Navigation – Plan du site
Variations

Guerre et renseignement sous la Révolution. Les agents du Conseil exécutif provisoire (1792-1793)

Antoine Boulant
p. 82-91

Résumés

De septembre 1792 à décembre 1793, le Conseil exécutif provisoire envoya dans les départements et aux armées plusieurs dizaines d’agents de liaison chargés notamment de le renseigner sur les événements militaires. Ceux qui furent expédiés par le ministre des Affaires étrangères eurent un rôle particulièrement essentiel, et le millier de rapports qu’ils rédigèrent à son attention livrent un nombre d’informations considérable. La centralisation accrue des pouvoirs initiée par le gouvernement révolutionnaire finit cependant par entraîner rapidement la disparition de ce système de surveillance original.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

renseignement, Révolution
Haut de page

Texte intégral

1Après la chute du trône et la destitution de Louis XVI, en août 1792, l’Assemblée législative avait procédé à la formation d’un Conseil exécutif provisoire, composé des différents ministres et auquel elle avait attribué la promulgation des lois. Dans un contexte troublé de « patrie en danger » et de défaites militaires, l’une des premières tâches de ce conseil – dont le rôle dans la conduite de la politique de la nation allait rapidement s’avérer essentiel – fut de tenter d’imposer aux administrations et aux armées une unité d’action et de principes. Pour ce faire, il lui fallait expédier dans les départements et aux frontières un certain nombre d’agents de liaison chargés à la fois de renseigner le gouvernement et de faire appliquer ses décisions.

  • 1  Biard (M.), Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Pa (...)

2Dès 1790, le pouvoir législatif lui-même avait pris l’initiative d’envoyer deux émissaires à Nancy pour collecter des informations sur la mutinerie militaire qui s’y était déclarée. Deux ans plus tard, suite à la déclaration de guerre, plusieurs députés avaient été expédiés aux armées et dans les différents camps militaires. Après la chute de la monarchie, le nombre d’agents envoyés en province par l’Assemblée ne cessa d’augmenter et les fameux « représentants du peuple en mission » couvrirent bientôt l’ensemble du territoire national. Le rôle capital de ces agents de liaison, dont les pouvoirs étaient particulièrement étendus, a été largement étudié par les historiens et a récemment fait l’objet d’un remarquable travail de synthèse 1.

  • 2  Voir notamment : Blanc (O.), « L’organisation des services secrets français sous la Première Répub (...)

3Il n’en est pas de même de ceux qui furent employés par le Conseil exécutif provisoire, et du rôle qu’ils jouèrent tout particulièrement dans le domaine du renseignement militaire. Outre que ce conseil n’a fait l’objet que de rares études, c’est l’histoire du renseignement dans son ensemble qui a longtemps souffert de l’indifférence de l’historiographie 2. L’existence de ces agents témoigne pourtant de cette volonté qu’eut le pouvoir central, non seulement de récolter le maximum d’informations dans un contexte de guerre, mais également de répandre les principes républicains dans un souci de cohésion nationale face à la contre-révolution intérieure et étrangère.

  • 3  Aulard (A.), « Organisation du service des agents secrets dans la Première République », La Révolu (...)

4L’envoi d’agents de liaison par le pouvoir exécutif s’effectua dans les premiers jours qui suivirent la chute de la monarchie. En septembre 1792, une équipe constituée de quarante-huit agents sillonna seize départements environnant Paris afin d’y encourager les levées d’hommes et les réquisitions. Le titre qui leur fut donné – « commissaires du pouvoir exécutif » – renvoie aux fameux « commissaires départis pour la justice, police et finance » grâce auxquels la monarchie avait pu asseoir son autorité dans les provinces et auprès de ses armées. Ils furent ensuite rejoints par des « missionnaires patriotes » chargés d’encourager diverses mesures de défense, notamment la fabrication des armes. Critiqués par les autorités locales, ils furent rappelés à Paris trois semaines plus tard. Le 15 avril 1793, le Comité de salut public arrêta l’envoi de neuf agents chargés de lui transmettre un état de l’esprit public, notamment aux frontières. Le mois suivant, le ministre de l’Intérieur Garat posa les bases d’un véritable service de renseignement à l’échelle nationale en mettant en place un « État général d’observation et de correspondance pour tous les départements de la République », qui excluait cependant les questions militaires. Parallèlement, le ministre de la Guerre Bouchotte expédia de nombreux agents, ayant notamment pour instruction de « prendre des renseignements, et surtout près des soldats, sur les officiers qui ne méritent pas la confiance publique et sur ceux qui ont du patriotisme et de la capacité » 3.

5Aucun des services de renseignement mis en place par les différents ministres composant le Conseil exécutif ne peut cependant être comparé à celui qui fut institué par le ministre des Affaires étrangères Lebrun. Par le nombre des agents employés et la quantité de rapports qui lui furent adressés, ce système d’observation allait rapidement se révéler être une source d’information essentielle pour le gouvernement révolutionnaire, notamment dans le domaine militaire.

La mise en place du système de surveillance

  • 4  Le plan de surveillance, ainsi que l’ensemble de la correspondance des agents, sont conservés aux (...)

6Le plan de surveillance de Lebrun fut mis en place en mai 1793, au moment même où le ministre de l’Intérieur expédiait ses propres agents dans les départements 4. Partant du constat que les officiers et les administrations locales étaient dans l’incapacité d’envoyer au gouvernement les informations qui lui étaient nécessaires dans un délai raisonnable, il soulignait la nécessité de les doubler d’agents directement contrôlés par le pouvoir central et spécifiquement chargés de la collecte du renseignement. Lebrun prévoyait d’envoyer ses agents dans quatre zones : Paris, les départements, les armées et les pays étrangers. Démunis de tout pouvoir de décision – excepté celui qui pourrait leur être délégué momentanément par les municipalités ou les représentants du peuple – puisque n’ayant pas été élus, ces agents se voyaient confier, non seulement une mission d’observation, mais également de maintien de l’esprit public : à la surveillance s’ajoutaient la propagande, la dénonciation et l’action révolutionnaire.

  • 5  AAE/MDF, vol. 322, fol. 26.
  • 6  Ibid., fol. 33.
  • 7  Ibid., fol. 37.

7Un chapitre du plan était spécifiquement consacré à la « surveillance militaire », demandant aux agents de porter leur attention sur « les événements, les approvisionnements, les plaintes du soldat, les abus en tout genre et les officiers » 5. Des « instructions » 6 leur recommandaient de se présenter aux généraux avec le titre d’« agents du Conseil exécutif » et de les « voir assez souvent », en conservant à l’esprit que l’une de leur principale mission était de « veiller sur tous les états-majors » et de « parcourir les camps ». Un « tableau » 7 joint aux instructions leur demandait de répandre des observateurs chez l’ennemi, de surveiller « l’esprit qui anime l’armée » ainsi que « l’effet que produit sur les militaires la lecture des décrets de la Convention », de surveiller les généraux, notamment leur « conduite » et leurs « liaisons », ainsi que les « fournisseurs de vivres » ; il donnait pour consigne de surveiller « la marche, les forces, les projets des armées combinées, l’esprit des provinces ennemies qui sont le théâtre de la guerre, la manière dont elles vivent cette guerre, les ressources en finances et en subsistances, l’esprit des soldats étrangers, les progrès de leurs divisions », ainsi que « les délits militaires et leurs causes ». Il en ressort que la surveillance des agents devait bien davantage se porter sur les aspects matériels et psychologiques de l’organisation de la victoire que sur des considérations purement stratégiques, qui relevaient plus des représentants en mission en liaison directe avec le Comité de salut public.

8On peut s’étonner qu’un ministre des Affaires étrangères ait eu à diriger une équipe d’agents chargés de remplir des missions dont certaines relevaient strictement du département de la Guerre. Sans doute faut-il y voir une volonté du gouvernement d’associer l’ensemble des ministres à l’effort de guerre, d’autant que le département des Affaires étrangères disposait d’importants fonds secrets susceptibles d’entretenir un grand nombre d’agents. Compte tenu de la difficulté à envoyer des émissaires dans les pays coalisés contre la France, il eût été illusoire de vouloir consacrer la totalité des fonds secrets à cette seule mission, si importante fût-elle.

9Placés sous l’autorité d’un bureau spécifiquement chargé de leur gestion et du dépouillement de leur correspondance, les agents furent recrutés sur une période de plusieurs mois. En fait, on sait que plusieurs d’entre eux furent employés par le ministre des Affaires étrangères dès le mois de septembre 1792, huit mois avant la mise en place officielle du plan de surveillance. Le service fut donc en perpétuelle évolution, les agents étant choisis et expédiés en fonction des circonstances politiques et militaires. Au total, ils furent quatre-vingt-dix-sept à renseigner le ministre des Affaires étrangères, tandis que Garat n’employait pour sa part que trente-sept agents. Sur les quarante-quatre dont il a été possible de reconstituer la carrière avant leur recrutement, vingt-deux étaient déjà employés par le Conseil exécutif, quatre travaillaient comme commis dans des bureaux ministériels, quatre étaient secrétaires de légation, trois étaient militaires, trois étaient hommes de loi et huit exerçaient diverses professions. Loin de devoir être considérés comme de simples mouchards recrutés dans les milieux populaires, les agents étaient tous issus de la moyenne bourgeoisie. La qualité rédactionnelle de leurs rapports témoigne également de leur degré d’instruction.

  • 8  AN, AF II 3, pl. 18, p. 21.

10Avant d’être expédiés dans les départements et aux armées, ils étaient munis de leur arrêté de nomination qui précisait le détail de leur mission. Nommé le 18 avril 1793, Pierre Gadolle fut ainsi envoyé à Dunkerque avec l’ordre de « prendre, de concert avec les corps administratifs et militaires, la connaissance la plus exacte de la situation de cette ville, de ses munitions, de ses subsistances et de tous les objets qui intéressent la sûreté de la place », en veillant tout particulièrement à l’exécution des arrêtés du Conseil exécutif ayant ordonné « l’établissement le long des côtes de fourneaux à rougir les boulets » 8. Afin de faciliter leurs contacts avec les autorités locales, un passeport était également remis aux agents, ainsi que des instructions écrites leur demandant d’avoir une correspondance quotidienne avec le ministre.

L’envoi des agents dans les départements

  • 9  En juin 1793, Lebrun fut remplacé par Desforgues à la tête du département des Affaires étrangères.

11L’étude de la correspondance des agents – près de mille rapports adressés au ministre 9 pendant quinze mois – permet de reconstituer la chronologie des principales missions, et plus particulièrement celles qui eurent pour objet la surveillance des armées et la mise en œuvre de l’effort de guerre. Le premier agent envoyé par Lebrun fut un nommé Ladouay, chargé en septembre 1792 de suivre dans sa marche l’armée du général Dumouriez et de rendre compte des opérations et de l’esprit des soldats et de l’état-major. En décembre, Claude-Denis Vautin, dit Saint-Charles, reçut pour instruction de fournir des renseignements sur l’armée des Alpes. Dans le même temps, le ministre chargea Raymond Blanié, qui servait déjà d’informateur au général Biron, de le renseigner depuis Strasbourg sur les opérations militaires. En mars 1793, Thomas Baudry fut envoyé dans l’Ouest avec pour mission de rédiger des rapports sur le mouvement des armées vendéennes ; successivement posté aux Sables-d’Olonne, à Fontenay-le-Comte, à Niort, à la Rochelle, à Angers et à Nantes, rapidement secondé par un autre agent, il parvint à sillonner pendant cinq mois l’ensemble du territoire insurgé. Également en mars, Joseph Mandrillon fut envoyé à Lille. En avril, Pierre Gadolle gagna Dunkerque, puis Bergues, Calais et Hondschoote. Leclère Saint-Pré fut expédié à Valenciennes, tenta en vain de passer en Allemagne, puis gagna Arras et Cambrai. Louis Dupérou fut envoyé à Strasbourg tandis que François Melletier partait pour Valenciennes et que Jean-Baptiste Borel et Louis-Antoine Cailhasson rejoignaient le Midi. En mai, Pierre Chépy fut envoyé à Chambéry, où stationnait l’état-major de l’armée des Alpes ; il se rendit à Genève puis stationna à Grenoble, effectuant de nombreux déplacements le long de la frontière piémontaise. Pierre-Jean Amaudry rejoignit le Nord, visitant de nombreuses places parmi lesquelles Cambrai, Douai, Lille, Dunkerque et Calais. Il fut rejoint en août par deux autres agents, Menneville et Duvivier.

12Le nombre de missions augmenta sensiblement à partir du mois de septembre. Un groupe de quatorze agents fut envoyé à Marseille, tandis que Jean-Frédéric Simon partait pour Strasbourg avant de rejoindre Metz. Charles de Catus fut envoyé à Mulhouse, François Topino-Lebrun à Marseille, Winceslas Wusten et Guillaume Chartres à Montmédy. En octobre, le ministre expédia Louis Corbigny à Rennes, qui passa ensuite à Saint-Malo et Lorient. Un nouvel agent dénommé Galon-Boyer rejoignit Marseille, tandis que Louis Mayenfeld partait pour Besançon et que Joseph Lange prenait la direction de Maubeuge. Edmond Desgranges fut expédié à Bordeaux ; Frédéric Haupt gagna Belfort avant d’effectuer plusieurs voyages en Suisse ; Hauser et Blessmann partirent pour Huningue, Magnée et Demeuze pour Sedan, Deschamps et Pereyra pour Calais. Junius Rambourg fut expédié à Mezières puis effectua de nombreux déplacements à Revin, Sedan et Charleville, avant de rejoindre Givet. D’autres agents prirent la route de Lyon, Brest, Thionville, Bergues, Perpignan, Toulouse, Nîmes, Bayonne, Nice, Boulogne et Montpellier.

13L’examen des rapports permet de dégager deux grandes tendances, tant sur la chronologie des missions que sur leur répartition géographique.

14Le nombre d’agents envoyés en mission est assez faible avant le mois d’avril 1793. C’est à partir de cette époque que les circonstances politiques et militaires – formation de la première coalition, début de l’insurrection vendéenne, trahison du général Dumouriez – justifièrent la mise en place du système de surveillance et l’envoi de nombreux agents. Il est plus difficile d’interpréter la baisse importante de l’été, alors que l’insurrection fédéraliste prenait de l’ampleur et que la guerre se poursuivait aux frontières. Le système de surveillance atteignit son apogée au mois d’octobre, ce qu’il convient d’attribuer davantage aux nouveaux champs d’observation offerts aux agents – notamment dans le domaine de la répression politique et religieuse – qu’aux questions plus proprement liées à la défense nationale et à l’effort de guerre.

15Par ailleurs, l’étude de la répartition géographique des missions révèle que vingt-six agents furent envoyés dans le Sud-Est, dix-sept dans l’Est, seize dans le Nord, seize sur la frontière du Nord-Est, dix dans le Sud-Ouest et dix dans l’Ouest, pour un total de trente et un départements. Cette répartition confirme, s’il en était besoin, l’objectif essentiel du gouvernement, c’est-à-dire la couverture des zones les plus menacées par la guerre civile et l’invasion étrangère.

16Les instructions confiées aux agents prévoyaient explicitement qu’ils devaient se présenter aux autorités afin de leur faire part de la nature de leur mission et dissiper ainsi tout malentendu. On touche ici à l’ambiguïté de leur statut et au paradoxe dont souffrait le système de surveillance dans son essence même. Qualifiés d’« agents secrets » dans la plupart des documents qui régissent leur organisation, étant appelés à opérer dans la discrétion leur mission d’observation, ils étaient parallèlement tenus de se déclarer auprès des municipalités, des généraux et des représentants en mission. Aussi la plupart se présentèrent-ils officiellement comme « commissaires du pouvoir exécutif », s’attirant les reproches du ministre qui ne souhaitait pas qu’ils donnent à leur mission un caractère public.

  • 10  Le général Beauharnais ne cachait pas au ministre sa satisfaction de voir Blanié l’instruire « ave (...)

17En tout état de cause, la présence de ces agents suscita des réactions diverses. De nombreuses municipalités, qui les suspectaient – souvent à juste titre – de vouloir les espionner, refusèrent de collaborer avec eux. Des incidents éclatèrent avec plusieurs représentants en mission, qui s’irritaient de voir se multiplier des agents de liaison au détriment de l’unité d’action qu’ils tentaient d’imprimer. Nombreuses sont les lettres qu’ils écrivirent pour dénoncer l’ambiguïté de la position des agents, leur manque de considération, le croisement de leurs opérations avec celles des autorités constituées, leur volonté de donner des ordres et leur inexpérience dans le domaine militaire. Il faut pourtant relever que d’autres représentants trouvèrent dans les agents des collaborateurs précieux. Certains allèrent même jusqu’à leur déléguer une partie de leurs pouvoirs. Ainsi Chaudron-Rousseau, représentant en mission dans le Tarn, confia-t-il à Cailhasson la tâche d’organiser la levée d’un bataillon d’élite et d’opérer une réquisition d’armes et d’habits pour l’armée : d’agent« secret », ce commissaire dépourvu de toute légitimité élective était devenu l’auxiliaire d’un représentant du peuple. On retrouve également chez les officiers ce mélange de méfiance – voire d’exaspération à l’égard de certains agents qui n’hésitaient pas à donner des ordres dans des domaines qui relevaient de leur seule responsabilité – et de reconnaissance pour ceux qui leur fournissaient des informations parfois essentielles sur l’organisation des armées coalisées 10.

Les rapports et leur exploitation

  • 11  Seuls les rapports rédigés par Blanié depuis Strasbourg sont exclusivement consacrés aux opération (...)

18Analysons à présent le corpus même des rapports. Sur les 933 documents qui furent adressés au ministre, les deux tiers abordent directement la question de la guerre, extérieure ou intérieure : 354 rapports fournissent ainsi des informations relatives à l’effort de guerre, aux armées et aux opérations militaires aux frontières, 151 des renseignements sur les pays étrangers et les armées coalisées et 108 sur les opérations militaires en Vendée. Par ailleurs, 257 traitent du problème de l’esprit public et des suspects, essentiel dans les zones menacées par l’invasion étrangère ou touchées par la guerre civile. Les autres rapports abordent les questions relatives à la vie économique et religieuse. Précisons qu’à quelques rares exceptions, chaque rapport fournit des renseignements sur plusieurs sujets différents 11.

19On ne saurait évidemment énumérer ici la totalité des sujets relatifs à la guerre qui sont abordés dans les rapports. Ils peuvent toutefois être regroupés en quelques thèmes dominants.

  • 12  « Doyen, ami de Kellermann, est un homme franc, un dur soldat qui paraît déterminé à garder la sév (...)
  • 13  « Les soldats se dégoûtent et s’abandonnent au découragement parce qu’ils sont livrés à eux-mêmes, (...)

20Les officiers constituent le premier objet de la surveillance des agents. La trahison du général Dumouriez et l’incompétence réelle ou supposée de certains généraux avaient excité la méfiance du gouvernement qui, à partir du mois d’août 1793, avait décidé d’accroître sa surveillance sur les états-majors et d’en écarter les officiers d’origine noble, jusque-là tolérés. Les rapports fournissent ainsi sur eux des informations de toute nature, notamment sur leur comportement et leur degré de républicanisme. Tandis que certains n’hésitent pas à faire l’éloge de certains officiers, d’autres constituent de sévères réquisitoires, s’assimilant parfois à de véritables listes de suspects 12. La troupe est également l’objet de toute l’attention des agents : on les voit parcourir les camps militaires, surveiller les conditions de la réquisition, mesurer l’état d’esprit des soldats 13 et passer au crible tous les problèmes auxquels ceux-ci sont confrontés, qu’il s’agisse d’approvisionnement, d’habillement, d’équipement, de munitions ou de chevaux.

  • 14  « Nous venons de visiter la fabrique de canons établie à Indret. (…) Il est impossible de trouver (...)

21Après avoir évoqué les hommes, les rapports s’attachent aux choses. La fortification des villes qui bordent les frontières est un objet de surveillance essentiel : redoutes, murailles et souterrains sont systématiquement inspectés. Il en est de même des arsenaux et des manufactures d’armes, dont le bon fonctionnement est fondamental dans le cadre de l’impulsion donnée par le gouvernement à l’industrie de guerre 14. Les hôpitaux militaires sont également visités.

  • 15  « Un courrier extraordinaire de l’armée de la Moselle a annoncé que ladite armée a repoussé l’enne (...)

22Les opérations militaires elles-mêmes font l’objet de multiples rapports, qui relatent les victoires et les défaites essuyées par les armées républicaines, tant sur les frontières que dans les zones de guerre civile 15.

  • 16  « Les forces du Brisgau, y compris les forces impériales et des cercles arrivés depuis le 25 mai, (...)

23La grande majorité des renseignements fournis sur les armées étrangères concernent les contingents autrichiens, prussiens, hessois, anglais, hollandais et hanovriens, c’est-à-dire ceux qui menacent directement les frontières du Nord et du Nord-Est. Seuls deux rapports de Chépy évoquent l’armée piémontaise, tandis que l’armée espagnole ne fait l’objet d’aucune observation. Les quatre-vingt-cinq rapports expédiés par Blanié depuis Strasbourg sont un modèle du genre, fournissant des éléments d’une remarquable précision sur la composition des armées coalisées, les effectifs 16, les localités occupées, les mouvements des troupes, les distances parcourues, les opérations, le ravitaillement, l’armement ou les fortifications. En Vendée, les rapports de Baudry fournissent de nombreux renseignements sur la composition de l’armée catholique et royale.

  • 17  « L’esprit public dans la Belgique est favorable en ce moment aux affaires de France. Le séjour de (...)

24Moins nombreuses sont les informations relatives aux pays étrangers. Trente-neuf rapports livrent ainsi des renseignements sur la Belgique. Perdue par la France en mars 1793, elle faisait l’objet de toute l’attention du gouvernement. Aussi les rapports tentent-ils de fournir un état précis des forces autrichiennes et de l’état d’esprit des populations, insistant – parfois avec complaisance – sur les excès commis par les Autrichiens et le désir des habitants de voir revenir les troupes françaises 17. Treize rapports renseignent sur la Suisse, un sur le Piémont et un sur la Grande-Bretagne – le blocus des côtes françaises par les navires britanniques empêchant toute communication.

25La forme elle-même des rapports appelle quelques remarques. De longueurs inégales, très correctement rédigés, ils témoignent pour la plupart d’un grand souci du détail. Beaucoup d’agents appuient notamment leurs observations sur des chiffres, notamment quand il s’agit d’évaluer les pertes d’une bataille, de dénombrer les effectifs d’un contingent ou le nombre d’armes dans une manufacture. Parallèlement, ils sont nombreux à user – voire abuser – d’une grande liberté de commentaire et de critique, les renseignements fournis faisant régulièrement l’objet de leurs jugements personnels. Les exemples les plus précis se retrouvent souvent noyés dans une phraséologie directement inspirée de la rhétorique jacobine, qui témoigne d’une forte imprégnation idéologique.

26Quant à la question de la crédibilité des informations fournies, elle est au cœur de la problématique même du renseignement. Si nous n’avons retrouvé aucune lettre émanant du gouvernement mettant explicitement en cause leur véracité, et si – comme on va le voir – les rapports semblent avoir été largement exploités, on ne saurait les exempter d’erreurs, d’oublis et d’interprétations abusives. On sait notamment qu’un grand nombre d’informations ne résultèrent pas d’une observation directe des agents mais qu’elles leur furent communiquées par des voies détournées, sans faire l’objet d’une quelconque vérification avant d’être adressées au ministre.

  • 18  AAE/MDF, vol. 329, fol. 121.

27Chaque jour, le bureau des agents secrets recevait un nombre plus ou moins important de rapports. Sur chacun d’eux était inscrite la mention « Affaires secrètes »ainsi que la date de réception et un numéro d’enregistrement. Les documents étaient ensuite transmis au ministre, puis restitués aux secrétaires afin qu’ils en dressent des copies intégrales ou des extraits à destination des membres du gouvernement. Examinons ainsi, à la lumière des annotations qui lui ont été apportées dans la marge, ce rapport adressé par Chépy depuis Grenoble le 31 août 1793 18. Un premier passage, concernant la marche des troupes du général Carteaux vers Toulon, a fait l’objet d’un extrait destiné au Comité de salut public. Un deuxième passage, composé de quelques notes relatives aux commissaires des guerres de l’armée des Alpes, a été recopié pour être adressé au ministre de la Guerre. Un troisième, traitant du régime des prisons, est à destination du ministre de l’Intérieur. Un dernier passage, dans lequel Chépy exprime son désir de voir l’armée de Carteaux rejoindre les Pyrénées, a été transmis à la fois au Comité de salut public et au ministre de la Guerre.

  • 19  Le 8 juillet 1793, Desforgues écrivait à Bouchotte : « Je vous transmets, mon cher collègue, deux (...)
  • 20  « Je vous envoie copie d’un extrait d’une lettre que m’a transmis le ministre des Affaires étrangè (...)

28Si un grand nombre de rapports ne comportent pas d’annotations en marge – soit qu’ils n’aient pas été lus, soit qu’ils n’aient pas fait l’objet d’extraits, soit qu’ils aient été intégralement recopiés sans distinction entre leurs différents objets –, il apparaît certain que le gouvernement eut connaissance d’une part importante des renseignements fournis par les agents 19. Il est également avéré que le ministre de la Guerre adressa lui-même certains extraits de rapports aux généraux 20. Il est en revanche très difficile de connaître la part exacte qu’eurent ces renseignements dans les décisions du gouvernement en matière militaire, d’autant qu’ils se confondaient à des informations provenant d’autres sources. Le Comité de salut public, en particulier, s’appuyait très largement sur la volumineuse correspondance que lui adressaient les représentants en mission, et qui lui fournissait un nombre d’éléments considérable. Il faut donc inscrire les rapports reçus par le ministre des Affaires étrangères dans un vaste réseau reliant le gouvernement à un ensemble d’agents qui contribuèrent tous, à des degrés divers, à l’informer des événements.

La fin du système de surveillance

29Les premiers agents avaient été expédiés en septembre 1792 ; les derniers le furent en décembre 1793. Ce fut alors que le ministre des Affaires étrangères rappela à Paris tous ses commissaires encore en activité, mettant fin au système de surveillance.

  • 21  Aulard (A.), Recueil des actes du Comité de salut public, Paris, 1889-1951, t. VI, p. 419.

30Cette décision – qui en surprit plus d’un – doit être vue comme l’aboutissement d’une série de mesures destinées à renforcer la centralisation gouvernementale. La création du Comité de salut public, en avril 1793, avait déjà réduit les ministres au rang de simples commis. Dès le 23 août – soit à peine trois mois après la mise en place officielle du système de surveillance – la Convention avait décrété le rappel de tous les « commissaires et agents envoyés par le Conseil exécutif », avant de revenir sur sa décision et d’autoriser finalement les ministres à expédier des agents « aux armées et dans l’intérieur de la République », mais « sous la surveillance immédiate du Comité de salut public, auquel il [devait être] rendu compte tous les huit jours du nombre de ces agents et de l’objet de leur mission » 21. Ce souci croissant de centralisation trouva son aboutissement dans la loi du 14 frimaire an II (4 décembre 1793) instaurant le gouvernement révolutionnaire. Rappelant que le Conseil exécutif avait toujours la faculté d’envoyer des agents, elle disposait toutefois que leurs missions devaient désormais se borner « à faire exécuter les mesures révolutionnaires et de sûreté générale, les réquisitions et les arrêtés » ; aucun pouvoir ne pouvait leur être délégué ; le Comité de salut public devait en approuver la liste ; ils étaient tenus de rendre compte de toutes leurs opérations aux représentants en mission. Ainsi ne leur était-il plus confié qu’un rôle d’exécution, ce qui mettait implicitement fin au système de surveillance en tant que tel. À cette soumission accrue des ministres et de leurs commissaires au Comité de salut public vint progressivement s’ajouter une amélioration de la situation militaire – à la fois aux frontières, en Vendée et dans les zones fédéralistes – réduisant plus encore leur utilité.

  • 22  AAE/MDF, vol. 322, fol. 23.

31Finalement, le 1er nivôse (21 décembre), Desforgues adressa à tous ses agents une circulaire les informant que « le Conseil exécutif, toujours soumis aux décisions de la Convention nationale », avait pris de nouvelles mesures « rendant désormais inutile leur présence » 22 et les rappelant immédiatement à Paris. Le rappel des commissaires du ministre des Affaires étrangères fut rapidement suivi de celui de l’ensemble des agents du Conseil exécutif. Le 12 germinal (1er avril 1794), le conseil lui-même était purement et simplement supprimé.

Conclusion

32L’envoi de plusieurs dizaines de commissaires par le ministre des Affaires étrangères et l’ensemble du Conseil exécutif provisoire répondait au besoin du nouveau gouvernement républicain de disposer d’agents de liaison près des armées et dans les départements dès les premières semaines qui suivirent la chute de la monarchie. Il illustrait également une volonté de centralisation qui fut continue tout au long de la période révolutionnaire, s’inscrivant dans le droit fil d’autres mesures destinées à accroître le poids de la capitale sur l’ensemble du territoire national, dans un contexte de guerre étrangère, de contre-révolution et de terreur politique.

  • 23  Rapports des agents du ministre de l’Intérieur dans les départements (1793-an II), Paris, 1913-195 (...)

33Du strict point de vue du renseignement, les rapports qui furent adressés au ministre représentent indiscutablement une mine d’informations – tout particulièrement dans le domaine militaire – qui justifierait sans nul doute leur édition critique sous la forme d’un recueil similaire à celui que Pierre Caron publia pour les rapports adressés au ministre de l’Intérieur 23. Leur utilité fut indéniable, même s’il reste impossible de déterminer avec précision quelle fut leur part dans l’élaboration de la politique de défense du gouvernement révolutionnaire.

34En revanche, les incohérences du système de surveillance le condamnaient à disparaître à moyen terme. Ayant pour instruction d’agir dans le secret mais tenus de se déclarer auprès des autorités, s’arrogeant certains pouvoirs au mépris de la loi, exerçant des missions qui tenaient à la fois du renseignement, de la propagande et de la dénonciation, les agents du Conseil exécutif contribuèrent à générer un désordre politique et administratif nuisible à l’unité de contrôle et de décision voulue par le Comité de salut public. Leur suppression profita directement aux représentants en mission, seuls dépositaires légitimes de l’autorité publique et agents de liaison privilégiés du gouvernement dans les départements et auprès des armées.

Haut de page

Notes

1  Biard (M.), Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, 2002.

2  Voir notamment : Blanc (O.), « L’organisation des services secrets français sous la Première République », dans Centre d’études d’histoire de la Défense, « Il n’est point de secrets que le temps ne révèle ». Études sur l’histoire du renseignement, Paris, 1998, p. 67-76.

3  Aulard (A.), « Organisation du service des agents secrets dans la Première République », La Révolution française, t. XII, 1887, p. 1 128. On pourra consulter la thèse de : Monteagle (M.), Lettres et rapports adressés au ministre de la Guerre par ses agents auprès des armées des Alpes et d’Italie (1793-an II), université Paris I, 1971, ainsi que : Piétri (N.), L’activité des agents du Conseil exécutif à l’armée du Rhin, mémoire de DES, 1958.

4  Le plan de surveillance, ainsi que l’ensemble de la correspondance des agents, sont conservés aux archives du ministère des Affaires étrangères, série Mémoires et documents France (MAE/MDF). Les séries Comptabilité, Correspondance politique et Personnel recèlent également un grand nombre de documents essentiels. Il en est de même des Archives nationales, site de Paris (AN) et du Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre (SHD/DAT, B1 11-22 : correspondance de l’armée du Nord et des Ardennes ; B2 15-28 : correspondance de l’armée du Rhin et de la Moselle ; B3 6-8 : correspondance de l’armée des Alpes ; B4-9 : correspondance de l’armée des Pyrénées ; B5 : correspondance de l’armée des côtes de la Rochelle).

5  AAE/MDF, vol. 322, fol. 26.

6  Ibid., fol. 33.

7  Ibid., fol. 37.

8  AN, AF II 3, pl. 18, p. 21.

9  En juin 1793, Lebrun fut remplacé par Desforgues à la tête du département des Affaires étrangères.

10  Le général Beauharnais ne cachait pas au ministre sa satisfaction de voir Blanié l’instruire « avec exactitude de la situation, des mouvements et des projets des ennemis » ; MAE/MDF, vol. 327, fol. 103, 16 juillet 1793.

11  Seuls les rapports rédigés par Blanié depuis Strasbourg sont exclusivement consacrés aux opérations militaires des armées coalisées.

12  « Doyen, ami de Kellermann, est un homme franc, un dur soldat qui paraît déterminé à garder la sévérité de la discipline pour le bien de la République », rapport de Chépy, Grenoble, 13 juillet 1793, AAE/MDF, vol. 327, fol. 80 ; « Le colonel Charlot est un homme usé, absolument sans énergie, d’une incapacité reconnue, et dont la tête est encore remplie des chimères de l’Ancien Régime », rapport de Dupérou, Neuf-Brisach, 21 mai 1793, AAE/MDF, vol. 324, fol. 276.

13  « Les soldats se dégoûtent et s’abandonnent au découragement parce qu’ils sont livrés à eux-mêmes, et qu’on ne fait rien pour réveiller en eux l’amour de la patrie et de la liberté », rapport de Cailhasson, Perpignan, 27 frimaire an II (17 décembre 1793), AAE/MDF, vol. 328, fol. 240.

14  « Nous venons de visiter la fabrique de canons établie à Indret. (…) Il est impossible de trouver à la fois plus de solidité, de justesse et de précision dans l’assemblage et les rapports qu’ont entre elles les différentes machines, et plus de célérité dans les mouvements », rapport de Baudry, Nantes, 15 mai 1793, AAE/MDF, vol. 324, fol. 232.

15  « Un courrier extraordinaire de l’armée de la Moselle a annoncé que ladite armée a repoussé l’ennemi de deux lieues, qu’elle lui a pris seize canons, qu’elle a tué ou fait prisonniers deux mille satellites des despotes, qu’on ne connaît pas encore les avantages de l’armée du Rhin, qui a fait avec celle de la Moselle une attaque générale », rapport de Simon, Metz, 4 nivôse an II (24 décembre 1793), AAE/MDF, vol. 330, fol. 182.

16  « Les forces du Brisgau, y compris les forces impériales et des cercles arrivés depuis le 25 mai, forment un corps d’armée de 16 à 17 000 hommes, dont 3 600 de cavalerie. Il n’y a qu’un seul régiment en entier et incomplet, les autres ne sont que des dépôts. Les malades sont au nombre de 3 450. Reste un effectif de 12 à 13 000 hommes », rapport du 10 juin 1793, AAE/MDF, vol. 323, fol. 61.

17  « L’esprit public dans la Belgique est favorable en ce moment aux affaires de France. Le séjour des troupes autrichiennes et autres, que les habitants ne peuvent endurer, la cherté des denrées qui a excité dernièrement des émeutes à Bruxelles (…) ont répandu une fermentation générale dans les villes » (rapport de Milon, Givet, 15 septembre 1793, AAE/MDF, vol. 329, fol. 248).

18  AAE/MDF, vol. 329, fol. 121.

19  Le 8 juillet 1793, Desforgues écrivait à Bouchotte : « Je vous transmets, mon cher collègue, deux extraits de deux lettres que m’a écrites le citoyen Chépy de Grenoble (…). Vous y verrez le dénuement annoncé où se trouve l’armée des Alpes (…). Veuillez, je vous prie, prendre ses demandes en considération. Je les ai aussi communiquées au Comité de salut public », SHD/DAT, B3 6. Un grand nombre d’extraits adressés au ministre de la Guerre concernent les effectifs, souvent jugés insuffisants : SHD/DAT, B1 11, B1 12, B1 22.

20  « Je vous envoie copie d’un extrait d’une lettre que m’a transmis le ministre des Affaires étrangères. Comme il contient la nouvelle de la marche des troupes espagnoles vers nos frontières, je pense qu’il est important que vous en soyez instruit », lettre de Beurnonville au général Servan, 22 février 1793, SHD/DAT, B4 27.

21  Aulard (A.), Recueil des actes du Comité de salut public, Paris, 1889-1951, t. VI, p. 419.

22  AAE/MDF, vol. 322, fol. 23.

23  Rapports des agents du ministre de l’Intérieur dans les départements (1793-an II), Paris, 1913-1951, 2 vol. ; voir également Paris pendant la Terreur. Rapports des agents secrets du ministère de l’Intérieur, Paris, 1910-1964, 6 volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Boulant, « Guerre et renseignement sous la Révolution. Les agents du Conseil exécutif provisoire (1792-1793) », Revue historique des armées, 254 | 2009, 82-91.

Référence électronique

Antoine Boulant, « Guerre et renseignement sous la Révolution. Les agents du Conseil exécutif provisoire (1792-1793) », Revue historique des armées [En ligne], 254 | 2009, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/6533

Haut de page

Auteur

Antoine Boulant

Chef du bureau de la valorisation et de la communication au Service historique de la Défense, il a soutenu en 1994 une thèse de doctorat sur Les agents secrets du ministre des Affaires étrangères envoyés dans les départements (1792-1793) à l’université Paris IV. Il a également publié de nombreux travaux consacrés au XVIIIe siècle, à la Révolution et au Premier Empire, ainsi qu’à l’histoire de la gendarmerie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org