Navigation – Plan du site
Dossier

La guerre soviéto-géorgienne et la soviétisation de la Géorgie (février-mars 1921)

Andrew Andersen et George Partskhaladze
Traduction de Alexandre Sheldon-Duplaix
p. 67-75

Résumés

La révolution bolchevique et l’effondrement de l’empire russe permettent à l’Azerbaïdjan, à l’Arménie et à la Géorgie de recouvrer leur indépendance. Fin février 1920, une alliance émerge entre le gouvernement kémaliste de la Turquie et la direction soviétique de la Russie. Les nouveaux alliés décident de partager ces trois états indépendants du sud Caucase. Après la soviétisation de l’Azerbaïdjan en mai 1920 et la division de l’Arménie entre Soviétiques et Kémalistes en septembre, la Géorgie est à son tour envahie par l’Armée rouge en février 1921. Andrew Andersen et George Partskhaladze présentent dans cet article le déroulement des opérations militaires qui voient les forces géorgiennes du général Kvinitadze résister puis succomber face à la supériorité de l’armée soviétique. Les auteurs considèrent que ces expériences républicaine et militaire ont aidé à forger une identité nationale géorgienne qui n’était plus très affirmée dans l’Empire russe.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1918, au lendemain de la Première Guerre mondiale, la révolution bolchevique et l’effondrement de l’Empire russe permettent à la Géorgie de recouvrer son indépendance. Dans un premier temps, les élites géorgiennes sont réticentes à une séparation d’avec la Russie. Cependant, la désintégration du front du Caucase et la menace des invasions et du chaos, les forcent à construire un État pour protéger la population géorgienne des bolcheviks, des antibolcheviks et des Turcs qui prétendent dominer le Caucase du Sud. L’Azerbaïdjan suit aussi cet exemple.

  • 1  Jones (Stephen F.), “Georgia: The Trauma of Statehood” in J. Bremmer and R. Taras (eds.), New Stat (...)
  • 2  Blank (Stephen), “Bolshevik Organizational Development in Early Soviet Transcaucasia: 1918-1924” i (...)

2Pendant trois ans, une direction socialiste modérée parvient à établir une société démocratique avec un suffrage universel, un Parlement élu, une liberté d’expression tolérant des oppositions de droite et de gauche 1. Mais le développement démocratique de cette première République géorgienne s’accompagne d’une série de défis : conflits armés avec la Turquie, l’Arménie, les Rouges et les Blancs de Russie du Sud ; blocus économique des puissances occidentales ; retard de la reconnaissance internationale acquise au début de 1920 ; conflits internes avec des minorités ethniques ; activités subversives de bolcheviks géorgiens aux ordres du Kremlin2.

3Fin février 1920, une alliance émerge entre le gouvernement kémaliste de la Turquie et la direction soviétique de la Russie. Les nouveaux alliés ont besoin d’un pont entre les deux pays. Pour atteindre cet objectif, la Russie soviétique et la Turquie kémaliste décident d’envahir et de partager les trois États indépendants du sud Caucase : l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Géorgie. Le 31 mai, l’Azerbaïdjan est occupé et « soviétisé » par la 11e Armée rouge. Quatre mois plus tard, l’Arménie doit céder la moitié de son territoire à l’envahisseur turc, le reste passant sous le contrôle de l’Armée rouge. Quant au dernier pays indépendant, la Géorgie, qui se croyait un bastion occidental entre Kémalistes et Soviétiques, tombe à son tour face au projet soviéto-turc pour le Caucase.

Le déclenchement de la guerre

4L’Armée rouge envahit la Géorgie en février 1921. Cette action lancée contre une nation souveraine en violation du traité de paix soviéto-géorgien du 7 mars 1920 a été plus tard présentée et justifiée par l’historiographie soviétique comme une réponse à l’appui géorgien à la guérilla anti-soviétique au Daghestan, aux répressions contre les bolcheviks locaux et au blocus économique de l’Arménie devenue soviétique. L’assaut de l’Armée rouge est précédé par une révolte populaire contre le gouvernement géorgien dans le district de Borchalo peuplé en majorité d’Arméniens et par une série d’incidents violents sur la frontière près de la ville de Zakatala revendiquée par l’Azerbaïdjan soviétique. Le 11 février 1921, les troupes soviétiques pénètrent dans Borchalo et attaquent les garnisons géorgiennes à Sanaini et Vorontsovka (Tashir). Surprises et décimées, les forces géorgiennes battent en retraite vers le nord et l’ouest. Pendant 68 heures, recevant un faible appui, elles tentent en vain de reprendre le terrain perdu. Après l’échec de cette contre-attaque, les Géorgiens se replient sur la ligne Ayum-Sadakhlo et vers Ekaterinenfeld.

  • 3 Kvinitadze (Giorgi),My Memoirs from the Years of Independence 1917-1921, Paris, 1985, p. 282.

5Le 16 février, les troupes soviétiques comprenant des régiments des 96e, 60e et 20e brigades de fusiliers de la 11e Armée rouge, une brigade à cheval de l’Arménie soviétique et plusieurs détachements de sympathisants bolcheviques pénètrent le village de Shoulaveri à quelque 25 kilomètres au nord-ouest de la frontière arménienne et un comité révolutionnaire de Géorgie, comprenant des commandants de l’Armée rouge et des bolcheviks géorgiens locaux est formé dans ce village. Le même jour, ce comité s’autoproclame seul gouvernement légitime de la Géorgie, demandant l’intervention immédiate de la Russie soviétique. Quelques heures plus tard, les 54e et 58e brigades de fusiliers de la 11e Armée rouge envahissent le territoire géorgien à travers le « pont rouge » suivies par la 12e division à cheval et le 55e groupe d’armée. Simultanément, la 26e brigade de fusiliers et le régiment à cheval de la 9e division de fusiliers entrent à leur tour en Géorgie en traversant la rivière Koura près du pont de Poylu, que les gardes-frontières géorgiens avaient dynamité au cours de leur retraite pour bloquer chars et trains blindés soviétiques 3. Le jour suivant, la Géorgie est également envahie à travers la ville frontière de Zakatala par les troupes de la 59e brigade de fusiliers et par la 18e division de troupes à cheval de la 11e Armée rouge. Anatoliy Gekker, son commandant, a pour instruction de s’emparer de la capitale géorgienne au plus tard le 19 février. Au même moment, la 98e brigade de fusiliers et la division à cheval de Tersky s’apprêtent à attaquer la Géorgie depuis la province de Terek à travers les passes de Roki et Mamisoni tandis que la 9e armée doit envahir le pays via l’Abkhazie et avancer le long de la mer Noire.

  • 4 Ibid., p. 303.

6La supériorité numérique des forces soviétiques est nette : 40 000 troupes aguerries dont 4 300 cavaliers ; 196 pièces d’artillerie, 1 065 mitrailleuses, 50 avions, 7 trains blindés, 4 chars et 12 véhicules blindés. La Géorgie ne peut leur opposer que 11 000 hommes des 1re et 2e divisions de fusiliers, une division d’artillerie de montagne, le 1er régiment des gardes-frontières de Sukhumi, le second régiment des gardes-frontières et une douzaine de bataillons des gardes du peuple, une milice populaire mal entraînée et mal commandée. Toutes confondues, les forces géorgiennes mettent en œuvre 46 pièces d’artillerie, quelques centaines de mitrailleuses, quatre trains blindés et seulement 400 cavaliers. Les avions géorgiens sont meilleurs mais leurs pilotes ne peuvent pas en tirer avantage, faute de carburant et de pièces détachées que le gouvernement de Tbilissi n’a pas voulu acheter 4.

La bataille de Tbilissi

  • 5 Ibid., p. 279.
  • 6 Ibid., p. 283.
  • 7 Ibid., p. 281.

7Pendant les 24 heures suivantes, les forces soviétiques s’emparent des hauteurs stratégiques de Yaghluja et repoussent les Georgiens sur la ligne Kojori-Manglisi et au-delà du village de Beyuk-Kyasik. Le 16 février, ce qui reste des forces géorgiennes du groupe de Lori sont à leur tour vaincues 5. Le moment paraît idéal pour une offensive de l’Armée rouge contre Tbilissi qui n’est plus défendue que par 400 soldats et 150 cadets. Aucune autre force n’est disponible, les restes de l’armée géorgienne étant en cours de réorganisation 6. Durant les premiers jours de la guerre, le gouvernement géorgien tente de contacter Moscou pour arrêter la guerre mais le Kremlin se contente de répondre qu’il n’y a pas de guerre, juste des incidents de frontière localisés 7. Aux premières heures du 18 février, Vladimir Gittis, le commandant en chef des forces soviétiques du Caucase, ordonne la capture immédiate de Tbilissi, Surami et Borjomi par la 11e Armée rouge tandis que le groupe de Terek devra s’emparer du district de Dusheti dans les montagnes du sud Caucase.

  • 8 Ibid., p. 269.

8Face à l’effondrement du pays, le gouvernement géorgien nomme le général à la retraite, George Kvinitadze, commandant en chef de toutes les forces géorgiennes. Son premier ordre est de réorganiser toutes ses troupes sur les hauteurs dominant la capitale et de contenir l’ennemi sur une ligne Koori-Tabakhmela-Shavnabada-Soganlugi en attendant l’arrivée des renforts en provenance de l’intérieur de la Géorgie 8. Simultanément, Kvinitadze redéploie vers Tbilissi les troupes protégeant l’Abkhazie de l’avancée de la 9e Armée rouge, laissant un nombre minimum de soldats devant Gagra pour effectuer une retraite en bon ordre le long de la côte. L’objectif est de retenir suffisamment l’ennemi, un possible succès devant Tbilissi pouvant permettre aux troupes de reprendre l’Abkhazie. Cependant, cette mesure ne parvient pourtant pas à sauver Tbilissi, même si sa chute est retardée.

18-20 février

  • 9 Ibid., p. 285.

9Le 18 février au matin, deux trains blindés géorgiens stationnés sur la rive gauche de la Koura (Mtkvari) tirent un barrage d’artillerie qui oblige les Soviétiques à évacuer les hauteurs de Yaghluja et à retirer leur artillerie lourde. Dépourvue d’appui-feu, la 11e Armée rouge passe à l’offensive durant la nuit du 18 février et la matinée du 19. Les montagnes forment une fortification naturelle en demi-cercle le long de la ligne Kojori-Tabakhmela-Shavnabada-Soganlugi, au sud-est de la capitale. Elles sont défendues par l’armée géorgienne, les bataillons de la garde et 150 cadets de l’école militaire de Tbilissi 9. Ces forces parviennent à repousser plusieurs assauts des Rouges : le 19 au soir, la 54e brigade et la 20e division des fusiliers sont rejetées du village de Shavnabada pendant que la 58e brigade est décimée près de Soganlugi par ses 1 500 défenseurs appuyés par les deux trains, plusieurs véhicules blindés et deux avions. Ce jour-là, la 58e brigade, perdant 530 hommes et plus de 1 000 prisonniers , doit battre en retraite.

  • 10 Ibid., p. 288-289.
  • 11  Kadishev (A.-B.), Intervention and Civil war in Transcausia, Moscow, 1961, p. 391.

10Sur le flanc gauche, la 96e brigade de fusiliers soviétiques, renforcée par la 12e brigade de montagne, capture le village de Kojori. De cette hauteur, les Soviétiques pourraient ainsi précipiter la chute de Tbilissi sous le feu de leur artillerie et prendre à revers les défenseurs de Tabakhmela. Le général Kvinitadze, en jetant toutes ses réserves, parvient avec ses canons à reprendre Kojori alors que les cadets contiennent pendant plusieurs heures la 96e brigade entre Tskhneti et Tabakhmela 10. À l’ouest de Kojori, la ville de Manglisi tombe après deux jours d’assaut par la cavalerie soviétique. Sur le flanc droit, la 26e brigade de fusiliers de la 11e Armée rouge s’empare de la gare de Rustavi et fonce vers la capitale géorgienne en longeant la ligne de chemin de fer Tbilissi-Elisavetpol. Arrêtée le 19 février entre les villages de Karajala et Karatagla, elle est repoussée le 20 sur l’est de Sagarejo. Cependant, au nord-est, la 18e division à cheval soviétique est plus chanceuse. Après avoir pris Signakhi, elle parvient le lendemain aux abords de Kachreti-Kalauri, menaçant d’encercler la capitale géorgienne par le nord 11. Mais au soir du 20 janvier, la défense géorgienne a su repousser l’attaque soviétique et les lourdes pertes subies par la 11e Armée rouge l’empêcheront de reprendre sérieusement le combat avant quatre jours.

24-25 février

  • 12 Ibid., p. 392-393.

11Durant ces quatre jours, les Géorgiens préparent une contre-offensive contre la 11e Armée rouge à partir de leurs positions entre Lilo et la rive orientale de la Koura. L’objectif est de refouler les Soviétiques le plus loin possible de Tbilissi. Faute d’effectifs suffisants, ce plan n’est pas réaliste, d’une part, l’Armée rouge renforce ses rangs avec des troupes aguerries par les combats contre les Russes blancs et, d’autre part, les ingénieurs soviétiques profitent de cette trêve pour réparer le pont de Poylu afin de permettre à cinq trains blindés et à des chars de se rapprocher du front. Vingt-quatre heures avant la nouvelle offensive, toutes les forces de la 11e Armée sont ainsi regroupées en deux ailes de chaque coté de la Koura. L’aile droite doit envelopper Tbilissi par le nord-est et s’emparer de la gare d’Avchala, afin d’empêcher la fuite du gouvernement géorgien. L’aile gauche doit pénétrer la capitale géorgienne le long de la rivière Koura et foncer sur Mtskheta. La cavalerie soviétique, composée de la 20e division de fusiliers à cheval et de la brigade montée arménienne, doit envahir Tbilissi par l’ouest en passant par le village de Tskhneti 12.

12Après 48 heures de combats acharnés, les Soviétiques n’ont toujours pas encerclé complètement Tbilissi, 400 cavaliers géorgiens ralentissant les 1 500 cavaliers rouges près du village de Norio. Ceux-ci sont parvenus toutefois à prendre la gare d’Avchala avant de devoir se retirer après l’intervention d’un train blindé géorgien. Le gouvernement et les troupes les plus fraîches peuvent alors évacuer la capitale. L’attaque de la cavalerie soviétique par l’ouest se heurte les 24 et 25 février à la défense géorgienne retranchée sur la butte 1496 et au nord-est de Tskhnetia. Mais la cavalerie soviétique atteint Digomi où sa manœuvre décide le commandement géorgien à évacuer Tbilissi le 25 au soir. L’évacuation du gouvernement et de son armée permet la poursuite de la résistance géorgienne, alors que le « comité révolutionnaire » de Shoulaveri s’installe dans la capitale et se proclame une deuxième fois gouvernement légitime de la Géorgie.

Le combat pour la Géorgie orientale, l’Abkhazie et Racha

25 février-4 mars

  • 13 Ibid., p. 400.
  • 14  Kvinitadze, p. 321, Kadishev, p. 406.
  • 15  Kadishev, p. 407.

13Après des contre-attaques infructueuses, l’armée géorgienne se replie vers l’ouest de Tbilissi, dans les montagnes de Sourami. Au nord-est, la province de Kakkheti tombe après dix jours de résistance par les irréguliers du général Akhmeteli. Fin février, deux détachements de l’Armée rouge pénètrent en Géorgie orientale par les passes caucasiennes de Roki et de Jvaris et marchent sur Dousheti, compliquant la défense du reste de la province de Kartli 13. Ils y parviennent grâce à l’action de 900 Ossètes qui prennent à revers la garnison géorgienne de Jvaris. Une autre force de 300 Rouges du détachement de Tserky pénètre à travers la passe du Mamisoni dans la province occidentale de Racha. Le 28, Oni étant prise, ils poursuivent leur marche sur Koutaisi où le gouvernement géorgien s’est replié. Simultanément, la 31e division de fusiliers de l’Armée rouge et le 271e régiment de fusiliers marins, appuyés par des irréguliers, mènent une offensive victorieuse en Abkhazie. Fin février, Gagra et Goudauta tombent malgré la résistance des quelques troupes du général Artmeladze appuyées par les canons de la flotte française embossée devant la côte abkhaze 14. Le 3 mars, les Géorgiens abandonnent leurs positions bien fortifiées à l’ouest de Novyi Afon. Le 4, les Rouges entrent à Soukhoumi et le 7, Ochamchira tombe. À Soukhoumi, les Soviétiques fondent un comité révolutionnaire distinct et indépendant de celui qui siège déjà à Tbilissi. Ce comité proclame la création d’une « République socialiste soviétique d’Abkhazie », commençant ainsi le démembrement de la Géorgie 15.

14Le théâtre principal demeure la province de Kartli à l’ouest de Tbilissi où le général Kvinitadze rassemble 6 000 soldats aguerris. Pour défaire ce noyau de la résistance géorgienne, la 11e Armée rouge forme le « groupe de Batum » comprenant deux brigades de la 9e division de fusiliers et les 12e et 18e divisions à cheval. Début mars, ce groupe attaque Mtskheta et Gori qui tombent le 3 après de durs combats. Les Géorgiens se replient alors sur la ville fortifiée de Mikhailovo (Kashuri) pour fermer la passe de Sourami et bloquer ainsi l’avance des Rouges en Géorgie occidentale.

La bataille de Sourami

4-7 mars

  • 16 Ibid., p. 317.
  • 17  Kadishev, p. 402.

15Le 4 mars, l’avant-garde du groupe soviétique de Batum – forte de 3 000 à 4 000 hommes – progresse sur les deux rives de la Koura, s’emparant des villages de Nabathevi et Azarma et s’approchant ainsi de Mikhailovo. Le lendemain matin, ils tentent une attaque infructueuse contre les fortifications géorgiennes. Soutenue par trois trains blindés, la contre-attaque géorgienne permet de repousser les forces soviétiques des 52e, 25e et 26e brigades de fusiliers et du 9e régiment de cavaliers qui sont obligés d’abandonner leur artillerie. La situation change radicalement quand le flanc gauche des forces géorgiennes quitte sans raison apparente ses positions pour se retirer vers l’ouest 16. La victoire devient impossible et Kvinitadze doit suivre avec le gros de ses troupes. Le 6, les Rouges reprennent l’offensive contre Mikhailovo et s’emparent de la place forte de Sourami et de son tunnel stratégique. Le même jour, les 52e et 25e brigades de fusiliers prennent la gare de Tsypa tandis que la 26e brigade et la 18e division de cavaliers occupent la ville de Borjomi et progressent vers Akhaltsikhe 17. La Géorgie occidentale devenant indéfendable, la résistance organisée prend fin.

L’intervention turque

  • 18  Kvinitadze, p. 277 et 430, Kadishev, p. 408.

16Pendant toute cette période, le gouvernement nationaliste turc poursuit sa coopération avec la Russie soviétique et se confronte aux forces des pays occidentaux. Cependant, l’effondrement des États indépendants du Caucase ouvre des perspectives aux nationalistes turcs pour s’emparer de territoires disputés bien que la Géorgie – abandonnée par les Occidentaux – soit disposée à des concessions territoriales pour gagner un soutien turc. Alors que la bataille de Tbilissi fait rage, les diplomates géorgiens promettent à la Turquie de lui céder les régions d’Ardahan et d’Artvin en échange d’une intervention turque aux côtés de la Géorgie ou au moins de sa neutralité 18. Acceptant l’offre, les troupes turques commandées par Kazim Karabekir Pacha traversent la frontière géorgienne le 23 février et prennent possession des régions concédées et des villes d’Ardahan, Artvin, Ardanuc et Okam. Mais après la chute de Tbilissi, les Turcs avancent bien au-delà du territoire qui leur a été attribué, cherchant à atteindre leurs frontières de 1828. Le 7 mars, ils pénètrent Akhaltsikhe et Akhalkalaki gagnant les alentours de Batoumi où ils rencontrent peu ou pas de résistance.

  • 19  Kadishev, p. 413.
  • 20 Ibid., p. 408.

17L’expansionnisme turc en Géorgie est remis en cause le 8 mars quand la 18e division de cavalerie soviétique entre à son tour dans Akhaltsikhe, forçant l’armée turque à se retirer sur la frontière de la région d’Ardahan. La même situation se répète le lendemain quand un petit détachement de la 11e Armée rouge marche sur Borjomi, pénètre Akhalkalaki, forçant les kémalistes à se replier 19. À cet instant, les forces soviétiques reçoivent l’ordre d’éviter toute confrontation et de ne traverser sous aucun prétexte les frontières administratives des régions d’Artvin et d’Ardahan 20. Les Turcs recouvrent seulement leurs frontières de 1877, satisfaisant leurs ambitions minimales en Géorgie. Mais dix jours plus tard, les événements de Batoumi créent de nouveaux obstacles pour la coopération soviéto-turque.

La chute de la Géorgie occidentale, la retraite vers Batoumi et l’évacuation du gouvernement géorgien

8-13 mars

  • 21 Ibid., p. 409.
  • 22  Kvinitadze, p. 324.

18Le 9 mars, Zugdidi tombe entre les mains du groupe soviétique de Mamisoni venant d’Oni depuis le nord-ouest. Le 10 mars, la 98e brigade de fusiliers prend Sourami. La perte de Sourami et l’avance victorieuse des troupes soviétiques d’Abkhazie et de Racha rendent la défense du reste du territoire géorgien presque impossible. Le gouvernement géorgien quitte alors Koutaisi pour Batoumi tandis que 3 000 soldats géorgiens se replient à Samtredia sous la protection des trains blindés 21. En dépit de ces défaites, Kvinitadze a un nouveau plan pour poursuivre la guerre. Toutes les forces géorgiennes traverseraient la rivière de Rioni vers Gouria et Ajaria et contiendraient les forces soviétiques en établissant de nouvelles lignes de défense sur les montagnes et le long des rivières se jetant dans la mer Noire. Kvinitadze estime qu’en cas d’échec, le gouvernement et les dernières troupes pourraient toujours se retrancher dans le port très bien défendu de Batoumi tout en lançant une campagne de guérilla dans toute la Géorgie en utilisant les provinces montagneuses de Svaneti et Pshavo-Khevsureti comme bases principales 22. Cependant, l’invasion turque de Batoumi et d’Ajaria annihile le dernier plan stratégique des chefs militaires géorgiens. Entre le 11 et le 17 mars, les kémalistes pénètrent dans la ville, s’emparant de certains forts qui assuraient son système de défense puis essayant de les prendre tous.

14-21 mars

  • 23  Ses archives se trouvent à la BDIC à Nanterre.

19La perte de Batoumi considérée comme la dernière place forte géorgienne rend dorénavant toute résistance impossible. Le gouvernement géorgien envoie des émissaires à Koutaisi pour négocier un cessez-le-feu avec le commandement d’une Armée rouge elle-même épuisée et dispersée. Selon les termes de cet accord, le gouvernement géorgien se voit accorder plusieurs jours pour démobiliser les restes de son armée et l’évacuer vers Constantinople. Le 17 mars, le gouvernement et le haut commandement géorgiens ainsi que quelques milliers de soldats et de civils embarquent sur deux bateaux français et un italien qui doivent appareiller le lendemain. Les troupes restant à Batoumi sont placées sous les ordres du général Mazniashvili qui est chargé de leur démobilisation. Le même jour, Kazim Bei, le commandant turc, place Batoumi sous administration turque et s’autoproclame gouverneur général. Mazniashvili ordonne alors aux troupes géorgiennes de chasser les Turcs de la ville. Après trois jours de combats féroces, les Turcs doivent abandonner Batoumi et le nord d’Ajaria. Le matin suivant, l’Armée rouge entre à Gouria et à Ajaria pour recevoir la reddition des forces de Mazniashvili. Un petit groupe de soldats irréductibles refuse de déposer les armes et s’enfuit vers la montagne pour continuer une guerre de partisans sous les ordres du colonel Cholokashvili. Trois jours plus tard, un décret du comité révolutionnaire dissout le Parlement de Géorgie. Le gouvernement géorgien en exil se réfugie en France, où il survit jusqu’en 1939 23.

Conclusion

20Le processus de construction de la nation géorgienne est interrompu par la guerre de 1921 et par la soviétisation de la plus grande partie du pays à l’exception des régions cédées à la Turquie. Le bref intermède de l’indépendance est fini. Née de la crise et du chaos, la première République n’a pas eu assez de ressources pour résoudre les problèmes internes majeurs et résister en même temps à la pression extérieure. Cet État géorgien restauré manque également d’appuis internationaux chez les puissances alliées. Protéger cette petite république socialiste leur paraît beaucoup moins intéressant que d’attendre passivement un conflit entre la Russie soviétique victorieuse et la Turquie kémaliste sur les problèmes du sud Caucase. Cette Géorgie indépendante n’a pas non plus une idéologie dominante ou un sentiment d’indépendance nationale assez partagé. Parmi les autres raisons de la défaite, on peut signaler l’absence d’une direction énergique capable de souder la nation.

21Quels que soient ces faiblesses et ces échecs, le précédent d’une nation indépendante est crée, avec des institutions démocratiques élémentaires et des réformes économiques majeures. Plus important encore, après l’indépendance perdue, la Géorgie n’est pas réintégrée dans la Russie alors qu’elle faisait partie de l’Empire russe. Elle devient l’une des « Républiques soviétiques » qui, politiquement inféodées à Moscou, conservent toutefois un statut de quasi-État. Les trois années de l’indépendance géorgienne ne sont pas non plus complètement oubliées et cette mémoire transmise de génération en génération anime les mouvements de libération nationale de la fin des années 1980 et la « révolution rose » de 2003.

Haut de page

Notes

1  Jones (Stephen F.), “Georgia: The Trauma of Statehood” in J. Bremmer and R. Taras (eds.), New States New Politics: Building the Post-Soviet Nations,Cambridge, 1997, p. 508.

2  Blank (Stephen), “Bolshevik Organizational Development in Early Soviet Transcaucasia: 1918-1924” in R.-G. Suny (ed.), Transcaucasia, Nationalism and Social Change, Ann Arbor, 1999.

3 Kvinitadze (Giorgi),My Memoirs from the Years of Independence 1917-1921, Paris, 1985, p. 282.

4 Ibid., p. 303.

5 Ibid., p. 279.

6 Ibid., p. 283.

7 Ibid., p. 281.

8 Ibid., p. 269.

9 Ibid., p. 285.

10 Ibid., p. 288-289.

11  Kadishev (A.-B.), Intervention and Civil war in Transcausia, Moscow, 1961, p. 391.

12 Ibid., p. 392-393.

13 Ibid., p. 400.

14  Kvinitadze, p. 321, Kadishev, p. 406.

15  Kadishev, p. 407.

16 Ibid., p. 317.

17  Kadishev, p. 402.

18  Kvinitadze, p. 277 et 430, Kadishev, p. 408.

19  Kadishev, p. 413.

20 Ibid., p. 408.

21 Ibid., p. 409.

22  Kvinitadze, p. 324.

23  Ses archives se trouvent à la BDIC à Nanterre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrew Andersen et George Partskhaladze, « La guerre soviéto-géorgienne et la soviétisation de la Géorgie (février-mars 1921) », Revue historique des armées, 254 | 2009, 67-75.

Référence électronique

Andrew Andersen et George Partskhaladze, « La guerre soviéto-géorgienne et la soviétisation de la Géorgie (février-mars 1921) », Revue historique des armées [En ligne], 254 | 2009, mis en ligne le 17 mars 2009, consulté le 20 avril 2014. URL : http://rha.revues.org/6463

Haut de page

Auteurs

Andrew Andersen

Né en Russie, il a enseigné à l’université d’État de Moscou où son doctorat portait sur le rôle des États-Unis au Vietnam (1962-75) et sa perception par la presse et les médias. Au début de la Perestroïka, il a quitté l’URSS pour l’Allemagne où il a animé plusieurs séminaires et projets au sein de la Wirtschaftsakademie de Kiel (Schleswig Holstein). Ayant émigré au Canada, il a enseigné à l’université Simon Frazer et à l’université de Victoria. Depuis 2003, il est chercheur associé au centre d’études d’histoire militaire et stratégique de l’université de Calgary.

George Partskhaladze

Né en Géorgie, il est docteur en mathématiques. Il a notamment travaillé au département des équipements industriels de l’université de la Saar et à l’académie des sciences et de technologie de la Saar (Allemagne). De 1998 à 2006, il a enseigné à l’université silésienne d’Opava (République tchèque) et travaille actuellement comme analyste et concepteur des systèmes informatiques du musée national de Géorgie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org