sont marquées par l’agression d’officiers et de soldats français 40 par de jeunes « italianistes » secondés d’après le général Savy par de nombreux militaires italiens 41, sans que leur commandement ne sanctionne ces incidents. La presse régionale julienne profite de ces événements pour s’attaquer violemment à la position française : « Mais dans le cas de Fiume, les incidents qui se répètent fréquemment et toujours plus graves, depuis que les Français entrèrent comme hôtes et prirent des airs de patrons, même de conquérants, assument tous les caractères d’un système pré-ordonné ayant pour but de déterminer un grave conflit (…) le gouvernement français à Paris nous considère comme alliés, mais dans l’Adriatique et en Orient, il nous oppose les intrigues de ses généraux et les provocations de ses soldats. Que les dirigeants français ne s’illusionnent pas en croyant par ce double jeu contraindre l’Italie à céder à leur volonté. »42. Tandis que le Popolo d’Italia, journal milanais 43, appelle le 5 juillet « au retour de vêpres siciliennes  et de "pâques véronaises" qui sont deux massacres de Français » 44 , la tension devient telle que le consul de France à Turin déclare à l’ambassadeur de France que « le meilleur moyen d’éviter de nouveaux incidents, serait de ramener le plus tôt possible en France toutes les troupes françaises se trouvant encore actuellement en Italie » 45. L’agitation organisée par les éléments les plus radicaux « œuvrant » pour l’annexion à Italie, et la violence qui en découle, atteint son paroxysme le 6 juillet. Ce jour-là, des soldats français égarés sont suivis par une patrouille italienne et par quelques habitants, plusieurs coups de feu sont tirés des deux côtés. L’agitation se déplace alors vers les magasins du port Barros, où sont regroupés les soldats français. Certains, se sentant menacés, tirent. Réfugiés à l’intérieur d’un magasin, les soldats français essuient les tirs de la foule et de marins italiens ; on relève alors neuf morts du côté français contre aucune victime côté italien. Cet « événement » entraîne la création d’une commission interalliée d’enquête le 8 juillet. Malgré tout, une partie de la presse italienne continue de faire « retomber sur nos troupes et sur leur commandement la responsabilité de ce qui se produit à Fiume » 46 et un journal nationaliste de Milan « salue » avec une violence inédite le comportement des Fiumains qui se sont attaqués aux Français : « Après les vêpres siciliennes, il n’est jamais arrivé d’événement aussi grave en Italie entre le peuple français et le peuple italien. En France, quelque chose de semblable était arrivé à Aigues-Mortes. Les journaux racontent que parmi les plus audacieux assaillants, il y avait surtout des femmes. Bravo, bravo, bravo ! Il fallait des coups et il faut des coups à ces beaux-frères d’outre-Alpes qui haïssent l’Italie au nom de leur décadence. Ces champions de chevalerie qui insultent les femmes, ces héroïques voyous qui cherchent noise comme des ânes, ont appris à Fiume que les femmes italiennes ont deux qualités méconnues en France : elles savent faire des fils et rompre la tête aux grossiers personnages. » 47 Toutefois, malgré quelques incidents mineurs, la situation tend à se calmer à Fiume, et le président du conseil Nitti « saisit l’occasion d’un débat à la Chambre pour faire des déclarations satisfaisantes à l’égard de la France, désapprouver les violences de la presse et annoncer que les journaux qui publieraient des nouvelles mensongères seraient poursuivis conformément aux lois » 48.

  • 49  SHD/DAT, 4 N 53, rapport de la commission interalliée d’enquête de Fiume, 19 août 1919.

15La commission d’enquête dans son rapport final résume parfaitement le climat délétère qui régnait à Fiume de novembre 1918 à juillet 1919 et met clairement en évidence les causes des incidents meurtriers de juillet : « Les Français n’ont pas dissimulé leur sympathie pour l’élément yougo-slave ; le Commandement italien, de son côté, a ouvertement appuyé l’élément italien et son appui est allé jusqu’à tolérer la constitution de sociétés comme la "Giovine Fiume", la "Giovane Italia" et la formation d’un bataillon fiumain, qui se proposaient de réaliser l’annexion, même en employant la violence. La censure peu rigoureuse a permis la publication dans la presse d’articles excitant à la révolte et la police trop indulgente a donné aux agitateurs de métier le sentiment de l’impunité. (). f) – Cette situation, déjà par elle-même très difficile, devint encore plus étendue encore après la paix de Versailles, quand la reconnaissance de la Yougo-Slavie par les Alliés de l’Italie devint un fait accompli et quand on se rendit compte que les aspirations de cette puissance sur Fiume et une partie de la Dalmatie ne recevraient pas satisfaction. L’exaspération de l’opinion publique, dirigée surtout contre la France, amena la chute du ministère en Italie et donna lieu à une violente campagne de presse dont on eut la répercussion à Fiume et qui contribua indirectement aux événements douloureux qui donnèrent lieu à l’enquête. g) – Quelques actes de peu d’importance de soldats français, qui dans les circonstances actuelles ont sans aucun doute offensé la population italienne, peuvent peut-être aussi être compris parmi les causes immédiates et occasionnelles de l’hostilité locale contre les troupes françaises (…). i) – La très forte prépondérance des troupes italiennes dans la ville de Fiume par rapport aux troupes des autres Alliés encouragea la population dans son attitude vis-à-vis des Français et des Yougo-Slaves dans la ville de Fiume. » 49

  • 50  L’écrivain Gabriele d’Annunzio évoque la victoire mutilée.
  • 51  Le Français André Tardieu est l’un des instigateurs de cette proposition dès la conférence de la P (...)

16Fiume cristallise parfaitement toutes les frustrations italiennes nées de la victoire de 1918 50, mettant en exergue la difficulté des gouvernants italiens à s’affirmer auprès des autres alliés et leur faiblesse face à la situation chaotique du pays. Après diverses tractations diplomatiques entre les alliés, Italiens et Yougoslaves, la question de Fiume et son hinterland reste en suspens lorsque le poète Gabriele d’Annunzio s’empare de la ville, le 12 septembre 1919, et décide de son annexion au royaume d’Italie, provoquant par là même une nouvelle crise et humiliant le gouvernement italien. Le traité de Rapallo de 1920 entre l’Italie et la Yougoslavie fait de Fiume une ville libre sous le contrôle de la Société des Nations 51. En 1924, la ville est intégrée à l’Italie et Benito Mussolini obtient ainsi un succès politique et diplomatique, flattant l’orgueil national italien mis à mal durant l’immédiat après-guerre.

Haut de page

Notes

1  Pecout (Gilles), Naissance de l’Italie contemporaine (1770-1922), Paris, Nathan, 1997, p. 344 (la citation est de Museldiak Didier, L’Italie, une nation en suspens, Bruxelles, Complexe, 1995).

2  Berstein (Serge) et Milza (Pierre), L’Italie contemporaine, des nationalistes aux Européens, Paris, Armand Colin, 1973, p. 217.

3  Le traité secret de Londres est révélé publiquement en 1917.

4  Fiume se situe aujourd’hui en Croatie et porte le nom de Rijeka. Elle est la principale ville portuaire du pays.

5  Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Paris, Fayard, 1998, p. 781.

6  Ainsi, le 25 octobre, le Conseil national hongrois adopte un programme reconnaissant en outre les États nationaux tchèque, polonais et yougoslave. Quelques jours plus tard, le Conseil national tchèque convoque une assemblée nationale représentative. Le 29 octobre, la Diète de Croatie annonce l’abolition de ses liens avec la Hongrie, l’Autriche et son rattachement à un État yougoslave unifié.

7  Le Moal (Frédéric), « La mission de renseignement du général Humbert dans les régions adriatiques en mai-juin 1919 », Revue historique des armées, no 246, 1/2007, p. 92.

8  SHD/DAT, 6 N 174, télégramme no 1249/1, général Jullian, attaché militaire à Rome à état-major de l’armée, 2e bureau, 29 octobre 1918.

9  La quantité de tonnes de marchandises déchargées dans le port de Fiume a été multipliée par trois entre 1881 et 1911. Ces chiffres sont mentionnés dans : Gerreau (Maurice), Le Problème de l’Adriatique, Lausanne, 1920, p. 10.

10  SHD/DAT, 7 N 1374, note sur la population de langue italienne à Fiume.

11  Le Moal (Frédéric), La France et l’Italie dans les Balkans 1914-1919, le contentieux adriatique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 278.

12  Adler (Jasna), L’union forcée : la Croatie et la création de l’État yougoslave (1918), Chêne-Bourg, Georg Editeur, 1997, 284 pages.

13  Le Moal (Frédéric), La France et l’Italie dans les Balkans 1914-1919, le contentieux adriatique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 279.

14  SHD/DAT, 4 N 52, télégramme no 4389, Stephen Pichon, ministre des Affaires étrangères.

15  SHD/DAT, 16 N 3244, télégramme no 2823, ambassade de France en Italie, 22 novembre 1918.

16  Le général Tranié commande la base des troupes franco-serbes à Fiume qui doit servir au ravitaillement de l’armée d’Orient et dispose d’autonomie par rapport au corps d’armée interalliée d’occupation commandé par le général Grazioli.

17  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme no 1274, général Grazioli, commandant le corps d’armée interallié d’occupation de Fiume à général Tranié, commandant les troupes franco-serbes à Fiume, 21 décembre 1918.

18  SHD/DAT, 6 N 174, note XLV du bureau militaire français en Italie, 15 janvier 1919.

19  Orlando présente au nom de l’Italie ses revendications à 11 heures et Trumbicth l’après-midi.

20  Les Américains déclarent la guerre à l’Allemagne en avril 1917 et à l’Autriche-Hongrie en décembre 1917.

21  Anchieri (E.), « L’Italie devant la victoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1969, p. 149.

22  Burgwyn (H. J.), Thelegend of the mutilate victory, Italy, the Great War and the Paris Peace Conference 1915-1919, Greenwood Press, Westport-Conneticut, 1993, p.245

23  Les délibérations du conseil des Quatre (24 mars-28 juin 1919), note de l’officier interprète Paul Mantoux, tomeI, Paris, éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1955, p.283.

24 Ibidem, p. 293.

25 Ibidem, p. 311.

26  Ibidem, p. 357.

27  Nardelli (Anne-Sophie), « La France et l’Italie à la conférence de la Paix », Revue d’histoire diplomatique, no 1, 2004, p. 12.

28  Les délibérations du conseil des « Quatre » (24 mars-28 juin 1919), note de l’officier interprète Paul Mantoux, tomeI, Paris, éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1955, p. 306.

29  Ainsi, à Fiume, l’hôtel Wilson est rebaptisé hôtel « Orlando ».

30  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme du consul de France à Milan au ministre des Affaires étrangères, 1er mai 1919.

31  SHD/DAT, 20 N 523, télégramme du chef d’État-Major général de l’armée au général Savy commandant les troupes françaises à Fiume, 26 avril 1919.

32  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme du consul de France à Milan au ministre des Affaires étrangères, 17 mai 1919.

33  SHD/DAT, 7 N 1375, message du général Jullian, attaché militaire à Rome au 2e bureau de l’état-major de l’armée, 28 avril 1919.

34  Ibidem.

35  La situation de l’Italie de l’après Première Guerre mondiale est particulièrement bien décrite par Angelo Tasca, qui est témoin des événements : Tasca (Angelo), Naissance du fascisme, l’Italie de l’armistice à la marche sur Rome, Paris, Gallimard, 2003 (nouvelle édition), 501 pages.

36  Le traité de Versailles est également signé par les représentants du royaume des Serbes, Croates et Slovènes alors que celui-ci ne dispose ni de frontières ni de constitution, provoquant par là même le mécontentement des Italiens.

37  Les soldats serbes présents à Fiume sont environ 200.

38  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme du général Savy au général Grazioli commandant le corps d’occupation interallié, 18 juin 1919.

39  SHD/DAT, 20 N 954, télégramme du général Savy au général commandant l’armée française de Hongrie, 29 juin 1919.

40  Les soldats français blessés sont au nombre de 40 dont un blessé très grièvement au couteau. Les Français sont accusés d’avoir insulté des femmes italiennes.

41  SHD/DAT, 20 N 955, télégramme du général Savy au général Grazioli, 4 juillet 1919.

42  SHD/DAT, 20 N 951, article publié par l’Era Nuova de Trieste, 4 juillet 1919.

43  Benito Mussolini, qui a crée le premier faisceau de combat en mars 1919 dans la cité lombarde, est l’un des principaux responsables de cette publication.

44  Charles-Roux (François), Souvenirs diplomatiques, une grande ambassade à Rome 1919-1925, Paris, Fayard, 1961, p. 60.

45  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme de l’ambassadeur de France à Rome au ministre des Affaires étrangères, 5 juillet 1919.

46  SHD/DAT, 6 N 183, télégramme de l’ambassadeur de France à Rome au ministre des Affaires étrangères, 8 juillet 1919.

47  SHD/DAT, 20 N 955, article du Dovere Nazionale daté du 10 juillet 1919.

48  Charles-Roux (François), Souvenirs diplomatiques, une grande ambassade à Rome 1919-1925, Paris, Fayard, 1961, p. 61.

49  SHD/DAT, 4 N 53, rapport de la commission interalliée d’enquête de Fiume, 19 août 1919.

50  L’écrivain Gabriele d’Annunzio évoque la victoire mutilée.

51  Le Français André Tardieu est l’un des instigateurs de cette proposition dès la conférence de la Paix de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marzona, « Les incidents franco-italiens de Fiume ou l’expression des frustrations italiennes (novembre 1918-juillet 1919) », Revue historique des armées, 254 | 2009, 29-38.

Référence électronique

Alain Marzona, « Les incidents franco-italiens de Fiume ou l’expression des frustrations italiennes (novembre 1918-juillet 1919) », Revue historique des armées [En ligne], 254 | 2009, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/6383

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Attaché d’administration, il est membre de la division recherche et enseignement du département de l’armée de Terre du Service historique de la Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org